Histoire de l’art et « Digital Humanities »

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique » présenté par Corinne Welger-Barboza. Séance du vendredi 8 avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian.

Histoire de l’art et Digital Humanities

Résumé. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Pour illustrer les approches d’instrumentation de corpus, dans un domaine singulier, Élisabeth Doulkaridou montrera la maquette qu’elle a conçue pour l’étude des manuscrits enluminés et qu’elle a présentée lors de la conférence-démo de Mutec à l’ENS de Lyon le 30 mars 2011.

Compte-rendu.

Définir les Digital Humanities

Ne sachant pas à quel point la notion de Digital Humanities vous est familière, il convient de définir ce « mouvement ». Quelle est son histoire et pourquoi utiliser cette terminologie ?

Une étude historiographique montre que trois phases se sont succédées tout en continuant de co-exister :

  • A partir des années 1960, de nombreux chercheurs en littérature et en linguistique se sont questionnés sur l’utilisation de l’informatique pour effectuer des opérations sur des textes. Cette période est nommée Litterature and linguistic computing. Cependant, dès cette période, l’archéologie commence à utiliser des bases de données pour traiter leurs fouilles.
  • Dans un second temps, de nombreuses disciplines commencent à s’interroger sur les applications informatiques, notamment l’histoire. Une ouverture disciplinaire s’amorce et on parle alors de Humanities computing.
  • Depuis quatre ou cinq ans, il y a une généralisation du terme Digital Humanities et un élargissement des « adhésions » des chercheurs et des enseignants pour s’approprier des compétences liées aux traitements des informations. De plus en plus de médias sont concernés.

Ces trois temps, continuent de coexister en terme épistémologique : il y a des approches et des points de vue différents dans ce monde des Digital Humanities.

L’emploi de la terminologie anglaise est conservé ici, pour deux raisons. D’une part, d’un point de vue stricto sensu, la traduction « humanité numérique » semble peu satisfaisante, notre système académique de recherches ayant replacé cette nomenclature d’humanité par celle de sciences humaines et sociales. D’autre part, utiliser l’anglais permet de faire tourner les regards vers les centres historiques de ces mouvements et de conserver cette volonté de se rallier au « monde anglo-saxon » (États-Unis et Grande-Bretagne).

Pourquoi parler de mouvement ? Il ne faut pas occulter la dimension politique dans toute cette affaire des Digital Humanities. Cela fait quarante ou cinquante ans que des chercheurs tentent d’incorporer les compétences du traitement de l’information dans leurs méthodes de recherches. Cette ouverture a provoqué des réactions dans l’Académie (fermeture ou rejet) qui a du mal à innover dans ses disciplines.

Pour ces questions d’historiographie, de mouvements et de terminologie, des articles de Patrik Svensson sont disponibles sur internet dans la revue Digital Humanities Quartely. Il tente entre autres d’analyser les débats qui se jouent au fur et à mesure de l’augmentation des recherches, des institutions dans ce vaste champs.

Les centres de Digitals Humanities

Si l’on regarde l’état actuel des centres de Digital Humanities aujourd’hui dans le monde on constate une très forte densité aux États-Unis et au Canada mais il y a aussi une récente effervescence en Europe.

Qu’est-ce qu’un centre de Digital Humanities ? Par centre, on perçoit une structure avec une autonomie, même s’il est intégré dans les universités. Il s’agit d’un centre de recherches autonome avec un fonctionnement propre. La principale caractéristique, c’est la pluridisciplinarité avec une démarche élaborée qui repose sur des coopérations de compétences diverses dans la durée. Des chercheurs et des collaborateurs sont souvent en résidence pendant au moins un ou deux ans pour aboutir à la constitution de corpus qui seront exploités. Il n’y a pas que des centres pluridisciplinaires : certains sont plutôt affiliés à une discipline. C’est le cas du Centre For History and New Media, de Mason University, centre spécialisé en histoire qui a notamment développé Zotero.

Dans cette mouvance internationale, donnons quelques éléments sur la place de la France. La France a du retard sur les pays anglo-saxons, même si cela ne veut pas dire que personne ne s’est questionné dessus auparavant. Les archéologues depuis une quarantaine  d’années ou encore le traitement lexicographique en sont deux illustrations importantes. Mais le « cas français » se caractérise par le fait que toutes ces pratiques sont restées cloisonnées aux Lettres et à la Littérature. Le cloisonnement disciplinaire est donc très présent. Entrer dans le mouvement des Digital Humanities, c’est donc faire un pas supplémentaire dans la prise en compte de l’existence d’une mouvance actuelle internationale en faveur de la pluridisciplinarité.

En 2010 à Paris, un premier THATcamp a produit un Manifeste des Digital Humanities, ce qui en démontre toute la dimension politique. Ce manifeste a permis de constituer une communauté de chercheurs et de mettre en place une liste de discussion. Contrairement aux autres pays, ce ne sont pas des universitaires en France qui sont à l’origine de cette initiative. Ce sont surtout des documentalistes et des ingénieurs de recherche : cela ne concerne donc pas uniquement l’enseignement. Une autre spécificité française est sans doute la volonté de centraliser les initiatives, notamment au niveau du CNRS et la mise en place de cyber-infrastructure. Le très grand équipement (TGE) ADONIS en est un exemple. La cyber-infrastructure est un outil technique mais aussi moyen d’incitation pour la mise en place de projets.

Les relations entre Digital Humanities et histoire de l’art

Revenons sur quelques moments-clés qui montrent le chemin parcouru par les Digital Studies en histoire de l’art. Voici quelques événements à signaler depuis une décennie :

  • Pour la première fois, lors du congrès international d’histoire de l’art en 2000, une section centrée sur les technologies de l’information et de la communication a fait apparaître cette discipline au sein des institutions. De nombreuses questions ont été posées durant cette conférence comme par exemple la différence entre l’image numérique et l’image analogique. Cette manifestation a pu avoir lieu grâce à l’initiative préalable de Robert Derome, enseignant à l’université du Québec en histoire de l’art. Il avait constitué une association, dissoute en 2003 : AHWA-AWHA (Art Historian Webmaster Association-Association des Webmaster en Histoire de l’Art).
  • La publication A Companion to Digital Humanities pose à partir de 2004 les fondements des Digital Humanities et fait le point domaine par domaine. Une section Art History est gérée par Michael Greenhalgh, enseignant australien. Il avait notamment crée des bases de données d’images en ligne en s’associant avec des institutions australiennes.
  • Le CHArt est une organisation anglaise qui tente dès 1985 de maîtriser la numérisation de l’image et ses conséquences pour la discipline. Il prépare chaque année une conférence annuelle et une publication. Une grande part de leurs articles est en ligne.
  • En France, c’est surtout dans le milieu des historiens médiévistes et des archivistes issus de l’école des Chartes que les premières innovations ont eu lieu. Ils avaient ainsi créé une revue entre 1989 et 2009 (Le Médiéviste et l’ordinateur).
  • L’Observatoire critique a également contribué à l’évolution du champs depuis sa mise en ligne fin 2006. Il s’est rapidement fait remarquer aux États-Unis et ont permis à la rédactrice en chef d’être invitée à une conversation à huis-clos avec quelques représentants au niveau international. Chaque participant défendait alors la perspective de la publication sur internet. Un compte-rendu de cette rencontre est disponible sur le site de l’Observatoire critique.

Il y a aussi de grands projets :

  • L’Institut national des sciences et des arts mécaniques avec le soutien d’IBM, a tenté à partir de 1993, de reconstituer en images de synthèse l’Abbaye de Cluny. Deux co-présences virtuelles (des avatars numériques en quelque sorte) permettent de circuler dans l’Abbaye. Le projet est malheureusement resté sous la forme d’un prototype.

  • L’Université de Princeton a réalisé The Piero Project à partir de 1994. Il s’agit de reconstituer les fresques de Piero della Francesca de l’église San Francesco. Des relations entre les fresques et des données textuels sont proposées. Il s’agit de donner un accès enrichi à des œuvres qui n’ont pas rejoint le musée et de se servir de l’image de synthèse pour simuler la présence dans des sites éloignés.

  • L’année dernière, un colloque en Italie sur les Digital Humanities, soutenu par l’European Science Fondation, a centré la réflexion sur l’histoire de l’art.
  • A la fin du mois de mai, il y aura à Fontainebleau le premier Festival d’histoire de l’art. En principe, il devrait y avoir une section entière consacrée à l’histoire de l’art et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’enseignement et la recherche questionnent de plus en plus les ressources numériques. Pour l’histoire de l’art, il y a un accent marqué sur l’image, qu’elle soit en deux dimensions ou en trois dimensions. Par exemple, l’université de Caen travaille depuis de nombreuses années sur la restitution d’une maquette de l’ancienne Rome. Dans le prolongement de cette initiative, il y a le Visual Media Center de l’Université de Columbia, un centre de technologie visuelle partie prenante du département d’histoire de l’art. Les équipes questionnent la reconstitution du patrimoine architectural de l’antiquité à nos jours, en accordant d’ailleurs une place importante à la France. Pour toute une série de monuments, différents plans permettent une immersion totale grâce à une captation par caméra donnant une image à 360° en très haute définition.

Nous n’allons pas continuer sur le thème de l’image numérique. Il y a beaucoup de réalisations dans ce domaine depuis une dizaine d’années, surtout le fait d’universités américaines. Nous allons en revanche regarder un corpus qui questionne l’image et les textes. Commençons par le catalogue raisonné On-line Picasso Project. Le catalogue raisonné est un outil important en histoire de l’art, mais dans ce cas-ci nous avons des accès plus mobiles, et une mise en relation d’images pour pouvoir les comparer. Nous vous invitons à vous connecter sur cette base (pour ce loguer, il faut envoyer un mail au Professeur Enrique Mallen). Ce projet rejoint la volonté de la Réunion des Musées Nationaux (RMN) de mettre en ligne des catalogues scientifiques. Ils sont de plus en plus nombreux sur le site de la RMN, mais dans ce cas, on reste beaucoup plus sur la référence à l’imprimé.

Il existe d’autres réalisations qui, même si elles sont peu satisfaisantes en terme de pratiques numériques, permettent de dépasser la focalisation sur l’image. De nombreux corpus tentent d’exploiter le numérique pour effectuer un rapprochement entre des textes et des images :

  • Le projet italien ICONOS est très emblématique de ce type de possibilités. Il s’agit de mettre en relation Les Métamorphoses d’Ovide avec des œuvres d’art. Chaque image est associée à une longue fiche technique et une mise en relation avec le texte.

  • The World of Dante analyse également La divine comédie avec les images qui  lui ont été associées. Comparé au site précédent, le texte peut faire l’objet de fouilles très précises pour satisfaire plus facilement les traitements littéraires.

  • La correspondance de Van Gogh en donne un exemple très abouti. Ce site est constitué de nombreux outils, comme la possibilité de lire les traductions ou de comparer les croquis des lettres.

Quelques directions de recherches encore à expérimenter :

  • Lev Manovitch de l’Université de Californie à San Diego explique sur une vidéo disponible sur Youtube la difficulté de traiter des centaines d’images et les problèmes qui en découlent. Il rassemble des millions d’images et tente d’en faire sortir des graphes colorimétriques ou de formes pour voir si ce type de traitement peut permettre de voir de nouvelles recherches.

Étude de cas – Maquette d’ Élisabeth Doulkaridou

Depuis le Master 2, Élisabeth Doulkaridou a constaté que les outils numériques mis à disposition des chercheurs travaillant sur les manuscrits enluminés de la Renaissance, sont inefficaces voire inexistants. Alors que de plus en plus de bibliothèques mettent en ligne ces ouvrages, leur lisibilité demeure insatisfaisantes, la plupart d’entre elles se contentant de Luna Insight. Elle a donc proposé une maquette de sa vision du « site parfait » issue d’une synthèse critique de ces sites.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *