Une Mademoiselle Angèle bien militante !

Pochette du vinyl, Jacques Martin, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jacques Martin, "Melle Angèle"

Qui ne connaît pas cette fameuse émission Le petit rapporteur ? Présenté par Jacques Martin et son équipe chaque dimanche midi sur TF1 de janvier 1975 à juin 1976,  ce journal télévisé satirique a marqué plus d’une génération de téléspectateurs et ce malgré une durée de vie très limitée. Après un abandon forcé, une tentative de reprise du principe de cette émission fut lancée avec la même équipe sur Antenne 2 entre 1977 et 1978 sous le titre de La Lorgnette.

De même, qui ne connaît pas le très célèbre hymne de cette émission, intitulé À la pêche aux moules ? Je ne vous ferais pas l’offense de vous en rappeler les paroles ! Après plusieurs mois de bons et loyaux services, l’équipe décide en janvier 1976 de le remplacer et d’entonner un nouvel hymne, joliment prénommé Mademoiselle Angèle. Cette chanson connut un succès inespéré, comme le démontre l’existence de très nombreuses versions, dont une en wallon ou encore une autre interprétée par Jean-Luc Ferré et son orchestre !

Pochette du vinyl, Babeleir, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Babeleir, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Les chanteurs du dimanche, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Les chanteurs du dimanche, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jean-Luc Ferré, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jean-Luc Ferré, "Mademoiselle Angèle"

Le suspens étant insoutenable, je ne vous fais pas languir davantage et vous propose d’en écouter une version, tout en ayant sous les yeux ses paroles entêtantes :

Je frappe au n° [n=numéro du couplet]
Je d’mande mam’selle Angè-le
La concierge me répond :
Mais quel métier fait-elle?
Elle fait des pantalons
Des jupes et des jupons
Et des gilets de flanelle
Elle fait des pantalons
Des jupes et des jupons
Et des bonnets de coton
Ah – ah -ah
Je ne connais pas ce genre de métier
Allez voir à côté

(dernier couplet de Jacques Martin après n répétitions)
Je dédie plus spécialement ce disque à mes chers amis d’Europe 1. Europe 1 c’est la radio que j’aime, Europe 1 c’est naturel. Je les connais, je sais qu’ils vont adorer ce disque qui est plein d’humour, qui est fait pour leur radio, qui est une radio jeune, pas comme les autres. Merci Europe, oh oui merci Europe, je vous dois tout, j’ai d’ailleurs débuté chez vous. C’est là où j’ai tout appris, sans vous je ne serais rien, je serais de la….. merci Europe. Chic chic, les gars. Merci. Lalala, lalala.

Bon c’est très bien tout cela, cela éveille éventuellement quelques souvenirs, mais quel est le rapport avec les travailleurs ? Jamais en manque d’inspiration, des militants CGT ont tout simplement repris cet hymne à l’occasion des préparatifs de la manifestation unitaire du 26 octobre 1976 pour la défense de l’emploi des jeunes !

Chômage et jeunesse dans la France des années 1970

Quelques rappels s’imposent avant d’en venir à cette fameuse reprise. En 1976, la France compte 893.000 chômeurs de plus de 15 ans soit 3,9 % de la population active1. Parmi eux, 368.000 jeunes de 15 à 24 ans cherchent un emploi. La génération du baby-boom arrive par centaines de milliers sur le marché du travail à partir des années soixante. « En 1968, sur 6,2 millions d’actifs de moins de trente ans, 3,6 millions sont entrés dans la vie active entre 1962 et 1968 ; plus d’une personne sur six exerce son emploi depuis moins de six ans. En 1968, les jeunes ouvriers de 15 à 24 ans représentent, à eux seuls, le quart de la classe ouvrière »2. Une enquête dirigée par René Mouriaux en 1974 sur les jeunes ouvriers signale que les deux tiers des questionnés affirment avoir trouvé leur premier emploi en moins d’un mois et que 88% n’ont encore jamais été licenciés3. Mais la jeunesse subit de plein fouet la stagflation économique et l’accélération de la désindustrialisation qui frappe la France au début des années 1970. En quelques années, le problème de l’emploi s’aggrave considérablement pour les jeunes. Alors qu’en 1973, 10% d’entre eux avaient été au chômage au moins pendant neuf mois après leur sortie de l’école, en 1980, la proportion monte à 29%4.

Le 5 octobre 1976, le premier ministre Raymond Barre annonce, dans son discours de politique générale5 que « La France, comme toutes les sociétés comparables, doit faire face à des problèmes d’emploi qui tiennent à plusieurs causes : l’aspiration au travail d’un nombre croissant de femmes, ce qui est légitime, la fuite des jeunes devant les emplois manuels, l’inadaptation entre les offres et les demandes d’emploi, due à une formation initiale insuffisante. […]. Le Gouvernement entend conduire, au cours des prochains mois, trois séries d’actions : la poursuite de la revalorisation du travail manuel, et plus généralement de l’amélioration des conditions de travail ; la simplification et la déconcentration accrue de nos instruments d’intervention en matière d’emploi et de formation professionnelle ; la recherche d’une meilleure insertion dans la vie professionnelle de certaines catégories de demandeurs d’emploi, notamment les jeunes et les cadres ayant perdu leur emploi. Parmi ces moyens, la formation scolaire et universitaire, ainsi que la formation permanente doivent être mieux adaptées aux réalités de l’emploi ». En 1977, le premier pacte national pour l’emploi des jeunes est lancé. Son principe est simple, il s’agit d’inciter les entreprises à embaucher de jeunes stagiaires en échange d’exonérations de « charges sociales ».

La manifestation CGT-CFDT du 26 octobre 1976 pour la défense de l’emploi

La CGT, comme les autres organisations syndicales, effectue un travail spécifique en direction des « catégories » (travailleurs immigrés, femmes travailleuses, jeunes travailleurs, ingénieurs, cadres, agents de maîtrise (ICTAM) et employés). Il s’agit de produire un matériel et des revendications spécifiques pour un groupe identifié comme ayant besoin d’un travail de propagande et d’organisation particulier. Des « commissions de la jeunesse » se mettent en place à la Libération avant d’être chapeautées, après les évènements de mai-juin 1968, par un « Centre confédéral de la jeunesse CGT (CCJ-CGT)6 ». De nombreuses initiatives sont ainsi développées, pour syndicaliser les jeunes et défendre leurs revendications.

Le 22 septembre 1976, Raymond Barre lance officiellement son plan de lutte contre l’inflation, le huitième depuis l’élection de Valéry Giscard-d’Estaing. La réaction syndicale est immédiate et une journée de grève générale est appelée par la CGT, la FEN et la CFDT le 7 octobre. Une manifestation spécifique sur la défense de l’emploi des jeunes est appelée deux semaines plus tard, le 23 octobre 1976, par la CGT et la CFDT. Du côté de la centrale cégétiste, l’organisation est confiée au Centre confédéral de la jeunesse et à l’union régionale d’Ile-de-France, avec le soutien de la Confédération. À cette occasion, le secteur confédéral de la propagande édite le premier numéro de Propa, qui devient par la suite son bimensuel. Celui-ci donne des arguments pour convaincre de participer à cette initiative unitaire, des conseils pour les débrayages et l’organisation des cortèges, des idées de mots d’ordres et d’affichettes ainsi qu’une « création récente sur la musique d’une chanson en vogue »7.

Mademoiselle Angèle, à la sauce militante.

Il s’agit de Mademoiselle Angèle, qui nous donne, à la sauce militante, les six couplets suivants :

Premier couplet

On frappe chez notre Patron

On demande de la rallonge

Le tollier nous répond

Je peux pas, il faut que je songe

À nos investissements, à nos amortissements

Et à la concurrence

Mais comme je suis social, humain et libéral

Je conserve votre travail

Ha Ha Ha vraiment je ne peux pas

Donner satisfaction

Allez voir à côté. …

Deuxième couplet

On frappe en paritaire

À nos branches patronales

On nous écoute même pas

Y en a marr’ de leurs salades.

Aux revendications, à toutes nos solutions,

C’est le refus général

Les trusts de la Chimie et de la Pharmacie

Du Pétrole font nenni.

Ha Ha Ha nous ne pouvons pas donner satisfaction

Allez voir à côté. …

Troisième couplet

On frappe chez le père Ceyrac

Qui dit c’est difficile

Les monopoles vont mal, la relance est fragile.

Vos grèves répétées, vos revendications

Et puis tous ce chômage

Songez à la monnaie et puis à l’inflation

Serrez vos ceinturons

Ha Ha Ha nous ne pouvons pas donner satisfaction,

Allez à l’Élysée. …

Qutrième couplet

On frappe chez Valéry, c’est Barre qui nous ouvre

Ponia qui nous sourit, sa matraque qui nous couve

Ah oui on vous comprend, vos patrons sont méchants

On va faire quelque chose

Pour notre société libérale avancée

Faut encore quelques années

Ha Ha Ha à la CGT nous, on attendra pas,

On va vous faire remuer. …

Cinquième couplet

On appelle les prolos, les cadres et les maîtrises

Et puis les employés pour sortir de la crise

À venir s’informer, à se mobiliser

À cesser le travail

Et à s’organiser donc à se syndiquer

Vite à la CGT

Ha Ha Ha nous, nous savons bien que la seule solution

C’est passer à l’action.

Sixième couplet

Des sous dans l’immédiat, du boulot pas de chômage.

La retraite avancée, 40 heures sans dommage

Et puis pour l’avenir, il faut, aussi le dire

Pour que tout cela change – toute la société faut démocratiser

Faut nationaliser.

Ha Ha Ha à la CGT c’est pourquoi on soutient

Le Programme Commun. …

Quelques remarques…

La CGT utilise ici un hymne bien connu des manifestants et des militants puisque l’audience de l’émission télévisée Le petit rapporteur s’élève à près de 28 millions de téléspectateurs en 1976 ! Ce qui est intéressant ici, c’est l’usage d’une chanson en vogue comme support aux slogans et non d’un air familier du mouvement ouvrier, comme la Carmagnole ou Le Chant des cerises. On peut y voir là une volonté d’élargir l’audience potentiel du message musical, d’autant plus que la CGT effectue un important travail pour « moderniser », « rajeunir » son discours et ses actions en direction des jeunes travailleurs. Cet aspect est d’autant plus intéressant que la musique constituent une  pratique culturelle importante pour une partie  non négligeable de la jeunesse, comme le démontre le succès de Salut les copains, à la radio comme en magazine.

Il existe, dans cette reprise de Mademoiselle Angèle, un véritable travail d’écriture qui ne se contente pas seulement d’additionner une série de revendications. Contrairement à l’enregistrement initial qui se contente de répéter indéfiniment le même couplet en changeant simplement le numéro d’immeuble, la version syndicale avance six couplet ayant un sens et une conclusion.

Les références qui y sont faites révèlent les préoccupations du moment (inflation, rigueur, chômage) ainsi que les espoirs (retraite à 60 ans, 40 heures hebdomadaire, démocratisation, nationalisations). Son contenu ne permet cependant pas une réutilisation indéfinie, à cause des nombreuses indications contextuelles présentes. Ainsi, François Ceyrac (dirigeant du CNPF), Valéry Giscard-d’Estaing (Président de la République), Raymond Barre (Premier ministre) et Michel Poniatowski (ministre de l’Intérieur) sont nommément cités. De même, le Programme commun, signé le 26 juin 1972, fait figure de perspectives, après la bon score obtenu par François Mitterrand au second tour des élections présidentielles de 1974. Même si son contenu ne se limite pas aux objectifs revendicatifs poursuivis par cette manifestation, il sera nécessaire de le faire évoluer pour continuer à faire chanter les manifestants sur son rythme.

Ces quelques réflexions sur cette Mademoiselle Angèle sauce militante complète les premières remarques formulées sur ce carnet de recherches sur les chansons inventées à l’occasion du conflit Manufrance. Cette reprise constitue un bel exemple de chanson militante, mais il manque là encore des sources audio et audiovisuelles pour confirmer son utilisation dans les cortèges et sa réception parmi les manifestants.

  1. Chiffres de l’INSEE, enquêtes Emploi, http://www.insee.fr/. []
  2. Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, 19e-20e siècles, Paris, Seuil, Point histoire, 2002, 2e édition, p. 218. []
  3. René Mouriaux (dir.), Les jeunes ouvriers. Enquête sur leur insertion, Paris, CGT – Centre national d’études économiques et sociales, 1974, 309 pages. []
  4. Gérard Noiriel, op. cit., p. 242. []
  5. Texte disponible en ligne grâce au travail de Jean Véronis de l’Université de Provence. []
  6. Son actuel site internet : http://www.jeunes.cgt.fr/ []
  7. « Paroliers, à vos plumes… », Propa, numéro spécial 23 octobre 1976, 1976, p. 14-15. []

Une réflexion au sujet de « Une Mademoiselle Angèle bien militante ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *