Sur la grève patriotique des mineurs au printemps 1941

Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941
Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941.

L’année 2011 est placée sous le signe des commémorations, en témoignent le cent-quarantième anniversaire de la Commune de Paris de 1871 ou encore le soixante-quinzième anniversaire du Front Populaire de 1936. La ville de Lens participe de ce mouvement, grâce à l’action efficace de multiples associations, dont « Mémoires et cultures de la région minière » fait partie. Celle-ci a déposé, avec le syndicat des mineurs, une gerbe de fleurs au Mémorial des mineurs de la catastrophe de 1906 à Méricourt, pour le cent-cinquième anniversaire de cet évènement. Mais ce sont surtout les grèves de mai-juin 1941 et la terrible répression des mineurs par l’armée allemande qui retiennent particulièrement l’attention. De nombreuses commémorations et manifestations sont prévues pour les mois à venir :

  • le 14 avril dernier, au Fort du Vert Galant à Wambrechies, en souvenir des mineurs qui y ont été fusillés.
  • en avril toujours, hommage aux femmes de mineurs qui ont participé à la grève de 1941 en marchant sur les Grands bureaux de Billy-Montigny.
  • hommage encore aux mineurs de l’Escarpelle à Roost-Warendin qui firent une première grève dès janvier 1941.
  • le 27 mai, commémoration du départ de la grève au puits Dahomey à Montigny-en-Gohelle.
  • en juin, déplacement à la Coupole d’Helfaut au Mémorial des victimes de la déportation.
  • en septembre, clôture des manifestations avec la visite descitadelles de Lille et d’Arras.

Une exposition, organisée par l’association à la Maison syndicale de Lens jusqu’en septembre 2011, sur les grèves patriotiques des mineurs en mai-juin 1941 accompagnent ces manifestations. L’occasion de revenir sur une grève, qui par son ampleur, constitue une exception dans l’histoire de la France occupée. Situés dans la zone interdite, soumis aux rationnements et devant faire face à une dégradation de leurs conditions de travail et de vie, les mineurs sont rapidement passés à l’offensive. Le 11 novembre 1940, 40.000 mineurs défilent dans la rue, contre la décision de supprimer la journée nationale d’hommage aux victimes de 1914-1918. A partir de janvier 1941, des grèves perlées sont organisées dans le Douaisis. Le 27 mai 1941, la grève est véritablement déclenchée et la condamnation de mineurs à la déportation le 28 mai enflamme la région : 100.000 mineurs, soit 80% des effectifs défient l’autorité militaire allemande. Partie de revendications sociales, cette grève prend rapidement un tournant patriotique. Les mineurs obtiennent une victoire avec l’augmentation des salaires et l’amélioration du ravitaillement. Mais ils l’a paie au prix fort : Ils sont plus de 1.400 à avoir été arrêtés, fusillés, décapités à la guillotine ou morts sous la torture dans les prisons. Des centaines aussi ont été expédiés vers les camps de concentration, explique Marcel Barrois, président de l’association « Mémoires et cultures de la région minière ».

Une bonne occasion de voir des documents d’époque, coupures de presse, photographies et documents d’archives, sur cet évènement trop peu connu de l’histoire ouvrière.

> Exposition publique.

Exposition et renseignements à la Maison syndicale de Lens, 32 rue Casimir-Beugnet, 62300 Lens, Tél : 03 21 78 22 35.

1936 et les années du Front populaire à Aurillac et dans le Cantal

Affiche de l'exposition "1936 et les années du Front populaire à Aurillac et dans le Cantal"
Affiche de l'exposition "1936 et les années du Front populaire à Aurillac et dans le Cantal"

A l’occasion du soixante-quinzième anniversaire du Front populaire, l’Institut CGT d’Histoire Sociale du Cantal, en partenariat avec les archives départementales du Cantal, ont initié une exposition sur le Front populaire à Aurillac et dans le département qui se tient du 15 avril au 20 juin 2011 au Musée d’Art et d’Archéologie de la ville d’Aurillac.

Placée sous la direction de Serge Mazières, président de l’Institut CGT d’Histoire Sociale du Cantal, Brigitte Lépine, directrice du musée d’art et d’archéologie d’Aurillac et de Sophie Sizabuire, documentaliste, cette exposition met à disposition du public un nombre important de documents d’époque : coupures de journaux, photographies, documents d’archives.

L’exposition présente tout d’abord une série de panneaux abordant les différents thèmes du Front populaire, à savoir la montée du fascisme et la riposte, le monde des ouvriers agricoles, le mouvement coopératif, les grèves, les revendications syndicales, le gouvernement du Front populaire et les fêtes dans le département du Cantal ainsi qu’un rappel chronologique. Elle reprend ensuite une série de 26 panneaux avec textes illustrés rappelant les événements du Front populaire au niveau national tirée d’une exposition antérieure organisée par l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Montreuil. Parmi ces panneaux, on trouve notamment un avant-propos de Serge Wolikow et de Jean Vigreux. Ensuite, l’exposition présente une sélection de 31 tirages modernes réalisés pour cette exposition à partir des archives de l’agence de presse Keystone. L’ensemble de ces tirages sont anonymes à l’exception d’une  photographie de Willy Ronis intitulée « 14 juillet 1936 ». L’exposition s’achève par l’affichage de 67 dessins selectionnés lors du Concours d’expression graphique auprès des collèges et lycées du Cantal sur le thème des premiers congés payés et des premières vacances. Durant la visite, il est également proposé de visionner le film Les années 30 ou le Paradis perdu de Claude-Jean Philippe (24’) de 1977.

Au-delà de cette exposition, d’autres rendez-vous sont à l’affiche :

  • Une seconde exposition du 10 mai au 30 juin, au théâtre intitulée « L’éducation populaire en questions : l’héritage de 36 », conçue par la Ligue française de l’enseignement.
  • Des soirées cinémathèques. Lundi 23 mai et mardi 24 mai, à partir de 18 heures au Centre de Congrès d’Aurillac :  « La belle équipe », « La marseillaise », « La vie est à nous », « A nous la liberté ».
  • Une conférence. Jeudi 26 mai à 18h30, dans l’amphithéâtre de l’IUT, l’Université Inter-Ages de Haute Auvergne propose une conférence sur Léon Blum.
  • Un premier diaporama. Vendredi 27 mai à 18h au Centre de Congrès d’Aurillac, l’Institut CGT d’Histoire Sociale présente un diaporama à partir de 200 photographies et de documents, accompagné de chants du Front populaire interprétés par la Chorale « Voix libre » et ses 60 choristes.
  • Une conférence-débat avec la participation de Jean Vigreux, professeur des Universités en histoire contemporaine et de plusieurs intervenants locaux dont le Maire d’Aurillac, le Directeur Départemental des Archives et les représentants des Forces de Progrès, prolongera la soirée.
  • Une fête populaire au Jardin des Carmes, samedi 28 mai.

> Exposition publique.

Musée d’art et d’archéologie. Salle d’exposition « Les écuries » – Jardin des Carmes.

15 avril – 20 juin 2011, du lundi au vendredi, de 13h30 à 18h30.

Téléphone : 04.71.45.46.10.

15 avril >>> 20 juin 2011 l les écuries – jardin des Carmes

1936 et les années du Front populaire
à Aurillac et dans le Cantal
en partenariat avec les Archives Départementales

MuséesMusées
Exposition publique
les écuries
du lundi au samedi 13h30-18h30.
Ouvert le matin pour les groupes
sur réservation
musée d’art et d’archéologie
Tél. 04 71 45 46 10

L’inauguration de l’exposition a lieu le jeudi 14 avril à 18h30 aux écuries

Dans le cadre de la commémoration du 75ème anniversaire du Front populaire à Aurillac et dans le Cantal, le musée d’art et d’archéologie de la ville d’Aurillac présente une exposition sur cet événement historique.
Initié par l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT du Cantal, cette manifestation richement documentée grâce à des journaux d’époque, des documents d’archives et des collections privées permet d’aborder les thèmes dont certains inédits qui jalonnent cette période, à savoir la montée du fascisme et la riposte, le monde des ouvriers agricoles, le mouvement coopératif, les grèves, les revendications syndicales, le gouvernement du Front populaire et les fêtes.

Des panneaux créés par l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT-Paris présentent les événements qui ont marqué cette période au travers d’une riche iconographie.

Puis une sélection de photographies de l’agence de presse Keystone illustrera aussi cette époque en apportant un témoignage émouvant sur cette période majeure de notre histoire.
Enfin, le parcours se poursuit avec la présentation des expressions graphiques des collégiens et lycéens du Cantal sur le thème des premiers congés payés, les premières vacances dans le cadre d’un concours de dessin.
Projection du film « Les années 30 ou le Paradis perdu » de Claude-Jean Philippe (24′), 1977.

Le salaire, de l’emploi à la qualification professionnelle

Couverture de l'ouvrage de Bernard Friot, L'enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010
Couverture de Bernard Friot, L'enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire « Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie ». Séance du jeudi 7 avril 2011, 17h-19h, Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle.

Michel Pigenet. L’invité de ce séminaire est Bernard Friot, sociologue et économiste, professeur émérite à l’Université Paris Ouest Nanterre, membre du laboratoire IDHE et membre fondateur de l’institut européen du salariat. Son dernier ouvrage publié est l’enjeu des retraites1, bilan d’une réflexion menée depuis longtemps et qui prend un caractère d’essai. Cette question des retraites est une question qui a été et qui est encore d’actualité.

Intervention de Bernard Friot.

Le titre original de cette intervention était « Le salaire entre l’emploi et la qualification personnelle », ce qui ne le rendait pas forcément plus clair ! Il faut revenir avant toutes choses sur quelques définitions de fond.

Le travail. Travailler, c’est produire des biens et des services, qui sont reconnus comme ayant une valeur économique et qui du coup sont appréciés monétairement.

1° Cela conduit tout d’abord à distinguer le travail de l’activité. L’activité, c’est la production de biens et de services. L’essentiel de notre vie éveillée consiste à être actif. Le travail est la part de l’activité produisant de la valeur économique.

2° Le travail ne peut pas se définir par son contenu, il n’y a pas d’essence du travail. Il y a une base : le travail est la production de valeur d’usage, mais une fois dit cela on n’a pas dit grand chose ! Est-ce que produire des semences stériles pour Monsanto, c’est travailler ? L’essentiel de la question théorique posée par le travail est la suivante :

Quelles institutions légitiment le travail en lui reconnaissant une valeur économique ainsi que son évaluation monétaire ? Qui décident de la valeur économique d’une activité détient le pouvoir, ce qui explique l’enjeu politique autour de la détention de cette décision.

Un exemple. Les soins infirmiers au 19ème siècle n’étaient pas du travail. Ces soins ne deviennent du travail qu’à partir du moment où les bonnes soeurs sont remplacées par des infirmières. Les mêmes soins infirmiers deviennent du travail lorsque cette activité utile est reconnue par une institution légitime pour transformer l’activité en travail (emploi, grade, diplôme protégé). La reconnaissance du travail du fonctionnaire n’est inscrite dans la comptabilité nationale que depuis 1976 ! Jusqu’à cette date, les fonctionnaires étaient comme les bonnes soeurs, des gens utiles mais qui ne travaillaient pas.

Dans les économies capitalistes avancées, trois institutions se partagent cette décision :

L’emploi. L’emploi a une définition banale, celle de poste de travail. Évidemment, pour qu’il y ait emploi, il faut qu’il y ait poste de travail. Mais cette définition ne suffit pas. Il y a emploi lorsque c’est le poste de travail qui est payé. Je n’ai pas d’emploi, je ne suis pas payé. Ce n’est pas moi qui suis payé, c’est mon poste. L’emploi, c’est l’attribution de la qualification au poste de travail. A toute qualification, il y a un salaire, comme cela est inscrit dans les conventions collectives. Ces conventions sont la mise en regard des qualifications des postes de travail et des salaires : grilles de postes, grilles de salaires. La qualification, c’est un attribut du poste de travail, pas de la personne. L’emploi, c’est ce qui nous nie comme porteur de qualifications. L’emploi, c’est ce qui donne toutes les cartes aux mains des actionnaires, puisque c’est eux qui décident du lieu du poste du travail, du nombre de postes de travail, du contenu du poste de travail, de qui est titulaire du poste de travail. L’emploi, c’est ce qui nous ôte toute maîtrise sur le travail. L’emploi fait système avec le droit de propriété lucrative. Nous sommes au coeur de notre impossibilité à contrôler le travail. C’est-à-dire au coeur de ce que nous appelons la souffrance au travail. Cette souffrance au travail est le symptôme. Quand on interroge un titulaire d’un travail il explique : « j’aime mon boulot, ce que je fait ce n’est plus du boulot ». Ce n’est pas le travail qui est source de malheur. Les retraités, pour la moitié d’entre eux qui touchent une pension presque égale à leur dernier salaire (soit 7 millions de retraités) n’ont jamais autant travaillé, ils n’ont jamais été aussi heureux de travailler. Jusque là, leur temps étant entièrement aliéné. La source de ce bonheur, c’est la certitude de la pension tombant à la fin de chaque mois. C’est un salaire à vie. Plus besoin de passer par le marché du travail pour avoir un salaire.

Lorsqu’un salarié du privé prend sa retraite, ce qui était jusqu’ici la qualification moyenne de ces postes de travail de ses 25 meilleures années, c’est devenu sa qualification personnelle. Le retraité, c’est lui le support de la qualification, du coup c’est lui, et non son poste de travail, qui est payé. La pension, c’est le salaire à vie. Et c’est parce qu’il y a salaire à vie, qu’enfin on peut travailler.

Le grade. Contrairement à l’emploi, dans le cas du grade, c’est la personne qui est le support de la qualification et donc du salaire. Qu’est-ce que la réforme de la fonction publique ? Qu’est-ce que la RGPP ? La LOLF ? C’est le fait que les fonctionnaires passent du grade à l’emploi. Un fonctionnaire, c’est quelqu’un qui a un grade et non pas un emploi. Certes, il est sur un emploi, mais ce n’est pas l’emploi qui définit son salaire, ni ses règles de promotion, etc. Ce n’est pas son emploi qui est qualifié, c’est lui. Il a un grade parce qu’il a passé un concours professionnel et que le concours professionnel est tout à fait différent d’un diplôme. Un diplôme, cela certifie, l’école ne qualifie pas, elle certifie. L’école atteste d’un niveau de savoir, professionnel ou général de la personne qui a le diplôme. Cela ne qualifie pas, c’est-à-dire que cela ne donne pas à la personne la qualification professionnelle avec le salaire irrévocable qui va avec. Dans la fonction publique, le support du droit, c’est la personne, au travers du concours professionnel. Le grade est caractéristique de la fonction publique et de la situation des retraités : c’est la personne qui est payé et non le poste. Toute la réforme de la fonction publique consiste à marginaliser les concours professionnels au bénéfice du diplôme. Aligné les fonctionnaires sur le secteur privé. La réforme de la fonction d’enseignant est exemplaire à ce titre. Avec un master, l’enseignant va se balader sur le marché du travail, de lycée en lycée avec des chefs d’établissement qui seront devenus des employeurs, qui embaucheront et licencieront et qui paieron au poste de travail des personnes qui jusqu’ici étaient payées pour leur grade. Le verrou à faire sauter, c’est le concours professionnel et il faut « valoriser » le diplôme. C’est le coeur de la réforme de la fonction publique.

Le diplôme protégé. Le diplôme protégé désigne la situation que connaît les professions libérales. Aujourd’hui, il y a des directives européennes en préparation pour mettre à bas les diplômes protégés. La volonté est par exemple de transformer les avocats en employés. On voit apparaître des usines juridiques qui se substituent à l’emploi libéral.

L’opposition fondamentale entre le grade et l’emploi. L’emploi, dans une société capitaliste est plus légitime que le grade. Ce constat explique la suspicion lancée sur les travailleurs. Pourquoi l’emploi est-il plus légitime que le grade ou le diplôme protégé ? Le capitalisme repose pour une grosse part sur l’expropriation des travailleurs : l’emploi les nie comme travailleur, puisque c’est le poste qui est qualifié et pas eux. C’est ce qui laisse toutes les cartes à ceux qui ont la maitrise des postes de travail, c’est-à-dire les actionnaires au travers des employeurs. Le grade quant à lui, pose le travailleur comme titulaire d’une qualification. Par qualification, il ne faut pas entendre la mesure d’un travail fourni mais au contraire un niveau de contribution potentielle de travail. Les travaux de Jean Saglio ont bien démontré cet aspect. Un exemple, la loi de 1834 entend reprendre la main sur les officiers de marine. Cette loi explique que les officiers ne sont titulaires que de leur grade et non de leur poste. On peut donc envoyer en poste disciplinaire un officier tout en continuant à lui verser un salaire complet. La qualification suppose une déconnection entre le salaire et toute idée de mesure du travail. La qualification, née dans la fonction publique, gagne le secteur privé au vingtième siècle avec les conventions collectives (à partir de 1937 et surtout à partir de la loi de 1950). Là encore, la qualification déconnecte le salaire de la mesure du travail. Cette qualification du poste est au départ faite en fonction du contenu du métier, mais progressivement (surtout après 1974), de manière de plus en plus abstraite, renforçant par la même la maîtrise de l’employeur. Le mouvement ouvrier s’est battu jusqu’au début du 20ème siècle contre la logique de l’emploi qui entérinait la subordination des travailleurs aux employeurs. De la Libération aux années 1980, il essaie au contraire de tirer un maximum d’avantages de ces droits associés au travail. En effet, dans l’emploi s’est construit un certain nombre de droits attribués au poste de travail. Mais à partir du moment où les travailleurs ont renoncé à se poser comme titulaire d’une qualification et ont été reconnu comme une force de travail se vendant sur un marché du travail, le conflit s’est centré sur la question des salaires. Dans le cadre de ce conflit sur les salaires, est apparue la question de la cotisation sociale, dans le cadre de l’emploi.

La cotisation sociale. La cotisation sociale est en effet une réponse patronale à la revendication de hausse des salaires directs. Là encore, les choses apparaissent dans la fonction publique. A la fin du 19ème siècle, seul le salaire des fonctionnaires fait l’objet d’une discussion politique au Parlement. L’obsession des parlementaires est d’éviter une hausse générale des salaires des fonctionnaires. Pour éviter cela, les propositions se concentrent sur les chargés de familles : c’est la création du supplément familial qui est généralisée en 1917 et étendue en 1932 au secteur privé. Cette création est bien évidemment très impopulaire parmi les associations de fonctionnaires. La mise en place des allocations familiales, dont le dispositif est là aussi généralisé en 1932, résulte des mêmes réflexions. Les cotisations sociales concernent principalement les allocations familiales jusqu’au milieu des années 1950. Ainsi, les allocations familiales représentent en 1955 encore la moitié des dépenses de la sécurité sociale. Le gouvernement Antoine Pinay tombe d’ailleurs sur cette question, lorsqu’il veut attribuer des fonds issus allocations familiales à la branche maladie et la branche vieillesse. A la Libération, Pierre Laroque dira que les allocations familiales ont été la plus grande réussite de la sécurité sociale. Henri Hatzfeld, dans son ouvrage Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécurité sociale en France, repris par Robert Castel dans son ouvrage Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat oublient cet aspect central des allocations familiales. Henri Hatzfeld recherche la naissance de la sécurité sociale dans les grandes entreprises, dans les actions de l’UIMM. Ce n’est pas faux, mais n’utiliser que les sources patronales constitue un biais important, laissant de côté les allocations familiales. Il y a très peu de travaux sur la sécurité sociale en sociologie et encore moins en économie. Les enjeux sont pourtant extrêmement importants en 1948 lors de la création des Caisses d’allocations familiales. L’échec du premier projet de constitution en 1946 étaient en grande partie due à la question de l’autonomie des CAF dans les caisses de sécurité sociale. On avait peur de confier les enfants aux rouges ! Même avec ce bémol, le changement d’attitude des syndicats vis-à-vis des allocations familiales est extrêmement net avec la loi de 1946. Jusqu’en 1939, les allocations sont des suppléments, entièrement dépendant de l’emploi. Sans emploi, sans présence au travail, on perd le bénéfice de ce supplément de salaire. Le Code de la famille et les lois de Vichy ont déconnecté les allocations familiales du travail. La loi de 1946 achève ce mouvement en généralisant les allocations à la quasi-totalité des personnes. Les allocations familiales étaient du salaire, versé par l’employeur lors de l’emploi des parents mais sont déconnectées de l’emploi à partir de 1939. Et ce n’est pas un point de détail puisque à cette date, la moitié des ressources d’une famille populaire provient des allocations familiales. Les salaires directs sont donc équivalents aux allocations ! Les allocations ne sont donc pas liées au travail subordonné bien qu’elles sont payées par les employeurs à cette occasion. Cette déconnection explique que les débats soient infinis : faut-il des allocations dès le premier enfant, uniquement pour les enfants légitimes, à partir de combien de salaires dans le foyer, etc. La légitimité de ce dispositif est l’objet d’importants débats qui se soldent par le dispositif d’août 1946. Cela a des incidences au-delà du champ du salaire. La politique familiale française n’est pas une lutte contre la pauvreté comme dans la plupart des pays européens. Les familles populaires ne sont pas des pauvres mais des travailleurs. Michel Rocard rompt avec cette logique en instaurant la Cotisation Sociale Généralisée (CSG) en 1990, en expliquant que la famille ne doit pas être financée par le travail car c’est un besoin universel devant être financé par l’impôt.

On peut dire la même chose de la quasi-totalité des cotisations et prestations. Les accords Renault de 1955 sont un contre-feu des accords de salaires signés à Saint-Nazaire. Le patronat opte pour la création d’un régime complémentaire de retraite, qui est un subsitut à une hausse des salaires. Dans leur grande majorité, les cotisations sociales naissent comme substitut à la hausse des salaires. Actuellement, le patronat veut en finir avec les cotisations sociales, car ce sont des instruments de déligitimation de l’emploi. La thèse des réformateurs est la suivante : la division doit être faite entre d’une part les besoins liés à l’emploi et donc financés par les cotisations et d’autre part les autres besoins ne devant pas être financé par cotisations. Par exemple, les dépenses d’assurances maladies sont des besoins situés hors emploi et pourtant financés par l’emploi. De même, la cotisation-chômage (1958) est la reconnaissance du droit au salaire pour des personnes qui n’ont pas d’emploi. A partir de 1984 et surtout de 1992, il s’agit de replacer l’emploi au coeur du salaire. Dernier exemple, la cotisation-retraite est la reconnaissance du travail non marchand et non subordonné des retraites.

Les retraites. Les retraites sont-elles une contrepartie du travail passé ? Les retraités sont-ils des travailleurs ou bien des actifs, à l’image des bonnes soeurs infirmières ? Ces questions sont importantes à poser, d’autant plus que les informations au sujet des retraites font l’objet de débat. Par exemple, les pensions de retraites sont à 90% par répartition et 10% par capitalisation en Europe de l’Ouest. En France, c’est 97% et 3%. Le constat est donc clair, les retraites par répartition ne sont pas une citadelle assiégée qu’il faudrait défendre ! Au contraire, c’est une institution florissante, qu’il faut chercher à étendre davantage. Le retraité est payé pour sa qualification, c’est là le point le plus important. Pour le retraité du privé, la qualification est désormais personnelle, contrairement au retraité de la fonction publique. Ceux-ci étaient payés pour leur grade et donc leur traitement est continué. Ce salaire à vie des fonctionnaires fait que l’institution légitime qui transforme l’activité en travail vaut pour les retraités fonctionnaires. Ils continuent donc à travailler. S’agissant des retraités du privé, ce poste se tranforme en qualification de la personne. Ce sont des salariés à vie, pour ceux qui ont entre 70 et 100% du taux de remplacement, en majorité des hommes, les femmes étant victimes de la double peine. Ces retraités sont fascinés par ce salaire à vie qui tombe tout les mois et qui est déconnecté de l’emploi.

Le travail est-ce l’emploi ? Ou travailler est-ce avoir une qualification et un salaire à vie ? Qu’est ce que c’est que travailler, qu’est-ce qui produit de la valeur ? Autaut de questions aujourd’hui au centre des débats. L’emploi est en perte de légitimité alors qu’il est au coeur de l’organisation capitaliste du travail. La qualification est insupportable au capitalisme financier car il « englue » sur le long terme, les droits étant liés à l’emploi. La sécurisation des parcours professionnels a pour objectif de dénouer le lien entre certains droits et postes de travail pour lier les droits à l’employabilité (la capacité à changer d’emploi). Le capitalisme financier veut reposer le marché du travail comme le coeur de la reconnaissance du travail dans le système capitaliste. En aucun cas, il ne s’agit pour lui de passer de la logique de l’emploi à celle du grade !

Conclusion. L’emploi est aujourd’hui contesté, y compris par le capital. Avec la retraite, nous avons un exemple de progression exceptionnelle du salaire à vie. La moitié des retraités (7 mllions sur 13,5) touchent une pension équivalente à leur dernier salaire et prétendent donc à un salaire à vie. Cet exemple n’est pas anecdotique, quand on songe que la population active française compte 24 millions de personnes. Deux solutions sont possibles. Soit on décide de substituer le salaire à vie à l’emploi, de détacher la qualification professionnelle du poste du travail pour en faire une qualification personnelle, attachée à la personne. Soit on tente un retour à un emploi idéalisé, alors même que l’emploi s’est construit sur la reconnaissance de la subordination. Certes l’emploi a été la base de conquêtes sociales,  comme les cotisations sociales, mais l’emploi a également été impuissant à être la matrice légitime du travail.

  1. Bernard Friot, L’enjeu des retraites, Paris, La Dispute, collection Travail et Salariat, 2010, 173 pages. []

Histoire de l’art et « Digital Humanities »

Compte-rendu du séminaire doctoral d’histoire de l’art « Pratique de l’histoire de l’art à l’ère du numérique » présenté par Corinne Welger-Barboza. Séance du vendredi 8 avril 2011, 16h-18h, Salle Jullian.

Histoire de l’art et Digital Humanities

Résumé. De l’exploitation automatisée des données utiles à la recherche à l’édition de corpus instrumentés, des réalisations accessibles en ligne illustrent les recherches en cours. Ces explorations sont également porteuses d’interrogations sur de nouvelles relations entre les disciplines. Comment l’histoire de l’art se situe-t-elle dans ce mouvement ?

Pour illustrer les approches d’instrumentation de corpus, dans un domaine singulier, Élisabeth Doulkaridou montrera la maquette qu’elle a conçue pour l’étude des manuscrits enluminés et qu’elle a présentée lors de la conférence-démo de Mutec à l’ENS de Lyon le 30 mars 2011.

Compte-rendu.

Définir les Digital Humanities

Ne sachant pas à quel point la notion de Digital Humanities vous est familière, il convient de définir ce « mouvement ». Quelle est son histoire et pourquoi utiliser cette terminologie ?

Une étude historiographique montre que trois phases se sont succédées tout en continuant de co-exister :

  • A partir des années 1960, de nombreux chercheurs en littérature et en linguistique se sont questionnés sur l’utilisation de l’informatique pour effectuer des opérations sur des textes. Cette période est nommée Litterature and linguistic computing. Cependant, dès cette période, l’archéologie commence à utiliser des bases de données pour traiter leurs fouilles.
  • Dans un second temps, de nombreuses disciplines commencent à s’interroger sur les applications informatiques, notamment l’histoire. Une ouverture disciplinaire s’amorce et on parle alors de Humanities computing.
  • Depuis quatre ou cinq ans, il y a une généralisation du terme Digital Humanities et un élargissement des « adhésions » des chercheurs et des enseignants pour s’approprier des compétences liées aux traitements des informations. De plus en plus de médias sont concernés.

Ces trois temps, continuent de coexister en terme épistémologique : il y a des approches et des points de vue différents dans ce monde des Digital Humanities.

L’emploi de la terminologie anglaise est conservé ici, pour deux raisons. D’une part, d’un point de vue stricto sensu, la traduction « humanité numérique » semble peu satisfaisante, notre système académique de recherches ayant replacé cette nomenclature d’humanité par celle de sciences humaines et sociales. D’autre part, utiliser l’anglais permet de faire tourner les regards vers les centres historiques de ces mouvements et de conserver cette volonté de se rallier au « monde anglo-saxon » (États-Unis et Grande-Bretagne).

Pourquoi parler de mouvement ? Il ne faut pas occulter la dimension politique dans toute cette affaire des Digital Humanities. Cela fait quarante ou cinquante ans que des chercheurs tentent d’incorporer les compétences du traitement de l’information dans leurs méthodes de recherches. Cette ouverture a provoqué des réactions dans l’Académie (fermeture ou rejet) qui a du mal à innover dans ses disciplines.

Pour ces questions d’historiographie, de mouvements et de terminologie, des articles de Patrik Svensson sont disponibles sur internet dans la revue Digital Humanities Quartely. Il tente entre autres d’analyser les débats qui se jouent au fur et à mesure de l’augmentation des recherches, des institutions dans ce vaste champs.

Les centres de Digitals Humanities

Si l’on regarde l’état actuel des centres de Digital Humanities aujourd’hui dans le monde on constate une très forte densité aux États-Unis et au Canada mais il y a aussi une récente effervescence en Europe.

Qu’est-ce qu’un centre de Digital Humanities ? Par centre, on perçoit une structure avec une autonomie, même s’il est intégré dans les universités. Il s’agit d’un centre de recherches autonome avec un fonctionnement propre. La principale caractéristique, c’est la pluridisciplinarité avec une démarche élaborée qui repose sur des coopérations de compétences diverses dans la durée. Des chercheurs et des collaborateurs sont souvent en résidence pendant au moins un ou deux ans pour aboutir à la constitution de corpus qui seront exploités. Il n’y a pas que des centres pluridisciplinaires : certains sont plutôt affiliés à une discipline. C’est le cas du Centre For History and New Media, de Mason University, centre spécialisé en histoire qui a notamment développé Zotero.

Dans cette mouvance internationale, donnons quelques éléments sur la place de la France. La France a du retard sur les pays anglo-saxons, même si cela ne veut pas dire que personne ne s’est questionné dessus auparavant. Les archéologues depuis une quarantaine  d’années ou encore le traitement lexicographique en sont deux illustrations importantes. Mais le « cas français » se caractérise par le fait que toutes ces pratiques sont restées cloisonnées aux Lettres et à la Littérature. Le cloisonnement disciplinaire est donc très présent. Entrer dans le mouvement des Digital Humanities, c’est donc faire un pas supplémentaire dans la prise en compte de l’existence d’une mouvance actuelle internationale en faveur de la pluridisciplinarité.

En 2010 à Paris, un premier THATcamp a produit un Manifeste des Digital Humanities, ce qui en démontre toute la dimension politique. Ce manifeste a permis de constituer une communauté de chercheurs et de mettre en place une liste de discussion. Contrairement aux autres pays, ce ne sont pas des universitaires en France qui sont à l’origine de cette initiative. Ce sont surtout des documentalistes et des ingénieurs de recherche : cela ne concerne donc pas uniquement l’enseignement. Une autre spécificité française est sans doute la volonté de centraliser les initiatives, notamment au niveau du CNRS et la mise en place de cyber-infrastructure. Le très grand équipement (TGE) ADONIS en est un exemple. La cyber-infrastructure est un outil technique mais aussi moyen d’incitation pour la mise en place de projets.

Les relations entre Digital Humanities et histoire de l’art

Revenons sur quelques moments-clés qui montrent le chemin parcouru par les Digital Studies en histoire de l’art. Voici quelques événements à signaler depuis une décennie :

  • Pour la première fois, lors du congrès international d’histoire de l’art en 2000, une section centrée sur les technologies de l’information et de la communication a fait apparaître cette discipline au sein des institutions. De nombreuses questions ont été posées durant cette conférence comme par exemple la différence entre l’image numérique et l’image analogique. Cette manifestation a pu avoir lieu grâce à l’initiative préalable de Robert Derome, enseignant à l’université du Québec en histoire de l’art. Il avait constitué une association, dissoute en 2003 : AHWA-AWHA (Art Historian Webmaster Association-Association des Webmaster en Histoire de l’Art).
  • La publication A Companion to Digital Humanities pose à partir de 2004 les fondements des Digital Humanities et fait le point domaine par domaine. Une section Art History est gérée par Michael Greenhalgh, enseignant australien. Il avait notamment crée des bases de données d’images en ligne en s’associant avec des institutions australiennes.
  • Le CHArt est une organisation anglaise qui tente dès 1985 de maîtriser la numérisation de l’image et ses conséquences pour la discipline. Il prépare chaque année une conférence annuelle et une publication. Une grande part de leurs articles est en ligne.
  • En France, c’est surtout dans le milieu des historiens médiévistes et des archivistes issus de l’école des Chartes que les premières innovations ont eu lieu. Ils avaient ainsi créé une revue entre 1989 et 2009 (Le Médiéviste et l’ordinateur).
  • L’Observatoire critique a également contribué à l’évolution du champs depuis sa mise en ligne fin 2006. Il s’est rapidement fait remarquer aux États-Unis et ont permis à la rédactrice en chef d’être invitée à une conversation à huis-clos avec quelques représentants au niveau international. Chaque participant défendait alors la perspective de la publication sur internet. Un compte-rendu de cette rencontre est disponible sur le site de l’Observatoire critique.

Il y a aussi de grands projets :

  • L’Institut national des sciences et des arts mécaniques avec le soutien d’IBM, a tenté à partir de 1993, de reconstituer en images de synthèse l’Abbaye de Cluny. Deux co-présences virtuelles (des avatars numériques en quelque sorte) permettent de circuler dans l’Abbaye. Le projet est malheureusement resté sous la forme d’un prototype.

  • L’Université de Princeton a réalisé The Piero Project à partir de 1994. Il s’agit de reconstituer les fresques de Piero della Francesca de l’église San Francesco. Des relations entre les fresques et des données textuels sont proposées. Il s’agit de donner un accès enrichi à des œuvres qui n’ont pas rejoint le musée et de se servir de l’image de synthèse pour simuler la présence dans des sites éloignés.

  • L’année dernière, un colloque en Italie sur les Digital Humanities, soutenu par l’European Science Fondation, a centré la réflexion sur l’histoire de l’art.
  • A la fin du mois de mai, il y aura à Fontainebleau le premier Festival d’histoire de l’art. En principe, il devrait y avoir une section entière consacrée à l’histoire de l’art et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’enseignement et la recherche questionnent de plus en plus les ressources numériques. Pour l’histoire de l’art, il y a un accent marqué sur l’image, qu’elle soit en deux dimensions ou en trois dimensions. Par exemple, l’université de Caen travaille depuis de nombreuses années sur la restitution d’une maquette de l’ancienne Rome. Dans le prolongement de cette initiative, il y a le Visual Media Center de l’Université de Columbia, un centre de technologie visuelle partie prenante du département d’histoire de l’art. Les équipes questionnent la reconstitution du patrimoine architectural de l’antiquité à nos jours, en accordant d’ailleurs une place importante à la France. Pour toute une série de monuments, différents plans permettent une immersion totale grâce à une captation par caméra donnant une image à 360° en très haute définition.

Nous n’allons pas continuer sur le thème de l’image numérique. Il y a beaucoup de réalisations dans ce domaine depuis une dizaine d’années, surtout le fait d’universités américaines. Nous allons en revanche regarder un corpus qui questionne l’image et les textes. Commençons par le catalogue raisonné On-line Picasso Project. Le catalogue raisonné est un outil important en histoire de l’art, mais dans ce cas-ci nous avons des accès plus mobiles, et une mise en relation d’images pour pouvoir les comparer. Nous vous invitons à vous connecter sur cette base (pour ce loguer, il faut envoyer un mail au Professeur Enrique Mallen). Ce projet rejoint la volonté de la Réunion des Musées Nationaux (RMN) de mettre en ligne des catalogues scientifiques. Ils sont de plus en plus nombreux sur le site de la RMN, mais dans ce cas, on reste beaucoup plus sur la référence à l’imprimé.

Il existe d’autres réalisations qui, même si elles sont peu satisfaisantes en terme de pratiques numériques, permettent de dépasser la focalisation sur l’image. De nombreux corpus tentent d’exploiter le numérique pour effectuer un rapprochement entre des textes et des images :

  • Le projet italien ICONOS est très emblématique de ce type de possibilités. Il s’agit de mettre en relation Les Métamorphoses d’Ovide avec des œuvres d’art. Chaque image est associée à une longue fiche technique et une mise en relation avec le texte.

  • The World of Dante analyse également La divine comédie avec les images qui  lui ont été associées. Comparé au site précédent, le texte peut faire l’objet de fouilles très précises pour satisfaire plus facilement les traitements littéraires.

  • La correspondance de Van Gogh en donne un exemple très abouti. Ce site est constitué de nombreux outils, comme la possibilité de lire les traductions ou de comparer les croquis des lettres.

Quelques directions de recherches encore à expérimenter :

  • Lev Manovitch de l’Université de Californie à San Diego explique sur une vidéo disponible sur Youtube la difficulté de traiter des centaines d’images et les problèmes qui en découlent. Il rassemble des millions d’images et tente d’en faire sortir des graphes colorimétriques ou de formes pour voir si ce type de traitement peut permettre de voir de nouvelles recherches.

Étude de cas – Maquette d’ Élisabeth Doulkaridou

Depuis le Master 2, Élisabeth Doulkaridou a constaté que les outils numériques mis à disposition des chercheurs travaillant sur les manuscrits enluminés de la Renaissance, sont inefficaces voire inexistants. Alors que de plus en plus de bibliothèques mettent en ligne ces ouvrages, leur lisibilité demeure insatisfaisantes, la plupart d’entre elles se contentant de Luna Insight. Elle a donc proposé une maquette de sa vision du « site parfait » issue d’une synthèse critique de ces sites.