Historique du mouvement syndical (1810-2010)

« Je t’explique, c’est très simple : la CCSI est une rupture de la CGSI-Dewez en 1957 qui rejoint la CFSI la même année… Tu sais celle qui est issue de la CGSI-Parsal ! » Qui ne s’est jamais retrouvé dans une pareille situation ? L’histoire syndicale et politique, nationale et internationale, est si riche de scissions, rapprochements et autres recompositions qu’il est parfois et même souvent difficile de s’y repérer, néophyte comme confirmé !

Devant intervenir dans le cadre d’une formation ISST sur l’histoire des organisations syndicales, il m’a semblé important de faciliter la compréhension de ma présentation orale. D’où cette idée d’apporter une petite contribution sous la forme d’un historique de l’histoire du mouvement syndical, de la CNT à la CSL, sur la période 1810-2010. L’idée est simple : Permettre à chacun, militants, chercheurs, étudiants ou simple personne intéressée d’embrasser du regard deux siècles d’histoire syndicale. Celui-ci se présente sous la forme de trois fichiers images (format .jpg) qu’il est possible d’imprimer en couleur dans un format A3. L’impression en noir et blanc est pour le moment délicat, la police d’écriture noire sur fond bleu s’y prêtant très mal. Une erreur de conception qui sera corrigée à l’avenir ! Cet historique est bien évidemment accompagné d’un glossaire des sigles ainsi que d’une bibliographie indicative. L’ensemble obtenu me semblant toutefois « aride » d’un point de vue visuel, si une personne ayant quelques facilités en dessin ou en illustration est intéressée à donner vie à cette accumulation de dates et de sigles, elle est la bienvenue !

On en peut que souhaiter la réalisation d’historiques similaires dans le champ politique ou international. J’espère que cette première initiative sera suivie d’autres, même si le pari est risqué de vouloir ainsi résumer la richesse de l’histoire sociale. La version soumise ici n’est bien évidemment pas inscrite dans le marbre. Les remarques et autres précisions sont nécessaires et souhaitées. Simple précision, cet historique est le résultat d’une dizaine de journées de travail, donc n’oubliez pas de citer vos sources !

Historique du Syndicalisme (1810-2010) 1/3
Historique du Syndicalisme (1810-2010) 1/3

Historique du Syndicalisme (1810-2010) 2/3
Historique du Syndicalisme (1810-2010) 2/3

Historique du Syndicalisme (1810-2010) 3/3
Historique du Syndicalisme (1810-2010) 3/3

> Liste des organisations citées.

ACO : Action Catholique Ouvrière
AIT : Association Internationale des Travailleurs

CAT : Confédération Autonome du Travail
CCSI : Comité de Coordination des Syndicats Indépendants
CDS : Comité de Défense Syndicaliste
CEES : Comité d’Études Économiques et Sociales
CFE : Confédération Française de l’Encadrement
CFDT : Confédération Française Démocratique du Travail
CFSI : Confédération Française des Syndicats Indépendants
CFSTL : Confédération Française des Syndicats « Travail et Liberté »
CFT : Confédération Française du Travail
CFTC : Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
CGC : Confédération Générale des Cadres
CGRSI : Comité Général de Regroupement des Syndicats Indépendants
CGSI : Confédération Générale des Syndicats Indépendants
CGSU : Confédération Générale des Syndicats Unifiés
CGT : Confédération Générale du Travail
CGT-SR : Confédération Générale du Travail – Syndicaliste Révolutionnaire
CGT-U : Confédération Générale du Travail – Unitaire
CNSI : Comité National des Syndicats Indépendants
CNT : Confédération Nationale du Travail
CRC : Coordonner – Rassembler – Construire
CSL : Confédération des Syndicats Libres
CSPF : Confédération des Syndicats Professionnels Français
CSR : Conseils Syndicaux Révolutionnaires
CST : Centre Syndicaliste du Travail
CSTL : Confédération Syndicale « Travail et Liberté »

FAT : Fédération Autonome des Transports
FEN : Fédération de l’Éducation Nationale
FGAAC : Fédération Générale Autonome des Agents de Conduite
FGAF : Fédération Générale Autonome des Fonctionnaires
FGSOA : Fédération Générale des Salariés des Organisations Agricoles
FMC : Fédération Maîtrise et Cadres des Chemins de Fer
FNB : Fédération Nationale des Bourses du travail
FNS : Fédération Nationale des Syndicats
FSI : Fédération Syndicale Internationale
FST : Front Social du Travail

G10 : Groupe des Dix
GAP : Groupements Autonomes Professionnels
GERNOS : Groupement pour l’Étude et la Réalisation d’un NOuveau Syndicalisme

ISR : Internationale Syndicale Rouge

JOC : Jeunesse Ouvrière Chrétienne

SECI : Syndicat des Employés du Commerce et de l’Industrie
SGEN : Syndicat Général de l’Éducation Nationale
SNAPCC : Syndicat National Autonomes des Personnels des Chambres de Commerce
SNEP : Syndicat National des professeurs d’Éducation Physique et sportive
SNES : Syndicat National de l’Enseignement du Second degré
SU-CE : Syndicat Unifié de la Caisse d’Épargne

UCT : Union des Cadres et Techniciens
UFT : Union Française du Travail
UGIAP : Union des Groupements Indépendants et Autonomes Professionnels
UNSA : Union Nationale des Syndicats Autonomes
USF : Union des Salariés de France
USS : Union Syndicale Solidaires

Séminaire doctoral Histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique »

Plaquette de présentation du séminaire doctoral
Plaquette du séminaire doctoral

L’école doctorale 441 Histoire de l’art de l’université Paris 1 organise, sous l’impulsion de Corinne Welger-Barboza un séminaire de quatre séances ayant pour objectif de guider le doctorant au sein des ressources numériques disponibles en ligne et de poser les premières pierres d’une réflexion critique sur les nouvelles pratiques de recherche en histoire de l’art. Un compte-rendu de ces séminaires sera bientôt en ligne sur ce carnet de recherches.
Programme du séminaire.

Mardi 11 Janvier 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’Observatoire critique – Etude des ressources numériques pour l’histoire de l’art

Les modalités éditoriales et les objectifs de cette publication en ligne seront présentés. Produit d’une histoire partagée avec des étudiant(e)s, ce Carnet de recherche poursuit plusieurs objectifs : du signalement des ressources numériques de qualité à l’analyse cri­tique de ces ressources en passant par la publication de travaux d’étudiants. Comment l’histoire de l’art est-elle sollicitée par le numérique en réseau ? Comment l’histoire de l’art peut-elle s’en saisir ? Ces interrogations encadrent cette offre en ligne. La présentation sera à même, par nature, d’introduire les séances ultérieures de ce séminaire doctoral.

http://observatoire-critique.hypotheses.orghttp://www.observatoire-critique.org

Vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des com­pétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une ap­propriation adaptée aux exigences de la discipline.

Vendredi 11 Mars 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

L’histoire de l’art et les Digital Humanities

Un milieu international s’est constitué autour de l’usage du numérique dans les sciences humaines et sociales, sous le nom de Digital Humanities. Ainsi de plus en plus d’ensei­gnants-chercheurs, dans de nombreuses régions du monde, expérimentent et s’interro­gent. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Vendredi 8 Avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian – 1er étage

Les mutations de la publication scientifique

Depuis l’appel de Budapest (Budapest Open Access Initiative – 14 février 2002), plusieurs conventions se sont succédées, recueillant l’engagement des enseignants-chercheurs et des institutions académiques et de recherche pour favoriser la pratique des archives ouvertes et les revues en libre accès. Plus généralement, les formes de la publication scientifique se diversifient, dans l’environnement numérique. Comment se pose l’intégration de ces stratégies à la culture scientifique dans notre discipline ?  Ces nouvelles formes de circulation des savoirs soulèvent des enjeux importants, du régime de la légitimation scientifique à la socialisation du savoir.

Morgan Poggioli, « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme », Histoire@Politique, n° 12, 2010

Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou
Aperçu d'une chemise tirée du fonds rapatrié de Moscou.

Les publications présentant le contenu et l’intérêt des fonds d’archives syndicaux ne sont malheureusement pas monnaie courante, mais il semblerait qu’une attention particulière soit apportée aux fonds d’archives rapatriés de Moscou. Morgan Poggioli, docteur en histoire contemporaine ayant soutenu une thèse portant sur La CGT du Front populaire à l’État français (1934-1940) en 2005 et désormais chercheur associé au Centre Georges Chevrier (UMR 5605) de l’université de Bourgogne vient de publier un intéressant article sur les archives de la Confédération Générale du Travail intitulé « Les sources pour faire l’histoire du syndicalisme. Le cas de la CGT : le fonds rapatrié de Moscou pour l’entre-deux-guerres », publié dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, numéro 12 de septembre-décembre 2010. Cet article est librement consultable sur le site internet de la revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po Paris.

Cet article fait écho à l’intervention de l’Institut CGT d’Histoire Sociale lors du colloque  « Saisies, spoliations d’archives et de bibliothèques et logiques de restitution au 20ème siècle » organisé par l’Université de Strasbourg, l’équipe de recherche en Sciences historiques de l’UDS, FARE (IEP, UDS), la Faculté des Sciences historiques, le Département d’histoire de l’ENS-Ulm, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-CNRS) et l’IRICE (Paris I) à Strasbourg les 22 et 23 octobre 2010 (voir le programme sur le site Calenda). Il fait également écho aux nombreuses publications parues à l’occasion du retour des fonds d’archives en France, notamment celles de Sophie Coeuré.

Après un bref aperçu de l’histoire mouvementée de ces fonds, Morgan Poggioli présente le contenu des archives confédérales rapatriées ainsi que leur intérêt et leurs limites. Je n’en dit pas plus, l’article se lit facilement ! A noter pour les collaborateurs de ce carnet de recherches, l’existence d’un fonds photographique se rattachant aux archives du Comité d’accueil aux enfants d’Espagne. Avis aux amateurs ! Quoi qu’il en soit, cette initiative est à saluer. A nous, chercheurs, militants, professionnels archivistes et documentaires d’essayer, quand cela est possible, de travailler dans le même sens, afin de faciliter le partage des ressources et des connaissances. Ci-dessous, trouvez le résumé de l’article.

En France, l’histoire du syndicalisme ne tient qu’une place mineure dans la discipline historique. Si plusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer cet état de fait, la disparition des archives syndicales de l’entre-deux-guerres constituait jusqu’à présent le principal frein au développement des recherches sur la CGT, pour cette période. En effet, c’est seulement depuis une petite dizaine d’années que ces fonds sont réapparus et ont été rapatriés de Moscou où ils séjournaient depuis un demi-siècle. Cet article se propose de retracer le parcours mouvementé de ces documents et d’examiner les pistes de recherche qui s’ouvrent désormais grâce à ce retour inespéré.

Quelques références bibliographiques.

Frédéric Monnier, Sophie Coeuré, Gérard Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le fonds de la Sûreté », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 45, 1er trimestre 1995, pages 122 – 139.

Dominique Devaux, « Les archives de la Direction de la Sûreté rapatriées de Russie », in La Gazette des Archives, n°176, 1er trimestre 1997, pages 78-86.

Sophie Coeuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours, Paris, Payot, 2006, 270 pages.

Colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours », IHS-CGT, 19 novembre 2009

Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication"
Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication", 2009

Le colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours » organisé par l’Institut CGT d’Histoire Sociale et avec la participation du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle, s’est tenu dans la salle du CCN au siège de la CGT à Montreuil les 18 et 19 novembre 2009. Les actes de ce colloque sont à paraître  prochainement mais les communications de chacun des participants sont accessibles directement en ligne sur le site internet de l’IHS-CGT. Le texte ci-dessous ne constitue pas un véritable compte-rendu mais la retranscription de prises de notes effectuées lors du colloque.

Notes prises lors de la deuxième journée du colloque.

Présentation de la vidéo.

Film en léger décalage avec le thème de matinée. Grandin, les raisons d’une victoire de Nat Lilenstein en 1975. Lutte mise en valeur par Antoinette et La Vie ouvrière. Ce film fait partie des films non montés mais non diffusés par la CGT. Effort médiatique de propagande sur les luttes et les mises en scène des reprises victorieuses.

Rush de la manifestation du 23 mars 1979 avec départs de la banlieue vers Paris. RCA créé pour soutenir cette marche. Une radio dans la ville (Poirier, Serre).

Intervention d’Elyane Bressol.

La presse écrite et non l’ensemble de la production écrite. Présentation des contributions. 1945 -1968 : évolution lente mais qui se concrétise par une diversification de la presse de la CGT. Antoinette, Options. Volonté de regagner du terrain après la scission. Couple au manette : Frachon et Monmousseau. Discours et actes pour dire et faire partager l’importance de la propagande de la CGT. La bataille des idées est un des aspects décisifs de l’action. Pas une conception totalement technique de la bataille des idées. Symbiose avec les objectifs revendicatifs de la CGT. Mise en place de délégués de la VO : seule mission est d’organiser la diffusion de la VO. Rencontres nationales et conférences des délégués. 650 délégués en 1976 sur la VO.

Presse étagée : La CGT avance et construit une presse diversifiée. Pas l’idée d’avoir un journal « tocade ». Pas un désordre. Pas une conception centralisée et verticale de l’expression. Création de journaux à différents niveaux au fur et à mesure. Centenaire cette année du journal des communaux de Lyon.

Objectifs :

  • Répondre aux besoins d’un courant (exemple de la Vie ouvrière).

  • Avoir des outils qui mettent en adéquation l’évolution du salariat et la stratégie de la CGT. (Antoinette en 1955, Options, Vie nouvelle…). Outils dans le cadre de l’évolution de la bataille des idées (Le droit ouvrier, Analyses et documents économiques). Certaine cohérence donne un emboîtement à différents niveaux.

Premier étage : presse de courant et presse officielle. En 1952, la VO (journal des SR et communistes) devient l’organe officiel de la CGT.

Deuxième étage : Les supports (différentes formes et périodicités) : Revues, magazines et journaux, périodicité variée. Incidence sur le contenu bien évidemment. Le Peuple est quotidien jusqu’en 1939. En 1944, il est hebdomadaire et donc le contenu évolue. Trois cibles : les militants, les syndiqués (Force militant nait en 1963), les salariés.

Intervention de la Fédération Postale (FAPT).

22 journaux de catégories.

La fédération est née des grèves de 1909 et voit le jour en avril 1910 et disparaît en 1916. La dédération a eu peu de pouvoir, son journal éphémère a eu peu d’impact. Publie surtout les communiqués des syndicats nationaux de catégories. Journal mobilise peu pour l’action, contenu très réformiste.

1919 : Nouvelle fédération avec tendance SR à l’intérieur prônant la souveraineté fédérale sans succès.

Fédération unitaire par la suite. Tentative de journal unique et joue un rôle important dans la réunification en 1935. Après 1935, les journaux de catégories conservent leur importance.

Lors de la dissolution, René Belin (agent PTT) devient ministre sous Pétain. Rôle certain des PTT sous Vichy.

1945 : Troisième fédération des PTT. Les unitaires prennent la direction de la fédération. Pour la première fois, la fédération est souveraine sur les catégories. L’effort de reconstruction est soutenu par la fédération qui met au second plan les questions catégorielles. Plus de journaux catégoriels. Question du manque de papier et volonté politique de ne plus les publier. Unique journal fédéral. Les confédérés accusent les unitaires de soutenir la politique du PCF plutôt que les intérêts des catégories.

Décembre 1946 : congrès extraordinaire, les unitaires tentent d’assouplir les structures et création de journaux de catégories après 1947. Journaux de catégories sont vendus par diffuseurs et par abonnements. Contenu informateur et revendicatif. 1950-1990 : permet le rassemblement et l’union sur les revendications. Écrit en autonomie par les militants de catégorie sans contrôle de la fédération. Très enrichissant. 23 journaux de catégories dans une même boite.

Intervention de François Dutheil (Mines-Énergie).

Force informations (création en 1954). Place du journal fédéral et de son évolution. Deux remarques :

  • Chute du mur de Berlin. Le Figaro du 17 avril 2007. Combat de Sarkozy pour contrôler le débat des idées.

  • Il faut bien s’entendre sur le sens des mots (Larousse).

Nous sommes dans une ère des technologies d’influences. Journal fédéral : contenu « rassembleur ». Tournant en 1945 avec les nationalisations et la mise en place du statut pour le personnel.

Le journal des travailleurs du gaz permet de fédérer les électriciens et les gaziers. Idée autour d’un « statut commun, puis unique et enfin national ».

A partir du début des années 1920. Publication Éclairage et force motrice jusqu’en 1938. Journal Force de 1938 à 1940 et de 1945 jusqu’en 1954. Il devient Force Informations à partir de 1954

Avant 1939 : Idée de fédérer les syndicats naissants et de fédérer l’action pour un statut.

Après 1944 : Volonté ensuite de réussir la nationalisation et appliquer le statut.

Le journal devient un magazine syndical. Peu ou pas de débats dans les congrès confédéraux avant les années 1980 sur la conception globale de l’information et de la propagande.

Intervention d’Yveline Jacquet (IHS FAPT, CA IHS-CGT).

Intervention autour du journal créé dans son entreprise en 1966 (services financiers du Rhône) et du journal d’entreprise de Lyon Inter.

Dès le congrès constitutif du syndicat la propagande est mise en avant. Le responsable propa propose un journal L’écho des services financiers : parution bimensuelle ou trimestrielle. Ce journal fait partie intégrante des moyens de communications.

Tract hebdomadaire (Sept jours en France). Parution le vendredi. Travail particulièrement lourd. Évolution dans sa présentation pour devenir par la suite un véritable journal.

Intervention de Stéphane Paquelin.

Autour du journal Le travailleur de la Saône et Loire. La Confédération a toujours mobilisé une gamme très variée de moyens. Se penche plus particulièrement sur l’Union départementale de Saône et Loire entre 1945 et 1968. Ancienneté du besoin de propagande.

Description des outils de l’Union Départementale :

Au niveau de la presse. Le travailleur de Saône et Loire est une revue morte née et c’est donc la Vie ouvrière qui devient dans les années 1960 un élément central pour le contact avec les travailleurs. Difficultés très grandes de ces expériences. Ceci se ressent dans les discours développés des dirigeants de l’Union Départementale.

1946 : Le tirage du TSL devait toucher au moins 50% des syndiqués et en fait il ne touche que 15% seulement. Pour le dirigeant c’est un échec. Cette même année, la direction départementale envisage le lancement d’une revue née de la fusion du TSL et du bulletin de liaison et d’informations. Cette solution est finalement abandonnée.

Des solutions sont recherchées pour essayer de renforcer la diffusion. Renforcer les structures. Idées de commission et de désignation de responsables. Demande est faite aux structures de faire remonter des informations et des articles, de le diffuser auprès des syndiqués.

Échec relatif. Selon le dirigeant de l’Union Départementales, les critiques sont portées sur les dirigeants locaux. Deux exemples : en février 1946 dans la Commission Exécutive ou lors du Congrès départemental en 1965. Enquête auprès de 400 militants avec deux questions sur la presse. Sur les lectures ayant influencé le militantisme : les réponses évoquent peu la presse syndicale. Concernant l’agencement des responsabilités sur le parcours syndical : pas de défiance mais la prise en charge de la commission presse ou de la diffusion de la VO n’est pas vu comme une activité très gratifiante.

Intervention de Joël Biard.

Le journal Le Travailleur Parisien a été créé suite à une décision prise par le Congrès de 1936, qui est également le Congrès constituant l’union des syndicats de la Seine réunifiée. Jusqu’en 1939, ce journal connaît une parution épisodique. Son contenu est très contextuel et très lié aux congrès et commissions. Reprise en 1945. Le début d’une ligne éditoriale est posé dans le premier numéro. Ce journal doit relater l’expérience des syndicats et l’orientation générale de la CGT. Un tournant majeur est pris en 1947 dans sa conception. La portée et son contenu sont précisés à cette date. Il devient un bimensuel. Les articles sont désormais argumentés, précis et sont rédigés par les principaux dirigeants de l’Union et par des dirigeants confédéraux. Cette parution doit être un support pour les discussions locales.

Il aborde des sujets divers mais il s’intéresse principalement aux questions sociales et économiques, à l’unité syndicale, à la syndicalisation, à la recherche de la démocratie et au contexte international. Mot d’ordre central : Pas une organisation sans sa presse syndicale.

Intervention d’André Jaeglé.

Intervention sur la parution Options. Lancement en octobre 1965. La grande idée  défendue alors est celle de donner la vision que la CGT prête à accueillir tout le monde en son sein. La « Bataille des idées » est menée en direction des syndicats et des cadres. Il existait alors un grand problème de communication. Depuis sa création en 1965, la direction de la parution a effectué un important travail d’analyse et d’élaboration des revendications.

En 1977, une nouvelle nécessité fait jour, celle d’avoir un journal plus vivant, plus accueillant.

Discussion.

Propagande et communication : quelles pratiques dans les Unions Départementales ?

Au sujet du journal La Touraine syndicaliste. Ce journal est voulu comme un outil d’information et de formation. Évolutions de la tribune dans le temps. A ses origines, le journal était une parution des confédérés entre 1928 et 1929. Le journal est cité dans les statuts à l’article 24. Après 1945, l’Union Départementale assure sa mensualisation. Il s’adresse aux syndiqués dans un premier temps et a donc un rôle éducatif et de renseignements (Les lois, les circulaires importantes y sont publiées). En 1947, le tirage de 25 000 exemplaires est financé par les syndicats et l’Union Départementale. Le prix du numéro est ensuite compris dans le timbre. En 1947, la publication est arrêtée. En janvier 1951, un bulletin de liaison est créé. Un nouveau titre est créé par la suite, la Touraine Syndicaliste en 1963.

Exemple de la parution Travailleur des transports. Dans les années 1970-1980, il s’agit d’un mensuel qui est décliné selon les périodes par branches professionnelles.

Une question importante reste posée, celle de l’articulation entre les diverses publications. Elles permettent d’affirmer une identité, elles obligent à créer un collectif régulier qui doit réfléchir et produire. Il faut intégrer tous ces paramètres qui vont de la réflexion sur la structure de la publication à sa réception par les destinataires.

La presse doit être un élément structurant pour le groupe. Un des problèmes rencontré est celui du manque d’intérêt pour la presse, vécu comme un supplément alors que lors des Congrès on explique que la bataille des idées est centrale pour les organisations.

Michel Pigenet. La presse a suivi toute l’histoire du mouvement ouvrier depuis 1840 et la presse écrite a été maitrisée. La culture de l’écrit est très importante et mais il subsiste la difficulté de se faire comprendre des autres travailleurs qui n’ont pas tous cette culture de l’écrit. Les organisations ne peuvent pas exister qu’à travers des journaux mais en même temps, on en voit les limites.

Question posée de l’empilement des publications syndicales, notamment lorsque la volonté s’est exprimée d’assurer la publication d’un quotidien de la CGT. En 1978, cette réflexion est définitivement abandonnée. Cela nous renvoie à la « bataille des idées ». Question de la concurrence avec l’Humanité était posée. Il faut regarder au-delà des frontières. Cela vaut pour tous les pays, tous les mouvements. Pas d’organisation sans organe de presse. Une spécificité française toutefois : la vente militante. La diffusion est un moment du militantisme.

Pierre Tartakowski. Il relativise l’empilement militant et parle plutôt de de dispersion militante. Chaque syndiqué peut potentiellement recevoir 5 à 6 journaux. Mais dans les faits, la majorité ne reçoit rien. Sur l’aspect structurant de la presse, il est difficile  d’en juger car la Vie ouvrière joue un rôle d’avant-garde (elle touche 10% des effectifs au mieux).

Quatre grandes modifications sociétales sont restées non étudiées par la presse : la démocratisation de l’auto, la démocratisation de la TV, la mutation des grandes villes et le développement de la précarité.

Tirage de la publication Options : 55 000 exemplaires environ. Rôle des Rencontres d’Options.

Il y a des titres de la CGT mais pas de presse confédérale en lien avec la société française. Arythmie croissante entre la presse CGT et les conflits. Entre 1995 et 1996, il n’y a pas eu d’expression particulière de la CGT sur ces conflits. Idem sur le conflits de contributions  indirectes.

Diversification et inflation des titres. Il est paradoxale de constater un rapport à l’écrit qui est de plus en plus difficile et en même temps l’inflation des titres. Accumulation des informations ce qui signifie des informations, des formations très diversifiées mais une redondance tout de même parfois importante. La propagande va tout de même continuer à se faire dans l’entreprise en direction des salariés. Car beaucoup de journaux s’adressent aux militants, cadres, syndiqués.

Question de la presse des fédérations et de la presse interprofessionnelle. On observe parfois des tensions entre les deux. La presse constitue un des vecteurs de l’organisation qui permet de construire. La presse est un outil indispensable de connaissances. Question des étages mais en même temps permet de couvrir l’ensemble des réalités. Éditions professionnelles dans la Vie ouvrière. Celles qui ont « tenues » le plus longtemps ces éditions sont les fédérations ex-unitaires qui avaient conscience de leur importance.

Séance du Jeudi après-midi.

Présentation des vidéos.

La manifestation du 23 mars 1979 (montage de rushs).

Radio Lorraine Coeur d’Acier, une radio dans la ville de Poirier et Serres (1981).

Intervention Sous les plis du drapeau syndical : ébauche d’une histoire de la CGT par l’évolution de ses bannières.

Esquisse d’histoire de la CGT par le biais de ces drapeaux. Travail débuté en septembre de cette année. Réflexions sur la très longue durée. Voir l’ouvrage qui vient d’être publié.

Intervention de Michel Pigenet.

Sur les radios de lutte. L’image de soi : c’est son identité. Ce à quoi on se réfère, nos différences, ce qui rassemble. On est dans l’ordre du symbole, ce qui est important mais qui peut nous échapper.

Différentes contraintes existent: cadre juridique, cadre technique (support matériel et talents mobilisés), question des moyens (le financement qui ne va jamais de soi).

Les évènements de mai-juin 1968 sont passés par là ainsi que le 40ème Congrès de la CGT. Ces moments ont été importants mais ont aboutit à de nombreuses interprétations antagonistes. Il n’y a pas eu de débats avant ni après. Les débats ont débuté très tardivement au moment où on tirait déjà le bilan. Le cadre n’avait pas été défini lorsque le feu vert a été donné. Par quelle procédure se fait les autorisations ? Par quelles procédures se font les vérifications ? Questions importantes.

Paradoxe entre une initiative de la CGT qui lance des radios de lutte qui contredisent les monopoles et dans le même temps une CGT qui poursuit sa revendication de préserver le monopole.

Il existe une volonté de la CGT dans les années 1970 de rattraper les retards et d’aller dans tous les sens mais les années 1970 ne sont pas des années propices. Ce sont celles de la crise, du chômage, des licenciements, de la situation internationale et des raidissements de la direction. Un des blocages réside dans l’absence de mise en débat, la tenue de débats non public y compris en interne ce qui empêche un véritable débat de se tenir. Il y a enfin ce paradoxe des initiatives prises dans les années 1970 qui précède 1981 (libération des ondes), la CGT semble absente en terme de moyens et de volonté peut-être. « Le temps est passé pour ces expériences ».

Intervention de l’UGICT.

Sur l’adoption du logo « Coquelicot » de l’UGICT. Il est le fruit d’un important travail de diversification de l’UGICT à cette époque. La question de l’image était important. On décide l’utilisation d’une méthode de publicistes. L’adoption de ce logo participe de la campagne pour les élections prud’homales. Question importante : cette campagne ne devait laisser personne indifférent.

Intervention de Raymond Barberis.

Intervention sur les radios de lutte. Le contexte  de création de ces radios était celui de la casse généralisée, du pouvoir et du patronat qui avaient lancé des restructurations. Les luttes étaient menées au niveau des industries les plus menacées (Sidérurgie…) et les luttes étaient également menées contre les conséquences sur le tissu social du pays et de la région. La dimension essentielle ici était de gagner les travailleurs à lutte. C’est dans une optique d’affrontement, de combat que le secteur propagande a proposé à la CGT de mettre en place les radios de lutte. Moyen de gagner les consciences et les travailleurs. Quand nous avons imaginé les moyens à la disposition de la CGT nous avons décidé de ne reculer devant aucun moyen. Les radios de lutte étaient un moyen, pas de démarches théoriques. Elles étaient une de nos armes dans un combat.

On propose une démarche dans une note qui est ensuite approuvée. Les radios de lutte étaient un des moyens dans la « bataille des idées ». Elles devaient être situées dans les professions les plus menacées et les plus exemplaires ainsi que dans les régions les plus menacées. La CGT elle-même s’impliquait sur quelques expériences. En général, elle avait un rôle d’incitation, de conseils, de mise en route. Ce sont les Unions Régionales, les Unions Départementales ou les Fédérations qui devaient prendre le relai et assurer la pérennité des expériences. Ces expériences ne devaient pas mettre en cause le service public de l’information. A cette date on observait une prolifération des radios libres : Cela posait un problème du point de vue des services publics et des dérives possibles. L’expérience syndicale est différente et se situe sur un autre plan. Elle participe avec d’autres organisations sociales, politiques et la CGT ne devaient pas en prendre la responsabilité. Soutien à des luttes précises ou généralisées. Ces radios pouvaient avoir une vie en lien avec les luttes : succès ou échec, suivant la durée des conflits. Dans les régions, les départements, une certaine permanence était possible voire souhaitable au vu des luttes. Pas de théorisation, pas de position de principe si ce n’est le soutien à la lutte. Au départ cela a été compris, ces radios devaient prendre en charge tous les aspects de la vie, selon le lieu où elles étaient et les besoins qui étaient ressentis. La CGT, par le biais du secteur propa, a surtout aidé et suivi des radios qui avait un caractère exemplaire : Radio Lorraine Coeur d’Acier et Radio Quin-Quin. Elle n’a pas fait autre chose que de soutenir les luttes. Elle a été engagé dans les deux cas de manière très différentes. Quin-Quin s’est très vite assumé, à la différence de Lorraine Coeur d’Acier qu’il a fallu aider financièrement. Cette radio a été animée par des professionnels de grande valeur et  par des militants exemplaires victimes de la répression.

Poursuite de ces deux expériences. Lorraine Coeur d’Acier a été assez lourde à assumer pour le secteur confédéral propa.

Logique différente avec les radios et la situation nationale. A un moment donné, Lorraine Coeur d’Acier notamment, n’était plus dans le cadre fixé au départ. Il y avait une évolution que l’on comprenait, nous avions raté la vocation régionale de LCA, radio repliée de plus en plus sur Longwy et qui avait une influence énorme sur le plan local et non plus sur la région. Elle devait être un soutien à la lutte régionale. Les différences se sont accrues entre les animateurs syndicaux et les animateurs de la radio. Les débats ont été difficiles et à un moment donné, il était clair que les moyens consacrés à une seule expérience était trop lourd à supporter. Sur place, il y avait une évolution qui n’était plus conforme aux orientations de la CGT et donc la décision a été prise de se désengager. A partir de là, il y a eu des méthodes inadmissibles de la part de ceux qui ont pris les décisions. Il faut en assumer les conséquences.

Le secteur confédéral propa n’aurait pas pris une autre décision que celle qu’il a prise,  mais la question des méthodes reste importante même si d’autres issues n’étaient pas possibles.

Intervention de J.C. Laroze.

Cela a été une épreuve durant toute cette période, parce cela l’a conduit à rompre des amitiés et le parti avec lequel il était lié. Aspect humain important. Il y avait une recherche pour élargir les moyens dont la CGT disposait dans la bataille des idées qui paraissait essentielles.

Membre du Bureau Confédéral en charge à partir de 1975 du secteur confédéral propa. Mise en évidence de la recherche par l’organisation syndicale : diffusion des idées et formation des militants. Entre 1975 et 1981, le secteur propa évolue pour passer de l’agit-prop à une activité maitrisée des moyens modernes dans le cadre de la bataille des idées.

Intervention d’Ingrid Hayes.

Question difficile de la fin conflictuelle d’une expérience. Nous sommes face à des légitimités concurrentes ici. L’histoire de radio Lorraine Coeur d’Acier se déroule sur une très courte période et cristallise de fait les crises internes. Caractère éphémère. Effervescence dans ces années dans le secteur propa. Poids déterminant du contexte. Le Bureau Confédéral a acté mais il n’y a pas eu de débats préalables. d’où une première difficulté : l’extrême sensibilité du projet au contexte.

L’engagement de la CGT sur le terrain radiophonique donne un second souffle au mouvement des radios libres alors même que CGT tente de faire une claire distinction. Illégalité oui mais pas clandestinité.

Le secteur confédéral propa initie cette expérience sans savoir où cela va mener : Radio Lorraine Coeur d’Acier sert d’exemple. Deux difficultés internes : implication des journalistes qui ont le pouvoir dû à leur professionnalisme / implication de la population. Les raisons de son succès sont aussi celles de ses difficultés. Un aspect des radios. Expérimentation permise, réactivité de la CGT de la part d’un secteur qui est périphérique, qui a peu de moyens ajoutés aux difficultés sur le plan confédéral interne.

Les militants de Longwy n’ont sans doute pas de compréhensions de ce qui se passe à la Confédération.

Limites financières d’un secteur neuf qui ne trouve pas sa place.

Intervention de Janine Olmi.

On est face à un paradoxe sur le terrain. Il y a eu des moments très intéressant notamment dans la genèse des radios (formation à Paris avec le secteur Propa). Importance de la formation en communication et en prise de parole.

Commentaire sur ce qui est le plus symptomatique : Émission du 30/11/2009 sur France 3 sur les radios de lutte. Dans la dénomination, LCA devient vite une radio libre et cette liberté de parole entraîne la décision de couper court à cette incroyable expérience démocratique.

Questions des reproches sur le fait que les amis de LCA dirigeait l’expérience et que la CGT était dépassée.

Incompréhensions et silences, cloisonnement sur cette affaire. Quel contrat on eu les journalistes ? Nouvelle version de la radio 100% CGT.

Annecy Ondes Pures (Haute-Savoie) : moins d’une semaine de vie. Radio de lutte CGT pour l’emploi en adéquation avec un article du Peuple de 1981.

Discussion.

Marcel Trillat. Séquence de la création de la radio vu dans le film tout à l’heure est vraie. Pas pour Janine Olmi. Au sujet des finances. La radio a coûté cher. Très vite, LCA n’a plus rien coûté à la CGT. En un an et demi, la radio a touché 400 000 francs de soutien. Salarié officiellement par la VO (ce qui permettait de conserver la carte de presse). Argent remboursé par l’association des amis de LCA. Radio CFDT à la même époque  intitulé SOS Emploi. Volonté de l’Union Locale de Longwy de s’équiper.

Radio Quin-Quin. Guillaume Coche, mémoire sur cette expérience. Mars 1979 début de la radio. Début de l’émission à Denain.

Conclusions de René Mouriaux.

Six grands manques :

  • Pas un mot sur le syndicalisme des journalistes.

  • Les dirigeants, « hommes d’écrits ».

  • Question des tracts et des caricatures, sur les prises de parole sur les lieux de travail.

  • Internet.

  • Agit-prop de la CGT.

  • La rhétorique : les techniques.

Apports :

  • Attention à la sémantique, à l’histoire des mots. Tout n’a pas été approfondi (idéologie dominante 1845 de Marx)

  • Utilisation, l’appropriation des technologies de la communication. Deux débats : est-ce que l’outil est pris tel quel ou est-ce qu’on les transforment ?

  • L’évolution des conceptions de la communication. Habernas.

  • La détermination de la politique de communication par le mouvement syndical. Esquisse : Idéologique, paternaliste ou financier ? Argent est important mais finalement pas le déterminant.

  • Étendue des registres à traiter (écrit, oral, gestuel…).

  • La « Bataille des idées ».

  • Problème général de l’histoire par rapport à la CGT et à ses militants. Nouveauté : place des films, séminaire antérieur sur la fin des classes, de l’histoire et sortie du livre LUCIDES. L’Institut doit-il traiter du contemporain ? LUCIDES en parle. Conception de l’histoire : doit-elle être une histoire tribunal ? Non, mais elle doit dire ce qui semble vrai. A l’opposé de l’histoire récréation ou de l’histoire érudition, pour elle-même. Nécessité de l’histoire critique.