Histoire des mouvements sociaux en France, 1814 à nos jours

Compte-rendu de l’intervention de Michel Margairaz au séminaire "Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie" sur le thème Les mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, séance du jeudi 11 octobre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Présentation de Michel Pigenet

Michel Pigenet souhaite la bienvenue aux participants de cette nouvelle année du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » organisé par le Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle. Durant cette première séance, il va être question des mouvements sociaux en France, à l'occasion de la parution prochaine [le 8 novembre 2012] aux éditions La Découverte de l'ouvrage collectif, coordonné par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky, intitulé Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours. Michel Margairaz se charge de la lourde tâche de présenter cet ouvrage de près de huit cents pages regroupant soixante et onze contributions.

Intervention de Michel Margairaz

Michel Margairaz signale tout d'abord qu'il n'est pas complètement étranger à cet ouvrage, puisqu'il a co-signé avec Danielle Tartakowsky un article sur les mouvements sociaux et les années 68. De son point de vue, cet ouvrage reflète les positions des nombreux intervenants au séminaire durant les années précédentes, avec comme préoccupation centrale, l'articulation entre le politique, le social et l'économique. Il n'a pas pu lire l'intégralité de l'ouvrage mais a tout de même pu lire un nombre important de contributions. Il a également eu en main les quatre introductions qui représentent une quarantaine de pages ainsi que l'avant-propos confectionné conjointement par les deux directeurs de l'ouvrage.

Cette intervention propose un regard sur ces soixante et onze contributions. Dans l'ensemble, il est en accord avec de points abordés dans cet ouvrage, ainsi qu'avec les découpages chronologiques proposés. Les quelques remarques et nuances qu'il pourra apporter durant cette intervention ne remettent pas en cause la structure générale de l'ouvrage. Ce seront des remarques à la marge, quelques questions complémentaires. Il se permettra enfin de signaler certains éléments à son sens sous-estimés.

Cet ouvrage traite de l'histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours et couvre donc quasiment deux siècles. Trois points seront successivement abordés : celui des dénominations employés (« mouvement social », « mouvements sociaux », « mouvement ouvrier »), celui de la périodisation en quatre parties retenue et enfin le manque d'insistance sur le phénomène de mondialisation et ses conséquences sur les mouvements sociaux.

Premier point. Les dénominations employées

Il signale tout d'abord la publication récente du compte-rendu d'une réflexion organisée par le Parti socialiste sur le thème « Le socialisme à l’épreuve du capitalisme » et dirigée par Alain Bergounioux et Daniel Cohen. Michel Margairaz avait été chargé d'animer une table-ronde avec Robert Castel et Franck Georgi (entre autres) sur le thème des mouvements sociaux des années 1880 à nos jours.

Cet ouvrage ne manque pas de soulever le problème des dénominations à utiliser : de quoi parle-t-on exactement lorsque l'on évoque le ou les mouvements sociaux ?

Un travail tout à fait intéressant sur les différentes filiations du terme « mouvement social » a été mené. Dès la Monarchie constitutionnelle (1820-1830), on trouve une filiation plutôt chrétienne du terme « mouvement social » qui apparaît par éclipses, de manière discontinue. Il est remarquable que ce terme trouve ses origines dans une période pré-industrielle, dans les milieux catholiques sociaux. Il est envisagé de manière large, « le social », c'est-à-dire qu'il ne concerne pas exclusivement le milieu ouvrier. Ce qui ne manque pas de soulever la question des liens du « mouvement social » avec la dénomination « mouvement ouvrier ». Par la suite, cette dénomination « mouvement social » devient nettement plus contestataire, de l'ordre de la transgression. Il y a une tendance plus nette à la convergence entre les dénominations « mouvement social » et « mouvement ouvrier », même si cette convergence n'est pas parfaite. Une certaine confusion s'installe donc au début du XXe siècle, avant que les travaux d'Alain Touraine ne les distinguent de nouveau, en usant de la dénomination « nouveaux mouvements sociaux » [cf. voir la séance avec Claire Andrieu]. Ces « nouveaux mouvements sociaux » sont distincts, de manière très forte dans ses objets, formes et registres d'action, du « mouvement ouvrier ».

Visiblement, dans les introductions, les auteurs et directeurs de publications ont décidé que les « mouvements sociaux » seraient vus d'une façon large, avec un d’œcuménisme de ce point de vue là. Tout engagement collectif, toute mobilisation collective qui est une forme de contestation dans une perspective de transformation, de modification de la situation de ceux qui se mettent en mouvement pourra être considéré comme un mouvement social. Le mouvement est lui-même constructeur d'une identité qui peut s'incarner dans une organisation. Le mouvement est éphémère mais peut déboucher sur quelque chose qui a une identité et une légitimité de ce pour quoi il y a mouvement.

Deuxième point. La périodisation et l'articulation entre mouvements sociaux et les problèmes de régulation politique

Quatre période ont été définies : les années 1814-1880 ; les années 1880-1930 ; les années 1930-1980 ; les années 1980 à nos jours. Michel Margairaz signale son accord avec ce découpage. Il correspond à des ruptures qui participent du politique (non institutionnel), de l'économique et du social.

Les années 1880 sont à la fois les années de la République aux républicains sous une forme relativement stabilisée pour une quarantaine d'années, consolidées dans ses institutions et ses pratiques par la Grande Guerre. Michel Margairaz relève qu'il s'agit d'un découpage très différent du court vingtième siècle proposé par Eric Hobsbawm. Les années 1880 constituent également une nouvelle étape de l'industrialisation. C'est une période de mutations des espaces, du travail et des pratiques. Il s'agit de la deuxième industrialisation, avec des formes françaises atténuées par rapport à la Grande-Bretagne. Selon l'expression de Denis Woronoff, dans son Histoire de l'industrie en France du XVIe siècle à nos jours, elle se fait, comme la première Révolution industrielle, « sans arrachements ». Pour l'année 1814, il y existe une double dynamique politique (traces dans les mémoires et les pratiques de la Révolution de 1789) et économique (début de la première Révolution industrielle). Du point de vue du mouvement social, il est relevé que les années 1840 voient émerger des choses nouvelles

Les années 1930 constituent une bonne césure. Une nouvelle séquence s'amorce, propre à la France, qui dure une quarantaine d'années. Le mouvement social est organisé pour l'essentiel autour du mouvement ouvrier organisé. La question du travail est centrale. Le recoupement entre « mouvement social » et « mouvement ouvrier » est très fort avec les dates-clés 1936, 1946 et 1968, même si ces derniers événements sont déjà une faille dans ce recoupement.

Que met-on dans cette périodisation ?

Période 1814-1880 : il existe des formes de mobilisations sociales « en quête d'espaces publics », qui ont des difficultés pour trouver leurs marques. L'une des questions bien connus est celle de la persistance de l'Ancien Régime, de la persistance de mouvements sociaux pré-industriels comme les émeutes frumentaires, les révoltes anti-fiscales. Ce sont des formes de mobilisations souvent locales, non institutionnelles, éphémères. Il faut toutefois prendre garde. Ces formes anciennes de mobilisations peuvent masquer des mobilisations dont l'objet peut être nouveau, dont les participants peuvent être nouveaux. Plusieurs contributions illustrent comment des formes de mobilisations contemporaines de l'industrialisation utilisent des formes anciennes pour des objectifs contemporains. La France est une société pré-industrielle, même si les choses changent sensiblement à partir de 1840. Avant cette date, c'est la vie, les moyens d'existence qui mobilisent. La question du travail intervient peu, si ce n'est sous des formes particulières (voir par exemple l'ouvrage de Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent intitulé Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire ou plus récemment François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860) paru en 2009). Le bris de machine apparaît comme une forme de mobilisation « réactionnaire », au nom des qualifications, des positions acquises, de l'autonomie des compagnons. Ce sont en général des combats défensifs, mais ces luttes n'ont-elles pas des éléments de modernité, notamment sur les questions de qualifications ? Il y a une conjonction du vieux et du neuf qui rend l'analyse compliquée. Jusqu'en 1840, les mouvements sociaux sont hors des formes de régulation politique. Le système politique née de la Révolution veut maintenir l'illusion du tête-à-tête entre l'individu et l'État. Il manque des éléments dans cet ouvrage sur le rôle des élites dirigeantes dans l'organisation des instances de régulation (les Chambre de commerce par exemple). La formule employé par un commerçant reproduite par Jean-Pierre Hirsch dans Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1760- 1860) témoigne d'une attitude ambivalente envers l'État : « Laissez-nous libre et protégez-nous beaucoup ».

À partir de 1840, la question sociale est identifiée par les contemporains comme étant la question ouvrière, comme en témoigne les formes d'observations sociales (celles menées par Frédéric Le Play par exemple). Cette première industrialisation est encore très liée à des formes de proto-industrialisation. Il y a un mélange entre la France rurale d'Ancien Régime et la Première Industrialisation. Des formes de protestation ouvrière interviennent dans des lieux anciens, comme les compagnonnage ou les caisses de secours mutuels, mais aussi nouveaux, sur des questions de tarifs, de droit d'association..

Période 1880-1930 : On observe une seconde industrialisation sans arrachements, avec des transitions. La grande industrie urbaine ou suburbaine apparaît durant ces années, avec ce qu'elle implique de concentration ouvrière et de nouvelles méthodes d'organisation et de travail. Les mouvements sociaux restent toutefois tributaires de la République qui reste un élément de mobilisation tant qu'elle n'est pas tout à fait fixée par l'adoption des lois sur les libertés politiques (droit d'association, etc.), l'école et la laïcité. La question de la République reste centrale tant que ces trois points ne sont pas définitivement acquis. Il y a eu, même après la première industrialisation un continuum social, du fait de l'industrialisation lente, entre le petit patron, le petit travailleur à façon indépendant, des compagnons très proches de l'artisan, des ouvriers des petites entreprises. Ce continuum est davantage remis en cause par la deuxième Révolution Industrielle.

À partir de 1890-1900, des éléments propres à la question sociale et à la question du travail s'ajoutent à la défense de la République. Le politique en tient compte. La deuxième génération des républicains compte intégrer les classes populaires avec la mise en place d'un début d'État social. Les débats d'adoption des réformes sociales sont toutefois très longs (sur les vieillards, les retraites, les femmes et les enfants). On ne protège pas le cœur du travail, mais les marges, en lien avec l'idée de bienfaisance (Voir sur ce sujet l'ouvrage d'Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécurité sociale en France). Deux éléments changent la dynamique des mouvements sociaux : la construction lente d'un État du social et la construction des organisations du mouvement ouvrier qui se constituent contre cet État social. Les organisations en France sont en réaction contre le système politique et même contre le système politique du mouvement ouvrier : il n'y a pas de liens entre mouvement socialiste et mouvement syndical, contrairement à la situation qui prévaut en Angleterre et en Allemagne. Les grandes grèves de 1906-1907 dans les grandes concentrations ouvrières et dans la fonction publique s'effectuent avec l'aide d'organisations et avec des formes d'organisations populaires.

La guerre de 1914-1918 ne représente pas forcément une grande rupture, mais plutôt une consolidation de cette configuration. Elle a tout de même un effet. Elle renforce l'État Social. La guerre a également mondialisé un certain nombre de questions qui bénéficient désormais de lieux de discussions (l'OIT par exemple). La régulation pourrait prendre des formes internationales. Il y a également le poids de la Révolution russe. La création du PCF en 1920 lors du congrès de Tours aboutit à des redéfinitions du système politique et du mouvement social. Le PCF a la prétention de réconcilier le mouvement social, le mouvement syndical et le parti politique. Cette prétention est très hypothétique durant l'entre-deux-guerres, mais c'est un élément qui a eu des effets retardés. Le PCF voudrait faire du travail le cœur du politique, comme en témoignent par exemple les bolchévisations successives. La volonté de mobiliser sur des questions internationales, de solidarité avec l'étranger et contre les menées impérialistes est aussi un facteur nouveau.

Période 1930-1980 : L'épisode 1934-1936 a permis un double processus (voir l'ouvrage de Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky intitulé L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire). La crise des années 30 est une crise du travail et de l'économie. La mobilisation ne se fait pas sur le travail mais sur l'anti-fascisme, ce qui replace paradoxalement le travail au centre. La mobilisation, les grèves, les marches de la faim sont symboliques. Les vrais mobilisations se font sur les questions du fascisme. Ce qui est remarquable c'est qu'à partir de l'anti-fascisme on revient au travail parce que ce sont les organisations ouvrières qui mobilisent sur ces questions. La mobilisation se fait par les grèves et la victoire électorale parallèlement. Le mouvement social est très identifiable au mouvement ouvrier, même s'il en déborde, car le mouvement débute là où les organisations syndicales ne sont pas présentes. Les frontières de la mobilisation ont peu à peu rejoint les frontières de l'organisation avec la syndicalisation massive. Le mouvement social s'identifie en grande partie au mouvement ouvrier et débouche sur des lois sociales qui confortent l'État social. Le paradoxe, c'est que les artisans de ces lois sociales étaient précédemment extrêmement méfiants à l'égard de cet État social. C'est également un des rares moments de mobilisations de masse des classes moyennes par la droite et l'extrême-droite (PPF par exemple) contre cet État-Social qui se constitue.

Entre 1936, il y a conjonction entre culture de mobilisation et culture de régulation. En 1944-1946, ce couple se dédouble. La Résistance peut être perçue comme un mouvement social (voir l'intervention de Claire Andrieu citée plus haut). Le legs de la Résistance à la République, c'est le Programme du CNR qui est signé par les mouvements de Résistance, les partis politiques et les organisations syndicales, bien au-delà du mouvement ouvrier. En 1944, il n'y a pas de mobilisations sociales, mais c'est une mobilisation pour la reconstruction, contre le fascisme, contre les traîtres. Par-delà la guerre froide, le mouvement social s'identifie assez largement au mouvement ouvrier, à l'exception de certains mouvements (paysannerie, poujadisme, catholicisme). Le travail reste au cœur du mouvement social, car nous sommes au cœur de la seconde industrialisation, nous sommes dans l'extension du monde ouvrier.

En revanche, l'année 1968 marque un élément contradictoire. Le mouvement social est double avec le mouvement des salariés qui consolident toutes les organisations syndicales et politiques mais il y a en même temps, dans le mouvement des années 1968, des éléments non-ouvriers, non affiliés à des organisations, qui sont parfois contre le mouvement ouvrier. On commence à apercevoir une disjonction, certains se mobilisant tout en ne se reconnaissant pas dans les formes de régulation sociales et politiques nées de 1936 et 1945 (comité d'entreprise, Sécurité sociale, etc.). La mobilisation ouvrière continue jusqu'à la fin des années 1970 et connaît des coups durs avec la désindustrialisation, la fin des mobilisations pour sauver la sidérurgie en 1979.

Période 1980 à nos jours : le syndicalisme est affaibli, les outils de régulations sociales sont affaiblis, ce qui entraîne l'apparition de nouveaux mouvements sociaux qui n'ont plus les questions du travail en leur cœur, mais des communautés linguistiques, locales, sexuelles, etc. Fait significatif, en 1995, on a la conjonction de ce qui est catégoriel (la défense des régimes particuliers) avec une dynamique de mobilisation qui a fait éclater une mobilisation de masse, sur le thème du « tous ensemble ».

Troisième point. Un thème n'a peut-être pas assez été abordé selon Michel Margairaz : les mouvements sociaux et les mondialisations.

Ne pourrait-on pas lire aussi l'évolution des mouvements sociaux à la lumière des mobilisations sociales dans un espace mondialisé ? Il existe deux grandes périodes de mondialisation : 1880-1914 et 1980 à nos jours. Entre 1930 et 1980, il existe une mondialisation minimale : crise des années trente, guerres, régulation forte de l'ouverture des marchés jusque dans les années 1980.

Cette lecture permettrait de s’interroger sur la manière dont les mobilisations sociales reflètent les groupes sociaux, les groupes mobilisés qui sont plus ou moins atteints par la mondialisation : la mondialisation est-elle une ressource ou une contrainte pour la mobilisation ?

Discussion

Intervention de Michel Pigenet

Sur le dernier point soulevé, Michel Pigenet signale son accord. Il y a une époque où pour les mobilisations, l'État est un interlocuteur efficace. L'État social est la forme achevée de l'État-Nation. On a un système configuré de telle sorte que passer par l'État permet d'avoir les régulations les plus favorables. Ce n'est pas valable uniquement pour le mouvement ouvrier, mais également pour les commerçants ou les paysans. Les organisations ouvrières ont acquis une maîtrise d'intervention sur l'État même si elles veulent dans le même temps le renverser. La deuxième mondialisation intervient après cette double phase d'achèvement de l'État-Nation et de l'État-Social. Les réformateurs sociaux raisonnent en termes nationaux. Avec la mondialisation actuelle, l'objectif est de construire des mobilisations internationales et des régulations internationales. Les mouvements sociaux le perçoivent mais sont très largement à la traîne car les mouvements des capitaux sont plus rapides que la construction des mouvements sociaux à cette échelle. Nous manquons de recul pour cette dernière période, ce qui explique la prudence. La référence au travail est moins structurante mais en même temps, si l'exploitation au travail est moins flagrante, elle s'intègre désormais dans une réflexion sur les dominations. Du coup, les mouvements classiques sont amenés à essayer de peser sur leur registre classique (exploitation, travail, conditions de travail), mais ils sont également amenés à intégrer ce qui se passe ailleurs, en terme de domination. Ils essaient d'être plus sensibles à la question des femmes, en prenant en compte les apports des organisations féministes post-1968.

Première remarque

Au sein des contributions, on transcende les frontières chronologiques qui étaient posées au départ. Au sujet du ventre mou de la mondialisation des années 1930 à 1980, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un moment de crispation politique très fort, autour du mouvement communiste international, de la guerre froide, de la construction européenne, de l'anti-colonialisme : cela mériterait d'être discuté.

Réponse

Il y a des contributions qui débordent du cadre chronologique dans lequel on les a placé. Le changement d'échelle, par exemple le passage à l'échelle municipale fait que la chronologie nationale colle moins bien à la réalité locale.

Pour la période 1930-1980, il ne faut pas oublier que la mondialisation n'est pas l'internationalisation. On agit dans un espace à l'échelle du monde, on a comme horizon le monde. Il y a des débats politiques à résonance internationale, mais les luttes tournent autour du travail avec un interlocuteur qui ne pouvait se défausser. Jusqu'en 1980, si on déclenche une mobilisation, il y a du grain à moudre, il y a des interlocuteurs. Il y a en effet un paradoxe : on parlait alors plus des questions internationales. Sur la guerre d'Algérie, il y a des mobilisations nationales : les syndicats sont plus actifs que les partis politiques. C'est sur le thème de la paix en Algérie que se font les mobilisations, plus que sur le thème de l'indépendance. Le mouvement ouvrier classique considère que la mobilisation sera plus simple sur le thème de la paix et on voit apparaître des clivages : certains reprochent l'absence de prises de responsabilités de certaines organisations syndicales sur la question de l'indépendance. La question des modèles internationaux est très forte, mais quand il s'agit de mobiliser, c'est très différent.

Deuxième remarque

Sur la quatrième période, paradoxalement, les mouvements ouvriers de résistance sur les questions d'emploi reviennent aux réflexes précédents : on fait encore référence au CNR par exemple, on fait encore appel à l'État.

Réponse

Les mobilisations puisent aussi bien dans un certain registre chrétien (la justice), dans un registre républicain (liberté, égalité) que dans les grands moments de légitimité social et patriotique (la Résistance). Le politique ne se reconnaît plus comme un interlocuteur capable de répondre au mouvement social. La tradition républicaine repose sur le volontarisme, la transformation profonde de la société. Aujourd'hui, le politique explique que ce n'est plus son domaine de compétence, alors que les outils de régulation internationaux restent à construire.

Troisième remarque

Les mouvements sociaux de droite ont-ils été traitées (PPF, anti-IVG) ? Si on prend la thématique sans-papiers, on parle de travailleurs sans-papiers. Les dernières mobilisations concernent le CPE, les retraites et donc le travail.

Réponse

La mobilisation sociale à droite concerne les catholiques contre la République avec des formes d'innovations (les Ligues de droite ne sont pas des partis). De la même manière, dans les années 1930, on assiste à des formes d'innovations. On fait des rassemblements d'automobiles avec une foule importante, sur des thématiques modernistes. L'innovation, on la retrouve aussi à droite. Sur la question scolaire, on retrouve les catholiques en 1983-1984. Ces mobilisations s'inscrivent dans une logique défensive et s'intègrent le plus souvent à la chronologie retenue. Elles se coulent dans la chronologie sans être moteur.

Pour les sans-papiers, on retrouve des thématiques proches du début du siècle, des questions de dignité, pour des gens à la marge. La situation est différente par rapport à celle des années soixante. Les minorités ethniques, sexuelles étaient systématiquement ramenées au cœur de la contradiction fondamentale (capital / travail) et donc niées ou combattues. On a reconnu l'autonomie de ces luttes,qui sont aujourd'hui déconnectées du général. Sur le CPE et les retraites, le cœur est le travail certes, mais ce sont des luttes défensives et elles ne se jouent plus sur les lieux de travail. En 2003 et 2010, cela s'est joué dans la rue et beaucoup moins sur les lieux de travail.

Prochaine séance le 8 novembre prochain par Emmanuel Pierru (sciences politiques, CERAPS Lille II) sur le thème Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Colloques / Séminaires, Comptes-rendus / Notes and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">