Photo, femmes, féminisme. Exposition à la BHVP

Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme" à la BHVP
Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme"

Ce dimanche, j’ai pu me rendre à l’exposition « Photo, femmes, féminisme » organisée par Florence Rochefort, historienne et Annie Metz, conservatrice en chef de la bibliothèque Marguerite Durand à la Galerie des Bibliothèques de la ville de Paris, 22 rue Malher (métro Saint-Paul), qui se tient jusqu’au 13 mars prochain.

Cette exposition prometteuse se propose de retracer cent cinquante ans d’histoire des femmes et du féminisme (1860-2010) au travers d’une sélection de deux cents photographies et documents d’archives tirés des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand. Celle-ci, unique en son genre, dispose de la plus importante collection sur l’histoire des femmes et du féminisme : 45.000 livres et brochures, 1.100 titres de périodiques, 4.500 manuscrits et lettres autographes, 5.200 dossiers documentaires, 10.000 documents iconographiques, dont plus de 4.000 photographies et plusieurs dizaines de fonds d’archives de particuliers et d’associations.

L’exposition est divisée quatre grandes parties : « Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme » ; « Profession photographe, côté femmes » ; « Métiers féminins, territoires masculins » et « Femmes engagées, de la Commune aux années MLF ». Ci-dessous les parties telles qu’elles sont présentées dans le dossier de presse :

Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme
Militante pour le droit des femmes à la Belle Epoque, Marguerite Durand, première patronne de presse en France, est fondatrice du journal La Fronde, entièrement rédigé et administré par des femmes. Afin de témoigner de leur rôle dans l’histoire, elle créé un fonds de documentation spécialement consacré aux femmes. Cette collection réunit aujourd’hui 4.000 photographies, enrichie principalement de portraits de comédiennes, d’artistes peintres, de musiciennes, d’écrivaines et de militantes et militants qui ont marqué l’histoire des droits des femmes. Photos notamment présentées : Sarah Bernhardt, Camille Claudel, Colette, Yvette Guilbert mais aussi Helène Cixous.

Profession photographe côté femmes
La photographie est au centre de l’exposition, qui présente le travail de femmes photographes de renom : Germaine Krull, Laure Albin Guillot, Berenice Abbott, Gisèle Freund, Yvonne Chevailier, Edith Gérin, Sabine Weiss, Janine Niepce ou encore Irina Ionesco.

Métiers féminins, territoires masculins ?
Avec le développement du photo-reportage pour les journaux et les revues, quelques portraits de femmes ont eu l’honneur de la presse : ouvrières au travail, sportives, aviatrices, grèves et manifestations, femmes « pionnières »..

Femmes engagées, de la Commune aux années MLF
Les grands « combats » des femmes des années 1970 aux années 1990 (essentiellement à travers les photos de Janine Niepce et Catherine Deudon), mais aussi les Communardes (dont Louise Michel) Résistantes, pacifistes, suffragistes, femmes politiques…

Quelques remarques à chaud, après l’exposition.

Tout d’abord, le lieu d’exposition, par sa taille et son organisation, rend difficile la circulation aux heures de pointe ! Je n’avais pas qu’à y aller un dimanche me direz-vous, jour où le quartier du Marais est de plus réservé à la circulation piétonne… Mais le faible espace, surtout au rez-de-chaussée du bâtiment, additionné à la petite police d’écriture des cartels et l’absence de lumière suffisante dans les pièces et surtout dans les vitrines a parfois rendu mal-aisée la visite. Autre élément, le panneau récapitulatif des dates et faits marquants de l’histoire des femmes se trouvait au sous-sol, donc au milieu de la première partie de l’exposition. Là encore, ceci est due à la configuration des lieux !

Il m’a semblé par contre plus ennuyeux que l’exposition ne soit pas davantage organisée de manière chronologique. Si les grandes lignes temporelles étaient respectées (du 19ème au 20ème siècle), l’organisation thématique ne permettait pas au « simple » visiteur de bien replacer les différentes photographies dans leur contexte. Ainsi, les deux derniers thèmes pouvaient désorienter, puisqu’ils mettent côte-à-côte des photographies ayant parfois plus de cinquante années de distance. A mon sens, il manquait, pour faciliter la compréhension, davantage de repères historiques, de synthèse des grandes évolutions de l’histoire des femmes. Cet oubli, là encore justifié par le manque d’espace, est comblé dans l’ouvrage accompagnant l’exposition. Ce dernier, de bonne facture, comprend de nombreuses contributions rédigées par des spécialistes comme Michèle Perrot. Un regret, son prix (39 euros) qui ne le rend malheureusement pas accessible à toutes les bourses.

Découlant de ce choix de présentation thématique – et je pense de la volonté de présenter la richesse des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand – il peut y avoir confusion, chez les visiteurs, entre les grandes « figures féminines » et le féminisme. Le risque est de mettre sur un pied d’égalité des femmes ayant lutté pour l’obtention du droit de vote, pour l’extension des droits politiques et sociaux, pour la libre disposition de leurs corps avec des grandes figures féminines : écrivaines, photographes, peintres, artistes, etc. Ces deux éléments, bien que se recoupant parfois, comme dans le cas de Simone de Beauvoir, ne le sont pas toujours et la conception de l’exposition aurait dû prendre des précautions à ce sujet. Présenter côte-à-côte des portraits de Mata Hari et de Clara Zetkin n’est pas en soi un problème, mais avec pour titre d’exposition « Photo, femmes, féminisme », il peut être source de confusion : l’oeuvre de Mata Hari en matière d’émancipation de la femme ne me semble pas véritablement fondée, bien que je puisse me tromper…

Il faut toutefois reconnaître l’intérêt de cette démarche de présentation de fonds d’archives photographiques et documentaires d’une bibliothèque dont l’existence est trop peu connue du grand public. Ce contact avec l’archive est très important, tant pour le public que pour l’institution qui en est détentrice. Une expérience à renouveler donc, peut-être en restreignant les objectifs afin de faciliter la compréhension d’un public « non averti ». A signaler, l’entrée sera gratuite pour tous le 8 mars 2011, à l’occasion de la journée internationale de la femme !

Deuxième séminaire international sur le monde des travailleurs et leurs archives

Affiche du Deuxième séminaire international sur le monde des travailleurs et leurs archives
Affiche de l'évènement

A signaler la tenue à Rio de Janeiro du deuxième séminaire international sur le monde des travailleurs et leurs archives les 30-31 mars et 1er avril 2011. Le thème retenu est « Mémoire et résistance » et est promu par les Archives nationales du Brésil et la Central Única dos Trabalhadores [Centrale Unique des Travailleurs], principale organisation syndicale au Brésil. Le comité organisateur est composé d’archives et de centres de documentation et de mémoire. L’événement est soutenu par l’UNESCO.

L’objectif de cette rencontre international est d’organiser la discussion sur la préservation des archives des organisations ouvrières et sociales. Le public attendu est très large : professionnels (archivistes, bibliothécaires et documentalistes) ; dirigeants et militants syndicaux et populaires ; historiens, politologues et spécialistes de l’information sociale.

Les archives syndicales françaises seront représentées par Annie Kunmunch, archiviste confédérale de la CFDT et Aurélie Mazet, archiviste confédérale de la CGT.

Programme

PREMIER JOUR – 30 mars 2011.

De 8h à 9h.

Vérification des accréditations et distribution du matériel.

De 9h à 10 h.

Ouverture.

Coordination : Quintino Severo, Secrétaire-général de la CUT.

Salutations de Jaime Antunes da Silva, Directeur-général des Archives Nationales du Brésil.

Salutations de Artur Henrique da Silva Santos, Président de la CUT.

Salutations de Darby Ygayara, Président de la CUT/RJ.

De 10h à 12h30.

Conférence : “Archives, mémoires et résistance”.

Coordination : Elina Pessanha – Archive de la Mémoire des travailleurs de Rio de Janeiro (Université fédérale de Rio de Janeiro – UFRJ) – Rio de Janeiro – Brésil.

Antonio Gonzalez Quintana – Archive pour la Communauté de Madrid et membre du Groupe de travail sur les archives et les droits de l’homme du Conseil international des archives – Madrid – Espagne.

Daniel Aarão Reis Filho – Université fédérale de Fluminense (UFF) – Rio de Janeiro – Brésil.

De 12h30 à 14h.

Repas

De 14h à 17h.

Premier chantier : L’État et les archives des travailleurs.

Coordination : Luiz Anastácio Momesso – Centre de documentation sur les Mouvements sociaux de l’Université fédérale de Pernambuco (UFPE) – Recife – Brésil.

Guillermo Palacios – Centre d’Études Historiques – Collège de Mexico – Ville de Mexico – Mexique.

Benito Schmidt – Mémorial de la Cour de justice du travail du Rio Grande do Sul et membre de l’Université fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS) ­- Porto Alegre – Brésil.

De 17h30 à 20h30.

Mini-cours : Introduction à l’organisation des centres de documentation et de la mémoire.

Célia Reis Camargo – Centre de Documetation et de la Mémoire de l’Université Estadual Paulista Júlio de Mesquita Filho (CEDEM UNESP).

De 17h30 à 20h.

Exposition de films sur les travailleurs et la résistance aux régimes militaires.

DEUXIEME JOUR – 31 mars 2011.

De 9h à 12h30.

Première session de communications – Archives et mémoires des travailleurs de la ville et de la campagne.

Coordination : Antonio José Marques – Centre de Documentation de la mémoire syndicale de la CUT – São Paulo – Brésil.

De cinq à huit communications seront sélectionnées.

Deuxième session de communications – Résistances des travailleurs de la ville et de la campagne.

Coordination : Centre de référence des luttes politiques au Brésil (1964 – 1985) Les mémoires révélées – Rio de Janeiro – Brésil.

De cinq à huit communications seront sélectionnées.

De 12h30 à 14h.

Repas

De 14h à 17h.

Deuxième chantier : Archives syndicales : Les expériences internationales.

Coordination : Ricardo Medeiros Pimenta – Institut des Sciences Humaines de l’Université Candido Mendes – Rio de Janeiro – Brésil.

Annie Kuhnmunch – Responsable confédérale de la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT) – Secteur Documentation et Archives – Paris – France.

Graciela Córsico – Centrale des Travailleurs d’Argentine (CTA) – Centre de Documentation et Bibliothèque – Buenos Aires – Argentine.

Aurélie Mazet – Institut d’Histoire Sociale de la Confédération Générale du Travail (CGT) – Paris – France.

Christine Coates – TUC Collection – Union Centrale Anglaise et Université London Metropolitan – Londres – Angleterre.

De 17h30 à 20h30.

Mini-cours : Identification des typologies documentaires dans les collections archivistiques des travailleurs.

André Porto Ancona Lopez – Département de Sciences de l’information et de la documentation de l’Université du Brésil (UnB) – Brésil – District fédéral – Brésil

De 17h30 à 20h.

Exposition de films sur les travailleurs et la résistance aux régimes militaires.

TROISIEME JOUR – 1er avril 2011.

De 9h à 12h30.

Troisième chantier : la mémoire et la résistance des travailleurs dans la ville et la campagne.

Coordination : Leonilde Servolo de Medeiros – Université fédérale rurale de Rio de Janeiro – Rio de Janeiro – Brésil.

Maria Aparecida de Aquino – Université Presbytérienne Mackenzie – São Paulo – Brésil.

Maria do Socorro Rangel – Université fédérale de Piauí – Teresina – Brésil.

Ludmila da Silva Catela – Archives provinciales de la mémoire de Córdoba à l’université national de Córdoba – Córdoba – Argentine.

Moacir Palmeira – Musée National – Université fédérale de Rio de Janeiro – Rio de Janeiro – Brésil.

De 12h30 à 14h.

Repas.

De 14 à 17h.

Plenière finale – Rapport des présidents de la réunion et des recommandations.

Coordination : Jaime Antunes da Silva – Archives nationales – Rio de Janeiro – Brésil.

De 17h à 20h.

Cocktail de clôture.

Newsletter de l’International Social History Association

Une de la nouvelle newsletter
"Newsletter IISH", Numéro 1, janvier 2011

L’International Social History Association, association internationale de chercheurs en histoire sociale, fondée en 2002 a lancé sa première newsletter électronique le mois dernier. Au programme de celle-ci, en anglais :

1. « Preface », par Marcel van der Linden.

2. « The International Social History Association : Recent Past and Future Directions » par Béla Tomka.

3. « Second General Assembly of the International Social History Association ».

4. « News ».

Le fichier pdf de cette nouvelle newsletter est disponible à l’adresse suivante :
http://www.iisg.nl/ishc/isha-newsletter-2011-1.pdf

Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180p

Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages
Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages

Un vrai coup de coeur cette bande dessinée ! Les mauvaises gens, une histoire de militants d’Étienne Davodeau, publiée aux éditions Delcourt en 2005 est un travail de mémoire mené par l’auteur sur le militantisme dans l’Ouest de la France, le tout en dessins noir et blanc sur plus de 180 pages. L’histoire de sa famille nous est narrée, une histoire de militants jociste, cédétiste et socialiste dans les Mauges, une région située à l’ouest du Maine-et-Loire, de la Libération à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand.

Une génération d’actions pour l’émancipation des travailleurs, pour la défense de leurs conditions de travail et de vie dans cette région fortement imprégnée de catholicisme, dominée par un patronat paternaliste et autoritaire, dirigeant des usines de biens de consommation implantées en milieu rural pour exploiter une main-d’oeuvre docile et peu chère. La vie rurale, l’attrait du salaire régulier de l’usine, l’enfer de la chaîne et du travail sous-qualifié, les réunions militantes à la maison, la première rencontre des délégués avec la direction, les premières manifestations… Autant d’évènements d’une vie ouvrière et militante rapportés avec soin et pudeur par Étienne Davodeau.

Le style du dessin est figuratif et la narration alterne les allers et retours dans le temps, entre souvenirs des personnes interrogées et reproduction des scènes d’entretiens avec ses parents ou d’autres acteurs. On retrouve là un procédé déjà utilisé avec brio par Art Spiegelman dans Maus. A chaque nouveau chapitre, un bref rappel des principaux évènements politiques, économiques ou encore sociaux est assuré afin de ne pas perdre de vue la vie nationale et internationale. Les différentes organisations citées (JOC, JOC-F, ACO, CFTC puis CFDT, PS) bénéficient d’un rapide historique, le tout rendant la lecture aisée pour tous.

Une démarche m’a particulièrement touché, celle de la reproduction d’éléments d’archives : article de presse, journaux syndicaux, tracts, manifestations… L’auteur ne s’est pas « contenté » d’interroger les acteurs de cette époque, mais il a fait un véritable travail d’historien en consultant les archives des Unions locales CFDT et de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire et en dépouillant la presse régionale. Au final, une grande dignité ressort de cette bande dessinée que je conseille vivement, aux amateurs comme aux historiens du mouvement social !

> Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005, 180p.

> www.editions-delcourt.fr

> www.etiennedavodeau.com