Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »

Le texte qui suit est un article de Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, paru en 1976 dans Le Peuple, bimensuel de liaison de la Confédération CGT avec ses organisations confédérées. Cet article revient sur le problème posé par la gratuité des prestations des chanteurs « militants » lors des galas de solidarité organisés par des organisations syndicales.

Né en 1932 dans l’Indre, Claude Vinci1 connait la Seconde Guerre mondiale et ses maquis, avant de « monter à la capitale » en 1951. Autant passionné de football que de chant, il opte pour ce dernier après avoir rencontré Yves Montand. En 1956, il est rappelé en Algérie d’où il déserte. En 1963, il enregistre son premier album, puis deux autres en 1964 et 1965. Il abandonne le cabaret pour le récital en 1966. Durant vingt années, les albums s’accumulent, tout comme les tâches syndicales. En 1984, il décide de prendre une retraite provisoire pour se consacrer à l’écriture, avant un ultime retour à ses premières passions en 1993. Ses écrits autobiographiques paraissent sous les titres La trop courte vie d’Adrien (1995) et Les portes de Fer (2003) aux éditions Le temps des cerises.

Article de Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »2.

Quand on voit un chanteur en scène, même pour un tour de chant long, de deux heures par exemple, sa prestation semble très souvent facile et on peut avoir l’impression que quiconque en ferait autant. Elle est normale cette apparence de facilité, et elle doit être la marque de ce qu’on appelle « le talent ».

Mais-a-t-on pensé à ce qu’est « le talent » ? Serait-ce un don acquis à la naissance, par hérédité ? Aurions-nous, en naissant, un gène spécifique qui fasse de nous un artiste, un chanteur ? Certainement pas. C’est tout un contexte familial, social, d’éducation qui fait qu’à un moment donné nous accrochions pour les arts, pour un art, que « nous sentions la vocation ». Et c’est ce qui explique que, parmi les artistes, il n’y en ait certainement pas plus de 2% d’origine ouvrière et petite paysanne, tous les autres étant, à très grande majorité, d’origine petite bourgeoise.

Si avoir « la vocation », « le talent », c’est nécessaire, c’est loin d’être suffisant. Il faut surtout le travail. Des heures et des heures, des semaines, des mois, des années de travail sur toute une carrière, passés en cours de chant, de musique, d’art dramatique, de danse, de mîme, d’expression corporelle qui coûtent fort cher. C’est être à peu près au courant de tout ce qui se fait, se recherche dans les domaines de la poésie, de la littérature, de la musique, du cinéma, de la télé, de la peinture, etc… C’est être dans la vie et non pas dans une tour d’ivoire sclérosante, pour accumuler un matériau solide qui sera transformé en chansons. Ce sont des heures, des semaines, des mois parfois pour mettre au point l’écriture de ces chansons, trouver la forme la plus apte, le vers le mieux tourné, le mot le plus précis, la musique, note par note quelquefois, la mieux mariée au texte. C’est, pour celui qui n’est qu’interprète, la recherche de ses chansons, de nouveaux auteurs, le choix, le travail souvent avec une équipe d’auteurs et de compositeurs.

Et une fois ces chansons écrites ou choisies, combien d’heures de mise au point, de répétitions qui ne fourniront d’ailleurs que l’ossature de l’interprétation qui va s’améliorer, s’enrichir au contact du public.

Encore faut-il pouvoir le contacter, ce public ! Et combien d’heures sont encore passées là en démarches, en prospection pour avoir des engagements, pour pouvoir enfin exercer ce métier, son métier.

Aussi, un tour de chant qui semble facile – et c’est heureux – représente en définitive une somme incalculable d’investissements intellectuels non rémunérés, qui coûtent même, sans parler des investissements matériels nécessaires : une voiture et pas n’importe laquelle quand un chanteur fait entre 50 et 100 000 kilomètres par an avec souvent des étapes de 8 à 900 kilomètres, une sonorisation pour fournir le meilleur travail possible, des instruments de musique, etc…

Tout cela, ajouté à la totale insécurité d’emploi, explique que le cachet d’un chanteur, même débutant, puisse paraître élevé, voire exorbitant, comparativement au salaire quotidien moyen d’autres travailleurs. Et pourtant, il est loin de correspondre, dans de très nombreux cas, à ce qu’il faut pour vivre à peu près décemment, à la disponibilité à son métier 24 heures sur 24, le professionnalisme donc, étant indispensable, ce qui n’a rien de discriminatoire pour les amateurs puisque dans notre pays où rien n’est organisé pour notre formation, tout professionnel vient des rangs amateurs.

Il est donc anormal de demander à un chanteur de chanter gratuitement, même pour un gala de solidarité à une grande cause avec laquelle ce chanteur est en plein accord.

Bien sûr, certains chanteurs véhiculent l’idéologie progressiste et se mettent ainsi directement aux côtés de la classe ouvrière, s’intègrent même à la lutte contre l’exploitation capitaliste, au niveau idéologique. On peut alors considérer que leur tour de chant est un acte militant. Cela est certainement vrai, mais dans un sens seulement, car si cela était pleinement vrai, ce serait admettre que la révolution peut se faire par la culture artistique. On sait bien que cela est en grande partie faux et que la chanson, comme tout art, n’est qu’une aide (elle n’est pas que cela) à une prise de conscience de la nécessité d’autre chose, une aide importante oui, mais une aide seulement.

Et pourquoi un tour de chant serait-il plus militant dans un gala de solidarité où tous les spectateurs sont militants eux aussi et donc convaincus, que dans une représentation « normale » devant le tout-public dont une grande partie n’est pas forcément acquise aux idées exprimées ? Ne serait-ce pas plutôt dans ce second cas que le tour de chant est le plus militant ?

Alors, chacun de nos tours de chant pourrait être considéré effectivement comme un acte militant, ne se faisant pas payer puisque militant ; mais quand et comment allons-nous gagner notre vie, quand et comment allons-nous amortir les investissements intellectuels et matériels que nous sommes obligés de faire constamment et sans lesquels il ne peut pas y avoir de tour de chant ? Nous préférons dire et nous sommes convaincus d’avoir raison parce que nous l’avons beaucoup vécu et y avons beaucoup réfléchi : « notre militantisme, le vrai, le fondamental, est ailleurs et quand nous montons sur une scène pour chanter, c’est avant tout notre métier que nous exerçons et c’est un travail pour lequel nous avons investi et cela nécessite un salaire ».

Le problème se présenterait de manière totalement différente si nous étions des salariés « normaux », avec un salaire régulier et garanti. Mais tel n’est pas le cas ; nous ne sommes que des salariés intermittents à employeurs multiples.

Aussi, nous pensons qu’il est tout à fait justifié que toute prestation artistique de notre part, tout tour de chant, tout travail donc, fasse l’objet d’un salaire. Celui-ci peut subir des variations selon les cas, être même reversé intégralement à l’organisateur, ça n’est plus alors qu’un problème d’appréciation personnelle mais il y a le principe reconnu de salaire.

C’est qu’au salaire et au salaire seul, se greffe tous les droits sociaux qui dans nos professions, comme dans les autres, ne sont que des acquis des luttes syndicales.

Cela veut dire que, quand nous faisons un gala gratuit, il ne peut pas y avoir de cotisations, donc pas de couverture en ce qui concerne la Sécurité sociale, les allocations familiales et les accidents du travail (et cela peut être grave, dramatique et c’est déjà arrivé, en cas d’accident sur le chemin ou la scène du gala), pas de cotisations à notre Caisse Congés Spectacles, nos congés payés, pas de cotisations ASSEDIC (et il y a plus de 80% de chômage dans nos professions), pas de cotisations retraite Sécurité sociale et retraite complémentaire. Pourquoi n’aurions nous pas droit, nous aussi, à bénéficier complètement de ces conquêtes syndicales à l’obtention desquelles notre propre syndicat, par son affiliation à la CGT et par ses luttes spécifiques, a participé ?

La solution ? Il n’est pas question pour nous de nous opposer à ces galas de solidarité, de soutien, à ces galas « militants » qui risquent même d’augmenter avec les luttes sociales et politiques. Nous sommes partie prenante. Nous voulons nous y intégrer et en chantant aussi puisque cela peut aider les luttes, nos luttes communes.

Mais cela ne peut se faire au détriment de notre métier ; cela ne peut aller à l’encontre des acquis des luttes communes et spécifiques ; sinon il faudrait bientôt penser à organiser aussi de nombreux galas de soutien aux chanteurs participant gratuitement à des galas de soutien. Il faut qu’un organisme possesseur d’une licence légale d’entrepreneur de spectacles, assurant ainsi toutes les cotisations sociales, puisse prendre en charge le financement de ces galas « militants ».

Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, 1976.

  1. Pour plus d’informations, lire les ouvrages autobiographiques de l’auteur ainsi que Marie-Joëlle Rupp, Vinci soit-il : Biographie de Claude Vinci, chanteur, auteur, déserteur, Paris, Le temps des cerises, 2006, 197 pages. []
  2. Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme », Le Peuple, 15-31 juillet 1976, pp. 19-20. []

Roland Krivine, collectionneur d’affiches et d’objets militants

Permettre aux acteurs de l’histoire visuelle et esthétique du mouvement ouvrier de s’exprimer est une mission poursuivie par ce carnet de recherches. Artistes, photographes, illustrateurs, responsable à la propagande, agence de communication, archiviste, responsable de photothèques mais également collectionneur d’affiches, d’autocollants ou d’objets militants de toutes sortes sont autant de témoins contemporains ou postérieurs des créations  visuelles. Roland Krivine, bénévole à l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Montreuil et collectionneur à ses heures depuis de nombreuses années ouvre ici le bal des entretiens que nous espérons nombreux et fructueux. Une manière de faire connaitre les sources disponibles, leurs conditions d’accès et transmettre un peu  de leur « dada » parfois encombrant !

L’objet de cet entretien est de connaître les motivations du collectionneur, ses méthodes de récolement et de classement, son avis sur l’évolution de la production visuelle, ainsi que quelques anecdotes autour de la constitution de ces corpus. Pour donner un ordre d’idées sur la vaste et hétéroclite (au bon sens du terme pour l’historien !), voici quelques ordres de grandeur : près de 15.000 autocollants ; près de 3.000 cartes postales ; 441 affiches ; près de 600 épinglettes, pin’s et insignes ; plus de 700 badges ; des porte-clés, des médailles, des partitions, des marque pages, des sous-bocks, des bracelets de journaux, des flammes militantes ou encore des stylos, boites d’allumettes, briquets et autres fanions. Et cela sans compter la présence de 48 boites de tracts soit 4,5 mètres, classées par ordre chronologique. Un vrai trésor !

Au-delà, il faut noter la présence d’objets et de documents pour le moins étonnant : près de 80 annonces RATP de coupures de lignes de bus pour cause de manifestation, près de 400 menus de congrès et autres manifestations militantes ou encore les 17 tickets WC de la Fête de l’Humanité ! A propos du menu des repas pris par les militants, je pense préparer une petite analyse sur ce que les militants mangent et boivent, qui sera publié sur ce carnet de recherche, l’art culinaire entrant – avec quelques contorsions – dans notre objet de recherche !

Sans plus tarder, la retranscription – la plus fidèle possible – de l’entretien de Roland Krivine que j’ai assuré le jeudi 3 février 2011 à 15h30 au domicile de ce dernier.

Emeric.

Je te propose de commencer par décrire ton parcours de militant syndical et politique.

Roland.

Rapidement, je suis né à Paris en 1935. Mes grands-parents paternels et maternels étaient d’origine juive et côté paternel on était d’origine ukrainienne. On est cinq frères. C’est en particulier grâce à mes frères ainés que j’ai eu une vie politique qui a commencé assez tôt, puisque j’ai été membre des Louveteaux, puis des Éclaireurs de France laïcs à partir de 1947. Après, j’ai été aux Vaillants en 1949, qui étaient un peu les groupes d’enfants du Parti communiste, officieusement quoi, pas officiellement. Après, j’ai été à l’UJRF en 1950, qui s’appelait Jeunesses communistes avant la guerre et qui ont repris ce nom en 1956. En 1952, j’ai pris ma première carte au Parti communiste et cette année j’en suis à ma soixantième carte. J’ai pris ma carte de la CGT quand j’ai commencé à travailler en 1956, puis après je suis parti au service militaire pendant 28 mois, dont dix mois à Sarrebourg puis dix-huit mois au Maroc comme grenadier-voltigeur chez les Zouaves, où ils savaient qui j’étais sur le plan politique parce que j’ai été averti par un sous-officier qui m’a dit « on n’y est pour rien, on n’est pas responsable mais on te préviens, tu es fiché, alors fait attention, nous on ne sait pas, on n’est pas au courant, mais… ». Bon, je m’en doutais, j’ai fait attention et j’ai quand même gardé toutes les lettres que j’ai envoyé à mes parents du service militaire. Mes parents les ont gardé, heureusement, j’en ai, je ne sais pas, peut-être deux cents. A l’époque cela durait 28 mois quoi ! Et j’ai été envoyé au Maroc, parce que j’étais exempt d’Algérie, j’avais un frère qui y faisait déjà son service comme médecin.

J’ai toujours été militant de base dans toutes les organisations où j’étais parce qu’à l’époque il y avait un culte de la personnalité et donc pour être responsable on disait « responsable c’est quelqu’un de formidable ». Moi je les regardais comme cela et je me disais « moi, je ne pourrais jamais être responsable de haut niveau ». A la base oui, j’ai été secrétaire, j’ai créé un syndicat dans la boite où je travaillais avant, j’ai été secrétaire et trésorier de cellule, un des responsables du Comité de défense de l’Humanité du 9ème arrondissement. Cela n’a jamais dépassé cette limite. Alors, c’était surtout un parcours politique plus que syndical : je distribuais les tracts, je faisais du porte-à-porte, je vendais l’Huma-Dimanche rue des Martyrs, je collais les affiches, je faisais un peu tout ce travail de base.

Emeric.

Tu travaillais dans quelle branche ?

Roland.

C’était une boite qui dépendait de la métallurgie, c’était une entreprise – enfin j’ai fait plusieurs boites : j’ai commencé chez Alsthom puis je suis arrivé chez SMIDTH, une boite danoise à Paris qui équipait les cimenteries clés en main. Elle fournissait les machines à fabriquer le ciment et moi je m’occupais du transport de ces machines, en restant au bureau ! C’est là où j’ai créé un syndicat, justement dans cette boite. Ils ont déménagé, ils ont quitté Paris, j’ai refusé de partir et comme j’avais 55 ans à l’époque, pendant deux ans j’ai cherché du boulot sans en trouver et quand on était en licenciement économique, on pouvait partir en retraite à 57 ans et demi si on avait assez d’annuités. Le hasard à fait que j’avais assez d’annuités et je suis parti. Et c’est là qu’à titre militant, depuis en gros 1990, j’ai rejoint l’Institut CGT d’Histoire sociale. Au début c’était une petite organisation, elle était en place depuis une petite dizaine d’années et j’étais principalement trésorier. C’était tout petit, je pouvais faire, mais cela se développe, cela se développe et moi je suis un peu fâché avec les nouveautés, les ordinateurs, les trucs comme cela et puis il faut des gens très qualifiés quand il y a des centaines de milliers de francs de recettes, de dépenses et tout cela, il faut un professionnel, donc je ne peux plus faire cela. Maintenant, à la trésorerie, je dis souvent que je suis « employé aux écritures », je copie manuscritement les recettes et les dépenses et je vérifie les abonnements aux Cahiers de l’IHS-CGT.

Emeric.

Alors du coup, quand est-ce qu’a commencé ta passion pour la collection ? Est-ce que tu as dès le départ, cherché à conserver ou bien cela est venue au fur et à mesure du temps ?

Roland.

Depuis le début, depuis très longtemps, je garde, j’entasse. Je classais surtout les choses scolaires. J’ai gardé mes bulletins scolaires, mes carnets de notes et tout cela. J’ai été au petit lycée Condorcet. Pendant la guerre, comme on était juif, on a porté l’étoile jaune. J’ai gardé pas mal de choses de cette période. En souvenir aussi. Beaucoup de choses qui ne sont pas fondamentales mais qui pour moi, comme enfant de 7-8 ans, avaient de l’importance. Par exemple, quand il fallait cavaler dans le métro pour monter dans la dernière voiture. Les juifs n’avaient le droit qu’à la dernière voiture de la rame. On ne pouvait pas aller ailleurs. Comme je portais l’étoile, j’étais obligé de cavaler et même après la Libération, cela m’arrivais au début de cavaler pour attraper la dernière voiture de la rame de métro ! On n’avait pas le droit d’aller dans les squares publics : « entrée interdite aux chiens et aux juifs » ou « interdit aux juifs » seulement. Alors, je ne pouvais pas aller au square. Ce sont des choses qui ne sont pas fondamentales mais qui m’ont marqué. Alors est-ce que c’est cela qui… Je ne peux pas dire pourquoi, mais je collectionne les choses politiques, sociales, ouvrières, syndicales mais aussi des choses moins… comme les erreurs subconscientes dans les lettres ou autres. Par exemple, « Lettre adressée aux Sec.taires généraux » pour « secrétaires ». « Sectaires généraux », c’est peut-être du subconscient mais…! J’en est trouvé pas mal des comme cela. Je fais des photocopies ou je garde l’original quand cela m’est adressé. Ou alors je collectionne les faire-part de décès humoristiques. Ce n’est pas très politique ça, mais dans Le Monde, il y a des tas de faire-part, j’en est tout un stock que j’ai conservé. Par exemple, « monsieur Bouledefeu est mort à son domicile et a été incinéré ». Je trouve cela marrant même si le décès n’est pas quelque chose de drôle ! Effectivement, cela n’est pas politique mais il n’y a pas que la politique même si c’est surtout la politique qui m’intéresse.

Emeric.

Alors chez toi la démarche de collectionner, c’est vraiment un élément qui te fait plaisir et du coup tu prends le pli de le conserver ?

Roland.

Ah oui ! Par exemple, je collectionne les poings levés en photo ou en dessin humoristique. Alors des fois, lorsque je lis ou regarde des images, je vérifie si c’est un bras ou si c’est une main ouverte, dans ce cas, cela ne compte pas pour moi.

Emeric.

Qu’est-ce que représente ta collection en terme de volume à vue de nez ?

Roland.

A vue de nez… Je ne peux pas dire… Je manque de place quoi ! Ce que cela représente… Je sais qu’en mètre linéaire, uniquement pour les tracts, j’ai environ 4,5 mètres linéaires. Mais c’est là où cela prend le plus de place, car il y a les tracts classés par année même si à l’intérieur de chaque année, cela n’est pas classé. Le reste ne prend pas tellement de place. C’est dans des cartons de récupération parce que je n’achète rien par principe, sauf si c’est un truc syndical pour moi, je l’achète évidemment et je le garde après mais autrement si je vais aux puces ou à autre chose, je ne prends rien. Mais j’échange et je garde.

Emeric.

Donc c’est une passion qui ne coûte rien !

Roland.

Je reçois et puis j’accepte ce que l’on me donne, parce que souvent on me donne quelque chose mais la personne en échange ne veut rien. Par la poste des fois, sur le pas de ma porte, cela m’arrive aussi…

Emeric.

Alors, tu as des correspondants réguliers ?

Roland.

Oui ! Il y en a qui m’envoie quand ils ont des choses. Et j’ai un gros classeur où les gens qui m’écrivent sont classés par ordre alphabétique et je garde leur lettre d’envoi. Mais par contre, je ne sais pas ce qu’ils m’envoient, je ne le note pas.

Emeric.

Par contre, tu as une idée de ce qu’ils t’ont envoyé.

Roland.

Voilà ! J’ai un récapitulatif sur deux-trois pages seulement.

Emeric.

Alors, cela fait combien de personnes en tout ?

Roland.

Je ne sais pas, plusieurs dizaines. Il y en a, c’est une fois dans leur vie et puis d’autres c’est assez courant. L’Institut (IHS-CGT) c’est très courant par exemple.

Emeric.

D’accord, les gens de l’Institut te donnent couramment des choses.

Roland.

Oui. Ils savent. Pour ceux qui sont militants par ailleurs. Ce qu’ils reçoivent pour eux et plutôt que de le balancer s’ils ne veulent pas le garder, ils me le donnent.

Emeric.

Ces personnes, ce sont des individus que tu as rencontré durant ta carrière militante ? Des gens de la famille éventuellement ?

Roland.

De la famille, non. Parce que la famille, les archives cela ne les intéressent pas vraiment. C’est des anciens et nouveaux militants du 9ème arrondissement qui connaissent un peu mes goûts. Il y a eu une période dans l’Humanité, il y a une dizaine d’années, il y avait les « messages solidarités », dans lesquels chacun faisait sa petite annonce de deux ou trois lignes. Alors moi j’ai dit que je cherchais, que je collectionnais les autocollants, les documents militants, s’il y en avait. J’ai reçu pas mal de réponses à ce moment là et il y en a qui continuent encore. Alors évidemment, quand je reçois quelque chose, je téléphone ou j’écris pour remercier !

Emeric.

Il y a des gens qui ont suivi pendant plusieurs années, qui ont envoyé des choses ?

Roland.

Ah oui. Et encore maintenant, même si il y en a qui sont décédés.

Emeric.

A l’étranger aussi ?

Roland.

A l’étranger, oui. J’en avais dans les pays socialistes. Des correspondants ! Parce que quand j’étais plus jeune, j’allais beaucoup dans les pays socialistes mais pas seulement. J’ai été en Corée du Nord, en Albanie, en Sibérie, Groënland… J’ai commencé quand j’étais plus jeune, pas sur le plan militant, mais… J’étais militant à l’époque mais je ne m’intéressais pas spécialement à ces documents là. Je faisais beaucoup d’auto-stop, de bivouacs avec ou sans tente et j’allais dans des tas de pays étrangers, surtout nordiques. Je recevais aussi des étrangers. Alors pour me remercier, ils me laissaient des souvenirs. Par exemple j’ai une photo d’un Krivine extrait d’un livre, on ne sait pas si il est de la famille ou pas ! Je pense que c’est un soldat de l’armée rouge des années 1920.

Emeric.

Est-ce que tu as des motivations particulières à la collection, parce que cela va faire plus d’une quarantaine d’années maintenant ?

Roland.

Motivations, oui certainement, sinon je ne le ferais pas mais lesquelles ? D’un côté, c’est la sauvegarde de certains documents parce que je sais que les journaux, les brochures, les choses comme cela sont déposés à la Bibliothèque nationale, au dépôt légal. Les tracts nationaux on peut les trouver ailleurs mais les tracts des éboueurs de la région des Crottes à Marseille, moi je les garde et cela sert. Pour une utilisation extérieure aussi, je prête les documents si certains en ont besoin pour une exposition, pour illustrer une brochure, un livre, une affiche ou un truc comme cela. Je les prête, avec le côté militantisme de la chose, le côté militant du prêt, c’est pour cela que je fais attention quand je prête d’être sûr que ce n’est pas quelqu’un qui pourrait l’utiliser à mauvais escient. Mais une fois que l’on prête, on fait confiance. Par hasard, j’ai retrouvé dans les dossiers, le numéro 2 du journal du Front national en 1973. Le numéro 2 seulement, je n’ai pas le numéro 1, le hasard ! Une chose que j’ai gardé à l’époque ou que l’on m’a donnée depuis.

Emeric.

Est-ce que tu ouvres tes boites parfois pour voir ? Est-ce que tu y jette un coup d’oeil ou bien est-ce que tes boites sont fermées et que d’une certaine manière tu n’y remets pas vraiment les pieds sauf si on te le demande ?

Roland.

Et bien, c’est un peu ça. Sauf quand on me demande. Parce que je ne peux pas me rappeler tout ce que j’ai. On me demande « Est-ce que tu as telle chose ou telle chose ? » Les neuf-dixièmes du temps je dirais, « je ne sais pas, il faut que je regardes ». Si c’est un truc où il y en a très peu, c’est très facile à regarder, mais si on me demande si j’ai quelque chose sur la grève de Lip par exemple, là je sais, oui j’ai pas mal de choses sur Lip. Sur le Parisien Libéré en grève aussi mais combien… Il y a plein de trous évidemment. Ce n’est pas comme les timbres où il y a des livres, des annuaires qui indiquent tous les timbres existants comme Yvert et Tellier. Alors les journaux oui à la rigueur, on peut savoir si il y a des trous mais bon…

Emeric.

Tu ranges dans les boites mais tu ne te vas pas te dire parfois « tiens, je vais ouvrir cette boite pour voir ce qu’il y a dedans et me souvenir du passé » ?

Roland.

Cela m’arrive, mais très rarement.

Emeric.

C’est vraiment une démarche de sauvegarde, principalement.

Roland.

Je mets à part mes choses personnelles des choses collectionnées. C’est-à-dire mes cartes personnelles d’adhérents sont à part, les lettres que j’ai reçues par exemple pour une demande – même si cela ne faisait pas partie de mon travail militant – de faire le service d’ordre comme on disait à l’époque, l’accueil-sécurité maintenant, dans les manifestations, dans les grandes manifestations du Premier mai ou du Mur des fédérés, on demandait à des camarades : « Est-ce que tu peux venir ce dimanche ? ». Il m’envoyait une lettre personnelle. Si je pouvais, je le faisais bien sûr. Alors cela, je ne le mets pas dans les choses collectionnées, car cela est adressé à Roland Krivine, je le mets à part.

Emeric.

Tu fais bien la distinction entre ce qui est à toi et ce qui est dans ta collection.

Roland.

Mon fils, qui a le coeur à gauche mais qui n’est pas spécialement politisé, cela l’intéresse de garder quand même ces choses-là. C’est les souvenirs de son père. Parce qu’il a été élevé un peu là-dedans tout de même.

Emeric.

Alors que la collection dans l’absolu, il n’est pas prêt à la garder.

Roland.

Non, mais par contre, c’est lui qui me tape les inventaires.

Emeric.

Il a conscience de l’importance que cela a pour toi.

Roland.

Voilà. Je sais qu’il ne balancera pas la collection. Même si cela ne l’intéresse pas directement, il cherchera à la replacer.

Emeric.

Dans ta vaste collection, est-ce qu’il y a des choses qui te tiennes à coeur ? Des objets qui ont une signification particulière, un objet qui en lui-même est sympa ?

Roland.

Il y a différentes choses. Dans ma collection personnelle, il y a un cadeau que j’ai fait à Staline pour son anniversaire. J’ai un reçu de couleur jaune à mon nom, des années 1950. Bien sûr ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est l’organisme français qui se chargeait de collecter et de lui remettre. Pour moi, cela a son importance parce que j’ai été élevé pendant la période stalienne, ça c’est sûr. Bon même si maintenant, évidemment je ne suis plus comme avant, puisqu’il y a eu pas mal de choses qui se sont passées. Mais je me dit quand même, puisque l’on cherche toujours, non pas à s’excuser, mais à se demander pourquoi on a pu adorer certaines choses, je me dit que c’était parce qu’on nous disait en France de Staline que ce qui était positif, valable, du genre « tous les enfants du monde entier sont des frères, qu’ils aient la peau blanche, noire, jaune ou verte » ou « les vieux, ils faut s’occuper d’eux ». Tout cela, en URSS, ils ne le faisaient pas forcément, mais en France on croyait qu’ils le faisaient donc c’était formidable, on n’a pas à rougir de ce dont on croyait. Après évidemment on doutait, on se disait quand même, là… Et puis d’un autre côté, il y a un tas de pays qui sont devenus indépendants parce que l’URSS les a aidé. Il ont pu trouver leur indépendance grâce aux communistes du cru ou à l’URSS qui les aidait.

Emeric.

Tu as d’autres objets qui te reviennent à l’esprit ?

Roland.

Des périodes surtout. Quand j’étais jeune, il y avait des manifestations pendant la guerre froide, que ce soit des manifestations du Parti communiste ou de la CGT, qui étaient réprimées par les CRS et les flics. C’était très dur et on avait des mots d’ordre tout le temps, il n’y avait pas vraiment de hauts-parleurs ou de trucs comme cela. Par exemple, il y avait des dizaines de milliers de personnes à Paris qui scandaient des mots d’ordre comme « Figaro nazi » parce que le Figaro avait publié les mémoires du général Speidel. On a fait une manifestation devant le journal. « Ridgway la peste go home ! » parce qu’il utilisait les armes chimiques. Toute cette période là pour moi, quand je vois quelque chose là-dessus, j’ai un oeil plus précis, en tant qu’acteur, car cela me rappelle des souvenirs.

Emeric.

Et au sujet des fameux tickets WC de la Fête de l’Humanité ?

Roland.

Oui ! Mes tickets WC de la Fête de l’Humanité, j’en ai seize je crois mais pas tellement des années anciennes car avant je n’y pensais pas. Pourtant, la Fête de l’Huma, je n’est pratiquement loupé que la dernière vu mon âge. Quand on allait aux WC, il y avait un camarade qui était à l’entrée, il fallait le payer, il donnait un ticket numéroté en échange : ticket WC, Fête de l’Humanité, année, numéro tant et le prix à côté. Maintenant, les WC sont toujours là mais il n’y a plus de tickets. Pour moi, c’est quand même un objet militant parce qu’il y a le logo dessus.

Emeric.

Est-ce qu’il y a eu des objets que tu aurais pu avoir, que tu as manqué et que tu regrettes ? Une affiche sur un mur que tu n’as pas pu prendre ?

Roland.

Oui, si cela me plait, mais si c’est une affiche de gauche ou d’extrême-gauche, je ne vais pas l’arracher ! Si c’est une affiche d’extrême-droite, il faut faire attention et le problème c’est que cela tient en général bien sur les murs ! D’un autre côté, je me dit que maintenant les affiches, sauf les affiches locales, sont sauvegardées, déposées.

Sinon, je n’ai pas de regrets particuliers car ce sont en général des choses auxquelles on ne pensait pas avant. Je ne suis pas à la recherche de telles choses ou de telles choses. Je suis collectionneur mais ce n’est pas mon travail principal quand même. Maintenant, cela le devient un peu, même si ce n’est pas mon souci principal !

Emeric.

Est-ce que tu as déjà pris des risques pour récupérer des objets ?

Roland.

Oui, en particulier quand ce sont des autocollants de droite ou d’extrême-droite, j’ai déjà pris des risques. Je ne me suis jamais fait taper dessus mais engueulé plusieurs fois, ça oui ! Et souvent des gens me regardent bizarrement quand je retire les feuilles annonçant le détournement des bus pour cause de manifestations dans les arrêts de bus. Je ne retire pas la feuille avant ! Mais pendant ou après ! Je leur explique, je collectionne, je garde, je ne suis pas un voyou, je le garde pour l’avenir ! Quand ce sont des manifestants, pas de problèmes. J’ai tout de même 80 coupures de ligne de bus pour cause de manifestation !

Emeric.

Ce qui est amusant dans ta collection c’est qu’on n’y trouve pas les pièces « classiques » qu’on attend d’un collectionneur de belles affiches, de séries complètes d’autocollants avec cette idée d’exhaustivité. Chez toi, il y a vraiment de tout, on trouve des choses que l’on ne pourra pas trouver ailleurs, c’est ce qui fait sa richesse. Les gens n’y aurait pas pensé !

Roland.

Je pense que c’est lié au fait que j’ai été militant de base, donc les trucs qui ne remontaient pas jusqu’en haut dans des tas d’occasions, pour moi c’était de la vie courante. Je me doutais que cela pourrais m’intéresser un jour, sans trop savoir au départ. Et après, quand j’ai eu plus de temps libre, quand j’ai arrêté de travailler, je me suis mis à classer tout ce qui était en fouilli.

Emeric.

Tu as passé plus de temps au final à classer qu’à chercher ?

Roland.

Oui, c’est cela. Je n’ai pas trop cherché, mais j’ai beaucoup récupéré de l’extérieur.

Emeric.

D’une certaine manière, tu es une sorte de réceptacle ? Tu est moins chineur qu’aspirateur ?

Roland.

C’est cela !

Emeric.

Même si je sais que tu n’as pas une vue d’ensemble sur la totalité de ta collection, est-ce que tu aurais des impressions sur l’évolution des tracts, des badges ?

Roland.

Les autocollants par exemple on appelait cela des flyers avant, même si cela existe encore aujourd’hui. Ils étaient jetés comme cela par les fenêtres et c’était des formats autocollants mais souvent recto-verso : c’était imprimé et tout léger. Il y avait aussi les papillons qui étaient avec de la colle au verso mais de la colle qu’il fallait lécher ou tremper dans l’eau pour coller sur les murs. Cela ne se fait plus, maintenant cela s’est modernisé et ce sont des autocollants. Il y a des autocollants à l’envers, en ce sens qu’on les collent sur les voitures, comme cela on en met sur les vitres à l’intérieur ou à l’envers pour que les gens les voient dans leurs rétroviseurs. Ce sont des choses qui n’existaient pas avant, il y a donc une évolution. Pour les badges, il y avait des pin’s, des épinglettes, des médailles, des médaillettes, des portes-clés en provenance d’organisations syndicales ou politiques. Ceci est également relativement nouveau. Avant guerre, c’était plus rare, il n’y avait pas de pin’s, mais des épinglettes. Les affiches ont connu différentes périodes. Au départ, cela dépendait des thèmes, mais il y avait beaucoup plus de texte écrit en plus gros, moins gros mais il fallait vraiment lire et cela n’attirait pas l’oeil. Apparemment cela devait marcher car cela a duré quelques temps quand même. Après, il y a eu les affiches où étaient représentés pas mal de dessins, surtout avant guerre, ou des photos et puis parfois tout cela mêlé sur la même affiche. On ne peut pas dire que l’un annule l’autre. Mais cela dépend je crois un peu des périodes et des thèmes.

Emeric.

Est-ce que tu penses que les objets, du pin’s au stylo en passant par le briquet, cela a une importance pour la propagande de l’organisation ?

Roland.

Au départ c’était des objets de propagande. Maintenant c’est de la communication plutôt. Il y avait des responsables à la propagande dans les partis, cela faisait connaître dans les milieux peu politisés ce que pensait le parti qui éditait l’objet. On ne disait pas communication parce que si le terme existait, on ne l’employait pas pour cela. Propagande c’est plus militant, plus direct, plus impératif : il faut faire ceci, il faut faire cela, ce n’est pas un ordre mais… !

Emeric.

D’où l’importance sur les badges des mots d’ordre par exemple ? Chose que l’on ne retrouve plus forcément aujourd’hui.

Roland.

Oui, c’est cela.

Emeric.

Une partie de ta collection est visible dans l’ouvrage de Zvonimir Novak, La lutte des signes, 40 ans d’autocollants politiques, Paris, Éditions Libertaires, 2009, 212 pages. Est-ce que ta collection apparaît dans d’autres ouvrages ou publications ?

Roland.

Oui, il y a eu un article dans Le Monde d’Ariane Chemin il y a une dizaine d’années. Autrement, il y en as certainement eu mais je ne m’en souviens pas.

Emeric.

C’est intéressant, tu constitue ta collection pour la sauvegarde et en même temps tu ne cherches pas à faire réutiliser à tout prix ce travail.

Roland.

Je ne cherche pas mais quand on me demande, là par contre je réponds ! Par exemple, actuellement, je suis en relation avec le Comité d’Histoire de la Ville de Paris qui avait eu des échos il y a deux ou trois ans de ce que j’ai chez moi et qui était venu pour préparer l’exposition sur les manifestations de rue à Paris. Ils ont pris une quarantaine de documents, qu’ils ont exposés. Du coup, ils sont revenus me voir car il y a un projet d’exposition sur « Paris et Partis politiques de 1880 à 2000 ». Mais je ne cherche pas, je ne suis pas un professionnel. Je ne demande jamais rien, pas un sou sauf si j’ai des frais, notamment les envois par la poste.

Emeric.

Comment accéder à ta collection ?

Roland.

En prenant contact avec moi par lettre ou par téléphone (en appelant l’IHS-CGT de Montreuil). Une partie va être léguée à la BDIC et une partie aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Le partage s’est fait selon les documents qui étaient susceptibles de les intéresser.

Emeric.

D’autres éléments ?

Roland.

Ma femme comprend… Cela lui donne des idées !

Contribution de Philippe Moitry

Logo Pour que vive JOB
Logo "Pour que vive JOB"

Ci-dessous, retrouvez la contribution de Philippe Moitry, ancien secrétaire du Comité d’entreprise de JOB et trésorier de l’association « les amis de l’imprimerie et de JOB » au sujet de l’article « JOB. Dessins d’une lutte ».

LA COMMUNICATION

Durant les périodes mouvementées que les salariés de l’usine JOB aux Sept-Deniers ont eut à affronter, la médiatisation des conflits a joué un rôle prédominant. Dès les premières heures de ces conflits sociaux, la lutte s’organisa avec l’appui des populations. Les salariés ont de suite organisé la communication pour populariser la lutte et obliger l’ensemble des acteurs (politiques, institutions, justice) à prendre en compte leurs revendications.

Très rapidement le dossier JOB pris une telle ampleur qu’il était devenu impossible pour les médias de ne pas en tenir compte. La première raison tient à la volonté sans faille des salariés de sauver leur emploi. La seconde tient au sentiment d’injustice partagé par l’ensemble des toulousains, face à des patrons voyous qui pillaient cette entreprise ancrée dans le paysage industriel.

Dès lors tous les moyens furent mis en œuvre pour médiatiser ces conflits :

  1. L’utilisation du symbole du nom de JOB (Sauver son JOB, pauvre comme JOB, un JOB pour tous…)
  2. Manifestation quasi quotidienne colorée par les chutes de papier (personne ne pouvait ignorer que les JOB manifestaient)
  3. Le savoir faire de leur organisation syndicale, la FILPAC CGT (Fédération des Industries du Livre, du PApier et de la Communication CGT)

L’ensemble de ces moyens permis de mobiliser y compris dans les milieux artistiques et culturels. De nombreux artistes se sont associés à ce mouvement, avec notamment l’organisation de concert de ZEBDA dans l’usine occupée, et la réalisation de tableau, films, croquis, dessins comme ceux dont il est fait référence dans la publication d’Emeric TELLIER : JOB – Dessins d’une lutte.

Logo "Les Amis de l'imprimerie et de JOB"
Logo "Les Amis de l'imprimerie et de JOB"

HISTORIQUE

L’association APRES JOB (Association Pour le Retour à l’Emploi des Salariés JOB) est née de la volonté du syndicat CGT de reclasser l’ensemble des salariés licenciés lors de deux plans sociaux successifs. De 1995 à 2001, l’ensemble des salariés : ouvriers, employés, techniciens, cadres, avec leur syndicat CGT, ont lutté pour sauver un fleuron de l’industrie papetière. Leur solidarité et leur détermination n’ont pas permis de sauver le site industriel, mais grâce à ces valeurs développées pendant ces années de combat, ils ont su rebondir, s’organiser socialement. Ils n’ont pas pu sauver leur usine, mais ils se sont sauvés ensemble.

Suite au premier plan social en 1996, les responsables syndicaux ont rapidement constaté que malgré le professionnalisme évident du cabinet privé chargé du reclassement, les solutions sociales ne seraient pas trouvées au moment de la clôture de la cellule de reclassement pour la majeure partie des licenciés. Il fallait donc s’organiser autrement. Après consultation de l’ensemble des salariés (licenciés, préretraités, retraités et encore en activité dans l’entreprise) il fut décidé de mettre en place une structure qui prolongerait la cellule de reclassement. L’association fut crée, les 300 JOB y adhérèrent et nombreux furent ceux qui se formèrent auprès du cabinet privé aux techniques de recherche d’emploi. Le CE finança l’activité ainsi que des subventions des collectivités. Dans des locaux loués à l’extérieur de l’entreprise, tous les jours et pendant plus de deux ans les anciens JOB et les salariés toujours en activité dans l’entreprise, pendant leur période repos (l’usine fonctionnait en continu, les jours de repos tombaient une fois sur deux en semaine) démarchaient les entreprises. La réalité a vite sauté aux yeux de tous, les offres d’emploi ne transitent que pour faible partie par les Services Publics de l’Emploi. Il faut sans cesse se positionner sur le marché caché du travail, la majeure partie des embauches se font par connaissance, par le bouche à oreilles. L’implication de tous a donné les résultats escomptés et c’est avec soulagement, qu’en 1998 l’association peut clôturer le plan social.

Malheureusement, l’histoire s’est vite répétée, patrons voyous, administrateur judiciaire véreux, pouvoirs publics défaillants et l’usine ferme définitivement en 2001. Le Tribunal de Commerce est désavoué par la justice, les patrons une fois de plus mis en examen et écroués, les salariés avec leur syndicat avaient une fois de plus grâce à leur mobilisation prouvé les malversations, mais les premiers condamnés, c’était eux, ils étaient chômeurs.

Le plan social est signé, après de nombreuses semaines de négociations, non pas que le contenu posait problème, mais c’était la qualité des signataires et de la gestion future du plan social qui n’étaient pas voulu par les protagonistes du dossier.

Fort de l’expérience de 1996 et de leur solidarité, il était inconcevable pour les salariés de JOB, de laisser des tiers gérer leurs reclassements à leur place. Le bras de fer avec les Pouvoirs Publics pris fin le 26 avril 2001. Le plan social signé par le liquidateur mis en place par le Tribunal de Commerce pour suppléer l’administrateur emprisonné, l’était également par le syndicat CGT JOB, mais une première en la matière, aussi par l’association APRES JOB. De fait, seul eux trois avaient droit de gestion de toutes les mesures d’accompagnement, les salariés avaient la majorité lors des votes décisionnaires.

LA GESTION DU PLAN SOCIAL

La population concernée par le plan social, se décomposait en trois tiers à peu près égaux :

  • Préretraités à partir de 53 ans.
  • Emplois négociés dans les collectivités territoriales.
  • Formations longues durées, avec promesses d’embauches.

Le financement des mesures, correspondait au financement habituel d’un plan social, la particularité résidait dans la réquisition des actifs de l’entreprise (principalement la vente des terrains du site industriel) pour financer les autres mesures, comme les salaires de 53 à 56 ans et une subvention annuelle à l’association pour participer financement du fonctionnement de la cellule de reclassement.

Ces mesures s’ancraient dans le temps, un avenant était signé chaque année, pendant cinq ans par les trois parties.

L’association et le syndicat qui ont choisi le cabinet privé de reclassement, étaient les donneurs d’ordres.

Ensemble ils ont mis en place des permanences journalières pour démarcher les entreprises, le cabinet privé apportant son expérience professionnelle, le syndicat et l’association le nombre pour démarcher les entreprises.

Un comité de suivi mensuel les deux premières années puis en fonction des besoins, les trois dernières années, composé du liquidateur, du ministère du travail, des collectivités territoriales, des services publics de l’emploi et des institutions ou organismes concernées au cas par cas (exemple : ASSEDIC, AFPA), validait le travail de l’association.

A l’issue de ces cinq années les sommes allouées au plan social et non utilisées, ont été mises à disposition de l’association pour financer, soit son activité, soit des mesures sociales pour les ex job.

CONCLUSION

La réussite de cette expérience innovante, n’est pas fruit du hasard, mais bien de la détermination des ex salariés de rester unis pour défendre l’intérêt de tous.

Le syndicat jouait son rôle, s’occupant du revendicatif et des négociations perpétuelles pour faire respecter et évoluer le plan social. (Exemples : négociations avec les ASSEDIC pour recalculer les droits suite à une nouvelle convention UNEDIC et faire le lien jusqu’à la retraite, ou bien négociation avec un CFA, le Conseil Régional, des employeurs et le GRETA d’une formation longue durée pour cinq JOB dans les locaux du CFA, réalisée par le GRETA, sur une machine financée par le Conseil Régional avec engagement par des employeurs d’embauches en CDI en fin de stage).

L’ancrage historique du syndicat CGT chez JOB et la participation de bon nombre de ses militants, dans des instances ou institutions comme la direction nationale de la FILPAC CGT, les organismes paritaires de la formation professionnelle, le CESR, la mutuelle ou bien en tant qu’élus de la république, a sans aucun doute facilité l’analyse et la réactivité nécessaire dans bien des situations.

L’association a remplacé définitivement le CE, prenant en charge le lien social, en maintenant des activités comme la restauration le midi, négociant des tarifs préférentiel pour la mutuelle santé, la prévoyance invalidité-décès, organisant les permanences quotidiennes pour démarcher les entreprises et négociant des subventions pour permettre à des salariés de TPE au chômage de bénéficier non seulement de la structure et du savoir faire acquis par les JOB pour retrouver un emploi, mais également de bénéficier d’emplois négociés dans les collectivités, une fois le dernier salarié de JOB reclassé.

CHRONOLOGIE

1986 : Bolloré technologies rachète le groupe papetier JOB et ses filiales de tabac en Afrique.

31 mars 1995 : Vente par Bolloré de la Société JOB Toulouse à GECCO.

4 septembre 1995 : Début de la grève, le groupe GECCO s’avère être une coquille vide, les dirigeants des escrocs qui détournent les fonds de la société JOB.

9 septembre 1995 : GECCO demande la liquidation judiciaire de la société JOB.

8 novembre 1995 : SCHEUFELEN fait une offre de reprise (avec fermeture du site de Toulouse) qui ne concerne que le commercial et les marques, la grève continue.

2 janvier 1996 : Désignation d’un médiateur.

18 janvier 1996 : Signature d’un plan social avec SCHEUFELEN, maintien de la fabrication sur le site de Toulouse (113 licenciements préretraites comprises, 165 emplois maintenus sur le site). Les escrocs de GECCO sont écroués et mis en examen.

11 juillet 1996 : Dépôt des statuts de l’association APRES JOB en préfecture. Le syndicat CGT, seule Organisation Syndicale de l’entreprise met en place cet outil pour prendre le relais du cabinet privé chargé du reclassement des licenciés.

Septembre 1996 : L’association loue des locaux au centre de Toulouse, l’ensemble des salariés licenciés, préretraités et ceux qui ont gardé leur emploi dans l’entreprise, démarchent les entreprises jusqu’au retour à l’emploi de tous. Le Comité d’Entreprise finance cette activité, des collectivités subventionnent également l’association.

Décembre 1998 : L’association quitte les locaux, plus personnes n’est à reclasser, une activité est maintenue pour des privés d’emploi extérieurs à JOB et leur faire bénéficier du savoir faire en matière de reclassement, acquis lors du plan social.

1998 à 2000 : La situation comptable de l’entreprise se dégrade : SCHEUFELEN (bénéficiant de sa position de patron/client fixée par le Tribunal de Commerce lors de la reprise de JOB) via sa centrale d’achat décide du prix de la matière première qu’il facture à JOB, du prix du produit fini (hors façonnage) racheté à l’entreprise et met artificiellement JOB en situation de dépôt de bilan. Parallèlement il fait du bénéfice lors de la transformation du papier fabriqué à Toulouse et façonné à la maison mère.

30 juin 2000 : Lors d’un Conseil d’administration SCHEUFELEN annonce vouloir déposer le bilan.

5 juillet 2000 : Les salariés saisissent le Tribunal de Commerce et demande le redressement judiciaire.

7 juillet 2000 : Le tribunal de Commerce refuse la liquidation à SCHEUFELEN, l’oblige à réapprovisionner l’usine en matières premières et place JOB en redressement judiciaire.

22 juillet 2000 : La brigade financière du SRPJ, saisie les comptes de la société.

2 aout 2000 : Le procureur de la République, fait appel de la décision du Tribunal de Commerce de la mise en redressement judiciaire, poursuit SCHEUFELEN et le somme de reprendre l’activité sur le site de Toulouse.

16 octobre 2000 : Un accord pour une période de trois mois est trouvé, la production reprend. SCHEUFELEN est obligé de financer cette reprise sous tutelle du Tribunal de Commerce.

15 novembre 2000 : L’administrateur judiciaire est mis en examen et écroué.

17 janvier 2001 : A l’issue de la période de trois mois et faute de repreneur, le Tribunal de Commerce prononce la liquidation judiciaire avec maintien de l’activité jusqu’à la signature d’un plan social.

26 avril 2001 : Signature du plan social, fermeture de l’usine (165 licenciements dont 47 préretraites).

11 juin 2001 : Signature d’un bail, l’association installe la cellule de reclassement dans des locaux situé aux abords de l’usine.

14 mai 2004 : APRES JOB obtient des Fonds Européens pour aider au reclassement de salariés de TPE ne bénéficiant pas de mesures d’aide au reclassement.

9 mai 2005 : L’association conventionne avec le Conseil Régional et la DDTEFP et est reconnue par les Pouvoirs Publics comme « Cellule de reclassement ».

20 mai 2005 : Le TASS de Toulouse restitue à l’ensemble des salariés les sommes mises en séquestres (Cotisations sociales sur une prime de préjudice de 19 054 € par salarié négociée avec SCHEUFELEN) par le Tribunal de Commerce.

Année 2006 : L’association participe à l’élaboration du cahier des charges mis en place par la DDTEFP pour le financement des cellules de reclassement et obtient des avancées conséquentes obligeant les cabinets privés à plus de résultat en matière de reclassement pour pouvoir bénéficier des financements.

Du 22 au 26 janvier 2008 : Procès de l’administrateur judiciaire (Condamnée à 5 ans de prison dont 4 fermes) et de ces complices.

5 et 6 mars 2008 : Procès des ex dirigeants de JOB (GECCO), condamnés après 11 ans de procédure.

18 janvier 2008 : Après près de 12 ans d’existence, le reclassement de la totalité des salariés licenciés lors de deux plan sociaux, après avoir participé au reclassement de nombreux privés d’emploi extérieurs à JOB, notamment des militants syndicaux, APRES JOB fusionne avec l’association les Amis de l’imprimerie et poursuit depuis ses missions et son combat pour l’emploi au sein de cette nouvelle association couvrant l’ensemble de la filière « papier – communication – imprimerie ».

BIBLIOGRAPHIE

Livre : Un JOB pour la vie – Les salariés de JOB en lutte (1995 – 2001)

Yannick LEQUENTREC – Stéphanie BENSON

Editions SYLLEPSE (2005)

Un JOB, un quartier, un projet citoyen

Frédérique MARTIN

Editions ZORBA (2009)

Film : APRES JOB

Sébastien FABRE (2002 )

BIC BAC JOB

Le collectif Magique (2003)

CHACUN SON JOB

Centre d’initiatives artistiques de l’Université Toulouse le Mirail (2003)

Musique : C’est du JOB qu’il nous faut

Jean-Paul PUJOL (2001)

Le Paquebot Amiral

Jean-Paul PUJOL (2004)

Un dimanche aux Sept-Deniers

Jean-Paul PUJOL (2004)

Site web :

(Archives de la société JOB, du Syndicat JOB et d’APRES JOB)

www.job-cgt-papier.com