Des travailleurs indochinois en Bretagne

Affiche de l'exposition organisée par la Médiathèque de Lanester
Affiche de l'exposition organisée par la Médiathèque de Lanester

En complément au billet sur l’exposition « Des travailleurs indochinois dans les Bouches-du-Rhône« , organisée par les archives départementales des Bouches-du-Rhône du 5 au 31 mai 2011, je signale ici que la médiathèque  de Lanester, dans le Morbihan propose également une exposition photographique, une conférence et une projection de film sur les travailleurs Indochinois.

Du 7 au 28 mai, Les Vietnamiens, une exposition de photographies de Bui Huy Trang sera visible, présentant 32 portraits, pour découvrir le Vietnam à travers ses habitants. Une conférence, intitulée Travailleurs Indochinois en France de 1939-1952, sera animée par Pierre Daum, journaliste auteur de Immigrés de force, travailleurs indochinois en France, le vendredi 20 mai, à 20 h 30, dans l’auditorium de la médiathèque. Une projection du film Les hommes des 3 ky de Dzu Lê-Liêu, est prévu samedi 21 mai à 15 h, également dans l’auditorium.

Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939)

Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.
Couverture de la revue A-I-Z, n°17, 1931. Photographie Tina Modotti, 38 x 28 cm, The Museum of Fine Arts, Houston.

A tous ceux qui passeraient par Madrid avant le 22 août prochain, n’hésitez pas à faire un détour par le musée Reina Sofia, qui organise une grande rétrospective intitulée « Une lumière crue, sans compassion. Photographies du mouvement ouvrier (1926-1939) ». Plus d’un millier de documents – des photographies (pour la plupart des tirages d’époque), de films et des revues – sont exposés avec pour objectif d’interroger cette période bien particulière de l’histoire de la photographie.

Né de la Troisième Internationale communiste, le mouvement de photographes du mouvement ouvrier trouve ses origines dans le concours organisé en 1926 par le magazine AIZ (Arbeiter Illustrierte Zeitung, Le journal illustré des travailleurs), dans le cadre de la République de Weimar. Peu de temps après, nait en Union soviétique la revue Sovetskoe Foto (La photographie soviétique) qui a pour mission de coordonner la culture photographique soviétique avec la construction du nouvel état socialiste.  Dès ses origines, la photographie ouvrière se nourrit de l’expérience du Front Populaire en Espagne et en France. Ce mouvement est relayé par les partis communistes des pays d’Europe centrale  et se développe aux États-Unis avec la Worker’s Photo League. En 1939, à la fin de la guerre civile espagnole et au début de la Seconde Guerre mondiale, débute le déclin d’un mouvement qui avait donné naissance à de grands noms tels que Sergueï Tretiakov, David Seymour, Robert Capa, Paul Strand, Tina Modotti, Walter Ballhausen et Max Alpert.

A ceux qui ne peuvent s’y rendre, ou ceux qui souhaitent alimenter leurs réflexions, je vous conseille la lecture de l’article d’Ute Eskildsen, « The AIZ and the Arbeiter Fotograf : Working Class Photographers in Weimar » publié dans le Journal of Photography of the George Eastman House, volume 23, numéro 2, décembre 1980, pages 2-8.

Un nouveau blog. Les archives des camarades

Logo du blog Les archives des camarades
Les archives des camarades

Les actions en faveur des archives et des ressources du mouvement ouvrier et social se multiplient sur la toile, comme l’illustre l’exemple de Nathanaël Signoles-Beller, jeune archiviste formé à l’université de Toulouse, qui vient de lancer un blog, les archives des camarades, dédié à la gestion et à la valorisation des archives du mouvement ouvrier et social. Archiviste à l’Institut CGT d’Histoire Sociale du Midi-Pyrénées  d’octobre 2010 à février 2011, il entend ici mettre à profit son expérience et ses centres d’intérêts. Les objectifs  de ce blog sont les suivants :

  • Présenter des actions – passées, présentes ou à venir – de gestion et de valorisation des archives du mouvement ouvrier et social : expositions traditionnelles ou virtuelles, publications, sites Web, instruments de recherche dans les fonds…
  • Découvrir les acteurs de la valorisation et de la gestion des archives du mouvement ouvrier et social : services d’archives publics, associations, organisations syndicales, historiens…
  • Proposer des réflexions sur la gestion et la valorisation des archives du mouvement ouvrier et social.
  • Valoriser les archives du mouvement ouvrier et social via des reproductions et analyses.

Le champ d’action de ce site internet risque fort de retenir l’intérêt des lecteurs de ce carnet de recherches et nous n’hésiterons donc pas à relayer ses articles. En attendant, bon courage à son auteur et bonne lecture !

Pratiques syndicales du Droit. France. XXe-XXIe siècles

Affiche du Colloque "Pratiques syndicales du droit. France. 20e-21e siècles", Montreuil, 11-12 mai 2011
Colloque "Pratiques syndicales du droit. France. 20e-21e siècles", Montreuil, 11-12 mai 2011

L’Institut CGT d’Histoire Sociale et le Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle (UMR 8058, CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) organisent un colloque les 11 et 12 mai prochains sur le thème « Les Pratiques syndicales du Droit. France. 20e-21e siècles » à Montreuil, au siège de la Confédération générale du Travail.

Contact et inscription : ihs@cgt.fr

Exposé de la thématique

Au carrefour des histoires désormais bien balisées du syndicalisme et du droit du travail, celle des pratiques syndicales du droit demeure un champ largement ouvert aux investigations complémentaires des historiens, juristes, sociologues et politologues. Les approches classiques ont considéré les syndicats comme les acteurs d’un droit marqué par les dynamiques complexes et transformatrices à l’œuvre dans son élaboration. En aval, des travaux se sont efforcés d’évaluer les conditions d’application des lois et des règlements, le fonctionnement et l’articulation des normes mobilisées par la justice du travail, tandis que d’autres s’intéressaient plutôt aux discours et aux représentations syndicales du droit et de ses institutions. Forts de ces jalons et acquis, le colloque se propose de privilégier l’étude des pratiques, soit les modalités par lesquelles, en différents lieux, branches, entreprises, circonstances et époques, les organisations syndicales, leurs structures, instances et responsables ont appréhendé le droit du travail pour le modifier, user de ses institutions juridiques ou judiciaires, établir des relations avec ses agents et experts, intégrer ses ressources et contraintes, voire contradictions, dans leurs tactiques et stratégies. Par droit du travail, nous entendons ici :

• les dispositions du code du travail (relations individuelles et collectives de travail, intéressement et participation, durée du travail, sécurité et santé, emploi, formation, contrôle et contentieux) ;

• les normes de l’action collective des salariés (droit économiques et sociaux inscrits dans le préambule de la constitution).

Ces contours excluent tout ce qui relève de politiques sociales plus générales (protection sociale, santé publique, logement, etc.), mais nous souhaitons que le colloque permette d’étudier la manière dont les syndicats ont considéré l’articulation du droit du travail et des politiques sociales (à l’exemple des relations entretenues entre droit du travail et protection sociale). Il devrait être l’occasion, encore, d’explorer sous un nouvel angle des thèmes aussi importants que la durée du travail, le travail précaire, les discriminations, les licenciements économiques, la sous-traitance, le périmètre du salariat. Si le cadre hexagonal semble le plus approprié, l’option n’exclut pas plus les monographies locales que l’analyse des pratiques en vigueur dans les territoires coloniaux, l’évaluation d’influences étrangères, des normes internationales (BIT, Directives de la Commission européenne, etc.). L’approche implique aussi que soient prises en compte les coopérations et coordinations développées aux échelons européen et international. Cette dernière dimension est confortée par la participation retenue de trois collègues travaillant à l’étranger ou d’origine étrangère.

Le choix d’une période assez longue – XXe et XXIe siècles –, découle du souci d’accorder la problématique du colloque aux temporalités de l’Etat social et de la société salariale, largement confondues avec celle du syndicalisme confédéré qui, non limité à la seule CGT, inclut la totalité des centrales. Sur ces bases, trois axes thématiques se dégagent :

• le syndicalisme producteur de normes, sa capacité d’initiative et ses contributions à leur élaboration en fonction de ses ressources et choix tactiques ou stratégiques (thèmes de négociation, types de contentieux initiés ou soutenus, saisine d’institutions internationales, etc.) ;

• le syndicalisme diffuseur de normes par la formation et l’information et les services, juridiques ou judiciaires, proposés aux adhérents et aux salariés (presse générale et spécialisées, brochures, tracts, stages des militants, mobilisations spécifiques, conseils juridiques, structures spécifiques et spécialisations militantes, etc.) ;

• le syndicalisme contrôleur du droit à travers ses interventions pour l’effectivité du droit : intervention des structures syndicales et des institutions d’entreprises (CE et autres), rapports avec l’inspection du travail, usages de la jurisprudence, des recommandations ou conventions internationales, contacts noués, nature et portée des échanges avec les experts et professionnels du droit – avocats, magistrats, inspecteurs du travail, universitaires… – qu’il conviendra de mieux identifier.

On veillera à inscrire le découpage ainsi proposé dans les situations et les contextes de nature à éclairer la cohésion, la dynamique et, au total, la signification des pratiques mises à jour. De fait, au gré des moments et des configurations historiques, le droit a pu apparaître :

• comme une source de contraintes ;

• un recours ;

• voire un substitut à l’action revendicative.

Sans rien céder des exigences scientifiques et de l’approche transdisciplinaire qui en garantiront l’intérêt, l’initiative participe, dans la continuité de coopérations menées à bien par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle et l’Institut CGT d’histoire sociale, des échanges fructueux développés entre chercheurs et acteurs syndicaux invités à confronter les résultats de leurs réflexions et expériences dans le respect des caractéristiques de chacun. Le colloque, auquel participeront huit doctorants et post-doctorants, est également l’occasion d’associer à sa préparation un jeune doctorant du CHS.

Comité scientifique du projet

Elyane Bressol (présidente de l’IHS-CGT), Alain Cottereau (sociologue, directeur d’études à l’EHESS), Michel Dreyfus (historien, directeur de recherche, CNRS, CHS du XXe siècle), Marianne Keller (juriste, maître de conférences honoraire, Paris 1), Francis Kessler (juriste, maître de conférences, Paris 1), Jean-Pierre Le Crom (juriste, directeur de recherche, CNRS, Droit et changement social), Hélène Michel (professeur de science politique, Strasbourg),René Mouriaux (politologue), André Narritsens (IHS-CGT), Norbert Olszak (professeur de droit, Paris1), Michel Pigenet (professeur d’histoire contemporaine, Paris 1, CHS du XXe siècle), Pascal Rennes (juriste syndical, IHS-CGT), Francine Soubiran-Paillet (sociologue, chercheur, CNRS, CHS du XXe siècle) , Marie-Armelle Souriac (juriste, professeur de droit, Paris 10), Emeric Tellier (doctorant en histoire, CHS du XXe siècle)

Programme

mercredi 11 mai 2011

8h30 Accueil

9 heures Ouverture par Michel Pigenet

9h15-13 heures

session 1 – Penser et organiser l’intervention syndicale

Présidence : Marcel David – Grand témoin : Pascal Rennes

1 Michel Dreyfus, historien, Directeur de recherche au CNRS

L’activité du Comité juridique de la CGT (1920-1939)

2 Morgan Poggioli, historien, Chercheur associé au Centre Georges Chevrier (umr 5605)

La juridicisation de l’activité syndicale durant le Front populaire

3 Frédérick Genevée, historien, chargé de cours à l’université Paris 7

Les revues Droit ouvrier dans les années 1920

4 Laurent Willemez, sociologue, Maître de conférences à l’université de Poitiers

Universitaires et syndicalistes en collaboration : l’exemple des revues juridico-syndicales dans les années 1970

5 Emeric Tellier, historien, allocataire moniteur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Effectifs, moyens et champs d’action des services juridiques des Confédérations syndicales au tournant des années 1968

6 Gwendoline Colas, juriste, étudiante en M2 Droit social, Université de Nantes

La stratégie judiciaire de la CFDT, 1960-1980

7 Marcel Caille, syndicaliste, CGT

Raisons et conséquences de la mise en place du secteur « droits et libertés » de la CGT à la charnière des années 1970

séquence filmée-interview de Francis Sarramito (syndicaliste) et Maurice Cohen (juriste)

14h30-17h30

session 2 – Produire des normes

Présidence : Norbert Olszak, juriste, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Grand témoin : Marie Jacek, à compléter

1 Sabine Rudischhauser, historienne, chercheur à l’université libre de Bruxelles

L’autonomie sociale ou le syndicalisme producteur de norme. Les conventions collectives du travail avant la lettre, 1900-1919

2 Mathieu Grégoire, sociologue, post-doc au Centre d’études de l’Emploi

La « souveraineté syndicale ». Théorie et pratique d’un syndicalisme producteur et contrôleur de normes : les syndicats de musiciens (1919-1937)

3 Patrick Barrau, historien du droit, maître de conférences

Le rôle de l’accord CGT-Manpower dans la réglementation du travail temporaire 4 Gilbert Stoquert, syndicaliste, CGT

La Fédération des transports et la réglementation du travail

5 Anne-Sophie Bruno, historienne, maître de conférences à l’université Paris 13

Les syndicats et la précarité du contrat de travail (fin des années 1960-début des années 1980

6 ASPLAN, collectif de recherche représenté par Sébastien Chauvin, sociologue, maître de conférences à l’université d’Amsterdam et Anne Bory, sociologue, maître de conférences à l’université Lille 1

La pratique syndicale du droit dans le cadre du mouvement de régularisation des sans-papiers

jeudi 12 mai 2011

9h-12h30

La matinée est divisée en deux « ateliers » session 3 – La Justice comme recours

• 1 Présidence : Elyane Bressol, directrice de l’IHS-CGT Grand témoin : [à déterminer]

1 Manuela Grévy, juriste, maître de conférences en droit privé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’action en justice du syndicat

2 Jean-Gabriel Contamin, politologue, professeur à l’université Lille 2, et Alexis Spire, chercheur au CNRS-CERAPS

Usages et non usages du droit dans la défense syndicale des salariés du public. Les stratégies de la CHT et de la CFDT au tribunal administratif

3 Ismail Ferhat, doctorant, IEP Paris

Le syndicat national des instituteurs (SNI) face aux recours légaux des instituteurs et PEGC. De « la défense du corps » au « consumérisme » (années 1960-fin des années 1980)

4 Sophie Béroud, politologue, maître de conférences en science politique à l’université Lyon 2-TRIANGLE et Karel Yon, politologue, post-doc, université Lille 2 La reconnaissance de la représentativité comme objet de luttes syndicales

5 Pierre-Jean Rozet, syndicaliste, membre du Conseil économique, social et environnemental

Représentativité des syndicats : Les évolutions des positionnements des acteurs jusqu’à la loi du 20 août 2008

session 3 – La Justice comme recours

• 2 Présidence : Francine Blanche, syndicaliste, secrétaire de la CGT Grand témoin : François Clerc, syndicaliste

1 Jérôme Pélisse, sociologue, maître de conférences à l’université Versailles-Saint-Quentin

Plus de juges ou plus de droit ? Usages et appropriations du droit dans les conflits du travail contemporains

2 Franck Petit, juriste, professeur de droit à l’université d’Avignon

Les sanctions des prérogatives économiques du comité d’entreprise

3. Philippe Masson, syndicaliste, responsable du collectif Droits, libertés, actions juridiques

La CGT, les juges et les chômeurs recalculés

4 Nicolas Hatzfeld, historien, maître de conférences à l’université d’Evry La lutte contre la discrimination syndicale à Peugeot-Sochaux : combats judiciaires et mutations syndicales (1994-2000)

14h-17 h

session 4 – L’arme du droit, usages et contournements

Présidence : Jean-Pierre Le Crom, juriste, professeur à l’université de Nantes

Grand témoin : Gérard Gaumé, syndicaliste

1 Laure Machu, historienne, doctorante à l’université Paris Ouest La Défense Les syndicats et le droit de la négociation collective (1919-1940)

2 Michel Pigenet, historien, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les usages syndicaux d’un principe constitutionnel ou les réquisitions en question. L’exemple des grèves de l’été 1953

3 Christian Chevandier, historien, professeur à l’université du Havre

Usages et pratiques des textes ministériels : le salaire des travailleurs hospitaliers grévistes au début des années 1980

4 Jean-Philippe Tonneau, sociologue, ATER à l’université de Nantes

Le Syndicat des avocats de France, le droit social et les syndicats de salariés : relations, stratégies de défense et problèmes de frontières

5 Lydia Brovelli, syndicaliste

Le droit d’expression dans et hors l’entreprise à l’épreuve de l’affaire Clavaud

6 Hélène Michel, politologue professeur à l’IEP de Strasbourg

Le Comité européen des droits sociaux et les organisations syndicales françaises. Usages d’un recours européen

7 Dongkyu Shin, historien, membre associé au CHS, chercheur invité à l’université libre de Bruxelles

Quand les ouvriers se déplacent contre l’entreprise multinationale : stratégie syndicale et conventions internationales dans le cadre d’une solidarité entre syndicats français et coréens

17 heures

Conclusion par René Mouriaux, politologue