Adieu camarades !

Affiche de la série d'Arte "Adieu Camarades !"
Affiche de la série d'Arte "Adieu Camarades !"

Pour célébrer les vingt ans de la chute de l’URSS, Arte lance mardi 24 janvier 2012 un cycle documentaire intitulé Adieu Camarades ! Il propose de retracer l’histoire de l’effondrement de l’empire soviétique, de la Conférence d’Helsinki de 1975 à la démission du secrétaire général du parti communiste, Mikhaïl Gorbatchev, le 25 décembre 1991. Réalisés en six épisodes d’une heure, selon un découpage chronologique, ils seront diffusés deux par deux les mardis 24, 31 janvier et 7 février 2012 à partir de 22h20.

Ce documentaire, réalisé dans le cadre d’un important projet européen, multiplie les supports de diffusion : télévision, dvd, ouvrage, webdocumentaire et site internet. Il a été tourné dans près de 15 pays, a été traduit et sera diffusé sur près de douze chaines en Europe.

Le premier épisode, que j’ai pu voir lors de l’avant-première organisée par Arte et le magazine L’Histoire, traite de l’apogée du régime, entre 1975 et 1979, en se permettant toutefois quelques allers et retours dans le temps sur le démantèlement de l’Allemagne en 1946 ou encore sur le Printemps de Prague en 1968.

Les six épisodes sont montés selon une trame narrative relativement simple : une jeune femme élevée à l’ouest dans les années 1980 tente de comprendre son père élevé à l’est dans les années 1950. Le père est à la fois narrateur et témoin tandis que la fille, qui se promène dans des rues où sont placardées les dernières publicités Benetton, s’appuie sur des documents de toutes sortes pour asseoir ses dires : témoignages, archives privées, images d’archives, films, etc. Les images ne sont cependant pas toujours utilisées à bon escient. Pourquoi illustrer la Seconde Guerre mondiale avec des extraits de Quand passent les cigognes et non par des images d’archives ?

Très rapidement, l’histoire culturelle de l’URSS prend le pas sur les propos politiques avec un extrait de film de science fiction soviétique des années 1970. Ce premier épisode revient longuement sur les dissidents, les rockeurs, les hippies, les artistes de la contre-culture qui symbolisent les premières failles du système malgré les sanctions encourues (prison ou internement psychiatrique). Les idées traversent le rideau de fer et il existe en URSS des mouvements similaires à ceux d’Europe et des États-Unis. Le terme « asphyxie », cher à Dubuffet, revient ainsi à de nombreuses reprises dans la bouche de jeunes. L’émergence d’une culture propre à la jeunesse aurait ainsi été le principal facteur de déstabilisation de l’URSS dans la seconde moitié des années 1970, ce qui discutable, le documentaire laissant en arrière plan les questions économiques et politiques. Ce premier épisode s’achève en 1980 avec la mort du chanteur Vladimir Semionovitch Vyssotski.

Même si certains choix sont contestables, ce premier épisode donne envie de regarder les suivants, ne serait-ce que pour voir des images d’archives difficilement accessibles.

 

La Guerre froide vue par le PCF : projection le 29 novembre au Forum des Images

La Guerre froide vue par le PCF et le mouvement ouvrier français

À l’occasion du mois du film documentaire, l’association Ciné-Archives présente un montage d’extraits de films rares sur la Guerre froide.

Réalisée à partir du fonds audiovisuel du PCF et du mouvement ouvrier et démocratique, cette séance permet de découvrir une large sélection de documents militants, aussi entendus (sur l’air de “US Go Home”) qu’inattendus…

La séance sera commentée par Pauline Gallinari, Docteure en histoire contemporaine, auteure d’une thèse soutenue en octobre 2009 intitulée Cinéma et communisme en France de la Libération au milieu des années 1960 (sous la direction de Marie-Pierre Rey – CRHS Paris 1/ IEE Paris 8).

Mardi 29 novembre 2011 à 19 h
Forum des Images

Forum des Halles
2 rue du Cinéma
75001 Paris

À lire : Pauline Gallinari, Le Parti communiste français, la culture et le cinéma à l’heure de la guerre froide  (1947-1953), Université Paris 8.

Une nouvelle revue de la CGT-FO : Forum

Couverture du premier numéro de Forum, CGT-FO, 2011
Premier n° de "Forum", CGT-FO, 2011

Fait plutôt rare dans la presse syndicale, la CGT-Force ouvrière lance Forum, une nouvelle parution théorique trimestrielle. Son premier numéro aborde le sujet, brûlant par la proximité des élections sociales, des services publics en laissant la parole à des non-syndicalistes, privilégiant volontairement la diversité des opinions et l’approche pluridisciplinaire. Emmanuel Todd, Alain Rey, André Grimaldi, Jean-Paul Delevoye, Pierre Bauby et Serge Vallemont alimentent le gros des 60 premières pages de cette parution qui est disponible en version papier payante mais également en version numérique gratuite accessible sur son site internet.

Bonne lecture et bonne continuation !

La « Grande fièvre ouvrière » britannique (1911-1914)

De 1911 à 1914, la Grande-Bretagne a été traversée par de vastes mobilisation ouvrières sans précédentes : un million de grévistes en 1911, quarante millions de journées de grève en 1912, des syndicats qui franchissent le cap des quatre millions d’adhérents en 1914 ; autant d’éléments indiscutables de cette « Grande fièvre ouvrière ». Deux manifestations, en France et en Grande-Bretagne, reviennent sur ces grèves.

Un colloque

À l’occasion du centenaire de ces évènements, un colloque international organisé à Villetaneuse et à Paris les 15 et 16 septembre prochains, propose de revenir sur les aspects locaux et internationaux de ces mobilisations ainsi que sur leur portée politique, pour faire le point avec l’historiographie déjà existante.

Programme du colloque

Jeudi 15 septembre

(Salle B203, UFR LSHS, Campus Villetaneuse / Paris 13)

9.00         Accueil des participants

9.30         Ouverture du colloque

Une fièvre plurielle : déclinaisons locales et régionales.

Modérateur : Logie Barrow (University of Bremen)

09.45       Lydia Redman (University of Cambridge)
Industrial Mediation in the Age of the New Liberalism : The London Dock Strike of 1911‑12

10.15       Tri Tran (Université François Rabelais – Tours)
The 1911 « Great Strike » in the Port of London: Motives, Tactics, Impacts

10.45       Questions

11.00       Pause café

Modérateur : Myriam Boussahba-Bravard (Université de Paris Diderot)

11.15       John Belchem (Liverpool University)
The Liverpool General Strike of 1911: Beyond the Myth

11.45       Yann Belliard (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
The Peter Progress Chronicles, or the « Great Unrest » in Hull through the Lib-Lab Lens

12.15       Questions

13.00       Déjeuner

Modérateur : Christian Civardi (Université de Strasbourg)

14.15       Lewis Mates (Durham University)
The « Great Unrest » in the Durham Coalfield : Rank-and-File Movements and Political Change

14.45       William Kenefick (University of Dundee)
« Lessons in the Usefulness of Solidarity ». An Interregional and Transnational Perspective on the ‘Great Labour Unrest’ in Scotland

15.15       Olivette Otele (Université Paris 13)
The « Labour Unrest » in South Wales : Tonypandy, a Model for Glamorgan and Gwent Workers ?

15.45       Questions

16.00       Pause Café

Les oublié(e)s de la Grande fièvre

Modérateur : Fabrice Bensimon (Université Paris 4 – Sorbonne)

16.15       Myriam Boussahba-Bravard (Université de Paris Diderot)
The Great Labour and Female Unrest

16.45       Sam Davies (Liverpool John Moores University)
The State Response to 1911

17.15       Questions et synthèse de la journée

19.30       Dîner

Vendredi 16 septembre

(Grand amphithéâtre, Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’école de médecine / Paris 3)

9.00         Accueil

Perspectives comparatives et transnationales

Modérateur : Romain Garbaye (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

9.15         Conférence plénière. Jonathan Hyslop (University of Pretoria)
Were the South African Strikes and Insurgencies of 1913‑14 Part of a Global Labour Revolt ?

10.00       Questions

10.15       Pause café

Modérateur : Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

10.30       Paula De Angelis (University of Adelaide)
A Citizen of the World : Tom Mann, International Solidarity and Syndicalism in Britain, 1911‑14

11.00       Sjaak Van Der Velden (International Institute of Social History, Amsterdam)
The « Great Labour Unrest » in the Netherlands

11.30       Questions

12.00       Déjeuner

Le syndicalisme révolutionnaire en question

Modérateur : Karine Bigand (Université Paris 13)

14.00       Conférence plénière. Emmet O’Connor (University of Ulster)
Syndicalism and the « Great Labour Unrest », 1911‑14

14.45       Questions

15.00       Pause café

Modérateur : Constance Bantman (University of Surrey)

15.15       James Thompson (University of Bristol)
Revisiting and Rethinking Syndicalism, 1911‑14

15.45          Ralph Darlington (University of Salford)
The « Labour Unrest », Trade Union Officialdom and the Syndicalist Challenge

16.15       Questions et conclusions du colloque

17.00       Clôture du colloque

Une exposition

Liverpool, coeur des mouvements sociaux de 1911, organise également une série d’évènements à l’occasion de ce centenaire. Un site internet les recensant est accessible en ligne. La Walker Art Gallery, appartenant aux Musées nationaux de Liverpool, accueille pour sa part, du 24 juin au 25 septembre 2011, une exposition intitulée « Art in Revolution : 1911 in Liverpool ». Cette exposition entend revenir sur les liens qui ont existé entre les mobilisations radicales des travailleurs et la tenue d’une exposition d’art moderne d’une cinquantaine de peintures et de dessins de grandes figures post-impressionnistes et d’artistes locaux avant-gardistes, organisée par la Sandon Studios Society au Bluecoat  de Liverpool, du 4 mars au 1er avril 1911.

Des oeuvres de Vincent Van Gogh (The Oise at Auvers), Henry Matisse (Purple Beech Trees near Melun), Paul Gauguin, (Sister of Charity) Paul Signac (le sentier de Douane) ou encore Albert Lipczinski (Portrait of Dorothy Reilly) sont ainsi mises en parallèle avec des photographies, des enregistrements audio et vidéo des grandes manifestations ouvrières et de la répression de l’armée qui y répondit.

À signaler, quelques clichés de la mise en place de l’exposition sont disponibles sur Flickr.