Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine

Compte-rendu de l’intervention d'Emmanuel Pierru au séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” sur le thème Les rapports précaires au politique dans la France contemporaine, séance du jeudi 8 novembre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Introduction de Michel Pigenet

Emmanuel Pierru est chargé de recherche au CNRS, membre du CERAPS (Université Lille II) et membre associé au Centre d'Histoire Sociale. Politiste, ses travaux portent sur les milieux populaires, abordé à travers ses activités (ou inactivités) et ses pratiques. Sa thèse de doctorat en sciences politiques, intitulée L'ombre des Chômeurs. Chronique d'une indignité sociale et politique depuis les années 1930, soutenue en 2003 à l'Université de Picardie, portait sur le chômage, les chômeurs et leurs pratiques. Il s'est par la suite intéressé aux pratiques culturelles, au travers des harmonies musicales, avec la publication de Les mondes de l’harmonie, rédigée avec Vincent Dubois et Jean-Matthieu Méon. Il s'est enfin penché sur les pratiques politiques des milieux populaires qui est une question qui intéresse depuis longtemps le séminaire.

Intervention d'Emmanuel Pierru

L'intervenant souligne qu'il est politiste et juriste de formation et non historien. Il a été conduit a travailler sur les archives lors de la rédaction de sa thèse, mais il a, selon ses propres mots, « plus braconné dans les cartons d'archives que réellement répondu aux exigences du métier d'historien ».

Il a longuement hésité sur les recherches qu'il souhaitait présenter dans le cadre de ce séminaire. Il a un parcours de recherches varié, hétéroclite pour certains. Le cœur de son activité de politiste est la sociologie des comportements politiques dans une double dimension : de sociologie électorale – parent pauvre aujourd'hui de la sociologie politique (on dénombre ainsi moins d'1 % de thèses de sociologie électorale dans les thèses de sociologie ces dix dernières années) – et la sociologie du militantisme et des mouvements sociaux (qui connaît un intérêt important en sciences politiques depuis une dizaine d'années).

Par ailleurs, il a travaillé en sociologie des pratiques culturelles sur les pratiques électorales en milieu populaire. Une autre recherche a également été dirigée avec Vincent Dubois et Jean-Matthieu Méon sur les pratiques musicales amateurs et les harmonies. L'idée était de saisir une pratique musicale amateur, qui compte aujourd'hui encore 100 000 musiciens, et sur laquelle il n'y a rien, hormis deux ou trois ouvrages et quelques articles. Il est ainsi révélateur qu'aucun travail sur ce thème n'ait été mené en musicologie. Le défi était de faire connaître cette pratique et de l'analyser. Même si cette recherche était le fruit d'une commande, les auteurs ont eu une grande liberté dans la réalisation. Plusieurs dimensions ont été abordées durant cette longue enquête qui a duré cinq ans et notamment une dimension quantitative avec la mise en place de trois questionnaires. Le traitement statistique s'est révélé surprenant à plus d'un titre, surtout du point de vue de la caractérisation « populaire ». N'ayant que 9 % d'ouvriers dans leurs échantillons, les auteurs ont tout d'abord envisagé un biais d'échantillonnage. Après vérification, ce résultat s'est révélé juste. Cette recherche était pour l'intervenant l'occasion de tester le modèle développé par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron dans Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, paru en 1989. En se donnant les moyens empiriques (ethnographie, statistiques, entretiens), il s'agit de comprendre comment une pratique populaire peut se transmettre dans le temps, tout en subissant de profonds bouleversements.

Enfin, l'intervenant signale quelques travaux de sociologie de l'administration qu'il a pu mener à l'occasion d'enquêtes particulières et son intérêt pour la sociologie quantitative et pour la sociologie de la quantification. Il est ainsi co-organisateur, avec Jean-Gabriel Contamin, de l'École d'été de Lille de méthode quantitative en sciences sociales qui fête aujourd'hui ses vingt ans d'existence.

Derrière l'ensemble de ces travaux et de leur apparente diversité, il y a tout de même une cohérence, plusieurs dénominateurs communs :

Les catégories et les cultures populaires, avec la volonté de les saisir dans leur diversité, leur épaisseur sociale et historique ;

Les formes et les modalités de politisation des classes populaires. Par exemple, il signale un travail actuellement en cours portant sur la monographie d'un village pour étudier l'implantation du Front national en milieu rural ou une recherche actuellement menée sur la participation électorale en France et la question de l'abstention ;

Processus d'invisibilisation et de disqualification sociale, politique, syndicale, savante des classes populaires depuis vingt ans. Ainsi, il signale une recherche menée avec Alexis Spire, qui a cherché à comprendre pourquoi il était de plus en plus difficile de trouver des enquêtes statistiques croisées avec les catégories socioprofessionnelles. Trouver le taux de chômage selon une répartition par catégories socioprofessionnelles est ainsi devenu difficile sinon impossible. Il s'agissait donc de comprendre pourquoi on ne trouvait plus ses statistiques sociales, pourquoi l'institution les prenait de moins en moins compte. Dans les années 1990, on voit disparaître l'intérêt pour la nomenclature des catégories socioprofessionnelles. Ces éléments jouent, selon l'intervenant, en faveur de l'invisibilisation des groupes sociaux et alimentent les discours sur l'individualisation. Pour plus d'éléments, se reporter à l'article d'Emmanuel Pierru et d'Alexis Spire, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles » paru en 2008 dans la Revue Française de Science politique.

La thèse de doctorat en sciences politiques de l'intervenant portait sur la question des rapports entre chômage et politique. Il est parti d'un DEA sur les mobilisations de chômeurs dans le milieu des années quatre-vingt-dix. Il était très centré sur l'analyse du passage à l'action collective de catégories à ressources faibles. Les mobilisations de chômeurs et de précaires dans les années 1990 (marches européennes contre la précarité et l'exclusion, le mouvement de l'hiver 1997-1998 sur la prime de Noël) ont été analysées. Son terrain d'enquêtes était le mouvement national des chômeurs et précaires, une fédération d'associations qui existe toujours et dont la taille est importante.

Dans les années 1997-1998, on a pu observer une extrême volatilité des positions de chacun sur la question du chômage. La sociologie du chômage avait acté, depuis Raymond Ledrut et son ouvrage Sociologie du chômage paru en 1966, qu'en raison de leur faiblesse, du manque de cohésion du groupe, les chômeurs ne pouvaient se mobiliser : le théorème de l'impossibilité s'appliquait. Au cours de la seconde moitié des années 1990, il y a eu un renversement populiste. Le thème central des luttes était alors l'exclusion sociale, avec l'occupation de locaux d'ASSEDIC, d'ANPE, etc. et qui a été interprété comme l'émergence d'un nouveau groupe, d'une nouvelle classe sociale qui allait questionner la société française. Les chômeurs se retrouvaient être les fers de lance du mouvement social au sein de la lutte « des sans ». On passait du misérabilisme à la Ledrut à un engouement populiste. C'était un premier retournement.

Dans le même temps, il y a eu un second retournement, avec l'apparition d'un discours tenu par certaines organisations syndicales qui condamnaient les mouvements. Nicole Notat (secrétaire générale de la CFDT et présidente de l'UNEDIC) parlait ainsi de « manipulation de la détresse » et de « poujadisme ». De son côté, Marc Blondel avait dit que « les seuls chômeurs mobilisés qu'il avait vu était dans les sections d'assauts nazis ».

Il y avait aussi un mauvais populisme, dont les chômeurs se sont trouvés affublés, dans leur rapport à l'acte électoral. Non seulement leurs mobilisations étaient provocatrices, manipulées, mais on interprétait leurs votes, en leur accordant un certain penchant pour l'extrême-droite. Il y a cette idée, en France, que les chômeurs votent en faveur du Front National. Le sommet a été atteint en 2002, où l'on estimait que 38 % des chômeurs votait FN. Ils étaient alors vus comme les fossoyeurs de la République.

Emmanuel Pierru a commencé par déconstruire ces chiffres, en retournant aux enquêtes. Celles-ci ont été redressées, avec des critères que l'on ne connaît pas. En 2002, l'échantillon de sondage comportait 120 chômeurs. Dans la case FN, il y avait 24 chômeurs, ce qui donnait, après redressement, 38 %. On ne peut pas faire comme si l'abstention, la non ou mal-inscription était une donnée négligeable dans ces catégories-là. En 2012, sur la base des enquêtes « Participation » de l'INSEE, 15 % des chômeurs ne sont pas inscrits sur les listes électorales contre 6 % pour les actifs en emploi. Toujours selon les mêmes chiffres, 51 % des chômeurs sont abstentionnistes aux deux tours contre 32 % des actifs en emploi. Le non-vote des chômeurs est de l'ordre de 66 % aux présidentielles contre 38 % des actifs en emploi. Le parti des chômeurs est donc le parti de l'abstention et de la non-participation.

Lorsque l'on parle du vote des chômeurs, on cherche aussi à homogénéiser le vote sans rendre compte de l'écart de participation entre les chômeurs. En 2002, 92 % des cadres au chômage était inscrit contre 72 % des ouvriers et 77 % des employés. 14 % des ouvriers en CDI ne sont pas inscrits contre 26,6 % des ouvriers en CDD et 32 % des ouvriers au chômage. Le chômage est un démultiplicateur des inégalités en matière de politisation. Il n'y a pas un groupe homogène des chômeurs.

Il y a trois effets chômage possibles : l'effet direct (le chômeur vote FN), l'effet indirect (le ménage ou l’entourage du chômeur vote FN), l'effet contextuel (les autres catégories sociales, qui anticipent la montée du chômage, votent FN). L'idée selon laquelle les chômeurs voteraient plus facilement à l'extrême-droite a comme référent la République de Weimar et la montée du nazisme dans les années trente. L'article d'Emmanuel Pierru « La tentation nazie des chômeurs dans l'Allemagne de Weimar. Une évidence historique infondée ? Un bilan des recherches récentes » paru dans Politix en 2002, est revenu sur les travaux qui véhiculait l'idée que les chômeurs avaient voté en faveur du NSDAP. Cette idée est complètement fausse, c'est un mythe. À l'aide de modèles statistiques, il est possible de reconstituer assez finement des tendances. Dans les circonscriptions avec un fort taux de chômage, on votait communiste et à l'inverse on votait nazi. Cet élément est admis aujourd'hui chez les politistes traitant de cette question. Jürgen W. Falter a démontré qu'il y a eu un fort effet de transfert, un fort effet contextuel. On a une montée de violences à cette période, une radicalisation des autres groupes sociaux pris de peur à l'égard des désordres urbains. Le mythe se fonde et dure. Il fonctionne tellement qu'en 2002, un article dans Le Monde d'un universitaire pourtant au fait de ces questions avait suscité la réponse du leader du mouvement national des chômeurs et précaires qui appelait à une action immédiate pour éviter un déferlement du vote FN parmi les chômeurs !

La thèse s'est poursuivi avec la circulation de ce mythe, notamment dans la communauté savante. Paul Lazarsfeld, dans son étude intitulée Les Chômeurs de Marienthal et réalisée en 1931, parle de « communauté lasse », qui fertilise le sol pour une révolution. Il pose l'hypothèse d'une radicalisation possible des chômeurs vers l'extrême-droite. De même, l'École de Francfort qui émigre aux États-Unis a théorisé l'idée que le peuple en politique est dangereux et qu'une bonne démocratie fonctionne sans le peuple. Pour eux, les classes sociales, c'est la plaie.

Le travail sur les archives a essayé de reconstituer l'ensemble des stigmates et des formes de stigmatisation des chômeurs dans les milieux savants, syndicaux, etc. Dans les années trente, le discours sur les chômeurs portait sur son indignité politique : soupçon de participation de parasitisme, d'immoralité, de délinquance, de dangerosité politique, d'agitations de rue, d'adhésion à des thèses d'extrême-droite, etc. Il y a également eu une ambivalence dans le mouvement ouvrier vis-à-vis des chômeurs. Ainsi, la CGTU voyait dans les chômeurs, les immigrés, les jeunes, les masses inorganisés, le substrat d'un nouveau fer de lance du mythe du prolétariat. Mais il y a en même temps un discours qui cherche à organiser le chômeur pour éviter que celui-ci ne désorganise pas : la figure du « jaune » n'est pas loin.

En conclusion, toutes les enquêtes démontrent que plus on descend dans l'espace social, plus les discours à l'endroit des chômeurs se font durs. Cela a été corroboré aujourd'hui avec les travaux d'Olivier Schwartz (il y a « eux », « nous » et « ceux d'en-dessous »). Il y a, depuis le début des années 1980, tout un travail politique de mise en forme bureaucratique d'un discours sur la fraude sociale et d'un renforcement des contrôles sur l'emploi. De nombreux rapports mettent l'accent sur l'absence de sanctions à l'égard des chômeurs. Un indicateur sur la sévérité des sanctions et l'ampleur des fraudes a été mis en place.

Discussion collective

Question 1. Cette idée reçue d'un vote des chômeurs en faveur du FN a-t-elle été retenue par ce parti et a-t-elle engendrée des actions en direction de cet électorat ?

Réponse 1. Au niveau symbolique du discours, Jean-Marie Le Pen appelle en 2002 les petits, les sans-grades, les chômeurs à voter pour lui. Le FN a mené des actions sociales, a organisé des soupes, de l'assistance aux chômeurs. Il y a des actions et du point de vue du discours, l'idée reçue est adoptée par le FN. Il cherche bien entendu à la rendre effective.

Question 2. Il y a un piège pour le FN qui pioche dans plusieurs catégories socioprofessionnelles. En effet, il ne doit pas exalter les chômeurs qui peuvent apparaître comme des parasites pour d'autres catégories. Le FN fait-il des distinctions entre différents types de chômeurs ?

Réponse 2. Il ne s'embarrasse pas de distinguo. Il fait attention, c'est certain. Le monde de la boutique, de l'artisan, les pieds-noirs, les indépendants sont des soutiens fidèles au FN. De plus, il a été démontré que l'électorat du FN se renouvelait à chaque élection de moitié.

Question 3. À propos de la prise en charge, par les économistes, du travail des sociologues au sein de l'INSEE. Est-ce en lien avec la montée en puissance du concept de « classes moyennes » et de la difficulté de le définir ?

Réponse 3. L'intervenant ne sait pas. L'économétrie cherche à montrer un monde sans classes sociales, sans groupes. La question des classes moyennes est venue après. Il n'y a pas de lien systématique entre la montée de l'économétrie, les évolutions de l'institution et l'apparition du concept de classe moyenne.

Question 4. Déconstruire et revenir à l'origine des données est intéressant. Mais sur la dépolitisation, que peut-on en dire ?

Réponse 4. Le vote, c'est la politique formelle, objectivable. Il est possible de démontrer la montée du vote intermittent. Dans les organisations de chômeurs, il est possible de voir si on évoque la politique, si on l'évite. En 2002, il y a un évitement de la politique durant l'entre-deux-tours. La question d'une éventuelle consigne de vote a donné lieu à un débat houleux où on voit des strates d'adhérents, de militants. Pour préserver l'unité du mouvement, il n'a pas été donné de consignes. Pour l'organisation, faire de la politique, c'est avant tout s'occuper de l'urgence. Mais pas pour tous ses participants. Il y a des strates, des militants, des diplômés qui veulent politiser la parole du mouvement. Les autres ont un rapport désinvesti à la politique institutionnelle. Il est très difficile de mobiliser, de les faire sortir dans des manifestations, notamment à cause du fait de l'indignité que le chômage suscite. Ils ne maîtrisent pas le répertoire des mobilisations collectives. L'urgence, c'est de s'investir dans les services aux chômeurs. Les plus politisés sont ceux qui cherchent aussi à mener des actions collectives, mais qui subissent les démentis. Ce sont eux qui gèrent l'urgence, car ils ont les compétences administratives, intellectuelles pour la gérer et finalement ils se font « bouffer » par cela. Selon le profil des militants, le service est au cœur de l'activité ou non. L'altruisme des militants de la JOC, par exemple, est vécu comme une manière de faire de la politique. C'est la ligne de partage entre les militants les plus chevronnés. Les ex-Moulinex qui ont adhéré au mouvement national des chômeurs et des précaires s'affronte à chaque congrès sur la nécessité d'être offensif ou d'être dans le service. Il y a un phénomène de burn-out militant important.

Le mouvement des recalculés s'est traduit par un désarroi militant incroyable. L'afflux massif de chômeurs aux veilles juridiques s'est traduit par aucune adhésion pour les associations de chômeurs. Pour de nombreux militants, cela a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Question 5. Y a-t-il des continuités dans l'apprentissage des mobilisations collectives ?

Réponse 5. Il faudrait un questionnaire longitudinale, mais les réponses ne sont pas souvent sincères. La mise au chômage signifie souvent la rupture avec l'action collective. Les phénomènes de réarrimage à l'action collective se fait à cœur défendant, pour ne pas perdre le contact avec les organisations. Il y a une grande détresse sociale. Il n'y a pas d'effets politisant de l'implication dans une association de chômeurs.

Question 6. Le clivage évoqué n'est pas propre aux organisations de chômeurs. La politique populaire est une politique de l'immédiateté et du concret qui traverse les syndicats et l'ensemble des organisations populaires. Lorsque cela se fait, cela permet d'implanter des organisations populaires et cela compte parmi les critères définissant une organisation populaire.

Réponse 6. C'est évident.

Question 7. Dans les collectifs de sans-papiers. Ceux qui sont restés, ce sont les militants chrétiens. Ceux qui refusaient les services sont partis.

Question 8. Sur les taux de fraude et les différents rapports rendus sur cette question. Ces questions ne sont-elles pas en lien avec la définition administrative de la catégorie de chômeur qui intégrerait la notion de fraude dès le départ. En 1981, on voit bien dans les archives Mitterrand l'arrivée de plusieurs personnes qui expliquent qu'il faut faire la chasse aux « faux-chômeurs » et que c'est un élément essentiel de la crédibilité des statistiques. Le processus qui a consisté à construire la catégorie statistique n'incluait pas déjà cette question de la fraude ?

Réponse 8. L'accord de l'auditeur est complet. Le chômage est-il un risque social comme un autre ? Il y a une subjectivité importante sur la motivation du chômeur à retrouver un emploi. Il y a une tension entre les vrais et faux. Cette question a été enterrée après la Seconde Guerre mondiale avec le plein emploi. Les débats des années trente resurgissent rapidement dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Pourquoi dans les campagnes électorales sont évoqués la retraite, la maladie, la dépendance, alors qu'aucune n'aborde l'indemnisation du chômage ? La légitimité du risque chômage comme risque social est moins grande que les autres risques. On en revient à un traitement assistanciel, individuel, qui fait un tri entre les bons et les mauvais pauvres.

Question 9. Une explication historique : l'assurance chômage n'est, ni dans les faits, ni dans les têtes, assimilée aux grandes conquêtes sociales. Sauf pour les catégories spéciales comme les dockers ou les intermittents du spectacle.

Prochaine séance jeudi 6 décembre. Fabrice Grenard (historien, IEP Paris) abordera la politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Colloques / Séminaires, Comptes-rendus / Notes and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">