Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180p

Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages
Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages

Un vrai coup de coeur cette bande dessinée ! Les mauvaises gens, une histoire de militants d’Étienne Davodeau, publiée aux éditions Delcourt en 2005 est un travail de mémoire mené par l’auteur sur le militantisme dans l’Ouest de la France, le tout en dessins noir et blanc sur plus de 180 pages. L’histoire de sa famille nous est narrée, une histoire de militants jociste, cédétiste et socialiste dans les Mauges, une région située à l’ouest du Maine-et-Loire, de la Libération à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand.

Une génération d’actions pour l’émancipation des travailleurs, pour la défense de leurs conditions de travail et de vie dans cette région fortement imprégnée de catholicisme, dominée par un patronat paternaliste et autoritaire, dirigeant des usines de biens de consommation implantées en milieu rural pour exploiter une main-d’oeuvre docile et peu chère. La vie rurale, l’attrait du salaire régulier de l’usine, l’enfer de la chaîne et du travail sous-qualifié, les réunions militantes à la maison, la première rencontre des délégués avec la direction, les premières manifestations… Autant d’évènements d’une vie ouvrière et militante rapportés avec soin et pudeur par Étienne Davodeau.

Le style du dessin est figuratif et la narration alterne les allers et retours dans le temps, entre souvenirs des personnes interrogées et reproduction des scènes d’entretiens avec ses parents ou d’autres acteurs. On retrouve là un procédé déjà utilisé avec brio par Art Spiegelman dans Maus. A chaque nouveau chapitre, un bref rappel des principaux évènements politiques, économiques ou encore sociaux est assuré afin de ne pas perdre de vue la vie nationale et internationale. Les différentes organisations citées (JOC, JOC-F, ACO, CFTC puis CFDT, PS) bénéficient d’un rapide historique, le tout rendant la lecture aisée pour tous.

Une démarche m’a particulièrement touché, celle de la reproduction d’éléments d’archives : article de presse, journaux syndicaux, tracts, manifestations… L’auteur ne s’est pas « contenté » d’interroger les acteurs de cette époque, mais il a fait un véritable travail d’historien en consultant les archives des Unions locales CFDT et de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire et en dépouillant la presse régionale. Au final, une grande dignité ressort de cette bande dessinée que je conseille vivement, aux amateurs comme aux historiens du mouvement social !

> Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005, 180p.

> www.editions-delcourt.fr

> www.etiennedavodeau.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *