Mai 1981 raconté par les tracts

Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.
Couverture Christophe Bourseiller, "Mai 1981 raconté par les tracts", Hors Collection, 2011, 159p.

Les anniversaires et autres commémorations sont toujours une bonne occasion pour publier un ouvrage ou organiser des évènements. Le trentième anniversaire de l’arrivée de la gauche au pouvoir, le 10 mai 1981, n’y échappent pas. Les initiatives sont fort nombreuses : expositions ; colloque « 10 mai 1981-2011 : trentième anniversaire » organisé par l’Institut François Mitterrand et la Fondation Jean Jaurès, en collaboration avec la chaîne télévisée Public-Sénat (dont la retransmission est prévue le 9 mai) ; site internet dédié du parti socialiste mon10mai.fr ; publication d’ouvrages en tout genre, etc. Une vraie floraison de printemps !

Parmi toutes ces initiatives, relevons Mai 1981 raconté par les tracts des éditions Hors-Collection, plus connue pour la traduction et la publication de l’excellente bande dessinée Calvin et Hobbes de Bill Watterson. L’auteur, Christophe Bourseiller, homme aux multiples casquettes, connu pour ses travaux sur l’extrême-gauche, publie ici un recueil imposant de documents d’époque tirés de sa collection personnelle. Plus d’une vingtaine de photographies (Gérard Bloncourt/Rue des Archives), une bonne centaine de tracts et flyers, quelques affiches, une quarantaine de Une de journaux composent cet ouvrage de 159 pages. L’ensemble, de bonne facture, se divise en trois parties : « La construction de la victoire » ; « En avant vers le 10 mai » et « Le 10 mai et ses conséquences », auxquelles s’ajoute une brève chronologie couvrant la période 1971-1981.

La majeure partie des documents présentés proviennent du Parti socialiste et du Parti communiste. La droite « traditionnelle » (RPR et Républicains indépendants) est bien représentée et on trouve quelques documents de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche. A l’exception de quelques tracts de la CFDT et de la CGT, le mouvement syndical n’est pas représenté dans l’ouvrage, ce qui est dommage, l’engagement des deux centrales syndicales  – CFDT et CGT – en faveur du programme commun et des élections présidentielles ayant été particulièrement important. Sur un plan plus « formel », il faut noter l’absence de précision des dimensions des documents d’archives, ce qui ne facilite pas la distinction des tracts et des affiches et la non-reproduction des verso des tracts, ce qui empêche de connaître l’intégralité de leur contenu. C’est là encore ennuyeux, surtout lorsque le pari de l’auteur est le suivant : « J’ai choisi de faire revivre cette époque d’une façon singulière. Au fond d’une cave, j’ai retrouvé les tracts, les affiches, les autocollants, les journaux que j’avais moi-même, à l’époque, glanés autour de moi. Ils constituent un témoignage irréfutable. Les documents ne mentent pas. Chacun est libre de les interpréter à sa guise ».

Le ton de l’ouvrage est volontairement grand public, dans la lignée des publications dont l’objectif est de mettre à portée du lecteur des documents d’archives, des sources sur un objet particulier. La plus grande part de l’ouvrage étant consacrée aux reproductions, le propos historique est très général. On peut toutefois regretter certains raccourcis ou partis pris de Christophe Bourseiller, notamment dans le traitement de la rupture du Programme commun de la gauche, entièrement imputée au Parti communiste. Un problème méthodologique plus important réside dans le choix des documents et dans la manière de construire le texte accompagnateur. En effet, les tracts nationaux, la presse nationale sont mis sur le même plan que des documents locaux. Ces derniers n’ont évidemment pas le même impact quant à leur destinataire. De plus, la collection particulière de l’auteur, bien que très étendue, n’est pas exhaustive et aurait dû être  complétée par le recours aux archives des organisations. Le choix de procéder par thème au sein des trois parties et l’absence de datation et de classement par ordre chronologique des documents met sur la même page des documents ayant parfois plusieurs semaines d’écart. La compréhension du sujet est certes facilitée pour le lecteur, mais il aurait fallu, dans la mesure du possible, dater et classer les sources. Autre point, le texte accompagnateur  est souvent limité et se contente de commenter le document. Ainsi, l’analyse iconographique des professions de foi de dix candidats est intéressante mais aurait pu être plus poussée et enrichir d’autant l’ouvrage. Les années 1970 et le début des années 1980 ont ainsi été marquées par l’irruption des agences de communication, des publicitaires dans l’organisation des campagnes électorales, ce qui a eu un impact important sur la propagande militante. Les affiches, les autocollants, le matériel ont évolué et avec eux les discours et les représentations collectives.

Ces réserves mises de côté, cet ouvrage garde le mérite de présenter un nombre important de sources de l’époque. Certains documents réservent des surprises, comme ce quatre-pages de l’Institut Féminin d’Information et de Réflexion (IFIR) qui décrit les conséquences, en dessins, d’un gouvernement PS-PCF sur l’économie de la France.  En conclusion, il ne s’agit donc pas d’une entreprise titanesque de recensement méthodique des documents publiés entre 1971 et 1981, ni d’un ouvrage d’histoire sur l’arrivée de la gauche au pouvoir mais plutôt d’un ouvrage-témoignage, richement illustré, d’un acteur de l’époque. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressant !