Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes

Actualité oblige, le treizième numéro, daté des mois de janvier à avril 2011 de Histoire@Politique. Politique, culture, société, la revue électronique du Centre d’Histoire de Sciences Po aborde le thème des socialistes français face au réformisme.

Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique
Affiche du parti socialiste illustrant le n° 13 d'Histoire@Politique

Parmi les articles retenus pour cet épais dossier spécial, la contribution de Frédéric Cépède intéressera plus particulièrement les lecteurs de ce carnet de recherches. Historien et membre de l’Office Universitaire de Recherche Socialiste, il y présente un article intitulé « Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes ».

Soulignant dès l’introduction la richesse du corpus iconographique du Parti socialiste, il en déplore la trop faible utilisation par les chercheurs et propose plusieurs pistes d’analyse sur l’évolution politique du parti socialiste de 1905 à 1993, à partir du couple antinomique « réforme » et « révolution ». Après un bref rappel des changements apportés aux signes identitaires du Parti socialiste depuis ses origines (dénomination, emblème, déclaration de principe, hymne, etc.), Frédéric Cépède entre dans le vif du sujet en abordant la méthodologie utilisée pour analyser le corpus.  Ce dernier est vaste, 471 affiches nationales ayant au total été analysées pour les besoins de cet article. Il est le fruit d’un travail de compilation des affiches conservées à l’OURS, à la Fondation Jean-Jaurès, au Musée d’histoire contemporaine – Bibliothèque de documentation internationale (BDIC), dans les collections privées de Michel Dixmier, d’Alain Gesgond et/ou listés dans la presse socialiste. Dix reproductions d’affiches analysées ainsi que le tableau présentant la recension des affiches socialistes assurent enfin la clôture de l’article.

Concernant les conclusions tirées par l’auteur, je ne gâcherai pas le suspens et je vous renvoie donc à la lecture de son article ainsi qu’aux autres références signalées plus bas. Je souhaiterai en revanche m’attarder sur les différentes étapes de son analyse.

1. La constitution du corpus. Quelles affiches retenir ? En l’occurrence, l’auteur ne retient pas les affiches strictement commerciales du candidat François Mitterrand lors des élections présidentielles de 1974, 1981 et 1988. Quelles bornes chronologiques ? Ici, l’auteur choisit de couvrir une large période partant de la fondation de la SFIO à 1993, point de départ de la seconde cohabitation. Il faut également, bien évidemment, maitriser le contexte de production de l’affiche !

2. Une analyse quantitative du corpus. Quelle est la « représentativité » du corpus comparé à l’ensemble de la production iconographique d’une organisation ? Bien que n’étant pas exhaustif, le corpus retenu est conséquent et représentatif de la production socialiste. Quelle répartition de cette production iconographique sur le temps long ? Cet aspect permet de déterminer les temps forts, dans le cas du parti socialiste les périodes électorales, comme on pouvait s’y attendre.

3. Une analyse iconographique du corpus. Quelles sont les symboles, les emblèmes récurrents utilisés ? Dans le cas présent, l’auteur met à jour une véritable panoplie, « soleil levant, capitalistes avec gros cigares, ouvrier, outils… » ainsi qu’un bestiaire conséquent, « le loup, pour représenter la droite, les brebis pour « les gens » menacés par la politique de cette droite, un crocodile pour inciter les jeunes à voter, un coq « gaulois », une baleine (pour la Sécurité sociale), et même un ours en peluche en 1993″. Quelles couleurs ont été retenues ? Il apparaît évident que les couleurs ont une signification qu’il est impératif d’expliquer.

4. Une analyse des slogans et revendications. Il est nécessaire de procéder à une analyse statistique du contenu écrit des affiches et d’effectuer une analyse plus « littéraire » du lexique utilisé.

5. La réception. Il faut, dans la mesure du possible, avoir une idée du tirage, de la durée de la campagne (certaines affiches ont parfois été réutilisées ultérieurement), de sa diffusion géographique, de ses lieux de collage, d’affichage et enfin de la taille de l’affiche. Il ne faut pas oublier que certaines affiches ont été tirés en série, soit avec des couleurs différentes afin d’amplifier l’impact visuel, soit avec des slogans différents.

Il est également important, même si cela n’est pas évident, d’obtenir des informations sur la réception de l’affiche, de son message aussi bien par les militants de l’organisation que par le public visé. Il n’est en effet pas rare qu’une affiche « manque » sa cible et délivre un message incompris voire contre-productif. Pour cela, il faut connaître les motivations, les objectifs poursuivis par ses auteurs.

6. Se pencher sur le producteur de l’affiche. Il s’agit de déterminer si nous sommes face au travail d’un artiste, un peintre ou un illustrateur de presse ou encore d’un photographe. Faire appel à un nom connu du grand public peut améliorer la réception de l’affiche. Mais il faut également identifier les modalités de création de l’affiche : est-elle le résultat d’une réflexion collective menée au sein d’un secteur ou d’un service « propagande » ou « communication » interne à l’organisation ou bien s’agit-il d’une proposition d’une agence publicitaire ? Les responsables sont-ils des militants ou bien des professionnels formés dans des écoles de communication, de publicité ou encore de marketing ? La différence est de taille !

7. Prendre en compte les contraintes techniques et financières. C’est un aspect important qu’il ne faut pas oublier et qui est bien rappelé dans cet article, notamment avec l’évocation de l’adoption de la loi du 19 janvier 1995 sur le financement des campagnes électorales.

8. Les autres matériels de propagande. Une campagne comprend généralement des affiches mais également des tracts, des autocollants, des badges, des briquets, des casquettes et autres tee-shirts, etc. L’imagination est sans limites !

 

Pour aller plus loin.

Frédéric Cépède, « Le poing et la rose, la saga d’un logo« , Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996, p. 18-30.

Fabrice d’Almeida,  » La SFIO, la propagande, les affiches (1945-1969) », Cahier et revue de l’OURS, n° 211, mai-juin 1993, p. 21-24.

Frédéric Cépède, « Les insignes du Parti », Cahier et Revue de l’OURS, n° 204, mars-avril 1992, p. 8.

Jacqueline Freyssinet-Dominjon, « Dix ans d’affiches du parti socialiste (1980-1989)« , Mots. Les langages du politique, n° 22, mars 1990, p. 43-60.

Michèle Dupoux, La SFIO à l’affiche dans les années trente. Serge Tchakhotine et les trois flèches, Université de Grenoble, Mémoire d’IEP, sous la direction de Pierre Broué, 1987, 112p.

Berlin. La cité des pierres. La ville de fumée

Couverture de Jason Lutes, "Berlin. La cité des pierres", Paris, Delcourt, 2009, 213 pages
Couverture de Jason Lutes, "Berlin. La cité des pierres", Paris, Delcourt, 2009, 213p.

Le neuvième art – la bande dessinée – ne reste pas de marbre face au monde ouvrier et à ses mobilisations. De nombreux auteurs, comme Guy Delisle, Baru ou  encore Étienne Davodeau ont abordé les travailleurs, leurs organisations et leurs actions dans leur production. La collection Outsiders des éditions Delcourt, spécialisée dans la bande dessinée américaine indépendante, s’est chargée de la traduction française de  l’oeuvre de Jason Lutes, Berlin. Deux volumes sont ainsi parues en 2009 avec pour sous-titres La cité des pierre pour le livre premier et Ville de fumée pour le livre deuxième. Dessinateur et scénariste né à la fin des années 1960, Jason Lutes débute la rédaction et la composition de Berlin à la fin des années 1990. Il y défend un style épuré, noir et blanc, fait de petites vignettes, alternant vaste plan d’ensemble de milieu urbain et prise de vue rapprochée sans pour autant sacrifier le contenu et l’intérêt des dialogues.

Franz Masereel, "25 images de la passion d'un homme", Genève, 1918
Franz Masereel, "25 images de la passion d'un homme", Genève, 1918

Les références aux romans graphiques américains, aux romans sans paroles sont multiples, tant dans le style adopté que dans les thèmes abordés. Le clin d’oeil dans le livre premier à l’oeuvre Le Voyage passioné de Franck Masereel (1889-1972), grande figure du roman graphique, en témoigne. Ce style bien particulier, réalisé grâce à la gravure sur bois, est né après la Première Guerre mondiale et perdure au-delà des années 1950. Il aborde principalement dans ces thèmes la religion, la nature ou encore le monde du travail et les luttes sociales. Ce qui mériterait un voire plusieurs articles dans ce carnet de recherches !

La trame narrative permet de suivre un nombre important de protagonistes : Kurt, journaliste  berlinois d’investigation ; Marthe, artiste native de Cologne ; Anna, une amie de Marthe rencontrée à l’École d’Art ; Gudrun, mère de trois enfants, séparé d’un mari membre du NSDAP ; Otto, militant communiste ; David, jeune juif gagné au communisme ; Pavel, un mendiant juif ou encore les Cocoa Kids, un groupe de jazz noir-américain en tournée. La liste est longue, trop longue peut-être mais tous ces personnages sont autant de prétextes pour voir se dérouler sous nos yeux un condensé de la vie vécue par les différents groupes sociaux : milieux artistique, journalistique, ouvrier, juif, homosexuel, bourgeois, etc. Au final, Jason Lutes nous offre sur plus de 400 pages un vaste panorama de l’Allemagne de l’entre-deux-guerre, une grande fresque sur la République de Weimar de septembre 1928 à août 1930 avec quelques retours en arrière, durant la première guerre mondiale et durant les évènements de novembre et décembre 1918 pour faciliter la compréhension.

Affiche du Parti communiste allemand pour le Premier Mai 1929
Affiche du Parti communiste allemand pour le Premier Mai 1929

Le « Blutmai », le premier mai sanglant de Berlin en 1929 est au coeur du livre second. Les communistes décident de manifester malgré l’interdiction. Des affrontements ont lieu et on dénombre huit morts et 140 blessés. Les échauffourées entre militants et sympathisants du KPD et du NSDP se multiplient : chacun doit désormais prendre parti. Les tensions s’accumulent tout au long de l’histoire avant d’atteindre un sommet, une ouverture dramatique sur le futur avec le résultat des élections d’août 1930 qui donne au NSDAP 107 députés au Reichstag.

Couverture de Jason Lutes, "Berlin. Ville de fumée", Paris, Delcourt, 2009, 214p.
Couverture de Jason Lutes, "Berlin. Ville de fumée", Paris, Delcourt, 2009, 214p.

Le souci du détail, tant visuel qu’historique est constant chez l’auteur et l’ambiance de ces années de tournant historique est bien restituée. Pour les lecteurs de ce carnet de recherches, cette bande dessinée présente l’intérêt de nous plonger dans les réalités vécus par une partie de la classe ouvrière ainsi que dans les actions du parti communiste allemand entre meetings, vente à la criée d’AIZ, manifestations et répressions policières, recrutement et formation des militants, confrontations physiques et verbales avec le NSDAP et débats internes sur les actions à mener. N’hésitez donc pas à vous y plonger, juste pour le plaisir !

 

 

Mai 1981 raconté par les tracts

Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.
Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.

Les anniversaires et autres commémorations sont toujours une bonne occasion pour publier un ouvrage ou organiser des évènements. Le trentième anniversaire de l’arrivée de la gauche au pouvoir, le 10 mai 1981, n’y échappent pas. Les initiatives sont fort nombreuses : expositions ; colloque « 10 mai 1981-2011 : trentième anniversaire » organisé par l’Institut François Mitterrand et la Fondation Jean Jaurès, en collaboration avec la chaîne télévisée Public-Sénat (dont la retransmission est prévue le 9 mai) ; site internet dédié du parti socialiste mon10mai.fr ; publication d’ouvrages en tout genre, etc. Une vraie floraison de printemps !

Parmi toutes ces initiatives, relevons Mai 1981 raconté par les tracts des éditions Hors-Collection, plus connue pour la traduction et la publication de l’excellente bande dessinée Calvin et Hobbes de Bill Watterson. L’auteur, Christophe Bourseiller, homme aux multiples casquettes, connu pour ses travaux sur l’extrême-gauche, publie ici un recueil imposant de documents d’époque tirés de sa collection personnelle. Plus d’une vingtaine de photographies (Gérard Bloncourt/Rue des Archives), une bonne centaine de tracts et flyers, quelques affiches, une quarantaine de Une de journaux composent cet ouvrage de 159 pages. L’ensemble, de bonne facture, se divise en trois parties : « La construction de la victoire » ; « En avant vers le 10 mai » et « Le 10 mai et ses conséquences », auxquelles s’ajoute une brève chronologie couvrant la période 1971-1981.

La majeure partie des documents présentés proviennent du Parti socialiste et du Parti communiste. La droite « traditionnelle » (RPR et Républicains indépendants) est bien représentée et on trouve quelques documents de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche. A l’exception de quelques tracts de la CFDT et de la CGT, le mouvement syndical n’est pas représenté dans l’ouvrage, ce qui est dommage, l’engagement des deux centrales syndicales  – CFDT et CGT – en faveur du programme commun et des élections présidentielles ayant été particulièrement important. Sur un plan plus « formel », il faut noter l’absence de précision des dimensions des documents d’archives, ce qui ne facilite pas la distinction des tracts et des affiches et la non-reproduction des verso des tracts, ce qui empêche de connaître l’intégralité de leur contenu. C’est là encore ennuyeux, surtout lorsque le pari de l’auteur est le suivant : « J’ai choisi de faire revivre cette époque d’une façon singulière. Au fond d’une cave, j’ai retrouvé les tracts, les affiches, les autocollants, les journaux que j’avais moi-même, à l’époque, glanés autour de moi. Ils constituent un témoignage irréfutable. Les documents ne mentent pas. Chacun est libre de les interpréter à sa guise ».

Le ton de l’ouvrage est volontairement grand public, dans la lignée des publications dont l’objectif est de mettre à portée du lecteur des documents d’archives, des sources sur un objet particulier. La plus grande part de l’ouvrage étant consacrée aux reproductions, le propos historique est très général. On peut toutefois regretter certains raccourcis ou partis pris de Christophe Bourseiller, notamment dans le traitement de la rupture du Programme commun de la gauche, entièrement imputée au Parti communiste. Un problème méthodologique plus important réside dans le choix des documents et dans la manière de construire le texte accompagnateur. En effet, les tracts nationaux, la presse nationale sont mis sur le même plan que des documents locaux. Ces derniers n’ont évidemment pas le même impact quant à leur destinataire. De plus, la collection particulière de l’auteur, bien que très étendue, n’est pas exhaustive et aurait dû être  complétée par le recours aux archives des organisations. Le choix de procéder par thème au sein des trois parties et l’absence de datation et de classement par ordre chronologique des documents met sur la même page des documents ayant parfois plusieurs semaines d’écart. La compréhension du sujet est certes facilitée pour le lecteur, mais il aurait fallu, dans la mesure du possible, dater et classer les sources. Autre point, le texte accompagnateur  est souvent limité et se contente de commenter le document. Ainsi, l’analyse iconographique des professions de foi de dix candidats est intéressante mais aurait pu être plus poussée et enrichir d’autant l’ouvrage. Les années 1970 et le début des années 1980 ont ainsi été marquées par l’irruption des agences de communication, des publicitaires dans l’organisation des campagnes électorales, ce qui a eu un impact important sur la propagande militante. Les affiches, les autocollants, le matériel ont évolué et avec eux les discours et les représentations collectives.

Ces réserves mises de côté, cet ouvrage garde le mérite de présenter un nombre important de sources de l’époque. Certains documents réservent des surprises, comme ce quatre-pages de l’Institut Féminin d’Information et de Réflexion (IFIR) qui décrit les conséquences, en dessins, d’un gouvernement PS-PCF sur l’économie de la France.  En conclusion, il ne s’agit donc pas d’une entreprise titanesque de recensement méthodique des documents publiés entre 1971 et 1981, ni d’un ouvrage d’histoire sur l’arrivée de la gauche au pouvoir mais plutôt d’un ouvrage-témoignage, richement illustré, d’un acteur de l’époque. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressant !

Vasco Gasquet, 500 affiches de mai 68, Bruxelles, éditions Aden, 2007, 205 pages

Couverture de l'ouvrage de Vasco Gasquet, 500 affiches de Mai 68, Bruxelles, Éditions Aden, 2007, 205p.
Vasco Gasquet, 500 affiches de Mai 68, Bruxelles, Éditions Aden, 2007, 205p.

Accéder à la production iconographique du mouvement ouvrier et social n’est pas chose aisée. Ceci s’explique par la nature du support de l’affiche, de l’autocollant ou de l’objet militant et par l’absence d’un travail minutieux et continu dans le temps de collecte et de conservation. Destiné à un usage immédiat, extérieur et irréversible, cette production laisse peu de traces : une fois collée, l’affiche est lue avant de connaître les vicissitudes du temps et du climat, les dégradations et finalement l’arrachage. La récente réfection des bâtiments de l’université de Paris 10 Nanterre aurait été une bonne occasion de procéder à une archéologie de l’iconographie militante, in situ, dans les pas de Jacques de la Villeglé. Plusieurs strates d’affiches, de comptes-rendus d’assemblées générales, de journaux militants, couvrant une période allant de 2003 à nos jours, ont en effet été arrachées pour laisser place à un pan de mur blanc, bien plus réglementaire. Une photographie de souvenirs aurait été la bienvenue !

J’ai pu présenter, à l’occasion de précédents articles, plusieurs catalogues d’affiches issues de la production iconographique de la CGT. J’y avais souligné leur intérêt pour le chercheur et le militant, grâce à l’accès aisé que ces catalogues permettent à ces sources fragiles et dispersées. Ce constat s’applique bien évidemment également à la production iconographique liée aux évènements de mai-juin 1968. Le travail de compilation et de sélection de Vasco Gasquet, a permis de réunir pas moins de cinq cents affiches de cette période qui fut, sur le plan visuelle, d’une incroyable richesse. Paru une première fois en 1978 chez Balland mais depuis épuisé, cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition aux Éditions Aden en 2007.

L’introduction de Vasco Gasquet, divisée en trois parties, abordent successivement les affiches et leurs thèmes, leur mode de production et l’entrée des affiches dans les musées et les collections privées. L’introduction nous présente les thèmes principaux  abordés par les affiches : « la Police, personnifiée par le CRS ; c’est le pouvoir et la répression » et « les Foules » qui symbolisent tantôt le peuple, tantôt « l’entente, l’amitié, la fraternité ». Deux sous-thèmes, fils conducteurs depuis 1936, s’y rattachent : « l’ouvrier et l’usine ». Une brève présentation du mode de production sérigraphique des affiches et le rattachement de ces oeuvres au mouvement artistique des « suprématistes russes » complètent ce premier tour d’horizon. A noter, la présence de la reproduction d’un tract distribué aux Beaux-Arts en mai 68 détaillant le procédé de sérigraphie pour les affiches. On pourrait penser que, faute d’organisations pérennes, face au foisonnement des actions, des réflexions et des publications durant cette période intense, la préservation de cette production n’ait pu se faire. Or, il n’en n’est rien. La troisième partie de cette introduction présente très bien l’intérêt précoce des musées et des collectionneurs privés pour les affiches de mai : « Elles s’achètent. Elles se vendent. Elles ont une cote comme de vulgaires oeuvres d’art ». Une courte bibliographie complète l’introduction, avant de passer au vif du sujet, les 500 affiches promises dans le titre par le titre de l’ouvrage.

La taille de la reproduction des affiches varie, permettant d’insérer de une à quatre affiches par page. Il faut souligner que la quasi-totalité des cartels sont complets et donnent les couleurs, la taille, le support, la technique et parfois l’auteur. Cependant, la reproduction noire et blanche d’affiches originellement en couleur est problématique, même si cela est justifiée par des considérations de prix, l’ouvrage étant plutôt accessible (20 euros). Autre problème, aucun classement n’est apparent dans l’ouvrage, même si les affiches aux mots d’ordres  proches sont regroupées. Cela est dommage car différents types de classement étaient possibles, que ce soit par la technique utilisée, par les représentations visuelles ou encore par la différenciation des thèmes anciens et nouveaux abordés en mai 68 par comparaison aux affiches et dessins antérieurs, notamment ceux du Front populaire.

Malgré cela, par son prix et l’importance du nombre d’affiches reproduites, cet ouvrage trouvera une place de choix dans la bibliothèque des chercheurs, des militants et des personnes intéressées, comme ouvrage à feuilleter dans un moment de détente ou comme outil de travail. Les enseignants, pour leur part, trouveront là une mine d’or pour illustrer leurs cours et enrichir leurs explications de documents iconographiques !