La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940

Compte-rendu de l’intervention de Fabrice Grenard au séminaire “Histoire sociale et économique du politique, histoire politique du social et de l’économie” sur le thème La politique du ravitaillement et le politique dans la France des années 1940, séance du jeudi 6 décembre 2012, 17h-19h, à la Bibliothèque du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Présentation

Fabrice Grenard est agrégé d’histoire, maître de conférence à Sciences Po Paris. Ses recherches ont notamment porté sur les aspects économiques et sociaux des années 1939-1949. Il a publié en 2008 La France du marché noir (Payot) puis Maquis noirs et faux maquis en 2011 (Vendémiaire), suivi en 2012 par Les scandales du ravitaillement (Payot). Il est également l’auteur de plusieurs articles sur le marché noir, le ravitaillement et le fonctionnement du contrôle économique au cours des années 1940 et de plusieurs contributions à des ouvrages collectifs, notamment l’Atlas de la France dans la Seconde Guerre mondiale (Fayard) ou le Dictionnaire historique de la France libre (Laffont).

Intervention de Fabrice Grenard

Cette intervention est basée sur un ouvrage publié en mars 2012 : Le scandale du ravitaillement. Détournements, corruption, affaires étouffées en France, de l’Occupation à la guerre froide, paru chez Payot. L’auteur s’intéresse à la gestion administrative (par quatre régimes différents) du ravitaillement de sa création en 1939 à sa suppression en décembre 1949. L’aspect « scandale » était un souhait de l’éditeur.

La loi Paul-Boncour du 11 juillet 1938 prépare la nation pour les temps de guerre. Elle doit permettre d’éviter les erreurs commises lors de la Première Guerre mondiale. Elle est le fruit des nombreux débats parlementaires de l’entre-deux-guerres. Dans son article 46, elle prévoit la possibilité de réquisitionner, de collecter et de distribuer des denrées agricoles et alimentaires.

En 1914, le rationnement n’avait pas été prévu, ce qui avait donné lieu à de nombreux scandales. Voir, à ce propos, l’ouvrage de François Bouloc, Les profiteurs de guerre (1914-1918), tiré de sa thèse et paru chez Complexe en 2008. À défaut de réglementation, c’est la loi du plus fort qui s’applique avec la pénurie, les prix élevés. Il faut attendre 1917 pour voir appliquer le rationnement et celui-ci n’est généralisé qu’en 1918.

En 1939, les pouvoirs publics disposaient donc des moyens légaux pour appliquer le rationnement. Le ministre de l’Agriculture Henri Queuille, un habitué du poste, est cependant favorable aux intérêts des agriculteurs. Il arriva à convaincre le conseil des Ministres de ne pas instaurer de rationnement généralisé et de ravitaillement. Il pense que la France a des ressources suffisantes pour tenir, notamment grâce aux colonies et aux partenaires commerciaux. Il estime que le rationnement est une mauvaise chose, car celui-ci risquerait d’entraîner une pénurie causée par un vent de panique né de l’annonce du rationnement. Enfin, il estime que laisser fonctionner un marché libre incite les agriculteurs à produire plus.

La France est donc le seul pays à ne pas se doter d’un rationnement entre septembre 1939 et le début de l’année 1940, sauf pour certains produits industriels et l’essence. Ainsi, l’Allemagne a imposé le rationnement depuis 1936, suivi par la Grande-Bretagne en 1939. Fort de cette position optimiste, Henri Queuille se présente en 1939 pour devenir président du Conseil. Il a souvent été accusé d’imprévoyance, de manque de courage. Avec du recul, ce choix n’est pas forcément si mauvais en avril 1940. Les stocks de sécurité sont tous au maximum. Treize millions de quintaux de blé sur les quatre-vingt millions produits annuellement sont stockés. Le non-rationnement est un peu une victoire psychologique pour les français, liée aux choix stratégiques opérés sur le plan militaire. La guerre anticipée devant être longue, on constitue des stocks. L’exemple pris est celui de l’Allemagne qui avait été vaincue en 1918 faute de ressources alimentaires suffisantes. Pour Henri Queuille, les allemands finiront par craquer et refuseront les restrictions alimentaires et, en conséquence, se débarrasseront d’Hitler. Cette question est au cœur de la propagande. Ainsi, en novembre 1939, des avions allemands lancent des tracts sur Paris expliquant que la population n’a pas l’esprit de guerre, ni de discipline. Henri Queuille y répond par la diffusion d’une brochure expliquant qu’il ne manque aucun produit en France, contrairement à l’Allemagne.

Le ministre des Finances, Henri Raynaud critique cette position. En septembre 1939, il oppose la politique du moral à celle de la sévérité, cette dernière étant bien évidemment plus courageuse. Pour lui, l’augmentation des importations impacte l’inflation. Donc réduire la consommation permettrait de limiter l’inflation. À plusieurs reprises, lors de réunions du conseil des Ministres, les deux ministres s’invectivent mais Édouard Daladier, le président du Conseil, donne systématiquement raison à Henri Queuille.

En février 1940, ce dernier est toutefois sur la sellette, car la politique agricole du gouvernement est débattue par les parlementaires. Il est attaqué très vivement. Il est possible de distinguer trois camps : ceux qui sont favorables à la politique d’Henri Queuille (la « Drôle de guerre » est la bonne logique et il faut donc tenir le plus longtemps possible), ceux des pacifistes, voire des défaitistes (Marcel Déat explique ainsi que l’absence de rationnement confirme le fait que la France n’est pas prête à faire la guerre), ceux qui considèrent que le refus de mettre en place un système de ravitaillement est une position attentiste. Ces derniers critiquent donc la politique menée par Édouard Daladier. Ces derniers arguments auront finalement raison d’Henri Queuille et d’Édouard Daladier. Une campagne de presse débute en février 1940 avec le développement des premières pénuries, notamment en matière de charbon. Le rationnement est présenté comme une forme de justice sociale, point de vue différent de celui présenté par Henri Queuille. Celui-ci explique en effet que ce sont des pénuries à éclipses (temporaires et limitées) et il accepte de prendre un certain nombre de mesures.

Henri Raynaud annonce la généralisation du rationnement par décrets-lois en mars 1940. Édouard Daladier quitte la présidence le même mois et il est remplacé par Henri Raynaud. Celui-ci met en place un service de contrôle des prix pour éviter la vie chère. Dans les mairies, on commence à acheminer les cartes de rationnement et les tickets au début du mois de mai pour une mise en service en juillet 1940. Ce système n’a pas pu entrer en vigueur à cause des événements militaires. En septembre 1940, le régime de Vichy applique donc une politique qui était, dans les faits, déjà prête.

La situation du pays durant l’été 1940 est catastrophique. Le pays est au bord de la famine, les stocks sont rapidement consommés. Pour le régime de Vichy, cette question est centrale. Entre juillet 1940 et la fin de l’année 1940, le ravitaillement est systématiquement le premier thème de discussion. Le 14 août 1940, Philippe Pétain explique, dans un discours à la radio, l’urgence du ravitaillement et du rationnement pour assurer la juste part à chacun. L’opinion publique y est favorable. Le rationnement entre en vigueur le 23 septembre 1940 et une administration nouvelle se met parallèlement en place : l’Administration du ravitaillement général, avec pour secrétaire général Jean Achard. Celle-ci est rattachée au départ au ministère de l’Agriculture, mais elle prend une autonomie grandissante. Cette administration n’a au départ que quatre-vingt fonctionnaires pour faire fonctionner. Le recrutement se fait notamment en direction des intendants militaires mis en disponibilité après la signature de l’Armistice du 22 juin 1940. Jusqu’à l’automne 1941, cette administration est une coquille vide. Dans les faits, ce sont les professionnels, organisés au sein des Bureaux nationaux de répartition (créés en octobre 1940) qui se chargent dans un premier temps du ravitaillement. Ils sont composés de représentants de commerçants, de négociants et de producteurs. Seule leur suppression a permis à l’Administration du ravitaillement général de prendre en main son domaine d’activité. L’attitude du régime de Vichy à l’égard des créations du Front populaire n’a pas été aussi négative que ses déclarations le laisse supposer. Un bon exemple est celui du maintien et de l’extension de l’Office national interprofessionnel du Blé en 1940.

Des plans généraux sont rédigés, mais ce sont les bureaux de répartition qui se chargent de la collecte et du transport. Ces répartiteurs sont en général des grossistes et des producteurs qui reprennent les circuits commerciaux de l’entre-deux-guerres, en avantageant prioritairement leurs anciens partenaires commerciaux. Ce système ne fonctionne pas et fait l’objet de nombreuses critiques. La ligne de démarcation, la zone interdite, le détachement du Nord-Pas-de-Calais met par terre, empêche la réalisation des plans définis au niveau central par l’administration. Les communications et la circulation des biens fonctionnent mal. Il y a de nombreuses fuites qui alimentent le marché noir. Dès la fin de l’année 1940, le ravitaillement est très impopulaire, première source de contestation de toutes les catégories de français. Il est insuffisant pour les consommateurs avec seulement 1 000 calories par jour, les détaillants contestent les inégalités dans la répartition des biens, les producteurs sont mécontents des prix fixés. Selon Pierre Laborie, dans son étude sur l’opinion publique des Français durant l’Occupation, le décrochage avec le régime de Vichy est daté au début de l’année 1941 et la cause première est le ravitaillement. Les manifestations de ménagères se multiplient ainsi à partir de la fin de l’année 1940, de manière spontanées ou organisées par le PCF clandestin.

Le ravitaillement devient la première préoccupation politique au cours des deux premières années du régime, avant d’être concurrencée par d’autres éléments, comme le Service du Travail Obligatoire (STO) à partir de février 1943. Les plus précoces contestataires sur la question du ravitaillement sont les collaborationnistes parisiens. Le journal L’Oeuvre publie ainsi de nombreux articles sur cette question, notamment au sujet des bureaux de répartition. Il s’agit d’un prétexte pour demander une politique plus autoritaire et plus dirigiste. Une deuxième campagne débute le 13 décembre 1940 avec le renvoi de Pierre Laval. C’est une campagne calomnieuse qui est menée contre Jean Achard, alors qu’il était plutôt salué par L’Oeuvre au début. Il démissionne en juillet 1941 et devient un des personnages les plus détestés de la période. Cette image le suivra dans le futur, y compris chez les historiens.

Pour la France libre, le ravitaillement n’est pas une question centrale. On insiste sur l’illégitimité, l’illégalité du régime de Vichy, sur la réalité des opérations militaires, sur l’Armistice. En 1941, les choses basculent avec l’apparition de l’émission Courrier de France sur la BBC qui lit des lettres envoyées. Elle est un témoignage important de la situation des français en France. Entre quinze et vingt pour cent de la production agricole française part chaque année en Allemagne et le blocus maritime de l’Angleterre ne concerne pas les navires transportant des denrées alimentaires.

La propagande du PCF clandestin est intéressante. Après des mois difficiles entre 1939-1940, il se reconstruit dans la clandestinité et mobilise contre Vichy et contre les Allemands. Il n’appelle pas à la lutte armée mais il s’attaque à la question du ravitaillement, des pénuries, du marché noir. Une des théories alors en vigueur est que ce rationnement a été organisé par les Allemands et les collaborateurs pour limiter la combativité des masses. Le PCF souhaite la mise en place de coopératives qui seraient plus démocratiques.

À la Libération se pose trois problèmes relativement simples : faut-il maintenir le ravitaillement et si oui, sous quelles formes et jusqu’à quand ? Il y avait l’idée, parmi les français, que la libération du territoire permettrait un retour rapide à la normale. La fin du prélèvement allemand devait permettre cela. Un geste se retrouve dans les grandes villes à la Libération : on déchire les cartes de rationnement. Le GPRF ne cache pas la réalité. Charles de Gaulle ne se penche pas sur ces questions, contrairement à Pierre Mendès France qui a une vision très pessimiste sur les problèmes de la reconstruction. Dans les instances locales de la Résistance (CDL), on n’est pas forcément d’accord avec les directives parisiennes qui demandent de reprendre contact avec les fonctionnaires du ravitaillement général. Des maires de communes, des chefs de la Résistance ont localement pris des mesures allant à l’encontre de cela : arrestations, exécutions, suppression brutale du ravitaillement, etc. Il faut plusieurs mois pour que les choses rentrent dans l’ordre, grâce à l’intervention des préfets de la République.

Le ravitaillement se maintient sous la forme mise en place par le régime de Vichy dans un deuxième temps : des comités centraux de ravitaillement ont été créés en 1941 en remplacement des bureaux nationaux de répartition. Ils sont placés sous la responsabilité d’un fonctionnaire et du préfet. Ces comités sont maintenus à la Libération. En 1946, le nombre de fonctionnaires atteint 26 000 agents. Cette administration déjà impopulaire, l’est plus encore après la Libération. Elle explique n’avoir eu qu’un rôle technique de répartition durant la guerre. Pour l’opinion publique, cela n’est pas aussi clair.

  • Sans cette administration, les allemands n’auraient pas pu réaliser leurs prélèvements, en lui facilitant le travail. Durant cette période, c’est l’administration qui symbolise le plus les contraintes et l’absence de libertés.
  • Le ravitaillement a pu, par ses enquêtes et ses répressions, mettre en péril la Résistance. Il fallait une fausse carte d’alimentation et de faux tickets de ravitaillement. Ainsi, on trouve trace de nombreuses affaires devant le Tribunal d’État, juridiction d’exception, de policiers qui ont remonté des filières en trouvant une fausse carte d’alimentation, en débusquant l’imprimeur et en récupérant les listes des bénéficiaires.
  • On demande également une véritable épuration des services de rationnement. En 1944, une grande assemblée nationale des CDL est organisée et des cahiers de doléances sont rédigés localement. Dans ces derniers, la question de l’épuration est toujours parmi les trois premiers points abordés.

À partir de la fin de l’année 1944 et du début de l’année 1945, les manifestations de ménagères se multiplient et grossissent, jusqu’à atteindre plusieurs dizaines de milliers de personnes. Elles sont encouragées par le PCF et ses organisations satellites.

L’Assemblée provisoire a des débats très vifs sur la question du ravitaillement. Paul Ramadier est pris à parti, régulièrement affublé par l’opinion publique de surnoms comme « Ramadiette » ou « Ramadan ». L’Assemblée lui demande d’épurer son administration. Il omet de le faire. Fin février 1945, un deuxième débat parlementaire a lieu sur cette question. Paul Ramadier est de nouveau pris à parti, notamment par les communistes et un franc-tireur, Jacques Debû Bridel. Dans la haute fonction publique, il fallait prendre des mesures très rapides et celles-ci devaient être prises avant le 15 février 1945. Des dossiers avaient été rédigés par un jury d’honneur, mais tous les hauts fonctionnaires furent libérés par Pierre Miné, secrétaire général au Ravitaillement du GPRF. Le jury d’honneur n’a pas pu faire son travail, Paul Ramadier bloquant les enquêtes.

Le ravitaillement reste donc en place avec les mêmes hommes. Tous les ministres qui se succèdent sur la période sont confrontés au dilemme dirigisme / libéralisme. Paul Ramadier démissionne mai 1945 et il est remplacé par Christian Pineau, un ancien résistant. Il a un discours opposé à celui, pessimiste, de Paul Ramadier. Il entame une tournée en Amérique du Nord et en Amérique Latine pour conclure des accords commerciaux. Le 1er novembre 1945, en prévision des élections, il impose au conseil des Ministres la fin du rationnement du pain. Tous les techniciens et l’Office National Interprofessionnel des Céréales (L’ONIC a remplacé l’Office National Interprofessionnel du Blé en novembre 1940) expliquent que cela est impossible, la récolte de 1945 ayant été inférieure à celles de 1943 et de 1944. Mais la machine est enclenchée, des manifestations saluant cette suppression sont organisées et Christian Pineau ne peut plus reculer. Comme prévu, le résultat est catastrophique : la consommation augmente de 30 % au lieu des 10 % prévus. Christian Pineau démissionne et il est remplacé par François Tanguy-Prigent. Le jour de Noël le rationnement est rétabli et la ration passe de 350 à 300 grammes. Pour l’opinion, cette manœuvre est incomprise et des manifestations très violentes ont lieu, à Tours par exemple, où la mairie est envahie et saccagée. La ration de pain est au plus bas durant l’été 1947 à 250 grammes, avant d’être définitivement supprimée à la fin de l’année 1948.

En janvier 1946, une enquête parlementaire est lancée devant la Chambre des Députés avec Christian Pineau en accusé. Ces débats donnent lieu à une attaque en règle, par le centre et la droite, des socialistes. Ils se servent de cet épisode pour renaître politiquement. La carrière de Christian Pineau se poursuit toutefois durant la Quatrième République, car il se transforme d’accusé en accusateur. Si la suppression n’a pas marché, c’est à cause d’un complot des grandes meuneries qui ont organisé des fuites vers le marché noir. Il demande une enquête parlementaire sur les grands moulins de Corbeil-Essonnes et l’affaire est enterrée.

La tension entre dirigisme et libéralisme se poursuit jusqu’en 1948-1949. On fait un peu du ni-ni. La carte de pain est supprimée, mais le prix du pain n’est pas libre, il reste fixé. Il y a aussi eu des phénomènes imprévisibles. Ainsi, le pain a été acheté abondamment par les paysans pour donner aux animaux afin de payer moins de taxes que pour l’avoine et le son.

Une autre décision absurde concerne la boucherie. On supprime la taxation à la production et la collecte de viandes mais on maintient la taxation chez les détaillants. Les prix augmentent rapidement à la production mais les prix sont fixés chez les détaillants, créant rapidement une situation intenable.

Discussion collective

Question 1. Quel est le lien entre l’administration du ravitaillement et la répression du marché noir. Est-ce la même administration ?

Il y a des scandales (par exemple celui du vin). Qu’est-ce que c’est ? Est-ce des bouffées de chaleur sans lendemains ?

Il y a pénurie, mais il y a aussi des choix qui ont été fait dans le premier plan quinquennal qui ont clairement sacrifié la consommation au profit des investissements et de la reconstruction. Ces choix-là sont-ils aussi dénoncés lorsque l’on critique la pénurie et le ravitaillement ?

Réponse 1. La répression du marché noir est complexe et mobilise de nombreux acteurs. Il y a au sein de l’administration du ravitaillement un corps d’inspecteurs chargés de traquer les faux tickets, de contrôler aléatoirement, etc. Au sein de l’administration des prix, un corps de contrôle vérifie les prix. La gendarmerie intervient aussi. Les contrôleurs du ravitaillement général sont recrutés sur concours et ont un pouvoir d’enquête. Le directeur régional peut donner une amende et demander une réquisition.

Concernant les scandales, il y a les « faux-faux » scandales de type Achard, calomnieux. Il y les « vrais-vrais » scandales avec des affaires effarantes, mettant en cause des personnalités très hauts placées. Les cantines du régime de Vichy se sont systématiquement approvisionnées auprès du marché noir. Une procédure judiciaire est ouverte après enquête de l’administration des prix. Philippe Pétain adopte un décret en octobre 1942 annulant toutes les poursuites contre les fonctionnaires ayant été mis en cause lors de ce scandale. Enfin, il y a les « vrais-faux » scandales, comme celui du vin. Il y avait des stocks importants de vin en Algérie qui pouvaient permettre d’améliorer le quotidien. Un ministre du ravitaillement, Yves Farge, découvre que le vin qui devait être importé a été détourné et vendu au marché noir. Une commission d’enquête est nommé, un rapport est publié et on se rend compte de l’incompétence de certaines personnes qui se retrouvent à des postes auxquels elles n’auraient pas dû être. Ainsi, aucun appel d’offres n’est fait, il y a un manque flagrant de culture administrative. Il n’y aura aucune condamnation chez les politiques, davantage chez les commerçants.

Les rapports d’opinion des Renseignements Généraux montrent que l’opinion publique ne saisit pas bien les enjeux de la planification. Ce qui ressort, c’est que le ravitaillement ne fonctionne pas car il est resté sur le modèle de Vichy. On voit ainsi apparaître l’idée d’un complot de la Cinquième colonne qui cherche à affaiblir la France avec la poursuite du rationnement.

Question 2. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a les mêmes missions. Y a t-il une continuité ?

Réponse 2. Non, l’administration du ravitaillement a été démantelée progressivement. Il y a par contre une filiation entre l’administration des prix et la DGCCRF. Ces nouvelles administrations ont beaucoup recruté dans les services extérieurs, parmi les douaniers ou les militaires, qui sont ensuite retournés dans leurs services d’origines après-guerre.

Question 3. En 1946-1947, il y a eu de nombreux incendies de granges agricoles et de hangars ? Suite d’accidents ou volonté délibérée ?

Réponse 3. Il y a des rancœurs sociales sur le plan local suffisamment fortes pour engendrer ce type d’actions. Il y a deux lignes de fractures, entre résistants / collabos et entre ceux qui ont souffert et ceux qui n’ont pas souffert. Marc Bergère parle « d’épuration de voisinage » pour évoquer ces éléments. Dans Maquis noirs et faux maquis, il est démontré que, devant une autorité quelque peu défaillante, des personnes en profitent pour organiser le racket : la vie contre les stocks alimentaires. Cette situation dure parfois jusqu’à l’été 1945. Mais il n’y a pas une organisation particulière qui met en place ces incendies.

Question 4. Il faut souligner l’importance de la solidarité, des échanges de colis entre les régions. Les prisonniers en Allemagne bénéficient de cet approvisionnement. Il y a de quoi manger, mais pas de tout semble-t-il.

Réponse 4. Il y a un troc administratif tout à fait officiel. Le Languedoc, qui ne produit que du vin, échange des produits alimentaires contre celui-ci. Il y a l’image idéale, avec des départements qui seraient potentiellement subsistants, mais la réalité de la guerre empêchent sa réalisation. Des économies régionales se mettent progressivement en place. Les colis familiaux, tout d’abord interdits, puis autorisés par Vichy en octobre 1941 par Paul Charbin, successeur d’Achard, permettent d’améliorer le quotidien des gens des villes, qui peuvent recevoir des denrées alimentaires de la part de la famille restée à la campagne. Ceci remet en cause l’idée que la ville récriminait contre l’attitude de la campagne. En 1942, treize millions de colis familiaux ont été envoyés. C’est ce qui a permis de ne pas mourir de faim en France à cette époque. Alfred Sauvy, qui fait une étude à l’époque, estime qu’avec le rationnement, le colis familial, la cantine et le marché noir, on atteint 2500 calories par jour.

Question 5. Comment se fait-il que des départements producteurs soit déficitaires ?

Réponse 5. La ration officiel de lait est la plus basse dans le département de la Manche qui en produit pourtant le plus. La collecte est très souvent mal organisée.

Question 6. La collecte, comment ça se passe ?

Réponse 6. À partir de 1941, l’administration centrale définit des quantités à partir des chiffres d’avant-guerre. Le préfet, avec le directeur départemental du ravitaillement, définit les contributions et envoie aux maires qui se chargent ensuite de répartir localement les productions, le tout contrôlé par la corporation paysanne. À partir de 1943, beaucoup de maires, de syndics locaux de la corporation paysanne démissionnent. Ensuite, dans les régions où les maquis sont puissants, il y a une pression importante sur les maires. Résultat, ce ne sont souvent que 20 à 30 % qui remontent à l’administration centrale.

Question 7. À la Libération, le rationnement est politiquement un échec, mais techniquement ? Les contraintes de Vichy ont disparu.

Réponse 7. Les oppositions subsistent, car on dénoncent le fait que ce sont des collaborateurs qui restent en place. Et donc on ne livre pas, les fraudes se généralisent. En période de pénuries, le paysan produit plus pour lui et moins pour la vente. Cela ne marche pas mieux après la Libération.

Question 8. Quelle est l’évolution du nombre de calories journalières ?

Réponse 8. En 1944, le rationnement est à 900 calories par jour, il remonte un peu après, autour de 1 200 et 1 500 calories, mais jusqu’à la fin de l’année 1946, le sentiment est que l’on est moins bien nourri. Il y a un consensus sur les choix politiques et économiques en terme de reconstruction et de planification. Il y a eu une erreur d’interprétation sur les possibilités d’importations réelles. Seul 1/3 des produits arrivent car les ports sont détruits, il y a pénurie de bateaux. Il y a un vrai décalage entre ce que l’on pouvait espérer et le résultat concret.

Question 9. Cette expérience de dirigisme a des conséquences sur les politiques publiques. Est-ce que cela contribue à un retour du centre et de la droite ?

Réponse 9. Le PCF veut un rationnement fondé sur des coopératives, limiter le nombre d’intermédiaires, le tout contrôlé par des comités de ménagères. Le MRP veut supprimer le rationnement, les contraintes. La SFIO, il y a de tout. Le tripartisme n’est donc pas d’accord sur cette question. Maurice Thorez reconnaît que l’affaire du vin a été montée en épingle et utilisée politiquement.

Prochaine séance : 17 janvier 2013. Charlotte Vorms, La politique de l’administration franquiste face au développement des bidonvilles dans les années 1950 et 1960 à Madrid : entre encadrement des populations et répression.