Habiter l’usine (1770-2000)

Retrouvez ci-dessous l’annonce d’intéressantes journées d’études sur le logement ouvrier parue dans Calenda.

Habiter l’usine (1770-2000)

Le projet de ces journées d’étude est né autour de l’usine-pensionnat de Jujurieux (Ain) et des recherches conduites autour de cette maison de soieries lyonnaises, de ses dirigeants et de ses ouvriers. Il s’agit donc de revenir sur le logement ouvrier au fil du grand mouvement d’industrialisation rurale qui court des années 1770 à la fin du XXe siècle, essentiellement à la campagne, en France, en Europe et au-delà. Ces journées d’étude permettront de développer trois problématiques plus spécifiques, autour des stratégies de recrutement de la main-d’œuvre et de la place faite au logement ouvrier d’une part, de l’organisation de la vie ouvrière au sein de l’usine-pensionnat et de ses relations avec les centres ruraux ou urbains ensuite, et enfin, de la mise en œuvre d’une étude relationnelle du genre.

Programme

Jeudi 8 novembre

A partir de 9 h 00 : accueil café

9h30 – 12h00 : Typologie et contexte d’émergence du logement ouvrier

Présidence de séance : Delphine Cano, conservateur départemental des musées de l’Ain

9 h 30 : accueil institutionnel et cadre des journées d’études.

  • 10 h 00 : « L’habitat ouvrier, de l’histoire au patrimoine industriel », ouverture du colloque par des communications de Louis Bergeron et de Gracia Dorel-Ferré
  • 10 h 30 : « Habiter l’usine au XIXe siècle, présentation de l’usine-pensionnat des Soieries Bonnet et mise en regard avec d’autres établissements d’une région lyonnaise étendue » par Henri Pansu, historien, auteur de l’ouvrage Soierie et société à Lyon et en Bugey au XIXe siècle
  • 11 h 15 : « La question des logements insalubres et les classes ouvrières au Parlement français au XIXe siècle : de 1850 à 1902 » par Isabelle Cavé, doctorante EHESS – Paris

12 h 00 – 13 h 30 : buffet repas

13h30 – 17h30 : Tour du monde de l’habitat ouvrier

Présidence de séance : Florence Charpigny, historienne, ingénieur d’études au CNRS, LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190)

  • 13 h 30 : «  Vivre le village ouvrier : l’usine textile rurale aux temps du paternalisme. Le cas de la Grande-Bretagne 1770 – 1830 » par Ophélie Simeon, doctorante en civilisation britannique à l’université Lyon 2
  • 14 h 15 : « La cité ouvrière au prisme de la main d’œuvre immigrée, conditions d’implantation des ouvrières italiennes et polonaises de l’usine de tissage de Jujurieux durant l’entre-deux-guerres » par Aude Royet, doctorante au Laboratoire d’Etudes Rurales à l’Université Lyon 2.
  • 15 h 00 : « De l’ « or noir » à l’humour noir : quel patrimoine pour le bassin charbonnier de la Vallée du Jiu (Roumanie) ? » par Maria Voichiţa Grecu, doctorante en anthropologie à l’EHESS, Centre Maurice Halbwachs
  • 15 h 30 : évocation d’un exemple insolite d’habitat ouvrier dans une usine de tissage à Moscou par Florence Charpigny
  • 15 h 45 : « Habiter dans une usine textile en Chine aujourd’hui » par Jean Ruffier, chercheur CNRS, Centre franco-chinois de sociologie de recherche sur les organisations, Université Sun Yatsen à Canton

Déplacement vers les expositions permanentes des Soieries Bonnet

16 h 30 – 17 h 30 : « Usine habitée », de l’usine-pensionnat au chantier d’archéologie industrielle

Parcours dans les anciens ateliers de tissage et découverte des collections liées au logement ouvrier dans les collections permanentes des Soieries Bonnet, par Nathalie Foron-Dauphin, responsable du fonds départemental des Soieries Bonnet.

17 h 45 : clôture de la première journée et départ du bus pour Bourg-en-Bresse.

Vendredi 9 novembre

A partir de 9 h 00 – Accueil café

9 h 30 – 12 h 00 : Manières d’habiter et de vivre l’usine en France

Présidence de séance : Claude-Isabelle Brelot, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2, LER (Laboratoire d’études rurales, EA 3728)

  • 9 h 30 : «  L’usine textile Schwarzenbach à Bourgoin-Jallieu : des cités ouvrières à leur prise en compte patrimoniale et urbaine actuelles » par Brigitte Riboreau, Conservateur du musée de Bourgoin-Jallieu
  • 10 h 15 : « Les cités ouvrière de Fumel : réalisations architecturales et organisation de la vie sociale (1920 – 1975)» par Vincent Joineau, docteur en histoire des techniques, Université Bordeaux III
  • 11 h 00 : « Le flotteur et la fournasse, vivre dans les moulinages en Ardèche entre les deux-guerres » par Florence Charpigny, historienne, ingénieur d’études au CNRS, LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190)
  • 11 h 45 : Conclusions par Delphine Cano, conservateur départemental des Musées de l’Ain

12 h 00 – 14 h 00 : buffet repas

Animation de clôture: extrait de la pièce de théâtre inspirée des Soieries Bonnet par Marie Hélène Chiocca, auteur

15 h 00 : clôture des journées d’études et départ du bus pour Bourg-en-Bresse.

Comité scientifique et de pilotage

  • Claude-Isabelle Brelot, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2, LER (Laboratoire d’études rurales, EA 3728)
  • Delphine Cano, conservateur départemental des musées de l’Ain
  • Florence Charpigny, historienne, ingénieur d’études au CNRS, LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190)
  • Marina Chauliac, conseillère pour l’ethnologie, DRAC Rhône-Alpes
  • Nathalie Foron-Dauphin, responsable de la mission départementale d’inventaire et de valorisation des Soieries Bonnet
  • Myriam Matic, assistante pour la mission des Soieries Bonnet
  • Henri Pansu, historien des Soieries Bonnet
  • François Portet, ethnologue, LER (Laboratoire d’études rurales, EA 3728)
  • Aude Royet, doctorante en histoire, LER (thèse en cours après deux mémoires de master)

Organisation

Conseil général de l’Ain / Conservation des musées de l’Ain, mission départementale des Soieries Bonnet

en partenariat avec

  • la DRAC Rhône-Alpes
  • le LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190)
  • le LER (Laboratoire d’études rurales, EA 3728, Lyon 2)

Affiche-Action, Quand la politique s’écrit dans la rue

Affiche de l'exposition "Affiche-Action"
Affiche de l’exposition « Affiche-Action »

Après une exposition sur l’URSS, fin de parti(e). Les années Perestroïka, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine et l’Université Paris X Nanterre organisent une nouvelle exposition ayant pour titre Affiche-Action, Quand la politique s’écrit dans la rue du 14 novembre 2012 au 24 février 2013 au Musée d’Histoire contemporaine, Hôtel national des Invalides, Paris 7e arrondissement.

À noter qu’une journée d’études sur « Affiche et politique » sera organisé le 17 janvier 2013 de 9h30 à 17h00 à l’Auditorium Austerlitz (Hôtel national des Invalides, Paris). La  matinée portera sur les circulations internationales de l’affiche politique au 20èmesiècle et les jeux d’influence d’une révolution à l’autre, d’un continent à l’autre, de la Russie à l’Amérique en passant par l’Europe. L’après midi donnera la parole aux graphistes contemporains exposés, Pierre Di Sciullo et Vincent Perrottet.

Le plan de l’exposition ainsi que les informations pratiques sont disponibles sur un site internet dédié, http://expositionafficheaction.fr/.

Archives algériennes des syndicats et partis français

À signaler, le Codhos organise une journée d’études sur les archives algériennes des syndicats et partis politiques français le vendredi 12 octobre 2012 à Paris de 9h à 18h, Salles du conseil A et B, Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), 190 avenue de France, 75013 Paris. En voici la présentation, suivie de son programme.

Cette journée d’études fait suite à une première manifestation organisée par le Codhos en octobre 2010 sur les archives des syndicats et partis français concernant l’Afrique sub-saharienne. Elle est cette fois consacrée aux « archives algériennes » – c’est-à-dire concernant l’Algérie – de ces mêmes syndicats et partis. Différents établissements disposant d’archives privées, ainsi bien sûr que les confédérations syndicales françaises (CGT, CFDT, FO) et les partis de gauche (Parti socialiste, Parti communiste en particulier), et certaines associations d’éducation populaire, conservent leurs archives, ou celles de militants qui leur en ont fait don. Nombre de chercheurs utilisent ces archives pour faire l’histoire du syndicalisme et de la gauche française. Dans ces mêmes archives existent des documents qui constituent un véritable gisement sur l’Algérie, ainsi que sur les relations avec l’Algérie, coloniale, en guerre et post-coloniale. Contrairement aux archives publiques, telles celles des Archives nationales d’Outre-mer (ANOM), ce gisement est largement méconnu et inexploité.
À l’heure du cinquantenaire des accords d’Evian, le Codhos a jugé intéressant de faire le point et de dresser un inventaire de ces fonds, de leur constitution et de leur histoire. On présentera, par exemple, le fonds Messali Hadj, tout récemment déposé par sa fille au Cermtri. Ces présentations ne seront pas un catalogue archivistique, mais une lecture critique des archives proposées. En complément, un volume d’inventaires et de photos sera proposé aux participants de la journée, et publié en ligne.
Deux table-rondes réunissant historien(ne)s, spécialistes de l’Algérie et/ou des partis politiques et syndicats clôtureront matinée et après-midi. Nous espérons ainsi susciter de nouvelles lectures de fonds classiques – ou moins classiques– trop souvent ignorés par les publics historiens n’appartenant pas au champ de l’histoire dite « ouvrière et sociale ».

Programme de la journée sur les Archives algériennes des partis et syndicats

9 h 00
Accueil par Thierry MÉREL, Président du Codhos et Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale du XXe siècle)

9 h 30 – 12 h 30 Partis et associations
Présidence René GALLISSOT et Sylvie THÉNAULT (CHS du XXe siècle)

• Ce que les archives de la SFIO disent de l’Algérie, par Frédéric CÉPÈDE (OURS)

• Les engagements algériens de Joseph Begarra, par Guillaume TOUATI (Fondation Jean-Jaurès)

• L’activité communiste dans l’armée pendant la guerre d’Algérie, par Pierre BOICHU (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)

Pause-Café

• Messali Hadj en archives, par Jean-Jacques MARIE (Cermtri)

• L’éducation spécialisée en Algérie à travers les archives de Jacques Gauneau, par Sylvain CID (Cnahes)

• Un titre de la presse algérienne numérisé par Génériques : La Voix du travailleur algérien, par Tifenn HAMONIC (Génériques)

• Autour de Sadek Hadjerès : archives audiovisuelles de la BDIC, par Rosa OLMOS (BDIC) et Franck VEYRON (BDIC)

Historien(ne)s utilisateurs et producteurs d’archives I : table ronde animée par René GALLISSOT, avec la participation de Marc GIOVANINETTI, Gilles MANCERON, Gilles MORIN, Tramor QUEMENEUR, Sylvie THÉNAULT

Discussion

12 h 30 Déjeuner

14 h 00 – 18 h 00 Syndicats
Présidence de Michel PIGENET et Raphaëlle BRANCHE (Centre d’histoire sociale du XXe siècle)

• La CGT et l’Algérie à travers les archives de Marcel Dufriche, responsable de la commission confédérale des territoires d’Outre-mer (1950-1965), par Aurélie MAZET (Institut CGT d’histoire sociale)

• Force Ouvrière et l’Algérie : L’Union départementale FO d’Alger à travers le Fonds Roger Marçot (1948-1962), par Pascale RUBIN (Centre de documentation Gabriel Ventéjol CGT-FO)

• La CFTC et la guerre d’Algérie : les relations entre la Confédération et l’Union Régionale CFTC d’Algérie à travers le fonds François Fraudeau (1925-1965), par Nicolas PERRAIS (Archives de la CFDT)

• Les affectations d’office des professeurs du second degré en Algérie dans les années 1950, par Alain DALANÇON (SNES)

Pause-Café

• L’Algérie dans les archives de la FEN et du SNI, par Guy PUTFIN (Centre Henri Aigueperse / Unsa-éducation)

• « L’UNEF et la guerre d’Algérie » avec l’exemple du fonds Pierre-Yves Cossé, président de l’UNEF en 1957-1958, par Marina MARCHAL (Cité des mémoires étudiantes)

Projection de photographies : Sonja Hoffet, l’Oranais en 1961 et photographie pour Alger Républicain (E. Cardenas), présentées par Éric LAFON (Musée de l’histoire vivante)

Historien(ne)s utilisateurs et producteurs d’archives II : table ronde animée par René GALLISSOT, avec Linda AMIRI, Raphaëlle BRANCHE, Omar CARLIER, Franck GEORGI, Aissa KADRI, Annick LACROIX, Michel PIGENET

Une interview de Tangui Perron sur deux films de la CGT

Pendant le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand, les spectateurs qui ont eu la chance d’assister à la séance « Court d’histoire » ont pu voir deux films de 1947 et 1948 réalisés par des travailleurs de la CGT. Des films présentés et mis en contexte par l’historien Tangui Perron invité sur le plateau de Radio Campus en compagnie de Georges Bollon, responsable de la section « Court d’histoire ». L’occasion de retracer avec eux les liens entre le cinéma et le mouvement ouvrier : le septième art a-t-il été un instrument de lutte sociale et d’émancipation ?

Journées de Printemps, Fêtes de la Jeunesse du 31 mai et du 1er juin 1947

Jeunes syndiqués du cinéma parisien / France / 1947 / Documentaire / 20’00 / 35 mm

Au printemps 1947, la CGT organise un grand rassemblement de la jeunesse qui prend différents aspects : compétitions sportives, défilés avec illustration des métiers et des « provinces », visite d’une exposition… Malgré l’expulsion des ministres communistes début mai, le ton est encore à la mise en avant de la « Reconstruction » à travers une jeunesse magnifiée.

La Grande lutte des mineurs

Techniciens et travailleurs de l’industrie / France / 1948 / Documentaire / 12’00 / 35 mm

Le consensus issu de la Libération est terminé et une période de luttes s’amorce. Au niveau international, la guerre froide a débuté. A l’automne 1948, tous les bassins houillers de France entament une longue grève qui sera durement réprimée. Ce court métrage d’agit prop’ en retrace quelques aspects importants. Interdit par un décret spécial, il circulera principalement dans les réseaux militants. Souvent attribué à Louis Daquin, il est l’exemple même de la réalisation collective.

Écoutez l’enregistrement sonore du débat ici [Fichier MP3, 19 min. 11, 14,3 mio].

Source. http://audioblog.arteradio.com//livresurlavoiepublique/