L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre. Compte-rendu

 

Affiche du Colloque "L'art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre", INHA, 2011
Affiche du Colloque "L'art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre", INHA, 2011

L’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) ; en partenariat avec le laboratoire HICSA (histoire culturelle et sociale de l’art) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le laboratoire CEMERRA (Centre méditerranéen de Recherches sur les Relations entre les Arts) de l’université de Provence et le LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes) de Lyon ; en collaboration avec l’ARC « Journalisme et littérature » de l’Université libre de Bruxelles, le CHEC (Centre d’histoire « Espaces et Cultures ») de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand et la Duke University de Durham (États-Unis) ; a accueilli dans ses locaux les jeudi 16 et vendredi 17 juin dernier un colloque intitulé « L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre », dont ce carnet de recherches s’est déjà fait l’écho en signalant le programme.

Ces deux journées d’interventions et de débats ont été extrêmement riches, tant par les champs couverts que par les problématiques soulevées. La vingtaine de contributions présentées par des chercheurs et des professionnels venus d’horizons différents ont incontestablement été un des facteurs déterminants à cette richesse. Le public, plutôt nombreux (entre quatre-vingt et cent personnes), a pleinement joué son rôle. Les interventions ont été particulièrement nombreuses et pour bon nombre d’entre elles plutôt pointues. Faute de temps, comme cela est toujours le cas en colloque, ces débats d’experts ont été poursuivis dans les couloirs de l’Institut national d’Histoire de l’Art.

Le principal apport de ce colloque réside dans la confrontation des projets et réalisations qualifiées « d’art social » en France dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle et la première décennie du vingtième siècle, mais sans pour autant se refuser quelques incursions à l’étranger ; en Angleterre, en Belgique et en Russie. Les réflexions se sont naturellement dirigées vers la définition de « l’art social » et de ses acteurs. Pour cela, de nombreuses notions et concepts en concurrence ou en opposition ont été abordées tout au long du colloque : « art utile », « art pour l’art », « arts décoratifs et industriels », « art dans tout, partout, pour tous » ou encore « arts populaires ». À cela se sont ajoutées également les différentes théories, idéologies ou politiques appuyant ou combattant ces concepts : « saint-simonisme », « fouriérisme », « radical-socialisme », « solidarisme », « socialisme », « anarchisme » et autres.

Ces deux journées de travaux rendent bien compte de la grande richesse de ce concept « d’art social ». Une multiplicité de projets, avec parfois des proximités idéologiques étonnantes chez certains intellectuels ou acteurs, ont été lancé, ce qui laissent toutefois supposer une certaine manipulation, un certain opportunisme pour quelques uns, dans le contexte parfois troublé de la Troisième République. Un obstacle important rencontré concerne les sources de la réception de ces projets et réalisations par le public visé. Néanmoins, une définition de « l’art social » tend à mon sens à émerger de ce colloque :

1° Pour qu’il y ait « art social », il faut un projet éducatif avec pour objectif plus lointain la transformation de la société. L’évolution de la société peut être soit progressive soit radicale. Les objectifs poursuivis par l’éducation ne sont alors pas tout à fait les mêmes. Dans le premier cas de figure, on trouve les réformistes qui visent à éduquer le peuple, à lui donner accès à un minimum de connaissances et de savoirs, quelque soit sa position sociale dans la société. On trouve également les conservateurs qui adoptent une stature davantage paternaliste et moralisatrice. Il s’agit d’éduquer pour éviter les errements de débauche et de dépravation du peuple. La santé physique et mental des gens de « basse extraction » est au coeur de ce premier cas de figure. Dans le second cas, l’art social doit préparer l’avènement d’un ordre politique et économique nouveau né d’un épisode radical, révolutionnaire. L’éducation doit alors émanciper, préparer aux futurs rôles qui seront occupés par chacun.

2° Pour qu’il y ait « art social », il faut également une cible, un réceptacle à ce projet éducatif. Le « peuple », la « société », les « travailleurs » ou encore les « ouvriers » : cette cible est bien évidemment différente selon que l’on se place du côté des radicaux-socialistes, des fouriéristes ou des tenants du catholicisme social. Cependant, « l’art social » est dirigé en priorité à destination des « petits » : les employés du centre de Bruxelles pour la section d’art de la Maison du Peuple, les ouvriers qualifiés des faubourgs du 11ème arrondissement parisien comme dans le cas du Musée du soir de Gustave Geffroy ou encore le monde paysan lors de la transition d’octobre 1917 en Russie.

3° Pour qu’il y ait « art social », il faut enfin des actions et des réalisations concrètes. À mon sens, les théories et autres grandes déclarations de principe ont beaucoup moins de sens que l’organisation et le maintien, malgré certaines évolutions, de la fête des Incas de Valenciennes par exemple. L’impact d’une fête populaire annuelle est bien évidemment plus important qu’un ouvrage publié dont les conséquences concrètes restent difficilement mesurables.

Cette ébauche de définition est bien évidemment très incomplète et peu précise mais elle fait me semble-t-il une synthèse des débats de ces deux journées. Il subsiste cependant des absences dans les domaines couverts par ce colloque.

Premier point, en tant qu’historien du mouvement social, j’ai été surpris par la faible présence des travailleurs dans les contributions. À ma charge, il est vrai que j’envisageai le concept « d’art social » de manière restreinte. Néanmoins, il me semble que dans certains cas il aurait été intéressant de s’attarder sur le dépouillement de la presse populaire et politique pour obtenir davantage d’informations sur les échos des différentes initiatives prises au nom de « l’art social » ou de concepts proches, même si les associations, organisations politiques ou syndicales ne reflètent pas, loin de là, l’avis de l’ensemble des masses populaires.

Second point, le choix des bornes chronologiques et le contenu des interventions à conduit à occulter d’une part la Commune de Paris qui n’a été citée qu’à quelques reprises. Il est vrai que l’ouvrage de Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans image ? Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, aborde certains aspects importants de cette question1. De même, la révolution russe de 1917, largement abordée dans la dernière contribution, n’a pas été retenue par les autres contributeurs qui lui ont préféré les débuts de la Première Guerre mondiale en 1914, ce qui ne me semble, là encore, pas particulièrement justifié lorsque l’on évoque « l’art social ».

Quoiqu’il en soit, les réflexions sur « l’art social » sont prometteuses et ce colloque n’est que le début d’une série de travaux sur ce concept encore peu étudié. J’espère que cette (trop) rapide présentation fera naître des vocations pour l’organisation d’un prochain colloque, sur la période suivante (1917-1939) par exemple.

Pour compléter ces lectures

Retrouvez les enregistrements audios des interventions de la première demi-journée sur le site internet de France Culture.

Vous pouvez vous plonger dans les contributions de Catherine Méneux, « Au tournant du siècle » et de Christophe Prochasson, « Ni doctrine, ni école, ni mouvement » dans le numéro 12 spécial « Qu’est-ce que l’art social ? » dans Arts et Sociétés. La Lettre du séminaire du Centre d’Histoire de Science Po.

  1. Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans image ? Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, Paris, Éditions Champ Vallon, 2004, 528 pages. []

Les années 68

Affiche de l'exposition "Les années 68", Dunkerque, LAAC, 2011-2012
Affiche de l'exposition "Les années 68", Dunkerque, LAAC, 2011-2012

Depuis le 9 avril 2011 et ce pour une année, le Lieu d’Art et d’Action Contemporaine (LAAC) de la ville de Dunkerque organise une exposition autour des « années 68 ». Connu pour sa collection d’art du vingtième siècle, ce musée a été inauguré en décembre 1982 avec pour projet d’intégrer l’art contemporain dans la cité et de le rapprocher des ouvriers. Ce musée possède près d’un millier d’oeuvres d’artistes des années 1950 à 1980 parmi lesquels on retrouve des noms célèbres comme Andy Warhol, Pierre Soulages, Niki de Saint-Phalle, César ou encore Arman. Cette collection unique est le résultat de l’engagement de Gilbert Delaine, ingénieur à la direction départementale de l’Équipement, qui a réuni ce trésor en une douzaine d’années.

Cette exposition est composée d’oeuvres issues des propres collections du musée, mises en miroir avec des archives d’époque : affiches, photographies documentaires, journaux et magazines, pochettes de disques, mobilier ou encore objets usuels. Des prêts publics et privés d’oeuvres complètent et permettent à cette exposition d’aborder les principaux thèmes de cette décennie : luttes anti-apartheid, mouvements de protestation contre la guerre du Viet-nam, événements de mai-juin 1968, révolution culturelle et Livre rouge, émancipation de la femme, libération sexuelle, apogée de la société de consommation, Beat Generation, Flower Power, etc.

Deux séquences sont prévues, afin de renouveler en partie l’exposition. La première s’achève le 19 septembre et s’intéresse plus particulièrement aux liens entretenus entre « art et politique » et la seconde, qui débute le 27 septembre pour s’achever le 9 avril 2012, abordera « l’art psychadélique ».

Le syndicalisme du 21ème siècle. Journées de débats et d’échanges

Affiche de la journée d'étude "Le syndicalisme du 21ème siècle", ISSTO, 2011
Affiche de la journée d'étude "Le syndicalisme du 21ème siècle", ISSTO, 2011

L’Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest, dépendant de l’université Rennes 2, a pour mission d’assurer la formation continue de militants et responsables syndicaux en économie, droit ou encore en sciences sociales. À l’occasion des trente années d’existence, celui-ci organise une journée et demi de débats et d’échanges les jeudi 23 et vendredi 24 juin prochains intitulée Le syndicalisme du 21ème siècle. Journées de débats et d’échanges. La première journée aborde les thèmes suivants « syndicalisme et diversité des formes d’emploi », « syndicalisme et mondialisation » et « syndicalisme et dialogue social territorial ». Les débats seront suivis en soirée par la projection du film de Ken Loach, Bread and roses. Le lendemain matin est consacrée à une réflexion collective sur les liens entre le monde universitaire et le monde syndical.

Renseignements et inscription.
02 99 14 20 82
gwenola.billon@univ-rennes2.fr

Jeudi 23 juin 2011

8h30 – 9h. Accueil des participants.

9h00 – 9h15. Présentation de la journée. Alexandre Fabre, Directeur ISSTO.

9h15 – 10h. Allocutions d’ouverture.

Danielle Charles-le Bihan, Vice-Présidente l’Université de Rennes 2.
Bernard Eliot, Président du Conseil d’administration de l’ISSTO.
Michel Duthoit, Ancien administrateur de l’ISSTO.

10h – 12h. Le syndicalisme et la diversité des formes d’emplois.

Table ronde présidée par Marion Del Sol, Professeure de droit à l’Université de Brest.
Jean Louis Dayan, Centre d’Analyse Stratégique
Sophie Béroud, Maître de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon 2
Christian Janin, Secrétaire confédéral CFDT
Yann Perotte, Secrétaire général de l’union départementale de la Manche de la CGTFO

14h – 16h. Le syndicalisme et la mondialisation.

Table ronde présidée par Catherine Sauviat, Professeure associée à l’ISSTO.
Muriel le Barbier le Bris, Maitre de conférences en droit public, Université Rennes 1, IODE
Isabelle Daugareilh, Directrice de recherches au CNRS, COMPTRASEC UMR CNRS 5114, Université Bordeaux 4
Jean-Claude Trogrlic, Directeur du bureau de l’OIT à Paris
Daniel Pellet-Robert, Membre du bureau de la fédération métallurgie de la CGT, chargé des questions européennes et coordinateur de plusieurs comités européens

16h – 18h. Le syndicalisme et le dialogue social territorial.

Table ronde présidée par Alain Even, Président du Conseil économique, social et environnemental de Bretagne.
Annette Jobert, Directrice de recherche au CNRS
Gilles Mathel, Directeur de l’Unité territoriale Ille et Vilaine de la Direccte de Bretagne
Louis Baron,
Secrétaire général de la CFDT Bretagne
Christian Peltais, Secrétaire du comité régional de Bretagne de la CGT

20H30. Projection du film Bread and Roses, de Ken Loach, 112min.

Le coeur gros, Maya a laissé sa mère à Cuerna-vaca (Mexique) pour passer aux États-Unis. Après bien des péripéties, elle arrive à Los Angeles où vit depuis longtemps sa soeur aînée Rosa. Énergique et décidée, Maya décroche un premier job de serveuse dans un bar de nuit, puis elle obtient de Rosa, employée dans une usine de nettoyage, qu’elle la présente à son directeur, Perez. Devenue femme de ménage, Maya se retrouve au milieu d’une armée d’employés de toutes les nationalités, opérant la nuit dans des buildings. Elle découvre les conditions dans lesquelles travaillent les immigrés dont les papiers ne sont pas en règle. Contrairement à sa soeur, Maya ne peut accepter de se soumettre et, après sa rencontre avec Sam, un représentant syndicaliste, elle se jette à corps perdu dans le mouvement « Justice pour les employés de ménage » …

Vendredi 24 juin 2011

9h30 – 12h30. Universités et syndicalisme. Bilans et perspectives des Instituts.

Demi-journée ouverte par Jean-Émile Gombert, Président de l’Université Rennes 2.
Table ronde présidée par Alexandre Fabre, Directeur de l’ISSTO.
Jacques Freyssinet, Professeur émérite à l’Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’IRES et de l’Institut de Bourg la Reine
René Valladon, Secrétaire confédéral de la CGTFO
Jean Paul Quinqueneau, Responsable du pôle confédéral de la formation syndicale de la CGT
Véronique Jazat, Secrétaire confédérale de la CFDT
Fabienne Muller, Directrice de l’institut du travail de Strasbourg
Annelore Coury, Sous-directrice des relations individuelles et collectives du travail à la direction générale du travail

Luttes et culture occitanes à travers les affiches

Une des affiches visibles lors de l'exposition
Une des affiches visibles lors de l'exposition

En complément à la rapide présentation de l’ouvrage Le Larzac s’affiche aux éditions Le Seuil faite sur ce carnet de recherches, je signale la tenue d’une exposition intitulée « Luttes et culture occitanes à travers les affiches » organisée par la médiathèque Pierre-Amalric d’Albi du 24 juin au 3 septembre 2011.

Cette exposition présente 25 affiches originales et quelques matrices d’imprimerie choisies dans le fonds mis en dépôt à la médiathèque par le Centre culturel occitan de l’Albigeois, avec pour thème les feux de la Saint-Jean à Albi, organisée par cette association depuis plus de 35 ans.

Elle est complétée par une présentation d’affiches ayant pour thème les luttes occitanes, notamment celle du Larzac (1971-1981). Les affiches ont été réalisées par des militants initiés à la sérigraphie, pendant l’été 68, par des étudiants des Beaux-Arts de Paris repliés dans l’Aude.