Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle

Compte-rendu des interventions de Emmanuel Fureix et de Vincent Robert au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle, séance du jeudi 12 janvier 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michelle Tartakowsky

Cette séance accueille deux historiens du premier 19ème siècle autour de la notion de mouvements sociaux. Emmanuel Fureix (historien, Paris 12, CRHEC) a publié en 2009 une version remaniée de sa thèse aux éditions Champ Vallon sous le titre La France des larmes : Deuils politiques à l'âge romantique (1814-1840). Vincent Robert a de son côté publié en 2010, aux Presses de la Sorbonne un ouvrage intitulé Le temps des banquets. Politique et symbolique d'une génération (1818-1848).

Intervention d'Emmanuel Fureix

L'objectif de cette intervention est de présenter rapidement trois formes originales de mobilisations collectives qui se développent sous la Restauration (6 avril 1814 au 29 juillet 1830) puis sous la Monarchie de Juillet (9 août 1830 au 24 février 1848) : l'enterrement d'opposition, le banquet et le charivari.

Ce ne sont pas des mouvements sociaux à proprement parler car ils ne visent ni à changer la société ni à promouvoir des revendications matérielles. Cependant, on peut les considérer comme mouvements dans la mesure où ils subvertissent les rapports sociaux.

Charles Tilly, dans son ouvrage Social Movements (1768-2004) paru en 2004, définit les mouvements sociaux comme des campagnes collectives contre des autorités incluant un répertoire autonome (association, mobilisation, manifestation, etc.) et impliquant une représentation de l'utilité, de l'unité, du nombre et de l'engagement. Selon lui, le mouvement social apparaît en 1768 en Angleterre.

I. Présentation de la genèse des rituels, leurs fonctions, leurs rôles dans la transformation des répertoires d'action collective

Le cadre est celui d'un apprentissage de la vie parlementaire, de la représentation politique. La publicité, l'opinion publique est considérée comme structurant le rapport de représentation entre la société et l'État. C'est également un moment de redécouverte de la liberté de la presse. Mais c'est aussi un moment de fermeture de la vie politique : régime censitaire, interdiction des associations, non-reconnaissance de la liberté de réunion avant 1848, encadrement très strict des attroupements. Ce cadre impose, pour protester, des formes détournées, ritualisées qui bénéficient d'une relative tolérance : les funérailles, les banquets. Pour les charivari, la situation est plus compliquée, car ce sont des tapages nocturnes pouvant être réprimés comme tels.

Ces formes de protestation se distinguent des illégalismes habituels : l'insurrection, le complot, les sociétés secrètes. La violence y est quasiment absente, même si ces formes de protestation sont aussi structurées de manière informelle par des associations.

Elles naissent toutes autour de 1818-1820, en liaison avec l'apprentissage de la vie parlementaire mais aussi en liaison avec la chronologie des débats parlementaires (entre 1825 et 1834). Les charivari et les banquets ont ainsi lieu à la fin des sessions parlementaires.

Les enterrements d'opposition

On parle de funérailles révolutionnaires, de cortège d'opposition dès 1820-1830 dans la capitale. On en compte une trentaine entre 1820 et 1840. C'est un rituel inventé par la jeunesse des écoles car le premier à être célébré concerne un étudiant, enterré au cimetière du Père Lachaise. Ces cortèges traversent la capitale à un moment où naissent les grandes nécropoles modernes extra-muros. Ils sont l'occasion de cortèges de longue durée (près d'une journée pour l'enterrement du général Foy en 1825), avec une halte ou non à l'Église (une partie importante sont des enterrements civils). Ils célèbrent des représentants politiques (des députés, des pairs de France), parfois des militaires. Certains de ces grands hommes sont d'anciens révolutionnaires (Abbé Grégoire en 1831, Lafayette en 1834, Buonarroti en 1837 ou encore Merlin de Thionville en 1833). Ils expriment une protestation à l'égard du pouvoir par des cris ou des discours. Il y a également des dispositifs symboliques déployés. Ils arrivent à cristalliser un imaginaire, même si celui-ci est moins élaboré que pour le banquet.

Les caractéristiques

→ L'effet de masse. La mort n'est plus une mort privée. L'espace public est réservé en principe à des cérémonies religieuses ou au pouvoir. Le monopole royal de l'usage légitime de l'espace public est remis en cause.

Les étudiants sont toujours très présents, ils sont au coeur du rituel. C'est également le cas des sociétés de compagnonnages ou de secours mutuels aussi. Les Carbonari et les sociétés politiques ont aussi joué un rôle, même s'il est difficilement quantifiable.

Le rôle de la presse libérale, qui appelle à participer aux convois, est important tout comme celui de la rumeur lors de la traversée des grands boulevards.

→ Ils donnent sens à l'espace traversé. Le défunt meurt dans les beaux quartiers et est enterré au Père Lachaise. Il traverse donc les grands boulevards, symbole pour les libéraux de l'union des classes. À partir de 1830, le cortège fait un certain nombre de stations symboliques : la colonne Vendôme (à la mémoire napoléonienne), place de la Bastille, le Panthéon (tentative manquée).

Ces cortèges s'inventent un appareillage symboliques : les couronnes, les cocardes, le port à bras du cercueil. Ce dernier est interdit par les règlements de police de l'époque : il devient un symbole pour les étudiants, à tel point que le cercueil de La Rochefoucauld de Liancourt tombe à terre lors de heurts avec les forces de l'ordre. Après 1830, les drapeaux tricolores font leur apparition puis le drapeau rouge (notamment lors de la mort de Lamarque) auxquels sont associés des bonnets phrygiens. L'attention accordée aux détails est extrême : on retire par exemple le coq de Louis-Philippe du drapeau tricole pour y ajouter une pique représentant la République.

→ Les cris et les discours prononcés sur la tombe (par les élites). Les cris sont un scandale politique en soi. Ces cris sont subtiles et franchissent rarement le seuil de la sédition. Ils sont tout de même protestataires de manière subtile : "Vive la Charte !"  à la place de "Vive la Charte, Vive le Roi !"). On peut aussi crier "Vive les libertés publiques !" ou encore défendre la patrie (qui à cette date est un monopole de la gauche), pour retrouver l'honneur patriotique. On crie "C'était l'homme de la patrie !". Un ouvrier par exemple crie, au passage du cercueil de Lafayette : "Il était pour nous celui là !". Il y a des exceptions, il existe quelques cris séditieux : "Vive la République ! À bas la poire molle ! Son père est un assassin !". Mais il n'y a pas de considérations sociales dans ces cris.

Y a-t-il un lien entre ces rituels et les violences, comme dans le cas de l'enterrement du Général Lamarque ? Ces violences sont rares et souvent liées à la présence de mouchards ou dans des cas d'irrespect de la part des forces de l'ordre. Ce sont toujours des violences un peu théâtrales. L'enterrement ne vise pas à la révolution, même dans le cas du Général Lamarque où seule une minorité agit.

Les banquets

Ils peuvent être considérés comme des réunions informelles, des matrices de l'association. Ils sont des manifestations de reconnaissance des électeurs à leurs députés. Cela réduit le recrutement de ces banquets. Il fallait souscrire au préalable, ce qui suppose un recrutement notabiliaire. Les banquets démocratiques ne se multiplient que sous la Monarchie de Juillet. Ils sont une caisse de résonnance des débats parlementaires, beaucoup plus que les enterrements, l'apothéose étant au moment du toast.

On assiste avec ces banquets à la construction de campagne nationale, en 1829-1830, 1840 et 1847-1848.

Le charivari

Il s'agit de cortèges tonitruants au son des casseroles, des cornets, des chansons plus ou moins séditieuses pour déshonorer un représentant de l'État ou de la Nation. Devenus politiques, ils empruntent à la longue histoire des charivari coutumiers qui visaient la transgression des normes communautaires et notamment celle du mariage. Le rituel ne cessait que lorsqu'une amende était payée. Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, on assiste à un déplacement de ces rituels dans le champ politique dans les villes, avec des charivari anti-cléricaux dans un premier temps puis des charivari plus politiques dès 1820 à Brest par exemple et surtout après 1830. Ils étaient nombreux. Ainsi, 81 ont été recensés sur quelques mois en 1832. C'est la violation d'un contrat politique qui est dénoncée : "À bas le traitre, à bas le ventru !" par exemple. Ce ne sont pas des formes massives de participation : quelques dizaines voire quelques centaines d'individus, mais ce sont des formes très organisées.

II. En quoi ces mouvements s'inscrivent dans une histoire des mouvements sociaux, à travers des formes de souveraineté populaire, de démocratie en actes ?

Ces rituels témoignent d'une transition dans les répertoires d'action collectives qu'a défini Charles Tilly. Autour de 1850, et même antérieurement, on assiste au passage de répertoires d'actions localisés, patronés et symboliques à des répertoires nationaux, autonomes et structurés. Cela est lié au développement économique mais également à la vie parlementaire. Ces formes d'actions ne se réfèrent plus seulement à des phénomènes locaux. Il y a une nationalisation du répertoire qui est perceptible. On ne peut pas nier en revanche que ces formes d'action restent symboliques, elles épousent le code des rites qu'elles subvertissent. D'autre part, le calendrier d'action est limité, car il faut attendre par exemple le décès d'un grand homme.

Ces rituels opèrent des usurpations de souveraineté, pour devenir en quelque sorte des formes de souveraineté populaire. On transgresse un monopole royal de l'hommage public. Célébrer par le rite, par la pierre un grand homme sans passer par le pouvoir est une forme d'usurpation de la souveraineté. De même pour le banquet : certains banquets empruntaient au rituel royal du "grand couvert". De même les charivari exprime une sorte de justice populaire, une "atteinte à la liberté des votes", en instaurant une sorte de mandat impératif au député.

Quelle est la participation populaire ? Ils sont quasiment exclusivement masculin. Le premier banquet mixte politique date de l'automne 1848. Dans les enterrements, il y a un phénomène similaire : la présence des femmes dans les cortèges est exclue mais leur présence est autorisée aux abords des cortèges ou du cimetière.

L'extension sociale de ces rituels varient. Les notabilités dominent dans les banquets. Dans les enterrements, on assiste à un mélange des classes dès les années 1820. Cette alliance est intéressante car chacun défend des intérêts différents mais ils défendent tous la "liberté" selon des sens diamétralement opposés. Les hiérarchies sont un peu estompées, on peut former des chaines humaines sans se connaître. Mais les fonctions les plus nobles dans le rituel sont attribuées à des notables. Sous la Monarchie de Juillet, les choses évoluent, on assiste à une participation ouvrière croissante, des ouvriers endossent ces fonctions de prestige, certains prononcent les discours funéraires, des rendez-vous sont fixés au préalable pour constituer des cortèges par métiers, les sociétés politiques et d'exilés politiques sont présentes. Les signes de distinctions sociales sont de plus en plus mal acceptées. Mais la question sociale en tant que telle n'est pas explicitement présente.

Conclusion

On assiste à un renouvellement des répertoires protestataires. Ils subvertissent l'arène institutionnelle. Ce sont des formes dont l'avenir n'est pas voué à la disparition mais qui ont moins d'importance après 1848. D'autres scènes politiques apparaissent. La force imaginaire décroit également, ce qui explique que malgré leur existence durant la Troisième République, leur fonction politique n'est plus la même.

Intervention de Vincent Robert

La question qui était posée était la suivante : la rue construit-elle le mouvement social ? C'est un centre d'intérêt personnel ancien. Entre 1848 et 1914, s'acclimate dans la pratique politique et sociale un phénomène social, la manifestation, qui n'était pas naturel avant. À l'opposé, mes recherches sur les banquets ont porté sur un phénomène qui ne se déroulait pas dans la rue. Il se déroule dans un espace privé pour l'essentiel.

Si on considère que la rue construit le mouvement social, on a un raison assez mécaniste du type : la rue est un espace ouvert au public, elle détermine des formes d'action collective qui engendrent elles-mêmes le mouvement social (la contestation de la société, les formes de mobilisations, les échos et les résultats). Le problème fondamental, c'est que "la rue" ne veut pas dire grand chose pour la période qui nous intéresse. Après 1860, la rue existe. Avant cette date, la rue est très étroite et n'est pas un cadre pour défiler. Les quais de Lyon ou les grands boulevards à Paris se prêtent mieux à la manifestation. On descend sur la "place publique" et non dans "la rue", la circulation n'est pas essentielle.

La bonne question est plutôt : Quelles sont les rapports qui existent, qui se créént entre les groupes populaires (essentiellement salariés) et les espaces ?

Ce rapport à l'espace est conditionné par la précarité de la condition ouvrière (faibles salaires), la nécessité de la pluri-activité familiale, le chômage périodique et régulier dans un certain nombre de métiers, l'absence de possessions matérielles (pas de logement, peu de meubles, ce qui favorise la mobilité et le non-paiement du loyer). Pour les propriétaires, ils sont instables et non-contrôlables.

Il faut aussi rappeler l'illégalité des formes d'organisation et de protestation ouvrières. Depuis la Révolution, la répression est systématisée. Après chaque révolution, une loi sur les attroupements est adoptée (1791, 1831, 1848). Il ne doit rien se passer sur les espaces publics. La Monarchie de Juillet a une peur panique des foules, la Restauration moins. L'interdition des associations n'est pas absolue, mais les coalitions sont interdites. Les sociétés de secours mutuels, qui ont en principe un but d'entraide (notamment pour la maladie et les obsèques) ne sont pas trop mal vues par le pouvoir. Mais elles restent surveillées et doivent être autorisées par le Préfet. Celles-ci se développent considérablement à partir de 1840, comme l'explique William H. Sewell dans Gens de Métiers et Organisation. Le Langage du travail de l'Ancien Régime à 1848. La répression est donc présente en permanence comme une épée de Damoclès. D'où l'importance de connaître son voisin dans une association ou une manifestation : il y a un travail d'identification, de vérification de l'identité pour éviter les mouchards. L'hostilité aux étrangers s'explique en partie par ce souci.

On peut donc distinguer deux types d'espaces. Le premier est celui maitrisé par les milieux populaires et sûr depuis assez longtemps. Le second est au contraire celui qui n'est pas sûr. L'industrialisation et l'urbanisation tendent à pousser les milieux populaires à prendre possession de ces lieux : les banlieues, les mines et les forges. Le mouvement ouvrier sous la Monarchie de Juillet s'efforce de s'approprier l'espace de la ville et de la cité, d'un point de vue matériel et métaphorique.

I. Les espaces maitrisés sont les quartiers et le tour de France auxquels correspondent deux formes d'organisation : les sociétés de secours mutuels et le compagnonnage

Le quartier est un espace assez sûr car la présence policière y est faible voire nulle. Quand il s'agit de rétablir l'ordre, c'est la garde nationale - en partie composée par des gens du quartier - qui est censée intervenir, même si elle ne le fait pratiquement jamais. C'est un espace d'interconnaissance : on sait qui est qui. C'est aussi un espace familial. Dans les situations de conflits, les femmes et les enfants sont faiblement réprimés. L'avant-garde des troubles sont « les lanceurs », les très jeunes ouvriers qui harcèlent la police en lançant des pierres. Il est encore plus délicat pour les forces de l'ordre de s'en prendre aux femmes. Le quartier est également le cadre de la sociabilité : le cabaret (pour les hommes), les sociétés de secours mutuels (solidarité importante lors des décès, organisation de banquets annuels des sociétés de secours), les fêtes locales organisées par des groupes de jeunesse. Le quartier est une base solide qui fonctionne de manière efficace, par exemple contre un boulanger qui pratique des prix trop élevés.

Le compagnonnage est illégal mais il est très visible pour les contemporains de l'époque. Les compagnons circulaient en bande de manière à ne pas passer inaperçus. On les voyait au moment de leur fête, des enterrements, des conduites (l'accompagnement de l'un des leurs vers une étape prochaine). La bourgeoisie ne comprend pas le compagnonnage. Elle en a une mauvaise opinion : ce sont des jeunes ouvriers violents réglant leur compte entre deux ou trois grandes obédiences rivales. Il y a des aspects rituels pour protéger l'organisation. Ce sont des associations très solides qui défendent bien les intérêts matériels de la classe ouvrière. Cela constitue une struture de formation et de diffusion des nouveautés techniques, sociales et politiques. Il y a une correspondance assidue entre les membres et il semble que ce soit un canal de propagande important, comme cela a pu être démontré dans le cas de Cabet par exemple.

Il y a quelques problèmes cependant. Le nord et l'ouest ne connaissent pas le compagnonnage. Quelles conséquences cela a-t-il eu sur la constitution du mouvement ouvrier ? Cela reste à étudier. Le compagnonnage est traditionnel et reste limité à quelques métiers précis (bâtiment et menuiserie). Il manque également un groupe majeur, celui des imprimeurs.

II. Les espaces à maîtriser se multiplient au cours du premier 19ème siècle

Toutes les nébuleuses proto-industrielles qui surgissent autour des villes et embauchent de la main-d'oeuvre rurale peu revendicative sont difficilement maitrisables. Il y a eu tout de même eu quelques tentatives de politisation de cette main-d'oeuvre. Les militants ouvriers restent des citadins et estiment que les produits intéressants sont des produits de luxe nécessitant des ouvriers qualifiés. La production "industrielle " de textile par exemple n'est donc pas considérée comme un problème trop important.

L'espace de la manufacture ou de la mine est parfaitement hostile, essentiellement rural, gouverné par un patronat avec des comportements féodaux très nets, la répression y est très dure. L'armée intervient régulièrement : La Ricamarie, Decazeville connaissent très tôt des massacres de mineurs. Quelques ouvriers hautement qualifiés y sont présents, comme les verriers, mais ils sont peu nombreux et se défendent très bien seuls.

C'est pour contrôler la ville, la grande ville que ce constitue le mouvement ouvrier. Mais elle pose de nombreux problèmes :

1° Elle est gonflée par l'immigration des campagnes et de l'étranger. Cet afflux pose problème dans les métiers bien organisés : cela fait un marché de consommation important et peu exigeant, ce qui encourage l'artisanat en chambre et donc une concurrence qui pèse par les prix. Ils ne peuvent pas être contrôlés par les méthodes traditionnelles, car ils habitent d'autres quartiers.

2° La croissance de la ville implique la construction  d'immeubles et donc l'intervention du secteur du bâtiment. C'est un métier saisonnier, à forte immigration et fortement lié : le maçon en grève paralyse le charpentier par exemple. Cela impose donc la coordination des actions des métiers.

3° Même dans les métiers qualifiés comme ceux d'imprimeurs, les lieux de réunions ne suffisent plus car les effectifs deviennent très importants avec la croissance démographique. Nous ne sommes plus dans un monde d'interconnaissances. Il faut faire autrement, ce qui implique une organisation plus forte et si possible une sanction légale pour le résultat de l'action collective (le tarif en général). Cela n'est pas impossible, car à la fin de la Restauration on envisage la division en section du mouvement ouvrier. Cela est aussi possible parce que les tarifs étaient tolérés et approuvés par les autorités.

Le problème est qu'en 1830, tout cela change. L'autorité change d'attitude à l'égard des sociétés ouvrières. C'est cela en définitive qui constitue le mouvement ouvrier. Le modèle est un groupe très particulier mais fondamental pour la compréhension du mouvement syndical en France : les ouvriers imprimeurs qui sont alphabétisés, cultivés, avec des chefs étant souvent des "intellectuels ratés". Ils sont quasiment intouchables car ils ont joué un rôle majeur à la fin de la Restauration et ils peuvent paralyser la sortie des journaux. Le gouvernement n'a pas le choix et les ouvriers imprimeurs constituent dès le début des années 1840 une association et obtiennent un tarif.

Discussion

Intervention 1. On a une Restauration qui constitue un espace de pratiques nouvelles avec un infléchissement sous la Monarchie de Juillet. On a des formes de mobilisations qui se nationalise, dont le rapport au politique est fort. Ce phénomène de nationalisation des luttes mettra très longtemps à se nationaliser de nouveau.

Réponse 1. L'histoire politique et sociale du premier 19ème siècle est extraordinaire et d'une richesse fabuleuse. La référence commune est Edouard P. Thompson et son ouvrage The Making of the English Working Class paru en 1963. L'historiographie sur le premier 19ème est très riche depuis une dizaine d'années et revise l'histoire qui avait été réécrite par les républicains.

Réponse 1. Sur le plan politique, il y a une ouverture lors des premières années de la Monarchie de Juillet, entre 1830 et 1834. C'est un moment d'invention absolue. Il y a par exemple des manifestations féminines.

Intervention 2. Les deux exposés présentés partent des villes. Il n'est pas certain qu'il y ait une telle imperméabilité. Il y a de la mobilité. Les ouvriers des métiers des villes ont du mal à contrôler, à canaliser les migrants. Ils se trouvent néanmoins que ces derniers passent et vivent dans des villages. Il y a des expériences, notamment des évènements auxquels ils ont pu assister. On le voit bien avec les ouvriers des Ateliers nationaux dans les années 1848-1849 qui sont expulsés en province. Dans les mines de fer, il y a ni compagnonnage, ni structure durable avec réseau national, mais il y a des traditions, des réseaux locaux, des mobilisations assez régulières et une transmission des savoirs et des expériences. Cela se fait sur des questions de tarifs par exemple.

Réponse 2. Les ouvriers des villes sont fiers d'être citadins et regardent de haut les paysans. Mais il y a une porosité avec une partie du prolétariat rural. Mais il semblerait qu'à l'égard de la proto-industrialisation, cela marche moins bien.

Intervention 3. Les mineurs de fer, les bucherons sont pourtant du personnel extérieur aux forges et ils peuvent à ce titre importer des pratiques, des réflexions.

Réponse 3. C'est vrai, mais il est difficile de rendre compte de traditions, des échanges oraux. On ne peut que les supposer. Le mouvement ouvrier, c'est aussi l'histoire de la conquête de l'écrit, notamment à cause du poids des ouvriers du Livre.

Intervention 4. Les obsèques sont-elles propres à Paris ?

Réponse 4. Les funérailles politiques en province sont plus rares, car plus compliquée. On a quelques exemples, dans le cas de morts violentes, par exemple à Marseille.

Intervention 5. Pour les comploteurs condamnés à mort et exécutés, que se passe-t-il ?

Réponse 5. Le Code pénal impose le caveau anonyme, ce qui ne facilite pas les rituels.  Mais cette contrainte est contournée, notamment grâce au rôle des femmes.

Intervention 6. La Révolution et l'Empire ont forgé des symboles forts, ce qui interroge sur la portée de la nationalisation de ces évènements.

Réponse 6. Ces symboles sont des lieux communs disponibles, qui clivent la population mais qui peuvent faire références à beaucoup de choses. Les sociétés rurales sont profondément clivées par la Révolution. Il y a, à chaque annonce de révolution, un retour aux anciens clivages. La mémoire des prêtres constitutionnels est par exemple très importante.

Intervention et réponse 7. La tolérance et le rapport de forces des imprimeurs naissent en partie des évènements de 1830. L'interdiction du banquet en 1847 est une erreur de Guizot. C'est un signe fort de raidissement du régime. Il existait une coordination, dirigée par les imprimeurs, des corporations ouvrières à Paris. Cela devient gravissime avec l'interdiction du banquet du 12ème arrondissement qui est le banquet de la garde nationale et donc des électeurs et des soutiens du régime. Ceci entraînera les évènements de 1848.

Prochaine séance le 2 février 2012 avec Claire Andrieu (historienne, Sciences-Po Paris, CHSP, CHS) sur le thème La Résistance comme mouvement social.

À lire éventuellement sur la révolution de juin 1832, un témoignage des barricades qui a inspiré le personnage de Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo : Charles Jeanne. À cinq heures nous serons tous morts ! - Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, édition établie et commentée par Thomas Bouchet, Paris, 2011, Vendémiaire, 220 pages.

À voir également l'appel à contribution pour le colloque Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles, colloque international, 12-13 décembre 2012 organisé par l'Université Paris-Est Créteil (UPEC),  le CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), l'Institut Universitaire de France, la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle sur le site Actualités du XIXe siècle.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Colloques / Séminaires, Comptes-rendus / Notes and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle

  1. Yann Cantin says:

    Intéressant compte-rendu. D'ailleurs, je pense que c'est bien un endroit pour ajouter un détail. Des sourds-muets ont également constitué des banquets afin d'organiser la résistance contre la volonté d'imposer l'éducation orale au détriment de la langue des signes. Ainsi, les sourds-muets militants sont également inscrits dans ce phénomène de mouvements sociaux de la fin de la première moitié du XIXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">