La CGT… Qui s’y frotte, s’y pique !

Photographie représentant un sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"
Le sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"

Au gré de mes pérégrinations dans les fonds d’archives syndicaux, je suis récemment tombé sur une photographie qui mérite un billet en forme d’anecdote. Tiré de Propa, le bimensuel du secteur « propagande – communication » de la CGT, ce cliché montre une jeune femme applaudissant, portant en bandoulière un sac en toile de jute sur lequel il est possible de voir représenté un chardon et de lire la devise suivante « CGT. Qui s’y frotte, s’y pique ! »

Cette photographie sert d’illustration à un article intitulé « Mieux vivre enfin ! », publié en 1980 dans le numéro 18 qui évoque les intolérables inégalités qui subistent dans la société française. À partir de la fin des années 1960, on assiste à un épaississement important du catalogue de matériel de propagande mis à la disposition des militants. Outre les classiques fanions, drapeaux et autres calicots, le catalogue s’enrichit de casquettes, de bob, de sifflet, d’autocollants, de films, d’enregistrements sonores et enfin de cabas ! L’idée est simple, il s’agit pour les organisations syndicales d’occuper le terrain, de s’imposer visuellement dans les manifestations, lors des élections ou tout simplement sur le lieu de travail.

Cette devise bien connue a pour sens figuré, selon le Wiktionnaire, « À trop chercher les ennuis, on en subit les conséquences ». Appliqué aux revendications et aux actions de la centrale syndicale, ce proverbe tombe à pic, sans mauvais jeu de mots. Son origine est pourtant doublement… royale !

Blason de la ville de Nancy
Blason de la ville de Nancy

Selon Wikipedia, associée au symbole du porc-épic, « Qui s’y frotte, s’y pique » était la devise des ducs d’Orléans. Le roi Louis XII, fils de Charles d’Orléans, conserva ces insignes quand il succéda en 1498 à son neveu Charles VIII, mort sans héritier, et épousa Anne de Bretagne.

Toujours selon Wikipedia, le proverbe latin Non inultus premor1 devint celui de la ville de Nancy après la victoire du duc de Lorraine René II contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire lors de la bataille de Nancy du 5 janvier 1477. Le principal bénéficiaire de cette bataille fut le roi de France Louis XI qui s’empara d’une partie des États bourguignons. Elle permit également au duché de Lorraine de rester indépendant.

La présence du chardon sur le sac de jute suggère que le secteur propagande de la CGT souhaitait faire référence à l’emblème et à la devise de Nancy et non à la maison des ducs d’Orléans. On peut difficilement suspecter la CGT d’avoir été une officine royaliste ! Il aurait tout de même été intéressant de connaître la date de mise en vente de ce sac,  l’année 1977, qui coïncide avec le cinq-centième anniversaire de la victoire de René II, n’étant pas très loin… Une farce d’un militant lorrain peut-être ?

Quoiqu’il en soit, cette petite anecdote nous rappelle l’intérêt de  vérifier l’origine étymologique des mots et des expressions que nous utilisons. À bon entendeur, salut !

  1. Littéralement « on ne me touche pas avec impunité », plus communément « Qui s’y frotte s’y pique » ou « Nul ne s’y frotte ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *