CGT, Chaix. La Lutte par l’affiche, Saint-Ouen, 1981, 72 pages

Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.
Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.

Cet ouvrage de grand format (in-folio soit 39,5 x 27,5 cm), fait partie des quelques recueils existants d’affiches produites par le mouvement syndical et constitue, à ce titre, un important témoignage des luttes menées par les travailleurs au cours des années 1970-1980 pour la défense et la sauvegarde de leurs emplois et de leur outil de travail.

Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy, cet ouvrage reproduit 35 affiches hors texte. Il raconte, par l’image, la lutte débutée le 6 décembre 1975 par les travailleurs de l’Imprimerie Chaix, à Saint-Ouen. Indépendante du groupe Néo-Gravure à partir de 1974,  cette société connait rapidement des difficultés financières qui poussent la direction à mettre en place un plan de licenciement de 410 travailleurs sur les 640, malgré les  promesses faites aux travailleurs lors d’un accord signé en novembre 1974. Les travailleurs refusent et votent la grève ainsi que l’occupation des locaux. Autour du mot d’ordre « Tuer le livre, c’est tuer les idées », la solidarité s’organise et les grévistes reçoivent notamment le soutien de l’Union départementale CGT de Seine-Saint-Denis ainsi que de la Confédération. Comme pour de nombreux autres conflits sociaux des années de crise (Manufrance,  Mines de Ladrecht, Parisien Libéré…), la lutte est âpre et longue dans le temps : 68 mois au total. En juillet 1981, après le rachat par un acquéreur et la création d’une nouvelle société, seul 47 postes ont pu être sauvés.

Malgré un travail régulier mené depuis plusieurs années, de nombreuses affiches, confédérales ou confédérées, restent encore inconnues des chercheurs et des militants.  L’existence d’un tel recueil constitue donc une véritable « bénédiction » ! Cependant, l’enjeu est bien de l’utiliser, non pas comme simple outil d’illustration d’un propos historique mais comme une source à part entière, pouvant enrichir une démarche historique, grâce à une analyse de leur forme et de leur contenu. Ainsi, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques thèmes d’analyses peuvent être tirés d’un rapide feuilletage de cet ouvrage.

On trouve tout d’abord des éléments sur les critères poussant la Confédération CGT à faire de ce combat des travailleurs de Chaix, une lutte « exemplaire ». La première concerne la notoriété de l’entreprise. Pour obtenir le soutien de la population et de l’opinion, les travailleurs rappellent les titres tirés sur leurs rotatives, par exemple dans la seconde affiche présentée : « Les horaires SNCF ;  Les horaires Air-France ; […] ; Modes et Travaux ; Maire-Claire […] » , autant de choses connues des travailleurs et de leurs familles et devant susciter l’indignation et la sympathie. Dans le même sens, la date de création de l’Imprimerie en 1845 est rappelée dans plusieurs affiches. Ensuite, cette lutte est d’autant plus exemplaire qu’elle n’est pas isolée, comme le rappelle de nombreuses autres affiches : Parisien Libéré, Helio Cachan, Caron Ozanne, Chauffour, Travaux d’Expression Française, SPEA Nancy… C’est l’ensemble de l’Imprimerie et du Livre qui est menacé par la politique du gouvernement et du patronat, symbolisée par le rapport Lecat de mars 1975.

Autre thème de réflexion lié, celui du mot d’ordre « Chaix vivra » ou « Chaix doit vivre » qui fait écho à d’autres luttes menées sur des formulations similaires (Manufrance par exemple). Plusieurs affiches font ainsi le lien entre la possibilité d’assurer la pérennisation de l’entreprise et la nécessité de « produire français » et donc de « rapatrier les travaux ». Là encore, il s’agit d’une source pour analyser la politique revendicative de la CGT dans les années 1970-1980, politique qui découle directement de l’analyse faite de la nouvelle division internationale du travail qui se met en place et des conséquences sur l’appareil productif français.

Enfin, un dernier thème, plus rapidement, celui de la solidarité des dessinateurs et artistes avec cette lutte, par l’organisation d’expositions grâce aux dessins offerts aux travailleurs en lutte. Cet élément interroge en effet le rôle de l’artiste face aux mobilisations et constitue en soi un sujet d’étude passionnant pour les historiens et historiens de l’art.

Ce rapide balayage de ce bel ouvrage que l’on trouve encore sur certaines librairies en ligne démontre son intérêt. Des fonds d’archives existent, notamment aux Archives municipales de Saint-ouen et au Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle. En complément, il existe de nombreuses photographies et surtout des films réalisés « à chaud ». Autant d’éléments qui permettront, dans un futur proche je l’espère, de faire une étude plus poussée de cette lutte sur ce carnet de recherches.

 

> Pour prolonger les réflexions.

Sur les réactions des travailleurs face à l’évolution technologique de leur profession, voir  l’intéressant article de Madeleine Rébérioux, « Les ouvriers du livre devant l’innovation technologique. Esquisse d’une réflexion », in Histoire, économie et société, 1986, 5e année, n° 2, pp. 223-231. Disponible sur Persée.fr à l’adresse suivante : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1986_num_5_2_1425 [Consulté le 24 décembre 2010].