La CGT… Qui s’y frotte, s’y pique !

Photographie représentant un sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"
Le sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"

Au gré de mes pérégrinations dans les fonds d’archives syndicaux, je suis récemment tombé sur une photographie qui mérite un billet en forme d’anecdote. Tiré de Propa, le bimensuel du secteur « propagande – communication » de la CGT, ce cliché montre une jeune femme applaudissant, portant en bandoulière un sac en toile de jute sur lequel il est possible de voir représenté un chardon et de lire la devise suivante « CGT. Qui s’y frotte, s’y pique ! »

Cette photographie sert d’illustration à un article intitulé « Mieux vivre enfin ! », publié en 1980 dans le numéro 18 qui évoque les intolérables inégalités qui subistent dans la société française. À partir de la fin des années 1960, on assiste à un épaississement important du catalogue de matériel de propagande mis à la disposition des militants. Outre les classiques fanions, drapeaux et autres calicots, le catalogue s’enrichit de casquettes, de bob, de sifflet, d’autocollants, de films, d’enregistrements sonores et enfin de cabas ! L’idée est simple, il s’agit pour les organisations syndicales d’occuper le terrain, de s’imposer visuellement dans les manifestations, lors des élections ou tout simplement sur le lieu de travail.

Cette devise bien connue a pour sens figuré, selon le Wiktionnaire, « À trop chercher les ennuis, on en subit les conséquences ». Appliqué aux revendications et aux actions de la centrale syndicale, ce proverbe tombe à pic, sans mauvais jeu de mots. Son origine est pourtant doublement… royale !

Blason de la ville de Nancy
Blason de la ville de Nancy

Selon Wikipedia, associée au symbole du porc-épic, « Qui s’y frotte, s’y pique » était la devise des ducs d’Orléans. Le roi Louis XII, fils de Charles d’Orléans, conserva ces insignes quand il succéda en 1498 à son neveu Charles VIII, mort sans héritier, et épousa Anne de Bretagne.

Toujours selon Wikipedia, le proverbe latin Non inultus premor1 devint celui de la ville de Nancy après la victoire du duc de Lorraine René II contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire lors de la bataille de Nancy du 5 janvier 1477. Le principal bénéficiaire de cette bataille fut le roi de France Louis XI qui s’empara d’une partie des États bourguignons. Elle permit également au duché de Lorraine de rester indépendant.

La présence du chardon sur le sac de jute suggère que le secteur propagande de la CGT souhaitait faire référence à l’emblème et à la devise de Nancy et non à la maison des ducs d’Orléans. On peut difficilement suspecter la CGT d’avoir été une officine royaliste ! Il aurait tout de même été intéressant de connaître la date de mise en vente de ce sac,  l’année 1977, qui coïncide avec le cinq-centième anniversaire de la victoire de René II, n’étant pas très loin… Une farce d’un militant lorrain peut-être ?

Quoiqu’il en soit, cette petite anecdote nous rappelle l’intérêt de  vérifier l’origine étymologique des mots et des expressions que nous utilisons. À bon entendeur, salut !

  1. Littéralement « on ne me touche pas avec impunité », plus communément « Qui s’y frotte s’y pique » ou « Nul ne s’y frotte ». []

Manufrance en… chansons !

"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993
"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993

« La verve populaire est d’une richesse inépuisable. De tous temps dans l’histoire, la chanson a été une arme de lutte »1.

À l’occasion de recherches dans les fonds d’archives du secteur confédéral « propagande – communication » de la CGT, je suis tombé par hasard sur de nombreuses chansons militantes. Si les grands airs – comme L’Internationale, Le chants des partisans ou encore le Temps des cerises – sont bien connus, il est plus rare de retrouver les chansons écrites par des militants, à l’occasion de conflits ou tout simplement pour le plaisir de donner de la voix. Celles-ci étaient entonnées dans les manifestations, sur les piquets de grève ou encore à l’ouverture ou à la fin des réunions publiques et des assemblées générales. Ce patrimoine musical militant, fragile du fait de sa nature, a toutefois laissé quelques traces : sur des tracts, sur des enregistrements audios ou audiovisuels ou tout simplement dans la mémoires des militants et des manifestants.

Comme le rappelle le mensuel confédéral CGT Propa, dans un article consacré à l’organisation des cortèges de manifestation, « une chanson sur un air très connu fait parfois plus que des mots d’ordre disparates (bien sûr, les mots d’ordres justes restent essentiels) ; alors si dans une usine, une union locale, une chanson est créée, il peut être bon de la reproduire et de la distribuer »2. Les deux premières chansons retenues pour ce billet concerne l’entreprise Manufrance et ont été entendues à l’occasion du rassemblement du 18 octobre 1980 à Saint-Étienne dont l’objectif était d’empêcher la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise. Près de 100 000 personnes s’y sont retrouvées pour soutenir les travailleurs qui ont décidé quelques jours plus tard d’occuper l’usine, occupation qui dura deux cent vingt-cinq jours, de décembre 1980 à juin 1981. Ces deux chansons n’ont à priori pas été composées spécialement pour l’occasion, mais les responsables confédéraux du secteur propagande ont jugé utile de les reproduire dans le bulletin de liaison en vue de dynamiser le rassemblement.

Affiche Manufrance, 1980
Affiche Manufrance, 1980

Pour la CGT, la lutte des travailleurs de Manufrance contre la liquidation de l’entreprise est en effet un « symbole de la résistance globale des travailleurs, de la CGT, dans tout le pays ». Les thèmes du rassemblement sont les suivants : « sauver l’emploi à Saint-Étienne et dans la région dont Manufrance est un peu le coeur », « contribuer à sauver l’emploi partout et pour tous en France », « affirmer que les travailleurs, la CGT, n’acceptent plus en aucune circonstance qu’une seule entreprise ferme »3.

Pour faire passer ces idées, la Confédération suggère d’organiser un rassemblement « haut en couleur », mettant en avant « les caractéristiques locales et régionales », ce qui implique de « rechercher les symboles régionaux, leur trouver une expression « propagande » autour du thème général Vivre l’avenir au présent dans notre région« . Donner au maximum une teinte régionale passe ainsi par la « participation de groupes folkloriques, de fanfares typiques, etc. ». Il ne s’agit donc pas d’organiser une marche d’enterrement, mais bien au contraire d’animer un cortège revendicatif, mais bon enfant. En guise d’illustrations, La Lettre de Propa nous propose ces deux exemples de couplets pouvant être repris dans les cortèges :

Le premier (Sur l’air de Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine)

Vous n’pourrez pas liquider Manufrance

Car devant vous

Les travailleurs sont là

Ils sont venus des quatres coins de la France

Pour affirmer : Manufrance, vous voilà ! !

Le second (Sur l’air de la Carmagnole)

Giscard et Barre… nous avaient dit

Que Manufrance c’était fini ! !

Mais leur coup à manqué

Grâce à notre unité

Dansons la stéphanoise,

Vive l’action, vive l’action,

Dansons la stéphanoise,

Tous ensemble, nous gagnerons ! !

Il est certain que nous ne sommes pas face ici à des oeuvres musicales de grande qualité mais elles permettent tout de même de tirer quelques conclusions :

1° Elles ont pour objectif de dynamiser les cortèges grâce à l’emploi d’air connus et de paroles aisées à retenir. La Confédération relève en effet que « l’utilisation de la musique joue également un rôle important (percutions, cliques, fanfares) », même s’il faut se garder de « tomber dans le folklore gauchiste » et faire attention à la nature et au caractère de la manifestation »4. Elle propose également des pistes de réflexion sur le rôle des couleurs, l’ordre des organisations confédérées, l’importance des accessoires des manifestants ou encore sur la taille et le contenu des banderoles dans les manifestations.

2° Elles permettent d’insister sur les thèmes centraux du rassemblement, ici sur la nécessaire unité de tous les travailleurs, derrière « les Manus », contre la désindustrialisation et pour la défense de l’emploi.

3° Elles rappellent enfin (et surtout) que pour étudier les manifestations, les rassemblements ou encore les piquets de grève, il est important de se pencher sur le nombre, les organisations présentes mais également sur le rendu visuel et sonore de la manifestation.

Au-delà de la place de la musique, une réflexion sur les actions militantes se développe au sein des confédérations syndicales durant les années 1968. En effet, les organisations prennent en compte l’importance de l’information et de la contre-information dans les combats qui les opposent au patronat et au gouvernement. La CGT se lance ainsi dans la « bataille des idées », pour défendre ses revendications pendant que la CFDT estime que le capitalisme, au-delà de la domination économique et sociale des travailleurs, exerce une domination idéologique, une aliénation intellectuelle visant à assurer la pérennité de ce système, idée que l’on retrouve synthétisée dans le rapport « la CFDT et l’information » adopté par le congrès confédéral de juin 1973. Les archives des secteurs confédéraux « propagande-communication » de la CGT et « information » de la CFDT mériteraient une étude, afin de mieux connaître ces réflexions et leurs aboutissements.

  1. « Paroliers, à vos plumes… », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 13-14. []
  2. « Faire Boum dans les Manif », Propa, n° 4, avril 1977, pages 16-18. []
  3. « Le 18 à Saint-Étienne, il faut que ça claque… », La Lettre de Propa, n° 5, octobre 1980, page 3. []
  4. « Faire voir la CGT dans les manifestations », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 9-10. []

Roland Krivine, collectionneur d’affiches et d’objets militants

Permettre aux acteurs de l’histoire visuelle et esthétique du mouvement ouvrier de s’exprimer est une mission poursuivie par ce carnet de recherches. Artistes, photographes, illustrateurs, responsable à la propagande, agence de communication, archiviste, responsable de photothèques mais également collectionneur d’affiches, d’autocollants ou d’objets militants de toutes sortes sont autant de témoins contemporains ou postérieurs des créations  visuelles. Roland Krivine, bénévole à l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Montreuil et collectionneur à ses heures depuis de nombreuses années ouvre ici le bal des entretiens que nous espérons nombreux et fructueux. Une manière de faire connaitre les sources disponibles, leurs conditions d’accès et transmettre un peu  de leur « dada » parfois encombrant !

L’objet de cet entretien est de connaître les motivations du collectionneur, ses méthodes de récolement et de classement, son avis sur l’évolution de la production visuelle, ainsi que quelques anecdotes autour de la constitution de ces corpus. Pour donner un ordre d’idées sur la vaste et hétéroclite (au bon sens du terme pour l’historien !), voici quelques ordres de grandeur : près de 15.000 autocollants ; près de 3.000 cartes postales ; 441 affiches ; près de 600 épinglettes, pin’s et insignes ; plus de 700 badges ; des porte-clés, des médailles, des partitions, des marque pages, des sous-bocks, des bracelets de journaux, des flammes militantes ou encore des stylos, boites d’allumettes, briquets et autres fanions. Et cela sans compter la présence de 48 boites de tracts soit 4,5 mètres, classées par ordre chronologique. Un vrai trésor !

Au-delà, il faut noter la présence d’objets et de documents pour le moins étonnant : près de 80 annonces RATP de coupures de lignes de bus pour cause de manifestation, près de 400 menus de congrès et autres manifestations militantes ou encore les 17 tickets WC de la Fête de l’Humanité ! A propos du menu des repas pris par les militants, je pense préparer une petite analyse sur ce que les militants mangent et boivent, qui sera publié sur ce carnet de recherche, l’art culinaire entrant – avec quelques contorsions – dans notre objet de recherche !

Sans plus tarder, la retranscription – la plus fidèle possible – de l’entretien de Roland Krivine que j’ai assuré le jeudi 3 février 2011 à 15h30 au domicile de ce dernier.

Emeric.

Je te propose de commencer par décrire ton parcours de militant syndical et politique.

Roland.

Rapidement, je suis né à Paris en 1935. Mes grands-parents paternels et maternels étaient d’origine juive et côté paternel on était d’origine ukrainienne. On est cinq frères. C’est en particulier grâce à mes frères ainés que j’ai eu une vie politique qui a commencé assez tôt, puisque j’ai été membre des Louveteaux, puis des Éclaireurs de France laïcs à partir de 1947. Après, j’ai été aux Vaillants en 1949, qui étaient un peu les groupes d’enfants du Parti communiste, officieusement quoi, pas officiellement. Après, j’ai été à l’UJRF en 1950, qui s’appelait Jeunesses communistes avant la guerre et qui ont repris ce nom en 1956. En 1952, j’ai pris ma première carte au Parti communiste et cette année j’en suis à ma soixantième carte. J’ai pris ma carte de la CGT quand j’ai commencé à travailler en 1956, puis après je suis parti au service militaire pendant 28 mois, dont dix mois à Sarrebourg puis dix-huit mois au Maroc comme grenadier-voltigeur chez les Zouaves, où ils savaient qui j’étais sur le plan politique parce que j’ai été averti par un sous-officier qui m’a dit « on n’y est pour rien, on n’est pas responsable mais on te préviens, tu es fiché, alors fait attention, nous on ne sait pas, on n’est pas au courant, mais… ». Bon, je m’en doutais, j’ai fait attention et j’ai quand même gardé toutes les lettres que j’ai envoyé à mes parents du service militaire. Mes parents les ont gardé, heureusement, j’en ai, je ne sais pas, peut-être deux cents. A l’époque cela durait 28 mois quoi ! Et j’ai été envoyé au Maroc, parce que j’étais exempt d’Algérie, j’avais un frère qui y faisait déjà son service comme médecin.

J’ai toujours été militant de base dans toutes les organisations où j’étais parce qu’à l’époque il y avait un culte de la personnalité et donc pour être responsable on disait « responsable c’est quelqu’un de formidable ». Moi je les regardais comme cela et je me disais « moi, je ne pourrais jamais être responsable de haut niveau ». A la base oui, j’ai été secrétaire, j’ai créé un syndicat dans la boite où je travaillais avant, j’ai été secrétaire et trésorier de cellule, un des responsables du Comité de défense de l’Humanité du 9ème arrondissement. Cela n’a jamais dépassé cette limite. Alors, c’était surtout un parcours politique plus que syndical : je distribuais les tracts, je faisais du porte-à-porte, je vendais l’Huma-Dimanche rue des Martyrs, je collais les affiches, je faisais un peu tout ce travail de base.

Emeric.

Tu travaillais dans quelle branche ?

Roland.

C’était une boite qui dépendait de la métallurgie, c’était une entreprise – enfin j’ai fait plusieurs boites : j’ai commencé chez Alsthom puis je suis arrivé chez SMIDTH, une boite danoise à Paris qui équipait les cimenteries clés en main. Elle fournissait les machines à fabriquer le ciment et moi je m’occupais du transport de ces machines, en restant au bureau ! C’est là où j’ai créé un syndicat, justement dans cette boite. Ils ont déménagé, ils ont quitté Paris, j’ai refusé de partir et comme j’avais 55 ans à l’époque, pendant deux ans j’ai cherché du boulot sans en trouver et quand on était en licenciement économique, on pouvait partir en retraite à 57 ans et demi si on avait assez d’annuités. Le hasard à fait que j’avais assez d’annuités et je suis parti. Et c’est là qu’à titre militant, depuis en gros 1990, j’ai rejoint l’Institut CGT d’Histoire sociale. Au début c’était une petite organisation, elle était en place depuis une petite dizaine d’années et j’étais principalement trésorier. C’était tout petit, je pouvais faire, mais cela se développe, cela se développe et moi je suis un peu fâché avec les nouveautés, les ordinateurs, les trucs comme cela et puis il faut des gens très qualifiés quand il y a des centaines de milliers de francs de recettes, de dépenses et tout cela, il faut un professionnel, donc je ne peux plus faire cela. Maintenant, à la trésorerie, je dis souvent que je suis « employé aux écritures », je copie manuscritement les recettes et les dépenses et je vérifie les abonnements aux Cahiers de l’IHS-CGT.

Emeric.

Alors du coup, quand est-ce qu’a commencé ta passion pour la collection ? Est-ce que tu as dès le départ, cherché à conserver ou bien cela est venue au fur et à mesure du temps ?

Roland.

Depuis le début, depuis très longtemps, je garde, j’entasse. Je classais surtout les choses scolaires. J’ai gardé mes bulletins scolaires, mes carnets de notes et tout cela. J’ai été au petit lycée Condorcet. Pendant la guerre, comme on était juif, on a porté l’étoile jaune. J’ai gardé pas mal de choses de cette période. En souvenir aussi. Beaucoup de choses qui ne sont pas fondamentales mais qui pour moi, comme enfant de 7-8 ans, avaient de l’importance. Par exemple, quand il fallait cavaler dans le métro pour monter dans la dernière voiture. Les juifs n’avaient le droit qu’à la dernière voiture de la rame. On ne pouvait pas aller ailleurs. Comme je portais l’étoile, j’étais obligé de cavaler et même après la Libération, cela m’arrivais au début de cavaler pour attraper la dernière voiture de la rame de métro ! On n’avait pas le droit d’aller dans les squares publics : « entrée interdite aux chiens et aux juifs » ou « interdit aux juifs » seulement. Alors, je ne pouvais pas aller au square. Ce sont des choses qui ne sont pas fondamentales mais qui m’ont marqué. Alors est-ce que c’est cela qui… Je ne peux pas dire pourquoi, mais je collectionne les choses politiques, sociales, ouvrières, syndicales mais aussi des choses moins… comme les erreurs subconscientes dans les lettres ou autres. Par exemple, « Lettre adressée aux Sec.taires généraux » pour « secrétaires ». « Sectaires généraux », c’est peut-être du subconscient mais…! J’en est trouvé pas mal des comme cela. Je fais des photocopies ou je garde l’original quand cela m’est adressé. Ou alors je collectionne les faire-part de décès humoristiques. Ce n’est pas très politique ça, mais dans Le Monde, il y a des tas de faire-part, j’en est tout un stock que j’ai conservé. Par exemple, « monsieur Bouledefeu est mort à son domicile et a été incinéré ». Je trouve cela marrant même si le décès n’est pas quelque chose de drôle ! Effectivement, cela n’est pas politique mais il n’y a pas que la politique même si c’est surtout la politique qui m’intéresse.

Emeric.

Alors chez toi la démarche de collectionner, c’est vraiment un élément qui te fait plaisir et du coup tu prends le pli de le conserver ?

Roland.

Ah oui ! Par exemple, je collectionne les poings levés en photo ou en dessin humoristique. Alors des fois, lorsque je lis ou regarde des images, je vérifie si c’est un bras ou si c’est une main ouverte, dans ce cas, cela ne compte pas pour moi.

Emeric.

Qu’est-ce que représente ta collection en terme de volume à vue de nez ?

Roland.

A vue de nez… Je ne peux pas dire… Je manque de place quoi ! Ce que cela représente… Je sais qu’en mètre linéaire, uniquement pour les tracts, j’ai environ 4,5 mètres linéaires. Mais c’est là où cela prend le plus de place, car il y a les tracts classés par année même si à l’intérieur de chaque année, cela n’est pas classé. Le reste ne prend pas tellement de place. C’est dans des cartons de récupération parce que je n’achète rien par principe, sauf si c’est un truc syndical pour moi, je l’achète évidemment et je le garde après mais autrement si je vais aux puces ou à autre chose, je ne prends rien. Mais j’échange et je garde.

Emeric.

Donc c’est une passion qui ne coûte rien !

Roland.

Je reçois et puis j’accepte ce que l’on me donne, parce que souvent on me donne quelque chose mais la personne en échange ne veut rien. Par la poste des fois, sur le pas de ma porte, cela m’arrive aussi…

Emeric.

Alors, tu as des correspondants réguliers ?

Roland.

Oui ! Il y en a qui m’envoie quand ils ont des choses. Et j’ai un gros classeur où les gens qui m’écrivent sont classés par ordre alphabétique et je garde leur lettre d’envoi. Mais par contre, je ne sais pas ce qu’ils m’envoient, je ne le note pas.

Emeric.

Par contre, tu as une idée de ce qu’ils t’ont envoyé.

Roland.

Voilà ! J’ai un récapitulatif sur deux-trois pages seulement.

Emeric.

Alors, cela fait combien de personnes en tout ?

Roland.

Je ne sais pas, plusieurs dizaines. Il y en a, c’est une fois dans leur vie et puis d’autres c’est assez courant. L’Institut (IHS-CGT) c’est très courant par exemple.

Emeric.

D’accord, les gens de l’Institut te donnent couramment des choses.

Roland.

Oui. Ils savent. Pour ceux qui sont militants par ailleurs. Ce qu’ils reçoivent pour eux et plutôt que de le balancer s’ils ne veulent pas le garder, ils me le donnent.

Emeric.

Ces personnes, ce sont des individus que tu as rencontré durant ta carrière militante ? Des gens de la famille éventuellement ?

Roland.

De la famille, non. Parce que la famille, les archives cela ne les intéressent pas vraiment. C’est des anciens et nouveaux militants du 9ème arrondissement qui connaissent un peu mes goûts. Il y a eu une période dans l’Humanité, il y a une dizaine d’années, il y avait les « messages solidarités », dans lesquels chacun faisait sa petite annonce de deux ou trois lignes. Alors moi j’ai dit que je cherchais, que je collectionnais les autocollants, les documents militants, s’il y en avait. J’ai reçu pas mal de réponses à ce moment là et il y en a qui continuent encore. Alors évidemment, quand je reçois quelque chose, je téléphone ou j’écris pour remercier !

Emeric.

Il y a des gens qui ont suivi pendant plusieurs années, qui ont envoyé des choses ?

Roland.

Ah oui. Et encore maintenant, même si il y en a qui sont décédés.

Emeric.

A l’étranger aussi ?

Roland.

A l’étranger, oui. J’en avais dans les pays socialistes. Des correspondants ! Parce que quand j’étais plus jeune, j’allais beaucoup dans les pays socialistes mais pas seulement. J’ai été en Corée du Nord, en Albanie, en Sibérie, Groënland… J’ai commencé quand j’étais plus jeune, pas sur le plan militant, mais… J’étais militant à l’époque mais je ne m’intéressais pas spécialement à ces documents là. Je faisais beaucoup d’auto-stop, de bivouacs avec ou sans tente et j’allais dans des tas de pays étrangers, surtout nordiques. Je recevais aussi des étrangers. Alors pour me remercier, ils me laissaient des souvenirs. Par exemple j’ai une photo d’un Krivine extrait d’un livre, on ne sait pas si il est de la famille ou pas ! Je pense que c’est un soldat de l’armée rouge des années 1920.

Emeric.

Est-ce que tu as des motivations particulières à la collection, parce que cela va faire plus d’une quarantaine d’années maintenant ?

Roland.

Motivations, oui certainement, sinon je ne le ferais pas mais lesquelles ? D’un côté, c’est la sauvegarde de certains documents parce que je sais que les journaux, les brochures, les choses comme cela sont déposés à la Bibliothèque nationale, au dépôt légal. Les tracts nationaux on peut les trouver ailleurs mais les tracts des éboueurs de la région des Crottes à Marseille, moi je les garde et cela sert. Pour une utilisation extérieure aussi, je prête les documents si certains en ont besoin pour une exposition, pour illustrer une brochure, un livre, une affiche ou un truc comme cela. Je les prête, avec le côté militantisme de la chose, le côté militant du prêt, c’est pour cela que je fais attention quand je prête d’être sûr que ce n’est pas quelqu’un qui pourrait l’utiliser à mauvais escient. Mais une fois que l’on prête, on fait confiance. Par hasard, j’ai retrouvé dans les dossiers, le numéro 2 du journal du Front national en 1973. Le numéro 2 seulement, je n’ai pas le numéro 1, le hasard ! Une chose que j’ai gardé à l’époque ou que l’on m’a donnée depuis.

Emeric.

Est-ce que tu ouvres tes boites parfois pour voir ? Est-ce que tu y jette un coup d’oeil ou bien est-ce que tes boites sont fermées et que d’une certaine manière tu n’y remets pas vraiment les pieds sauf si on te le demande ?

Roland.

Et bien, c’est un peu ça. Sauf quand on me demande. Parce que je ne peux pas me rappeler tout ce que j’ai. On me demande « Est-ce que tu as telle chose ou telle chose ? » Les neuf-dixièmes du temps je dirais, « je ne sais pas, il faut que je regardes ». Si c’est un truc où il y en a très peu, c’est très facile à regarder, mais si on me demande si j’ai quelque chose sur la grève de Lip par exemple, là je sais, oui j’ai pas mal de choses sur Lip. Sur le Parisien Libéré en grève aussi mais combien… Il y a plein de trous évidemment. Ce n’est pas comme les timbres où il y a des livres, des annuaires qui indiquent tous les timbres existants comme Yvert et Tellier. Alors les journaux oui à la rigueur, on peut savoir si il y a des trous mais bon…

Emeric.

Tu ranges dans les boites mais tu ne te vas pas te dire parfois « tiens, je vais ouvrir cette boite pour voir ce qu’il y a dedans et me souvenir du passé » ?

Roland.

Cela m’arrive, mais très rarement.

Emeric.

C’est vraiment une démarche de sauvegarde, principalement.

Roland.

Je mets à part mes choses personnelles des choses collectionnées. C’est-à-dire mes cartes personnelles d’adhérents sont à part, les lettres que j’ai reçues par exemple pour une demande – même si cela ne faisait pas partie de mon travail militant – de faire le service d’ordre comme on disait à l’époque, l’accueil-sécurité maintenant, dans les manifestations, dans les grandes manifestations du Premier mai ou du Mur des fédérés, on demandait à des camarades : « Est-ce que tu peux venir ce dimanche ? ». Il m’envoyait une lettre personnelle. Si je pouvais, je le faisais bien sûr. Alors cela, je ne le mets pas dans les choses collectionnées, car cela est adressé à Roland Krivine, je le mets à part.

Emeric.

Tu fais bien la distinction entre ce qui est à toi et ce qui est dans ta collection.

Roland.

Mon fils, qui a le coeur à gauche mais qui n’est pas spécialement politisé, cela l’intéresse de garder quand même ces choses-là. C’est les souvenirs de son père. Parce qu’il a été élevé un peu là-dedans tout de même.

Emeric.

Alors que la collection dans l’absolu, il n’est pas prêt à la garder.

Roland.

Non, mais par contre, c’est lui qui me tape les inventaires.

Emeric.

Il a conscience de l’importance que cela a pour toi.

Roland.

Voilà. Je sais qu’il ne balancera pas la collection. Même si cela ne l’intéresse pas directement, il cherchera à la replacer.

Emeric.

Dans ta vaste collection, est-ce qu’il y a des choses qui te tiennes à coeur ? Des objets qui ont une signification particulière, un objet qui en lui-même est sympa ?

Roland.

Il y a différentes choses. Dans ma collection personnelle, il y a un cadeau que j’ai fait à Staline pour son anniversaire. J’ai un reçu de couleur jaune à mon nom, des années 1950. Bien sûr ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est l’organisme français qui se chargeait de collecter et de lui remettre. Pour moi, cela a son importance parce que j’ai été élevé pendant la période stalienne, ça c’est sûr. Bon même si maintenant, évidemment je ne suis plus comme avant, puisqu’il y a eu pas mal de choses qui se sont passées. Mais je me dit quand même, puisque l’on cherche toujours, non pas à s’excuser, mais à se demander pourquoi on a pu adorer certaines choses, je me dit que c’était parce qu’on nous disait en France de Staline que ce qui était positif, valable, du genre « tous les enfants du monde entier sont des frères, qu’ils aient la peau blanche, noire, jaune ou verte » ou « les vieux, ils faut s’occuper d’eux ». Tout cela, en URSS, ils ne le faisaient pas forcément, mais en France on croyait qu’ils le faisaient donc c’était formidable, on n’a pas à rougir de ce dont on croyait. Après évidemment on doutait, on se disait quand même, là… Et puis d’un autre côté, il y a un tas de pays qui sont devenus indépendants parce que l’URSS les a aidé. Il ont pu trouver leur indépendance grâce aux communistes du cru ou à l’URSS qui les aidait.

Emeric.

Tu as d’autres objets qui te reviennent à l’esprit ?

Roland.

Des périodes surtout. Quand j’étais jeune, il y avait des manifestations pendant la guerre froide, que ce soit des manifestations du Parti communiste ou de la CGT, qui étaient réprimées par les CRS et les flics. C’était très dur et on avait des mots d’ordre tout le temps, il n’y avait pas vraiment de hauts-parleurs ou de trucs comme cela. Par exemple, il y avait des dizaines de milliers de personnes à Paris qui scandaient des mots d’ordre comme « Figaro nazi » parce que le Figaro avait publié les mémoires du général Speidel. On a fait une manifestation devant le journal. « Ridgway la peste go home ! » parce qu’il utilisait les armes chimiques. Toute cette période là pour moi, quand je vois quelque chose là-dessus, j’ai un oeil plus précis, en tant qu’acteur, car cela me rappelle des souvenirs.

Emeric.

Et au sujet des fameux tickets WC de la Fête de l’Humanité ?

Roland.

Oui ! Mes tickets WC de la Fête de l’Humanité, j’en ai seize je crois mais pas tellement des années anciennes car avant je n’y pensais pas. Pourtant, la Fête de l’Huma, je n’est pratiquement loupé que la dernière vu mon âge. Quand on allait aux WC, il y avait un camarade qui était à l’entrée, il fallait le payer, il donnait un ticket numéroté en échange : ticket WC, Fête de l’Humanité, année, numéro tant et le prix à côté. Maintenant, les WC sont toujours là mais il n’y a plus de tickets. Pour moi, c’est quand même un objet militant parce qu’il y a le logo dessus.

Emeric.

Est-ce qu’il y a eu des objets que tu aurais pu avoir, que tu as manqué et que tu regrettes ? Une affiche sur un mur que tu n’as pas pu prendre ?

Roland.

Oui, si cela me plait, mais si c’est une affiche de gauche ou d’extrême-gauche, je ne vais pas l’arracher ! Si c’est une affiche d’extrême-droite, il faut faire attention et le problème c’est que cela tient en général bien sur les murs ! D’un autre côté, je me dit que maintenant les affiches, sauf les affiches locales, sont sauvegardées, déposées.

Sinon, je n’ai pas de regrets particuliers car ce sont en général des choses auxquelles on ne pensait pas avant. Je ne suis pas à la recherche de telles choses ou de telles choses. Je suis collectionneur mais ce n’est pas mon travail principal quand même. Maintenant, cela le devient un peu, même si ce n’est pas mon souci principal !

Emeric.

Est-ce que tu as déjà pris des risques pour récupérer des objets ?

Roland.

Oui, en particulier quand ce sont des autocollants de droite ou d’extrême-droite, j’ai déjà pris des risques. Je ne me suis jamais fait taper dessus mais engueulé plusieurs fois, ça oui ! Et souvent des gens me regardent bizarrement quand je retire les feuilles annonçant le détournement des bus pour cause de manifestations dans les arrêts de bus. Je ne retire pas la feuille avant ! Mais pendant ou après ! Je leur explique, je collectionne, je garde, je ne suis pas un voyou, je le garde pour l’avenir ! Quand ce sont des manifestants, pas de problèmes. J’ai tout de même 80 coupures de ligne de bus pour cause de manifestation !

Emeric.

Ce qui est amusant dans ta collection c’est qu’on n’y trouve pas les pièces « classiques » qu’on attend d’un collectionneur de belles affiches, de séries complètes d’autocollants avec cette idée d’exhaustivité. Chez toi, il y a vraiment de tout, on trouve des choses que l’on ne pourra pas trouver ailleurs, c’est ce qui fait sa richesse. Les gens n’y aurait pas pensé !

Roland.

Je pense que c’est lié au fait que j’ai été militant de base, donc les trucs qui ne remontaient pas jusqu’en haut dans des tas d’occasions, pour moi c’était de la vie courante. Je me doutais que cela pourrais m’intéresser un jour, sans trop savoir au départ. Et après, quand j’ai eu plus de temps libre, quand j’ai arrêté de travailler, je me suis mis à classer tout ce qui était en fouilli.

Emeric.

Tu as passé plus de temps au final à classer qu’à chercher ?

Roland.

Oui, c’est cela. Je n’ai pas trop cherché, mais j’ai beaucoup récupéré de l’extérieur.

Emeric.

D’une certaine manière, tu es une sorte de réceptacle ? Tu est moins chineur qu’aspirateur ?

Roland.

C’est cela !

Emeric.

Même si je sais que tu n’as pas une vue d’ensemble sur la totalité de ta collection, est-ce que tu aurais des impressions sur l’évolution des tracts, des badges ?

Roland.

Les autocollants par exemple on appelait cela des flyers avant, même si cela existe encore aujourd’hui. Ils étaient jetés comme cela par les fenêtres et c’était des formats autocollants mais souvent recto-verso : c’était imprimé et tout léger. Il y avait aussi les papillons qui étaient avec de la colle au verso mais de la colle qu’il fallait lécher ou tremper dans l’eau pour coller sur les murs. Cela ne se fait plus, maintenant cela s’est modernisé et ce sont des autocollants. Il y a des autocollants à l’envers, en ce sens qu’on les collent sur les voitures, comme cela on en met sur les vitres à l’intérieur ou à l’envers pour que les gens les voient dans leurs rétroviseurs. Ce sont des choses qui n’existaient pas avant, il y a donc une évolution. Pour les badges, il y avait des pin’s, des épinglettes, des médailles, des médaillettes, des portes-clés en provenance d’organisations syndicales ou politiques. Ceci est également relativement nouveau. Avant guerre, c’était plus rare, il n’y avait pas de pin’s, mais des épinglettes. Les affiches ont connu différentes périodes. Au départ, cela dépendait des thèmes, mais il y avait beaucoup plus de texte écrit en plus gros, moins gros mais il fallait vraiment lire et cela n’attirait pas l’oeil. Apparemment cela devait marcher car cela a duré quelques temps quand même. Après, il y a eu les affiches où étaient représentés pas mal de dessins, surtout avant guerre, ou des photos et puis parfois tout cela mêlé sur la même affiche. On ne peut pas dire que l’un annule l’autre. Mais cela dépend je crois un peu des périodes et des thèmes.

Emeric.

Est-ce que tu penses que les objets, du pin’s au stylo en passant par le briquet, cela a une importance pour la propagande de l’organisation ?

Roland.

Au départ c’était des objets de propagande. Maintenant c’est de la communication plutôt. Il y avait des responsables à la propagande dans les partis, cela faisait connaître dans les milieux peu politisés ce que pensait le parti qui éditait l’objet. On ne disait pas communication parce que si le terme existait, on ne l’employait pas pour cela. Propagande c’est plus militant, plus direct, plus impératif : il faut faire ceci, il faut faire cela, ce n’est pas un ordre mais… !

Emeric.

D’où l’importance sur les badges des mots d’ordre par exemple ? Chose que l’on ne retrouve plus forcément aujourd’hui.

Roland.

Oui, c’est cela.

Emeric.

Une partie de ta collection est visible dans l’ouvrage de Zvonimir Novak, La lutte des signes, 40 ans d’autocollants politiques, Paris, Éditions Libertaires, 2009, 212 pages. Est-ce que ta collection apparaît dans d’autres ouvrages ou publications ?

Roland.

Oui, il y a eu un article dans Le Monde d’Ariane Chemin il y a une dizaine d’années. Autrement, il y en as certainement eu mais je ne m’en souviens pas.

Emeric.

C’est intéressant, tu constitue ta collection pour la sauvegarde et en même temps tu ne cherches pas à faire réutiliser à tout prix ce travail.

Roland.

Je ne cherche pas mais quand on me demande, là par contre je réponds ! Par exemple, actuellement, je suis en relation avec le Comité d’Histoire de la Ville de Paris qui avait eu des échos il y a deux ou trois ans de ce que j’ai chez moi et qui était venu pour préparer l’exposition sur les manifestations de rue à Paris. Ils ont pris une quarantaine de documents, qu’ils ont exposés. Du coup, ils sont revenus me voir car il y a un projet d’exposition sur « Paris et Partis politiques de 1880 à 2000 ». Mais je ne cherche pas, je ne suis pas un professionnel. Je ne demande jamais rien, pas un sou sauf si j’ai des frais, notamment les envois par la poste.

Emeric.

Comment accéder à ta collection ?

Roland.

En prenant contact avec moi par lettre ou par téléphone (en appelant l’IHS-CGT de Montreuil). Une partie va être léguée à la BDIC et une partie aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Le partage s’est fait selon les documents qui étaient susceptibles de les intéresser.

Emeric.

D’autres éléments ?

Roland.

Ma femme comprend… Cela lui donne des idées !

Un Mao au service du profit capitaliste ?

Andy Warhol, "Chairman Mao", 1972 (ill. 1)
Andy Warhol, "Chairman Mao", 1972 (ill. 1)

Si Andy Warhol est sans conteste l’artiste américain le plus représentatif du Pop Art, le sens de sa production demeure pourtant obscur. Que penser de ses portraits de stars de cinéma, de collectionneurs ou d’hommes politiques ? Comme d’autres artistes Pop, il débute sa vie professionnelle comme publicitaire et ne se découvre une ambition artistique qu’en 1960, suite à une exposition de Robert Rauschenberg. Il se lance alors dans la peinture et commence à réaliser des œuvres proches de l’expressionnisme abstrait, puis se rapproche des néo-dada pour finalement questionner la société de consommation. Sa première œuvre est une suite de quatre-vingt boîtes de soupe Campbell ouvrant la voie à son travail de démultiplication des objets. Dans cette logique, il réalise ensuite toute une série de portraits popularisée par les mass media, avant de s’en éloigner au milieu des années 1960. Pourtant, à partir de 1970, il revient à ces portraits en utilisant le procédé de sérigraphie photographique pour fabriquer de nombreuses reproductions à partir de la même image. Ce travail lui permet de brouiller les frontières entre art et industrie en démultipliant bon nombre d’images y compris celles issues du monde de l’art comme sa série sur La Joconde. Dans la même veine, il reprend un portrait officiel de Mao, alors Président de la République Populaire de Chine. Cette série, Chairman Mao (1972) (illustration n°1) se situe en dehors des bornes traditionnellement retenues pour le Pop Art aux États-Unis : 1960-1964, voire 1968 pour certains auteurs.

Roy Lichtenstein, "Mao", 1971, lithographie, 68 x 51 cm (ill. 2)
Roy Lichtenstein, "Mao", 1971, lithographie, 68 x 51 cm (ill. 2)

Dans la bonne société américaine des années 1970, représenter le Président Mao, c’est montrer l’ennemi. Mais en 1972, c’est surtout reproduire la rencontre entre Mao et Nixon. Il s’agit alors d’un événement mondial : c’est la première fois depuis un quart de siècle qu’un président américain se rend en Chine. Cette rencontre du 21 février 1972, préparée depuis près d’un an, a été extrêmement médiatisée. Nixon lui-même a évoqué cet évènement comme « la semaine qui a changé le monde ». Dès lors, rien d’étonnant à ce que les artistes se saisissent de cet évènement pour le questionner. Par exemple, lors des préparatifs du voyage présidentiel, Roy Lichstenstein réalise un portrait de Mao en suivant sa stratégie des points Benday. Il associe alors le visage de Mao Zedong à une ampoule électrique (illustration n°2).

Andy Warhol, quand à lui, choisit de reprendre un portrait officiel de Mao pour le démultiplier. L’évènement politique est donc résumé à la seule personne de Mao et occulte alors totalement le rôle de Nixon. Warhol choisit une photographie déjà célèbre. Par exemple, Marylin Monroe s’est faite photographier par Philippe Halsman en 1952, déguisée en Mao (Marylin Mao ; illustration n°3).

Philippe Halsman, "Marylin Mao", Photographie, 1952, 14 x 11 cm (ill. 3)
Philippe Halsman, "Marylin Mao", Photographie, 1952, 14 x 11 cm (ill. 3)
Portrait officiel de Mao Zedong (ill. 4)
Portrait officiel du président chinois Mao Zedong (1893-1976) (ill. 4)

L’image officielle du Président chinois (illustration n°4) le représente de face, sans aucune expressivité et de manière extrêmement neutre. Derrière cette image, il semble que le photographe ait totalement disparu pour représenter Mao de la façon la plus objective possible. Elle fait penser à la neutralité d’un photomaton : tout semble mécanique. La photographie semble aller à l’encontre de toutes les conventions attendues pour la réalisation d’un portrait, même officiel. En effet, l’analyse de l’histoire du portrait montre que celui-ci est le lieu de rencontre entre l’artiste et le représenté. Il en va ainsi, par exemple pour Le portrait de Baldassar Castiglione par Raphaël (illustration n°5) ou pour Le portrait de Monsieur Bertin par Ingres (illustration n°6).

Raphaël, "Balthazar Castiglione", 1514-1515, 82 x 67 cm (ill. 5)
Raphaël, "Balthazar Castiglione", 1514-1515, 82 x 67 cm (ill. 5)

Toutes ces œuvres laissent entrevoir les qualités du représenté. Pourtant, dans ce cliché photographique, rien ne laisse transparaître le caractère du président. L’artiste s’efface donc derrière la technique. Aucune intervention de l’artiste n’est visible dans la forme. Néanmoins, cette image est issue de la propagande chinoise et répond donc déjà aux questionnement de Warhol sur la multiplication de l’image et sur sa diffusion au plus grand nombre. Il l’a sans aucun doute choisi pour cette raison : elle est devenue une image démultipliée et dénuée de toute « aura » (au sens de Walter Benjamin). Le travail de Warhol ne se limite cependant pas à la sélection de l’image, il se poursuit par l’adjonction de couleurs et sa multiplication. Ses deux étapes se retrouvent dans le processus même de la sérigraphie, qui vise à utiliser à jouer sur les couleurs lors des tirages successifs. Ce procédé lui permet de créer des œuvres en série ce qui met à mal la création artistique en déstabilisant la notion d’authenticité. Pour beaucoup, l’authenticité d’une œuvre se juge à sa rareté, c’est-à-dire au fait qu’elle soit originale et unique. Le travail d’Andy Warhol fonctionne par série : chaque œuvre dispose d’une multitude de tirages plus ou moins similaires, ce qui remet en cause toute sa valeur. Cependant, chaque multiple tiré dispose de ses propres caractéristiques : Andy Warhol joue à chaque fois avec les couleurs dont il dispose. L’adjonction des couleurs se fait de manière aléatoire garantissant aux multiples une certaine originalité, malgré une même trame de fond. De multiples formats étaient par ailleurs disponibles à la vente, du simple portrait de bureau au démesuré portrait de hall présidentiel. Taille et couleur, « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins », comme l’explique si bien Marx dans sa Critique du programme de Gotha !

Ingres, "Portrait de Monsieur Bertin", 1832, huile sur toile, 116 x 96 cm (ill. 6)
Jean Auguste Dominique Ingres, "Portrait de Monsieur Bertin", 1832, huile sur toile, 116 x 96 cm (ill. 6)

Taille et couleur lui donne également l’occasion de questionner le « multiple unique » : chaque œuvre de la série devient individuelle par le processus mécanique qui l’élabore. La couleur joue donc un rôle fondamental dans le questionnement artistique de la série. Outre rendre unique chaque œuvre, elle ajoute la présence de l’artiste et dynamise le multiple. Sans couleur, le portrait est sans relief, plat et sans mouvement, comme un motif de « papier peint » (Warhol s’interroge également la même année sur le papier peint). L’harmonie des couleurs induit les analyses que l’on peut donner à chacune des œuvres. Par exemple, lorsque Warhol ajoute du rouge sur les lèvres de Mao, il est possible de questionner la féminisation de Mao. La couleur s’oppose à la froideur et à la neutralité de l’image et remet en question le sérieux du personnage. Elle rend la représentation absurde, questionne l’apparence des gens et rappelle les recherches menées sur le travestissement par Warhol. Cette dernière question a déjà une longue histoire au XXe siècle, si l’on se souvient de Marcel Duchamp en Rose Selavy (illustration n°7) !

Marcel Duchamp, "Rose Sélavy", Photographie par Man Ray, 1921 (ill. 7)
Marcel Duchamp, "Rose Sélavy", Photographie par Man Ray, 1921 (ill. 7)

Toutes ces interrogations se retrouvent dans la plupart des séries de portrait mondain. Tout le monde est mis sur le même pied d’égalité : Elvis Presley, Marylin Monroe, Leo Castelli, La Joconde, Lénine ou encore Mao. Mais si Marylin ou Elvis symbolisent la « bonne » société américaine et une vision « positive » du monde, Lénine et Mao représentent au contraire le péril communiste. Pour Warhol, se questionner sur la manière dont la société perçoit les icônes implique de s’intéresser aux grandes figures, y compris communistes. C’est donc un travail autour des « mythologies » qu’il exécute. Pour qu’une mythologie se glisse dans une image, comme l’a démontré Roland Barthes pour les discours, il faut que deux langages se superposent. La photographie de Mao est un premier langage : elle est la représentation de Mao (d’après le sémiologue, le public a du mal à différencier la représentation photographique de la personne représentée). Mais elle peut être un second langage, un méta-langage, qui induit dans la figure de Mao la grandeur de la Chine, la vision du communisme et d’autres signes qui transforment Mao en emblème de la République Populaire de Chine. Par l’adjonction de la couleur, Warhol vient déstabiliser le langage ce qui conduit à l’affaiblissement du mythe en le tournant en dérision. Contrairement à la figure de l’artiste romantique, engagé dans la défense de causes diverses et variées, Warhol ne semble pas dénoncer quoi que ce soit dans cette œuvre. Il ne reconstruit pas un langage sur celui qu’il a détruit.

Andy Warhol, "129 Die (Plane Crash)", 1962 (ill. 8)
Andy Warhol, "129 Die (Plane Crash)", 1962 (ill. 8)

Son œuvre semble se limiter a un constat sur la société et sur ses aspirations. Contrairement aux Nouveaux-Réalistes, qui cherche à transformer la façon dont le spectateur peut appréhender le monde, les travaux de Warhol ne cherche qu’à l’enregistrer, à l’archiver. Ainsi, en reprenant ses portraits officiels, il enregistre un événement historique, comme il enregistre les informations dans le cas d’un crash d’avions (illustration n°8).

Warhol cherche finalement à démultiplier l’image pour interroger les modes de consommation de la société de masse. Tout le travail de l’artiste est alors organisé comme une industrie de consommation, avec dans son atelier – la factory – une exploitation en trois temps : « travail – production – marketing ». Les modes de fabrication de l’œuvre sont donc ceux utilisés par les entreprises américaines capitalistes. Ironie de l’œuvre, Warhol reproduit via un mode capitaliste de production une figure communiste. Il va même plus loin en représentant le dirigeant communiste avec tous les attributs qu’un collectionneur capitaliste méprise : la multiplicité, la délégation de la création, la mise à mal de la sincérité de l’artiste et même un symbole communiste. Tout comme pour La faucille et le marteau (illustration n°9) ou le Portrait de Lénine (illustration n°10), il propose alors aux collectionneurs d’art de consommer les symboles communistes qu’ils avaient en horreur. Il questionne la vente de l’imagerie communiste, comme il le fait également pour les œuvres religieuses. Il semble apporter une critique du collectionneur et du système, tout en sachant paradoxalement qu’il ne peut se passer d’eux pour légitimer son œuvre. L’exploit est accomplit en 2006, lorsqu’un collectionneur s’octroie un Mao chez Christie’s New York pour la modique somme de 17,3 millions de dollars !

Andy Warhol, "Hammer and Sickle", années 1970 (ill. 9)
Andy Warhol, "Hammer and Sickle", années 1970 (ill. 9)
Andy Warhol, "Red Lenin", 1987 (ill. 10)
Andy Warhol, "Red Lenin", 1987 (ill. 10)