Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français

Compte-rendu de la présentation de Paul Boulland au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Politisations populaires et rapports au Parti à travers la vie interne du PCF. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français, séance du jeudi 3 novembre 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michel Pigenet. La ligne directrice du séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” pour l’année 2011-2012 se concentre sur les mouvements sociaux. Cette première séance est animée par Paul Boulland, historien, membre du CHS et de l’équipe du Maitron. Il a soutenu une thèse l’année dernière intitulée Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations PCF de banlieue parisienne (1944-1974). Nous lui avons demandé de s’interroger sur le fonctionnement du PCF en relation avec le phénomène de politisation des couches populaires et sur la possibilité pour une organisation politique de se doter de cadres “illégitimes” puisque d’origines ouvrières ou populaires.

À noter, la prochaine séance, le 1er décembre 2011, sera animée par Frédéric Tristam  sur le thème Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle.

Intervention de Paul Boulland.

Son travail se situe dans le cadre de l’hypothèse de départ du séminaire, celle selon laquelle “la domination exige et suppose l’adhésion, ce qui ne veut pas dire l’acceptation, des “sujets” qu’elle entend soumettre. Dans cette perspective, elle privilégie l’analyse des relations entre les acteurs, vues comme la matrice même du pouvoir et tente de mettre en évidence l’échange, même déséquilibré, entre ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui le subissent, mais ne sont pas dénués de ressources”.

Son travail se concentre sur l’étude des fédérations et des cadres communistes de la région parisienne ainsi que sur l’analyse des pratiques et les mécanismes de sa gestion interne. Son projet était d’aborder cette histoire du point de vue des militants en travaillant sur les mécanismes de constitution des élites communistes et l’encadrement dans tous les sens du terme.

Les sources. Le sujet n’était pas nouveau, mais le contexte était plutôt favorable, grâce à l’ouverture des fonds d’archives du PCF. Les archives de direction du PCF postérieure à 1944 sont accessibles aux Archives départementales du 93. D’autres sources étaient également disponibles : les dossiers biographiques conservées place du colonel Fabien, les milliers de dossiers de militants et archives de directions dans les archives des fédérations communistes du 93 et du 94 (celles des Hauts-de-Seine ont disparus).

L’exploitation de ces archives est située dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal et Claude Pennetier. L’intérêt de ces dossiers est qu’il rend possible une étude biographique des militants, une comparaison des parcours (prosopographie) mais également une socio-biographie. Annie Kriegel est également incontournable (même si ses sources étaient limitées) ainsi que Philippe Buton, qui a travaillé à partir des carnets d’Auguste Lecoeur. Ces études étaient naturellement amenées à conclure au succès de ce système de recrutement. Il ne s’agit pas que d’un effet de sources mais aussi  d’un effet du paradigme initial adopté.

Son hypothèse de départ sur le fonctionnement interne du PCF était qu’il s’agissait d’un parti comme les autres dans lequel il existait des concurrences de carrière. Dès le départ, il a refusé de raisonner en terme de foi, de croyance pour ce qui est des motifs de l’obéissance. Son objectif était de retourner aux conditions et aux pratiques sociales qui ont pu produire cette apparence de foi et de croyance. Sa volonté était de se concentrer sur une histoire sociale des pratiques et non sur des représentations intérieures. Sa volonté était de ne pas juger à priori de l’efficacité de ce dispositif de sélection des cadres.

Son objet se positionne à l’intersection de deux approches, celle de l’étude de la direction du parti et celle de l’étude plus tournée vers la base, vers les usages sociaux du communisme par la classe ouvrière. Cette intersection se trouve ainsi entre le local et la direction nationale. À noter également qu’en banlieue parisienne, nous sommes au coeur du modèle du parti communiste (implantation ouvrière, implantation municipale et proximité de la direction nationale).

Pour ce qui est de la mise en place d’un cadre interprétatif, il propose une architecture à trois étages :

Une analyse des dispositifs et des outils de l’encadrement (questionnaire biographique, par exemple). Pour cela, il se base sur les travaux de Michel Foucault. Il faut toujours distinguer la volonté de pouvoir manifestée par ces outils et la réalité de l’emprise sur les militants. Le pouvoir n’est pas un attribut mais une relation qui traverse les sujets et s’appuie sur eux, y compris sur leurs résistances.

Une utilisation des travaux d’Erwing Goffman sur « l’institution sociale », déjà suggéré par Pierre Bourdieu et mise en oeuvre par Jeanine Verdès-Leroux. Ce travail essentiel comprenait cependant de nombreux biais, notamment parce qu’il n’analysait pas la diversité des attitudes face au modèle proposé.

Une sociologie de Pierre Bourdieu pour analyser les trajectoires sociales des militants ou leur rapport avec le travail politique. En pratique, la notion de champ communiste est pratique pour éviter d’être “enfermé” dans la métaphore de l’espace matériel, de la prison, proposée par les deux niveaux précédents. Cette notion est plus adaptée pour parler de la direction communiste, mais pour parler du parti dans son ensemble, il vaut mieux parler de « milieu partisan ».

La première conclusion. Dans l’idée d’une histoire sociale du politique, le dispositif de “sélection” des militants, cette politique des cadres est le signe des luttes symboliques, des conflits de légitimation à l’oeuvre dans les directions communistes.

La place des résistants dans la direction et leur mise à l’écart à l’occasion de la Guerre froide en est une bonne illustration. Cette mise à l’écart, notamment lors du Congrès de 1950, est ancienne. Dès 1944, le problème posé est de rétablir les critères antérieurs de promotion des militants (ouvrier, formé par et dans le parti, etc). Les clivages ne sont pas entre résistants ou non-résistants mais entre ceux qui ont été mis en valeur entre 1944 et 1947 et ce qui sont retournés à la base. Le prestige héroïque personnel de certains grands résistants est un problème pour le PCF, car il leur confère une large audience politique. On voit aussi le travail qui s’opère en province pour rétablir l’ordre partisan dès 1944. De la fin des années 1940 aux années 1950, il y a un travail important de dissociation entre les tâches de direction politique et les tâches d’élu républicain. Peu à peu, les anciennes grandes figures résistantes sont alors mises à l’écart, souvent à l’occasion d’une défaite électorale.

Les grandes affaires posent souvent des problèmes d’interprétation. Celles que l’on connaît le mieux sont souvent abordées selon un angle moral. Ce sont des contreverses qui se déplacent sur la scène publique (Luc Boltanski). On se focalise sur les victimes qui bénéficie de cette caisse de résonnance médiatique. L’apport des archives a été de révéler les nombreuses éliminations à la base, qui n’ont pas connu l’éclat de la scène publique. Cela tend à démontrer l’existence de problèmes pour l’institution qui refuse par exemple les personnes ayant un capital politique extérieur au parti. L’affaire Casanova-Servin (exclusion en 1961-62), vue des archives de Maurice Thorez, démontre la volonté d’affirmer la légitimité de Thorez ainsi que la légitimité d’une certaine forme de dirigeants politiques. Avec cette approche, on peut voir qu’après 1956 des changements, interviennent après la perte des points de repères staliniens et le changement des sensibilités des militants qui acceptent moins le contrôle biographique. La volonté dans les années 1960 est également de construire le parti parmi les Ingénieurs, Techniciens et Cadres (ITC), ce qui influence la composition du corps militant au détriment des ouvriers. Les enseignants prennent ainsi une part croissante dans l’encadrement fédéral, particulièrement en province. À la fin des années 1950, le PCF relache son système de contrôle en ne conservant que des outils statistiques. Il n’a plus les moyens d’influer sur la composition du corps militant. La rupture du programme commun correspond à un retour à la valorisation des cadres et militants ouvriers et se voit dès 1974, lors de la préparation du congrès. L’impératif alors mis en avant est de mettre en valeur les ouvriers aux postes de direction.

La deuxième conclusion. Sélection ou orientation des militants ? Prendre des responsabilités politiques ne va pas nécessairement de soi. Ce travail a permis une interrogation des processus de professionnalisation du personnel politique au sens large, comme celui de devenir permanent par exemple. Ce que l’on constate lors de l’étude des carrières, c’est qu’un nombre important de militants refusent de différentes manières la prise de responsabilités au niveau de la fédération. De nombreux militants mettent ainsi en avant leur militantisme syndicaliste et préfèrent rester sur ce terrain. Ces attitudes manifestent la volonté de maintenir le lien avec l’usine, avec le monde ouvrier. Ce sont des réticences à la professionnalisation et à l’implication symbolique que le parti impose d’endosser. L’enjeu est celui d’un déplacement vers un autre univers, étranger à l’usine ou étranger à la vie ouvrière. La politique est en effet un autre espace. Devenir cadre de section ou cadre fédéral impose de lire, de synthétiser, de prendre la parole, de se former tout le temps, tout en adoptant une posture de dirigeant. Il faut changer de métier et d’univers, instaurer de nouveaux rapports avec le monde ouvrier. Ceci entraîne un mouvement de réticences multiples et ce que l’on peut constater, c’est qu’il y a des ressources disponibles pour faire face à la logique du système de sélection opéré par l’institution. Comme le présente Annie Kriegel, il existe des cercles concentriques qui partent des électeurs pour aller jusqu’aux dirigeants mais dont les limites sont sans cesse renégociées par les militants.

La troisième conclusion. Les militants qui franchissent durablement les étapes de la sélection ne sont donc pas n’importe lesquels. Il y a un certain type de militants qui s’installent dans un carrière de cadre communiste professionnel avec des critères communs (origine populaire, forte hérédité communiste, socialisation politique précoce, scolarité prolongée, etc.). Ces caractéristiques offrent aux militants des dispositions favorables pour franchir les étapes de la professionnalisation. Ces traits distinctifs sont importants pour caractériser l’identité ouvrière telle qu’elle est vue par ces militants qui ont entrevus d’autres univers sociaux. Ils ont été ouvriers par choix militant, ils se sont orientés vers la grande industrie. On retrouve une forme “d’établissement” comme dans les années 1970 ou encore comme chez les prêtres-ouvriers.

La quatrième conclusion. Les archives du Val-de-Marne contiennent des archives permettant d’analyser les débats politiques internes. Les comptes-rendus de conférence animés par les dirigeants fédéraux sont riches d’informations. Les cadres se situent dans un rapport scolaire par rapport à l’activité politique. Dans leur perception, ils sont là pour enseigner la ligne et font face à des militants qui comprennent ou ne comprennent pas. Les militants qui s’installent durablement sont ceux capables d’endosser une certaine posture tout en conservant leurs origines ouvrières. Le travail des cadres est d’imposer le monopole de la direction sur la définition de la ligne.

L’histoire infra-politique du communisme français. Cette notion d’histoire “infra-politique” est un concept de James C. Scott (La Domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne). Il permet de caractériser toutes les manifestations de résistances à l’égard des tentatives que tentent d’imposer symboliquement et pratiquement la direction d’une institution, ici le PCF. C’est ce qui apparaît dans les rapports hiérarchiques mais également dans les crises internes. On voit surgir des discours très critiques sur les enjeux symboliques et sociaux qui traversent le parti. La base ressent la distance importante qu’il y a avec la direction.

On peut aborder l’histoire du PCF avec l’idée de pluralité des régimes de politisation. Les positions qui s’expriment dans les réunions de base ne concernent pas forcément la ligne politique du Parti. Il faut se placer du point de vue pratique : l’avis des militants répond aux impératifs pratiques de l’action militante. Par exemple, de nombreux militants abordent la question des dissensions au sein du mouvement communiste internationale. Mais en abordant ce problème, les militants souhaitent “en réalité” aborder le problème de l’unité du communisme, qui perçue comme une force, comme le reflet de la nécessité du rapport de force. On retrouve également ici la question de l’unité avec les socialistes. De nombreuses résistances sont formulées à la base, avec une nécessité rappelée, celle de maintenir la forme de l’intervention communiste. L’unité peut également être souhaitée avec d’autres forces, notamment syndicales. La volonté des militants est que la ligne du parti leur permette d’agir au quotidien dans leur entreprise. Ce sont des exigences pratiques qui s’expriment, pas des préoccupations théoriques. Ces voix expriment un autre régime de politisation.

Avec cette idée d’histoire “infra-politique”, il s’agit d’envisager la totalité du phénomène communiste. L’histoire du PCF est celle de la légitimation d’acteurs issus de couches populaires, ce qui a déterminé sa forme. Pour faire face à cette illégitimité, le PCF a fait valoir son unité organique comme une force. Ce dispositif d’encadrement était une réponse à cette illégitimité. Les acteurs ont du s’imposer face aux logiques de domination symbolique. Ce qui leur vaut la reconnaissance d’une partie des couches populaires, c’est  sa capacité à dire la vérité aux pouvoirs, au travers des luttes. Tout le travail des cadres est de faire valoir cette frontière symbolique et d’imposer la ligne. Ce n’est pas un travail de conviction mais un travail social, avec des pratiques sociales comme celles que l’on peut observer dans les réunions de section. Contrairement à ce que dit Pierre Bourdieu, il n’y a pas de délégation des couches populaires au PCF. On peut parler de délégation mais seulement du point de vue de la politique légitime instituée, ce qui ne signifie pas que les couches populaires et les militants de base soient sans ressources pour défendre une autre forme de politisation.

Discussion avec la salle.

Question 1. Pouvez-vous revenir sur la notion d’illégitimité ?

Réponse 1. Tout le système de la politique tel qu’il est établi consiste à mettre les problèmes politiques entre les mains de professionnels, ce qui met en jeu la compétence des gens à prendre position sur les problèmes posés. Traditionnellement, il y a une volonté de mettre à l’écart les catégories populaires en les désignant comme incompétentes, illégitimes.

Question 2. Pourquoi user du terme “infra-politique” alors que c’est tout à fait politique ?

Réponse 2. Il y a une légère dérive par rapport à la définition de James C. Scott. Cela renvoie à la lutte menée par le PCF pour imposer la légitimité des classes populaires. Il y a un usage des thèmes et des questions posées par la ligne du Parti, mais en réalité ceux-ci sont détournés par les militants de base. Les questions internationales servent à parler de tout autre chose : discussion de la ligne, abandon de certains principes de lutte de classes par exemple. Il y a une part infra-politique car les énoncés politiques réelles ne sont pas évoqués directement par les militants de base.

Question 3. Ces contestations “infra-politiques” ont-elles un lien avec le travail dit fractionnaire ?

Réponse 3. Du côté de la direction nationale, on craint en effet les contestations extérieures, surtout lorsqu’il y a des problèmes dans une cellule. Cela est assez vrai dans les années 1965-1970, lors des confrontations avec les groupes de la Voix ouvrière qui contestent le plus frontalement le monopole de la représentation ouvrière. Il y a aussi les développements de la crise chinoise. La direction a peur de la dissidence, de la scission pro-chinoise. En pratique, il y a peu de militants sur ces positions. Mais ces thèmes permettent d’aborder d’autres débats (stalinisme, etc.).

Question 4. Pouvez-vous rappeler ce qu’il s’est passé avec les résistants ?

Réponse 4. Il faut se détacher de l’idée qu’ils ont été exclus parce que résistants. Il faut se concentrer sur le fait qu’ils ont été écartés du PCF parce qu’ayant une légitimité extérieure au parti. Cela a permis l’émergence de militants comme Georges Marchais qui n’ont pas été résistant.

Question 5. Un problème existe. Le point de départ de cette intervention évoquait la volonté d’étudier le PCF comme un parti comme les autres, mais tout ce qui a été démontré, c’est qu’il n’était pas comme les autres ! Deux précisions sont importantes : 1) Au moment de l’étude, il s’agit d’un parti de masse, enraciné, avec des centaines de milliers de militants. 2) Il affirme ne pas être un parti comme les autres et le prouve en privilégiant son orientation malgré les difficultés des années postérieures à 1974. Même s’il est en même temps un parti dans la politique instituée.

Réponse 5. Sa volonté de considérer le parti comme un parti comme les autres se focalisait sur la question de l’encadrement et du poids du parti sur les militants, pour pouvoir appliquer des outils mettant en lumière les effets de concurrence. Il y a une spécificité du PCF : il accueille massivement les catégories populaires. Les débats internes et les questions des conflits ont été rapidement évoquées dans cet exposé qui s’est concentré sur les cadres et leurs perceptions. Sa volonté initiale était de trouver le poids du parti sur ces membres mais ce poids n’est pas celui d’un bloc monolithique, bien au contraire. Ce qui est intéressant, c’est l’intégration du discours par les militants : on peut se dire des choses en interne mais on ne peut pas se permettre d’apparaître divisé aux yeux de l’extérieur.

Question 6. Les modifications sociologiques dans le recrutement des cadres : choix ou dérives ?

Réponse 6. En région parisienne, il s’agit d’un choix, d’une volonté assumée de faire monter les ITC dans les directions. Il y a toutefois une rupture entre techniciens et ingénieurs. Pour ce qui est des enseignants, il ne s’agit pas d’un effet voulu, il est combattu dans les directives mais pas dans les faits. Ce phénomène se retrouve principalement en province.

Intervention. On observe exactement le même glissement sociologique en France, en RDA, en République tchèque et en République slovaque aux mêmes dates.

Question 7. En 1967, dans la métallurgie, le PCF a constaté la montée de deux nouvelles catégories : les ITC et les travailleurs immigrés. Y a-t-il eu une réflexion sur la politique des cadres parmi les travailleurs immigrés ?

Réponse 7. L’immigration nord-africaine est complètement absente. On trouve la deuxième génération d’immigrés espagnols et italiens. Il y a une réflexion générale menée vers les OS et donc vers les travailleurs immigrés. Mais pas pour ce qui est de la politique des cadres car le modèle est le suivant : un homme, ouvrier qualifié, français, etc.

Question 8. En quoi la Fédération de Paris est-elle un cas à part ?

Question 9. Est-ce que sur toute la période le schéma évoqué est constant ? Est-ce que le fait d’avoir une ligne politique nationale claire ou flottante change-t-elle ce schéma ?

Réponse 8. Il a fait le choix de laisser la fédération de Paris de côté car elle a une sociologie spécifique, une chronologie particulière et elle a des enjeux qui lui sont propres. Il y a une histoire spécifique avec des enjeux différents, par exemple avec les intellectuels.

Réponse 9. Les mécanismes évoluent (générations politiques, formation, arrivée différenciée, expériences…). Sur la question des flottements de la ligne, il est évident qu’il y a un fort durcissement des logiques de recrutement et des critères lors de la guerre froide. Il y a des critères, une matrice antérieure (entre-deux-guerres), reprise à la Libération, durcie puis euphémisée avant l’arrivée des logiques de la répartition des tâches, notamment à la fin des années 1960 avec les questions de la démocratisation. En 1965, les conférences montrent des débats plus débridés car il n’y avait pas de ligne  politique établie. La discussion était très libre et les cadres poussaient à cette discussion.

Intervention 10. L’infra-politique regarde du côté de l’anthropologie, c’est-à-dire la manière dont les milieux populaires vont participer à une entreprise politique ou non à partir de leurs pratiques de la politique : l’immédiat, le quotidien, le collectif. Il y a des moments où les perspectives de la politique instituée sont réduites (par exemple lors de la Guerre froide) durant lesquels le parti valorise une ligne de classe (le quant-à-soi, l’enracinement ouvrier, il faut agir au quotidien, dans l’immédiat, là où on peut obtenir des résultats). Il y a à l’inverse des moments où l’issue dans la politique instituée semble possible voire problable (à partir des années 1960) : faire de la politique au PCF évolue alors, devient autre chose.

Réponse 10. On voit bien que certains contextes politiques imposent le repli des militants. En 1959, on voit de nombreux abandons, avec le retour de De Gaulle au pouvoir. Il y a un vrai effet du contexte.

Question 11. Les milieux populaires du début des années 1950 et de la fin des années 1960 ne sont pas les mêmes. Les problèmes de légitimité ne sont pas du tout les mêmes, quelque soit les problèmes de lignes. Il y a d’autres problèmes de légitimité, comme celui de l’expansion scolaire.

Réponse 11. Certaines personnes se sentent plus légitimes à intervenir, grâce à la scolarisation et au contexte politique. Il y a toute une réflexion de la politique des cadres dans les années 1960 sur le rôle des étudiants qui deviennent permanents et la nécessité de le limiter. Dans le fonctionnement du parti, cela pose des problèmes, comme pour les enseignants. Le discours adopté est le suivant : « Il ne faut pas céder à la facilité de leur confier les tâches de direction ». Il y a une volonté d’empêcher les étudiants et les enseignants de définir la ligne politique.

Question 12. Quelle est la place des écoles du parti dans l’encadrement et de leurs évaluations ? Est-ce que le fait d’être passé par la Jeunesse Communiste est un bonus ou non ? Pour quels postes ? Enfin, sur les sources disponibles, est-ce que “l’insolence de l’étudiant face au vieil ouvrier” est répétée par ce dernier dans le compte-rendu ?

Réponse 12. Les écoles et leurs évaluations sont un enjeu important de la politique des cadres. Leurs compétences, leur manière de se comporter sont étudiées. Cela prend une importance croissante après 1964. Le recours aux écoles centrales se développent massivement après 1964-65, surtout en région parisienne. Il y a aussi des écoles internationales à cette époque, sur un modèle universitaire. Sur la Jeunesse Communiste, il y a un rôle important pour la promotion des cadres (capacité militante et d’encadrement). Il y a une différence entre les militants passés par la Jeunesse Communiste et ceux passés par le syndicat. L’ancrage disciplinaire est un problème. Sur les sources, l’intérêt des rapports sur les conférences de section est de relever les accords et les désaccords exprimés. Ce sont des cadres extérieurs à la section qui viennent pour faire le rapport. Ce ne sont pas des compte-rendus internes. Il y a une volonté de trouver les désaccords. Il y a des militants qui se servent de ces conférences comme de porte-voix, comme une occasion de dire « les quatre vérités ». Ce n’est pas un lieu d’auto-censure, contrairement à ce qui peut se passer lors d’un Congrès ou d’un comité central.

Intervention 13. Le développement des écoles sont en général des moments où il n’y a pas d’autres moyens de faire monter des cadres. C’est en général symptomatique d’un problème pour trouver des cadres. La sélection des militants est faite en amont : la direction du parti décide qui doit aller dans les écoles de quatre mois. L’école comporte une sélection préexistante. L’école internationale d’après-guerre est un lieu de repli.

Réponse 13. Le développement des écoles est en effet un mauvais signe, mais ce qui est important, c’est que les évaluations ne sont faites que dans ces écoles. Sur l’école internationale dans les années 1960, les toutes premières promotions font monter des futurs cadres de haut-niveau des années 1980. Mais il est vrai que passées les années 1967-1968, n’importe qui ou presque peut y aller.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Colloques / Séminaires, Comptes-rendus / Notes and tagged , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français

  1. Pingback: Le Cri suspendu | Enklask / Enquête

  2. Pingback: Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français | AIMOS « Bloghistosphère

  3. Pingback: Paul Boulland. Eléments pour une histoire infrapolitique du communisme français | Bloghistosphère | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">