Roland Krivine, collectionneur d’affiches et d’objets militants

Permettre aux acteurs de l’histoire visuelle et esthétique du mouvement ouvrier de s’exprimer est une mission poursuivie par ce carnet de recherches. Artistes, photographes, illustrateurs, responsable à la propagande, agence de communication, archiviste, responsable de photothèques mais également collectionneur d’affiches, d’autocollants ou d’objets militants de toutes sortes sont autant de témoins contemporains ou postérieurs des créations  visuelles. Roland Krivine, bénévole à l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Montreuil et collectionneur à ses heures depuis de nombreuses années ouvre ici le bal des entretiens que nous espérons nombreux et fructueux. Une manière de faire connaitre les sources disponibles, leurs conditions d’accès et transmettre un peu  de leur « dada » parfois encombrant !

L’objet de cet entretien est de connaître les motivations du collectionneur, ses méthodes de récolement et de classement, son avis sur l’évolution de la production visuelle, ainsi que quelques anecdotes autour de la constitution de ces corpus. Pour donner un ordre d’idées sur la vaste et hétéroclite (au bon sens du terme pour l’historien !), voici quelques ordres de grandeur : près de 15.000 autocollants ; près de 3.000 cartes postales ; 441 affiches ; près de 600 épinglettes, pin’s et insignes ; plus de 700 badges ; des porte-clés, des médailles, des partitions, des marque pages, des sous-bocks, des bracelets de journaux, des flammes militantes ou encore des stylos, boites d’allumettes, briquets et autres fanions. Et cela sans compter la présence de 48 boites de tracts soit 4,5 mètres, classées par ordre chronologique. Un vrai trésor !

Au-delà, il faut noter la présence d’objets et de documents pour le moins étonnant : près de 80 annonces RATP de coupures de lignes de bus pour cause de manifestation, près de 400 menus de congrès et autres manifestations militantes ou encore les 17 tickets WC de la Fête de l’Humanité ! A propos du menu des repas pris par les militants, je pense préparer une petite analyse sur ce que les militants mangent et boivent, qui sera publié sur ce carnet de recherche, l’art culinaire entrant – avec quelques contorsions – dans notre objet de recherche !

Sans plus tarder, la retranscription – la plus fidèle possible – de l’entretien de Roland Krivine que j’ai assuré le jeudi 3 février 2011 à 15h30 au domicile de ce dernier.

Emeric.

Je te propose de commencer par décrire ton parcours de militant syndical et politique.

Roland.

Rapidement, je suis né à Paris en 1935. Mes grands-parents paternels et maternels étaient d’origine juive et côté paternel on était d’origine ukrainienne. On est cinq frères. C’est en particulier grâce à mes frères ainés que j’ai eu une vie politique qui a commencé assez tôt, puisque j’ai été membre des Louveteaux, puis des Éclaireurs de France laïcs à partir de 1947. Après, j’ai été aux Vaillants en 1949, qui étaient un peu les groupes d’enfants du Parti communiste, officieusement quoi, pas officiellement. Après, j’ai été à l’UJRF en 1950, qui s’appelait Jeunesses communistes avant la guerre et qui ont repris ce nom en 1956. En 1952, j’ai pris ma première carte au Parti communiste et cette année j’en suis à ma soixantième carte. J’ai pris ma carte de la CGT quand j’ai commencé à travailler en 1956, puis après je suis parti au service militaire pendant 28 mois, dont dix mois à Sarrebourg puis dix-huit mois au Maroc comme grenadier-voltigeur chez les Zouaves, où ils savaient qui j’étais sur le plan politique parce que j’ai été averti par un sous-officier qui m’a dit « on n’y est pour rien, on n’est pas responsable mais on te préviens, tu es fiché, alors fait attention, nous on ne sait pas, on n’est pas au courant, mais… ». Bon, je m’en doutais, j’ai fait attention et j’ai quand même gardé toutes les lettres que j’ai envoyé à mes parents du service militaire. Mes parents les ont gardé, heureusement, j’en ai, je ne sais pas, peut-être deux cents. A l’époque cela durait 28 mois quoi ! Et j’ai été envoyé au Maroc, parce que j’étais exempt d’Algérie, j’avais un frère qui y faisait déjà son service comme médecin.

J’ai toujours été militant de base dans toutes les organisations où j’étais parce qu’à l’époque il y avait un culte de la personnalité et donc pour être responsable on disait « responsable c’est quelqu’un de formidable ». Moi je les regardais comme cela et je me disais « moi, je ne pourrais jamais être responsable de haut niveau ». A la base oui, j’ai été secrétaire, j’ai créé un syndicat dans la boite où je travaillais avant, j’ai été secrétaire et trésorier de cellule, un des responsables du Comité de défense de l’Humanité du 9ème arrondissement. Cela n’a jamais dépassé cette limite. Alors, c’était surtout un parcours politique plus que syndical : je distribuais les tracts, je faisais du porte-à-porte, je vendais l’Huma-Dimanche rue des Martyrs, je collais les affiches, je faisais un peu tout ce travail de base.

Emeric.

Tu travaillais dans quelle branche ?

Roland.

C’était une boite qui dépendait de la métallurgie, c’était une entreprise – enfin j’ai fait plusieurs boites : j’ai commencé chez Alsthom puis je suis arrivé chez SMIDTH, une boite danoise à Paris qui équipait les cimenteries clés en main. Elle fournissait les machines à fabriquer le ciment et moi je m’occupais du transport de ces machines, en restant au bureau ! C’est là où j’ai créé un syndicat, justement dans cette boite. Ils ont déménagé, ils ont quitté Paris, j’ai refusé de partir et comme j’avais 55 ans à l’époque, pendant deux ans j’ai cherché du boulot sans en trouver et quand on était en licenciement économique, on pouvait partir en retraite à 57 ans et demi si on avait assez d’annuités. Le hasard à fait que j’avais assez d’annuités et je suis parti. Et c’est là qu’à titre militant, depuis en gros 1990, j’ai rejoint l’Institut CGT d’Histoire sociale. Au début c’était une petite organisation, elle était en place depuis une petite dizaine d’années et j’étais principalement trésorier. C’était tout petit, je pouvais faire, mais cela se développe, cela se développe et moi je suis un peu fâché avec les nouveautés, les ordinateurs, les trucs comme cela et puis il faut des gens très qualifiés quand il y a des centaines de milliers de francs de recettes, de dépenses et tout cela, il faut un professionnel, donc je ne peux plus faire cela. Maintenant, à la trésorerie, je dis souvent que je suis « employé aux écritures », je copie manuscritement les recettes et les dépenses et je vérifie les abonnements aux Cahiers de l’IHS-CGT.

Emeric.

Alors du coup, quand est-ce qu’a commencé ta passion pour la collection ? Est-ce que tu as dès le départ, cherché à conserver ou bien cela est venue au fur et à mesure du temps ?

Roland.

Depuis le début, depuis très longtemps, je garde, j’entasse. Je classais surtout les choses scolaires. J’ai gardé mes bulletins scolaires, mes carnets de notes et tout cela. J’ai été au petit lycée Condorcet. Pendant la guerre, comme on était juif, on a porté l’étoile jaune. J’ai gardé pas mal de choses de cette période. En souvenir aussi. Beaucoup de choses qui ne sont pas fondamentales mais qui pour moi, comme enfant de 7-8 ans, avaient de l’importance. Par exemple, quand il fallait cavaler dans le métro pour monter dans la dernière voiture. Les juifs n’avaient le droit qu’à la dernière voiture de la rame. On ne pouvait pas aller ailleurs. Comme je portais l’étoile, j’étais obligé de cavaler et même après la Libération, cela m’arrivais au début de cavaler pour attraper la dernière voiture de la rame de métro ! On n’avait pas le droit d’aller dans les squares publics : « entrée interdite aux chiens et aux juifs » ou « interdit aux juifs » seulement. Alors, je ne pouvais pas aller au square. Ce sont des choses qui ne sont pas fondamentales mais qui m’ont marqué. Alors est-ce que c’est cela qui… Je ne peux pas dire pourquoi, mais je collectionne les choses politiques, sociales, ouvrières, syndicales mais aussi des choses moins… comme les erreurs subconscientes dans les lettres ou autres. Par exemple, « Lettre adressée aux Sec.taires généraux » pour « secrétaires ». « Sectaires généraux », c’est peut-être du subconscient mais…! J’en est trouvé pas mal des comme cela. Je fais des photocopies ou je garde l’original quand cela m’est adressé. Ou alors je collectionne les faire-part de décès humoristiques. Ce n’est pas très politique ça, mais dans Le Monde, il y a des tas de faire-part, j’en est tout un stock que j’ai conservé. Par exemple, « monsieur Bouledefeu est mort à son domicile et a été incinéré ». Je trouve cela marrant même si le décès n’est pas quelque chose de drôle ! Effectivement, cela n’est pas politique mais il n’y a pas que la politique même si c’est surtout la politique qui m’intéresse.

Emeric.

Alors chez toi la démarche de collectionner, c’est vraiment un élément qui te fait plaisir et du coup tu prends le pli de le conserver ?

Roland.

Ah oui ! Par exemple, je collectionne les poings levés en photo ou en dessin humoristique. Alors des fois, lorsque je lis ou regarde des images, je vérifie si c’est un bras ou si c’est une main ouverte, dans ce cas, cela ne compte pas pour moi.

Emeric.

Qu’est-ce que représente ta collection en terme de volume à vue de nez ?

Roland.

A vue de nez… Je ne peux pas dire… Je manque de place quoi ! Ce que cela représente… Je sais qu’en mètre linéaire, uniquement pour les tracts, j’ai environ 4,5 mètres linéaires. Mais c’est là où cela prend le plus de place, car il y a les tracts classés par année même si à l’intérieur de chaque année, cela n’est pas classé. Le reste ne prend pas tellement de place. C’est dans des cartons de récupération parce que je n’achète rien par principe, sauf si c’est un truc syndical pour moi, je l’achète évidemment et je le garde après mais autrement si je vais aux puces ou à autre chose, je ne prends rien. Mais j’échange et je garde.

Emeric.

Donc c’est une passion qui ne coûte rien !

Roland.

Je reçois et puis j’accepte ce que l’on me donne, parce que souvent on me donne quelque chose mais la personne en échange ne veut rien. Par la poste des fois, sur le pas de ma porte, cela m’arrive aussi…

Emeric.

Alors, tu as des correspondants réguliers ?

Roland.

Oui ! Il y en a qui m’envoie quand ils ont des choses. Et j’ai un gros classeur où les gens qui m’écrivent sont classés par ordre alphabétique et je garde leur lettre d’envoi. Mais par contre, je ne sais pas ce qu’ils m’envoient, je ne le note pas.

Emeric.

Par contre, tu as une idée de ce qu’ils t’ont envoyé.

Roland.

Voilà ! J’ai un récapitulatif sur deux-trois pages seulement.

Emeric.

Alors, cela fait combien de personnes en tout ?

Roland.

Je ne sais pas, plusieurs dizaines. Il y en a, c’est une fois dans leur vie et puis d’autres c’est assez courant. L’Institut (IHS-CGT) c’est très courant par exemple.

Emeric.

D’accord, les gens de l’Institut te donnent couramment des choses.

Roland.

Oui. Ils savent. Pour ceux qui sont militants par ailleurs. Ce qu’ils reçoivent pour eux et plutôt que de le balancer s’ils ne veulent pas le garder, ils me le donnent.

Emeric.

Ces personnes, ce sont des individus que tu as rencontré durant ta carrière militante ? Des gens de la famille éventuellement ?

Roland.

De la famille, non. Parce que la famille, les archives cela ne les intéressent pas vraiment. C’est des anciens et nouveaux militants du 9ème arrondissement qui connaissent un peu mes goûts. Il y a eu une période dans l’Humanité, il y a une dizaine d’années, il y avait les « messages solidarités », dans lesquels chacun faisait sa petite annonce de deux ou trois lignes. Alors moi j’ai dit que je cherchais, que je collectionnais les autocollants, les documents militants, s’il y en avait. J’ai reçu pas mal de réponses à ce moment là et il y en a qui continuent encore. Alors évidemment, quand je reçois quelque chose, je téléphone ou j’écris pour remercier !

Emeric.

Il y a des gens qui ont suivi pendant plusieurs années, qui ont envoyé des choses ?

Roland.

Ah oui. Et encore maintenant, même si il y en a qui sont décédés.

Emeric.

A l’étranger aussi ?

Roland.

A l’étranger, oui. J’en avais dans les pays socialistes. Des correspondants ! Parce que quand j’étais plus jeune, j’allais beaucoup dans les pays socialistes mais pas seulement. J’ai été en Corée du Nord, en Albanie, en Sibérie, Groënland… J’ai commencé quand j’étais plus jeune, pas sur le plan militant, mais… J’étais militant à l’époque mais je ne m’intéressais pas spécialement à ces documents là. Je faisais beaucoup d’auto-stop, de bivouacs avec ou sans tente et j’allais dans des tas de pays étrangers, surtout nordiques. Je recevais aussi des étrangers. Alors pour me remercier, ils me laissaient des souvenirs. Par exemple j’ai une photo d’un Krivine extrait d’un livre, on ne sait pas si il est de la famille ou pas ! Je pense que c’est un soldat de l’armée rouge des années 1920.

Emeric.

Est-ce que tu as des motivations particulières à la collection, parce que cela va faire plus d’une quarantaine d’années maintenant ?

Roland.

Motivations, oui certainement, sinon je ne le ferais pas mais lesquelles ? D’un côté, c’est la sauvegarde de certains documents parce que je sais que les journaux, les brochures, les choses comme cela sont déposés à la Bibliothèque nationale, au dépôt légal. Les tracts nationaux on peut les trouver ailleurs mais les tracts des éboueurs de la région des Crottes à Marseille, moi je les garde et cela sert. Pour une utilisation extérieure aussi, je prête les documents si certains en ont besoin pour une exposition, pour illustrer une brochure, un livre, une affiche ou un truc comme cela. Je les prête, avec le côté militantisme de la chose, le côté militant du prêt, c’est pour cela que je fais attention quand je prête d’être sûr que ce n’est pas quelqu’un qui pourrait l’utiliser à mauvais escient. Mais une fois que l’on prête, on fait confiance. Par hasard, j’ai retrouvé dans les dossiers, le numéro 2 du journal du Front national en 1973. Le numéro 2 seulement, je n’ai pas le numéro 1, le hasard ! Une chose que j’ai gardé à l’époque ou que l’on m’a donnée depuis.

Emeric.

Est-ce que tu ouvres tes boites parfois pour voir ? Est-ce que tu y jette un coup d’oeil ou bien est-ce que tes boites sont fermées et que d’une certaine manière tu n’y remets pas vraiment les pieds sauf si on te le demande ?

Roland.

Et bien, c’est un peu ça. Sauf quand on me demande. Parce que je ne peux pas me rappeler tout ce que j’ai. On me demande « Est-ce que tu as telle chose ou telle chose ? » Les neuf-dixièmes du temps je dirais, « je ne sais pas, il faut que je regardes ». Si c’est un truc où il y en a très peu, c’est très facile à regarder, mais si on me demande si j’ai quelque chose sur la grève de Lip par exemple, là je sais, oui j’ai pas mal de choses sur Lip. Sur le Parisien Libéré en grève aussi mais combien… Il y a plein de trous évidemment. Ce n’est pas comme les timbres où il y a des livres, des annuaires qui indiquent tous les timbres existants comme Yvert et Tellier. Alors les journaux oui à la rigueur, on peut savoir si il y a des trous mais bon…

Emeric.

Tu ranges dans les boites mais tu ne te vas pas te dire parfois « tiens, je vais ouvrir cette boite pour voir ce qu’il y a dedans et me souvenir du passé » ?

Roland.

Cela m’arrive, mais très rarement.

Emeric.

C’est vraiment une démarche de sauvegarde, principalement.

Roland.

Je mets à part mes choses personnelles des choses collectionnées. C’est-à-dire mes cartes personnelles d’adhérents sont à part, les lettres que j’ai reçues par exemple pour une demande – même si cela ne faisait pas partie de mon travail militant – de faire le service d’ordre comme on disait à l’époque, l’accueil-sécurité maintenant, dans les manifestations, dans les grandes manifestations du Premier mai ou du Mur des fédérés, on demandait à des camarades : « Est-ce que tu peux venir ce dimanche ? ». Il m’envoyait une lettre personnelle. Si je pouvais, je le faisais bien sûr. Alors cela, je ne le mets pas dans les choses collectionnées, car cela est adressé à Roland Krivine, je le mets à part.

Emeric.

Tu fais bien la distinction entre ce qui est à toi et ce qui est dans ta collection.

Roland.

Mon fils, qui a le coeur à gauche mais qui n’est pas spécialement politisé, cela l’intéresse de garder quand même ces choses-là. C’est les souvenirs de son père. Parce qu’il a été élevé un peu là-dedans tout de même.

Emeric.

Alors que la collection dans l’absolu, il n’est pas prêt à la garder.

Roland.

Non, mais par contre, c’est lui qui me tape les inventaires.

Emeric.

Il a conscience de l’importance que cela a pour toi.

Roland.

Voilà. Je sais qu’il ne balancera pas la collection. Même si cela ne l’intéresse pas directement, il cherchera à la replacer.

Emeric.

Dans ta vaste collection, est-ce qu’il y a des choses qui te tiennes à coeur ? Des objets qui ont une signification particulière, un objet qui en lui-même est sympa ?

Roland.

Il y a différentes choses. Dans ma collection personnelle, il y a un cadeau que j’ai fait à Staline pour son anniversaire. J’ai un reçu de couleur jaune à mon nom, des années 1950. Bien sûr ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est l’organisme français qui se chargeait de collecter et de lui remettre. Pour moi, cela a son importance parce que j’ai été élevé pendant la période stalienne, ça c’est sûr. Bon même si maintenant, évidemment je ne suis plus comme avant, puisqu’il y a eu pas mal de choses qui se sont passées. Mais je me dit quand même, puisque l’on cherche toujours, non pas à s’excuser, mais à se demander pourquoi on a pu adorer certaines choses, je me dit que c’était parce qu’on nous disait en France de Staline que ce qui était positif, valable, du genre « tous les enfants du monde entier sont des frères, qu’ils aient la peau blanche, noire, jaune ou verte » ou « les vieux, ils faut s’occuper d’eux ». Tout cela, en URSS, ils ne le faisaient pas forcément, mais en France on croyait qu’ils le faisaient donc c’était formidable, on n’a pas à rougir de ce dont on croyait. Après évidemment on doutait, on se disait quand même, là… Et puis d’un autre côté, il y a un tas de pays qui sont devenus indépendants parce que l’URSS les a aidé. Il ont pu trouver leur indépendance grâce aux communistes du cru ou à l’URSS qui les aidait.

Emeric.

Tu as d’autres objets qui te reviennent à l’esprit ?

Roland.

Des périodes surtout. Quand j’étais jeune, il y avait des manifestations pendant la guerre froide, que ce soit des manifestations du Parti communiste ou de la CGT, qui étaient réprimées par les CRS et les flics. C’était très dur et on avait des mots d’ordre tout le temps, il n’y avait pas vraiment de hauts-parleurs ou de trucs comme cela. Par exemple, il y avait des dizaines de milliers de personnes à Paris qui scandaient des mots d’ordre comme « Figaro nazi » parce que le Figaro avait publié les mémoires du général Speidel. On a fait une manifestation devant le journal. « Ridgway la peste go home ! » parce qu’il utilisait les armes chimiques. Toute cette période là pour moi, quand je vois quelque chose là-dessus, j’ai un oeil plus précis, en tant qu’acteur, car cela me rappelle des souvenirs.

Emeric.

Et au sujet des fameux tickets WC de la Fête de l’Humanité ?

Roland.

Oui ! Mes tickets WC de la Fête de l’Humanité, j’en ai seize je crois mais pas tellement des années anciennes car avant je n’y pensais pas. Pourtant, la Fête de l’Huma, je n’est pratiquement loupé que la dernière vu mon âge. Quand on allait aux WC, il y avait un camarade qui était à l’entrée, il fallait le payer, il donnait un ticket numéroté en échange : ticket WC, Fête de l’Humanité, année, numéro tant et le prix à côté. Maintenant, les WC sont toujours là mais il n’y a plus de tickets. Pour moi, c’est quand même un objet militant parce qu’il y a le logo dessus.

Emeric.

Est-ce qu’il y a eu des objets que tu aurais pu avoir, que tu as manqué et que tu regrettes ? Une affiche sur un mur que tu n’as pas pu prendre ?

Roland.

Oui, si cela me plait, mais si c’est une affiche de gauche ou d’extrême-gauche, je ne vais pas l’arracher ! Si c’est une affiche d’extrême-droite, il faut faire attention et le problème c’est que cela tient en général bien sur les murs ! D’un autre côté, je me dit que maintenant les affiches, sauf les affiches locales, sont sauvegardées, déposées.

Sinon, je n’ai pas de regrets particuliers car ce sont en général des choses auxquelles on ne pensait pas avant. Je ne suis pas à la recherche de telles choses ou de telles choses. Je suis collectionneur mais ce n’est pas mon travail principal quand même. Maintenant, cela le devient un peu, même si ce n’est pas mon souci principal !

Emeric.

Est-ce que tu as déjà pris des risques pour récupérer des objets ?

Roland.

Oui, en particulier quand ce sont des autocollants de droite ou d’extrême-droite, j’ai déjà pris des risques. Je ne me suis jamais fait taper dessus mais engueulé plusieurs fois, ça oui ! Et souvent des gens me regardent bizarrement quand je retire les feuilles annonçant le détournement des bus pour cause de manifestations dans les arrêts de bus. Je ne retire pas la feuille avant ! Mais pendant ou après ! Je leur explique, je collectionne, je garde, je ne suis pas un voyou, je le garde pour l’avenir ! Quand ce sont des manifestants, pas de problèmes. J’ai tout de même 80 coupures de ligne de bus pour cause de manifestation !

Emeric.

Ce qui est amusant dans ta collection c’est qu’on n’y trouve pas les pièces « classiques » qu’on attend d’un collectionneur de belles affiches, de séries complètes d’autocollants avec cette idée d’exhaustivité. Chez toi, il y a vraiment de tout, on trouve des choses que l’on ne pourra pas trouver ailleurs, c’est ce qui fait sa richesse. Les gens n’y aurait pas pensé !

Roland.

Je pense que c’est lié au fait que j’ai été militant de base, donc les trucs qui ne remontaient pas jusqu’en haut dans des tas d’occasions, pour moi c’était de la vie courante. Je me doutais que cela pourrais m’intéresser un jour, sans trop savoir au départ. Et après, quand j’ai eu plus de temps libre, quand j’ai arrêté de travailler, je me suis mis à classer tout ce qui était en fouilli.

Emeric.

Tu as passé plus de temps au final à classer qu’à chercher ?

Roland.

Oui, c’est cela. Je n’ai pas trop cherché, mais j’ai beaucoup récupéré de l’extérieur.

Emeric.

D’une certaine manière, tu es une sorte de réceptacle ? Tu est moins chineur qu’aspirateur ?

Roland.

C’est cela !

Emeric.

Même si je sais que tu n’as pas une vue d’ensemble sur la totalité de ta collection, est-ce que tu aurais des impressions sur l’évolution des tracts, des badges ?

Roland.

Les autocollants par exemple on appelait cela des flyers avant, même si cela existe encore aujourd’hui. Ils étaient jetés comme cela par les fenêtres et c’était des formats autocollants mais souvent recto-verso : c’était imprimé et tout léger. Il y avait aussi les papillons qui étaient avec de la colle au verso mais de la colle qu’il fallait lécher ou tremper dans l’eau pour coller sur les murs. Cela ne se fait plus, maintenant cela s’est modernisé et ce sont des autocollants. Il y a des autocollants à l’envers, en ce sens qu’on les collent sur les voitures, comme cela on en met sur les vitres à l’intérieur ou à l’envers pour que les gens les voient dans leurs rétroviseurs. Ce sont des choses qui n’existaient pas avant, il y a donc une évolution. Pour les badges, il y avait des pin’s, des épinglettes, des médailles, des médaillettes, des portes-clés en provenance d’organisations syndicales ou politiques. Ceci est également relativement nouveau. Avant guerre, c’était plus rare, il n’y avait pas de pin’s, mais des épinglettes. Les affiches ont connu différentes périodes. Au départ, cela dépendait des thèmes, mais il y avait beaucoup plus de texte écrit en plus gros, moins gros mais il fallait vraiment lire et cela n’attirait pas l’oeil. Apparemment cela devait marcher car cela a duré quelques temps quand même. Après, il y a eu les affiches où étaient représentés pas mal de dessins, surtout avant guerre, ou des photos et puis parfois tout cela mêlé sur la même affiche. On ne peut pas dire que l’un annule l’autre. Mais cela dépend je crois un peu des périodes et des thèmes.

Emeric.

Est-ce que tu penses que les objets, du pin’s au stylo en passant par le briquet, cela a une importance pour la propagande de l’organisation ?

Roland.

Au départ c’était des objets de propagande. Maintenant c’est de la communication plutôt. Il y avait des responsables à la propagande dans les partis, cela faisait connaître dans les milieux peu politisés ce que pensait le parti qui éditait l’objet. On ne disait pas communication parce que si le terme existait, on ne l’employait pas pour cela. Propagande c’est plus militant, plus direct, plus impératif : il faut faire ceci, il faut faire cela, ce n’est pas un ordre mais… !

Emeric.

D’où l’importance sur les badges des mots d’ordre par exemple ? Chose que l’on ne retrouve plus forcément aujourd’hui.

Roland.

Oui, c’est cela.

Emeric.

Une partie de ta collection est visible dans l’ouvrage de Zvonimir Novak, La lutte des signes, 40 ans d’autocollants politiques, Paris, Éditions Libertaires, 2009, 212 pages. Est-ce que ta collection apparaît dans d’autres ouvrages ou publications ?

Roland.

Oui, il y a eu un article dans Le Monde d’Ariane Chemin il y a une dizaine d’années. Autrement, il y en as certainement eu mais je ne m’en souviens pas.

Emeric.

C’est intéressant, tu constitue ta collection pour la sauvegarde et en même temps tu ne cherches pas à faire réutiliser à tout prix ce travail.

Roland.

Je ne cherche pas mais quand on me demande, là par contre je réponds ! Par exemple, actuellement, je suis en relation avec le Comité d’Histoire de la Ville de Paris qui avait eu des échos il y a deux ou trois ans de ce que j’ai chez moi et qui était venu pour préparer l’exposition sur les manifestations de rue à Paris. Ils ont pris une quarantaine de documents, qu’ils ont exposés. Du coup, ils sont revenus me voir car il y a un projet d’exposition sur « Paris et Partis politiques de 1880 à 2000 ». Mais je ne cherche pas, je ne suis pas un professionnel. Je ne demande jamais rien, pas un sou sauf si j’ai des frais, notamment les envois par la poste.

Emeric.

Comment accéder à ta collection ?

Roland.

En prenant contact avec moi par lettre ou par téléphone (en appelant l’IHS-CGT de Montreuil). Une partie va être léguée à la BDIC et une partie aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Le partage s’est fait selon les documents qui étaient susceptibles de les intéresser.

Emeric.

D’autres éléments ?

Roland.

Ma femme comprend… Cela lui donne des idées !

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique » présenté par Corinne Welger-Barboza. Séance du vendredi 11 Février 2011, 16h-18h, Salle Jullian.

Les usages de l’image numérique pour l’histoire de l’art

Résumé. Le passage de l’image analogique à l’image numérique, ne se réduit pas à un simple changement de support. Les possibilités de visualisation comme les manières de constituer des corpus d’images impliquent des changements de méthodes, des compétences nouvelles mais aussi une réflexion sur la mise en partage. Des exemples viendront illustrer les orientations qui se dessinent pour penser les voies d’une appropriation adaptée aux exigences de la discipline.

Compte-rendu.

Deux choses avant de débuter.

La question du droit d’auteur et du droit des images ne sera pas abordée durant cette séance. Cette question demande véritablement des développements de fond, une présentation en tant que telle. Ce qui est intéressant, ce n’est pas de connaître la législation en vigueur mais les enjeux qui sont débattus en ce moment sur la manière dont le numérique devrait se plier à un ordre des choses « analogique ».

Les définitions des caractéristiques techniques de l’image numérique ne seront pas abordées non plus. Je propose une démarche empirique, avec quelques définitions seulement. Rien ne vaut d’expérimenter par soi-même !

I. En guise d’introduction. Un exemple de programme informatique de gestion de corpus d’images : Picasa.

Dans un premier temps, je voudrais commencer par une mise en situation, qui est notre lot commun aujourd’hui : le fait de télécharger sur sa machine des logiciels libre d’accès pour constituer et organiser nos corpus d’images. J’ai fait le choix de vous présenter aujourd’hui Picasa, logiciel libre de Google. Je mettrai l’accent sur deux contraintes principales. La première est celle du classement et de l’indexation de nos corpus d’images. La seconde est celle de la visualisation de notre corpus d’images.

Un premier aspect important, c’est que ce programme nous permet de classer selon deux degrés de classement : les « dossiers » et les « albums ». Ce qui est intéressant de voir, c’est que tout ce qui figure dans un dossier peut être ajouté par un simple « slide », un simple déplacement dans un album. Les propriétés acceptent des « tags », des « mots-clés » ou « descripteurs » que l’on peut librement ajouter. C’est un outil très souple, très fluide et devenu commun pour l’usage de nos images.

Un deuxième aspect qui me semble important, c’est la présentation en vignette (avec possibilité d’agrandissement) avec le défilement. On peut avoir une vision synoptique et une possibilité d’action de sélection d’un grand nombre d’images. Lorsque l’on charge ce type d’application, on a la possibilité de visualisation sous forme de diaporama.

II. Sur l’image numérique et les pratiques de l’histoire de l’art.

Temps 1. La période moderne.

Dans cette partie, je souhaite revenir sur l’exposition organisée de fin 2010 à début 2011 au Musée du Louvre sur « l’Antiquité rêvée en ses livres (1600-1800) ». Cette exposition a été l’occasion d’une présentation exceptionnelle d’un nombre important de recueils faits par les « antiquaires ». Ce qui m’a frappée dans l’exposition et son catalogue, c’est une série de gestes et de regards que l’on peut induire sur l’œuvre à partir de ces images. Comment à partir de l’œuvre, constitue-t-on les documents (dessin, gravure puis photographie) ? Dans tous ces ouvrages, on réalise bien que l’on procède, par le dessin ou la gravure, à une véritable extraction de l’objet de son contexte. On va surtout utiliser des détails, on va les choisir. On constitue, notamment dans les travaux de Séroux d’Agincourt, des grilles, des planches où l’on va sélectionner et mettre ensemble, par le dessin ou la gravure, toutes sortes d’édifices ou parties d’édifices afin de susciter un regard de comparaison. Dans le cas de ces réalisations, toute la fabrication du document en référence à l’œuvre, ce regard de sélection, de mise en rapport, anticipe la reproduction par le dessin ou la gravure. C’est le regard qui interprète et trouve une mise en forme. Autre réalisation, celle du recueil de Bianchini, qui est un livre dont l’envergure une fois ouvert est d’un mètre et demi, grâce à un collage de feuilles. Ce n’est plus la question de la comparaison qui est en jeu mais la question du grossissement de l’image. Avec la reproduction des œuvres d’art se met en place la définition de tout un vocabulaire spécifique que l’on retrouve jusqu’à nos jours.

Nous sommes à cette époque dans un monde limité d’amateurs, même si des recueils circulent. Le rapport à l’œuvre est limité, puisque les communautés d’historiens doivent voyager pour voir les œuvres de l’Antiquité. Mais deux éléments existent déjà : la mise en grille pour comparaison et la question de la vision rapprochée sont déjà contenues dans ces démarches du 17ème et 18ème siècles.

Temps 2. L’ère de la photographie.

Pour la photographie, je ne vais pas développer particulièrement car cela est beaucoup plus proche de nous. Il y a également toute une considération avant la prise de photo. Mais il y a une multiplication des points de vue et des documents. Il faut considérer que nous sommes à l’ère photographique, dans une économie de l’image de l’œuvre : La constitution de publics et de publications changent la donne. On a une tendance à la standardisation du point de vue sur les œuvres. Nous avons une grande similarité des choix et du vocabulaire, alors que nous sommes dans des économies très différentes par rapport au temps précédent. Il y a cependant toujours une solidarité de l’image avec son support : chaque inscription du document est solidaire du support sur lequel le document s’inscrit : livre imprimé ou photographie (solidarité parfaite). Cette question de la solidarité, de la fixité est quelque chose de tout à fait essentiel et commune au 18ème siècle et à l’ère photographique. Il y a cependant une multiplicité de l’appareillage avec un usage unique et défini : il faut prendre attention aux dispositifs technique de prise et de visualisation de l’image. On avait par exemple à l’ère photographique la présence de carrousel de diapositives, de projecteurs de diapositives, etc.

Temps 3. L’ère numérique.

Si on revient à l’ère numérique, il faut constater en premier lieu que l’on a un usage du numérique fortement empreint de l’usage de la photographie voire de la diapositive (on le voit particulièrement bien avec le vocabulaire employé dans Powerpoint). On transfert une certaine pratique, caractérisée par la fixité de l’image dans une ère numérique. Le problème est que l’image n’a plus la fixité du support de la diapositive ou de la photographie.

1. Sur la question du zoom à l’ère numérique.

  1. Site du MOMA de New-York. On nous propose un affichage du résultat de nos requêtes sous forme de planches de vignettes : nous avons une possibilité très importante de défilement (160 images sur la même page). Ce site fonctionne de la même manière que Picasa. Nous avons une forme dynamique qui permet d’identifier par un premier cartel l’œuvre et son artiste au simple passage de la souris. Mais dans d’autres configurations, un simple passage de la souris permet un agrandissement automatique de l’image.
  2. Site du Louvre. On nous propose un zoom important au passage de la souris, à la manière d’un loupe.
  3. Site du Metropolitan Museum de New-York. Il y a une superposition d’une double vignette. La circulation sur un petite image permet de circuler sur un agrandissement bien plus important au-dessus.
  4. Site de la National Gallery de Londres. La proposition technique permet un agrandissement encore plus important. Le site ouvre un cadre permettant d’offrir un agrandissement extrêmement important, améliorant le confort de l’utilisateur. Le zoom, par sa qualité, rejoint ici l’imagerie scientifique, telle qu’elle est utilisée dans les laboratoires de recherches.
  5. Le Google Art Project propose certaines images avec une résolution extrêmement importante, plus encore car elle peut permettre de voir des choses presque invisibles à l’œil nu, par exemple les empattements, la touche personnelle de l’artiste.

Après ces quelques exemples, on se rend bien compte que l’on a vécu une rupture par rapport aux possibilités de visualisation proposée par les appareillages précédents.

2. La question de la comparaison est un point clé des questions abordées.

  1. Comparateur d’images LACMA. Ce site internet permet de sélectionner des images pour ensuite procéder à leur comparaison.

3. La question de la visualisation en trois-dimensions.

C’est un avantage indéniable pour observer (exemple d’un chapiteau d’un cloître en Sicile).

  1. Le site internet Cenobium étudie deux cloîtres italiens. Il comprend la reproduction en trois dimensions des chapiteaux numérisés que l’on peut télécharger avec une application (LightTable). On peut envisager l’objet sous tous ses côtés mais il permet également de zoomer. La proposition de visualisation est en rupture avec l’ère photographique. C’est une réalisation conjointe de l’Institut d’histoire de l’art de Florence et d’un laboratoire d’imagerie.

C’est une voie actuelle de développement, avec les futures webcam3D. Pour le moment, ce sont de véritables projets institutionnels.

III. Enjeux de l’image à l’ère numérique.

Comment s’approprier les images dans l’environnement numérique, qui fonctionne avec l’opérateur, c’est-à-dire nous. La caractéristique de l’environnement numérique c’est que les images sont d’une extrême malléabilité : la fixité du support n’est plus du tout de mise. Nous sommes dans une situation de désolidarisation absolue de l’information et de son support : duplication, modification sont facilement exécutables. C’est la caractéristique fondamentale de l’image numérique. Document instable, toujours en instance de traitement. Il y a une stabilisation circonstancielle à un moment donné, mais par essence, l’image numérique est instable. On se trouve dans un environnement où l’on est face à une continuité de gestes : un même outil permet d’effectuer l’ensemble des gestes qui nécessitaient autrefois plusieurs outils différents. Ce qui est frappant également, c’est l’intégration des différents outils. L’ordinateur – la station de travail – se trouve au centre de ce dispositif dans la mesure où on commande l’ensemble des autres gestes et opérations de traitement à partir de lui. L’ordinateur comporte bien sur un élément crucial : c’est l’écran. C’est une interface qui permet la commande, mais qui est aussi l’interface de visualisation de l’image, à la manière d’une table lumineuse. L’ordinateur est immanquablement connecté au réseau aujourd’hui. La circulation de l’image, la confection des corpus fait que la connexion est une voie de rapatriement des images mais également la voie de leurs redistributions et remises en forme.

Face à cela, les questions d’appropriation se posent de manière tout à fait nouvelle. Notamment à propos du comportement de l’image numérique mais pas seulement. Ce qui est encore plus décisif, c’est la compréhension profonde de la façon dont l’image numérique s’intègre dans une chaîne numérique dont il faut comprendre les ressorts. C’est une chaîne de production, d’édition et de manipulation (outil de traitement) de l’image. Ce qui est important de comprendre dans cet environnement, c’est la manière dont certaines responsabilités nous échoient alors que précédemment nous n’avions pas à nous en préoccuper. Nous avons la responsabilité de clarifier nos finalités, nos usages par rapport à la confection de nos corpus et l’utilisation des images. Exemple de l’indexation : Il est évident que si l’on considère que nous sommes inclus dans une chaîne éditoriale, il est essentiel de savoir si l’on va constituer des corpus à son propre et unique usage ou bien plus largement, par une mise en partage. Cette question induit notre démarche quant à la définition des descripteurs par exemple. Ces responsabilités demandent à être éclairées par une compréhension de la manière dont se comporte les institutions, les communautés d’historiens de l’art qui détiennent les corpus d’images. Il est important de comprendre la politique de ces organisations. Il faut comprendre les règles d’usages, les lois en vigueur et bien comprendre que nous sommes dans une phase transitoire conflictuelle. Des débats ont lieu au sujet de la manière dont étaient gérés jusqu’à présent les droits d’auteurs. Il faut se faire une opinion à ce sujet ! Nous sommes contraints d’augmenter nos compétences et nos centres d’intérêts (informaticien, documentaliste, archiviste…) : il faut réfléchir pour essayer de comprendre. Il faut avoir une vision de ce que l’on veut faire, de ses usages. C’est une façon de prendre conscience de la nécessité d’être transparents dans nos pratiques.

Pour finir, un exemple qui va me servir d’ouverture pour la prochaine séance sur les Digital humanities. Le projet « Virtuelles Kupferstichkabinett » permet d’accéder à un corpus de 40 000 estampes. Je vous invite à lire l’article d’Élisabeth Doulkaridou sur le carnet de recherches de l’observatoire critique : « vers les cabinets d’estampes en ligne : le cas du Virtuelles Kupferstichkabinett ». Ce projet est le fruit d’une coalition de chercheurs et d’institutions patrimoniales qui sont animés par l’objectif d’étudier des collections importantes d’estampes tout en les mettant à disposition des autres chercheurs et du public. Les chercheurs ont été invités à concevoir une instrumentation en fonction de leurs besoins pour l’étude.

L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine

Couverture de l'ouvrage "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine", Paris, Le temps des cerises, 2005, 240 pages
Alain Ruscio, "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine"

Les années 1950, années de reconstruction et de modernisation, années de guerre froide et d’opposition communiste à la guerre  en Indochine… Henri Martin appartient à cette histoire mouvementée de la France d’après-guerre, pour s’être opposé à la « sale guerre », pour avoir revendiqué la liberté pour le peuple vietnamien. Ce militant communiste, emprisonné trois années  durant pour avoir distribué des tracts dans l’arsenal de Toulon, a été au coeur d’une immense campagne de propagande pour sa libération et pour la fin de la guerre en Indochine, menée par le Parti communiste français. Un évènement bien connu dans ses grandes lignes par les historiens et les militants mais pas dans ses détails, ce qui a justifié l’organisation d’une journée d’étude, cinquante ans plus tard.

Les éditions Le temps des Cerises ont publié en 2005 les actes de cette journée du 17 janvier 2004 tenue à la mairie du onzième arrondissement (Paris) et intitulée : « L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine ». Plusieurs centaines de participants ont  pu entendre les interventions et/ou témoignages d’Henri Martin, Raymond Aubrac, Axelle Brodiez, Philippe Devillers, Paul Fromonteil, Jean Marrane, Anne Mathieu, Jacques Mignot, Sabine Rousseau, Alain Ruscio et Roland Weyl. En 240 pages, cet ouvrage reproduit in extenso l’ensemble des contributions, avec en bonus une série de documents en annexe : articles de presse (L’Humanité, la Vie ouvrière, La Défense), poèmes, oeuvres d’art et extraits d’ouvrages. A cela s’ajoute, au fil du livre, la reproduction de nombreuses « une » de journaux et de couvertures d’ouvrages.

Quatre sous-parties structurent les contributions de cette journée : contexte et déroulement de l’affaire, mobilisation autour de l’affaire, affaires similaires et enfin témoignages des acteurs. La première sous-partie se charge de replacer l’affaire Henri Martin dans le contexte de l’immédiat après-guerre. Tel est l’objet de la contribution de Philippe Devillers qui plante le décor, c’est-à-dire les débuts de la guerre coloniale en Indochine (1945-1946). La contribution suivante, celle d’Alain Ruscio, intitulée « L’affaire Henri Martin : Genèse et grandes étapes », assure une présentation chronologique de l’évènement. La décision d’organiser cette campagne et son suivi politique est décortiquée, à partir des archives du PCF et celle d’André Marty. La seconde sous-partie cumule trois contributions : celle d’Axelle Brodiez sur le Secours populaire français et les Comités Henri Martin, celle d’Anne Mathieu sur les intellectuels – Jean-Paul Sartre – et enfin celle de Sabine Rousseau sur l’engagement des chrétiens aux côtés d’Henri Martin. Ces trois contributions complètent l’énoncé factuel d’Alain Ruscio en éclairent certains aspects de la campagne. Dans une troisième sous-partie, Alain Ruscio et Sabine Rousseau reviennent sur deux affaires similaires, celles de Raymonde Dien et Jeanne Bergé, qui ont également payé leur engagement en faveur de la paix en Indochine. Dernière sous-partie, celle des témoignages, avec des interventions de Jacques Mignot, de Roland Weyl, Paul Fromonteil et Jean Marrane.

Cette journée d’étude nous offre un éclairage intéressant sur le parti communiste français des premières années de la guerre froide, durant le conflit de décolonisation en Indochine. Elle permet de compléter nos connaissances sur une période qui intéresse désormais davantage l’historiographie de la gauche communiste, comme en témoigne le numéro double 112-113 des Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, qui se penche sur les histoires croisées du communisme italien et français. Trois articles s’intéressent plus particulièrement à cette période charnière des décennies 1950-1960. Cette affaire Henri Martin, par son ampleur et sa durée, offre également un panorama des relations entretenues par le parti communiste avec les « organisations de masse » (Secours populaire français, Union des femmes françaises ou encore Union des jeunesses républicaines de France notamment), avec les intellectuels (Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso ou Fernand Léger) et avec la gauche chrétienne.

Couverture "La CGT dans les années 1950", Rennes, PUR, 2005, 487p.
"La CGT dans les années 1950", PUR, 2005, 487 p.

Le contenu de cette journée d’étude est plutôt équilibré, grâce à la multiplication des points de vue sur l’affaire, même si on peut regretter l’absence de contributions sur l’investissement des organisations syndicales dans cette affaire. Celles-ci auraient ainsi complété le colloque de novembre 2003 sur La CGT dans les années 1950 organisé par l’IHS-CGT et le CHS 20ème siècle. Une seule contribution y abordait le conflit indochinois, celle de Maurice Desseigne sur « La fédération des PTT et la guerre d’Indochine (1946-1954) » qui n’évoque que très rapidement l’affaire Henri Martin. Il y a là je pense matière pour déterminer le degré de « soumission » politique entre les projets du parti communiste français et l’action réelle de la CGT, d’autant plus qu’Axelle Brodiez et Alain Ruscio apporte un éclairage intéressant sur les différentes tactiques mises en oeuvre entre parti communiste, secours populaire français et comités ad-hoc « Henri Martin » promus par André Marty.

De nouvelles pistes de recherches ?

Faire campagne, monter une « affaire », mettre en avant des « figures », des « héros et héroïnes » sont autant de moyens visant à rallier les masses des travailleurs et de la jeunesse derrière une cause. Les exemples sont nombreux, à l’instar de l’affaire Henri Martin : Les « Dix de Renault » sont mis en avant au moment où la fermeture définitive de l’usine de Billancourt est annoncée par la direction de Renault. La CGT et le PCF décident de lancer une grande campagne nationale pour la réintégration de ces dix salariés protégés injustement licenciés, afin de créer un précédent et ainsi fermer cette voie patronale de répression du mouvement syndical et politique. Sylvie Plessis et Joëlle Soyer deviennent les figures de proue du secteur féminin de la CGT et de son mensuel Antoinette pour lutter contre les licenciements pour raisons médicales, également à la fin des années 1980. Ces deux exemples, pris parmi tant d’autres, démontrent l’intérêt d’une étude historique transversale sur les modalités d’organisation et de suivi des « affaires » et des « campagnes ». Les quelques questions suivantes et les réponses apportées par cette journée d’étude démontrent tout le potentiel de cette étude.

Comment choisit-on une « campagne » ? La figure d’Henri Martin est un choix réfléchi de la part de la direction du PCF, après lecture approfondie de son parcours professionnel, militant et familial. L’analyse de deux autres affaires similaires offre un éclairage intéressant sur les critères de ce choix. Une analyse transversale de ces critères permettrait de mettre en lumière les modes de représentation et l’identité communiste, complétant les travaux de Marc Lazar par exemple sur la figure du mineur. Ce choix interpelle aussi sur le rythme des campagnes et leur insertion dans l’agenda militant. Comment cette affaire est évoquée durant les congrès nationaux ou locaux, lors d’échéances électorales ou en lien avec les préoccupations de la base militante ?

Quelles relations entretiennent l’ensemble des organisations parties prenantes de ces actions ? Le travail d’Axelle Brodiez est intéressant à plus d’un titre, démontrant l’évolution des tactiques au sein de la direction du parti communiste et ses conséquences sur l’organisation de la campagne. Le dilemme entre utilisation du secours populaire français ou mise en place de comités ad hoc reflètent les interrogations du parti communiste quant à son insertion dans la société française et son travail au sein de la classe ouvrière.

Quels moyens d’action ? Les différents moyens d’action mis en oeuvre nous sont présentés : comité national de soutien, pétitions, actions coup de poing, oeuvres d’artistes, multiplication des articles de presse, campagne financière, actions en justice, etc. L’importance du rôle des intellectuels dans la campagne est souligné, grâce à une étude littéraire sur l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Paul Sartre et à une présentation de l’engagement tardif mais bien réel des écrivains et journalistes chrétiens dans cette affaire. Il serait intéressant de compléter ce travail par une étude des oeuvres picturales réalisées à l’occasion de cette affaire, notamment par Fernand Léger et Pablo Picasso.

Quel action judiciaire ? Sur ce point, cet ouvrage relève à de nombreuses reprises l’utilisation des procès comme tribune politique. Là encore, il serait intéressant de faire une étude, aussi bien littéraire qu’historique, sur les lignes de défense adoptées par les militants communistes, ne serait-ce que  pour les comparer au célèbre ouvrage de Marcel Willard, La défense accuse, publié en 1951 et réédité à de nombreuses reprises.

A quelle fréquence ces grandes campagnes reviennent-elles ? Dans quels contextes apparaissent-elles ? Ces campagnes sont-elles toutes victorieuses ? Quels coûts financiers et humains ? Autant de questions qui trouveraient des réponses dans une étude systématique des campagnes militantes.

En conclusion, cet ouvrage issu de la journée d’étude sur « Henri Martin et la guerre d’Indochine » retiendra sans nul doute l’attention des militants et individus intéressés par l’histoire de la gauche communiste et de la guerre froide. De lecture facile, il apporte un éclairage sur l’histoire communiste de la guerre froide, décortique une grande « affaire » qui a largement mobilisé, donne quelques éléments nouveaux sur la figure d’André Marty et permet de compléter les travaux menés sur le conflit de la décolonisation indochinoise. Enfin, il ouvre à mon sens une perspective de recherche tout à fait intéressante : l’analyse pluridisciplinaire (historique, littéraire, historienne de l’art) sur le choix, le déroulement et la conclusion de ces grandes mobilisations.

L’entreprise en restructuration. Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives

 

Couverture de l'ouvrage L'entreprise en restructuration. Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives
Couverture de l'ouvrage "L'entreprise en restructuration. Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives"

Une séance du séminaire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie » au Centre d’Histoire sociale du 20ème siècle : Compte-rendu de la séance du 3 mars 2011 sur le thème des restructurations d’entreprise en Europe avec Claude Didry et Annete Jobert (IDHE).

Sur l’ouvrage de Claude Didry, Annette Jobert (dir.), L’entreprise en restructuration. Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Paris, PUR, collection « Économie et société », 2010, 271 pages.

Prochaine séance avec Bernard Friot sur le salaire, le 7 avril prochain.

Intervention d’Annette Jobert.

Nous sommes tous deux sociologues du travail mais également sociologues des relations professionnelles (étude et recherches sur les syndicats, le patronat, la négociation collective, les conflits, la création de règles). Il existe une spécificité de l’étude des relations professionnelles qui restent assez rares en France, contrairement aux pays anglo-saxons.

Nous appartenons à l’IDHE qui est un laboratoire pluridiscplinaire : historien économiste, historien, sociologue.

Intervention de Claude Didry.

Aujourd’hui, il s’agit de présenter un ouvrage qui est le résultat d’un travail collectif de recherches menées dans le cadre de l’ancêtre de l’ANR (ACI). Cette recherche collective a été lancée dans un appel d’offres lié aux dimensions de politiques, de droit et de régulation : approche qui guide le travail de réflexion. La thème retenu était le suivant : Les restructurations entre politique publique, droit et relations professionnelles. Cette orientation quelque peu spécifique était fondée sur une équipe pluridisciplinaire : sociologues, juristes, historiens et un économiste, Robert Salais.

Ce programme de recherches reflète un intérêt de longue date, depuis une loi de janvier 1993 qui introduisait l’obligation de reclassement dans les plans sociaux et la création d’un droit de demander la nullité des licenciements collectifs (par les salariés, le Comité d’entreprise ou les syndicats). Cette loi était intéressante à l’époque car elle conduisait à l’annulation de la procédure de licenciement collectif : cela à attirer notre attention. Il s’agissait d’une démarche nouvelle à l’égard de l’emploi et de la politique industrielle. Cela changeait par rapport aux différents contre-plans émis lors de la restructuration de la sidérurgie. L’action vient ici des acteurs eux-mêmes pour trouver des solutions variées et nouvelles.

Cette loi a conduit à annuler des plans de licenciements à de nombreuses reprises (exemple de l’arrêt de la Cour de cassation « Samaritaine » en 1997 qui décide la réintégration des salariés de l’entreprise). L’intérêt pour les restructurations s’est également développé à l’échelle européenne : on assiste à la création d’un droit européen du travail qui s’est cristallisé sur la question des restructurations. Des directives très importantes ont été adoptées dans les années 1970 sur le licenciement collectif et le transfert d’entreprise. A la suite, on a assisté à un développement dans les années 1990, avec la création du Comité d’entreprise européen (entre 1994-1996). Nous avons procédé à des monographies d’entreprises multinationales pour étudier plus précisément la mise en place de ces restructurations et le rôle joué par les institutions représentatives du personnel (Alsthom, Canal +). Nous avons également engagé un travail d’enquêtes pour connaître les derniers développement en 2007-2008 sur l’application de la loi de 2003-2005 qui introduit la possibilité de négocier des accords dérogatoires sur la procédure de consultation des Comités d’entreprise dans les licenciements collectifs. C’est une procédure complexe qui suscite encore des critiques car elle associe les syndicats à la procédure de licenciements. Nous avons pu procéder à l’étude de ces accords de méthode. Cette démarche s’inscrit dans une dimension non immédiatement économique : Les restructurations sont définies comme le résultat d’une activité de gestion qui n’est pas une activité de gestion courante mais une activité de gestion qui correspond à des événements d’une certaine ampleur associée à des projets de la direction d’entreprise. Ces projets impliquent l’ensemble des acteurs de l’entreprise (direction d’entreprise, institutions représentatives du personnel, syndicats, salariés, personnes dans et hors de l’entreprise). Ces restructurations s’inscrivent dans un contexte institutionnel qui définit les règles du jeu autour desquels vont intervenir les différents acteurs mentionnés et sur lesquels ceux-ci vont s’appuyer.

Une remarque importante. Il faut éviter le réductionnisme économique qui porte en lui un regard sur l’histoire qui mérite d’être rappelé ici. L’idée défendue dans notre oucrage est l’idée selon laquelle l’histoire économique ne suit pas une flèche du temps simple. Nous ne sommes par partie d’une chronologie simpliste : par exemple, une chronologie « classique » en trois temps (régulation concurrentielle, régulation fordiste, régulation post-fordiste). L’histoire n’est pas un ligne temporelle simple mais une intrication de temporalités portées par des acteurs dans des processus ouverts. On évite cela en ayant une vue historique non insérée dans une vision macroéconomique fixe. Nous considérons par exemple qu’il n’y a pas « d’âge des services » par exemple. Il est important de voir comment les acteurs voient leurs situations, dans un contexte où ils vont mobiliser des ressources sans préjuger du contexte général économique.

Il était important d’avoir une attention particulière sur le fait que les dynamiques économiques étaient traversées par des dynamiques institutionnelles (cadres juridiques, légaux, conventionnels, normatifs qui ont une dynamique propre pouvant être différente de la dynamique de la « grande » histoire économique). Les restructurations ont une histoire spécifique, qui n’est pas un élément marginal d’une « grande » histoire économique.

Pour cela, nous devions avoir un regard historique sur les restructurations pour en saisir la singularité : c’est un élément fort du programme de recherche. Deuxième point, nous devions également avoir un regard sur les dynamiques institutionnelles : développement des cadres de références à partir desquels les acteurs se placent dans des processus de restructurations (choix d’entreprise, mobilisations collectives dans l’entreprise). Troisième point, nous avons analysé la mobilisation des acteurs avec un angle d’attaque sociologique (regard général et entretiens).

Au sujet de l’histoire et de la singularité historique des restructurations. Nous avons un ensemble économique et institutionnelle général : le capitalisme. Un moment historique est marqué par l’ouverture nouvelle qui se dégage dans les années 1960 dans le sillage du traité de Rome et donc de l’identification d’un marché commun.

Avant les années 1960, il est difficile d’identifier des restructurations, car ce terme fait difficilement sens pour les acteurs. L’enjeu syndical des années 1930 porte davantage sur le résultat de ces restructurations, c’est-à-dire la prise en charge des chômeurs. Le gaullisme en France assume le traité de Rome et envisage une organisation de l’économie qui va joindre deux éléments : une base rationnalisatrice et le souci d’inscrire l’économie nationale dans un ensemble plus large. Le terme de compétitivité (contraction de concurrence, compétition – productivité) est lancé et enjoint au regroupement. Avec le cinquième plan en 1965, on met en place « les champions nationaux » qui résultent d’une réorganisation économique qui s’engage dès la toute fin des années 1950. On assiste à des regroupements dans les mines, la sidérurgie et d’autres secteurs. L’action est menée à partir des réflexions sur les structures économiques : Jacques Rueff (notamment après son expérience de commissaire à la Cour de justice de la CECA), dans le rapport Rueff-Armand, développe cette idée : la dynamique du marché permet de faire évoluer les structures économiques. On retrouve cette idée dans un ouvrage de Gélinié (idée de structure compétitive). Une sorte de structuralisme libéral se développe chez J. Rueff à partir de cette date. Cette pensée renvoie à la pensée de Merleau-Ponty. La dimension de structure, appliquée à l’entreprise, donne naissance à l’idée de « champions nationaux ». Dès les années 1960 se prépare les dégâts des années 1970 : fusions, regroupements, concentrations, fermetures d’entreprise. A la fin des années 1960, il y a une accélération des fusions grâce à l’action des banques d’affaire (comme Suez) pour assurer l’élimination des « double emplois ». A ce même moment se négocient l’accord UNEDIC (1959) pour gérer le chômage, la création du FNE (1963) pour accompagner les restructurations, par l’outil des pré-retraites. Le chômage va poindre à cette date (voir L’Invention du chômage de Robert Salais), pris en compte par la création de l’ANPE en 1967. On assiste à une relance d’institutions laissées de côté auparavant : les comités d’entreprises. Ceux-ci sont désormais intégrés aux débats de la restructuration. Ils sont intégrés par le législateur par une loi de 1966 (information du comité d’entreprise sur les questions d’emplois). Nous retrouvons cette dimension après les événements de mai-juin 1968 : au même moment (février 1968-février 1969), un accord est négocié par l’ensemble des organisations syndicales sur la sécurité de l’emploi. Il s’agit là de la première signature de la CGT d’un accord national interprofessionnel (voir à ce sujet la belle interview de Benoît Frachon sur le site de l’INA). Cet accord soulève l’importance de l’information et de la consultation du comité d’entreprise sur les problèmes de l’emploi. Il institutionnalise l’accompagnement de l’emploi avec la procédure de reclassement dans ou hors de l’entreprise. Il offre la possibilité d’un conflit entre le comité d’entreprise et la direction de l’entreprise pouvant être arbitré devant une commission départementale, même si cette procédure n’a pas vraiment été utilisée au final. Mais il existe désormais une véritable boite à outil sur le reclassement.

A partir de 1969, on assiste à une relance au niveau européen après le départ de De Gaulle et la fin de la politique de la « chaise vide ». Cette relance conduit à l’organisation d’un sommet de l’emploi en 1970 qui vise à poser des cadres juridiques transnationaux pour régler les restructurations transnationales en Europe. L’idée est d’harmoniser les législations nationales. Les restructurations sont des choix d’entreprises ayant un écho particulier : le contexte institutionnel se retrouve au niveau européen dans la directive discutée par les partenaires sociaux (dont la CGT et la CGIL) sur un programme social européen et la participation des salariés à la gestion de l’entreprise. En 1975, la directive en matière d’information des institutions représentatives du personnel sur les licenciements collectifs est adoptée. Deux ans plus tard, en 1977, une directive sur le maintien des contrats de travail en cas de transferts d’entreprise et sur l’information et la consultation des institutions représentatives du personnel sur les transferts d’entreprise est également adoptée. Et ceci a une réalité juridique : le Comité d’entreprise européen de GDF a fait échec à la fusion Suez et GDF sur la base de cette directive !

Il existe une dynamique de dialogue social au niveau européen entre l’UNICE, la CEAPP et la CES. En 1994, est adoptée la directive « Comité d’entreprise européen ». Le projet initial est celui d’un député socialiste déposé en 1980. Il a suscité un énorme débat, y compris à l’international : au Japon, ce projet a suscité la peur de la soviétisation des multinationales à base européenne. En 2003, la directive « Information et consultation des institutions représentatives du personnel des entreprises de plus de 50 salariés en Europe » est adoptée. Cette directive est non négligeable, surtout à l’est de l’Europe. Elle permet la reconstitution d’un espace de dialogue pour les salariés (voir les travaux récents sur la Pologne). Mais pas seulement, cela va avoir des conséquences également en Grande-Bretagne, patrie du « libéralisme dans un seul pays », qui va connaître la reconstitution d’un espace de consultation et d’information des salariés pour le licenciement collectif, le transfert d’entreprise et l’information-consultation. Cette dynamique forte montre l’importance de cette dimension de représentation, d’information et de consultation. Nous avons procédé à une mise en contraste avec l’expérience nord-américaine (Québec). Il y existe une grande difficulté à penser les restructurations par rapport à une représentation fondée sur l’accréditation syndicale et il y a avant tout des négociations portant sur les salaires et les avantages sociaux.

Intervention d’Annette Jobert.

Intervention sur la manière dont sont mobilisés les institutions et les syndicats dans ces restructurations. De quelle manière ces institutions contribuent-elles à définir les restructurations en lien avec le type de mobilisations que les acteurs de ces institutions mènent pour infléchir, résister, limiter les effets de ces restructurations ?

Il existe une idée au niveau européen : agir sur les restructurations, pour les salariés, c’est d’abord développer les moyens d’information et de consultation de leurs institutions représentatives du personnel. Il s’agit d’un projet ambitieux mais limité. Comment agir si on n’a pas d’informations ? Mais dans le même temps, les salariés ne sont pas dans une situation de cogestion : ils ne décident pas de la restructuration. Il n’y a pas de pouvoir de codécision en matière de gestion ou de restructuration ! Les droits nationaux ne sont pas tous équivalents : le droit allemand est ainsi plus large que ceux des britanniques ou comme on vient de le voir des québécois.

Parmi les travaux, quelques uns sont plus importants : des juristes ont travaillé sur les textes juridiques et ne se sont pas préoccupés des problèmes d’application et d’interprétation sur le terrain. Sylvaine Lolon a ainsi fait un travail sur l’ensemble de la documentation, des directives européennes et de leur transposition. Les sociologues travaillent autrement : plusieurs enquêtes spécifiques ont été menées. La première enquête porte sur les dynamiques de la consultation-information des salariés dans le secteur bancaire. Il a été procédé à une comparaison des restructurations et de la mobilisation des institutions représentatives du personnel dans les banques en étudiant le cas de six banques en Union européenne (France, Allemagne, Royaume-Uni). Le premier travail a été de procéder à une monographie de chacune de ces six banques en restructuration. Ce travail visait )à connaître les cadres institutionnels : quels sont les systèmes de représentations dans les trois pays et quels sont les systèmes de représentations propres à chaque banque. Le taux de syndicalisation était en général supérieur à la moyenne du secteur privé. Les investigations dans les entreprises se sont poursuivies avec des entretiens approfondis avec des responsables syndicaux, avec des membres des comités d’entreprise, avec des syndicats de branche (comment voient-ils l’évolution de tels ou tels secteurs ?). Tout cela en remontant jusqu’à une vingtaine d’années en arrière pour avoir un certain recul historique. L’idée était de ne pas s’arrêter à l’instant « t », comme on le fait habituellement en sociologie. Ces restructurations s’insèrent en effet toujours dans une histoire. A un moment précédent, il existe une première restructuration quasi-unilatérale mal vécue par les salariés. Ensuite, la direction d’entreprise a tout fait pour consulter, informer les salariés, pour mieux faire passer la « nécessité » des restructurations suivantes. Cela correspond à l’ouverture de fenêtres de « dialogue social ». La thèse développée à l’occasion de cette recherche a permis de voir que contrairement à l’idée établie selon laquelle, dans les processus de transformation des entreprises, les institutions représentatives du personnel sont débordées par l’entreprise (ce qui est en partie vraie, notamment à cause de la difficulté de trouver les bons interlocuteurs, ce qui prennent véritablement les décisions), il y a également une création institutionnelle de la part des salariés et de leurs représentants pour s’adapter et finalement être en prise sur les processus de restructuration. Cela est démontré de manière très fine par ce travail, grâce aux questions suivantes : Par quelles stratégies, par quels types de négociation collective ? Exemple de la DeutscheBank. Cela tourne autour de l’idée de « boite noire » des négociations collectives : il n’y a en général ni réussite totale, ni défaite totale, mais un entre-deux : par exemple, on annule la délocalisation, ce qui est une victoire, mais en échange on procède à la filialisation et à l’adoption d’une nouvelle convention collective qui est moins bonne que la précédente.

A la Barclay’s (GB), on a procédé au développement du partnership, c’est-à-dire à un engagement plus important des syndicats pour discuter de la gestion et des réformes de l’entreprise en échange de davantage de moyens, notamment en matière de permanents syndicaux. Il s’agit ici d’un exemple de partnership réussi. Les syndicats ont pu en tirer un bénéfice positif pour la gestion des restructurations.

Il faut également voir un second aspect. Au moment de la reconfiguration de l’entreprise, il y a un véritable travail de définition de l’entreprise et de ses contours, périmètres, activités et limites (quelles filiales appartiennent véritablement à l’entreprise ?). Il y a également un travail sur la définition interne, au sein de l’entreprise, de la restructuration. Importance ici de l’enjeu cognitif : de quoi on parle ? Cela prend du temps. C’est quoi une restructuration transnationale ? Cela ne va pas de soi. Dans le cas de l’affaire Vilvoorde de Renault : pour la direction, la restructuration n’était pas transnationale, contrairement à la vision du comité d’entreprise européen. Il faut donc discuter de la définition de la restructuration et de ses limites.

 

Ces institutions peuvent être mobilisées et le sont très souvent pour négocier, pour trouver d’autres solutions. C’est en tout cas favorables à des formes de démocratisation de l’entreprise.

Deuxième travail. Les comités d’entreprise européen sont vraiment importants. C’est typiquement une nouvelle institution : ils ont été créés en 1994, leur statut a été révisé en 2004. Au total, 800 comités sont véritablement constitués, 2200 entreprises devraient en avoir un. Parmi les 800 comités, ce sont les plus grandes entreprises qui en sont dotées. 65% des salariés ont toutefois un comité d’entreprise européen. Ce sont les plus petites des multinationales européennes qui n’ont pas de comité d’entreprise européen. L’important pour les rédacteurs de ces directives reste les restructurations. Il faut que les délégués puissent discuter de ces restructurations. C’est l’activité principale de ces comités d’entreprise européen ! Derrière se pose la question de la définition de la restructuration d’une entreprise européenne. Les filiales en Turquie sont ainsi dans le périmètre considéré, alors même qu’elles sont en dehors de l’Europe. On a différentes échelles qui débordent l’Union européenne. Faut-il alors faire des législations européennes ou alors préférer des accords-cadres internationaux ? En général, ce sont des institutions européennes (fédération sectorielle syndicale et comité d’entreprise européen notamment) qui participent à la signature de ces accords-cadres. Le comité d’entreprise européen est aussi un moyen de rendre public des informations concernant l’entreprise, de rentrer en contact avec des parlementaires européens, de mobiliser les fédérations sectorielles syndicales : il s’agit d’un levier de mobilisation dans le cours des restructurations. Francine Blanche (CGT) défend cette ligne : ces comités ne sont pas parfaits, il existe des barrières de langues, le problème de l’organisation des réunions mais ils permettent un très fort apprentissage au sein d’institutions qui sont des leviers pour les mobilisations, pour agir en justice.

Rapidement enfin, sur les accords de méthode. A un moment donné, on a réfléchi sur les concepts d’information, de consultation : ce n’est pas véritablement de la négociation collective. Les accords de méthode ont été mis en place pour permettre la négociation des conditions d’intervention des institutions représentatives du personnel dans les plans de licenciements collectifs. Ces accords laissent une marge de manœuvre, un espace de libertés. Nous avons entamé une négociation avec la DGEFP pour accéder à tous les accords de méthode signés depuis 2005 : cela n’a pas été évident de les avoir, il a fallu tout photocopier sur place, soit 500 dossiers ! Nous avons procédé à un échantillonnage d’une vingtaine d’entreprises en regardant le secteur, la localisation, le type d’accords et le caractère novateur de certains textes (qui peuvent aller de 5 à 70 pages). On a cherché à contacter toutes ces entreprises en fonction de ces critères. Une équipe d’une dizaine de personnes de l’IDHE sont allées faire des monographies d’entreprises (histoire de l’entreprise, des restructurations, des institutions représentatives du personnel, des syndicats, des conflits dans les entreprises et sur le pourquoi de l’acceptation de négocier sur ces accords de méthode). Intéressant car ces accords de méthode sont pourtant considérés par de nombreux juristes comme un moyen pour contourner l’application rigoureuse du Code du travail ou pour permettre à la direction de « noyer le poisson ». Certains syndicalistes étaient très opposés à ces accords de méthode. Question : Comment des syndicalistes s’emparent-ils d’un processus juridique qui n’apparaît pas sûr sur le plan juridique ?

Trois résultats :

  • Les accords de méthode ne sont pas des actes isolés : ils s’inscrivent dans tout un ensemble de procédures, d’accords partiels, de recours en justice, de connaissances du droit : nous sommes face à des personnes expérimentés, combattives, connaissant les questions institutionnelles.
  • Objet de ces accords : les moyens financiers, de l’expertise sont peu abordés, ils ont suscités peu de débats. Premier enjeu : l’affaire sérieuse débute avec le volume de l’emploi en cause, la dimension qualitative des suppressions d’emploi, sur les modalités de calculs sur lesquelles reposent les suppressions prévues. Deuxième enjeu : les indemnités de licenciement (légales et extra-légales). D’une certaine manière, il y a acceptation du licenciement, dont les conséquences sont difficiles à analyser. Cela empêche la discussion sur le bien-fondé du plan de licenciement ou sur la possibilité de plans alternatifs. Idée que parfois le rapport de forces ne compte pas et que la mobilisation ne permettra pas de sauver l’entreprise ou l’emploi. Par contre, on peut arracher 20 000 euros d’indemnités pour des gens qui gagnent le SMIC ! Il y a une véritable rationalité à l’œuvre. Ce n’est pas une question de défaite mais également de calcul mené. Troisième enjeu, la modalité du départ volontaire : on les retrouve dans de nombreux accords de méthode. Départ négocié, aide à la création d’entreprise, attention apportée aux questions de reclassement (attention des institutions représentatives du personnel sur le choix des cellules de reclassement et leur efficacité : attention particulière sur les trajectoires individuelles des anciens salariés avec l’idée de sécurité sociale professionnelle). Quatrième enjeu, la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences). Une restructuration ne signifie pas forcément licenciements et fermeture de l’entreprise. Le GPEC a une véritable dimension stratégique aujourd’hui (il y a une obligation triennale à partir de 300 salariés de négocier ces GPEC). Une dimension aujourd’hui plus délaissée : l’expertise stratégique (faible réflexion au niveau de la stratégie de l’entreprise pour changer les décisions, proposer des solutions alternatives).
  • Dans les entreprises se forment des collectifs entre organisations syndicales, élus et autres participants sans responsabilité. Ces collectifs sont investis dans les discussion, notamment par la création de groupes de travail. Dès que l’on discute de l’emploi, des perspectives stratégique de l’entreprise, on voit qu’il y a un brouillage des frontières entre les institutions : syndicats (négociation) et comité d’entreprise (information-consultation). La logique d’engagement de ces collectifs dans l’entreprise conduisent à regarder l’emploi dans ses dimensions quantitatives mais surtout qualitatives.

Nous avons fait ce travail avant la crise de 2008-2009. Son impact sur l’emploi est réel avec des restructurations importantes qui ont remis en cause les logiques de long terme que l’on avait perçu, des remises en cause d’accords pris par les salariés. Premier souci : Problème des départs volontaires qui échappent au plan de sauvegarde de l’emploi et donc échappent à la procédure des licenciements collectifs. Deuxième souci : Les licenciements collectifs sont de plus en plus rares et au contraire on assiste à une multiplication des licenciements individuels pour faute et à une multiplication des ruptures négociées du contrat de travail (créée en 2008) : elles permettent d’avoir une procédure légale (droit au chômage, aux indemnités) mais elles peuvent permettre un licenciement collectif en violation de la législation.

Discussion collective.

Première question. Les comités d’entreprise européen ont-ils des compétences autres que les restructurations ? Informer de la marche de l’entreprise, possibilité de discussion avec la direction ? Ont-ils des moyens institutionnels pour discuter des orientations stratégiques de l’entreprise ?

Réponse : Droit d’information régulière des comités d’entreprise européen. Dans le droit français, il existe une ambiguïté avec d’un côté le comité d’établissement et le comité central d’entreprise et de l’autre le comité central de groupe : le comité d’entreprise européen se place au-dessus et flotte un peu dans le vague. L’Information-Consultation est un des grands enjeux au niveau européen, lors de la discussion de la directive de 1994 puis de 2008. L’idée est que cette information-consultation doit servir à l’action, doit être une ressource utilisable. Le flou qui existe au niveau de la formulation de la directive doit être interprété par les juridictions.

 

Seconde question. Comment s’établit les relations entre le comité d’entreprise français et le comité d’entreprise européen de la multinationale qui a une filiale en France ?

Réponse : Il y a une négociation pour créer un comité d’entreprise européen, grâce à la création d’un groupe de discussion. En France, on choisit des membres du comité central d’entreprise pour les envoyer au comité d’entreprise européen. L’articulation n’est pas simple, loin de là, d’autant plus que les cultures syndicales sont bien différentes ! Il y a un apprentissage des autres et de la culture des autres. Il y a des échanges et des informations qui circulent.

Troisième question. Avez-vous croisé la CES ? Il existe des cas éclatants au niveau européen dont la CES s’est occupée. L’OIT intervient-elle, même si ce n’est pas sa spécialisation ?

Réponse. L’OIT a été rencontrée principalement dans les accords-cadres internationaux. Il reste à savoir ce que deviennent ces accords-cadres. Exemple de General Motors Europe : importance du poids allemand pour éviter la fermeture de filiales GM en Europe.

Quatrième question. Il y a des exemples contraires comme Fiat. Après 2008, la situation a été bouleversée.

Réponse. Pour FIAT, il existe un vrai passage en force du patronat. Des établissements ont refusé la signature d’accords dérogatoires. FIAT est sortie de la Cofindustria et a signé des accords autonomes. La CGIL prend le risque de ne plus être représentative. Le projet final, c’est semble-t-il la délocalisation aux États-Unis. Il y a une faible procéduralisation du droit du travail et des relations professionnelles en Italie. Le cas de FIAT n’est pas directement lié au comité d’entreprise européen. Il n’y a pas d’autres cas similaires pour le moment semble-t-il.

Cinquième question. Idée avancée de l’approfondissement de la démocratie dans l’entreprise. Pour qu’il y ait démocratie, il faut qu’il y ait pairs. En général, lorsque la direction arrive au comité d’entreprise, toutes les décisions sont officieusement prises. Quand les syndicats se mobilisent, ils ont en général trois ans de retard, sauf pour Vilvoorde. Il n’y a pas de retour possible, les négociations ne portent que sur les indemnités de départ. Beaucoup de salariés refusent les ruptures géographiques.

Réponse. Il y a un problème dans la définition de la démocratie. L’idée est de pouvoir critiquer les informations délivrées par la direction. Le comité d’entreprise de Vilvoorde utilisait très peu ses prérogatives : cela a créé une sous-information. Dans d’autres entreprises, le recours à un expert annuel pour les comptes peut expliquer les intentions et permettre d’anticiper les choses. Cela arrive régulièrement quand tous les droits sont utilisés. La démocratie vient de la capacité à critiquer les informations données par la direction pour remettre en cause les décisions et éventuellement faire reculer la direction. Cela n’est pas parfait car il n’y a pas de pouvoir de codécision.

 

Sixième question. Au sujet de la démocratie, c’est aussi le pouvoir de décider. Comment en période d’affaiblissement généralisé du salariat peuvent être utilisées des ressources, comment peuvent-être institués des moyens de limiter la casse. Ce qui ressort des études, c’est que même s’il y a des moyens pour percevoir, anticiper les décisions des entreprises, ce sont quand même les entreprises qui gardent la main. Ce sont elles qui définissent ce qui est bon et ce qui s’impose. Après, il faudrait voir comment les entreprises préparent cela en amont, quelles compétences elles mobilisent, comment elles annoncent les projets et que deviennent les projets de rechange B, C, ou D. Il y a une anticipation des négociations, même si elles ne connaissent pas les réactions des syndicats en face d’elles. Vous intervenez au moment où la question de la restructuration est posée. En amont, c’est le pouvoir ! Par la force des choses, les salariés sont à la traîne.

Les enjeux sont bien évidemment l’emploi et les conditions de sa préservation. Cela permet une ouverture sur d’autres enjeux : l’engagement des syndicats dans l’entreprise. C’est un vieux débat dans le mouvement syndical. A FO, cela peut s’appeler « intégration », ailleurs cela prend un autre nom. Quand les syndicats justifient une solution comme la moins mauvaise, on est dans un type de syndicalisme particulier et différent. Mais où en sont les relations avec ses mandants, avec les salariés ? Sur ce qui se passe au niveau européen (Catherine Wagner), se formate un type de syndicalisme qui n’est pas forcément tout le syndicalisme européen : il y a des effets et des enjeux pour le mouvement syndical.

Septième question. Les acteurs ne recomposent pas l’histoire comme ils le veulent à leur échelle. Les temporalités s’emboîtent, il y a des phases et des étapes. Il y a forcément des modes d’organisations, d’action suivant les secteurs professionnels et le niveau géographique. Néanmoins, il reste une conjoncture. Il y a des questions qui sont posées mais les acteurs ne vivent pas la même chose à la fin des années 1960 que ceux de la fin des années 1980. Il y a un contexte de perspectives économiques (croissance, gain de productivité, emploi…). La conjoncture et les modes d’organisation du travail pèsent forcément. On réemploie des choses mais avec un sens différent. Sur les « champions nationaux », il y avait déjà eu des tentatives d’essayer d’intégrer à l’échelle de la région parisienne et en province lors des négociations sur la déconcentration industrielle. N’y avait-il pas là une expérience dans ces tentatives d’aménagement du territoire, un élément d’apprentissage y compris pour des syndicats comme la CGT ? Pour la CGT, en 1936, lorsqu’il est question de faire repartir la production, lorsqu’il y a le débat sur l’application des 40 heures, il y a des débats plus large sur le type de syndicalisme (syndicalisme de proposition, d’engagement). Il y a des cultures syndicales fluctuantes en fonction des tâches et des priorités.

Réponse. Les rapport de forces entre les institutions sont importants à regarder. Les pratiques institutionnelles permettent de mettre en évidence des lieux où on peut avoir des actions politiques de réformes. Ces lieux peuvent être importants pour constituer, construire le rapport de forces. Il traduit également un attachement des salariés à leurs entreprises, ce qui n’est pas évident. La tradition de la lutte pour la défense de l’emploi n’est-elle pas en train de se perdre ? Avec la rupture volontaire négociée, il y a parfois plus de volontaires au départ que de postes souhaités par l’entreprise (exemple de Sony-BMG).