Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), Arbre bleu éditions, 2011

Couverture de l'ouvrage de Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011
Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011

Une nouvelle maison d’édition vient de voir le jour ! Fondée à Nancy, Arbre Bleu éditions publie son premier ouvrage d’histoire sociale. Stéphane Sirot, historien reconnu, auteur d’un Maurice Thorez (Paris, Presses de Sciences Po, 2000), d’un ouvrage sur La grève en France. Une histoire sociale, XIXe-XXe siècle (Paris, Odile Jacob, 2002) et d’une réflexion sur Les syndicats sont-ils conservateurs ? (Paris, Larousse, 2008) ouvre ici une nouvelle collection dénommée « Le corps social » dirigée par Tangi Cavalin également historien.

Intitulée Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), cet ouvrage est disponible sur commande auprès de la maison d’édition au prix de 20 euros (frais de port en sus). Promis, dès réception, je publierai un compte-rendu !

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

En France comme en Europe occidentale, plus personne ne met en doute le droit des syndicats à défendre le quotidien des travailleurs. Reconnu par l’État, voulu par la démocratie d’opinion, ce droit légitime l’organisation du salariat depuis sa légalisation au XIXe siècle. Mais il n’a jamais été sa seule raison d’être. Le syndicalisme est porteur, dès l’origine, d’un projet de transformation de la société visant à substituer, à la démocratie libérale, une démocratie sociale. Qu’en est-il aujourd’hui de ce projet d’essence politique dont la grève, symbole de l’autonomie ouvrière et de la mise en pratique d’une forme de démocratie directe, a longtemps été l’arme privilégiée ?

Reprenant de manière originale la question lancinante de la « crise du syndicalisme », Stéphane Sirot inscrit le fait syndical dans la longue durée de l’histoire du salariat depuis la Révolution française et fait la part des rapprochements et des singularités entre la France et ses principaux voisins européens. Il met en lumière l’inconfort du mouvement syndical, sommé d’agir au nom du bien commun et pas seulement des salariés, piégé par la rhétorique « réformiste » des gouvernements qui aspirent à le domestiquer, pour exister dans la fidélité à sa tradition de contre-pouvoir. Le syndicalisme français, qui semble résigné à n’être plus qu’une force d’accompagnement, pourrait bien être entré dans un nouvel âge de son histoire. Par ce retour sur l’histoire du salariat organisé, l’ouvrage se propose de clarifier les termes du débat sur l’avenir du syndicalisme et, au-delà, de fournir des outils de compréhension pour penser à nouveaux frais notre question sociale.

> Sur le web.

Site internet Arbre bleu éditions : Le site internet.

Séminaire doctoral Histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique »

Plaquette de présentation du séminaire doctoral
Plaquette du séminaire doctoral

L’école doctorale 441 Histoire de l’art de l’université Paris 1 organise, sous l’impulsion de Corinne Welger-Barboza un séminaire de quatre séances ayant pour objectif de guider le doctorant au sein des ressources numériques disponibles en ligne et de poser les premières pierres d’une réflexion critique sur les nouvelles pratiques de recherche en histoire de l’art. Un compte-rendu de ces séminaires sera bientôt en ligne sur ce carnet de recherches.
Programme du séminaire.

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.

Morgan Poggioli, « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme », Histoire@Politique, n° 12, 2010

Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou
Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou.

Les publications présentant le contenu et l’intérêt des fonds d’archives syndicaux ne sont malheureusement pas monnaie courante, mais il semblerait qu’une attention particulière soit apportée aux fonds d’archives rapatriés de Moscou. Morgan Poggioli, docteur en histoire contemporaine ayant soutenu une thèse portant sur La CGT du Front populaire à l’État français (1934-1940) en 2005 et désormais chercheur associé au Centre Georges Chevrier (UMR 5605) de l’université de Bourgogne vient de publier un intéressant article sur les archives de la Confédération Générale du Travail intitulé « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme. Le cas de la CGT : le fonds rapatrié de Moscou pour l’entre-deux-guerres », publié dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, numéro 12 de septembre-décembre 2010. Cet article est librement consultable sur le site internet de la revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po Paris.

Cet article fait écho à l’intervention de l’Institut CGT d’Histoire Sociale lors du colloque  « Saisies, spoliations d’archives et de bibliothèques et logiques de restitution au 20ème siècle » organisé par l’Université de Strasbourg, l’équipe de recherche en Sciences historiques de l’UDS, FARE (IEP, UDS), la Faculté des Sciences historiques, le Département d’histoire de l’ENS-Ulm, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-CNRS) et l’IRICE (Paris I) à Strasbourg les 22 et 23 octobre 2010 (voir le programme sur le site Calenda). Il fait également écho aux nombreuses publications parues à l’occasion du retour des fonds d’archives en France, notamment celles de Sophie Coeuré.

Après un bref aperçu de l’histoire mouvementée de ces fonds, Morgan Poggioli présente le contenu des archives confédérales rapatriées ainsi que leur intérêt et leurs limites. Je n’en dit pas plus, l’article se lit facilement ! A noter pour les collaborateurs de ce carnet de recherches, l’existence d’un fonds photographique se rattachant aux archives du Comité d’accueil aux enfants d’Espagne. Avis aux amateurs ! Quoi qu’il en soit, cette initiative est à saluer. A nous, chercheurs, militants, professionnels archivistes et documentaires d’essayer, quand cela est possible, de travailler dans le même sens, afin de faciliter le partage des ressources et des connaissances. Ci-dessous, trouvez le résumé de l’article.

En France, l’histoire du syndicalisme ne tient qu’une place mineure dans la discipline historique. Si plusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer cet état de fait, la disparition des archives syndicales de l’entre-deux-guerres constituait jusqu’à présent le principal frein au développement des recherches sur la CGT, pour cette période. En effet, c’est seulement depuis une petite dizaine d’années que ces fonds sont réapparus et ont été rapatriés de Moscou où ils séjournaient depuis un demi-siècle. Cet article se propose de retracer le parcours mouvementé de ces documents et d’examiner les pistes de recherche qui s’ouvrent désormais grâce à ce retour inespéré.

Quelques références bibliographiques.

Frédéric Monnier, Sophie Coeuré, Gérard Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le fonds de la Sûreté », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 45, 1er trimestre 1995, pages 122 – 139.

Dominique Devaux, « Les archives de la Direction de la Sûreté rapatriées de Russie », in La Gazette des Archives, n°176, 1er trimestre 1997, pages 78-86.

Sophie Coeuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours, Paris, Payot, 2006, 270 pages.