Premier festival de la chanson ouvrière de Charleroi

Affiche de l'évènement "Charleroi 1911-2011"
Affiche de l'évènement "Charleroi 1911-2011"

A l’occasion du centenaire de l’Exposition internationale industrielle de 1911, la ville de Charleroi a décidé de raviver les souvenirs enfouis dans la mémoire collective, de remettre au goût du jour ce qui avait alors « bouleversé l’histoire économique, culturelle et urbanistique de la ville ». Depuis le 29 avril dernier et durant les sept prochains mois, des dizaines d’évènements – expositions, concerts, festival de cinéma, spectacles, conférences, etc. – vont se succéder, impliquant au total 70 partenaires issus des milieux culturels, industriels et universitaire de la ville. Vous pouvez retrouver l’ensemble du programme sur le site dédié à cet anniversaire.

Au milieu de cet agenda bien chargé, un évènement nous intéresse plus particulièrement : le premier festival de la chanson ouvrière. Les règles de ce concours de chant, qui se tiendra le 8 octobre 2011, sont très simples :

1° Il est ouvert à tout le monde, sans limite d’âge, musiciens confirmés ou amateurs, toutes régions de Belgique confondues, tous genres musicaux confondus.

2° Il faut choisir un chant parmi les 19 proposés en six langues différentes. Pour le français nous retrouvons L’Internationale, La Varsovienne, Le Front des Travailleurs, La révolte, Sans l’ouvrier, La Carmagnole de la Grève et C’est la crise.

3° En ce qui concerne la prestation, les paroles du chant doivent être respectées. Par contre, le style musical est laissé au choix et la mélodie peut éventuellement être transformé.

4° On y gagne, comme 1er prix, un enregistrement d’un CD 3 titres et la réalisation d’un clip vidéo, offerts et pris en charge par la Maison Pour Associations (MPA) ; comme 2ème prix, cinq trimestres de cours gratuits, offerts par les Classes du Rock de Charleroi et pour les autres, des petits cadeaux !

Affiche du premier festival de la chanson ouvrière, Charleroi, 2011
Affiche "Festival de la chanson ouvrière", Charleroi

Un beau programme en perspective ! D’autant plus que l’équipe organisatrice de ce festival semble déborder d’énergie et d’enthousiasme comme en témoigne la courte mais percutante présentation du concours sur la page d’accueil du site internet :

Dépoussiérons le répertoire de la chanson ouvrière, mine d’or de récits, de folklore et de traditions populaires !

Musiciens pro ou amateurs, chanteurs de salle de bain, gratouilleurs de guitares, souffleurs de trompettes, maîtres de la grosse caisse et de l’harmonica, choristes de tous bords : stimulez votre créativité et adaptez les chants ouvriers d’autrefois à votre sauce !

Vous voici donc prévenu. Futurs stars de la chanson ouvrière de combat, n’attendez pas ! Les inscriptions sont clôturés le 15 juillet 2011. Pour les autres, une seule solution : armez-vous de patience !

Le film de présentation de Charleroi 1911-2011

 

Hommage aux républicains espagnols

Jusqu’au 10 juillet prochain, la base sous-marine de Bordeaux propose de rendre hommage aux républicains espagnols au travers d’une exposition  photographique. Une sélection de 200 clichés du célèbre photo-reporter Agusti Centelles, par ailleurs également visible à l’exposition « Vinyetes al front » au Musée Picasso de Barcelone, ont ainsi été réunis à l’occasion de la commémoration du 80e anniversaire de la proclamation de la seconde République espagnole. Des performances théâtrales et des concerts accompagneront cette exposition. A noter, le 9 juin 2011 à 18 heures, Geneviève Dreyfus-Armand, historienne et ancienne directrice de la BDIC de Nanterre, interviendra sur le thème de La république dans l’exil entre mémoire et espérance à la bibliothèque Mériadeck.

Mais la visite de cette exposition est aussi un bon prétexte pour découvrir cet espace unique, fruit de la réhabilitation d’une base militaire construite entre 1941 et 1943 pour accueillir les sous-marins allemands et devenue aujourd’hui un espace culturel !

150 ans de transport collectif à Montréal

La Société de Transport de Montréal (STM) organise, à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire du transport collectif dans la métropole québécoise, une grande rétrospective photographique en quatre parties sur son histoire et ceux qui l’ont faite : les travailleurs. Cette manifestation est visible dans la mezzanine de la station de métro Place-des-Arts. Et pour ceux qui ne peuvent s’y rendre facilement avec les moyens de locomotions terrestres, la STM a tout prévu en permettant à chacun de voir progressivement l’exposition via le site internet qui lui est dédié (http://www.expositionstm.info/).

Aucune excuse donc pour ne pas y aller jeter un coup d’oeil !

Programme de l’exposition Hommage aux travailleurs d’hier à aujourd’hui.

De février à avril 2011. Les travailleurs des tramways
De mai à juin 2011. Les travailleurs des bus
De juillet à août 2011. Les travailleurs du métro
De septembre à novembre 2011. Les travailleurs d’aujourd’hui

Présentation de l’exposition

L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre

Les 16 et 17 juin prochains est organisé à l’Institut National d’Histoire de l’Art un colloque sur « L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre« . Vous pouvez lire le compte-rendu ainsi que cinq contributions sur ce carnet de recherche (par ici).

Retrouvez l’annonce ainsi que le programme ci-dessous.

À l’heure des débats opposant les tenants d’une vision de la culture comme « distraction » à ceux prônant une transformation socio-politique par l’impulsion de l’art, l’histoire est-elle à même d’ouvrir de nouvelles perspectives de réflexion ? Telle est l’interrogation à l’origine du colloque « L’art social, de la Révolution à la Grande Guerre », organisé les 16 et 17 juin 2011 à l’INHA.

Rassemblant une vingtaine de chercheurs constitués depuis deux ans en groupe de réflexion, il entend non seulement examiner les discours sur « l’art social », mais aussi ses origines idéologiques, ses tensions, ainsi que son histoire et son devenir dans les pratiques artistiques. L’idée d’art social pose la question de la fonction de l’art dans une société post-révolutionnaire, industrielle et marchande, alors que les artistes se sont efforcés de gagner leur autonomie en affirmant leur originalité et la force expressive de leur individualité. Des saint-simoniens à Georges Sorel, la pensée politique s’en est emparée. Elle a pesé d’un poids déterminant dans l’abolition des hiérarchies, l’extension du concept d’art et le développement des arts du spectacle, du décor (privés ou publics) et du rationalisme industriels, dont le rôle parfois attribué aujourd’hui au designer porte l’héritage. Sans prétendre épuiser la question, les communications permettront de replacer l’idée d’art social dans la longue durée et d’en découvrir les acteurs.

Programme.

Jeudi 16 juin. Salle Vasari

10 h 00 : Introduction : Neil McWilliam, Catherine Méneux, Julie Ramos

De l’utilité sociale de l’art

Modérateur : Rémi Labrusse Professeur, Université Paris X Nanterre

  • 10h30 : Jean-François Luneau (Maître de conférences, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC, EA 1001) : Art utile, art social, art pour l’art dans la première moitié du XIXe siècle
  • 11h : Laurent Baridon (Professeur, Université Pierre Mendès-France, Grenoble, LARHRA –UMR 5190) : L’enfance de l’art social : la crèche comme « moule social »

11h30 : Pause

  • 11h50 : Anne-Marie Bouchard (Chercheuse post-doctorale, Université Laval) : L’art social de Pierre-Joseph Proudhon et le régime médiatique

12h15 : Table ronde

12h45 : Pause déjeuner

L’apport des artistes et des expériences européennes

Modérateur : Pierre WAT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 14h30 : Neil McWilliam (Professeur, Duke University) : David d’Angers : la socialisation de l’exemplarité
  • 15h : Julie Ramos (Conseillère scientifique, Inha) : Une société en marche : fêtes des Incas de Valenciennes (1826-1866)
  • 15h30 : Philippe Saunier (Conservateur, musée d’Orsay) : L’exemple anglais (Ruskin, Morris) : extension du domaine de l’art

16h : Pause

  • 16h15 : Paul Aron (Professeur, Université Libre de Bruxelles, directeur de recherche au FNRS) : L’expérience belge de l’art social, 1880-1914
  • 16h45 : Elitza Dulguerova (Maître de conférences, Université Paris 1, LETA, EA 2478) : En quête d’un art (russe) « véritable » : débats et pratiques

17h15 : Table ronde

Vendredi 17 juin. Salle Walter Benjamin

Du rôle de l’art au temps de la solidarité sociale et de la question démocratique

Modérateur : Emmanuel Pernoud, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 9h00 : Florent Perrier (Docteur en Esthétique de l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), chercheur associé à l’IMEC et aux archives W. Benjamin) : La place de l’art et des artistes dans les rues-galeries : de Charles Fourier aux fouriéristes, un passage vers quelle société ?
  • 9h30 : Jean Colrat (docteur, professeur agrégé de philosophie, Lycée-en-Forêt, Montargis) : Un tournant sociologique dans la pensée esthétique française (1870-1890) (Jean-Marie Guyau, Gabriel Tarde, Spencer, Taine)
  • 10h : Willy Gianinazzi (Ecole des hautes études en sciences sociales) : Georges Sorel ou l’art comme préfiguration du « travail de l’avenir »

10h30 : Pause

  • 11h : Bertrand Tillier (Professeur, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier – UMR 5605) : Le Musée du soir de Gustave Geffroy, entre éducation artistique et émancipation sociale
  • 11h30 : Thierry Paquot (Professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris XII-Val-de-Marne, Lab’Urba-IFU) : L’art dans la rue
  • 12h00 : Stéphanie Pallini (Historienne de l’art indépendante) : Jean Lahor : de l’art pour le peuple à l’art populaire

12h30 : Table ronde

13h00 : Pause déjeuner

Débats sur l’art social à la veille de la Grande Guerre

Modérateur : Pascal ORY, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 14h30 : Pierre Vaisse (Professeur honoraire, Faculté des Lettres de Genève) : Camille Mauclair ou les apories de l’art social
  • 15h : Catherine Meneux (Maître de conférences, Université Paris 1, HiCSA, EA 4100) : Roger Marx et l’institutionnalisation de l’art « social »
  • 15h30 : Pascale Cugy (doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et chargée de mission à l’ENSBA) et François-René Martin (Professeur, École nationale supérieure des beaux-arts) : Henri Focillon, le vaudeville, les prolétaires et l’art social

16h00 : Pause

  • 16h15 : Michela Passini (Pensionnaire, Inha) : Art et société : enjeu politique et démarche historienne chez Léon Rosenthal
  • 16h45 : Catherine Fraixe (Professeur, ENSA Bourges) : Du solidarisme au retour à l’ordre : ou les métamorphoses de l’art social

17h15 : Table ronde