Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »

Le texte qui suit est un article de Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, paru en 1976 dans Le Peuple, bimensuel de liaison de la Confédération CGT avec ses organisations confédérées. Cet article revient sur le problème posé par la gratuité des prestations des chanteurs « militants » lors des galas de solidarité organisés par des organisations syndicales.

Né en 1932 dans l’Indre, Claude Vinci1 connait la Seconde Guerre mondiale et ses maquis, avant de « monter à la capitale » en 1951. Autant passionné de football que de chant, il opte pour ce dernier après avoir rencontré Yves Montand. En 1956, il est rappelé en Algérie d’où il déserte. En 1963, il enregistre son premier album, puis deux autres en 1964 et 1965. Il abandonne le cabaret pour le récital en 1966. Durant vingt années, les albums s’accumulent, tout comme les tâches syndicales. En 1984, il décide de prendre une retraite provisoire pour se consacrer à l’écriture, avant un ultime retour à ses premières passions en 1993. Ses écrits autobiographiques paraissent sous les titres La trop courte vie d’Adrien (1995) et Les portes de Fer (2003) aux éditions Le temps des cerises.

Article de Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme »2.

Quand on voit un chanteur en scène, même pour un tour de chant long, de deux heures par exemple, sa prestation semble très souvent facile et on peut avoir l’impression que quiconque en ferait autant. Elle est normale cette apparence de facilité, et elle doit être la marque de ce qu’on appelle « le talent ».

Mais-a-t-on pensé à ce qu’est « le talent » ? Serait-ce un don acquis à la naissance, par hérédité ? Aurions-nous, en naissant, un gène spécifique qui fasse de nous un artiste, un chanteur ? Certainement pas. C’est tout un contexte familial, social, d’éducation qui fait qu’à un moment donné nous accrochions pour les arts, pour un art, que « nous sentions la vocation ». Et c’est ce qui explique que, parmi les artistes, il n’y en ait certainement pas plus de 2% d’origine ouvrière et petite paysanne, tous les autres étant, à très grande majorité, d’origine petite bourgeoise.

Si avoir « la vocation », « le talent », c’est nécessaire, c’est loin d’être suffisant. Il faut surtout le travail. Des heures et des heures, des semaines, des mois, des années de travail sur toute une carrière, passés en cours de chant, de musique, d’art dramatique, de danse, de mîme, d’expression corporelle qui coûtent fort cher. C’est être à peu près au courant de tout ce qui se fait, se recherche dans les domaines de la poésie, de la littérature, de la musique, du cinéma, de la télé, de la peinture, etc… C’est être dans la vie et non pas dans une tour d’ivoire sclérosante, pour accumuler un matériau solide qui sera transformé en chansons. Ce sont des heures, des semaines, des mois parfois pour mettre au point l’écriture de ces chansons, trouver la forme la plus apte, le vers le mieux tourné, le mot le plus précis, la musique, note par note quelquefois, la mieux mariée au texte. C’est, pour celui qui n’est qu’interprète, la recherche de ses chansons, de nouveaux auteurs, le choix, le travail souvent avec une équipe d’auteurs et de compositeurs.

Et une fois ces chansons écrites ou choisies, combien d’heures de mise au point, de répétitions qui ne fourniront d’ailleurs que l’ossature de l’interprétation qui va s’améliorer, s’enrichir au contact du public.

Encore faut-il pouvoir le contacter, ce public ! Et combien d’heures sont encore passées là en démarches, en prospection pour avoir des engagements, pour pouvoir enfin exercer ce métier, son métier.

Aussi, un tour de chant qui semble facile – et c’est heureux – représente en définitive une somme incalculable d’investissements intellectuels non rémunérés, qui coûtent même, sans parler des investissements matériels nécessaires : une voiture et pas n’importe laquelle quand un chanteur fait entre 50 et 100 000 kilomètres par an avec souvent des étapes de 8 à 900 kilomètres, une sonorisation pour fournir le meilleur travail possible, des instruments de musique, etc…

Tout cela, ajouté à la totale insécurité d’emploi, explique que le cachet d’un chanteur, même débutant, puisse paraître élevé, voire exorbitant, comparativement au salaire quotidien moyen d’autres travailleurs. Et pourtant, il est loin de correspondre, dans de très nombreux cas, à ce qu’il faut pour vivre à peu près décemment, à la disponibilité à son métier 24 heures sur 24, le professionnalisme donc, étant indispensable, ce qui n’a rien de discriminatoire pour les amateurs puisque dans notre pays où rien n’est organisé pour notre formation, tout professionnel vient des rangs amateurs.

Il est donc anormal de demander à un chanteur de chanter gratuitement, même pour un gala de solidarité à une grande cause avec laquelle ce chanteur est en plein accord.

Bien sûr, certains chanteurs véhiculent l’idéologie progressiste et se mettent ainsi directement aux côtés de la classe ouvrière, s’intègrent même à la lutte contre l’exploitation capitaliste, au niveau idéologique. On peut alors considérer que leur tour de chant est un acte militant. Cela est certainement vrai, mais dans un sens seulement, car si cela était pleinement vrai, ce serait admettre que la révolution peut se faire par la culture artistique. On sait bien que cela est en grande partie faux et que la chanson, comme tout art, n’est qu’une aide (elle n’est pas que cela) à une prise de conscience de la nécessité d’autre chose, une aide importante oui, mais une aide seulement.

Et pourquoi un tour de chant serait-il plus militant dans un gala de solidarité où tous les spectateurs sont militants eux aussi et donc convaincus, que dans une représentation « normale » devant le tout-public dont une grande partie n’est pas forcément acquise aux idées exprimées ? Ne serait-ce pas plutôt dans ce second cas que le tour de chant est le plus militant ?

Alors, chacun de nos tours de chant pourrait être considéré effectivement comme un acte militant, ne se faisant pas payer puisque militant ; mais quand et comment allons-nous gagner notre vie, quand et comment allons-nous amortir les investissements intellectuels et matériels que nous sommes obligés de faire constamment et sans lesquels il ne peut pas y avoir de tour de chant ? Nous préférons dire et nous sommes convaincus d’avoir raison parce que nous l’avons beaucoup vécu et y avons beaucoup réfléchi : « notre militantisme, le vrai, le fondamental, est ailleurs et quand nous montons sur une scène pour chanter, c’est avant tout notre métier que nous exerçons et c’est un travail pour lequel nous avons investi et cela nécessite un salaire ».

Le problème se présenterait de manière totalement différente si nous étions des salariés « normaux », avec un salaire régulier et garanti. Mais tel n’est pas le cas ; nous ne sommes que des salariés intermittents à employeurs multiples.

Aussi, nous pensons qu’il est tout à fait justifié que toute prestation artistique de notre part, tout tour de chant, tout travail donc, fasse l’objet d’un salaire. Celui-ci peut subir des variations selon les cas, être même reversé intégralement à l’organisateur, ça n’est plus alors qu’un problème d’appréciation personnelle mais il y a le principe reconnu de salaire.

C’est qu’au salaire et au salaire seul, se greffe tous les droits sociaux qui dans nos professions, comme dans les autres, ne sont que des acquis des luttes syndicales.

Cela veut dire que, quand nous faisons un gala gratuit, il ne peut pas y avoir de cotisations, donc pas de couverture en ce qui concerne la Sécurité sociale, les allocations familiales et les accidents du travail (et cela peut être grave, dramatique et c’est déjà arrivé, en cas d’accident sur le chemin ou la scène du gala), pas de cotisations à notre Caisse Congés Spectacles, nos congés payés, pas de cotisations ASSEDIC (et il y a plus de 80% de chômage dans nos professions), pas de cotisations retraite Sécurité sociale et retraite complémentaire. Pourquoi n’aurions nous pas droit, nous aussi, à bénéficier complètement de ces conquêtes syndicales à l’obtention desquelles notre propre syndicat, par son affiliation à la CGT et par ses luttes spécifiques, a participé ?

La solution ? Il n’est pas question pour nous de nous opposer à ces galas de solidarité, de soutien, à ces galas « militants » qui risquent même d’augmenter avec les luttes sociales et politiques. Nous sommes partie prenante. Nous voulons nous y intégrer et en chantant aussi puisque cela peut aider les luttes, nos luttes communes.

Mais cela ne peut se faire au détriment de notre métier ; cela ne peut aller à l’encontre des acquis des luttes communes et spécifiques ; sinon il faudrait bientôt penser à organiser aussi de nombreux galas de soutien aux chanteurs participant gratuitement à des galas de soutien. Il faut qu’un organisme possesseur d’une licence légale d’entrepreneur de spectacles, assurant ainsi toutes les cotisations sociales, puisse prendre en charge le financement de ces galas « militants ».

Claude Vinci, pour le Bureau National du Syndicat Français des Artistes Interprètes CGT, 1976.

  1. Pour plus d’informations, lire les ouvrages autobiographiques de l’auteur ainsi que Marie-Joëlle Rupp, Vinci soit-il : Biographie de Claude Vinci, chanteur, auteur, déserteur, Paris, Le temps des cerises, 2006, 197 pages. []
  2. Claude Vinci, « Chanson, Chanson militante, Militantisme », Le Peuple, 15-31 juillet 1976, pp. 19-20. []

Une Mademoiselle Angèle bien militante !

Pochette du vinyl, Jacques Martin, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jacques Martin, "Melle Angèle"

Qui ne connaît pas cette fameuse émission Le petit rapporteur ? Présenté par Jacques Martin et son équipe chaque dimanche midi sur TF1 de janvier 1975 à juin 1976,  ce journal télévisé satirique a marqué plus d’une génération de téléspectateurs et ce malgré une durée de vie très limitée. Après un abandon forcé, une tentative de reprise du principe de cette émission fut lancée avec la même équipe sur Antenne 2 entre 1977 et 1978 sous le titre de La Lorgnette.

De même, qui ne connaît pas le très célèbre hymne de cette émission, intitulé À la pêche aux moules ? Je ne vous ferais pas l’offense de vous en rappeler les paroles ! Après plusieurs mois de bons et loyaux services, l’équipe décide en janvier 1976 de le remplacer et d’entonner un nouvel hymne, joliment prénommé Mademoiselle Angèle. Cette chanson connut un succès inespéré, comme le démontre l’existence de très nombreuses versions, dont une en wallon ou encore une autre interprétée par Jean-Luc Ferré et son orchestre !

Pochette du vinyl, Babeleir, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Babeleir, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Les chanteurs du dimanche, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Les chanteurs du dimanche, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jean-Luc Ferré, "Mademoiselle Angèle"
Pochette du vinyl, Jean-Luc Ferré, "Mademoiselle Angèle"

Le suspens étant insoutenable, je ne vous fais pas languir davantage et vous propose d’en écouter une version, tout en ayant sous les yeux ses paroles entêtantes :

Je frappe au n° [n=numéro du couplet]
Je d’mande mam’selle Angè-le
La concierge me répond :
Mais quel métier fait-elle?
Elle fait des pantalons
Des jupes et des jupons
Et des gilets de flanelle
Elle fait des pantalons
Des jupes et des jupons
Et des bonnets de coton
Ah – ah -ah
Je ne connais pas ce genre de métier
Allez voir à côté

(dernier couplet de Jacques Martin après n répétitions)
Je dédie plus spécialement ce disque à mes chers amis d’Europe 1. Europe 1 c’est la radio que j’aime, Europe 1 c’est naturel. Je les connais, je sais qu’ils vont adorer ce disque qui est plein d’humour, qui est fait pour leur radio, qui est une radio jeune, pas comme les autres. Merci Europe, oh oui merci Europe, je vous dois tout, j’ai d’ailleurs débuté chez vous. C’est là où j’ai tout appris, sans vous je ne serais rien, je serais de la….. merci Europe. Chic chic, les gars. Merci. Lalala, lalala.

Bon c’est très bien tout cela, cela éveille éventuellement quelques souvenirs, mais quel est le rapport avec les travailleurs ? Jamais en manque d’inspiration, des militants CGT ont tout simplement repris cet hymne à l’occasion des préparatifs de la manifestation unitaire du 26 octobre 1976 pour la défense de l’emploi des jeunes !

Chômage et jeunesse dans la France des années 1970

Quelques rappels s’imposent avant d’en venir à cette fameuse reprise. En 1976, la France compte 893.000 chômeurs de plus de 15 ans soit 3,9 % de la population active1. Parmi eux, 368.000 jeunes de 15 à 24 ans cherchent un emploi. La génération du baby-boom arrive par centaines de milliers sur le marché du travail à partir des années soixante. « En 1968, sur 6,2 millions d’actifs de moins de trente ans, 3,6 millions sont entrés dans la vie active entre 1962 et 1968 ; plus d’une personne sur six exerce son emploi depuis moins de six ans. En 1968, les jeunes ouvriers de 15 à 24 ans représentent, à eux seuls, le quart de la classe ouvrière »2. Une enquête dirigée par René Mouriaux en 1974 sur les jeunes ouvriers signale que les deux tiers des questionnés affirment avoir trouvé leur premier emploi en moins d’un mois et que 88% n’ont encore jamais été licenciés3. Mais la jeunesse subit de plein fouet la stagflation économique et l’accélération de la désindustrialisation qui frappe la France au début des années 1970. En quelques années, le problème de l’emploi s’aggrave considérablement pour les jeunes. Alors qu’en 1973, 10% d’entre eux avaient été au chômage au moins pendant neuf mois après leur sortie de l’école, en 1980, la proportion monte à 29%4.

Le 5 octobre 1976, le premier ministre Raymond Barre annonce, dans son discours de politique générale5 que « La France, comme toutes les sociétés comparables, doit faire face à des problèmes d’emploi qui tiennent à plusieurs causes : l’aspiration au travail d’un nombre croissant de femmes, ce qui est légitime, la fuite des jeunes devant les emplois manuels, l’inadaptation entre les offres et les demandes d’emploi, due à une formation initiale insuffisante. […]. Le Gouvernement entend conduire, au cours des prochains mois, trois séries d’actions : la poursuite de la revalorisation du travail manuel, et plus généralement de l’amélioration des conditions de travail ; la simplification et la déconcentration accrue de nos instruments d’intervention en matière d’emploi et de formation professionnelle ; la recherche d’une meilleure insertion dans la vie professionnelle de certaines catégories de demandeurs d’emploi, notamment les jeunes et les cadres ayant perdu leur emploi. Parmi ces moyens, la formation scolaire et universitaire, ainsi que la formation permanente doivent être mieux adaptées aux réalités de l’emploi ». En 1977, le premier pacte national pour l’emploi des jeunes est lancé. Son principe est simple, il s’agit d’inciter les entreprises à embaucher de jeunes stagiaires en échange d’exonérations de « charges sociales ».

La manifestation CGT-CFDT du 26 octobre 1976 pour la défense de l’emploi

La CGT, comme les autres organisations syndicales, effectue un travail spécifique en direction des « catégories » (travailleurs immigrés, femmes travailleuses, jeunes travailleurs, ingénieurs, cadres, agents de maîtrise (ICTAM) et employés). Il s’agit de produire un matériel et des revendications spécifiques pour un groupe identifié comme ayant besoin d’un travail de propagande et d’organisation particulier. Des « commissions de la jeunesse » se mettent en place à la Libération avant d’être chapeautées, après les évènements de mai-juin 1968, par un « Centre confédéral de la jeunesse CGT (CCJ-CGT)6 ». De nombreuses initiatives sont ainsi développées, pour syndicaliser les jeunes et défendre leurs revendications.

Le 22 septembre 1976, Raymond Barre lance officiellement son plan de lutte contre l’inflation, le huitième depuis l’élection de Valéry Giscard-d’Estaing. La réaction syndicale est immédiate et une journée de grève générale est appelée par la CGT, la FEN et la CFDT le 7 octobre. Une manifestation spécifique sur la défense de l’emploi des jeunes est appelée deux semaines plus tard, le 23 octobre 1976, par la CGT et la CFDT. Du côté de la centrale cégétiste, l’organisation est confiée au Centre confédéral de la jeunesse et à l’union régionale d’Ile-de-France, avec le soutien de la Confédération. À cette occasion, le secteur confédéral de la propagande édite le premier numéro de Propa, qui devient par la suite son bimensuel. Celui-ci donne des arguments pour convaincre de participer à cette initiative unitaire, des conseils pour les débrayages et l’organisation des cortèges, des idées de mots d’ordres et d’affichettes ainsi qu’une « création récente sur la musique d’une chanson en vogue »7.

Mademoiselle Angèle, à la sauce militante.

Il s’agit de Mademoiselle Angèle, qui nous donne, à la sauce militante, les six couplets suivants :

Premier couplet

On frappe chez notre Patron

On demande de la rallonge

Le tollier nous répond

Je peux pas, il faut que je songe

À nos investissements, à nos amortissements

Et à la concurrence

Mais comme je suis social, humain et libéral

Je conserve votre travail

Ha Ha Ha vraiment je ne peux pas

Donner satisfaction

Allez voir à côté. …

Deuxième couplet

On frappe en paritaire

À nos branches patronales

On nous écoute même pas

Y en a marr’ de leurs salades.

Aux revendications, à toutes nos solutions,

C’est le refus général

Les trusts de la Chimie et de la Pharmacie

Du Pétrole font nenni.

Ha Ha Ha nous ne pouvons pas donner satisfaction

Allez voir à côté. …

Troisième couplet

On frappe chez le père Ceyrac

Qui dit c’est difficile

Les monopoles vont mal, la relance est fragile.

Vos grèves répétées, vos revendications

Et puis tous ce chômage

Songez à la monnaie et puis à l’inflation

Serrez vos ceinturons

Ha Ha Ha nous ne pouvons pas donner satisfaction,

Allez à l’Élysée. …

Qutrième couplet

On frappe chez Valéry, c’est Barre qui nous ouvre

Ponia qui nous sourit, sa matraque qui nous couve

Ah oui on vous comprend, vos patrons sont méchants

On va faire quelque chose

Pour notre société libérale avancée

Faut encore quelques années

Ha Ha Ha à la CGT nous, on attendra pas,

On va vous faire remuer. …

Cinquième couplet

On appelle les prolos, les cadres et les maîtrises

Et puis les employés pour sortir de la crise

À venir s’informer, à se mobiliser

À cesser le travail

Et à s’organiser donc à se syndiquer

Vite à la CGT

Ha Ha Ha nous, nous savons bien que la seule solution

C’est passer à l’action.

Sixième couplet

Des sous dans l’immédiat, du boulot pas de chômage.

La retraite avancée, 40 heures sans dommage

Et puis pour l’avenir, il faut, aussi le dire

Pour que tout cela change – toute la société faut démocratiser

Faut nationaliser.

Ha Ha Ha à la CGT c’est pourquoi on soutient

Le Programme Commun. …

Quelques remarques…

La CGT utilise ici un hymne bien connu des manifestants et des militants puisque l’audience de l’émission télévisée Le petit rapporteur s’élève à près de 28 millions de téléspectateurs en 1976 ! Ce qui est intéressant ici, c’est l’usage d’une chanson en vogue comme support aux slogans et non d’un air familier du mouvement ouvrier, comme la Carmagnole ou Le Chant des cerises. On peut y voir là une volonté d’élargir l’audience potentiel du message musical, d’autant plus que la CGT effectue un important travail pour « moderniser », « rajeunir » son discours et ses actions en direction des jeunes travailleurs. Cet aspect est d’autant plus intéressant que la musique constituent une  pratique culturelle importante pour une partie  non négligeable de la jeunesse, comme le démontre le succès de Salut les copains, à la radio comme en magazine.

Il existe, dans cette reprise de Mademoiselle Angèle, un véritable travail d’écriture qui ne se contente pas seulement d’additionner une série de revendications. Contrairement à l’enregistrement initial qui se contente de répéter indéfiniment le même couplet en changeant simplement le numéro d’immeuble, la version syndicale avance six couplet ayant un sens et une conclusion.

Les références qui y sont faites révèlent les préoccupations du moment (inflation, rigueur, chômage) ainsi que les espoirs (retraite à 60 ans, 40 heures hebdomadaire, démocratisation, nationalisations). Son contenu ne permet cependant pas une réutilisation indéfinie, à cause des nombreuses indications contextuelles présentes. Ainsi, François Ceyrac (dirigeant du CNPF), Valéry Giscard-d’Estaing (Président de la République), Raymond Barre (Premier ministre) et Michel Poniatowski (ministre de l’Intérieur) sont nommément cités. De même, le Programme commun, signé le 26 juin 1972, fait figure de perspectives, après la bon score obtenu par François Mitterrand au second tour des élections présidentielles de 1974. Même si son contenu ne se limite pas aux objectifs revendicatifs poursuivis par cette manifestation, il sera nécessaire de le faire évoluer pour continuer à faire chanter les manifestants sur son rythme.

Ces quelques réflexions sur cette Mademoiselle Angèle sauce militante complète les premières remarques formulées sur ce carnet de recherches sur les chansons inventées à l’occasion du conflit Manufrance. Cette reprise constitue un bel exemple de chanson militante, mais il manque là encore des sources audio et audiovisuelles pour confirmer son utilisation dans les cortèges et sa réception parmi les manifestants.

  1. Chiffres de l’INSEE, enquêtes Emploi, http://www.insee.fr/. []
  2. Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, 19e-20e siècles, Paris, Seuil, Point histoire, 2002, 2e édition, p. 218. []
  3. René Mouriaux (dir.), Les jeunes ouvriers. Enquête sur leur insertion, Paris, CGT – Centre national d’études économiques et sociales, 1974, 309 pages. []
  4. Gérard Noiriel, op. cit., p. 242. []
  5. Texte disponible en ligne grâce au travail de Jean Véronis de l’Université de Provence. []
  6. Son actuel site internet : http://www.jeunes.cgt.fr/ []
  7. « Paroliers, à vos plumes… », Propa, numéro spécial 23 octobre 1976, 1976, p. 14-15. []

La CGT… Qui s’y frotte, s’y pique !

Photographie représentant un sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"
Le sac de jute "CGT. Qui s'y frotte, s'y pique"

Au gré de mes pérégrinations dans les fonds d’archives syndicaux, je suis récemment tombé sur une photographie qui mérite un billet en forme d’anecdote. Tiré de Propa, le bimensuel du secteur « propagande – communication » de la CGT, ce cliché montre une jeune femme applaudissant, portant en bandoulière un sac en toile de jute sur lequel il est possible de voir représenté un chardon et de lire la devise suivante « CGT. Qui s’y frotte, s’y pique ! »

Cette photographie sert d’illustration à un article intitulé « Mieux vivre enfin ! », publié en 1980 dans le numéro 18 qui évoque les intolérables inégalités qui subistent dans la société française. À partir de la fin des années 1960, on assiste à un épaississement important du catalogue de matériel de propagande mis à la disposition des militants. Outre les classiques fanions, drapeaux et autres calicots, le catalogue s’enrichit de casquettes, de bob, de sifflet, d’autocollants, de films, d’enregistrements sonores et enfin de cabas ! L’idée est simple, il s’agit pour les organisations syndicales d’occuper le terrain, de s’imposer visuellement dans les manifestations, lors des élections ou tout simplement sur le lieu de travail.

Cette devise bien connue a pour sens figuré, selon le Wiktionnaire, « À trop chercher les ennuis, on en subit les conséquences ». Appliqué aux revendications et aux actions de la centrale syndicale, ce proverbe tombe à pic, sans mauvais jeu de mots. Son origine est pourtant doublement… royale !

Blason de la ville de Nancy
Blason de la ville de Nancy

Selon Wikipedia, associée au symbole du porc-épic, « Qui s’y frotte, s’y pique » était la devise des ducs d’Orléans. Le roi Louis XII, fils de Charles d’Orléans, conserva ces insignes quand il succéda en 1498 à son neveu Charles VIII, mort sans héritier, et épousa Anne de Bretagne.

Toujours selon Wikipedia, le proverbe latin Non inultus premor1 devint celui de la ville de Nancy après la victoire du duc de Lorraine René II contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire lors de la bataille de Nancy du 5 janvier 1477. Le principal bénéficiaire de cette bataille fut le roi de France Louis XI qui s’empara d’une partie des États bourguignons. Elle permit également au duché de Lorraine de rester indépendant.

La présence du chardon sur le sac de jute suggère que le secteur propagande de la CGT souhaitait faire référence à l’emblème et à la devise de Nancy et non à la maison des ducs d’Orléans. On peut difficilement suspecter la CGT d’avoir été une officine royaliste ! Il aurait tout de même été intéressant de connaître la date de mise en vente de ce sac,  l’année 1977, qui coïncide avec le cinq-centième anniversaire de la victoire de René II, n’étant pas très loin… Une farce d’un militant lorrain peut-être ?

Quoiqu’il en soit, cette petite anecdote nous rappelle l’intérêt de  vérifier l’origine étymologique des mots et des expressions que nous utilisons. À bon entendeur, salut !

  1. Littéralement « on ne me touche pas avec impunité », plus communément « Qui s’y frotte s’y pique » ou « Nul ne s’y frotte ». []

Manufrance en… chansons !

"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993
"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993

« La verve populaire est d’une richesse inépuisable. De tous temps dans l’histoire, la chanson a été une arme de lutte »1.

À l’occasion de recherches dans les fonds d’archives du secteur confédéral « propagande – communication » de la CGT, je suis tombé par hasard sur de nombreuses chansons militantes. Si les grands airs – comme L’Internationale, Le chants des partisans ou encore le Temps des cerises – sont bien connus, il est plus rare de retrouver les chansons écrites par des militants, à l’occasion de conflits ou tout simplement pour le plaisir de donner de la voix. Celles-ci étaient entonnées dans les manifestations, sur les piquets de grève ou encore à l’ouverture ou à la fin des réunions publiques et des assemblées générales. Ce patrimoine musical militant, fragile du fait de sa nature, a toutefois laissé quelques traces : sur des tracts, sur des enregistrements audios ou audiovisuels ou tout simplement dans la mémoires des militants et des manifestants.

Comme le rappelle le mensuel confédéral CGT Propa, dans un article consacré à l’organisation des cortèges de manifestation, « une chanson sur un air très connu fait parfois plus que des mots d’ordre disparates (bien sûr, les mots d’ordres justes restent essentiels) ; alors si dans une usine, une union locale, une chanson est créée, il peut être bon de la reproduire et de la distribuer »2. Les deux premières chansons retenues pour ce billet concerne l’entreprise Manufrance et ont été entendues à l’occasion du rassemblement du 18 octobre 1980 à Saint-Étienne dont l’objectif était d’empêcher la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise. Près de 100 000 personnes s’y sont retrouvées pour soutenir les travailleurs qui ont décidé quelques jours plus tard d’occuper l’usine, occupation qui dura deux cent vingt-cinq jours, de décembre 1980 à juin 1981. Ces deux chansons n’ont à priori pas été composées spécialement pour l’occasion, mais les responsables confédéraux du secteur propagande ont jugé utile de les reproduire dans le bulletin de liaison en vue de dynamiser le rassemblement.

Affiche Manufrance, 1980
Affiche Manufrance, 1980

Pour la CGT, la lutte des travailleurs de Manufrance contre la liquidation de l’entreprise est en effet un « symbole de la résistance globale des travailleurs, de la CGT, dans tout le pays ». Les thèmes du rassemblement sont les suivants : « sauver l’emploi à Saint-Étienne et dans la région dont Manufrance est un peu le coeur », « contribuer à sauver l’emploi partout et pour tous en France », « affirmer que les travailleurs, la CGT, n’acceptent plus en aucune circonstance qu’une seule entreprise ferme »3.

Pour faire passer ces idées, la Confédération suggère d’organiser un rassemblement « haut en couleur », mettant en avant « les caractéristiques locales et régionales », ce qui implique de « rechercher les symboles régionaux, leur trouver une expression « propagande » autour du thème général Vivre l’avenir au présent dans notre région« . Donner au maximum une teinte régionale passe ainsi par la « participation de groupes folkloriques, de fanfares typiques, etc. ». Il ne s’agit donc pas d’organiser une marche d’enterrement, mais bien au contraire d’animer un cortège revendicatif, mais bon enfant. En guise d’illustrations, La Lettre de Propa nous propose ces deux exemples de couplets pouvant être repris dans les cortèges :

Le premier (Sur l’air de Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine)

Vous n’pourrez pas liquider Manufrance

Car devant vous

Les travailleurs sont là

Ils sont venus des quatres coins de la France

Pour affirmer : Manufrance, vous voilà ! !

Le second (Sur l’air de la Carmagnole)

Giscard et Barre… nous avaient dit

Que Manufrance c’était fini ! !

Mais leur coup à manqué

Grâce à notre unité

Dansons la stéphanoise,

Vive l’action, vive l’action,

Dansons la stéphanoise,

Tous ensemble, nous gagnerons ! !

Il est certain que nous ne sommes pas face ici à des oeuvres musicales de grande qualité mais elles permettent tout de même de tirer quelques conclusions :

1° Elles ont pour objectif de dynamiser les cortèges grâce à l’emploi d’air connus et de paroles aisées à retenir. La Confédération relève en effet que « l’utilisation de la musique joue également un rôle important (percutions, cliques, fanfares) », même s’il faut se garder de « tomber dans le folklore gauchiste » et faire attention à la nature et au caractère de la manifestation »4. Elle propose également des pistes de réflexion sur le rôle des couleurs, l’ordre des organisations confédérées, l’importance des accessoires des manifestants ou encore sur la taille et le contenu des banderoles dans les manifestations.

2° Elles permettent d’insister sur les thèmes centraux du rassemblement, ici sur la nécessaire unité de tous les travailleurs, derrière « les Manus », contre la désindustrialisation et pour la défense de l’emploi.

3° Elles rappellent enfin (et surtout) que pour étudier les manifestations, les rassemblements ou encore les piquets de grève, il est important de se pencher sur le nombre, les organisations présentes mais également sur le rendu visuel et sonore de la manifestation.

Au-delà de la place de la musique, une réflexion sur les actions militantes se développe au sein des confédérations syndicales durant les années 1968. En effet, les organisations prennent en compte l’importance de l’information et de la contre-information dans les combats qui les opposent au patronat et au gouvernement. La CGT se lance ainsi dans la « bataille des idées », pour défendre ses revendications pendant que la CFDT estime que le capitalisme, au-delà de la domination économique et sociale des travailleurs, exerce une domination idéologique, une aliénation intellectuelle visant à assurer la pérennité de ce système, idée que l’on retrouve synthétisée dans le rapport « la CFDT et l’information » adopté par le congrès confédéral de juin 1973. Les archives des secteurs confédéraux « propagande-communication » de la CGT et « information » de la CFDT mériteraient une étude, afin de mieux connaître ces réflexions et leurs aboutissements.

  1. « Paroliers, à vos plumes… », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 13-14. []
  2. « Faire Boum dans les Manif », Propa, n° 4, avril 1977, pages 16-18. []
  3. « Le 18 à Saint-Étienne, il faut que ça claque… », La Lettre de Propa, n° 5, octobre 1980, page 3. []
  4. « Faire voir la CGT dans les manifestations », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 9-10. []