Christine Jakse, L’enjeu de la cotisation sociale, Paris, Éd. du croquant, 2012

Couverture de l'ouvrage "L'enjeu de la cotisation sociale"
Couverture de l’ouvrage « L’enjeu de la cotisation sociale »

En ces temps de remise en cause de la protection sociale, l’ouvrage de Christine Jakse, sociologue associée à l’université Paris X, dresse un bilan des trente dernières années et propose une explication sur l’impuissance relative des organisations de gauche à s’y opposer.

L’intérêt de cet ouvrage réside tout d’abord dans ses rappels chronologiques et ses données chiffrées. Ainsi, on y apprend qu’entre 1982 et 2012, le gel des salaires a permis le transfert de 1 500 milliards d’euros du salaire au profit !

Les revendications avancées par la CFDT et le PS d’une part, la CGT et le PCF – Front de Gauche d’autre part, sont soumises à un bilan critique qui en souligne les limites voire les dangers. En guise de contre-projet, cet ouvrage propose de renforcer, dans la lignée des réflexions développées par Bernard Friot, les institutions du salariat, outils d’émancipation anticapitaliste. Cinq revendications immédiates sont donc soumises : rétablissement de la représentation salariale majoritaire dans la gestion de la protection sociale et diminution du poids de l’État ; fusion par le haut de l’ensemble des branches et des régimes de la protection sociale ; hausse des salaires bruts et des taux de cotisations sociales patronales ; assouplissement des conditions d’accès ; défense de la qualification professionnelle et du statut de la fonction publique.

Cet essai, stimulant sur le plan des idées, se heurte toutefois à une limite de taille, celle des moyens à mettre en œuvre pour imposer ces propositions.

Christine Jakse, L’enjeu de la cotisation sociale, Paris, Éditions du croquant, 2012, 140 p., 15 €.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013

Couverture de l'ouvrage "Sang noir. La catastrophe de Courrières"
Couverture de l’ouvrage « Sang noir. La catastrophe de Courrières »

Jean-Luc Loyer, déjà auteur d’une bande dessinée sur la liquidation judiciaire de Metaleurop en 2006, revient une nouvelle fois sur le monde du travail et la résistance des travailleurs, en abordant cette fois-ci la catastrophe de Courrières du 10 mars 1906 et ses 1 099 victimes.

Dans un style épuré, tout en noir et blanc, l’auteur fait revivre de manière chronologique la plus grande catastrophe minière d’Europe et la dure grève de contestation qui suivie. Cette tragédie est habilement replacée dans son contexte politique et économique et, si on y croise de grandes figures comme Émile Zola, Jean Jaurès ou Émile Basly, l’auteur n’omet pas pour autant le quotidien des mineurs et de leurs familles. La solidarité, au fond de la mine comme face au patronat et à l’armée, occupe une place importante, en 1906 comme en d’autres occasions : 1884, 1941, 1948, 1963 furent autant de grèves qui ont durablement marqué l’histoire sociale.

Un dossier documentaire, avec photographies, extraits de textes, lexique et bibliographie complète utilement cette belle bande dessinée.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 128 p., 20 €

Le Larzac s’affiche !

Couverture "Le Larzac s'affiche", Le Seuil, 2011
Couverture "Le Larzac s'affiche", Le Seuil, 2011

« Faites labour, pas la guerre », « Des moutons, pas des canons », « Debré ou de force, nous garderons le Larzac », autant de slogans qui ont résonné dix années durant, de 1971 à 1981, dans les cortèges et mobilisations qui, de Millau à Paris, en passant par Plogoff ou encore Besançon, se sont opposés au projet gouvernemental d’extension du camp militaire du Larzac. Alors que le Japon et une partie de l’Asie vit aujourd’hui dans la crainte d’une catastrophe nucléaire à Fukushima et que la France est en guerre en Afghanistan, en Libye et en Côte d’Ivoire, force est malheureusement de constater que la résistance des populations locales et la convergence des luttes sur le plateau du Larzac a gardé toute son actualité.

La toute récente parution de l’ouvrage Le Larzac s’affiche aux éditions Le Seuil à l’occasion de ce quarantième anniversaire n’est donc pas tout à fait un hasard : Stéphane Hessel, auteur du désormais célèbre Indignez-vous ! paru aux éditions Indigènes, se charge en effet de la rédaction de la préface. Le magistrat Louis Joinet, un temps responsable du jeune et impétueux Syndicat de la Magistrature, puis conseiller juridique auprès du Premier Ministre Mauroy à partir de mai 1981 et enfin expert indépendant de l’ONU, évoque, en tant qu’ancien acteur, ses souvenirs dans l’avant-propos. Solveig Letort a pour sa part assuré l’introduction et la rédaction des courtes notes accompagnant les reproductions de la dizaine d’autocollants et de petite centaine d’affiches visibles dans l’ouvrage et intégralement tirés de la collection des archives municipales de la ville de Millau.

1971-1982. Dix années de lutte

Le 28 octobre 1971, le ministre de la Défense nationale Michel Debré, annonce lors d’une interview à la télévision, sa décision d’étendre le camp militaire du Larzac, portant sa superficie de 3000 à 17000 hectares. L’expropriation de centaines d’éleveurs et d’agriculteurs est justifiée par une série d’arguments : saturation des capacités d’accueil des camps militaires, nécessité de protéger les silos nucléaires du plateau d’Albion contre des risques de parachutages de forces ennemies, importance d’accorder une attention particulière à une armée de terre qui se sent délaissée, vastes espaces peu peuplés disponibles dans cette région de France, etc…  Chez les larzaciens, la réaction est immédiate. Le 6 novembre, 6000 personnes manifestent à Millau. Déjà les premiers militants d’extrême-gauche sont présents, la plupart venus de Toulouse. Au début de l’année 1972, les premiers « Comités d’Actions Larzac » se mettent en place, à l’image du Comité millavois de Défense du Larzac qui regroupe depuis mai 1971 le PS, la CFDT, la CGT, le PCF ou encore la LCR. Des actions non-violentes, comme le jeûne entamé par le philosophe Lanza del Vasto ou encore le renvoi des livrets militaires, ou violentes, comme l’attaque de la préfecture de Rodez aux coktails Molotov, ponctuent les premiers mois de l’année 1972. Le 28 mars, les paysans prennent en main leur mobilisation : 103 paysans (sur les 107 concernés par les expropriations) prêtent serment de ne jamais vendre leurs terres à l’armée.

Les actions se poursuivent durant cette année 1972 avec notamment l’organisation réunions publiques et de marche à travers le département. Ainsi, un centre d’information permanent à La Cavalerie au bord de la très fréquentée Nationale 9 est tenu par des paysans, des ouvrières et des ouvriers mobilisés. Le 14 juillet est l’occasion d’un vaste rassemblement à Rodez : 20000 personnes se retrouvent pour résister aux projets du gouvernement. Ce dernier, passant outre la mobilisation, fait prendre le 26 décembre, par la voix de son Préfet, un arrêté déclarant « d’utilité publique l’acquisition par l’État, au besoin par voie d’expropriation » une zone de 14000 hectares située sur 14 communes. Pour gagner du temps et pour prendre à son propre piège la machine administrative et judiciaire, les paysans vont opter pour une solution astucieuse. Elle « consistait à mobiliser les sympathisants pour qu’ils achètent des petites parcelles – sous formes de parts non rémunérées – en priorité sur des parties d’un seul tenant, particulièrement convoitées par l’armée. Il s’agissait de compliquer le projet d’expropriation du point de vue juridique. Cette opération rencontra une forte mobilisation et un succès inattendus puisque, de 1973 à 1981, 3500 militants ont souscrit pour un montant de 6180 parts »1.

Le Larzac, lieu de tous les combats

Affiche "Larzac" 1974, Cardabelle Larzac et silhouette des militants, création Atelier de la Buège, photo : Larzac / Lip Bezsançon cop. CB 1974
Affiche "Larzac" 1974

À partir de l’année 1973, des actions symboliques destinées à donner un contenu national à la mobilisation sont menées : une marche sur Paris en tracteur  est organisée en janvier, la construction illégale d’une bergerie à La Blaquière débute en juin et à la fin  du mois d’août, le premier rassemblement du Larzac est lancé : 60000 personnes se retrouvent sur le plateau2. Universités populaires, festivals de musique, pièces de théâtre, projections de films, labours et moissons collectives complètent l’animation de ces rendez-vous militants. De 1973 à 1981, les mobilisations se poursuivent, avec une ampleur jamais démentie, empêchant l’aboutissement des projets du ministère de la Défense.

Ceci a été en grande partie permis par la convergence des luttes. Ainsi, l’ensemble des mobilisations nées du bouillonnement des mois de mai-juin 1968 se retrouvent dans cette résistance non-violente opposée par une centaine de paysans à l’armée. Féministes, intellectuels, comité de soldats, régionalistes, écologistes, anti-nucléaires, pacifistes répondent présents, tout commes les travailleurs et les travailleuses en lutte : ceux de Lip de Besançon, Pechiney de Noguères, Jourdan de Romans ou encore du Joint Français, de Renault et de Peugeot. Entre ouvriers, paysans et jeunes, l’unité est proclamée et le « Larzac devient le lieu de tous les combats » avec pour emblèmes le mouton, les outils de travail (fourche), les paysages des Causses et sa flore, symboles de vie et de paix par opposition aux barbelés, aux canons et autres chars de l’armée, symboles de mort et de destructions. Le slogan « Vivre et travailler au pays » trouve ici un écho tout particulier, « Gardarem lo Larzac »((Traduction : « Nous garderons le Larzac »)), qui résonne à travers toute la France et même au-delà.

La décision prise par François Mitterrand, peu de temps après son élection, d’abandonner le projet d’extension du camp militaire, n’a pas signifié pour autant la fin de la lutte : Millau a ainsi été fréquemment en une des journaux ces dernières années : démontage d’un MacDo en 1999, création des « Faucheurs volontaires » en 2003 ou encore mobilisation contre le gaz de schiste plus récemment démontre que le Larzac, bien plus que le simple lieu d’une lutte, est devenu un « Larzac symbolisé », un « Larzac médiatisé »3 qui résonne encore aujourd’hui dans l’imaginaire collectif national.

Une histoire en affiche

Cet ouvrage, construit selon un plan chronologique, présente les grandes lignes de cette histoire. Je formulerai simplement deux petits regrets. Le premier, récurrent malheureusement, est celui de l’absence des mensurations des affiches et des autocollants, malgré le soin apporté à la rédaction des crédits iconographiques. Le second, plus ennuyeux, est la non-traduction des affiches rédigées en langues régionales ou étrangères. Mais les reproductions sont de bonne facture et la présentation vivante pour un prix relativement modique (19 euros).

Cet ouvrage complète ainsi utilement d’autres recueils d’affiches de la même période, comme 500 affiches de mai 1968 de Vasco Gasquet ou Mai 1981 raconté par les tracts de Christophe Bourseiller. Ce petit recueil de 142 pages ouvrage constitue donc un bon investissement pour les personnes qui sont intéressées par les affiches produites durant cette riche décennie des années 1968.

Pour aller plus loin.

Alland Alexander, Le Larzac et après : étude d’un mouvement social innovateur, Paris, L’Harmattan, 1995, 271 pages.

Ayats Joëlle, Dessine-moi le Larzac 1971-1981, dix années de lutte, dix années de dessins, Paris, Comité Larzac de Paris, 1981, 99 pages.

Didier Martin, Larzac : Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 233 pages.

Fabre Magali, 1971-1981, La lutte du Larzac (1971-1981), l’exemple d’une lutte sociale originale et novatrice, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Jean-Yves Mollier et Mme Cooper-Richet, 2000, 217 pages.

Guérin Gérard, Vantses Martine, Paysannes : paroles des femmes du Larzac, Paris, Albatros, 1979, 190 pages.

Kuligowski Eddie, Le Larzac veut vivre, Paris, D. Mauprey, 1973, 127 pages.

Salin Clément, Le conflit du Larzac (1970-1981) : enjeux d’une crise au coeur des années 70, IEP Paris, Mémoire de DEA en histoire, sous le direction de Jean-François Sirinelli, 2001, 174 pages.

Soulié Jean-Louis, En avant vers de nouvelles aventures. Dix années de luttes populaires en bandes dessinées 1970 – 1980, Millau, Larzac Université, 1980, 139 pages.

Terral Pierre-Marie, Le Larzac : de la lutte paysanne à l’altermondialisme, Toulouse, Privat, 2011, 459 pages.

Vuarin Pauline, Larzac 1971-1981 : la dynamique des acteurs d’une lutte originale et créatrice, Université Paris I, Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Franck Georgi et Annie Fourcaut, 2005, 176 pages.

  1. Louis Joinet, « Larzac : le droit au service de la non-violence et de la légalité future », Le Larzac s’affiche, Le Seuil, 2011, page 11 []
  2. A ce sujet, lire le témoignage de Michel Castaing, « Le Larzac, vitrine de la contestation« , Le Monde, 25 août 1973 []
  3. Didier Martin, Larzac : Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 233 pages []

Les chansons des luttes et de la condition ouvrière

Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000
Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000

Il faut bien l’avouer, le quatrième art n’a encore jamais été abordé dans ce carnet de recherches qui a pourtant l’ambition de couvrir les arts et les images du mouvement ouvrier et social. Je ne suis pas un grand spécialiste des questions musicales, il faut bien le reconnaître. Mais les chants de luttes, les hymnes et autres refrains entonnés lors des rassemblements de travailleurs constituent une pan important, sinon inévitable de l’histoire du mouvement ouvrier et social.

Pour compléter ce vide, je vous propose de jeter un petit coup d’oeil sur l’ouvrage d’Annette Domont et de Pierre Grosz, Les chansons des luttes et de la condition ouvrière, paru aux éditions France Découverte en 2000. Celui-ci propose une introduction ludique aux chants qui ont accompagnés les luttes sociales des 19ème et 20ème siècles, de nos jours à la révolte des Canuts. Illustré par de multiples reproductions en couleur d’affiches, de photographies et de documents, complété par quelques encarts explicatifs, cet ouvrage a été conçu comme le support d’une pièce de théâtre, d’une comédie musicale mettant en scène trois personnages préparant un spectacle pour leur comité d’entreprise ou la fête de leur ville. En annexe, nous retrouvons plusieurs partitions complètes. Parmi les chants retenus, nous retrouvons bien évidemment des classiques, tels que Le Chant des Partisans ou encore Le Temps des Cerises et d’autres qui le sont beaucoup moins. Ci-dessous, la liste des chants intégralement repris :

La chanson des luttes (P. Grosz / M. Philippe-Gérard), 2000, © Éditions de l’Écriteau.

La grève (P. Grosz / C. Chevallier), © Éditions de l’Écriteau.

Marie-Jo (P. Grosz / M. Le Forestier), DR.

Mai Soixante Huit (P. Grosz / M. Précastelli), © Éditions de l’Écriteau.

Le chant des marais (R. Goguel / H. Kirmsze).

Quand on se promène au bord de l’eau (Yvain / Duvivier).

La victoire du Front populaire (Jules Hubert).

Révolution (R. Guérard).

La chanson de Craonne (Anonyme / R. Le Peltier / A. Sablon).

J’ai engueulé l’patron (Marnols-Maubon / J. Lenoir) © Éditions Fortin.

Gloire au 17e (G. Montéhus / R. Chantegrelet) 1936, © Éditions P. Beuscher.

La Ricamarie (R. Doutre).

Le chant des ouvriers (P. Dupont) © Éditions de l’Écriteau.

Les Canuts (A. Bruant) © Éditions Salabert.

Un bon aperçu, sans compter que l’ouvrage fait référence à de nombreux chants en citant simplement quelques couplets ! En guise de conclusion, je vous retranscrit ici les deux  premiers couplets de La Ricamarie :

Ils réclamaient leur droit par un grève immense

Nos courageux mineurs aux traits noirs mais riants

Plus de bras au travail, donc un morne silence

Règne autour de leurs puits naguère si bruyants

 

Mais hélas tout à coup la fusillade tonne

Puis on entend des cris de douleur et d’effroi

La poudre est en fumée et le clairon résonne

Onze frères sont morts en réclamant un droit !

Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins
Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins

Petit clin d’oeil, l’ouvrage reproduit à la page 21 un objet (un autocollant ? un écusson ?) de la campagne de défense d’Henri Martin, représentant un bachi, un chapeau de marin, sur lequel on peut lire Libérez Henri Martin.