CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages

Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978
Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978

Cet ouvrage constitue un précieux recueil d’affiches du mouvement syndical et ouvrier de la Commune de Paris à la fin des années 1970. Il est le résultat d’un travail collectif dirigé par Jean-Claude Laroze, secrétaire confédéral de la CGT avec des textes rédigés par Jean-Claude Poitou, rédacteur à la Vie ouvrière.

Le nombre important de mises à contribution  témoigne de l’ampleur et de l’intérêt du travail fourni : Commission de propagande confédérale, Centre confédéral d’éducation ouvrière, service de documentation de la Vie ouvrière, des Fédérations, des Unions départementales et syndicats, de nombreuses archives départementales, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil ainsi que M. Alfu. Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy et une préface de Jean-Claude Poitou, ce recueil totalise 168 reproductions dont plus d’une centaine sont des affiches syndicales. Le classement s’effectue par périodes historiques : avant 1895, de 1895 à 1917, de 1917 à 1940, de 1940 à 1968 et de 1968 à demain. Chacun des chapitres s’ouvre par un paragraphe introductif sur la période et les reproductions sont accompagnés de textes donnant des éléments de compréhension.

L’intérêt central de cet ouvrage est tout d’abord de permettre au lecteur de visualiser plus d’un siècle d’affiches syndicales et ainsi d’effectuer quelques rapides comparaisons et remarques sur leurs évolutions. Il est ainsi frappant de constater que les affiches du 19ème siècle sont toutes des affiches en plein texte, sans illustration. Le contenu est dense et seuls le titre et les mots d’ordre sautent immédiatement aux yeux. Nous sommes ici, du point de vue de la mise en page, plus proche du journal mural que de l’affiche. L’illustration fait son apparition au début du 20ème siècle avec de grandes compositions en couleur mais cohabite encore longuement avec les affiches plein texte. Après 1945, la très grande majorité des affiches sont le fait d’illustrateurs et l’image a pris le dessus sur le texte, qui se retrouve réduit à un mot d’ordre accrocheur.

Les reproductions sont dans l’ensemble de bonnes factures, les photographies ayant été réalisées par de grands noms, comme Gérard Bloncourt ou M. Delius. On y retrouve de nombreuses affiches célèbres : L’affiche du premier mai 1919 pour la journée de huit heures avec son horloge, l’affiche du premier mai 1936 et son drapeau rouge brandi par des travailleurs unis, l’affiche bleue pastel pour le 26ème Congrès confédéral de 1946 ou l’affiche refusée de Joan Miro pour le premier mai 1968… Les principaux thèmes couverts  sont classiques et reflètent les principales actions des organisations syndicales : Manifestations (et notamment les premiers mai et les meetings), les conditions de  travail (accidents et maladies professionnelles, réduction du temps de travail), les répressions, les guerres et la lutte pour la paix et enfin les femmes travailleuses.

A la fin de l’ouvrage, la localisation des éléments reproduits est utilement signalée. Un grand regret toutefois, l’absence de cartel précisant le nom de l’artiste, le tirage, les dimensions des affiches, ainsi que les techniques d’impression. Ces éléments sont en effet essentiels à toute analyse ! Un ouvrage essentiel donc pour étudier la production graphique de la CGT et de la CGT-U des origines à la fin des années 1970, même s’il ne s’agit que d’une sélection forcément partielle et partiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *