C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985

Couverture du catalogue Manufrance 1976
Couverture du catalogue Manufrance 1976. DR.

Qui ne se souvient pas de Manufrance ? Fondée durant la seconde moitié du 19e siècle, cette entreprise appartient à notre patrimoine industriel au même titre que Michelin, Saint-Gobain, Le Creusot ou encore Schneider. Armes, cycles, articles de pêche, radios, aspirateurs, meubles, mobilier pliant de camping ou encore machines à coudre y étaient produits, sans oublier la publication du célèbre magazine mensuel Le Chasseur français1.

De nombreuses manifestations culturelles et scientifiques sont organisées cette année autour de l’histoire et de l’originalité de cette entreprise dont l’image est profondément associée à celle de Saint-Étienne.

Affiche de l'exposition organisée par le Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne "C'était Manufrance, un siècle d'innovation : 1885-1985"
Affiche de l'exposition "C'était Manufrance, un siècle d'innovation : 1885-1985"

Tout d’abord, le Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne accueille du 14 mai 2011 au 27 février 2012 une exposition intitulée C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985. Celle-ci présente selon un plan chronologique, près de 450 objets et accessoires issus de la production ou de la vie de la Manufacture. Un travail d’entretiens oraux, réalisé pour la période suivant la Seconde Guerre mondiale, complète les photographies et autres films d’époque. L’accent est mis sur le caractère précurseur de cette entreprise dans la mise en application des principes du taylorisme, de la vente par correspondance, de la publicité ainsi que sur le développement et la commercialisation constante des innovations techniques. Il faut également relever l’effort pédagogique fait en direction des publics scolaires, avec la mise en place d’ateliers thématiques et de visites guidées.

Couverture de l'ouvrage "Manufrance, l'album d'un siècle 1885-1985", 2011
Couverture de l'ouvrage "Manufrance, l'album d'un siècle 1885-1985", 2011

Ensuite, deux supports doivent permettre de laisser une trace de ce travail de recherches et de préservation mené par le Musée d’Art et d’Industrie. Un catalogue richement illustré a été publié et reprend ainsi sur plus de 330 pages le contenu de l’exposition avec pour titre Manufrance, l’album d’un siècle 1885-1985. Il est complété par un film documentaire d’une heure vingt réalisé par  Marie-Ange Poyet qui reprend les témoignages d’anciens acteurs ouvriers, cadres, responsables syndicaux, élus, hauts fonctionnaires de l’État et ministres. Plus de 120 heures d’entretiens ont ainsi servi de matière première à ce documentaire intitulé On les appelait les Manufrance, dont il est possible de voir ci-dessous un court extrait, tiré du site personnel de la réalisatrice.

Enfin, l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organise les 30 novembre, 1er et 2 décembre 2011 un colloque international et interdisciplinaire intitulé Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs… L’appel à contribution est lancé jusqu’au 1er juin et le programme définitif sera connu au courant de l’été.

Manufrance. Quelques éléments d’une histoire mouvementée

La société Manufrance2, fondée à partir d’un simple atelier de fabrication d’armes de Saint-Étienne en 1885 par Étienne Mimard et Pierre Blachon, a connu un rapide développement industriel et commercial, grâce à une diversification de sa production et à la mise en place d’un réseau commercial étendu  de magasins et de vente par correspondance. En 1944, Étienne Mimard, alors sans héritier et principal actionnaire, décide de léguer 50% des actions à la municipalité de Saint-Étienne et aux Hospices Civils de cette même ville3. Malgré la diminution progressive de sa place d’actionnaire, suite aux augmentations successives de capital, la municipalité a conservé une place suffisamment importante pour influer sur les décisions prises par la direction de l’entreprise. Au début des années 1960, le catalogue était tiré à 720.000 exemplaires, le fichier clients alignait plus d’un million de noms et adresses, cent magasins affichaient la marque aux quatre coins du pays, la revue Le Chasseur français tirait à plus de 600.000 exemplaires4.

En 1968 et 1969, l’entreprise connaît deux importants conflits qui ont notamment pour exigence la modernisation de l’appareil productif. Les années 1970 sont marquées par des erreurs de gestion avec, par exemple, la construction d’un entrepôt commercial qui se révèle peu fonctionnel à l’utilisation, la mise en place manquée de l’informatisation de la gestion commerciale ou l’absence d’investissement de renouvellement des machines-outils. À partir de 1974, la crise économique entraîne une aggravation des déficits de l’entreprise, les premières mesures de restructuration et de suppressions d’emplois n’améliorant pas la situation financière. En 1977, Auguste Blanc, désigné Président Directeur Général par le maire de Saint-Étienne Michel Durafour5, présente un plan de suppression d’un millier d’emplois concernant principalement le secteur productif. L’élection de Joseph Sanguedolce6 comme maire de Saint-Étienne à la tête d’une coalition d’Union de la Gauche en mars 1977 assure aux salariés le soutien de la municipalité. Manufrance connaît, à partir de mai 1977, de nombreuses mobilisations pour dénoncer les suppressions d’emplois et le dépeçage de l’entreprise.

La situation de l’entreprise n’évoluant pas, elle fait l’objet d’un règlement judiciaire et d’une mise sous tutelle en février 1979. Une importante manifestation se déroule alors à Saint-Étienne le 20 février 1979 à laquelle Raymond Barre répond par une phrase restée célèbre : « Manufrance, c’est fini ». La Société Nouvelle Manufrance est alors créée, prenant en location-gérance l’ensemble des biens et activités de la Société Anonyme Manufrance. Malgré la mobilisation du 18 octobre 1980 qui regroupe jusqu’à cent mille manifestants selon la CGT, la Société Nouvelle est mise en liquidation judiciaire le mois suivant. De quatre mille salariés en 1974, la société n’en comprend alors plus que deux mille en 1980. Une longue occupation de l’entreprise de deux cent vingt-cinq jours débute en décembre 1980 pour ne s’achever qu’en juin 1981.

Le 24 décembre 1980, la création d’une Coopérative Ouvrière7 est annoncée par une vingtaine de cadres et de techniciens avec le soutien de six cent salariés. La Société de Coopérative Ouvrière de Production et Distribution (SCOPD) doit alors négocier la reprise du contrat de location-gérance avec la Société Anonyme Manufrance, représentée par Bernard Tapie. Ces négociations n’aboutissent qu’en septembre 1981. A sa constitution, la Coopérative comptait 515 membres. Ils apportaient dans la corbeille leurs indemnités de licenciement, plus la prime que leur devait l’ASSEDIC en tant que chômeurs créant leur entreprise. Par une souscription populaire lancée à travers toute la France, 4.000 actionnaires supplémentaires souscrivent au capital. Au total, 20 millions de francs sont réunis. A cela, devaient s’ajouter des aides publiques sous forme de prêts bonifiés8. Les premières difficultés, notamment de trésorerie, apparaissent rapidement, d’autant plus que le contrat de location-gérance conclu par la SCOP ne comprend ni le réseau commercial, ni Le Chasseur français, tous deux vendus séparément. Après quatre années de luttes syndicales et de difficultés sur le plan financier9, une nouvelle usine dotée d’un équipement productif moderne sur le site de Duché est achevée. Mais la situation ne s’améliore pas et la SCOP dépose finalement bilan le 4 avril 1985. Deux semaines plus tard, le juge prononce la liquidation des biens ainsi que le licenciement des quatre cent salariés restants.

Débute alors une nouvelle occupation de l’entreprise qui dure vingt mois jusqu’en décembre 1986. Une action en justice est lancée contre les dirigeants de la Coopérative. Le 9 juillet 1992, le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne rend son jugement. Bilan : 36 ans et deux mois d’emprisonnement – dont 22 ans et un mois avec sursis – sont distribués à 15 syndicalistes et deux experts comptables. 100.000 francs d’amendes pour ces derniers et, pour les syndicalistes, 36.406.000 francs à payer à un syndic de liquidation pour préjudice matériel et moral. […] Sur les 17 condamnés, les uns le sont pour abus de biens sociaux et recel, d’autres, les dirigeants syndicaux les plus responsables, pour complicité de vol et recel, d’autres enfin, les deux experts comptables, pour n’avoir pas dénoncé les faits que le Tribunal a jugés délictueux10. Les dix-sept condamnés font appel. Le 31 mars 1993, date d’ouverture du procès en appel, la CGT appelle à une manifestation nationale à Lyon, regroupant au total plus de soixante mille manifestants, en soutien aux militants condamnés. L’arrêt rendu le 2 juin de cette même année par la Cour d’appel de Lyon opte pour la relaxe de l’ensemble des dirigeants et syndicalistes de la SCOPD Manufrance, marquant ainsi la fin de l’affaire Manufrance.

Une page d’histoire se tourne, même si la marque ne disparait pas. La société Manufrance existe toujours, après avoir été reprise par un industriel de la Loire. Le Chasseur français pour sa part est désormais propriété d’une holding italienne.

Repères bibliographiques

Benzakin Joël, L’inventaire. Exposition sur l’entreprise Manufrance, Saint-Étienne, 3 juin – 31 juillet 1988, Lyon, FRAC Rhône-Alpes, 1988, 77 pages.

Besse Nadine, Poyet Marie-Ange, Manufrance. L’album d’un siècle 1885-1985, Lyon, FAGE, 2010, 335 pages.

Bouchut François, Finel Gérard, Manufrance, les regards de la mémoire, Paris, Éditions de l’Épargne, 1992, 127 pages.

Gadot-Clet François, Une certaine idée de Manufrance, Paris, Denoël-Filipacchi, 1979, 168 pages.

Kukawka Pierre, Manufrance. Radiographie d’une lutte, Paris, Les éditions sociales, 1980, 302 pages.

Marin Anne-Catherine, De Manufrance à Sup de Co Saint-Étienne : 100 ans de photographies, Lyon, Éditions lyonnaise d’Art et d’Histoire, 1997, 64 pages.

Munck Philippe, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, février 1993, 47 pages.

Munck Philippe, Manufrance. Que justice leur soit rendue, Montreuil, VO éditions, mai 1993, 48 pages.

Perreton Joseph, De la « Grande Dame » à « l’espace Fauriel » : la reconversion du site Manufrance à Saint-Étienne, Saint-Martin d’Hères, Institut d’Études Politiques de Grenoble, Mémoire en sciences politiques, 2000, deux volumes, 135 et 81 pages.

  1. À noter l’excellent travail de préservation documentaire actuellement réalisé pour sauvegarder la publication. Les années 1940 et les années 1950 sont accessibles dans leur intégralité en ligne. []
  2. Originellement désignée sous le nom de Manufacture Française d’Armes et de Tir, la société devient après son achat en 1885, la Manufacture Française d’Armes de Saint-Étienne. En 1892, une nouvelle appellation est retenue : Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne. Elle adopte finalement le statut juridique de société anonyme sous le nom Manufrance. []
  3. A l’origine, le personnel de l’entreprise devait bénéficier de ce legs. Cependant, il a été solennellement déshérité après la grève de cent jours qu’a connu l’entreprise en 1937. La municipalité n’avait toutefois pas été neutre lors de cet important conflit, puisqu’une subvention d’un million de francs en soutien des grévistes avait été adoptée par le conseil municipal. []
  4. Philippe Munck, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, Hors-série numéro 2, février 1993, 47p., p. 16. []
  5. Maire de Saint-Étienne de décembre 1964 à mars 1977, Député de la Loire de 1967 à 1981, Sénateur de la Loire de 1965 à 1967, puis de 1983 à 1988, Michel Durafour a été Ministre du Travail de 1974 à 1976 puis ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Économie, des Finances et du Budget de 1976 à 1977. []
  6. Ancien mineur, ancien secrétaire général de l’Union Départementale CGT et militant du PCF. []
  7. Pour un rappel historique sur les associations ouvrières de production, voir Jacques Le Goff, Du silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours, Rennes, PUR, coll. « L’univers des formes », 2006, pp. 131-133. []
  8. Philippe Munck, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, Hors-série numéro 2, février 1993, 47p., p. 21. []
  9. Dûs en partie à l’accumulation des retards dans le versement des sommes dues par les ASSEDIC, du délai de conclusion du premier protocole financier avec l’État (19 mars 1982), puis du second (4 août 1983) et des délais administratifs de versement des aides. []
  10. Extraits du projet de texte concernant l’affaire « Manufrance », suite au jugement prononcé par le TGI de Saint-Étienne le 9 juillet 1992. Disponible dans la Pochette rose, Boîte d’archivage numéro 1, Affaire « Manufrance », Fonds « Philippe Munck », IHS-CGT, Montreuil. []

La Commune (Paris 1871)

 

Affiche du film de Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 1999
Affiche du film de Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 1999

Je profite des différentes festivités organisées à l’occasion du 140ème anniversaire de la Commune de Paris pour évoquer rapidement un film que je viens de visionner, celui de Peter Watkins, intitulé La Commune (Paris 1871), tourné en 1999, puis diffusé à la télévision puis au cinéma et en dvd avec le soutien de 13 Production, la Sept Arte et le Musée d’Orsay.

Peter Watkins, un réalisateur peu commun.

Né en 1935 en Grande-Bretagne, Peter Watkins a réalisé de nombreux films sur des thèmes variés, avec une préférence pour le pacifisme : sur le parcours d’un soldat britannique durant la Première Guerre mondiale dans Le Journal d’un soldat inconnu (The Diary of an Unknown Soldier) de 1959 ; sur l’insurrection de Budapest de 1956 dans Les visages oubliés (Forgotten Faces) de 1960 ; sur l’armement nucléaire et ses conséquences dans La Bombe (The War Game) de 1967 ; sur la politique répressive de Richard Nixon dans Punishment Park de 1970 ou encore des portraits biographiques d’Edvard Munch ou d’August Strindberg.

Très influencé par le « free cinema » et le « cinéma direct », Peter Watkins use des gros plans, de la prise de son direct, de la caméra portée à l’épaule ou encore de voix-off pour brouiller les pistes, en plaçant volontairement ses films entre documentaire et fiction. Il affectionne ainsi particulièrement le style des « actualités », des « journaux télévisés », qu’il utilise régulièrement pour dénoncer le rôle des mass-medias. Ces derniers sont chargés de défendre le système économique capitaliste, son consumérisme et ses inégalités. Un des principaux moyens utilisés pour y parvenir est la Monoforme, terme qu’il a forgé pour désigner

la façon de hacher les films en minuscules petits bouts : cut, cut, cut, toutes les trois à cinq secondes… Un matraquage continu de sons, la caméra en perpétuel mouvement. Je pense que vous connaissez tout cela, mais il est important d’y voir une forme narrative organisée.  Ceci n’a rien à voir avec la complexité, avec la gamme de possibilités du cinéma ou de la télévision, en tant que support de la création, expression artistique ou type de communication. Cette chose, la monoforme est devenue le format obligé structurant tous les films télévisée et quasiment l’ensemble de la production du cinéma commercial. Cut, mouvement, secousse, bing, bang, cut, cut, cut. Et le montage est de plus en plus rapide, c’est presque comme les clips sur MTV. Ce n’est sûrement pas de la communication. Cela ne permet pas aux spectateurs de participer vraiment. Vous êtes entraînés à travers cette structure narrative mono-linéaire par ce formatage frénétique et manipulateur, la Monoforme, qui est employée délibérément, parce qu’elle ne nous laisse pas le temps de penser, ni d’espace pour une participation démocratique permettant une remise en cause, un questionnement. Ceci est un acte délibéré.1

Tourné en noir et blanc, le film La Commune (Paris 1871) est hors-norme, comme la plupart des films réalisés par Peter Watkins. Hors-norme par sa durée tout d’abord : près de 5 heures 15 pour la première version et 3 heures pour la version destinée à la projection à la télévision et au cinéma. A cela, il faut ajouter une introduction du réalisateur de 30 minutes sur les objectifs du film. J’entends d’ici vos inquiétudes face à une telle durée ! Je vous rassure tout de suite, rien à voir avec le fameux mais ennuyeux Sleep d’Andy Warhol. Au contraire, le montage, le jeu des comédiens font que l’attention du spectateur est captée et que le temps file, sans accros !

Le tournage, réalisé dans une usine abandonnée de Montreuil qui se trouvaient être sur les anciens terrains des studios Méliès, a réuni au total 220 comédiens et comédiennes, recrutés à Paris et ailleurs. Plus des deux tiers n’ont aucune expérience d’acteur. C’est un trait constant des films de Peter Watkins qui comprennent une part improvisée importante dans les dialogues. À l’occasion du recrutement des comédiens, le réalisateur a demandé à chacun de lire, de s’informer sur la Commune de Paris, de se renseigner sur le personnage qu’il allait devoir incarner. En parallèle, un collectif d’historiens assurait que le scénario respecte bien les connaissances historiques que nous avons de la période. L’investissement de tous – comédiens comme personnels de tournage – dans les aspects techniques et scénaristiques est important : une véritable expérience humaine que l’on ressent tout au long du film, surtout dans la dernière heure, une fois l’entrée des versaillais au sein de Paris. 

Très éloigné des « blockbusters » hollywoodiens et des documentaires « classiques », La Commune est un film collaboratif, politique dans son sens le plus large, favorisant les débats sur la démocratie, les privilèges, le capital, le racisme, la mobilisation, la laïcité, l’éducation, les femmes, la misère, les médias, etc. Un film touchant, captivant, enragé qu’il faut absolument voir !

Pour aller plus loin.

  1. Peter Watkins, Introduction à La Commune (Paris 1871) []

Les chansons des luttes et de la condition ouvrière

Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000
Couverture de l’ouvrage d’Annette Dumont et Pierre Grosz, « Les chansons des luttes et de la condition ouvrière », France Découverte, 2000

Il faut bien l’avouer, le quatrième art n’a encore jamais été abordé dans ce carnet de recherches qui a pourtant l’ambition de couvrir les arts et les images du mouvement ouvrier et social. Je ne suis pas un grand spécialiste des questions musicales, il faut bien le reconnaître. Mais les chants de luttes, les hymnes et autres refrains entonnés lors des rassemblements de travailleurs constituent une pan important, sinon inévitable de l’histoire du mouvement ouvrier et social.

Pour compléter ce vide, je vous propose de jeter un petit coup d’oeil sur l’ouvrage d’Annette Domont et de Pierre Grosz, Les chansons des luttes et de la condition ouvrière, paru aux éditions France Découverte en 2000. Celui-ci propose une introduction ludique aux chants qui ont accompagnés les luttes sociales des 19ème et 20ème siècles, de nos jours à la révolte des Canuts. Illustré par de multiples reproductions en couleur d’affiches, de photographies et de documents, complété par quelques encarts explicatifs, cet ouvrage a été conçu comme le support d’une pièce de théâtre, d’une comédie musicale mettant en scène trois personnages préparant un spectacle pour leur comité d’entreprise ou la fête de leur ville. En annexe, nous retrouvons plusieurs partitions complètes. Parmi les chants retenus, nous retrouvons bien évidemment des classiques, tels que Le Chant des Partisans ou encore Le Temps des Cerises et d’autres qui le sont beaucoup moins. Ci-dessous, la liste des chants intégralement repris :

La chanson des luttes (P. Grosz / M. Philippe-Gérard), 2000, © Éditions de l’Écriteau.

La grève (P. Grosz / C. Chevallier), © Éditions de l’Écriteau.

Marie-Jo (P. Grosz / M. Le Forestier), DR.

Mai Soixante Huit (P. Grosz / M. Précastelli), © Éditions de l’Écriteau.

Le chant des marais (R. Goguel / H. Kirmsze).

Quand on se promène au bord de l’eau (Yvain / Duvivier).

La victoire du Front populaire (Jules Hubert).

Révolution (R. Guérard).

La chanson de Craonne (Anonyme / R. Le Peltier / A. Sablon).

J’ai engueulé l’patron (Marnols-Maubon / J. Lenoir) © Éditions Fortin.

Gloire au 17e (G. Montéhus / R. Chantegrelet) 1936, © Éditions P. Beuscher.

La Ricamarie (R. Doutre).

Le chant des ouvriers (P. Dupont) © Éditions de l’Écriteau.

Les Canuts (A. Bruant) © Éditions Salabert.

Un bon aperçu, sans compter que l’ouvrage fait référence à de nombreux chants en citant simplement quelques couplets ! En guise de conclusion, je vous retranscrit ici les deux  premiers couplets de La Ricamarie :

Ils réclamaient leur droit par un grève immense

Nos courageux mineurs aux traits noirs mais riants

Plus de bras au travail, donc un morne silence

Règne autour de leurs puits naguère si bruyants

 

Mais hélas tout à coup la fusillade tonne

Puis on entend des cris de douleur et d’effroi

La poudre est en fumée et le clairon résonne

Onze frères sont morts en réclamant un droit !

Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins
Un exemple de "bachi", le couvre-chef des marins

Petit clin d’oeil, l’ouvrage reproduit à la page 21 un objet (un autocollant ? un écusson ?) de la campagne de défense d’Henri Martin, représentant un bachi, un chapeau de marin, sur lequel on peut lire Libérez Henri Martin.

Le petit salon du livre politique

Affiche du "Petit Salon du Livre Politique", Paris, 2011
Affiche du "Petit Salon du Livre Politique", Paris, 2011

Le bar-restaurant Le Lieu Dit, que j’ai déjà évoqué dans une précédente brève à l’occasion de l’organisation d’un après-midi dédié à Pierre-Joseph Proudhon, accueille dans ses murs « Le Petit Salon du Livre Politique », évènement qui en est déjà à sa quatrième édition. Au total, une dizaine d’éditeurs exposent leurs dernières parutions dans le champ des sciences sociales et politiques. Les éditions Agone, Amsterdam, Ère, La dispute, La fabrique, La ville brûle, L’échappée, Le Passager clandestin, Les Prairies ordinaires, Libertalia, Lux, Nous, Raisons d’agir, Rue des Cascades, Syllepse et Zones seront présents les 28 et 29 mai, de 15 à 22 heures au bar-restaurant Le Lieu Dit, 6 rue Sorbier, 75020 Paris. N’hésitez pas à y faire un saut !