Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939)

Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.
Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.

A tous ceux qui passeraient par Madrid avant le 22 août prochain, n’hésitez pas à faire un détour par le musée Reina Sofia, qui organise une grande rétrospective intitulée « Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939) ». Plus d’un millier de documents – des photographies (pour la plupart des tirages d’époque), de films et des revues – sont exposés avec pour objectif d’interroger cette période bien particulière de l’histoire de la photographie.

Né de la Troisième Internationale communiste, le mouvement de photographes du mouvement ouvrier trouve ses origines dans le concours organisé en 1926 par le magazine AIZ (Arbeiter Illustrierte Zeitung, Le journal illustré des travailleurs), dans le cadre de la République de Weimar. Peu de temps après, nait en Union soviétique la revue Sovetskoe Foto (La photographie soviétique) qui a pour mission de coordonner la culture photographique soviétique avec la construction du nouvel état socialiste.  Dès ses origines, la photographie ouvrière se nourrit de l’expérience du Front Populaire en Espagne et en France. Ce mouvement est relayé par les partis communistes des pays d’Europe centrale  et se développe aux États-Unis avec la Worker’s Photo League. En 1939, à la fin de la guerre civile espagnole et au début de la Seconde Guerre mondiale, débute le déclin d’un mouvement qui avait donné naissance à de grands noms tels que Sergueï Tretiakov, David Seymour, Robert Capa, Paul Strand, Tina Modotti, Walter Ballhausen et Max Alpert.

A ceux qui ne peuvent s’y rendre, ou ceux qui souhaitent alimenter leurs réflexions, je vous conseille la lecture de l’article d’Ute Eskildsen, « The AIZ and the Arbeiter Fotograf : Working Class Photographers in Weimar » publié dans le Journal of Photography of the George Eastman House, volume 23, numéro 2, décembre 1980, pages 2-8.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *