Adieu camarades !

Affiche de la série d'Arte "Adieu Camarades !"

Affiche de la série d'Arte "Adieu Camarades !"

Pour célébrer les vingt ans de la chute de l’URSS, Arte lance mardi 24 janvier 2012 un cycle documentaire intitulé Adieu Camarades ! Il propose de retracer l’histoire de l’effondrement de l’empire soviétique, de la Conférence d’Helsinki de 1975 à la démission du secrétaire général du parti communiste, Mikhaïl Gorbatchev, le 25 décembre 1991. Réalisés en six épisodes d’une heure, selon un découpage chronologique, ils seront diffusés deux par deux les mardis 24, 31 janvier et 7 février 2012 à partir de 22h20.

Ce documentaire, réalisé dans le cadre d’un important projet européen, multiplie les supports de diffusion : télévision, dvd, ouvrage, webdocumentaire et site internet. Il a été tourné dans près de 15 pays, a été traduit et sera diffusé sur près de douze chaines en Europe.

Le premier épisode, que j’ai pu voir lors de l’avant-première organisée par Arte et le magazine L’Histoire, traite de l’apogée du régime, entre 1975 et 1979, en se permettant toutefois quelques allers et retours dans le temps sur le démantèlement de l’Allemagne en 1946 ou encore sur le Printemps de Prague en 1968.

Les six épisodes sont montés selon une trame narrative relativement simple : une jeune femme élevée à l’ouest dans les années 1980 tente de comprendre son père élevé à l’est dans les années 1950. Le père est à la fois narrateur et témoin tandis que la fille, qui se promène dans des rues où sont placardées les dernières publicités Benetton, s’appuie sur des documents de toutes sortes pour asseoir ses dires : témoignages, archives privées, images d’archives, films, etc. Les images ne sont cependant pas toujours utilisées à bon escient. Pourquoi illustrer la Seconde Guerre mondiale avec des extraits de Quand passent les cigognes et non par des images d’archives ?

Très rapidement, l’histoire culturelle de l’URSS prend le pas sur les propos politiques avec un extrait de film de science fiction soviétique des années 1970. Ce premier épisode revient longuement sur les dissidents, les rockeurs, les hippies, les artistes de la contre-culture qui symbolisent les premières failles du système malgré les sanctions encourues (prison ou internement psychiatrique). Les idées traversent le rideau de fer et il existe en URSS des mouvements similaires à ceux d’Europe et des États-Unis. Le terme “asphyxie”, cher à Dubuffet, revient ainsi à de nombreuses reprises dans la bouche de jeunes. L’émergence d’une culture propre à la jeunesse aurait ainsi été le principal facteur de déstabilisation de l’URSS dans la seconde moitié des années 1970, ce qui discutable, le documentaire laissant en arrière plan les questions économiques et politiques. Ce premier épisode s’achève en 1980 avec la mort du chanteur Vladimir Semionovitch Vyssotski.

Même si certains choix sont contestables, ce premier épisode donne envie de regarder les suivants, ne serait-ce que pour voir des images d’archives difficilement accessibles.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">