CGT, 100 affiches du premier siècle, Montreuil, VO Éditions, 1995, 60 pages

Couverture de l'ouvrage CGT, 100 affiches du premier siècle
Couverture de l'ouvrage "100 affiches du premier siècle", VO Éditions, 1995

Cette plaquette constitue le catalogue de l’exposition d’affiches, réalisée par l’Institut CGT d’Histoire Sociale à l’occasion du centenaire de la Confédération en 1995. Il constitue un complément au livre-album CGT (1895-1995). Le premier siècle édité par l’IHS CGT et VO Éditions. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 7 juin 1995 au siège de la Confédération Générale du Travail à Montreuil.

Ouverte par une préface d’André Deluchat, secrétaire confédéral de la CGT, intitulée « Les images de notre premier siècle » et par un avant-propos de la peintre et historienne de l’art Eugénie Dubreuil, cette plaquette reproduit cent affiches issues majoritairement des fonds de la phototèque de l’IHS-CGT et complétés par celles du fonds d’Alain Gesgon (CIRIP) pour la période antérieure à 1939. De petit format (22 x 27 cm), elle constitue une source inévitable pour les militants et chercheurs en mal d’affiches !

« Les graphistes et la CGT », avant-propos d’Eugénie Dubreuil.

Cet avant-propos est l’occasion pour Eugénie Dubreuil de présenter dans ses grandes lignes les affiches retenues. Cent affiches pour 55 illustrateurs dont de grands noms comme Alexandre Steinlen, Jules Grandjouan, Joan Miro, Victor Vasarely, Ernest Pignon-Ernest, Grapus, Studio Tract, Plus de Crème, Jean Effel, Escaro ou encore Wolinski trouvent leur place dans ce catalogue. Il est regrettable toutefois que les cartels, pour lesquels un effort louable a été opéré en ce qui concerne le nom des artistes, oublient  pour un grand nombre de mentionner les dimensions des oeuvres. Il est en effet impossible de distinguer les grands formats (double colombier notamment) des petits ! Le premier intérêt de cet ouvrage réside dans la volonté de mettre en avant le rôle des artistes et des graphistes. Cette distinction est relevée : « La vision des artistes est souvent un peu décalée, comme en avance sur le goût du temps, leur esprit s’envole au-delà de l’évènement. Par contre les graphistes spécialisés collent beaucoup plus à la demande. Ces deux visions se complètent et il est parfois difficile de définir certaines approches très personnelles ». Il y a ici une réflexion à prolonger tant du point de vue historien de l’art (Pourquoi ne pas imaginer faire une histoire de l’art syndical ?) que du point de vue historien (La distinction propagande / communication recoupe-t-elle nécessairement la distinction artiste / graphiste professionnel ?). Cette mise en avant souligne également une nécessité, celle de procéder à un recensement systématique des artistes et de leurs oeuvres constituant le patrimoine des organisations syndicales et politiques. Une histoire de la production artistique de ces organisations ne peut véritablement être faite qu’en effectuant ce premier travail.

Contenu du catalogue.

Comme pour les deux autres ouvrages présentés précédemment, on y retrouve les grands thèmes d’action syndicale : manifestations (premier mai), revendications (retraites, sécurité sociale, accidents du travail, emploi et chômage, temps de travail), paix et guerre, congrès confédéraux, femmes, travailleurs immigrés et jeunes, syndicalisation. Cet ouvrage complète utilement, avec des doublons toutefois, l’ouvrage CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages. En effet, la répartition chronologique des reproductions est la suivante : 32 affiches pour la période 1901-1939, 33 affiches pour la période 1939-1978 et surtout 34 affiches pour la période 1978-1995 qui n’étaient pas disponibles dans le précédent ouvrage. On trouve donc un nombre important d’affiches inédites, même si une part belle est laissée aux affiches célèbres comme celle pour les huit heures (malheureusement en noir et blanc), celle du 1er mai 1934 contre le fascisme, celle du 1er mai 1936 unitaire ou encore le projet refusé d’affiche de Joan Miro pour le 1er mai 1968. A l’exception de deux reproductions en noir et blanc, l’ensemble des reproductions sont en couleur et de bonne qualité.

On remarquera en guise de conclusion l’effort constant de la Confédération Générale du Travail et de son Institut d’Histoire pour préserver et promouvoir son patrimoine graphique. Les nombreux ouvrages publiés sur ses affiches en témoignent.

Sur les « Dessins de presse à la une », Espace Les Champs Libres, Rennes

Invitation à l'exposition "Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes
"Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes

Profitant d’un passage éclair en Bretagne dans le cadre d’une formation, j’ai décidé de visiter l’exposition « Dessins de presse à la Une. La liberté d’expression indomptée » organisée à l’espace Les Champs Libres de Rennes. L’entrée étant libre à partir de 19 heures, on aurait tort de s’en priver !

Dès la première salle, deux grands panneaux explicatifs nous présentent le contexte de création de cette exposition. Le 16 octobre 2006 s’est tenu le cinquième séminaire « désapprendre l’intolérance  » organisé par le département de l’information publique de l’ONU. Celui-ci intervient plusieurs mois après les vives polémiques déclenchées par les caricatures du Prophète en 2005 au Danemark et par l’exposition controversée de dessins sur l’Holocauste présentée en Iran qui a suivie. Lors de ce séminaire,  Jean Plantu, célèbre dessinateur de la une du journal Le Monde depuis 1972, décide, avec d’autres, d’impulser une fondation, « Cartooning for peace – Dessiner pour la Paix », qui est parrainée par Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations-Unis. Une première exposition est concomitamment organisée avec la participation d’une vingtaine de dessinateurs venus du monde entier. Celle-ci est suivie de nombreuses autres présentations et débats dont la dernière en date est celle organisée à Rennes.

Cinq grandes thématiques rythment une visite prenant entre une et deux heures suivant le temps que l’on passe à contempler les dessins et la participation ou non aux activités proposées. L’objectif avoué est de faire réfléchir les visiteurs sur le rôle du dessinateur de presse et sa place dans la société. Dans l’ordre, on trouve une première salle intitulée « Laisse penser ton crayon ! » présentant le travail de création (avec en prime une reconstitution du bureau de Plantu au Monde !), suivie d’une seconde, plus vaste sur la première mission du dessinateur : « Informer », avec cette question : Le dessinateur de presse est-il un journaliste comme les autres ? ». La troisième salle se penche sur le rôle de dénonciation du dessinateur, avec une place particulière donnée à la liberté d’expression. La salle suivante s’intitule « Interroger la société » et présente des travaux questionnant la place des femmes et la protection des enfants. Enfin la dernière salle, « Communiquer à travers le monde » soulève les problèmes de compréhension commune et présente les différents journaux qui sont les supports des dessins de presse.

La scénographie adoptée pour cette exposition est ludique, conformément aux publics visés. Les familles, les scolaires sont en effet les principaux visiteurs attendus. On y trouve de nombreux extraits vidéos, de nombreuses reproductions de journaux, des espaces interactifs… Deux espaces retiennent plus particulièrement l’attention : Un premier, composé de tables et de chaises de café, permet à ceux qui le souhaitent de s’installer un instant pour consulter des exemplaires papiers des journaux cités dans l’exposition. Un second, autour d’une grande table, créé un espace bibliothèque offrant une vingtaine d’ouvrages en libre consultation sur le thème du dessin de presse et de la caricature en France et dans le monde. On y trouve des ouvrages de qualité ainsi que des monographies ou compilations de dessinateurs. Il y a là un véritable intérêt pédagogique pour les jeunes et les moins jeunes qui sont invités à prolonger l’exposition par la lecture.

Au-delà de ces différents éléments de présentation, une problématique me semble très intéressante. Celle du contexte de production des dessins, qui est abordée notamment à la fin de l’exposition. Il faut souligner ici la qualité du travail fourni par les concepteurs de l’exposition, notamment en ce qui concerne la rédaction des cartels des œuvres sur lesquels on trouve les traductions ainsi que des explications lorsque celles-ci semblent nécessaires. Un exemple que devrait suivre plus souvent les commissaires d’exposition. Un bémol toutefois, l’intégralité des dessins n’ont pas pu bénéficier de ces cartels « enrichis », quelques-uns ayant échappé à la traduction !

Autre démarche participant de cette problématique : La création et la présentation d’une carte du monde des « tabous ». L’association a demandé aux dessinateurs des principaux quotidiens du monde de présenter un de leurs travaux refusés ou susceptibles de l’être en raison du contexte propre à chaque pays. L’intégralité des pays n’y est pas encore représentée, mais la volonté affichée est celle de la compléter au fur et à mesure.

Enfin, la dernière salle, en plus de présenter les principaux quotidiens du monde (et notamment le tirage rapporté à la population totale) illustre, avec plusieurs séries de dessins, les problèmes d’interprétation que peuvent poser ceux-ci lorsqu’ils sont retirés de leur contexte de création ou lorsque nous ne disposons pas des clés de lecture. Il y a ici matière à réflexion pour les différents chercheurs qui vont intervenir sur ce carnet de recherches et qui justifie à mon sens la démarche interdisciplinaire. Historiens et historiens de l’art ont en effet tout à gagner à étudier, de concert, ces productions  en interrogeant le contexte historique de production (Histoire générale, histoire de la presse, histoire culturelle)  et en analysant le contenu symbolique et artistique de ces dessins.

Une exposition à voir, et rapidement, puisqu’elle se termine le 9 janvier 2011 !

> A voir sur le web.

Cartooning for peace : Le site internet / le blog / le profil facebook.

Espace Les Champs Libres de Rennes : Le site internet.

> Crédits photos.

© DR – Espace Champs Libres de Rennes.


CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages

Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978
Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978

Cet ouvrage constitue un précieux recueil d’affiches du mouvement syndical et ouvrier de la Commune de Paris à la fin des années 1970. Il est le résultat d’un travail collectif dirigé par Jean-Claude Laroze, secrétaire confédéral de la CGT avec des textes rédigés par Jean-Claude Poitou, rédacteur à la Vie ouvrière.

Le nombre important de mises à contribution  témoigne de l’ampleur et de l’intérêt du travail fourni : Commission de propagande confédérale, Centre confédéral d’éducation ouvrière, service de documentation de la Vie ouvrière, des Fédérations, des Unions départementales et syndicats, de nombreuses archives départementales, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil ainsi que M. Alfu. Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy et une préface de Jean-Claude Poitou, ce recueil totalise 168 reproductions dont plus d’une centaine sont des affiches syndicales. Le classement s’effectue par périodes historiques : avant 1895, de 1895 à 1917, de 1917 à 1940, de 1940 à 1968 et de 1968 à demain. Chacun des chapitres s’ouvre par un paragraphe introductif sur la période et les reproductions sont accompagnés de textes donnant des éléments de compréhension.

L’intérêt central de cet ouvrage est tout d’abord de permettre au lecteur de visualiser plus d’un siècle d’affiches syndicales et ainsi d’effectuer quelques rapides comparaisons et remarques sur leurs évolutions. Il est ainsi frappant de constater que les affiches du 19ème siècle sont toutes des affiches en plein texte, sans illustration. Le contenu est dense et seuls le titre et les mots d’ordre sautent immédiatement aux yeux. Nous sommes ici, du point de vue de la mise en page, plus proche du journal mural que de l’affiche. L’illustration fait son apparition au début du 20ème siècle avec de grandes compositions en couleur mais cohabite encore longuement avec les affiches plein texte. Après 1945, la très grande majorité des affiches sont le fait d’illustrateurs et l’image a pris le dessus sur le texte, qui se retrouve réduit à un mot d’ordre accrocheur.

Les reproductions sont dans l’ensemble de bonnes factures, les photographies ayant été réalisées par de grands noms, comme Gérard Bloncourt ou M. Delius. On y retrouve de nombreuses affiches célèbres : L’affiche du premier mai 1919 pour la journée de huit heures avec son horloge, l’affiche du premier mai 1936 et son drapeau rouge brandi par des travailleurs unis, l’affiche bleue pastel pour le 26ème Congrès confédéral de 1946 ou l’affiche refusée de Joan Miro pour le premier mai 1968… Les principaux thèmes couverts  sont classiques et reflètent les principales actions des organisations syndicales : Manifestations (et notamment les premiers mai et les meetings), les conditions de  travail (accidents et maladies professionnelles, réduction du temps de travail), les répressions, les guerres et la lutte pour la paix et enfin les femmes travailleuses.

A la fin de l’ouvrage, la localisation des éléments reproduits est utilement signalée. Un grand regret toutefois, l’absence de cartel précisant le nom de l’artiste, le tirage, les dimensions des affiches, ainsi que les techniques d’impression. Ces éléments sont en effet essentiels à toute analyse ! Un ouvrage essentiel donc pour étudier la production graphique de la CGT et de la CGT-U des origines à la fin des années 1970, même s’il ne s’agit que d’une sélection forcément partielle et partiale.

CGT, Chaix. La Lutte par l’affiche, Saint-Ouen, 1981, 72 pages

Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.
Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.

Cet ouvrage de grand format (in-folio soit 39,5 x 27,5 cm), fait partie des quelques recueils existants d’affiches produites par le mouvement syndical et constitue, à ce titre, un important témoignage des luttes menées par les travailleurs au cours des années 1970-1980 pour la défense et la sauvegarde de leurs emplois et de leur outil de travail.

Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy, cet ouvrage reproduit 35 affiches hors texte. Il raconte, par l’image, la lutte débutée le 6 décembre 1975 par les travailleurs de l’Imprimerie Chaix, à Saint-Ouen. Indépendante du groupe Néo-Gravure à partir de 1974,  cette société connait rapidement des difficultés financières qui poussent la direction à mettre en place un plan de licenciement de 410 travailleurs sur les 640, malgré les  promesses faites aux travailleurs lors d’un accord signé en novembre 1974. Les travailleurs refusent et votent la grève ainsi que l’occupation des locaux. Autour du mot d’ordre « Tuer le livre, c’est tuer les idées », la solidarité s’organise et les grévistes reçoivent notamment le soutien de l’Union départementale CGT de Seine-Saint-Denis ainsi que de la Confédération. Comme pour de nombreux autres conflits sociaux des années de crise (Manufrance,  Mines de Ladrecht, Parisien Libéré…), la lutte est âpre et longue dans le temps : 68 mois au total. En juillet 1981, après le rachat par un acquéreur et la création d’une nouvelle société, seul 47 postes ont pu être sauvés.

Malgré un travail régulier mené depuis plusieurs années, de nombreuses affiches, confédérales ou confédérées, restent encore inconnues des chercheurs et des militants.  L’existence d’un tel recueil constitue donc une véritable « bénédiction » ! Cependant, l’enjeu est bien de l’utiliser, non pas comme simple outil d’illustration d’un propos historique mais comme une source à part entière, pouvant enrichir une démarche historique, grâce à une analyse de leur forme et de leur contenu. Ainsi, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques thèmes d’analyses peuvent être tirés d’un rapide feuilletage de cet ouvrage.

On trouve tout d’abord des éléments sur les critères poussant la Confédération CGT à faire de ce combat des travailleurs de Chaix, une lutte « exemplaire ». La première concerne la notoriété de l’entreprise. Pour obtenir le soutien de la population et de l’opinion, les travailleurs rappellent les titres tirés sur leurs rotatives, par exemple dans la seconde affiche présentée : « Les horaires SNCF ;  Les horaires Air-France ; […] ; Modes et Travaux ; Maire-Claire […] » , autant de choses connues des travailleurs et de leurs familles et devant susciter l’indignation et la sympathie. Dans le même sens, la date de création de l’Imprimerie en 1845 est rappelée dans plusieurs affiches. Ensuite, cette lutte est d’autant plus exemplaire qu’elle n’est pas isolée, comme le rappelle de nombreuses autres affiches : Parisien Libéré, Helio Cachan, Caron Ozanne, Chauffour, Travaux d’Expression Française, SPEA Nancy… C’est l’ensemble de l’Imprimerie et du Livre qui est menacé par la politique du gouvernement et du patronat, symbolisée par le rapport Lecat de mars 1975.

Autre thème de réflexion lié, celui du mot d’ordre « Chaix vivra » ou « Chaix doit vivre » qui fait écho à d’autres luttes menées sur des formulations similaires (Manufrance par exemple). Plusieurs affiches font ainsi le lien entre la possibilité d’assurer la pérennisation de l’entreprise et la nécessité de « produire français » et donc de « rapatrier les travaux ». Là encore, il s’agit d’une source pour analyser la politique revendicative de la CGT dans les années 1970-1980, politique qui découle directement de l’analyse faite de la nouvelle division internationale du travail qui se met en place et des conséquences sur l’appareil productif français.

Enfin, un dernier thème, plus rapidement, celui de la solidarité des dessinateurs et artistes avec cette lutte, par l’organisation d’expositions grâce aux dessins offerts aux travailleurs en lutte. Cet élément interroge en effet le rôle de l’artiste face aux mobilisations et constitue en soi un sujet d’étude passionnant pour les historiens et historiens de l’art.

Ce rapide balayage de ce bel ouvrage que l’on trouve encore sur certaines librairies en ligne démontre son intérêt. Des fonds d’archives existent, notamment aux Archives municipales de Saint-ouen et au Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle. En complément, il existe de nombreuses photographies et surtout des films réalisés « à chaud ». Autant d’éléments qui permettront, dans un futur proche je l’espère, de faire une étude plus poussée de cette lutte sur ce carnet de recherches.

 

> Pour prolonger les réflexions.

Sur les réactions des travailleurs face à l’évolution technologique de leur profession, voir  l’intéressant article de Madeleine Rébérioux, « Les ouvriers du livre devant l’innovation technologique. Esquisse d’une réflexion », in Histoire, économie et société, 1986, 5e année, n° 2, pp. 223-231. Disponible sur Persée.fr à l’adresse suivante : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1986_num_5_2_1425 [Consulté le 24 décembre 2010].