Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes

Actualité oblige, le treizième numéro, daté des mois de janvier à avril 2011 de Histoire@Politique. Politique, culture, société, la revue électronique du Centre d’Histoire de Sciences Po aborde le thème des socialistes français face au réformisme.

Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique
Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique

Parmi les articles retenus pour cet épais dossier spécial, la contribution de Frédéric Cépède intéressera plus particulièrement les lecteurs de ce carnet de recherches. Historien et membre de l’Office Universitaire de Recherche Socialiste, il y présente un article intitulé « Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes ».

Soulignant dès l’introduction la richesse du corpus iconographique du Parti socialiste, il en déplore la trop faible utilisation par les chercheurs et propose plusieurs pistes d’analyse sur l’évolution politique du parti socialiste de 1905 à 1993, à partir du couple antinomique « réforme » et « révolution ». Après un bref rappel des changements apportés aux signes identitaires du Parti socialiste depuis ses origines (dénomination, emblème, déclaration de principe, hymne, etc.), Frédéric Cépède entre dans le vif du sujet en abordant la méthodologie utilisée pour analyser le corpus.  Ce dernier est vaste, 471 affiches nationales ayant au total été analysées pour les besoins de cet article. Il est le fruit d’un travail de compilation des affiches conservées à l’OURS, à la Fondation Jean-Jaurès, au Musée d’histoire contemporaine – Bibliothèque de documentation internationale (BDIC), dans les collections privées de Michel Dixmier, d’Alain Gesgond et/ou listés dans la presse socialiste. Dix reproductions d’affiches analysées ainsi que le tableau présentant la recension des affiches socialistes assurent enfin la clôture de l’article.

Concernant les conclusions tirées par l’auteur, je ne gâcherai pas le suspens et je vous renvoie donc à la lecture de son article ainsi qu’aux autres références signalées plus bas. Je souhaiterai en revanche m’attarder sur les différentes étapes de son analyse.

1. La constitution du corpus. Quelles affiches retenir ? En l’occurrence, l’auteur ne retient pas les affiches strictement commerciales du candidat François Mitterrand lors des élections présidentielles de 1974, 1981 et 1988. Quelles bornes chronologiques ? Ici, l’auteur choisit de couvrir une large période partant de la fondation de la SFIO à 1993, point de départ de la seconde cohabitation. Il faut également, bien évidemment, maitriser le contexte de production de l’affiche !

2. Une analyse quantitative du corpus. Quelle est la « représentativité » du corpus comparé à l’ensemble de la production iconographique d’une organisation ? Bien que n’étant pas exhaustif, le corpus retenu est conséquent et représentatif de la production socialiste. Quelle répartition de cette production iconographique sur le temps long ? Cet aspect permet de déterminer les temps forts, dans le cas du parti socialiste les périodes électorales, comme on pouvait s’y attendre.

3. Une analyse iconographique du corpus. Quelles sont les symboles, les emblèmes récurrents utilisés ? Dans le cas présent, l’auteur met à jour une véritable panoplie, « soleil levant, capitalistes avec gros cigares, ouvrier, outils… » ainsi qu’un bestiaire conséquent, « le loup, pour représenter la droite, les brebis pour « les gens » menacés par la politique de cette droite, un crocodile pour inciter les jeunes à voter, un coq « gaulois », une baleine (pour la Sécurité sociale), et même un ours en peluche en 1993″. Quelles couleurs ont été retenues ? Il apparaît évident que les couleurs ont une signification qu’il est impératif d’expliquer.

4. Une analyse des slogans et revendications. Il est nécessaire de procéder à une analyse statistique du contenu écrit des affiches et d’effectuer une analyse plus « littéraire » du lexique utilisé.

5. La réception. Il faut, dans la mesure du possible, avoir une idée du tirage, de la durée de la campagne (certaines affiches ont parfois été réutilisées ultérieurement), de sa diffusion géographique, de ses lieux de collage, d’affichage et enfin de la taille de l’affiche. Il ne faut pas oublier que certaines affiches ont été tirés en série, soit avec des couleurs différentes afin d’amplifier l’impact visuel, soit avec des slogans différents.

Il est également important, même si cela n’est pas évident, d’obtenir des informations sur la réception de l’affiche, de son message aussi bien par les militants de l’organisation que par le public visé. Il n’est en effet pas rare qu’une affiche « manque » sa cible et délivre un message incompris voire contre-productif. Pour cela, il faut connaître les motivations, les objectifs poursuivis par ses auteurs.

6. Se pencher sur le producteur de l’affiche. Il s’agit de déterminer si nous sommes face au travail d’un artiste, un peintre ou un illustrateur de presse ou encore d’un photographe. Faire appel à un nom connu du grand public peut améliorer la réception de l’affiche. Mais il faut également identifier les modalités de création de l’affiche : est-elle le résultat d’une réflexion collective menée au sein d’un secteur ou d’un service « propagande » ou « communication » interne à l’organisation ou bien s’agit-il d’une proposition d’une agence publicitaire ? Les responsables sont-ils des militants ou bien des professionnels formés dans des écoles de communication, de publicité ou encore de marketing ? La différence est de taille !

7. Prendre en compte les contraintes techniques et financières. C’est un aspect important qu’il ne faut pas oublier et qui est bien rappelé dans cet article, notamment avec l’évocation de l’adoption de la loi du 19 janvier 1995 sur le financement des campagnes électorales.

8. Les autres matériels de propagande. Une campagne comprend généralement des affiches mais également des tracts, des autocollants, des badges, des briquets, des casquettes et autres tee-shirts, etc. L’imagination est sans limites !

 

Pour aller plus loin.

Frédéric Cépède, « Le poing et la rose, la saga d’un logo« , Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996, p. 18-30.

Fabrice d’Almeida,  » La SFIO, la propagande, les affiches (1945-1969) », Cahier et revue de l’OURS, n° 211, mai-juin 1993, p. 21-24.

Frédéric Cépède, « Les insignes du Parti », Cahier et Revue de l’OURS, n° 204, mars-avril 1992, p. 8.

Jacqueline Freyssinet-Dominjon, « Dix ans d’affiches du parti socialiste (1980-1989)« , Mots. Les langages du politique, n° 22, mars 1990, p. 43-60.

Michèle Dupoux, La SFIO à l’affiche dans les années trente. Serge Tchakhotine et les trois flèches, Université de Grenoble, Mémoire d’IEP, sous la direction de Pierre Broué, 1987, 112p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *