Jean Zyromski et Jean-René Chauvin : archives de militants

 

Affiche de la demi-journée d'étude sur Jean Zyromski et Jean-René Chauvain
Affiche de la demi-journée d’étude

Cet article est un compte-rendu de la demi-journée d’étude organisée par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle le samedi 16 juin 2012 sur le thème « Jean Zyromski et Jean-René Chauvin. Archives de militants ».

Quelques mots d’introduction de Claude Pennetier, directeur de recherche au CNRS

Les archives Jean Zyromski et Jean-René Chauvin sont des fonds importants de militants d’organisations politiques qui appartiennent au sens large à la mouvance socialiste. J’ai eu la chance de collecter ces deux fonds.

Le fonds de Jean Zyromski a été recueilli après la mort de Zyromski en 1975. Quelle émotion à chaque fois de découvrir les archives de personnes que l’on estime ! L’idée initiale était de verser ces fonds aux Archives nationales, ainsi que les périodiques à la BDIC. Les Archives nationales n’ont finalement pas été intéressées et le Centre d’histoire sociale les a recueillies. Jean Zyromski avait lui-même classé ses fonds selon son regard militant. Il s’est toujours interrogé sur son passé. Un nouveau classement a été réalisé et les premiers usages scientifiques de ce fonds ont été immédiats.

Le fonds de Jean-René Chauvin, décédé en 2011, a été donné au CHS par sa compagne Jenny Plocki. Jean-René Chauvin avait un savoir, une culture militante encyclopédique concernant des domaines très divers (et cela se reflétait dans sa bibliothèque). Les documents étaient également classés très rigoureusement selon son regard et surtout selon son parcours militant. Ce classement a donc permis un inventaire fidèle de ce fonds par les archivistes du Centre d’histoire sociale.

1 – Fonds Jean Zyromski

Quel est l’usage des archives aujourd’hui  ?

Développé par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), Calames est le pendant archivistique du Sudoc. Il s’agit d’un catalogue en ligne des archives et des manuscrits détenues par les établissements de l’enseignement supérieur. Les avantages de Calames sont d’offrir la possibilité de faire des recherches, de feuilleter l’inventaire et d’être très bien référencé dans Google. Le Centre d’histoire sociale est le premier laboratoire de recherche de l’université Paris 1 à avoir publié un inventaire dans Calames. Sa spécificité réside dans le fait que ses archives ne sont pas des fonds d’archives de la recherche, mais des fonds privés d’origine militante. À l’heure actuelle, seul le fonds de Jean-René Chauvin est consultable dans Calames, avant l’arrivée prochaine du fonds Jean Zyromski.

Ce dernier fonds est arrivé à la fin des années 1970 au Centre d’histoire sociale. Il regroupe l’ensemble des documents conservés par Jean Zyromski à la date de son décès, à l’exception des dossiers saisis par la police allemande le 22 juin 1940 (portant sur l’antifascisme, les congrès nationaux, la politique extérieure), des dossiers sur la fédération communiste du Lot-et-Garonne (versés à cette organisation), quelques papiers personnels (restés au sein de la famille). Ce fonds représente cinq mètres linéaires. C’est un fonds homogène d’un point de vue documentaire : ce sont majoritairement des documents textes, on y trouve peu de photos. Ce sont principalement des notes manuscrites d’une écriture difficilement lisible. Les supports sont variés : bloc-notes, cahiers d’écolier, feuilles volantes. On a également un grand nombre de coupures de presse, en vrac, sélectionnées, découpées et surlignées au crayon bleu ou rouge. Ces coupures sont difficiles à traiter, en raison du manque de dates et de références. Une identification fine, pièce à pièce, ne pourra être réalisée faute de temps. Il existe aussi des dossiers de documentation constitués par Jean Zyromski lui-même. Les imprimés (journaux, brochures, tracts, bulletins officiels) sont un autre type de documents disponibles dans le fonds. Un dernier ensemble  est constitué par la correspondance, très abondante, principalement avec des militants. On compte également quelques cartes postales.

Pour traiter ce fonds, nous avons essayé de comprendre la logique de son classement. Il existait plusieurs traces du classement initial opéré par Jean Zyromski, notamment à travers les grandes pochettes cartonnées de couleur bleue qui constituaient le fonds. Le second classement est celui réalisé principalement par Claude Pennetier, lors de l’arrivée du fonds au Centre d’histoire sociale. Son architecture est thématique et chronologique. Cet inventaire a permis de nombreux travaux universitaires et notamment  :

Franck Georgi, La Première Bataille socialiste  : Histoire et portrait d’une tendance dans le parti socialiste SFIO (1927-1935), Université Paris 1, Mémoire de maîtrise en Histoire sous la direction d’Antoine Prost, 240 pages.

Éric Nadaud, Une tendance de la SFIO : la Bataille socialiste (1921-1933), Université Nanterre, Thèse en Histoire sous la direction de Serge Berstein, 1988, deux volumes, 641 pages.

Éric Nadaud, «  Notice de Jean Zyromski  », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, quatrième période (1914-1939).

Le plan de classement du fonds d’archives comprenait dix parties assez bien utilisables.

En 2000, le fonds a été confié à Jean-Louis Cirès, qui effectuait au CHS un stage dans le cadre de sa formation d’attaché de conservation pour le CNFPT. En un mois, le fonds a été recoté, reclassé et reconditionné, et le nouvel inventaire, qui comptait désormais 145 dossiers, a été mis en ligne sur le site du CHS. C’est cet inventaire que nous pensions reprendre tel quel dans Calames.

Rapidement, nous nous sommes rendu compte qu’il posait plusieurs problèmes : une dizaine de cartons de vrac n’avait pas été traitée, et des incohérences thématiques pouvaient être trouvées çà et là.

Décision fut donc prise de reprendre intégralement le classement. Les principes que nous avons suivis sont : lisibilité du fonds et clarté du classement ; respect du classement de Jean Zyromski lorsque cela était possible ; organisation en grandes périodes chronologiques (SFIO ; PCF) ; rassemblement des papiers personnels et de la correspondance, sauf lorsque celle-ci éclaire un dossier particulier ; maintien du dossier fermé.

Un plan de classement en cinq parties a été proposé. 1/ Jean Zyromski et la SFIO, 2/ De la SFIO au PCF, 3/ Études et travaux, 4/ Dossiers de documentations, 5/ Correspondances et papiers personnels.

Intervention de Rossana Vaccaro, responsable de la bibliothèque du CHS

Je vais détailler les grandes sections de cet inventaire et m’attarder sur les points qui permettent d’évoquer très schématiquement le parcours de Jean Ziromsky. Je terminerai en posant des questions aux spécialistes du domaine suscitées par notre travail sur ce fonds.

La première section « Zyromski et la SFIO » résume la plus grande partie de l’activité de ce militant et couvre la période de 1910 à 1940, des premiers engagements, au congrès de Tours, jusqu’à la deuxième guerre mondiale. A partir des notes prises à la faculté de droit de Toulouse, en 1910, où Zyromski s’imprègne des idées marxistes, les documents témoignent de l’adhésion, en 1912, à la SFIO et de sa prise de position « pour une défense nationale sans patriotisme ». Après sa participation à la guerre, nous retrouvons les traces de sa reprise d’activités dans le département de la Seine, de la fondation du groupe Résistance socialiste, devenu la Bataille socialiste (1927-1940) et de son activité à la Fédération SFIO de la Seine où Zyromski mène sans relâche son combat pour l’unité ouvrière. D’autres documents témoignent de son activité syndicale notamment, à la préfecture de la Seine et de son travail infatigable à la commission administrative permanente de la SFIO, de sa participation à de nombreuses commissions et réunions internationales. Les documents concernant les élections auquel Zyromki participa montrent son refus des honneurs électifs car en choisissant des circonscriptions difficiles, il échoua à chaque fois.

La deuxième grande partie de cet inventaire « De la SFIO au PCF » concerne la période de 1944 à 1965. Nombreux documents témoignent à la libération du fort engagement de Zyromski au Front national, du passage de Zyromski au PCF auquel il adhéra en septembre 1945, après le congrès de la SFIO d’août qui avait refusé la charte d’unité proposée par le PCF. Une correspondance nourrie, entre 1944-1946, avec des militants socialistes et communistes témoigne des difficultés de l’homme et du militant lors de ce choix tourmenté.

Dans la troisième partie de cet inventaire sont rassemblées les « Études et travaux » de Jean Zyromski : conférences à l’école socialiste, activités éditoriales, notes manuscrites en vue d’une publication (Étude sur le matérialisme géographique de l’histoire)

Dans la quatrième partie, nous retrouvons les « Dossiers de documentation » ressemblés par Zyromski dont nous avons respecté le classement et qui concerne des questions militaires, des questions internationales entre les deux-guerres et après la deuxième guerre, des questions concernant Staline et l’URSS, et puis un dossier sur la guerre d’Espagne qui illustre l’engagement de Zyromski

Enfin, dans la cinquième partie sont rassemblés les dossiers personnels : des souvenirs rédigés, un manuscrit autobiographique, un dossier en cours de constitution en vue de la rédaction d’une biographie, des esquisses de mémoires rédigées dans les années 1960 (trois manuscrits).

Après ce rapide balayage, quelques questions :

L’Unité politique constitue le fil rouge de ces archives nous la retrouvons sous de termes différents : unité ouvrière, unité de classe, unité populaire, unité d’action à la base, unité organique, rassemblement populaire. Est-ce que ces termes peuvent recouvrir la même idée d’un point de vue politique et stratégique selon que nous soyons après le congrès de Tour, dans les années trente face à la montée du fascisme ou après la seconde guerre mondiale ?

Zyromski affirme être toujours resté fidèle au principe de l’unité ouvrière qui l’a finalement conduit à l’adhésion au PCF. Dans ces conditions pouvons-nous parler de conversion ?

Pourrait-on définir le « zyromskisme » jusqu’en 45, comme l’aspiration passionnée, le travail acharné, malgré les vicissitudes de l’histoire, pour sauvegarder la fidélité du PS à sa doctrine et la proximité de ce parti avec les classes populaires ?

La dernière question concerne la postérité de Zyromski. Militant infatigable et désintéressé, homme de convictions, autorité morale et charismatique, doté d’une réelle influence au sein de son parti, il ne semble pas avoir suscité auprès des historiens un intérêt à la hauteur de son action et du rôle qu’il a joué. Il n’a pas fait l’objet d’une biographie alors même que nous avons trouvé dans ses archives des esquisses d’auto-biographie et des notes qui avait été justement prises, mais nous ne savons pas par qui, en vue de la rédaction d’une biographie. Qu’en est-il réellement ?

Intervention de Lily Bleibtreu, belle-fille de Jean Zyromski

Le père de Jean Zyromski était professeur de faculté et écrivain. Sa mère était la secrétaire de son père. Ils étaient croyants, de ces chrétiens pour lesquels le christianisme est une philosophie dépourvue de toute bigoterie. Son père fut dreyfusard et attaqué par ses élèves pour cela.

Zyromski a été l’ami d’Alexandre. Il a eu une enfance catholique, fait des études brillantes et a toujours été passionné de montagne. Il a eu une très bonne connaissance des Pyrénées. Enfant, il voulait être berger dans la montagne. Il s’est engagé dans des études de droit et a apprécié la venue de Jean Jaurès à Toulouse. Il a étudié le marxisme jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Cela s’est accompagné d’un éloignement de sa famille. Son père ne lui a jamais pardonné son abandon de la religion. Il fut envoyé en 1914 sur la Marne. Blessé, soigné, libéré pendant un an, il fut ensuite expédié dans les Balkans dont il revient atteint du paludisme.

À lui comme à d’autres s’est posé le choix du congrès de Tours. Le sien, il l’a fait en toute lucidité et l’a justifié à plusieurs reprises. Il adhère à la SFIO et y joue un rôle important, toujours dans la marche vers la gauche et l’unité ouvrière. L’action syndicale était aussi valable que l’action politique pour lui. Chaque jour, il écrivait pour Le Populaire. Alexandre Desrousseaux dit Bracke était son ami, il vivait près de chez nous et les échanges étaient très fréquentes. Zyromski avait une vie très exigeante : son militantisme lui prenait beaucoup de temps. À la maison, il n’y avait ni téléphone, ni radio : il aimait le silence et le calme. Il appréciait la fidélité, la constance dans les valeurs, l’exactitude, la ponctualité. Mes parents avaient des traitements de fonctionnaires de la ville de Paris. Jean Zyromski avait été embauché avec le grade de rédacteur et il avait choisi ce métier, plutôt que celui d’avocat, afin d’avoir plus de liberté pour militer. Les attaques quotidiennes de Gringoire nécessitaient d’y répondre. Il subissait également des critiques de la droite du parti. Chaque été, les rédacteurs de la Bataille socialiste nous retrouvaient à notre petite maison de vacances.

La guerre venue, Zyromski est resté à Paris sur ordre du préfet. Il a pu échapper à la police allemande grâce à un rendez-vous chez le barbier. Le préfet décida alors de le cacher quelques jours. La Gestapo est revenue et lui a demandé où vivait Marx Dormoy. Il ne le savait pas et la Gestapo est repartie. Le départ pour le Lot-et-Garonne fut décidé. Il a milité dans la résistance locale avant d’être arrêté. Après un séjour en prison à Bordeaux, il a été envoyé à Drancy en tant que juif où il a bénéficié du soutien d’un gardien pour s’enfuir. Il a rejoint de nouveau la résistance, puis le PCF à la Libération. Il a conservé tous ses papiers, même lors de la fuite en province. Seuls ont été perdus, les papiers saisis par les allemands (à l’appartement en juillet 1940), en particulier ceux de la dernière réunion de la IIe Internationale, avant l’effondrement de l’armée française. Toute la bibliothèque de Marmande a été rapatriée, sauf les papiers concernant les activités à la fédération PCF du Lot-et-Garonne qui ont été confiés à celle-ci

Mon mari (Marcel Bleibtreu, secrétaire général du Parti communiste internationaliste à la Libération) et Jean Zyromski se manifestaient mutuellement beaucoup de respect. Ils s’étaient reconnus comme des militants. Leurs conversations étaient cordiales, grâce aux dispositions très à gauche de Jean Zyromski. Celui-ci a surtout apprécié les positions de son petit-fils Jacques Bleibtreu qui était de tous les combats de mai-juin 1968. Les discussions se faisaient le dimanche soir. C’était un apport d’oxygène, c’était instructif de part et d’autres. Zyromski a régulièrement sollicité la présence de son petit-fils.

Intervention d’Éric Nadaud

Pour traiter de « Zyromski et la SFIO », il est intéressant de partir d’un portrait inédit de Jean-Baptiste Séverac, qui décrit Zyromski comme une figure marquante de la SFIO d’avant-guerre, qui « fait corps » avec celle-ci. Ses amis comme ses adversaires insistent sur cette identification de Zyromski à son parti. À quoi tient-elle ?

Traits permanents  :

  • D’abord Zyromski s’identifie à la doctrine du parti, la doctrine marxiste. C’est par elle qu’il est venu au socialisme. Il l’a découverte en 1910, en suivant des cours d’économie politique, et c’est ce qui l’a déterminé à adhérer en 1912 à la SFIO. Son credo marxiste trouve son expression la plus simple dans la charte d’unité de 1905, qui définit le Parti socialiste comme « un parti d’opposition fondamentale et irréductible à l’ensemble de la classe bourgeoise, et à l’État qui en est l’instrument ». Sa pensée est toutefois moins schématique qu’on ne l’a dit. S’il est clairement inspiré par Jules Guesde, Zyromski l’est aussi par le Jean Jaurès des dernières années, celui de la synthèse entre réforme et révolution et entre nation et internationalisme.
  • Il fait corps avec le parti aussi parce qu’il y exerce des fonctions-clés entre les deux guerres. Il est un personnage central de la Fédération socialiste de la Seine. Il en est le secrétaire général en titre en 1929-1930, et l’une des plus hautes autorités morales ainsi que l’un des dirigeants les plus actifs le reste du temps, du moins jusqu’en 1938. Il exerce aussi de hautes fonctions dans le parti : il est membre de la CAP, secrétaire de multiples commissions, directeur de la page sociale du Populaire, et délégué auprès de l’Internationale ouvrière socialiste. Il sert aussi son parti par une inlassable activité de propagandiste, au point d’être toujours de la poignée des orateurs qui font le plus de réunions. Et c’est en pur militant qu’il se taille cette place. Il n’a pas d’ambitions pour lui-même. S’il présente sa candidature aux élections législatives à plusieurs reprises, c’est dans des circonscriptions perdues d’avance, seulement pour y « défendre le drapeau ». En 1936, Léon Blum lui offre d’entrer au secrétariat général de la présidence du Conseil, mais il décline.
  • Son militantisme est de tous les instants. Il commande ses relations avec sa famille, ses amitiés, sa vie professionnelle, et toute sa vie intellectuelle. Il faut dire que Zyromski a un tempérament très entier. Totalement dominé par ses idées, il est désintéressé, toujours sérieux, absorbé par son travail ou sa cause, parfois colérique, jusqu’à casser des chaises en réunion, et obstiné. Ce caractère le sert dans certains cas, par exemple dans les commissions de congrès, où il lui arrive de batailler toute la nuit simplement pour un mot ou une virgule, et de l’emporter à l’usure. Mais il peut aussi lui porter tort, en le poussant à maintenir ses positions jusqu’à l’isolement le plus complet. Son éloquence, qui s’exprime dans des discours bien charpentés, qui vont droit au but, puise à la même source. Cet engagement sans réserves ni calcul lui vaut l’affection de ses camarades, pour qui il est « Zyrom ». Des témoins parlent même de l’ « envoûtement » (Daniel Guérin), voire de l’ « adoration sans limites » de certains de ses fidèles.
  • Son identification au parti est aussi le fait des adversaires du PS. La presse de droite insiste sur sa représentativité tout en le taxant de dogmatisme, en l’accusant d’être un fonctionnaire surpayé et corrompu, et le faisant passer pour Juif, afin de mieux délégitimer la SFIO en la désignant, à son image, comme un groupement sectaire, coupé des prolétaires, et conduit par les Juifs. La presse communiste procède de même, jusqu’en 1934, pour dénoncer son discours de classe comme l’illustration de la volonté de tous les « sociaux-traîtres » de tromper la classe ouvrière.

Comment cette identification a-t-elle évolué dans le temps ? On peut suivre la périodisation établie par Zyromski lui-même dans une série de notes, en distinguant quatre moments.

  • La défense du socialisme de classe contre le « néo-hervéisme » (1912-1920). Durant la guerre, Zyromski dénonce l’opposition à la défense nationale qui se manifeste dans certains milieux révolutionnaires comme une résurgence des idées « anarchisantes » professées jusqu’en 1912 par le leader de l’extrême-gauche socialiste Gustave Hervé. Pour sa part, il justifie l’effort de défense nationale, non pas au nom d’un patriotisme affectif à la Barrès, mais en invoquant la doctrine marxiste et la pensée de Jaurès. Il affirme la valeur socialiste de la nation, le prolétariat ne pouvant agir pour sa propre émancipation que dans le cadre d’une nation libre. Pour autant, il ne rejoint pas l’aile droite du parti, qu’il estime contaminée par des idées nationalistes. En 1919-1920, c’est encore au nom de cette lutte contre le néo-hervéisme qu’il se dresse contre les partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale. Il leur reproche de répudier la défense nationale en régime capitaliste, ainsi que de rejeter tout effort pour l’amélioration immédiate des conditions de vie des travailleurs. En outre, mais il ne s’agit plus ici d’anti-hervéisme, il leur fait grief de leur conception des relations entre le parti et les syndicats.
  • Le combat contre le cartel des gauches (1921-1933). Après la scission, Zyromski craint que la SFIO ne perde son identité en s’engageant dans un cartel sous la direction du Parti radical, parti de gauche, certes, mais bourgeois. Le danger est réel, non seulement en raison des pressions dans ce sens de l’aile droite, que la scission a renforcée, mais aussi du fait de facteurs plus fondamentaux, tels que les multiples transformations qui affectent le parti depuis la guerre, l’évolution du Parti radical, et l’exemple des alliances conclues par d’autres partis socialistes européens avec des formations bourgeoises. Pour y parer, Zyromski mise sur la mobilisation de l’ensemble de l’aile gauche, qui est majoritaire. Mais la tâche est difficile, car une partie importante de celle-ci donne la priorité à la reconstruction de la SFIO, et donc à l’unité. Au début, c’est avec très peu d’amis, tel Bracke-Desrousseaux, qu’il tente d’alerter le parti. C’est sans grand succès qu’il dénonce la formation du cartel des gauches aux élections de 1924, puis celle d’un cartel parlementaire. Il se rapproche néanmoins de son but en 1926, quand l’aile gauche dans son ensemble, effrayée par le risque d’une participation à un gouvernement radical, se regroupe pour faire repousser celle-ci par le parti. Le danger écarté, il refuse de démobiliser, et constitue en 1927 avec ses amis les plus proches une tendance organisée, la Bataille socialiste. Après une nouvelle crise participationniste, fin 1929, l’aile gauche tout entière s’y rassemble, pour mener une lutte sans relâche contre l’aile droite, jusqu’à ce qu’une part importante de cette dernière quitte le parti, fin 1933.
  • Le combat contre le fascisme (1934-1945). À la suite de la prise du pouvoir par Hitler et du 6 février 1934, Zyromski appelle les socialistes à passer à l’offensive contre le fascisme et le régime qui l’a enfanté. Dans le parti, il a désormais pour adversaire principal le secrétaire général Paul Faure, qui sous-estime le danger fasciste et refuse les initiatives dangereuses. De 1934 à 1940, il ne cesse de pousser à l’action dans quatre directions : 1) le renouvellement des méthodes du parti, par la constitution d’une force d’autodéfense, le développement d’une propagande tournée vers la conquête rapide des masses, et l’adoption d’un planisme révolutionnaire ; 2) la réalisation de l’unité ouvrière, sous la forme principale de l’unité d’action et de l’unité organique des partis socialiste et communiste ; 3) la formation d’un « Front populaire de combat » sous la direction des seules organisations prolétariennes, pour réaliser « tout ce qui est possible », d’où son appui aux deux gouvernements conduits par Léon Blum, mais aussi sa dénonciation de la participation et du soutien socialiste aux gouvernements menés par des radicaux ; 4) la mobilisation contre le fascisme international par une coalition des démocraties et de l’URSS, ce qui l’amène à condamner la politique de non-intervention dans la guerre d’Espagne et les accords de Munich, puis à s’allier avec Blum contre les socialistes munichois. Après de réels succès initiaux, il est finalement pris à contre-pied sur tous ces plans, et c’est un homme amer qui se retire dans le Lot-et-Garonne sous l’Occupation.
  • L’adhésion au PCF (1945-1968). En septembre 1945, Zyromski quitte la SFIO pour le PCF, discrètement et à titre individuel. Pourquoi cette adhésion ? D’abord par réaction contre le rejet par le congrès socialiste d’août 1945 d’un projet d’unité organique avec le PCF. Plus fondamentalement, en raison des déviations et de l’impuissance de la SFIO depuis les années 1930, et inversement de l’évolution du PCF sur des questions-clés, notamment celle de la nation. Et aussi, mais à titre secondaire, du fait d’une réappréciation, depuis 1934, de certaines de ses propres positions. Une fois au PCF, il ne devient pas un communiste comme les autres. S’il ne conteste pas la ligne choisie par son nouveau parti, il conserve une culture de militant socialiste de gauche, et critique l’insuffisance de la démocratie interne comme l’idée de primauté de l’URSS dans le camp socialiste. Il est très affecté par l’attitude des Soviétiques vis-à-vis de la Tchécoslovaquie en 1968, mais continue de cotiser jusqu’en 1970.

Intervention de Quentin Gasteuil

Quel est l’intérêt de Marceau Pivert dans la discussion sur Jean Zyromski  ?

  • Son fonds d’archives est également au Centre d’histoire sociale.
  • Ces deux militants sont très proches jusqu’en 1935.
  • Ils suivent toutefois des parcours très différents après 1945.

Le fonds d’archives Marceau Pivert est très riche, sauf pour la période de l’entre-deux-guerres, la Gestapo ayant saisi ses archives durant la Seconde Guerre mondiale. Il adhère à la SFIO en 1924, est d’orientation relativement modérée au départ, se radicalise et rejoint la Bataille socialiste en 1927. Marceau Pivert est le secrétaire administratif de la Fédération de la Seine en 1929, et collabore donc quotidiennement avec Jean Zyromski avec lequel il dirige la tendance. Ils ont de nombreux points communs : une manière de vivre le militantisme de manière complète, une grande importance accordée à la propagande, le refus «  de parvenir  », un antiparticipationnisme virulent. Leur volonté est de reconstituer l’unité ouvrière, et de regagner la classe ouvrière en la disputant au PCF. La lutte anti-fasciste occupe également une place très importante, et ils mènent la bataille au sein de la SFIO pour qu’elle prenne position plus rapidement, pour l’unité d’action, après les événements du 6 février 1934. Ce sont des acteurs de premier plan du rapprochement avec les autres organisations.

Cependant, des désaccords se font sentir dès le début des années trente, sur la question de la paix et de la défense nationale. Marceau Pivert est résolument pacifiste, internationaliste, il rejette la guerre, quelle qu’elle soit. Il est favorable au défaitisme révolutionnaire, veut transformer la guerre impérialiste en guerre civile. Ce désaccord devenu trop important, il part en 1935 de la Bataille socialiste pour fonder sa propre tendance, la Gauche révolutionnaire. Marceau Pivert est rapidement critique à l’égard du Front populaire, même s’il accepte dans un premier temps la proposition de Léon Blum d’entrer au secrétariat de la présidence du Conseil. Il est, lui, favorable à une orientation plus offensive, un front populaire « de combat ». Il devient progressivement très critique à l’égard du PCF. Les relations entre la SFIO et la Gauche révolutionnaire se tendent, et cette dernière est exclue du Parti en juin 1938. Dans la foulée est créé le Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP).

Les trajectoires des deux hommes sont cependant radicalement opposées après la guerre. Lorsque Marceau Pivert apprend que Jean Zyromski a rejoint le PCF, il ne semble pas étonné. Pivert, contrairement à lui, pense que rien n’est possible avec le PCF, structure stalinisée. Il dirige toute son action après-guerre en direction du combat contre le PCF et le mouvement communiste international. Les objectifs de Pivert et Zyromski sont pourtant communs : tous deux visent l’unité ouvrière. Toutefois, pour Zyromski, la solution se trouve dans le PCF, alors que pour Marceau Pivert, elle se trouve dans la SFIO contre le PCF.

Il existe également un lien avec Jean-René Chauvin. Marceau Pivert est radicalement opposé après-guerre aux trotskistes, ce qui est différent de la fin des années trente. Pour lui, le trotskisme est un retour au stalinisme de manière plus ou moins déguisé. Son appréciation évolue toutefois, notamment lors de la guerre d’Algérie. Marceau Pivert s’oppose également au RDR de Jean-René Chauvin. Pour lui, la SFIO est la seule structure politique qui soit à même de mener la bataille. Il en va de même pour les tentatives « nouvelles gauche », qu’il estime, mais qu’il considère comme vaines.

Les liens avec Jean Zyromski sont rompus après 1945. Toutefois, Jean Zyromski fait certainement partie, pour Pivert, de ces « communistes respectables » non-stalinisés, avec lesquels il serait possible de discuter et de travailler. De même, Jean Zyromski conserve un profond respect pour le militant Marceau Pivert et son engagement tout au long de sa carrière politique.

Intervention de Jean-Jacques Marie

Entre 1956-1958, j’ai eu une série d’entretiens quotidiens avec Marceau Pivert. À l’occasion d’une discussion sur Jean Zyromski, celui-ci m’a expliqué que dès 1936, celui-ci aurait voulu quitter la SFIO pour le PCF, mais que Jacques Duclos lui avait dit de rester.

L’unité organique en 1945 signifiait la destruction du parti social-démocrate. Ce qui a été fait à l’est de manière brutale, a pu être repoussé par la SFIO.

Lénine expliquait qu’il n’y a pas de moyens d’arrêter la guerre. La seule chose qu’il reproche aux sociaux-démocrates en 1914 est d’avoir voté les crédits de guerre. Lorsqu’en 1915, les gauchistes lui proposent de lancer des mots d’ordre anti-militariste, il refuse.

En 1956, Marceau Pivert  opère un virage à gauche avec l’affaire du canal de Suez, le rapport Khrouchtchev et la guerre Algérie.

Un fonds d’archives Marceau Pivert existe également au CERMTRI.

2. Le fonds Jean-René Chauvin1

Projection d’une video « Jean-René Chauvin, parcours d’un militant révolutionnaire » à partir d’extraits de films, et de photos et documents d’archives (du CHS de la BDIC et de la BNF).

Ce montage de Jeanne Menjoulet sera disponible prochainement sur le site du Centre d’histoire sociale, enrichi d’extraits filmés de témoignages d’intervenants n’ayant pu participer à cette journée (notamment Jenny Plocki), ainsi que d’extraits des interventions de cette journée.

Nous remercions Catherine de Grissac (et Plan Large) qui nous a donné son accord pour l’utilisation des extraits de son film et la diffusion en ligne du montage depuis le site du CHS. Nous remercions également Jenny Plocki, la BDIC, et Ian Birchall pour les mêmes raisons.

Présentation par Jeanne Menjoulet, ingénieur CNRS au CHS et auteur du classement de l’inventaire du fonds d’archives Jean-René Chauvin :

Lors de cette journée d’étude, la projection de la vidéo sur le parcours de Jean-René Chauvin a permis de donner un aperçu vivant de son parcours, parcours d’un militant trotskiste à la fois ordinaire et extraordinaire.

Ordinaire parce que Jean-René Chauvin ne fut pas un dirigeant de mouvement politique, c’est un militant. Son évolution est aussi celle de nombre de ses camarades : jeunesse passant par le pivertisme, le trotskisme et les auberges de jeunesse, puis militantisme clandestin durant l’occupation (au POI), trotskisme encore après guerre, puis RDR, nouvelles gauches, PSU, puis allers-retours vers une organisation trotskiste, la ligue communiste révolutionnaire.

Extraordinaire, du fait des événements et des rencontres qui ont jalonné sont parcours : La déportation dans trois des plus terribles camps de concentration, puis la fidélité à ses valeurs le poussant à s’investir dans tous les mouvements de la gauche non alignée du XXe siècle, et l’amenant à rencontrer nombre de figures militantes et/ou intellectuelles majeures. Tout le monde ne compte pas, dans sa correspondance, des lettres de Maurice Nadeau, Pierre Naville, Daniel Guérin, ou des mots de Jean-Paul Sartre ou Albert Camus. Cette brève présentation écrite du fonds vise à donner quelques éléments supplémentaires concernant le fonds d’archives en lui-même.

Ces archives représentent 70 ans de vie militante, de 1936 à 2006 (environ). Elles comprennent une part de correspondance, et une part de documents.

La correspondance :

La correspondance est très variée. La plupart des lettres sont dactylographiées, les copies des courriers envoyés par Chauvin y figurent aussi (sous forme de duplicata machine à écrire en papier pelure). Citons des noms de correspondants : Marcel Forni, André Calvès, Louis Dalmas, Marcel Baufrère, Laurent Schwartz (mathématicien de renom par ailleurs), Paul Parisot, Albert Demazière, Jacques Gallienne, Michel Lequenne…

Une des caractéristique de cette correspondance tient au ton, et à la nature des échanges où les querelles personnelles sont absentes (y compris lorsque le ton est très critique, notamment vis-à-vis de la Ligue communiste dans les années 70-80). Il en ressort une impression de figure forte, ouverte. Sans fermeture, sans rejet vis à vis de positionnements autres que le sien. Impression que l’on peut associer à sa conviction de la nécessité de rassemblement des courants et rassemblements de gauche.

Certaines correspondances sont plus prégnantes, parce qu’elles portent sur des dizaines d’années. A cet égard, les lettres d’Ivan Craipeau, dont on retrouve de (longues) missives sur une période de 50 ans, sont significatives. Elles incluent surtout des analyses politiques des situations et des analyses des positionnements des organisations face aux conjonctures. Rappelons que Craipeau, fut le secrétaire personnel de Trotsky durant l’exil de ce dernier en Norvège (1935), puis dirigeant trotskiste en France. Il participa à la création de la Nouvelle Gauche en 1954, et devint dirigeant de la fédération des Alpes-Maritimes du PSU après 1960. Il écrivit par ailleurs de nombreux ouvrages concernant le mouvement trotskiste.

Au-delà des échanges avec des figures comme Craipeau, où l’on ne retrouve pas d’éléments proprement « personnels », l’intérêt de la correspondance de Jean-René Chauvin se situe aussi dans la capacité qu’il avait – avec certains de ses correspondants – à parler de sa vie de militant et de sa vie de tous les jours, mélangeant considérations politiques et regard amusé sur la vie quotidienne. C’est dans le correspondance entre Jean-René Chauvin et Marcel Thourel que ce mélange est le plus intéressant. Et le plus attachant.

Quelques mots sur Marcel Thourel, ce toulousain avait adhéré au Parti Communiste en 1935 (à 22 ans). Responsable régional du PCF pendant la guerre, il est secrétaire régional en 1945. Exclu en juin 1945, il adhère un an plus tard au PCI. Il est candidat sur la liste PCI aux législatives de 1946, et mène la campagne dans le Tarn-et-Garonne avec Jean-René Chauvin. C’est à partir de là que commence leur correspondance, et cette amitié, alors même que leur parcours politique ne seront pas les mêmes. Thourel quitte le comité central du PCI en 1951, il participe, en 1955, à la création de la Nouvelle Gauche en Tarn-et-Garonne. Il adhère au PSU en 1960, et reste membre du conseil fédéral jusqu’en 1974, année où il entre au PS où il occupe diverses responsabilités. Il meurt en 1988 d’un cancer des poumons. Il fut l’auteur d’une autobiographie Marcel Thourel, itinéraire d’un cadre communiste : 1935-1950 : du stalinisme au trotskysme, parue aux Éditions Privat en 1980.

Marcel Thourel n’est pas le seul « ex » du PCF dont on retrouve une correspondance intéressante dans les archives Chauvin. Citons les lettres de Léon Bourie (né en 1882), avec qui Chauvin constitua la première cellule trotskiste à Bordeaux, en 1937. Cet ancien cheminot communiste part ensuite vivre en Algérie, dans le Constantinois. Sa correspondance avec Chauvin est concentrée sur la période 1945-1946, il se retrouve au cœur de la région où se sont déroulées les manifestations et la tragique répression par les forces coloniales françaises. Léon Bourie participe aux manifestations à Constantine, et raconte l’enchaînement des événements dans la rue, de façon très vivante, avec son regard et son analyse de militant. Concernant l’Algérie, nous retrouvons d’autres correspondances intéressantes, par exemple quelques lettres de François et Séverine Parraud (que l’on pourrait qualifier de « pieds-rouges »), postées juste après l’indépendance de 1962, qui analysent la situation au moment de l’indépendance.

Pour finir avec cette brève présentation de la partie « correspondance » des Archives de Chauvin, mentionnons celle qu’il a entretenu avec sa mère, Mme Clavié, de 1940 à 1975, où se croisent, sur la place de la vie quotidienne (recherche de travail, de logement plus grand, voyages…), des considérations souvent brèves sur ses activités et rencontres militantes.

Les documents :

Les archives de jeunesse comprennent donc des collections de journaux (du Bulletin Communiste en particulier), des documents écrits et traductions de Trotsky et des coupures de presse concernant le trotskisme, et le pivertisme (des coupures de presse de 1938, concernant la dissolution de la fédération socialiste de la Seine et le congrès du PSOP), coupures de presse de 1938 concernant le procès de Barcelone (répression du POUM espagnol) et des documents concernant la constitution de la IVème Internationale durant cette période,.

Les archives de guerre sont marquées par l’activité clandestine de Chauvin au sein des organisations trotskistes, on retrouve de nombreux documents internes et publications clandestines comme Arbeiter und Soldaten. Les documents d’archives ne laissent pas apparaître de coupure visible, durant la déportation de Chauvin, entre 1943 et 1945. Les documents internes et publications clandestines ont du lui être donnés à la fin de la guerre par des camarades…

Quant à la période de déportation, elle apparaît dans les archives de Chauvin, 50 ans après. Sous la forme de textes de travail de préparation d’interventions dans des écoles dans les années 2000, sous la forme de documents de 35ème Congrès de l’Amicale des déportés de Mauthausen 1994 (Camp annexe du Loibl-pass).

Mais surtout sous la forme du manuscrit de son livre, Un trotskyste dans l’enfer nazi paru en 2006 chez Syllepse. Ce livre (préfacé par Michel Lequenne) est à la fois un témoignage et une réflexion, une analyse historique concernant les camps nazis et le goulag.

Comme il apparaît dans son livre, Jean-René Chauvin, à son retour des camps, reprend le militantisme au PCI. Ses archives sur cette période regroupent les textes internes et publications du PCI et les écrits de l’organisation au moment des fameuses grèves de 1947, grève des mineurs et grève chez Renault notamment : bulletins d’entreprise, circulaires aux militants, affiches, projet de programme pour les élections municipales, notes politiques, tracts, affiches, coupures de presse sur les trotskistes et les grèves….

Les écrits du PCI contiennent aussi beaucoup de questionnements et d’articles concernant l’URSS et la nature bureaucratique de l’Union soviétique, riches aussi en coupures de presse et publications trotskistes lors de la déstalinisation

La première scission importante du trotskisme d’après guerre (en 1948) est concomitante de la naissance du RDR, les archives de Jean-René Chauvin sont riches, riche de coupures de presse, de journaux du RDR (collection complète de La Gauche) et de documents internes au RDR.

Durant les années 50, le parcours – et les archives – de Chauvin commence en Yougoslavie titiste. Chauvin y séjourne une année. Il est parti avec les brigades de jeunes, il y exerce aussi son métier de journaliste : ses archives dans ce domaine comprennent essentiellement des coupures de presse.

Durant ces années, la crise du Parti communiste occupe aussi une place de choix dans les archives de Chauvin. On y trouve notamment un manuscrit  intéressant écrit par Chauvin sur l’Affaire André Marty. Ce manuscrit dactylographié retrace l’exclusion d’André Marty et Charles Tillion et analyse la crise du Parti Communiste Français. Le manuscrit est accompagné d’un dossier de presse conséquent au sujet de l’affaire Marty-Tillon.

Concernant les années 50, le fonds est riche de documents concernant la gauche non alignée de ces années : CAGI, Nouvelle gauche, UGS.

Jusqu’aux années 60, le fonds compte aussi nombre de documents et coupures de presse relatifs au Viêt-Nam et à l’Algérie.

Chauvin rejoindra le PSU plus tard que nombre de ses camarades (tendance SR), jusqu’à son exclusion en 1968-1969. On retrouve dans ses archives beaucoup de bulletins d’entreprise, de coupures de presses, de correspondances (liée à sa revue Initiative Socialiste, la collection complète de sa revue au PSU), la collection de la revue l’Action.
Les archives de 1968, concernent surtout des documents relatifs à la résistance à la répression qui frappe les organisations « gauchistes ». Après 1969, on retrouve beaucoup de documents (matériel militant, bulletins et journaux) relatifs aux débats internes à la Ligue Communiste en lien avec l’actualité de l’époque, jusque dans les années 1980. Il sortira de la Ligue en 1986, pour y revenir en 2002 (à 84 ans).

Entre-temps, nous retrouvons des traces dans ses archives de tout l’éventail des divers petits mouvements ou tentatives de rassemblement de la gauche « rouge et verte » dans les années 1990 auxquelles. On retrouve aussi des numéros de son bulletin militant, Le Petit coquelicot.

Le contexte de la fin de l’URSS se traduit dans les archives de Chauvin par des documents de recherches sur les victimes du stalinisme (trotskistes en particulier) et sur une enquête très fournie concernant l’Affaire Pietro Tresso dit Blasco (assassinat de 4 militants trotskistes dans le maquis Wodli tenu par le PCF en Haute-Loire en 1942). Tous les documents relatifs à cette se trouvent dans le fonds d’archive Chauvin et présente là encore beaucoup d’intérêt (enquête menée par Jean-René Chauvin avec Albert Demazière et Paul Parisot). Lors de l’éclatement de la Yougoslavie et du conflit bosniaque, l’engagement de Chauvin dans l’association Sarajevo (dont on retrouve bien-sûr un dossier dans ses archives), sera son dernier grand engagement.

Intervention de Bastien Amiel

L’attention portée par Jean-René Chauvin aux documents, à la préservation des archives est étonnante. Ces documents sont précieux, notamment pour l’histoire du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire (RDR), car il existe peu d’archives sur cette organisation. On trouve du matériel militant, des publications internes au RDR, des procès-verbaux de comités directeurs, le journal La Gauche, des coupures de presse bien organisées, sa correspondance et des entretiens avec Ian H. Birchall.

Le RDR est créé à la fin des années 1940. L’appel est lancé dans Franc-Tireur en février 1948 par des militants, syndicalistes, parlementaires et intellectuels. Il consiste en une prise de position entre la SFIO et le PCF, avec la volonté de ne pas s’inscrire ou d’être inscrit dans ce qui se profile  : l’affrontement entre les deux blocs. Il y a un refus de se prononcer entre les deux. Le RDR existe une année seulement et compte un seul et unique congrès. Le comité directeur se réunit deux fois. Le journal La Gauche compte treize numéros. Au comité directeur, on retrouve des membres du Parti Communiste Internationaliste, de l’Action Socialiste Révolutionnaire, de la Jeune République, des comités de rédaction de Franc-Tireur, d’Esprit, des Temps Modernes.

Il y a entre 3  000 et 4  000 adhérents au maximum. C’est avant tout un succès d’estime, parisien, intellectualo-centré. Il y a une importance symbolique de la présence de Jean-Paul Sartre et de David Rousset dans le RDR ce qui a entraîné une lecture et une historiographie du RDR centrée sur la présence des intellectuels. Il y a cependant des militants avec des parcours très riches, qui vont constituer la « cheville ouvrière » de ce rassemblement.

À travers cet exemple, on voit comment la gauche révolutionnaire française avance au fur et à mesure des tentatives de constitution de nouvelles organisations et de nouveaux groupes. Pourquoi le RDR intervient et dans quelle mesure on peut l’expliquer dans la trajectoire de Jean-René Chauvin  ? Il est exclut du PCI pour son adhésion au RDR, il était alors, aux côtés de la minorité « droitière » favorable à l’ouverture du mouvement trotskiste. Il est le responsable de la cellule du Ve arrondissement et fréquente Jean-Paul Sartre à ce titre.

Ce rassemblement est un échec. Le RDR a été constitué pour faire exister un refus de se prononcer entre les blocs, mais cette position reste inaudible. Le problème selon Jean-René Chauvin a été son absence de prise sur le mouvement ouvrier.

Intervention de Gilles Morin

Faute de temps, il ne m’a pas été possible d’accéder aux papiers de Jean-René Chauvin. De manière générale, on ne peut que constater l’absence d’études spécifiques sur la Nouvelle Gauche et l’Union de la Gauche Socialiste. Tout ce qui contribue à rassembler des informations est donc le bienvenue.

Ces tentatives de rassemblement entre PCF et SFIO sont à l’œuvre à diverses périodes. L’intérêt de ces mouvements spécifiques est de constituer des ruptures intellectuelles. Durant la période 1945-1948, il existait dans la société une peur qu’une nouvelle guerre éclate. Dans les années 1950, cette peur a reculé. La question de la reconstruction de la gauche peut donc être de nouveau posée sur des bases plus positives.

La matrice du PSU depuis la Libération est extrêmement complexe. Trois grands courants ont contribué à l’unification en avril 1960  : Tribune communiste, l’UGS et le Parti Socialiste Autonome. Ces trois courants sont eux-mêmes le résultat de fusions et de recompositions extrêmement complexes. On peut noter toutefois la continuité d’une présence trotskiste durant cette période, mais aussi la participation d’anciens militants de la IVe Internationale au processus de recomposition qui mène au PSU. Quelques noms sont emblématiques au côté de Chauvin  : Jean Rous, Paul Parisot, Pierre Naville.

D’où vient l’UGS  ?

  • Une composante chrétienne importante (Mouvement Populaire des Familles puis Mouvement de Libération du Peuple). Cette organisation à une implantation ouvrière, fortement syndiquée, principalement en province. Elle est ouvriériste et ses militants sont méfiant vis-à-vis des intellectuels parisiens.
  • La Jeune République (issu du mouvement créé par Marc Sangnier). C’est un mouvement également très chrétien, très intellectuel et surtout parisien.
  • Une succession des cartels, de rassemblements de gauches indépendantes autour et avec des figures comme Paul Rivet, l’Abbé Pierre, Jean Arthuis, Roger Seurat, Jean Colonna, Claude Bourdet, Gilles Martinet, etc. Elle a pris la forme transitoire du CAGI (Comité d’action des gauches indépendantes), du CLING, du MNNG et de la Nouvelle Gauche en 1954, avant de s’intégrer à l’UGS en décembre 1957.

Parmi les origines politiques et culturelles du PSU, on trouve donc une filière communiste, un groupe plus complexe autour de l’UGS mariant chrétiens et intellectuels laïcs, des mouvements venus de la social-démocratie (PSA) et des républicains de gauche venus via le PSA avec au premier plan les mendésistes et des intellectuels de gauche venus par l’Union des forces démocratiques. Au risque de complexifier ce schéma, il faudrait ajouter à ce panorama l’influence d’une fraction de la franc-maçonnerie qui souhaite contribuer à maintenir une gauche indépendante de la Ve République, très active au PSA, mais présente aussi à l’UGS, avec même des « trotsko-maçons ». Et, à l’opposée, celle de la hiérarchie catholique, avec l’Action catholique ouvrière, les dominicains de la rue de Babylone notamment.

Cette complexité n’est pas allée sans poser problèmes pour faire cohabiter des cultures aussi diverses.

Ainsi, la diversité religieuse et philosophique du PSU a été problématique, on trouve des partisans de laïcité, comme des catholiques convaincus. Jean-François Kesler s’est particulièrement intéressé aux difficiles rapports qui en ont résulté.

On trouve encore dans le parti des «  révolutionnaires  » et des «  réformistes  », des farouches opposants au PCF et des militants s’étant illustrés comme compagnon de route avec celui-ci, des partisans de Messali Hadj et d’autres du FLN.

Contrairement au RDR, le PSU a été un relatif succès, même si cela a été très dur à vivre en interne en raison de ces éléments de diversités militantes. Jean-René Chauvin a surtout joué un rôle de direction dans la fédération de la Seine de l’UGS. Lui, le militant issu d’une culture révolutionnaire et laïque a su participer à un effort de renouvellement, d’un regroupement de militants au sein d’organisations qui ne sont pas forcément révolutionnaires et, il a contribué au maintien d’une tradition ouvrière, toujours passeur, comme à d’autres moments de son existence.

Intervention de Jean-Jacques Marie

  • L’une des raisons qui poussent certains trotskistes à rejoindre le RDR est l’échec de la construction des jeunesses socialistes.
  • Le slogan du RDR est « Prolétaires et hommes libres de tous les pays, unissez-vous », ce qui démontre sa nature intellectuelle et abstraite.
  • Le PSA est une organisation assez différente des autres  : elle est une scission de la SFIO. Elle est très parlementaire, favorable à une unité sociale-démocrate de gauche.
  • La création du RDR est également une recherche de perspectives, une réponse à l’horizon bouché de la IVe Internationale à cette date.
  • Le RDR est aussi le résultat de l’échec du départ du groupe Action Socialiste et Révolutionnaire de la SFIO. Son leader, Yves Dechezelles était persuadé de pouvoir emmener des milliers de militants socialistes derrière lui.

1 Cf. Calames, Fonds Jean-René Chauvin (http://www.calames.abes.fr/Pub/#details?id=FileId-1264) et Jean-Michel Brabant, «  Jean-René Chauvin  », Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier, tome 3, période 1940-1968, 2007. 

 

Claire Andrieu. La Résistance comme mouvement social

Compte-rendu de l’intervention de Claire Andrieu au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème La Résistance comme mouvement social, séance du jeudi 2 février 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Claire Andrieu est spécialiste en histoire politique de la France contemporaine, notamment de la période de l’Occupation. Elle est membre du Centre d’Histoire de Sciences Po et chercheuse associée au Centre d’Histoire Sociale.

Intervention de Claire Andrieu

La Résistance est-elle un mouvement social ? Cette question m’a fait plaisir car elle répond à l’une de mes préoccupations actuelles. Le recours aux sciences sociales et notamment à la sociologie, peut aider à unifier les milliers de travaux sur la Résistance française de 1940 à 1945.

Dans un premier temps, je propose de nous interroger sur la définition des termes « mouvement social » et « résistance ».

I. Définitions

Définition du mouvement social

Une définition minimaliste du mouvement social peut être la suivante : « action collective revendicative ». Ce terme désigne, selon un usage courant, la grève d’un service public. Cet usage courant a un côté dimensionnel que l’on va retenir : le mouvement social a une dimension sociale. Quelques individus isolés ne font pas un mouvement social.

Je vous propose une brève généalogie de l’expression en partant des catalogues de la Bibliothèque Nationale de France et de la Library of Congress.

Dans le catalogue de la BNF, l’expression « mouvement social » apparaît à la fin du 19ème siècle pour désigner des revues issues de la démocratie chrétienne, surtout catholique, proches des préceptes de la morale sociale de l’Église (Rerum novarum). Cette expression désigne la mouvance militante catholique qui agit en direction des couches les plus pauvres et elle désigne en même temps le mouvement nécessaire, l’évolution devant améliorer la situation des plus pauvres. Cela part également du constat qu’il est insuffisant de faire appel à la législation sociale. L’engagement patronal, à travers le paternalisme, est également sollicité.

Un exemple de revue : Le mouvement social dont la parution est annoncée en 1880 à Lyon.

Jusqu’en 1940, il semblerait que l’expression « mouvement social » soit connotée catholique de droite, d’autant plus que durant l’entre-deux-guerres, l’expression est reprise par les Croix de feu.

En 1960, le centre d’histoire de la rue Malher utilise cette expression comme titre de revue, en s’inscrivant dans une militance syndicaliste, socialiste et communiste également ouverte aux anarchistes. Il est également signaler que la revue est soutenue par un comité regroupant des représentants de coopératives ouvrières et des organisations patronales et syndicales de toutes tendances.

Ernest Labrousse, dans l’avant-propos du premier numéro du Mouvement social, qui est consacré aux militants ouvriers du 19ème siècle. Il positionne la revue dans l’idéologie du progrès. Le centre s’appelle à partir de 1966 « centre d’histoire du syndicalisme » qui devient en 1978 le Centre de Recherches d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme. Ce changement de dénomination illustre la volonté de distinguer le syndicalisme des mouvements sociaux. Le mouvement social semble déborder le syndicalisme.

Entre le 19ème siècle et la seconde moitié du vingtième siècle, on est passé des Blancs aux Rouges, cette expression « mouvement social » a pris une connotation ouvrière.

Dans le catalogue de la Library of Congress, la chronologie est proche mais le sens actuel, laïque apparaît tout de suite en parallèle, contrairement à la situation française où il existe un sens majoritaire militant catholique. Trois exemples tirés de la Library of Congress :

  • Werner Sombart, Socialisme et mouvement social au XIXe siècle, Paris, Giard et Brière, 1898.

  • John Franklin Jameson, The American revolution considered as a social movement, Princeton, Princeton university press, 1926.

  • Éric Hobsbawm, Social bandits and primitive rebels : studies in archaic forms of social movement in the 19th and 20th centuries, Glencoe, Fress Press, 1960, 208 pages.

Une autre spécificité des ouvrages de la Library of Congress : les 4/5ème des ouvrages référencés sont parus après 1980.

Conclusion. Les « mouvements sociaux » ne sont pas forcément de gauche et ne sont pas forcément ancré dans le mouvement ouvrier. Ce n’est pas non plus forcément une expression du vingtième siècle.

Définition de la Résistance

La définition de la résistance pose plusieurs difficultés. La Résistance (avec un grand « R ») se définit comme la « résistance organisée ». Par le terme de Résistance, l’historiographie tend à privilégier la résistance intérieure, tout comme De Gaulle le faisait. On peut la résumer par le sigle CNR. Mais la distinction intérieure / extérieure est visible dans les documents résistants à partir de 1942.

Une réflexion ambitieuse ne devrait pas se limiter à la résistance intérieure car les deux se construisent l’une avec l’autre.

Le mouvement social est partiellement déterminé par le contexte dans lequel il se trouve et les forces auquel il se heurte. C’est pour cela que la résistance extérieure ne sera pas trop abordée aujourd’hui.

Faut-il uniquement s’attarder sur la résistance organisée ? Je ne le pense pas, il est également important d’inclure la « résistance civile ». Ma conviction est que celle-ci est le terreau de la résistance organisée. Ce terme de « résistance civile » a été vulgarisé par l’ouvrage du sociologue Jacques Sémelin intitulé Sans arme face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1989). Cet ouvrage s’est inspiré d’un important débat allemand sur l’existence ou non d’une résistance en Allemagne. Martin Broszat a opéré une différenciation entre « Widerstand » et « Resistenz », cette dernière étant une résistance majoritairement individuelle, discrète voire secrète. Pour ma part, j’adhère à cette distinction. Il n’y a pas eu de Résistance allemande, mais de grands résistants allemands et, à côté, un simple refus du système, un retrait pur et simple de toute vie sociale.

En France, à côté de la résistance organisée, existe une « résistance civile » faite de milliers de petits actes oppositionnels. Cela va dans le sens de la définition donnée par Pierre Laborie qui considère qu’il faut restreindre la notion de résistance aux actes ayant pour but de nuire à l’ennemi. Les questions ne sont pas simples. Le marché noir est illégal, mais est-ce pour autant de la résistance ? La frontière est ténue entre résistance civile et résistance tout court. J’avais abordé cette question dans un article sur la place des femmes dans la Résistance organisée (Lire le dossier « Femmes en Résistance à Ravensbrück« , Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°5, mai-août 2008). Geneviève De Gaulle (18 ans en 1940) est à Rennes et arrache un fanion nazi qui flotte sur un pont de la ville. Est-ce de la résistance, de la résistance civile ? Est-ce nuire à l’ennemi ? Difficile à dire. Germaine Tillon en 1940 donne sa carte d’identité à une amie portant un nom israélite. La même question se pose. Il est difficile de fixer des limites claires. La multiplication des pratiques visant à gêner l’occupant (faire trébucher un soldat par exemple) créé un climat, une ambiance. Cette multiplication des actes d’incivilités contribue à créer un contexte permettant à faire émerger une résistance organisée. Ce contexte est mal-connu car il existe peu de sources à l’exception des archives judiciaires : une petite partie de celles-ci a été conservée, avec 12000 procès de personnes condamnés par des tribunaux militaires allemands. À l’intérieur, quelques actes de résistances caractérisés mais c’est principalement des délits mineurs que l’on peut y voir (les insultes, les rixes dans les bars) et qui peuvent être vus comme autant d’éléments de résistance. Ce n’est pas le fait d’originaux germanophobes, loin de là.

II. La résistance au crible de l’analyse des mouvements sociaux

Deux manuels basiques de sociologie ont été utilisés pour cette rapide étude.

Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, collection Repères, 1996.

Lilian Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel, 2004.

Ce que la résistance n’est pas

Elle n’est pas un mouvement social au sens de la théorie du choix rationnel qui vient des USA, s’est développée dans les années 1960-70. C’est une école au départ d’économistes qui se sont tournés vers la sociologie et qui ont appliqué aux comportements collectifs la théorie de l’action rationnelle, du choix rationnel. Cette lecture économiste fonctionne très mal pour la résistance. Le plus connu est Mancur Olson (avec son ouvrage Logic of Collective Action, Harvard University Press, 1965 traduit en Logique de l’action collective, PUF, 1978) avec l’exemple célèbre du gréviste adoptant la théorie du passager clandestin après un calcul coût/avantage. Le problème posé est de réduire le coût de l’engagement et d’augmenter les avantages. Comment mobiliser le non-résistant et dans quelle action voit-on ce calcul jouer un rôle substantiel ? Là où son rôle est avéré, c’est dans la presse résistante de 1940-1942 où il fallait éviter de faire l’éloge de la République ou de faire la critique du Maréchal Pétain, éviter la question délicate du statut des juifs à cause de l’antisémitisme latent dans la société française. Il y a eu un calcul rationnel fait par une partie de la presse résistante. Mais de manière générale, le coût de l’engagement, les risques sont mis en avant par les résistants.

La théorie de la mobilisation des ressources est une radicalisation, dans les années 1970 d’une thèse de Mancur Olson. Il s’agit encore d’une théorie de l’offre. L’idée est que toute société génère une dose de mécontentement constant. De temps en temps se crée une structure d’offre (la Social Movement Organization – SMO) qui sert de moteur pour créer une mobilisation. La concurrence et la multiplication des SMO engendrent des SMI (Social Movement Industry) et finalement des SMS (Social Movement Sector). Il y a un système de rémunération qui se met en place avec la professionnalisation des militants. Dans certains cas, cette théorie peut s’appliquer à la résistance. Sur les évasions, les aviateurs anglais et canadiens se retrouvent bloqués en France et certains français vont partir en Grande-Bretagne pour se former à créer des réseaux de rapatriement des anglais et canadiens. Il y a une structure d’offre qui se créé. On peut faire le même constat avec la transmission des savoirs techniques pour le sabotage. Exemple de l’ouvrage de Jeanne Bohec, Plastiqueuse à bicyclette. Il y a depuis Londres une structure de formation. Jean Moulin est présent pour fédérer les différents mouvements dans une seule organisation. Il est un « entrepreneur » de mouvement social. Sur la concurrence, on peut observer des concurrences entre résistants, surtout au niveau des états-majors des organisations. À l’automne 1942, lors d’une grève à Lyon, des tracts signés par le PCF et Combat sont distribués. Ce tract a fait prendre conscience aux anti-communistes qu’il fallait être au niveau : cette concurrence a créé une saine émulation ! L’acceptation de la création du CNR est une forme d’auto-contrôle des uns et des autres.

Le principal défaut de ces théories pour les historiens est que l’on est dans l’objectivisme et du coup, le vécu, la subjectivité des acteurs est oubliée. Alberto Melucci, sociologue italien, parle de sociologie sans acteurs. Il y a une part d’inestimable dans la résistance : les valeurs, l’estime de soi. Cette dimension non mesurable joue un rôle essentiel. Écarter le non-valorisable au sens commercial du terme, c’est passer à mon sens à côté de l’essentiel. Une autre limite réside dans le fait que les analyses sociologiques portent en général sur des mouvements se développant dans des contextes de liberté et de démocratie. Il est intéressant d’étudier les mouvements sociaux dans les contextes autoritaires ou totalitaires.

La résistance n’est pas un nouveau mouvement social (NMS). Cette idée a émergé après mai-juin 1968 avec Alain Touraine et Ronald Ingelhart. Cela va avec l’idée que depuis les années 1960, on serait entré dans une société post-industrielle, post-matérialiste avec un éloignement de la perception de la société en classes sociales vers une société perçue comme morcelée, segmentée. Les objets de ces NMS sont les féministes, les homosexuels, les régionalistes, certains consommateurs. Pour les formes, il y a souvent une recherche de la démocratie directe, un refus de la délégation, des sit-in, des occupations, des assemblées générales, des actions spectaculaires diverses, un désintérêt pour ce qui se passe sur la scène étatique et parlementaire, une volonté de se regrouper par communauté. Cela ne marche pas du tout pour la résistance. Ce n’est pas la résistance qui fait bouger les questions féministes. Les résistants ne sont pas des homosexuels militants. Pour le régionalisme, même constat. La résistance était jacobine, centralisatrice à Paris et non à Vichy ou Alger. Les résistants avaient un intérêt important à chasser du pouvoir Vichy et les allemands. La résistance est un mouvement qui se créé par en bas, tous les chefs locaux ont du souffrir et accepter la centralisation. Quand ils ne l’ont pas accepter, on en connaît les conséquences (Henri Frenay de Combat s’est vu refuser la direction de la résistance). La valeur mobilisée, c’est la souveraineté nationale.

Qu’est-ce qu’a pu être la résistance ?

C’est un mouvement identitaire et « communautaire ». Les travaux de sociologie sur les mouvements de libération nationale sont malheureusement peu nombreux.

Un mouvement identitaire. Cette notion est problématique, puisque l’on assiste à une multiplicité des identités. Il y a tout de même des mobilisations de type identitaire. Les sociologues américains considèrent que les sociétés contre l’intempérance (de lutte contre l’alcoolisme) étant des sociétés de type identitaire car l’intempérance mettait en jeu l’identité américaine.

L’identité française est opprimée dans le présent et menacée dans son devenir si la culture française doit être remplacée par la culture nazie ou même allemande. Potentiellement, le français s’est senti atteint, selon une dichotomie classique « nous » / « eux ». C’est ce qui fait la force de la résistance.

L’avant-propos collectif au Dictionnaire historique de la résistance est particulièrement éloquent : « pour nous, c’est une caricature et un détournement de sens que de limiter la Résistance à une minorité, équivalente à celle des « collaborateurs », et supposée être, comme ceux-ci, isolée dans le pays. Réduire la majorité de la population à une masse résignée, voire complice et s’accommodant tant bien que mal de l’Occupation, conduit à occulter un fait majeur : la Résistance fut un processus social, elle n’a pu exister, vivre et se développer que dans la dynamique des liens tissés dans et avec la société française ». Cette vision des choses n’est pas partagée par tous les chercheurs. Pour Philippe Burrin ou Robert Paxton, la résistance est une minorité activiste dont une part importante de communistes.

Daniel Gaxie utilise un concept intéressant qu’il appelle l’effet « surrégénérateur » : plus le militantisme est coûteux, plus il va générer de militantisme. Albert Hirschman l’a désigné sous le terme « paradoxe du pèlerin ». La difficulté de la lutte fait la rétribution du militant. Pour arriver dans cette spirale, il faut que ce soit une identité cruciale qui soit mise en jeu. Un individu isolé (un dissident en URSS) ne constitue pas un mouvement social. Les résistants n’étaient pas seuls. Il faut prendre en compte le contexte, en les comparant. Il y a 60 000 déportés de la résistance, le nombre d’emprisonnés de la résistance étant plus nombreux. 260 000 combattants de la résistance ont été reconnus comme tels et 600 000 personnes ont demandé à être reconnues comme résistants armés.

Un exemple un peu lointain. L’insurrection vendéenne a été réprimée avec violence. Sous la Restauration, les vendéens ont pu déposer des dossiers d’indemnisation. On ne trouve que 4-5% de personnes reconnues comme combattants de la « Vendée » sur l’ensemble de la population des régions soulevées. Je prend cet exemple lointain pour démontrer que pour raisonner sur le militantisme en période de répression, il faut prendre des précautions.

La distinction de Charles Tilly entre mouvement social archaïque et mouvement social moderne, avant et après 1850 (cf. la séance précédente) ne fonctionne pas. Il y a des aspects archaïques et des aspects modernes dans la Résistance.

Des exemples de manifestations utilisant les rites traditionnels. Un exemple tiré d’un témoignage : À Noël, en 1942, à Montbéliard, l’archiprêtre de la cathédrale fit mettre une étoile jaune sur le Jésus dans la crèche. Autre exemple, la participation de plusieurs centaines de personnes lors des enterrements d’aviateurs (Nous avons des photographies et de nombreux témoignages et écrits). Autre exemple, les graffitis (des « V », des « croix de Lorraine »). Dans un contexte de pénurie, apporter trois pommes de terre à un voisin est un geste de résistance civile. On pourrait comparer les maquis aux maquis des bandits d’Hobsbawm. Je pense qu’il faut prendre ces petits actes quotidiens au sérieux, il faut les rapporter au contexte de la période. Cela brouille les lignes entre archaïque et moderne.

La résistance est un construit collectif, notamment issu de trois années de travail militant (1940-1943). Je vous recommande le début du travail de Lilian Mathieu qui décrit comment le collectif est une construction. L’aboutissement, c’est le CNR. On y aboutit par des négociations très longues qui commencent tout à la base, sans qu’il soit question d’un conseil national. Des facteurs extérieurs (Général de Gaulle par exemple) ont permis de catalyser ce travail, mais il y avait au départ un travail à la base. Certains petits mouvements locaux se sont fédérés (par exemple dans Combat) et ces fédérations successives auraient peut être fini par atteindre l’échelon national, mais l’intervention de la résistance extérieure a accéléré le mouvement d’unification, car le général De Gaulle devait prouver aux alliés l’unité de la résistance. Ce qui est spécifique au CNR, c’est qu’il a réuni l’ensemble des organisations de la résistance, les syndicats et presque tous les partis politiques. Cette fédération d’organisations hétéroclites est spécifique au cas français. En Pologne, le clivage communiste / non-communiste n’a pas pu être surmonté. Au Danemark, la non-dissolution du Parlement a laissé de côté les partis politiques qui avaient continué de siéger. La résistance française a été particulièrement constructive et constructiviste, en mêlant les organisations de résistance et les organisations antérieures traditionnelles, comme les partis et les syndicats.

Dans la résistance, il y a construction du collectif par des individus. Max Weber, dans Économie et Société (1922) explique que l’action collective est une action entraînant immédiatement des interactions entre les individus. Norbert Elias contredit cette thèse. Il y a dans les années 1940-1941, de nombreux français qui s’exposent. Il y a un caractère systématique du sauvetage des aviateurs alliés qui sont immédiatement hébergés alors qu’il s’agit pour les allemands d’un acte de guerre (puni par la déportation). On est dans une logique identitaire, les anglais sont des alliés, les allemands sont des ennemis, j’aide les anglais : il n’y a pas besoin de lire la presse clandestine pour cela. On peut considérer que ces individualismes parallèles font partie du terreau qui va permettre la Résistance. Le témoignage des convoyeurs de ces aviateurs sont parfois drôles. Il y avait des étables entières d’anglais en Bretagne qui attendaient d’être rapatriés !

Discussion collective

Question 1. Au sujet de la résistance civile, y a-t-il eu une analyse sociologique des « justes » ? Quelle est la part des actions individuelles et des actions organisées ?

Réponse 1. C’est en cours. J’ai essayé de le faire en partant du Dictionnaire des justes mais ce n’est pas assez précis. Claire Zalk s’intéresse beaucoup à la sociologie des justes aujourd’hui. Pour la reconnaissance des justes, ce sont surtout des actions individuelles, effectuées dans le cadre d’une action de l’État d’Israël. Il est nécessaire qu’une personne sauvée désigne une personne l’ayant aidée. C’est un biais important. Le dossier des « justes » ne sont pas très précis : un lieu, un nom mais pas de détails sur les actions elles-mêmes.

Question 2. C’est déjà une forme d’institutionnalisation. Le fait de ne rien faire, n’est-ce pas déjà un geste ? On a plusieurs cercles d’actions véritables, individuelles et collectives qui impliquent les gens de diverses manières.

Réponse 2. La littérature américaine accuse les témoins. Mais elle oublie les témoins qui se taisent et oublient de parler et qui, de cette manière, sauvent des vies. Il faut recueillir vite les aviateurs, avant que les allemands n’arrivent. C’est clair ici qu’il y a un refus d’identification à l’occupant.

Question 3. Durant le colloque sur le syndicalisme durant la résistance, nous avions mis en lumière des faits similaires qui ne sont pas non plus comptabilisés.

Question 4. Quelle est la part dépendant de la ruralité, de l’interconnaissance poussée dans les campagnes. Quelle est la différence entre la ville et les banlieues ?

Réponse 4. Je ne saurais pas répondre sur la différence entre ville et campagne. Pour les enterrements, cela se faisait surtout dans les petits villes et villages. Dans les grandes villes à forte concentration allemande, c’était difficile. Je voudrais m’inscrire en faux contre une certaine littérature sur les paysans (par exemple Eugen Weber, La fin des terroirs). Il prend au pied de la lettre ce que racontent les campagnards durant la seconde moitié du 19ème siècle. Il faut arrêter d’expliquer que les paysans ne sont pas dans la politique. Je crois avoir ici un bon exemple avec la résistance civile dans les campagnes.

Question 5. Au sujet de la mise en avant des risques encourus. C’est aussi une question de sécurité, pour appeler les militants à faire attention. En même temps, lorsque l’on voit des tracts, des consignes, on pousse parfois à une témérité folle : entrer dans les épiceries qui profitent et les piller, pavoiser, c’est quand même s’engager dans des actes symboliques et faire prendre des risques disproportionnés. Il y a les deux me semble-t-il.

Réponse 5. Oui, il y a l’exemple du maquis d’Oyonnax qui défile en 1943 et qui subit après la répression. Pour ce qui est de pavoiser, cela était-il pris au pied de la lettre ? N’est-on pas dans une utilisation routinière du vocabulaire ? Si on prend les appels de la France libre, ce sont des consignes a minima au départ.

Réponse 5 bis. Il existe un mémoire sur les grèves à Paris durant l’Occupation. À partir de 1942, on a de très nombreux appels à la grève. L’étudiante a trouvé de nombreuses grèves de militants CGT-U qui ne s’insèrent pas dans la chronologie des appels « nationaux ». Ce ne sont pas que des mots. Il me semble que ces mots permettent de donner du sens à des actions éclatées. Il y a aussi des appels à manifestation pour tromper l’ennemi. Curieusement, ce sont les gaullistes qui sortent le Premier mai. Les communistes sont sur plusieurs fronts, dans d’autres terrains et ils ne prennent pas de risques inutiles.

Réponse 5 ter. Il existe des photographies et un témoignage d’une manifestation mi-1941 près de la statue de Jeanne d’Arc. Elle a été prise en photo par un gendarme (fonds d’archives récemment déposé au musée de la Résistance de Champigny) et durant laquelle il témoigne qu’il y a eu des cris.

Question 6. Est-ce une forme de résistance civile de prendre des photographies pour les mettre dans une boite ?

Réponse 6. Je considère que oui. Joachim Fest qui raconte la vie de son père durant la guerre explique qu’il a survécu parce qu’il a coupé les liens avec tous ses contacts, sauf avec un voisin juif. Est-ce de la résistance ? Il a accepté une forme de mort sociale, il s’est coupé de la société. Il a seulement été mis en danger d’une certaine façon par ses enfants qui refusait de suivre l’intégration hitlérienne.

Question 7. Je conseille la lecture d’un livre d’Hans Fallada, Seul dans Berlin, sur la résistance individuelle. Il met dans les cages d’escalier des cartes contre la guerre. Il s’enferme de plus en plus, il y a un repli sur soi.

Réponse 7. Il existe aussi un livre passionnant sur une femme des services secrets français qui, après avoir été emprisonnée, réussit à s’enfuir et à survivre à Berlin durant de longues semaines.

Question 8. Vous avez parlé de la résistance allemande. Vous considérez que il n’y a pas de Résistance, mais que pensez-vous de la résistance communiste ?

Réponse 8. En Allemagne, la répression a été telle qu’il est difficile de mener la résistance. L’identité allemande n’était remise en cause que pour ceux pour lesquels le nazisme ne correspondait pas à cette identité. Même si je ne maîtrise pas bien cet aspect de la résistance.

Question 9. On reste dans des formes politiques qui ont du mal à s’articuler. En France, la politique continue de se mener sous d’autres formes. Il y a une socialisation des pratiques, le front national s’organise par branche professionnelle. On passe par des choses qui se donnent comme sociale.

Question 9 bis. La politique du PCF est clairement orientée vers le social. Il applique un mode d’action qui lui est congénital à une période qu’il connaît mal, la clandestinité. D’autres mouvements s’y mettent aussi, comme les MUR, avec des résultats inégaux. Tout le monde n’arrive pas avec le même bagage (savoir-faire, pratique militante et d’engagement). Il doit exister un clivage entre résistances communiste et syndicaliste et les autres. Il y a une tradition chez les communistes de travail non-visible et un type d’engagement fait de consignes, de mots d’ordre, de centralisation. Une comparaison serait peut être possible avec les militaires.

Réponse 9. L’organisation de résistance armée (ORA) n’a pas été très étudiée mais il serait intéressant de voir comment ils se sont disposés. Le parallèle avec le PCF serait intéressant. Sur la résistance allemande, je voulais dire que chaque réseau en quelques mois subissait une répression féroce. Cela a toujours été embryonnaire. Il y a peut être eu une résistance mais elle n’arrive pas à former un mouvement social. Les aviateurs britanniques tombés en Allemagne ne sont pas tous lynchés, certains civils allemands traitent normalement les aviateurs.

Question 10. Les études de Ian Kershaw sur l’opinion allemande montre quand même des déterminations sociales collectives. Pour lui, cela a un sens. Le positionnement dépend du contexte, des questions sociales et économiques.

Question 11. Pour compléter, j’ajouterai les travaux d’Alf Lüdtke.

Question 12. Peut-on considérer que le mouvement de résistance italienne est un mouvement social ? Il y a volonté de récupérer le pouvoir après la chute du fascisme et le départ des troupes allemandes.

Réponse 12. La résistance italienne existe et s’est construite sur le modèle français avec une implication très forte du Parti d’action et du Parti communiste. C’est une résistance multipartite qui se forme à partir de 1943, à partir du moment où l’Italie est occupée. On revient sur la question identitaire.

Question 13. En France, quelle est la place de l’antifascisme, est-ce un élément identitaire déterminant ?

Réponse 13. Les mouvements politiques en temps de paix mobilisent un personnel qui n’a rien à voir avec celui mobilisé en temps de résistance, qui nécessite un engagement particulier. C’est un type de militant prédisposé à cet engagement qui n’a rien à voir avec la logique de l’engagement politique que l’on peut avoir en temps de paix.

Question 13. C’est une discussion que l’on a eu avec Paul Boulland sur la gestion des cadres après la Libération. Le militant complètement imprégné par les qualités nécessaires pour la Résistance n’est plus le militant dont le PCF avait besoin en 1946-1947. Les besoins du PCF ne sont pas les mêmes.

Question 14. Un contre-exemple. Jean Moulin n’est pas parti en Espagne, il n’a pas fait l’épreuve de la guerre et pourtant il a œuvré pour aider la République espagnole. Y a-t-il une filière antifasciste ? Y avait-il un rejet du PCF pour un certain type de militant comme Georges Guingouin qui se prenait pour Mandrin ou Robin des bois ?

Question 15. Vous avez une proposition sur les motivations (« eux » et « nous », le terreau). J’ai un schéma en tête qui me laisse à penser que cela permet des mouvements de soulèvement de masse, et pas seulement des organisations. Sur le profil résistant et la marginalisation par le PCF : y a t-il des travaux reliant ce phénomène et la reconstitution de réseau d’extrême-gauche (exemple de Roger Pannequin). Sur l’Espagne et les militants étant partis combattre : il existe des contre-exemples de militants libertaires, formés à la guerre clandestine et revenus en France qui ne se sont pas intégrés à la Résistance.

Question 16. Entre le profil politique résistant et le profil politique civil. Est-ce un choix qui est opéré par la personne elle-même ou est-ce un choix des états-majors ?

Réponse 14-15-16. Tous les chemins mènent à Rome : il y a par exemple, mais pas seulement, une filière communiste qui mène de l’usine à l’Espagne puis éventuellement à la Résistance. Il y a plusieurs anti-fascismes. L’année 1940 est une rupture inimaginable. Il y a eu des conséquences personnelles : les réseaux amicaux ont été bouleversés. Dans l’état actuel des connaissances, il y a eu une non-prédictibilité de l’engagement résistant. Sur le mouvement de libération nationale qui est un mouvement de masse, il faut bien voir que la répression anti-coloniale n’est pas la répression nazie. Il n’y a pas la même intensité de répression. Je vois mal une manifestation de masse sous l’occupation. (Intervention de complément : Il y a eu des mobilisations de masse à Athènes durant l’Occupation). Sur Roger Pannequin, il y en a eu quatre ou cinq de ce type, tous les profils sont possibles. Des exemples de brigadistes qui n’entrent pas dans la Résistance, ce n’est pas étonnant. Il y a des bifurcations, différents types de parcours difficiles à prévoir. Pour les choix, tous les profils sont là aussi possibles. La notion de profil est assez adaptée, car elle est suffisamment souple pour prendre en compte les choix multiples possibles qui sont offerts.

Question 17. Il y a quand même des lignes, des tendances. La probabilité d’être dans la résistance est plus forte pour un brigadiste que pour un libéral.

Prochaine séance le 1er mars avec Sophie Béroud sur le thème L’évolution des conflits du travail depuis 20 ans.

Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle

Compte-rendu des interventions de Emmanuel Fureix et de Vincent Robert au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle, séance du jeudi 12 janvier 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Présentation de Michelle Tartakowsky

Cette séance accueille deux historiens du premier 19ème siècle autour de la notion de mouvements sociaux. Emmanuel Fureix (historien, Paris 12, CRHEC) a publié en 2009 une version remaniée de sa thèse aux éditions Champ Vallon sous le titre La France des larmes : Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840). Vincent Robert a de son côté publié en 2010, aux Presses de la Sorbonne un ouvrage intitulé Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848).

Intervention d’Emmanuel Fureix

L’objectif de cette intervention est de présenter rapidement trois formes originales de mobilisations collectives qui se développent sous la Restauration (6 avril 1814 au 29 juillet 1830) puis sous la Monarchie de Juillet (9 août 1830 au 24 février 1848) : l’enterrement d’opposition, le banquet et le charivari.

Ce ne sont pas des mouvements sociaux à proprement parler car ils ne visent ni à changer la société ni à promouvoir des revendications matérielles. Cependant, on peut les considérer comme mouvements dans la mesure où ils subvertissent les rapports sociaux.

Charles Tilly, dans son ouvrage Social Movements (1768-2004) paru en 2004, définit les mouvements sociaux comme des campagnes collectives contre des autorités incluant un répertoire autonome (association, mobilisation, manifestation, etc.) et impliquant une représentation de l’utilité, de l’unité, du nombre et de l’engagement. Selon lui, le mouvement social apparaît en 1768 en Angleterre.

I. Présentation de la genèse des rituels, leurs fonctions, leurs rôles dans la transformation des répertoires d’action collective

Le cadre est celui d’un apprentissage de la vie parlementaire, de la représentation politique. La publicité, l’opinion publique est considérée comme structurant le rapport de représentation entre la société et l’État. C’est également un moment de redécouverte de la liberté de la presse. Mais c’est aussi un moment de fermeture de la vie politique : régime censitaire, interdiction des associations, non-reconnaissance de la liberté de réunion avant 1848, encadrement très strict des attroupements. Ce cadre impose, pour protester, des formes détournées, ritualisées qui bénéficient d’une relative tolérance : les funérailles, les banquets. Pour les charivari, la situation est plus compliquée, car ce sont des tapages nocturnes pouvant être réprimés comme tels.

Ces formes de protestation se distinguent des illégalismes habituels : l’insurrection, le complot, les sociétés secrètes. La violence y est quasiment absente, même si ces formes de protestation sont aussi structurées de manière informelle par des associations.

Elles naissent toutes autour de 1818-1820, en liaison avec l’apprentissage de la vie parlementaire mais aussi en liaison avec la chronologie des débats parlementaires (entre 1825 et 1834). Les charivari et les banquets ont ainsi lieu à la fin des sessions parlementaires.

Les enterrements d’opposition

On parle de funérailles révolutionnaires, de cortège d’opposition dès 1820-1830 dans la capitale. On en compte une trentaine entre 1820 et 1840. C’est un rituel inventé par la jeunesse des écoles car le premier à être célébré concerne un étudiant, enterré au cimetière du Père Lachaise. Ces cortèges traversent la capitale à un moment où naissent les grandes nécropoles modernes extra-muros. Ils sont l’occasion de cortèges de longue durée (près d’une journée pour l’enterrement du général Foy en 1825), avec une halte ou non à l’Église (une partie importante sont des enterrements civils). Ils célèbrent des représentants politiques (des députés, des pairs de France), parfois des militaires. Certains de ces grands hommes sont d’anciens révolutionnaires (Abbé Grégoire en 1831, Lafayette en 1834, Buonarroti en 1837 ou encore Merlin de Thionville en 1833). Ils expriment une protestation à l’égard du pouvoir par des cris ou des discours. Il y a également des dispositifs symboliques déployés. Ils arrivent à cristalliser un imaginaire, même si celui-ci est moins élaboré que pour le banquet.

Les caractéristiques

→ L’effet de masse. La mort n’est plus une mort privée. L’espace public est réservé en principe à des cérémonies religieuses ou au pouvoir. Le monopole royal de l’usage légitime de l’espace public est remis en cause.

Les étudiants sont toujours très présents, ils sont au coeur du rituel. C’est également le cas des sociétés de compagnonnages ou de secours mutuels aussi. Les Carbonari et les sociétés politiques ont aussi joué un rôle, même s’il est difficilement quantifiable.

Le rôle de la presse libérale, qui appelle à participer aux convois, est important tout comme celui de la rumeur lors de la traversée des grands boulevards.

→ Ils donnent sens à l’espace traversé. Le défunt meurt dans les beaux quartiers et est enterré au Père Lachaise. Il traverse donc les grands boulevards, symbole pour les libéraux de l’union des classes. À partir de 1830, le cortège fait un certain nombre de stations symboliques : la colonne Vendôme (à la mémoire napoléonienne), place de la Bastille, le Panthéon (tentative manquée).

Ces cortèges s’inventent un appareillage symboliques : les couronnes, les cocardes, le port à bras du cercueil. Ce dernier est interdit par les règlements de police de l’époque : il devient un symbole pour les étudiants, à tel point que le cercueil de La Rochefoucauld de Liancourt tombe à terre lors de heurts avec les forces de l’ordre. Après 1830, les drapeaux tricolores font leur apparition puis le drapeau rouge (notamment lors de la mort de Lamarque) auxquels sont associés des bonnets phrygiens. L’attention accordée aux détails est extrême : on retire par exemple le coq de Louis-Philippe du drapeau tricole pour y ajouter une pique représentant la République.

→ Les cris et les discours prononcés sur la tombe (par les élites). Les cris sont un scandale politique en soi. Ces cris sont subtiles et franchissent rarement le seuil de la sédition. Ils sont tout de même protestataires de manière subtile : « Vive la Charte ! »  à la place de « Vive la Charte, Vive le Roi ! »). On peut aussi crier « Vive les libertés publiques ! » ou encore défendre la patrie (qui à cette date est un monopole de la gauche), pour retrouver l’honneur patriotique. On crie « C’était l’homme de la patrie ! ». Un ouvrier par exemple crie, au passage du cercueil de Lafayette : « Il était pour nous celui là ! ». Il y a des exceptions, il existe quelques cris séditieux : « Vive la République ! À bas la poire molle ! Son père est un assassin ! ». Mais il n’y a pas de considérations sociales dans ces cris.

Y a-t-il un lien entre ces rituels et les violences, comme dans le cas de l’enterrement du Général Lamarque ? Ces violences sont rares et souvent liées à la présence de mouchards ou dans des cas d’irrespect de la part des forces de l’ordre. Ce sont toujours des violences un peu théâtrales. L’enterrement ne vise pas à la révolution, même dans le cas du Général Lamarque où seule une minorité agit.

Les banquets

Ils peuvent être considérés comme des réunions informelles, des matrices de l’association. Ils sont des manifestations de reconnaissance des électeurs à leurs députés. Cela réduit le recrutement de ces banquets. Il fallait souscrire au préalable, ce qui suppose un recrutement notabiliaire. Les banquets démocratiques ne se multiplient que sous la Monarchie de Juillet. Ils sont une caisse de résonnance des débats parlementaires, beaucoup plus que les enterrements, l’apothéose étant au moment du toast.

On assiste avec ces banquets à la construction de campagne nationale, en 1829-1830, 1840 et 1847-1848.

Le charivari

Il s’agit de cortèges tonitruants au son des casseroles, des cornets, des chansons plus ou moins séditieuses pour déshonorer un représentant de l’État ou de la Nation. Devenus politiques, ils empruntent à la longue histoire des charivari coutumiers qui visaient la transgression des normes communautaires et notamment celle du mariage. Le rituel ne cessait que lorsqu’une amende était payée. Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, on assiste à un déplacement de ces rituels dans le champ politique dans les villes, avec des charivari anti-cléricaux dans un premier temps puis des charivari plus politiques dès 1820 à Brest par exemple et surtout après 1830. Ils étaient nombreux. Ainsi, 81 ont été recensés sur quelques mois en 1832. C’est la violation d’un contrat politique qui est dénoncée : « À bas le traitre, à bas le ventru ! » par exemple. Ce ne sont pas des formes massives de participation : quelques dizaines voire quelques centaines d’individus, mais ce sont des formes très organisées.

II. En quoi ces mouvements s’inscrivent dans une histoire des mouvements sociaux, à travers des formes de souveraineté populaire, de démocratie en actes ?

Ces rituels témoignent d’une transition dans les répertoires d’action collectives qu’a défini Charles Tilly. Autour de 1850, et même antérieurement, on assiste au passage de répertoires d’actions localisés, patronés et symboliques à des répertoires nationaux, autonomes et structurés. Cela est lié au développement économique mais également à la vie parlementaire. Ces formes d’actions ne se réfèrent plus seulement à des phénomènes locaux. Il y a une nationalisation du répertoire qui est perceptible. On ne peut pas nier en revanche que ces formes d’action restent symboliques, elles épousent le code des rites qu’elles subvertissent. D’autre part, le calendrier d’action est limité, car il faut attendre par exemple le décès d’un grand homme.

Ces rituels opèrent des usurpations de souveraineté, pour devenir en quelque sorte des formes de souveraineté populaire. On transgresse un monopole royal de l’hommage public. Célébrer par le rite, par la pierre un grand homme sans passer par le pouvoir est une forme d’usurpation de la souveraineté. De même pour le banquet : certains banquets empruntaient au rituel royal du « grand couvert ». De même les charivari exprime une sorte de justice populaire, une « atteinte à la liberté des votes », en instaurant une sorte de mandat impératif au député.

Quelle est la participation populaire ? Ils sont quasiment exclusivement masculin. Le premier banquet mixte politique date de l’automne 1848. Dans les enterrements, il y a un phénomène similaire : la présence des femmes dans les cortèges est exclue mais leur présence est autorisée aux abords des cortèges ou du cimetière.

L’extension sociale de ces rituels varient. Les notabilités dominent dans les banquets. Dans les enterrements, on assiste à un mélange des classes dès les années 1820. Cette alliance est intéressante car chacun défend des intérêts différents mais ils défendent tous la « liberté » selon des sens diamétralement opposés. Les hiérarchies sont un peu estompées, on peut former des chaines humaines sans se connaître. Mais les fonctions les plus nobles dans le rituel sont attribuées à des notables. Sous la Monarchie de Juillet, les choses évoluent, on assiste à une participation ouvrière croissante, des ouvriers endossent ces fonctions de prestige, certains prononcent les discours funéraires, des rendez-vous sont fixés au préalable pour constituer des cortèges par métiers, les sociétés politiques et d’exilés politiques sont présentes. Les signes de distinctions sociales sont de plus en plus mal acceptées. Mais la question sociale en tant que telle n’est pas explicitement présente.

Conclusion

On assiste à un renouvellement des répertoires protestataires. Ils subvertissent l’arène institutionnelle. Ce sont des formes dont l’avenir n’est pas voué à la disparition mais qui ont moins d’importance après 1848. D’autres scènes politiques apparaissent. La force imaginaire décroit également, ce qui explique que malgré leur existence durant la Troisième République, leur fonction politique n’est plus la même.

Intervention de Vincent Robert

La question qui était posée était la suivante : la rue construit-elle le mouvement social ? C’est un centre d’intérêt personnel ancien. Entre 1848 et 1914, s’acclimate dans la pratique politique et sociale un phénomène social, la manifestation, qui n’était pas naturel avant. À l’opposé, mes recherches sur les banquets ont porté sur un phénomène qui ne se déroulait pas dans la rue. Il se déroule dans un espace privé pour l’essentiel.

Si on considère que la rue construit le mouvement social, on a un raison assez mécaniste du type : la rue est un espace ouvert au public, elle détermine des formes d’action collective qui engendrent elles-mêmes le mouvement social (la contestation de la société, les formes de mobilisations, les échos et les résultats). Le problème fondamental, c’est que « la rue » ne veut pas dire grand chose pour la période qui nous intéresse. Après 1860, la rue existe. Avant cette date, la rue est très étroite et n’est pas un cadre pour défiler. Les quais de Lyon ou les grands boulevards à Paris se prêtent mieux à la manifestation. On descend sur la « place publique » et non dans « la rue », la circulation n’est pas essentielle.

La bonne question est plutôt : Quelles sont les rapports qui existent, qui se créént entre les groupes populaires (essentiellement salariés) et les espaces ?

Ce rapport à l’espace est conditionné par la précarité de la condition ouvrière (faibles salaires), la nécessité de la pluri-activité familiale, le chômage périodique et régulier dans un certain nombre de métiers, l’absence de possessions matérielles (pas de logement, peu de meubles, ce qui favorise la mobilité et le non-paiement du loyer). Pour les propriétaires, ils sont instables et non-contrôlables.

Il faut aussi rappeler l’illégalité des formes d’organisation et de protestation ouvrières. Depuis la Révolution, la répression est systématisée. Après chaque révolution, une loi sur les attroupements est adoptée (1791, 1831, 1848). Il ne doit rien se passer sur les espaces publics. La Monarchie de Juillet a une peur panique des foules, la Restauration moins. L’interdition des associations n’est pas absolue, mais les coalitions sont interdites. Les sociétés de secours mutuels, qui ont en principe un but d’entraide (notamment pour la maladie et les obsèques) ne sont pas trop mal vues par le pouvoir. Mais elles restent surveillées et doivent être autorisées par le Préfet. Celles-ci se développent considérablement à partir de 1840, comme l’explique William H. Sewell dans Gens de Métiers et Organisation. Le Langage du travail de l’Ancien Régime à 1848. La répression est donc présente en permanence comme une épée de Damoclès. D’où l’importance de connaître son voisin dans une association ou une manifestation : il y a un travail d’identification, de vérification de l’identité pour éviter les mouchards. L’hostilité aux étrangers s’explique en partie par ce souci.

On peut donc distinguer deux types d’espaces. Le premier est celui maitrisé par les milieux populaires et sûr depuis assez longtemps. Le second est au contraire celui qui n’est pas sûr. L’industrialisation et l’urbanisation tendent à pousser les milieux populaires à prendre possession de ces lieux : les banlieues, les mines et les forges. Le mouvement ouvrier sous la Monarchie de Juillet s’efforce de s’approprier l’espace de la ville et de la cité, d’un point de vue matériel et métaphorique.

I. Les espaces maitrisés sont les quartiers et le tour de France auxquels correspondent deux formes d’organisation : les sociétés de secours mutuels et le compagnonnage

Le quartier est un espace assez sûr car la présence policière y est faible voire nulle. Quand il s’agit de rétablir l’ordre, c’est la garde nationale – en partie composée par des gens du quartier – qui est censée intervenir, même si elle ne le fait pratiquement jamais. C’est un espace d’interconnaissance : on sait qui est qui. C’est aussi un espace familial. Dans les situations de conflits, les femmes et les enfants sont faiblement réprimés. L’avant-garde des troubles sont « les lanceurs », les très jeunes ouvriers qui harcèlent la police en lançant des pierres. Il est encore plus délicat pour les forces de l’ordre de s’en prendre aux femmes. Le quartier est également le cadre de la sociabilité : le cabaret (pour les hommes), les sociétés de secours mutuels (solidarité importante lors des décès, organisation de banquets annuels des sociétés de secours), les fêtes locales organisées par des groupes de jeunesse. Le quartier est une base solide qui fonctionne de manière efficace, par exemple contre un boulanger qui pratique des prix trop élevés.

Le compagnonnage est illégal mais il est très visible pour les contemporains de l’époque. Les compagnons circulaient en bande de manière à ne pas passer inaperçus. On les voyait au moment de leur fête, des enterrements, des conduites (l’accompagnement de l’un des leurs vers une étape prochaine). La bourgeoisie ne comprend pas le compagnonnage. Elle en a une mauvaise opinion : ce sont des jeunes ouvriers violents réglant leur compte entre deux ou trois grandes obédiences rivales. Il y a des aspects rituels pour protéger l’organisation. Ce sont des associations très solides qui défendent bien les intérêts matériels de la classe ouvrière. Cela constitue une struture de formation et de diffusion des nouveautés techniques, sociales et politiques. Il y a une correspondance assidue entre les membres et il semble que ce soit un canal de propagande important, comme cela a pu être démontré dans le cas de Cabet par exemple.

Il y a quelques problèmes cependant. Le nord et l’ouest ne connaissent pas le compagnonnage. Quelles conséquences cela a-t-il eu sur la constitution du mouvement ouvrier ? Cela reste à étudier. Le compagnonnage est traditionnel et reste limité à quelques métiers précis (bâtiment et menuiserie). Il manque également un groupe majeur, celui des imprimeurs.

II. Les espaces à maîtriser se multiplient au cours du premier 19ème siècle

Toutes les nébuleuses proto-industrielles qui surgissent autour des villes et embauchent de la main-d’oeuvre rurale peu revendicative sont difficilement maitrisables. Il y a eu tout de même eu quelques tentatives de politisation de cette main-d’oeuvre. Les militants ouvriers restent des citadins et estiment que les produits intéressants sont des produits de luxe nécessitant des ouvriers qualifiés. La production « industrielle  » de textile par exemple n’est donc pas considérée comme un problème trop important.

L’espace de la manufacture ou de la mine est parfaitement hostile, essentiellement rural, gouverné par un patronat avec des comportements féodaux très nets, la répression y est très dure. L’armée intervient régulièrement : La Ricamarie, Decazeville connaissent très tôt des massacres de mineurs. Quelques ouvriers hautement qualifiés y sont présents, comme les verriers, mais ils sont peu nombreux et se défendent très bien seuls.

C’est pour contrôler la ville, la grande ville que ce constitue le mouvement ouvrier. Mais elle pose de nombreux problèmes :

1° Elle est gonflée par l’immigration des campagnes et de l’étranger. Cet afflux pose problème dans les métiers bien organisés : cela fait un marché de consommation important et peu exigeant, ce qui encourage l’artisanat en chambre et donc une concurrence qui pèse par les prix. Ils ne peuvent pas être contrôlés par les méthodes traditionnelles, car ils habitent d’autres quartiers.

2° La croissance de la ville implique la construction  d’immeubles et donc l’intervention du secteur du bâtiment. C’est un métier saisonnier, à forte immigration et fortement lié : le maçon en grève paralyse le charpentier par exemple. Cela impose donc la coordination des actions des métiers.

3° Même dans les métiers qualifiés comme ceux d’imprimeurs, les lieux de réunions ne suffisent plus car les effectifs deviennent très importants avec la croissance démographique. Nous ne sommes plus dans un monde d’interconnaissances. Il faut faire autrement, ce qui implique une organisation plus forte et si possible une sanction légale pour le résultat de l’action collective (le tarif en général). Cela n’est pas impossible, car à la fin de la Restauration on envisage la division en section du mouvement ouvrier. Cela est aussi possible parce que les tarifs étaient tolérés et approuvés par les autorités.

Le problème est qu’en 1830, tout cela change. L’autorité change d’attitude à l’égard des sociétés ouvrières. C’est cela en définitive qui constitue le mouvement ouvrier. Le modèle est un groupe très particulier mais fondamental pour la compréhension du mouvement syndical en France : les ouvriers imprimeurs qui sont alphabétisés, cultivés, avec des chefs étant souvent des « intellectuels ratés ». Ils sont quasiment intouchables car ils ont joué un rôle majeur à la fin de la Restauration et ils peuvent paralyser la sortie des journaux. Le gouvernement n’a pas le choix et les ouvriers imprimeurs constituent dès le début des années 1840 une association et obtiennent un tarif.

Discussion

Intervention 1. On a une Restauration qui constitue un espace de pratiques nouvelles avec un infléchissement sous la Monarchie de Juillet. On a des formes de mobilisations qui se nationalise, dont le rapport au politique est fort. Ce phénomène de nationalisation des luttes mettra très longtemps à se nationaliser de nouveau.

Réponse 1. L’histoire politique et sociale du premier 19ème siècle est extraordinaire et d’une richesse fabuleuse. La référence commune est Edouard P. Thompson et son ouvrage The Making of the English Working Class paru en 1963. L’historiographie sur le premier 19ème est très riche depuis une dizaine d’années et revise l’histoire qui avait été réécrite par les républicains.

Réponse 1. Sur le plan politique, il y a une ouverture lors des premières années de la Monarchie de Juillet, entre 1830 et 1834. C’est un moment d’invention absolue. Il y a par exemple des manifestations féminines.

Intervention 2. Les deux exposés présentés partent des villes. Il n’est pas certain qu’il y ait une telle imperméabilité. Il y a de la mobilité. Les ouvriers des métiers des villes ont du mal à contrôler, à canaliser les migrants. Ils se trouvent néanmoins que ces derniers passent et vivent dans des villages. Il y a des expériences, notamment des évènements auxquels ils ont pu assister. On le voit bien avec les ouvriers des Ateliers nationaux dans les années 1848-1849 qui sont expulsés en province. Dans les mines de fer, il y a ni compagnonnage, ni structure durable avec réseau national, mais il y a des traditions, des réseaux locaux, des mobilisations assez régulières et une transmission des savoirs et des expériences. Cela se fait sur des questions de tarifs par exemple.

Réponse 2. Les ouvriers des villes sont fiers d’être citadins et regardent de haut les paysans. Mais il y a une porosité avec une partie du prolétariat rural. Mais il semblerait qu’à l’égard de la proto-industrialisation, cela marche moins bien.

Intervention 3. Les mineurs de fer, les bucherons sont pourtant du personnel extérieur aux forges et ils peuvent à ce titre importer des pratiques, des réflexions.

Réponse 3. C’est vrai, mais il est difficile de rendre compte de traditions, des échanges oraux. On ne peut que les supposer. Le mouvement ouvrier, c’est aussi l’histoire de la conquête de l’écrit, notamment à cause du poids des ouvriers du Livre.

Intervention 4. Les obsèques sont-elles propres à Paris ?

Réponse 4. Les funérailles politiques en province sont plus rares, car plus compliquée. On a quelques exemples, dans le cas de morts violentes, par exemple à Marseille.

Intervention 5. Pour les comploteurs condamnés à mort et exécutés, que se passe-t-il ?

Réponse 5. Le Code pénal impose le caveau anonyme, ce qui ne facilite pas les rituels.  Mais cette contrainte est contournée, notamment grâce au rôle des femmes.

Intervention 6. La Révolution et l’Empire ont forgé des symboles forts, ce qui interroge sur la portée de la nationalisation de ces évènements.

Réponse 6. Ces symboles sont des lieux communs disponibles, qui clivent la population mais qui peuvent faire références à beaucoup de choses. Les sociétés rurales sont profondément clivées par la Révolution. Il y a, à chaque annonce de révolution, un retour aux anciens clivages. La mémoire des prêtres constitutionnels est par exemple très importante.

Intervention et réponse 7. La tolérance et le rapport de forces des imprimeurs naissent en partie des évènements de 1830. L’interdiction du banquet en 1847 est une erreur de Guizot. C’est un signe fort de raidissement du régime. Il existait une coordination, dirigée par les imprimeurs, des corporations ouvrières à Paris. Cela devient gravissime avec l’interdiction du banquet du 12ème arrondissement qui est le banquet de la garde nationale et donc des électeurs et des soutiens du régime. Ceci entraînera les évènements de 1848.

Prochaine séance le 2 février 2012 avec Claire Andrieu (historienne, Sciences-Po Paris, CHSP, CHS) sur le thème La Résistance comme mouvement social.

À lire éventuellement sur la révolution de juin 1832, un témoignage des barricades qui a inspiré le personnage de Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo : Charles Jeanne. À cinq heures nous serons tous morts ! – Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, édition établie et commentée par Thomas Bouchet, Paris, 2011, Vendémiaire, 220 pages.

À voir également l’appel à contribution pour le colloque Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles, colloque international, 12-13 décembre 2012 organisé par l’Université Paris-Est Créteil (UPEC),  le CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), l’Institut Universitaire de France, la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle sur le site Actualités du XIXe siècle.

Frédéric Tristram. Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle

Compte-rendu de l’intervention de Frédéric Tristram au séminaire Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie sur le thème Mouvements sociaux, redistribution et fiscalité au XXe siècle, séance du jeudi 1er décembre 2011, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Maître de conférence à l’Université Paris 1, membre de l’IDHE, Frédéric Tristram prépare actuellement son HDR après avoir soutenu sa thèse de doctorat en décembre 2003 sur la direction générale des Impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960 : modernisation et adaptation de la fiscalité aux règles du marché, Université de Paris X-Nanterre, sous la direction d’Alain Plessis.

Intervention de Frédéric Tristram.

L’intervention sera structurée en trois parties.

1° La production par le Parti socialiste de discours et d’analyses traditionnelles qui font de l’impôt un instrument de redistribution sociale et de transformation économique radical.

2° Cette production est remise en cause, concurrencée durant les années 1970 par d’autres logiques qui vont prendre peu à peu une place croissante.

3° Cette concurrence aboutit, avec d’autres causes, à une redéfinition des objectifs de la politique fiscale du Parti socialiste après 1981.

Avant 1981, l’impôt est perçu par le Parti socialiste comme un instrument de redistribution sociale. Cela apparaît dans de nombreux textes théoriques et programmatiques officiels. À chaque fois, la fiscalité apparaît dans un chapitre dédié au question de société ou d’inégalités.

La redistribution est avant tout vu par le Parti socialiste comme un moyen de redistribution verticale, c’est-à-dire des ménages les plus aisés vers les plus modestes. En revanche, la redistribution horizontale, c’est-à-dire entre personnes ayant des conditions de vie similaire mais ayant des différences de revenus, est relativement peu abordée. Cette conception explique l’hostilité du Parti socialiste et des forces de gauche au quotient familial. Adopté en 1945 unanimement par l’ensemble des forces politiques, ce mécanisme fiscal vise à adapter la progressivité de l’impôt sur le revenu en fonction des charges familiales, cette progressivité s’appliquant à l’ensemble de la famille (un parent = une part, un enfant = une demi-part puis une part). Il y a donc une modulation qui procure des avantages fiscaux d’autant plus élevés que le revenu initial l’est, ce qui favorisent les familles à haut revenu.

Dès 1950, les partis de gauche condamnent le quotient familial du fait de son caractère inégalitaire et comme obstacle à la redistribution. Cette opposition devient une position identitaire, fédératrice pour la gauche au sens large (partis, syndicats, une partie des associations familiales). Cette opposition se retrouve dans les années 1970 dans les textes officiels et programmatiques. Finalement, une position a minima est adoptée en 1982 avec le plafonnement du quotient familial. Comment expliquer cette prudence tactique ? Le sujet est sensible dans l’opinion publique, le lobbying familial est important et il ne faut pas se couper des ingénieurs, cadres, techniciens qui en bénéficient.

a) Comment faire de la redistribution fiscale ?

1. Cette redistribution passe par l’impôt sur le revenu et sa progressivité. La gauche veut rééquilibrer le poids de l’impôt direct (impôt sur le revenu) et de l’impôt indirect (TVA) contre lequel la gauche se bat, considérant que la TVA est un impôt non redistributif pénalisant les ménages les plus modestes. La gauche propose ainsi de baisser la TVA sur les produits de première nécessité, voire d’en imposer un taux zéro, sans toutefois définir lesdits produits. On est là encore dans le cadre d’un discours très classique pour la gauche.

2. La gauche souhaite privilégier les revenus du travail sur ceux du capital. Il y a une volonté de remettre en cause les mesures prises dans les années 1960 en faveur de l’atténuation de l’impôt sur le capital. Par exemple, la gauche est contre l’avoir fiscal, qui prévoit une diminution de l’impôt et d’une partie de la progressivité sur les dividendes versées par les entreprises.

Il reste une question théorique non tranchée au Parti socialiste sur cette question. Faut-il défendre, comme Valéry Giscard-d’Estaing le principe de neutralité, à savoir « à revenu égal, taxation égale » ou faut-il au contraire aller plus loin, en limitant l’impôt sur le travail et en allourdissant l’impôt sur le capital ? Pierre Uri se prononce contre le principe de neutralité et en faveur d’un renforcement d’un impôt sur le capital.

3. La lutte contre la fraude fiscale est un autre élément de l’objectif redistributif poursuivi par le Parti socialiste. La gauche constate qu’une partie de la population, certaines catégories peuvent masquer une partie de leur revenu. À partir de 1972, la droite développe les centres de gestion agréés pour inciter les professions indépendantes à faire certifier leur comptes. Le Parti socialiste ne veut pas aller plus loin, même s’il propose, pour lutter contre la fraude, de développer l’impôt sur le capital.

4. La redistribution passe également par le patrimoine, le capital. Le Parti socialiste veut un impôt général sur le capital. Cela est aussi dans l’air du temps, puisque Valéry Giscard-d’Estaing veut alors taxer les plus-values. Cette position du Parti socialiste fait aussi écho au « patrimoine » commun de la gauche. Le premier projet d’Impôt sur les Grandes Fortunes (IGF) est présent dans le programme commun de 1972, mais le premier projet déposé par le PS à l’Assemblée nationale, l’est en juin 1976, sous forme d’amendement, puis suit une proposition de loi déposée le 1er juillet 1978. Ce projet comprend trois caractéristiques : une très forte progressivité, bien plus que celle adoptée en 1982 ; la prise en compte de tout le patrimoine, y compris les biens professionnels ; peu d’entorses au principe si ce n’est un modeste abattement pour les petits patrons. Parmi les autres projets, on également trouve un impôt sur le capital des entreprises, sur les marges brutes des entreprises, sur la valeur vénale des biens fonciers.

b) La fiscalité est conçue dans un rôle de transformation économique.

1. Il faut augmenter la place de l’État et le taux de prélèvement obligatoire, ce qui est déjà le cas dans les années 1970. Il faut également une socialisation relative plus importante.

2. La fiscalité est un instrument de sélection des secteurs économiques. L’idée est que le rôle du plan serait revalorisé. L’État procéderait à une sélection des investissements, en dénonçant l’auto-financement des entreprises, les règles de l’amortissement dégressif et en refusant au CNPF sa revendication de revalorisation des bilans. Il resterait pour les entreprises les prêts des banques nationalisés. Il y aurait donc une sélectivité du crédit.

Quatre logiques concurrentes brouillent ce message principal. On assiste à une montée en puissance de ces logiques au cours des années 1970.

a) La défense des classes moyennes (cadres, professions indépendantes) ainsi que le développement d’un discours méritocratique qui emprunte à la tradition républicaine.

b) Le changement de société doit avoir un aspect « qualitatif ». Il y aurait ainsi un « ailleurs », au-delà de la simple redistribution fiscale des richesses. Ainsi, il y a une hésitation du Parti socialiste sur la politique d’accession à la propriété privée menée par Valéry Giscard-d’Estaing. Le Parti socialiste refuse les effets psychologiques de la propriété individuelle sur les individus. Cette position est issue des évènements de mai-juin 1968 avec le débat sur la domination. De même, on observe une hostilité de principe à la publicité.

c) Le Parti socialiste est un parti décentralisateur soucieux des finances des collectivités territoriales. Il est donc timide sur la remise en cause de ces financements, surtout après 1977 et la victoire lors des élections municipales. Il souhaite une nouvelle répartition financière entre l’État et les collectivités territoriales pour passer d’une répartition de type 80%/20% (années 1970) à une répartition de type 70%/30%. La volonté est de donner aux collectivités territoriales des recettes dynamiques (taxe sur les produits pétroliers par exemple) mais les positions restent timides dans l’ensemble.

d) Il y a dès la fin des années 1970 un discours de modernisation économique des entreprises privées par l’impôt, en facilitant l’accès à des financements nouveaux. Ce tournant « social-libéral » intervient dès la fin des années 1970 (1978). Certain experts comme Jacques Attali refuse la sélectivité du crédit. Ceci lisse donc la rupture de l’année 1982.

La redéfinition des objectifs après 1981.

a) Quelle chronologie adopter ? Dans le domaine fiscal, le tournant s’effectue plutôt durant l’année 1982.

Fin 1981, Pierre Mauroy fait le point sur les mesures fiscales avec les membres de son cabinet qui rend une série de notes dans lesquelles les recommandations sont de différer l’application du programme du Parti socialiste.

Le 10 février 1982 se tient un séminaire gouvernemental sous la présidence de François Mitterrand sur la fiscalité avec pour objectif de déterminer quelle réforme fiscale était possible. Le Parti socialiste a encore une perspective de réforme fiscale à cette date.

Au printemps 1984, Laurent Fabius, Pierre Mauroy et François Mitterrand sont favorables à la suppression de la taxe professionnelle au profit d’une hausse de la TVA, mesure contre laquelle s’oppose Jacques Delors qui défend les collectivités territoriales. On peut voir que c’est l’Élysée qui drive les questions fiscales. Il n’y a pas oubli du programme ou des choses promises mais le contenu de ce recentrage suggère trois choses.

Le primat revient aux considérations budgétaires dès 1981. Une attention particulière est accordée aux grands déséquilibres budgétaires et commerciaux, alors que ces questions étaient laissées de côté durant les années 1970 : le programme n’a par exemple pas fait l’objet d’un chiffrage.

Le désenchentement, le doute sur la possibilité de changement par la politique fiscale, joue aussi un rôle. Il n’y a pas de refus de la redistribution mais la contestation de ces mécanismes, par exemple pour la protection sociale. D’une certaine manière, on recale l’État-providence.

Il faut muscler l’appareil industriel dans la perspective de la construction européenne.

Le résultat est que les mesures prises sont modestes. L’impôt sur les grandes fortunes est un identifiant idéologique très important pour la gauche, mais cet impôt est en retrait par rapport au projet de 1972. Par exemple, les biens professionnels ont été supprimés de l’assiette de calcul.

b) Un nouveau rapport au politique et au social est apparu. À partir de 1981, le Parti socialiste et le gouvernement prêtent une attention croissante aux sondages d’opinion sur la politique fiscale. Cela traduit un rapport différent, puisque dans les années 1970, le Parti socialiste avait des relations soutenues avec les organisations syndicales et le monde associatif.

Discussion

Question 1. Y a-t-il un lien entre rupture du programme commun de la gauche et tournant de 1978 en matière fiscale ?

Réponse 1. Non, il semblerait que ce soit des strates avec des logiques successives qui font que le vieux discours traditionnel disparait entre 1977 et 1978.

Question 2. Peut-on identifier les individus ou groupes porteurs des inflexions et ceux qui résistent ? Qu’en est-il des mobilisations contre les projets ou réalisations du Parti socialiste en matière fiscale ?

Réponse 2. Les experts de la seconde moitié des années 1970 du Parti socialiste ont porté ces inflexions tout en musclant le programme économique du Parti socialiste, qui est techniquement plus au point que dans les années 1970. Attali, Rocard, Fabius ont été à l’origine de ces inflexions. Sur le relai des forces syndicales et sociales, Frédéric Tristram n’a pas d’informations, mais le Parti socialiste analyse la chose de la manière suivante : ces organisations n’ont pas sa capacité d’expertise. Sur les opposants, il n’y a pas de refus global, comme avec Poujade ou Nicoud. Seuls les capitaux s’envolent. Mais en même temps, il n’y a pas de transformation radicale de la fiscalité en 1981. Les propositions contenues dans le projet ne sont pas mises à l’étude et le discours reste très théorique. Il y a bien sûr eu des actions du CNPF qui a notamment demander à François Mitterrand de ne pas imposer l’IGF aux petits patrons : Mitterrand était d’accord, Mauroy était contre.

Question 3. En 1981-82, il n’y a pas eu de mobilisations sociales en faveur de l’impôt (cela se comprend). Cela est-il passé par d’autres canaux : mouvements des capitaux, liens, pressions, contacts ?

Question 4. Y a-t-il eu une réforme fiscale en 1981 ?

Réponse 4. On parle à cette époque de réforme fiscale mais il s’agit surtout de petites mesures relativement modestes. En 1970, la gauche réclame la suppression du quotient familial qui est abandonnée suite aux pressions des associations familiales ; la suppression de la taxe professionnelle est abandonnée suite aux pressions des collectivités territoriales ; Après l’étude de plusieurs techniques alternatives, l’avoir fiscal n’est pas réformé et reste en vigueur.

Question 5. La fuite des capitaux a-t-elle été réelle ou pas ?

Réponse 5. Oui, il y a eu une vraie fuite durant l’été 1981 qui n’était pas conditionnée par les mesures prises. On a une répétition de 1924 et de 1936. La fiscalité française a beaucoup changé durant les années 1950-1960 et le modèle arrivait à maturation. La généralisation de la TVA en 1968 a fait croître l’efficacité des recettes. Depuis 1959, Valéry Giscard-D’Estaing a augmenté le montant de l’impôt sur le revenu en intégrant dans le barème de calcul les catégories moyennes et modestes. La gauche veut un impôt sur le revenu minoritaire sur les gros revenus, ce qui est en contradiction avec sa volonté de limiter la TVA au profit de l’impôt sur le revenu.

Question 6. L’instrument fiscale est en fait un perturbateur du politique.

Réponse 6. Il y a une tradition fiscale qui devient doctrinale, mécanique et par ailleurs il existe d’autres courants, d’autres cultures qui ébranlent les certitudes à partir de 1974-1975. Pour celles-ci, la politique fiscale est un instrument d’efficacité économique. Il existe un jeu complexe entre ce qui rédige le programme du Parti socialiste et ceux  qui définissent la politique économique. Il y a une combinaison compliquée entre les courants et les évènements. À partir du moment où le Parti socialiste dirige le gouvernement, les experts et l’Élysée prennent un poids important. Le groupe parlementaire PS a ainsi des logiques différentes. Après 1981, chaque mesure est chiffrée, ce qui offre au Parti socialiste des moyens de connaissances importants mais également peut-être la possibilité aux hauts fonctionnaires d’entrer dans le Parti socialiste.

Question 7. Pouquoi la construction européenne n’est-elle pas le premier facteur d’inflexion, notamment lorsque l’on voit l’importance des débats postérieurs (Conférence de Fontainebleau en 1984) ou encore l’obligation après 1973 pour les États de se financer auprès des marchés financiers ?

Réponse 7. Le cadre est très contraignant pour ce qui concerne la fiscalité, ce qui explique que le Parti socialiste ne peut remettre en cause les recettes fiscales avec des réformes.

Question 8. Pouvez-vous approfondir le rôle des collectivités territoriales ?

Réponse 8. Les collectivités territoriales sont financées par quatre impôts directs dont la taxe professionnelle qui représente à elle seule 50% des ressources fiscales. Des réformes de l’assiette ont été tentées dans les années 1970 sans succès. La situation est confortable pour les collectivités territoriales qui ne veut pas d’un impôt national dont la base ne serait pas localisable. De même, le Parti socialiste peut difficilement faire une loi de décentralisation élargissant les compétences des collectivités territoriales pour dans le même temps accroître sa tutelle en matière fiscale. Il n’y a pas ici de logique politique dans l’opposition des collectivités territoriales mais plutôt une opposition État / Élus.

Question 9. Y a-t-il du changement du côté des cotisations sociales, notamment avec l’augmentation du chômage ?

Réponse 9. En effet, on stoppe l’augmentation des cotisations patronales tout en allégeant les cotisations sur les bas salaires. De fait, la gestion des cotisations sociales est complémentaires de la fiscalité. On assiste à une augmentation très importante des prélèvements sociaux dans les années 1970. De 33% en 1973, on passe à 41%  de prélèvements obligatoires en 1981, ce qui s’explique par la hausse des prélèvements de Sécurité sociale. Il y a en parallèle un mouvement de fiscalisation qui débute avec des mesures modestes dans les années 1980 mais qui aboutit en 1990 à l’adoption d’un impôt, la Contribution Sociale Généralisée (CSG). Face à ce mouvement, le Parti socialiste réclame un déplafonnement des cotisations sociales dans les années 1970 pour défendre la logique redistributive, mais en 1981, rien n’est fait et à partir de 1988, on tourne le dos à cette perspective. Au final, la chronologie concernant les cotisations sociales n’est pas la même que celle de la fiscalité.

Question 10. Pouvez-vous revenir sur cette notion de « qualitatif » ?

Réponse 10. Ce sont juste des mots, pas des mesures concrètes. Ils sont issus des années 1968, mais ce qui est étonnant c’est leur utilisation dans des documents théoriques, techniques.

Question 11. Quel a été l’influence de la fuite des capitaux ?

Réponse 11. Elle est stoppée rapidement, avec le contrôle des changes jusqu’en 1990, ce qui n’avait pas été fait en 1936. On est face à une réaction de peur, avant toute prise de décision du nouveau gouvernement.

Question 12. En 1936, la SFIO était pour la détente fiscale. On observe un va-et-vient selon les périodes, entre les mesures dures durant les années 1920 et au contraire la détente, le relachement de la pression durant la crise des années 1930 contrairement à la politique du PCF qui durcit son programme à l’encontre des riches durant les années 1930, en s’inspirant du taux de l’impôt sur le revenu britannique.

Question 13. La transformation n’a jamais été un thème des mouvements sociaux durant le 20ème siècle, davantage durant le 19ème siècle. Le Parti socialiste n’en n’a pas fait une bataille prioritaire durant sa campagne de 1981.

Prochaine séance jeudi 12 janvier 2012 avec Emmanuel Fureix (historien, Paris 12, CRHEC) et Vincent Robert (historien, Paris 1, Centre d’histoire du 19e siècle) sur les approches des mouvements sociaux du premier XIXe siècle.