Recompositions syndicales, avec Françoise Piotet et Jean-Marie Pernot

Françoise Piotet (dir), "La CGT et la recomposition syndicale", Paris, PUF, 2009, 336p.
Couverture Françoise Piotet (dir), "La CGT et la recomposition syndicale", PUF, 2009.

Une séance du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » au Centre d’Histoire sociale du 20ème siècle : Compte-rendu de la séance du 3 février 2011 sur le thème des recompositions syndicales en France avec Françoise Piotet (sociologue, Paris 1, Laboratoire Georges Friedmann), Jean-Marie Pernot (politologue, IRES).

Présentation par Michel Pigenet.

Françoise Piotet vient de publier un ouvrage sur le fonctionnement de la CGT et ses récentes restructurations, fruit de la coordination d’un travail d’enquêtes menées par une équipe de chercheurs. Celui-ci a été mené dans des entreprises et des services avec un fil conducteur : à quoi sert l’adhésion et que fait-on dans et avec l’organisation syndicale ?

Jean-Marie Pernot vient de rééditer, en version augmentée, son ouvrage intitulé Les syndicats, lendemains de crise ?, Paris, Gallimard, 2010, Folio Actuel, 366 pages.

Le sujet du jour porte sur le syndicalisme contemporain, avec un détour par l’histoire.

Jean-Marie Pernot, Les syndicats, lendemains de crise ?, Paris, Gallimard, 2010, Folio Actuel, 366 pages.
Couverture du livre "Les syndicats, lendemains de crise ?", Gallimard, 2010

Intervention de Jean-Marie Pernot.

→ Présentation de l’IRES, fondé en 1982.

→ Le titre de la séance est large : la recomposition syndicale. Dans l’ouvrage de Françoise Piotet, on trouve peu d’évocation de la lexie « recomposition syndicale », ce qui est un signe sur la difficulté de définition de ce terme.

I. Sur le « petit » sens du terme recomposition syndicale.

Le théme de la recomposition syndicale apparaît à la fin des années 1980 à partir d’une opération de la CFDT et de la FEN : L’idée était de promouvoir le rassemblement des forces réformistes pour faire poids ou mieux, battre la CGT tant du point de vue numérique qu’électoral. L’opération était menée par la direction de la FEN et de la CFDT et les socialistes s’intéressaient à la chose. Ceci s’explique par l’échec subi après 1982 sur le plan électoral qui est analysé, par une partie de la direction socialiste comme la conséquence d’un manque de relais parmi les travailleurs, via les organisations syndicales non communistes. Pour réussir, cette opération devait obtenir l’accord de Force ouvrière. FO s’y est refusé, entrainant l’abandon du projet, déjà fragilisé par les tensions importantes au sein de la FEN et le débarquement de Jean Kaspar de la direction de la CFDT .

L’idée de recomposition syndicale « par le sommet », c’est-à-dire par un accord trouvé entre directions confédérales, a poursuivi son chemin au sein du pluralisme français. La recomposition suppose d’aller plus loin que le simple « cartel », qui est une alliance temporaire sur un ou plusieurs points revendicatifs particuliers. La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail a fait ressurgir cette idée de recomposition « par le sommet ». Par exemple, la tentative de rapprochement opérée par l’UNSA et la CFE-CGC. Celle-ci a tourné court à la fin de l’année 2008 mais elle a laissé des traces avec le maintien d’unité (notamment dans les Postes). Des recompositions partielles ou sectorielles sont également possibles. Ainsi, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, la sphère autonome du syndicalisme a connu des recompositions : Scission de la FEN, création du G10 puis de Solidaires, création de l’UNSA. Dans la galaxie autonome, la recomposition se fait principalement à partir de forces préexistentes. Un bon exemple est celui des recompositions dans la police après éclatement de la FASP dans les années 1990.

Quelle soit sectorielle ou confédérale, la « lutte des places » est réelle et met en jeu des héritages culturels catégoriels ou sectoriels. Chez les policiers, les heurts entre la CGC et l’UNSA s’expliquent en partie par des luttes catégorielles entre la hiérarchie gradée d’un côté et les policiers en uniforme de l’autre, d’où un rapprochement difficile, surtout s’il est imposé par « le haut ». La constitution des identités catégorielles et syndicales se fait en interaction avec d’autres identités ou simplement en opposition. C’est ce qui rend complexe et malaisé les rapprochements « par le sommet ».

On parle aussi de recompositions par en-bas ou par le bas. Nous pouvons suivre des rapprochements au niveau des entreprises ou de secteurs. Ainsi, dans un bon nombre d’entreprises, il est possible d’assister à la naissance d’alliances de survie électorale pour franchir les seuils fixés par la loi. Fréquemment, on peut trouver des alliances croisées FO, CFDT, CFTC sans logique évidente. Cela permet-il l’émergence de projet dynamique plus vaste ? Ce n’est pas évident, mais cela à parfois des conséquences. Ainsi, à la SNCF, la FGAAC (Fédération Générale Autonomes des Agents de Conduite) et la fédération CFDT se sont rapprochées durant les élections professionnelles pour atteindre les 10%. En 2008, la FGAAC a rejoint la CFDT.

Les limites d’une telle approche seraient de penser que le changement de la situation actuelle, c’est-à-dire huit organisations syndicales sur le plan national et plus  encore sur le plan professionnel, serait induit par un changement de système de règles (réforme de 2008). On aurait alors une conception hétéronome des recompositions syndicales, c’est-à-dire une reconfiguration qui serait uniquement dictée de l’extérieur du mouvement syndical. Ce serait une erreur qui ferait fi du contenu de la fonction représentative du syndicalisme. La véritable question est davantage de savoir comment on passe de 8 à 15% de syndicalisation en France.

Celle-ci renvoie à la fonction du syndicalisme, à son rôle et à ses moyens. Cette interrogation n’est pas propre à la France puisqu’on la retrouve en Europe et plus largement encore. A chaque fois, il est question du renouveau syndical.

II. Une fois ces constats posés, que pouvons-nous dire ?

La recomposition syndicale signifie la reconfiguration d’un lien significatif durable entre les différents groupes sociaux qui constituent le syndicalisme. L’hypothèse réaliste est de considérer qu’une grande recomposition syndicale ne s’affranchira pas des organisations syndicales existantes. Celles-ci resteront les matrices probables de cette recomposition du syndicalisme. Il est donc important d’observer la vie, les débats de ces organisations.

Première tension. Celle-ci résulte de l’implication des transformations économiques, sociales et politiques des vingt ou trente dernières années.

On trouve l’essor de la mondialisation et des entreprises multinationales, l’imposition de normes internationales. Le concept de « liquidités » a investi le champ du travail qui était un concept financier au départ. Le rôle de l’État comme accompagnateur de ce processus et non comme protecteur des travailleurs a accentué cet effet. L’Europe constitue bien évidemment un étage important de ces évolutions.

La réorganisation de la production s’est étendue à tous les domaines des services, des services publics et de l’industrie. La structuration syndicale reste l’entreprise et fédération professionnelle sans réussir à prendre en compte cette situation.

Le syndicalisme concentre la majorité de ces effectifs sur le secteur public soit un nombre d’adhérents faibles et en décalage avec la constitution du monde du travail. La composition du mouvement syndical n’est pas à l’image du monde du travail. Un facteur non négligeable toutefois : la part des femmes augmente sensiblement.

Deuxième tension. Sur la question des identités professionnelles. Le groupe des syndiqués s’est principalement formés grâce à l’émergence et au renforcement d’identités professionnelles. Le problème est que les assises syndicales n’ont pas su saisir l’évolution rapide de ces identités professionnelles et trouvent leur base sur des identités qui d’une certaine manière se trouvent être « périmées », faute de travailleurs.

Exemple des Chantiers de l’Atlantique : L’identité professionnelle ouvrière s’est forgée  à partir de deux groupes : les soudeurs et les charpentier fer. Ces deux groupes ont structurer l’activité syndicale et revendicative. Chaque action et mobilisation découlait d’un accord trouvé entre ces deux groupes. Les autres suivaient. Aujourd’hui, 2 800 personnes travaillent aux Chantiers, 10 000 personnes dans le bassin d’emploi et il ne reste que 700 ouvriers qui sont cantonnés à la surveillance des pièces qui arrivent de la sous-traitance. On assiste ici à une perte de l’identité professionnelle qui découle directement de la réorganisation de la production et de l’évolution des identités professionnelles qui en a découlé. D’où une difficulté énorme à toucher la sous-traitance.

Troisième tension. La dimension politique. On a assisté à une transformation rapide du champ politique (effondrement du champ communiste, dissolution du réformisme de gauche, émergence d’une gauche d’accompagnement). Dès lors, le rapport au fait politique a évolué.

→ En conclusion, il apparaît que la recomposition syndicale devra prendre en compte ses modifications intervenues, sous peine d’échouer.

Première remarque. On assiste à une évolution des relations professionnelles : il existe un repli sur les entreprises depuis une vingtaine d’années. Conséquences : le tissu syndical est éclaté, morcelé de plus en plus une adjonction de corporatisme d’entreprise, avec les pertes de sens, des identifiants que cela suppose. La décentralisation de la négociation collective a été le support de cet éclatement syndical. Cette atomisation se dédouble par l’intérêt qu’à désormais l’entreprise à avoir un syndicat. Pourquoi ? Si une entreprise dispose d’un délégué syndical, elle peut déroger et adapter les règles collectives de la branche ou du Code du travail. Il y a un vrai risque de recomposition hétéronome qui peux se révéler dangereux, puisque faisant le jeu de l’employeur.

Deuxième remarque. En partant du concept de « Communauté pertinente » de Denis Ségrestin. Les identités professionnelles (cheminots, métallurgistes, postiers…) n’existent plus et ne sont plus structurantes pour l’organisation syndicale. Il y a donc des identités en déclin et d’autres qui émergent, ce qui peut expliquer le déclin ou la montée en puissance de certaines organisations. Les sans-papiers, les stagiaires, les intérimaires, les précaires sont des identités en soi mais pas encore des identités pour soi.

Troisième remarque. La dimension interprofessionnelle. Évolution historique du passage du métier à l’industrie et dernièrement le passage de l’industrie à l’entreprise. Les conventions de branche sont moins structurantes aujourd’hui. L’idée est de reconnaître que les identités sociales ne peuvent être rabattus sur les identités professionnelles : l’interprofessionnel devient une règle montante. Il y a de vraies difficultés au quotidien mais c’est une tendance observable. S’agit-il d’un mode unique pour tracer des identités sociales ? Question du mode organisationnel du regroupement ? Par exemple, avec le développement du commerce dans les gares et aéroports : faut-il organiser les travailleurs des commerces, les cheminots, l’entretien, les guichetiers ensemble ?

Question de l’aggravation de la syndicalisation dans les « unités élémentaires de représentation ». On retrouve cette difficulté de syndicalisation partout. La fonction d’agrégation a toujours tiré en France vers l’émancipation intégrale des travailleurs (exemple de la Charte d’Amiens en 1906). La perte de substance des grandes idéologies de transformation sociale entraine une complication supplémentaire. On pose toujours la question du faible taux de syndicalisation. Mais à l’inverse, pourquoi deux millions de personnes sont-elles encore syndiquées ? Un des moteurs de l’engagement est la croyance dans un avenir possiblement meilleur. Il est difficile pour le syndicalisme de reconstruire cette croyance mais il existe des possibilités, par exemple autour de la notion de service public. Le syndicalisme ne doit pas s’autolimiter dans ses champs d’intervention. La recomposition du syndicalisme, c’est une recomposition d’ensemble et l’histoire des organisations syndicales n’est pas un handicap.

Intervention de Françoise Piotet.

L’idée de cette enquête est née d’un appel d’offres de l’IRES fin 2002. La question posée était la suivante. La CGT s’interrogeait sur les freins et les possibilités de développement de la syndicalisation de manière presque quantitative. Cette question s’appuyait sur le Congrès de 2003 qui proposait l’objectif du million d’adhérents. Il y avait de bonnes raisons à cette interrogation. La résolution posait un diagnostic d’une grande honnêteté sur l’état de la syndicalisation : 1 925 000 000 en 1981, 638 400 en 1992. Les données de l’INSEE démontrent que la chute de la syndicalisation est très spéculaire à partir de l’arrivée de la gauche au pouvoir. Dans les enquêtes de terrain, on a entendu, notamment dans l’éducation nationale, que l’arrivée du PS au pouvoir devait régler tous les problèmes. On nous expliquait qu’on allait assister à un nouveau 1936 ! Et notamment avec les lois Auroux. Pour la première fois, on négocie sur les salaires réels en entreprises. On devait assister à une mobilisation formidable avec les sections syndicales d’entreprise. En fait, c’est l’inverse qui s’est produit. Pourquoi : le syndicalisme était alors trop faible pour absorber toutes ces réformes. Négocier des salaires, c’est très compliqué et difficile : il a fallu apprendre et le syndicalisme connait une véritable asphyxie entre 1981-1983. Il y avait le sentiment que lutte était finie !

Les raisons de la naissance de cet ouvrage tiennent au fait que la CFDT avait posé la même question dix ans auparavant ! Dès les années 1990, la CFDT mène une réflexion sur l’effondrement des effectifs. C’est une question de la crédibilité. On décide alors la mise en place d’une task force (le GASPS). Un livre est rédigé sur la manière de syndiquer, le repérage parmi les militants des volontaires pour être des « développeurs ». Il fallait vendre de l’adhésion. Mais cela n’a pas fait l’unanimité en interne ! L’enquête a alors été menée au sein des fédérations Interco et Santé pour voir comment fonctionnait cette démarche et que étaient les effets réels. Cette politique a porté des résultats : Ces deux fédérations sont devenues les plus peuplées de la CFDT. Nous avons regarder si il existait un lien entre développement de la syndicalisation et les résultats dans les élections professionnelles. Nous avons constaté qu’il n’existait aucun lien entre les deux. Ce qui a un gros impact sur le contenu et l’esprit de la loi de 2008 ! On peut avoir de bons résultats électoraux avec des effectifs syndicaux faibles. Mais le développement bien réel était en même temps fragile. Au moment du plan Juppé en 1995, cela a éclaté. Perte de tous les adhérents gagnés jusque là en peu de temps. Selon le texte de résolution de la CGT, on se fixe un objectif mais en même temps, on ne donne pas un mode opératoire complètement fixé contrairement à la CFDT, car il faut laisser le choix.

Un deuxième point frappant, c’est que l’on s’aperçoit que le congrès de 2003 fixe aussi un certain nombre de propositions, il réfléchit à des méthodes de réorganisation de la Confédération et notamment sur le mode de prélèvement des cotisations. Prélèvement automatique ? Avec l’idée de mutualiser les moyens et ainsi mieux les répartir pour notamment allouer des moyens à des opérations expérimentales : action dans les centres commerciaux par exemple (syndicalisme de site avec tous les employés d’un même centre commercial). La proposition a été mal votée et donc reportée au congrès suivant. L' »unité de base » (le syndicat) prend des formes extrêmement variées : section syndicale, syndicat de 1 000 personnes, d’autres 7 ou 8 personnes seulement. Extraordinaire disparité des structures. On recense 33 ou 34 fédérations existantes en 2003. Dans la comparaison des structures de la CGT et de la CFDT (Denis Segrestin), on voyait des différences intéressantes. Pour les Unions locales, un constat similaire s’impose : il existe une très grande variété de situation.

Quelle méthode employer pour aller vérifier sur le terrain ? Il faut un échantillon significatif et non représentatif. Le choix se porte donc sur des situation très variée dans des localisations très variées. L’idée est de travailler sur le temps long : Avoir un contrat avec les organisations pour travailler avec elles pendant trois ans, ce qui suppose des retours répétitifs, la participation à des réunions de section, le suivi des militants, l’ouverture de leurs archives… On a vécu le plus près possible de ce qui se passait sur le terrain.

Ceci a permis d’établir le parcours biographique de ces militants, de déterminer leurs pratiques de syndicalisation, les contraintes de travail… Observation, travail sur les données récoltées, entretiens (plus de 200 entretiens soit 10 000 pages d’entretiens) complètent ce dispositif.

Au sujet des terrains et de la méthode. Entretien individuel avec grille, entretien collectif, présence à des réunion, rédaction de monographies. Mais cette méthode reste très intrusive ! Tout le monde n’a pas dit oui. Méthode sur laquelle il faudra réfléchir à l’avenir. Elle est violente ! L’engagement pris de restituer nos analyses nous a conduit à dire des choses qui n’étaient ni aimables ni gentilles. Avec le recul, ils n’ont pas pris en compte ce que nous avions dit !

Lors du Congrès de 2003, toutes les propositions qui ont été faites (statut du salarié, sécurité sociale professionnelle) concernaient exclusivement le secteur privé et rien ne touchaient au secteur public. L’une des principales craintes, c’est de n’avoir que des adhérents dans le secteur public. Tous les efforts doivent donc se porter sur le secteur privé. On demande aux adhérents du secteur public d’aller faire de l’adhésion dans le privé, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes.

Sur l’accès au terrain. La Confédération CGT a signé le contrat avec nous. Promesse nous a été faite de nous aider, notamment en prévenant les fédérations. Toutes les portes ouvertes du sommet se sont fermées ! Finalement on a trouvé des terrains grâce au réseau ISST.

  • Deux entrepôts de la grande distribution en Bretagne et Région parisienne (ouvriers peu qualifié, caristes avec des ouvriers précaires). En Bretagne, re-création de la CGT avec un militant qui a fait le choix de la syndicalisation et qui repère parmi les ouvriers ceux qui sont capables de s’opposer au patron. Pas un syndicalisme fourni mais efficace. En région parisienne, vieux syndicat rôdé et bien installé.
  • Blanchisserie industrielle (syndicat qui a de gros problèmes car il est supplanté par un syndicat Sud).
  • Métallurgie de Rouen (syndicat combatif avec beaucoup d’adhésions).
  • Syndicalisme de techniciens et cadres : Les impôts, la BNP.
  • Un lycée.
  • Personnel naviguant Air France.

Première remarque. La CGT n’est plus la courroie de transmission de quoique ce soit : absurdité totale et complète. Extraordinaire autonomie des structures de bases (syndicats, sections syndicales). Aucun ne se sent tenu de près ou de loin de rendre compte de leurs actions à n’importe quel niveau que ce soit. Les mots d’ordre de la Confédération ne sont pas écoutés ! Chaque structure a une vie ad hoc. Chacun vit sa vie car ce sont des structures différentes voire opposées.

A lire : Françoise Piotet, « La CGT. Une anarchie plus ou moins organisé », Politix, numéro 85, 2009/1. [voir l’article sur Cairn.info].

Il n’y a pas de réelle participation à des réunions de sections syndicales. Pour nous faire plaisir la première fois ! La vie syndicale est aux antipodes de celle étudiée à la CFDT. « Déficit d’investissement de forme » à la CGT pour reprendre les mots de Maurice Thévenet. La CGT a un déficit d’organisation qui est un handicap lorsque la Confédération décide d’un certain nombre d’orientations. Il n’y a pas de « courroie de transmission » interne.

Deuxième remarque. Refus d’un développement de la syndicalisation construite sur une base volontariste. Le syndicat est au service de l’ensemble des salariés et de la classe ouvrière. On ne va pas vendre la défense des salariés contre une adhésion. Pas un syndicalisme de services payants. Les « militants par conscience » ne comprennent pas l’adhésion utilitariste. L’adhésion devrait aller de soi. Elle demande un travail sur soi pour arriver à faire que le salarié ait la conviction qu’il doit être syndiqué pour résoudre les problèmes.

Le problème désormais récurrent est le suivant : Comment atteindre un effectif suffisant pour permettre la relève. On part à la recherche du salarié qui a les caractéristiques pour permettre de faire un bon syndicaliste.

Troisième remarque. Il y a un point commun évident dans toutes les monographies : le développement de la syndicalisation est toujours lié au conflit. Le développement de la syndicalisation s’articule sur le conflit. Du coup, on comprend mieux le problème que pose la place du syndicat au niveau de l’entreprise et le rôle accru qu’on lui demande, sans le rapport de forces.

Quatrième remarque. Qu’est-ce qui fait tenir tout le monde ensemble ? Il y a des CGT et non pas une seule.

1) Tout le monde tient ensemble car les liens sont très lâches. A la CFDT, les liens sont très rigides et cela casse ! Les ¾ des scissions viennent de la CFDT. Essentiel, il faut y être attentif car un lien lâche ne veut pas dire un lien faible : l’élasticité du lien est plus importante que sa force ou sa faiblesse. Elle donne une grande force d’adaptation et capacité d’accepter une multitudes de positionnement.

2) Ce n’est pas le poids numérique du PCF en tant que tel mais la force de la culture du PCF qui est très présente, notamment dans les structures interprossionnelles et fédérales. Les personnes passées par ce type de formation sont nombreuses, même si cela ne veut pas dire qu’elles soient encore adhérentes. Des liens forts se sont construit autour de cela.

3) L’importance donnée au rapport de forces et au conflit comme préalable à la négociation. Rien ne s’acquiert sans la lutte. L’interdiction de lutter pour conquérir des droits nouveaux, par exemple par la menace de délocalisation, est un facteur paralysant, un facteur de baisse pour la syndicalisation CGT. Il faut revoir la place du conflit et de la négociation.

Discussion collective.

Première question : Quels sont les arguments des « développeurs » CFDT pour syndiquer ?

→ On présente l’organisation syndicale et la nécessité d’adhérer pour défendre ses droits. Il y a une malette avec des fiches pour répondre à toutes les questions des adhérents de base. Les développeurs ont formé des personnes des fédérations, des responsables de sections à ces pratiques. Proposer systématiquement l’adhésion : cela est difficile pour les militants. Idée selon laquelle on montre l’exemple et les personnes adhèrent naturellement. Discours régulièrement entendu : « Ce n’est pas notre travail de démarcher ». La justesse des luttes doit amener les gens à rejoindre le mouvement syndical. Les travailleurs votent car ils les défendent mais on ils n’adhèrent pas pour autant ! La représentativité sur les résultats électoraux (2008) va très fortement accroître cette distorsion : il n’y a plus besoin d’adhérents, il y a besoin de gens qui votent. La CFDT est revenu là-dessus car elle a pris en compte cette distorsion. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 1,5% de syndicalisation dans le commerce tous syndicats confondus. La France est le pays avec le taux de syndicalisation le plus bas et le taux de couverture conventionnelle le plus fort.

Seconde question : Avez-vous pu interroger quelques travailleurs syndiqués ayant quittés l’organisation par la suite ?

→ On y a pensé mais sous-estimation des difficultés matérielles de l’enquête. L’acceptation de l’entretien se fait sur le temps de délégation et mais refus des entretiens après le boulot. Difficulté de trouver du temps. On n’a pas pu regarder ceux qui étaient partis. Anne-Catherine Wagner est tombé par hasard à la Confédération sur le service d’adhésion par internet. On a trouvé un paquet de lettres évoquant les difficultés de paiement de la cotisation. Certaines fédérations, comme celle des impôts est bien organisé car les jeunes sont syndiqués dès leurs études. Quand il y a une mutation, le syndicat suit les adhérents dans leurs affectations et prévient le syndicat d’accueil.

Troisième question : Quant est-il de l’encouragement à adhérer lors des manifestations, hors de l’entreprise ?

→ Choix fait d’opérer des monographies sur des entreprises. La méthode retenue nous conduit à privilégier cela. Les grandes manifestations nationales permettent l’adhésion, c’est certain. Idem pour les conflits régionaux. La question ensuite est celle d’ancrer localement ces adhésions. Un important problème réside dans les adhérents isolés, traités par l’UL ou l’UD. Dans la réalité, celles-ci ne peuvent pas les gérer.

Quatrième question : La culture syndicale française privilégie le syndicalisme de militant. Le prélèvement automatique va ainsi à l’encontre du travail de prélèvement par le collecteur.

→ C’est une objection forte en effet sur ce thème à la CGT. Peur de la perte de pratiques militantes. D’autres arguments sont plus fort encore : cela empêche la négociation du montant de la cotisation, notamment dans les milieux ouvriers. La collecte automatique a failli faire éclater l’UD dans laquelle nous nous trouvions lors du Congrès de 2003. Ce qui est clair, c’est que le syndicat à la base est d’une extraordinaire pauvreté.

Cinquième question : Il y a une culture qui n’est pas dans l’organisation. Voir travail de Marie-Claire Lavabre sur la mémoire communiste. Que reste-t-il de cette culture quand ce n’est pas de l’organisation ou de la projection ?

→ Ils partagent une même idée de l’action syndicale et partage une conviction très forte de sa nécessité. Idée de « Si on n’est plus là, il n’y a plus rien ». Crainte que tout se termine, qu’il existe une ardente nécessité. Crainte dans le même temps d’être fondue dans les stéréotypes de l’organisation CGT.

Sixième question : Le poids de l’histoire est essentiel. La CGT, c’est le fédéralisme et la lutte de classe. Après il y a l’émancipation. Le fédéralisme de la CGT nait d’un pragmatisme très présent (chacun règle ses problèmes là où il est. On règle soit même ses affaires). Ce pragmatisme procède d’un projet : travailleurs, sauvons nous nous-même : C’est l’autonomie. Il y a un vrai problème historique : situation du salariat en France tel qu’il s’est constitué. Le problème de l’autonomie a toujours été posé et le fédéralisme a été une réponse organisationnel à ce projet : on se passe de structures et de choses englobantes et on travaille là où on est. Héritage libertaire mais pas seulement, répond à la culture populaire ou à la politique populaire. Que reste-t-il de cela, la dimension politique de ce fédéralisme ? Il y a une sensibilité cégétiste. Autre originalité, c’est l’interprossionnel : d’une certaine façon, le projet et les idées d’émancipation butent, achoppent sur l’interprofessionnel, alors que c’est lui qui construit l’unité, la dimension politique, le territoire : mais là cela ne marche pas. La loi de 2008 peut aussi bien produire du regroupement, de la cohésion que du chacun pour soi dans l’entreprise voire dans les catégories.

→ On est frappé. Comment caractériser cela ? La culture commune avec la culture communiste en toile de fond (mais n’est pas suffisant). On a la culture populaire locale en même temps. Pratique du fédéralisme particulier : « ignorer ce que l’on me dit », mais aussi « qu’il s’occupe de ses affaires ». Il y a un heurt avec la culture communiste qui apporte de la cohérence, au moins en apparence. Une fois la cohérence extérieure partie, il reste les statuts de 1902 : il y a une trace de l’anarcho-syndicalisme frappante. Notion de politique populaire peut en rendre compte. Les nouveaux qui arrivent rentrent bien dans le moule, ils reproduisent très bien.

→ A l’ISST, bar de convivialité après séminaire, on connait les syndicats en stage en les écoutant simplement parler (CGT, FO ou CFDT). Il y a une vraie culture partagée.

Septième question : Si on imbrique le recul des grandes pensées politiques et les liens très lâches, cela est-il un obstacle à la recomposition ? Y a-t’il eu un intérêt pour les UL ou UD de la CGT qui sont dans des collectivités locales communistes ?

→ Pour la première question, il n’y a pas vraiment de réponse. C’est la question ! Accusation parfois portée contre le PCF dans les réunions de formation comme une des causes d’affaissement de la CGT. Tentation du retrait : la politique nous a fait mal. Il y a une dimension propre du syndicalisme dans le politique. Problème que l’on retrouve à la CFDT. Surinvestissement d’attentes politiques à l’égard du syndicalisme et position en retrait des militants CGT.

→ Non à la seconde question. Mais exemple d’une UD/UL avec une municipalité qui a toujours été radicale de gauche. Le député maire était un proche de Mitterrand. La CGT a tout obtenu : effet démobilisateur fatal pour le syndicalisme local.

Huitième question. Auto-limitation dans les années 1950-1960 à la CGT qui prenait des positions politiques proches du PCF. Aujourd’hui peur de se politiser, auto-limitation car peur du politique aujourd’hui. Ce qui change, c’est la référence à l’action directe : on est beaucoup dans des phénomènes de délégation. Relation des salariés avec le syndicat, c’est une relation de délégation totale.

→ Les sondages le montrent de manière croisée : que pensent les travailleurs du pluralisme syndical ? C’est bien dans l’entreprise, on a le choix ! Pourquoi n’y a-t-il pas d’engagement syndical ? Il y a trop de syndicats. Attitude forte de passager clandestin. Celle-ci est favorisée par l’institutionnalisation. La vertu de l’exemple remonte de partout : la qualité de notre combat est telle qu’il doit rayonner. Cela renvoie à l’anarcho-syndicalisme et à la figure du militant professionnel.

Où en est ton art, camarade ?

Immendorff, "Wo stehst du mit deiner kunst, kollege ?", 1974
Immendorff, "Wo stehst du mit deiner kunst, kollege ?", 1974, Acrylique sur deux panneaux, 130 cm x 210 cm (ill. 1)

Malgré d’importantes recherches plastiques et d’une renommée internationale, acquise au travers des foires et des grandes galeries, l’art contemporain allemand demeure peu connu du public français. Jorg Immendorff (1945-2007), membre de « l’École de Düsseldorf », appartient à ces artistes en mal de reconnaissances outre-rhin. Son travail porte sur l’histoire de son pays, les interrogations nées de l’après-guerre et de la division que connaît alors le peuple allemand. Ses réflexions et ses travaux le poussent à aborder dans ses œuvres le monde politique en mouvement. Le contexte s’y prête particulièrement. Depuis 1969, le chancelier Willy Brandt a poussé à la révision de la doctrine Hallstein en opérant un rapprochement avec la RDA et l’URSS, connu sous le terme d’Ostpolitik. Sur le plan international, la guerre du Vietnam attire également son attention.

Parmi ses œuvres marquantes, le diptyque Wo Stehst Deiber Kunst, Kollege ? [Où en est ton art, camarade ?] (ill. 1) réalisé en 1973, questionne la division du monde à travers le positionnement de l’artiste au sein de la société. Bien installé dans son atelier, face à son chevalet, un artiste peint, alors qu’un militant entre précipitamment dans son espace créatif, laissant entrevoir une manifestation de rue. Cette œuvre, dont le format rappelle les peintures d’histoire, semble montrer la difficulté qu’éprouve un artiste à vouloir réconcilier son œuvre avec ses ambitions politiques. Elle possède toutes les caractéristiques des peintures figuratives soviétiques mais ne semble pas vouloir répondre aux attentes classiques du Réalisme Socialiste. Cette opposition entre deux mondes interpellent sur la volonté d’Immerdorff. S’agit-il d’une dénonciation de la position de l’artiste en milieu capitaliste ou d’un simple constat sur la coexistence insurmontable de ces deux situations ? Le mythe de l’artiste désengagé politiquement, travaillant seul dans son atelier, affronte l’artiste qui milite réellement, afin de nous révéler les ambiguïtés vécus par les créateurs artistiques.

Vermeer, "L'atelier du peintre", 1665-67, Huile sur toile, 120 x 100 cm
Vermeer, "L'atelier du peintre", 1665-67, Huile sur toile, 120 x 100 cm (ill. 2)

Le mythe de l’artiste dans son atelier.

L’œuvre se divise en deux scène distinctes : l’atelier au premier plan et la manifestation au second. L’atelier occupe une grande partie de l’espace pictural et fait appel à une représentation mythique de l’artiste solitaire, face à son chevalet, en quête d’inspiration. Il répond à la figure de l’artiste prométhéen, voué « corps et âme » à l’art, cloîtré dans son atelier, lieu de gestation et d’accomplissement de sa création. Cette perception de l’atelier comme espace magique de la création prend forme dès la fin du XVIIème siècle. Ainsi, L’Atelier du peintre (1670) de Veermer (ill. 2) illustre cette solitude de l’artiste avec son modèle, source de créativité. Plus récemment, Picasso avec son œuvre Le peintre et son modèle (1914), se figure de manière similaire. D’autres en revanche préfèrent se représenter au sein de leur réseau social comme dans L’atelier du peintre (1855) de Courbet (ill. 3) ou dans Un Atelier aux Batignolles (1870) de d’Henri Fantin Latour (ill. 4). Même si l’espace de l’atelier est ouvert, il ne dévoilent pas pour autant le lien magique entre création et artiste : l’acte créateur demeure un mystère.

Courbet, "L'Atelier du peintre", 1855, Huile sur toile, 361 × 598 cm
Courbet, "L'Atelier du peintre", 1855, Huile sur toile, 361 × 598 cm (ill. 3)

Fantin-Latour, "Un Atelier aux Batignolles", 1870, 204 × 273 cm
Fantin-Latour, "Un Atelier aux Batignolles", 1870, Huile sur toile, 204 × 273 cm (ill. 4)

Dans l’œuvre d’Immendorff, l’artiste est seul, mais il est surtout sans modèle. Il est assis face à son chevalet, qui semble être placé contre un mur et son esprit ne semble s’ouvrir que sur une feuille de papier sur laquelle on peut lire des noms de mouvements mondialement connu : Pop-Art, Nouveau-Réalisme, Art conceptuel, Land-Art et Art optique. Ces mouvements sont contemporains de l’artiste, entre les années 1960 et 1970. Cette liste comporte cependant des « oublis » qui peuvent surprendre. Ainsi, la version Pop-Art allemande, le Nouveau-Capitalisme, n’est pas signalée, alors même que ces acteurs sont également à Düsseldorf.

Dans l’œuvre, l’artiste amorce une nouvelle toile sans modèle, si ce n’est cette fameuse liste. Les premiers coups de pinceaux nous laisse croire que l’artiste tente de poursuivre les mouvements cités. L’artiste travaille à intégrer son œuvre dans l’Histoire récente de l’Art, dans la lignée des avants-gardes, plus que dans une représentation du quotidien ou du réel. L’artiste refuse donc de s’impliquer dans le monde qui l’entoure, s’opposant ainsi au Nouveau-Réalisme qu’il mentionne. Il symbolise la figure d’un pur créateur, détaché de toute structure sociale et libre de toute contrainte. Seule son autonomie à l’égard du monde dans lequel il vit peut garantir sa liberté et son objectivité. Cette position peut être rapprochée du principe de « l’art pour l’art », souvent associé au Cénacle Poétique de Parnasse (vers 1860). Cette théorie, au départ associée à la littérature et à la poésie, prend un sens nouveau avec les peintres symbolistes qui défendent l’auto-référentialité de l’art, c’est-à-dire qu’une œuvre ne représente plus le réel mais fonctionne comme l’addition d’un ensemble de références tirées de l’art et de la littérature. L’œuvre acquiert une autonomie vis-à-vis du monde qui l’entoure, émancipant peu à peu l’art de son contexte social. Le rôle social de l’art devient nul et dorénavant l’artiste est seul et éloigné de la société. Cette conception individualiste de l’artiste, qui s’oppose dès le XIXème siècle à la perception occidentale d’une vision collectiviste des artistes africain et océanien, ne laisse que peu de places à celui qui envisage de réformer la société par son travail artistique.

L’artiste a donc une activité libre de toute contrainte sociale, ce qui lui garantirait son objectivité. Ce présupposé – bien qu’encore trop souvent d’actualité – a été démystifié par des sociologues et des historiens de l’art comme Pierre-Michel Menger, Nathalie Heinich ou encore Nadeije Laneyrie-Dagen. Dans sa toile, Immendorff nous propose sa vision de la démystification en ouvrant l’atelier à la société.

Ouvrir l’espace de l’artiste à la société.

L’espace de l’atelier et celui de la rue s’opposent en tout point. Si l’un paraît silencieux, calme, épuré, l’autre semble bruyant, agité, dynamique. Chaque espace renvoie à une figure de l’artiste : l’atelier symbolise la conception « bourgeoise », la rue celle de l’artiste engagé. La première s’associe à l’idée de « l’artiste-génie », défendue par la plupart des philosophes du XIXème siècle. Kant ou Hegel par exemple, ont séparé l’activité artistique du travail de façon dichotomique : l’art est un espace de libertés alors que le travail n’est que contrainte. S’opposant à ces idées, les écrits de Marx et Engels ont démontré que l’art n’est que le résultat de la production d’un individu. L’artiste n’est donc pas un génie, mais un travailleur parmi d’autres. Par leurs analyses, Marx et Engels révèlent les liens qui unissent l’artiste à la société et ouvrent la voie à un tournant épistémologique : l’artiste doit être perçu comme le reflet d’un réseau social. L’autonomie de l’art s’ébranle lorsque l’on replace l’artiste au sein des contraintes de production. En faisant descendre l’artiste de son piédestal, se posent la question de son rôle dans la société. Ces constatations ont eu un impact direct sur la création artistique tout au long du XXème siècle (et également sur l’Histoire de l’Art et l’analyse des œuvres). Certains artistes souhaitent alors suivre les principes marxistes et s’engager dans la réforme de la société. Dans les années 1920, Raoul Hausmann dans les Considérations objectives sur le rôle du Dadaïsme propose de réconcilier l’art avec son rôle social. Cette solution est proche de celle de Lénine qui considère qu’une avant-garde doit tenir le flambeau et éduquer les masses. Ils proposent alors un art accessible à tous, tout en véhiculant des idées politiques.

En ouvrant la porte de l’atelier pour le confronter à la rue, Immendorff opère une démystification de l’espace en transformant l’atelier en un simple lieu de travail. Il ouvre alors une discussion entre la vision solitaire de l’artiste et son rôle social, par la présence du personnage au centre, qui semble exprimer la phrase présente dans la partie inférieure de l’œuvre « Où en est ton art, camarade/collègue ». Le travailleur présent sur le seuil de l’atelier invite donc l’artiste à faire le bilan de son œuvre et à s’engager dans la lutte menée par le KPD (Kommunistische Partei Deutschlands, le Parti Communiste d’Allemagne). Le travailleur invite l’artiste a les rejoindre et à s’engager dans un processus militant. L’art peut dès lors devenir un outil de propagande communiste.

Connaissant les interrogations d’Immendorff sur l’histoire allemande, on peut tenter d’interpréter ce diptyque comme les deux systèmes artistiques existants à l’époque en RFA et en RDA. La présence de la manifestation du KPD interroge sur la datation et le lieu de la scène. En effet, le KPD, fondé en 1918 subit la partition de 1945. En RDA, le KPD doit fusionner avec le parti social-démocrate SPD sous la pression de Moscou et prend la dénomination de SED (Parti socialiste unifié d’Allemagne). En RFA, le KPD est dissous en 1956 à la suite d’une décision de la Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe. L’interdiction est levée en 1968 et le PKD est fondé (Parti communiste allemand). Une indication toutefois, George Grosz (1893-1959), célèbre artiste allemand du dadaïsme, fut très tôt membre du KPD. L’interrogation du rôle de l’artiste dans son engagement politique pour la cause du socialisme est donc une constante en Allemagne à partir de l’entre-deux-guerres. La proposition qu’Immendorff suggère ici est-elle dans la continuité des travaux et du positionnement de George Grosz ?

Les positions de l’artiste.

A une même époque peuvent coexister les deux systèmes artistiques. Rappelons par exemple la scène artistique française de l’après-guerre. Alors que les avants-gardes se divisaient lors de la fameuse querelle de l’abstraction lyrique contre l’abstraction géométrique, des artistes se sont rassemblés au sein du Parti Communiste Français autour de la figure d’Aragon pour défendre une autre approche : le « Nouveau-Réalisme » ou Réalisme-Socialiste à la française. Le caractère figuratif de ce mouvement prend racine dans les textes de Jdanov (1947), bien qu’une adaptation nationale soit visible. Cette période illustre une opposition entre une abstraction d’avant-garde et une figuration militante. L’œuvre d’Immendorff fait coexister de la même façon ces deux réalités.

La porte sur-dimensionnée, ce bras tendu vers l’extérieur, le regard déterminé de l’homme créent un véritable appel d’air, une invitation difficilement déclinable à quitter l’espace clos, sous réserve d’être en accord avec le message délivré par la banderole : « Combat contre : le vol des salaires, l’augmentation des prix et des heures de travail, la répression politique ». Ces trois mots d’ordre ont du sens pour les salariés mais en ont-ils pour l’artiste ? En acceptant ces revendications, l’artiste se réapproprie des termes propres au monde du travail et du salariat.

Mais une importante question subsiste : que souhaite nous dire l’ouvrier en bleu de travail se tenant debout ? Le terme ambivalent « kollege » est employé pour motiver le peintre à sortir dans la rue. Or ce terme peut se traduire soit par « camarade » soit par « collègue ». Cette ambivalence soulève un problème quant au positionnement de l’ouvrier qui l’interpelle. Dans le premier cas, il s’agit d’un militant interpellant, de manière provocatrice, un artiste-génie en le faisant descendre de son piédestal, au même niveau que les manifestants. Dans le second cas, l’ouvrier considère que l’artiste est un travailleur comme un autre et plus encore, que n’importe quel individu peut pratiquer l’activité d’artiste. Cet individu en bleu de travail serait-il lui même un artiste ? Immendorff laisse subsister un doute important quant à la nature des rapports entre les manifestants, l’ouvrier debout et l’artiste dans son atelier. Ce qui entraîne une seconde question, sur le positionnement d’Immendorff lui-même.

Immendorff, "Auto-portrait dans un atelier", 1974, Acrylique sur toile, 200 x 150 cm
Immendorff, "Auto-portrait dans un atelier", 1974, Acrylique sur toile, 200 x 150 cm (ill. 5)

Immendorff s’associe-t-il à l’ouvrier debout ? Dans ce cas, son œuvre serait une sorte de déclaration en vue de réintégrer l’artiste dans un rôle militant et socialiste. A ce titre, des toiles comme Autoportrait de l’artiste dans l’Atelier de 1974 (ill. 5), semblent plus explicite. L’artiste se représente en pleine action créatrice, peignant une manifestation de travailleurs. Il tente alors, par son travail de représentation, de s’associer à leurs projets de réformes politiques. Néanmoins, du fait en s’intégrant dans la représentation, par son autoportrait, il démontre le paradoxe de ses ambitions politiques. L’artiste, devenu un travailleur comme un autre, est voué à disparaître ! Son travail cherche principalement à réconcilier son œuvre avec ses opinions politiques. Il a du mal à se défaire de la figure de « l’artiste-génie » pour se transformer en simple travailleur ayant une activité politique (création d’affiches, définition de revendications, réflexion sur les réformes sociales, etc.). Ne serait-ce pas en quelque sorte un suicide professionnel, un suicide de carrière ? Comment un artiste peut-il se retirer à lui-même toute son importance ?

Beuys, "Dürer fürhe per = sönlich baadert + Meinhof durch die Dokumenta V", 1972, Acrylique sur bois
Beuys, "Dürer fürhe per = sönlich baadert + Meinhof durch die Dokumenta V", 1972, Acrylique sur bois (ill. 6)

Malgré les difficultés rencontrées pour répondre à ces questions, il est intéressant de noter que les artistes allemands ont davantage questionné le rôle de l’art par rapport à leurs homologues français ou américains. Dès l’après guerre, les Réalistes-Capitalistes de RFA ont tenté de poursuivre les interrogations artistiques des socialistes de RDA, en sachant que nombre d’entre eux avait été formé à l’est. Joseph Beuys (dont Immendorff a été l’élève) a proposé de réformer la société grâce à son art. Refusant de répondre aux attentes classiques de l’artiste, il a apporté à la cinquième édition de la Documenta de Cassel (1972) des pancartes revendicatives (ill. 6). N’oublions également pas le jeune Néo-Rauch (1960-) qui proposé en 2008 une œuvre intitulée Die Stickerin [La Brodeuse] (ill. 7) dont tout laisse croire que l’artiste se transforme en travailleur. D’autres en revanche, refuse tout rôle dans la société, comme Georg Baselitz (1938-) qui énonce : L’artiste n’a de responsabilité envers personne. Son rôle social est asocial. Sa seule responsabilité réside dans sa position face au travail qu’il accomplit.

Rauch, "La Brodeuse", 2008, Huile sur toile, 118 x 165 cm
Rauch, "La Brodeuse", 2008, Huile sur toile, 118 x 165 cm (ill. 7)

Conclusion.

L’œuvre d’Immendorff paraît être une excellente entrée en matière pour questionner le rôle social de l’artiste. Elle offre deux systèmes qui s’oppose, l’un dans les mythologies modernes, l’autre dans une perspective socialiste. Il est intéressant de noter, et ceci sera repris ultérieurement, que le rôle social de l’artiste est assimilé uniquement à un engagement politique. En effet, si l’artiste sort de son atelier, c’est pour devenir un militant politique. Cette conception de l’artiste est très fréquente lorsqu’on aborde la question plus large de son intégration dans la société. Ainsi, l’activité politique de Courbet (1819-1877), par exemple lors de sa prise de position sur la colonne Vendôme à Paris, est régulièrement réutilisé pour réinterpréter ses œuvres. Citons à ce propos, le récent ouvrage dirigé par Bertrand Tillier, L’affaire Dreyfus et les artistes, dont l’objet est de réinterroger l’engagement des artistes à la lumière de cette célèbre affaire qui à diviser la société française au tournant du XIXème et du XXème siècles. L’engagement politique des artistes est-il le seul engagement social qu’un artiste puisse avoir ?