Affiche-Action, Quand la politique s’écrit dans la rue

Affiche de l'exposition "Affiche-Action"
Affiche de l’exposition « Affiche-Action »

Après une exposition sur l’URSS, fin de parti(e). Les années Perestroïka, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine et l’Université Paris X Nanterre organisent une nouvelle exposition ayant pour titre Affiche-Action, Quand la politique s’écrit dans la rue du 14 novembre 2012 au 24 février 2013 au Musée d’Histoire contemporaine, Hôtel national des Invalides, Paris 7e arrondissement.

À noter qu’une journée d’études sur « Affiche et politique » sera organisé le 17 janvier 2013 de 9h30 à 17h00 à l’Auditorium Austerlitz (Hôtel national des Invalides, Paris). La  matinée portera sur les circulations internationales de l’affiche politique au 20èmesiècle et les jeux d’influence d’une révolution à l’autre, d’un continent à l’autre, de la Russie à l’Amérique en passant par l’Europe. L’après midi donnera la parole aux graphistes contemporains exposés, Pierre Di Sciullo et Vincent Perrottet.

Le plan de l’exposition ainsi que les informations pratiques sont disponibles sur un site internet dédié, http://expositionafficheaction.fr/.

Luttes et culture occitanes à travers les affiches

Une des affiches visibles lors de l'exposition
Une des affiches visibles lors de l'exposition

En complément à la rapide présentation de l’ouvrage Le Larzac s’affiche aux éditions Le Seuil faite sur ce carnet de recherches, je signale la tenue d’une exposition intitulée « Luttes et culture occitanes à travers les affiches » organisée par la médiathèque Pierre-Amalric d’Albi du 24 juin au 3 septembre 2011.

Cette exposition présente 25 affiches originales et quelques matrices d’imprimerie choisies dans le fonds mis en dépôt à la médiathèque par le Centre culturel occitan de l’Albigeois, avec pour thème les feux de la Saint-Jean à Albi, organisée par cette association depuis plus de 35 ans.

Elle est complétée par une présentation d’affiches ayant pour thème les luttes occitanes, notamment celle du Larzac (1971-1981). Les affiches ont été réalisées par des militants initiés à la sérigraphie, pendant l’été 68, par des étudiants des Beaux-Arts de Paris repliés dans l’Aude.

Le Larzac s’affiche !

Couverture "Le Larzac s'affiche", Le Seuil, 2011
Couverture "Le Larzac s'affiche", Le Seuil, 2011

« Faites labour, pas la guerre », « Des moutons, pas des canons », « Debré ou de force, nous garderons le Larzac », autant de slogans qui ont résonné dix années durant, de 1971 à 1981, dans les cortèges et mobilisations qui, de Millau à Paris, en passant par Plogoff ou encore Besançon, se sont opposés au projet gouvernemental d’extension du camp militaire du Larzac. Alors que le Japon et une partie de l’Asie vit aujourd’hui dans la crainte d’une catastrophe nucléaire à Fukushima et que la France est en guerre en Afghanistan, en Libye et en Côte d’Ivoire, force est malheureusement de constater que la résistance des populations locales et la convergence des luttes sur le plateau du Larzac a gardé toute son actualité.

La toute récente parution de l’ouvrage Le Larzac s’affiche aux éditions Le Seuil à l’occasion de ce quarantième anniversaire n’est donc pas tout à fait un hasard : Stéphane Hessel, auteur du désormais célèbre Indignez-vous ! paru aux éditions Indigènes, se charge en effet de la rédaction de la préface. Le magistrat Louis Joinet, un temps responsable du jeune et impétueux Syndicat de la Magistrature, puis conseiller juridique auprès du Premier Ministre Mauroy à partir de mai 1981 et enfin expert indépendant de l’ONU, évoque, en tant qu’ancien acteur, ses souvenirs dans l’avant-propos. Solveig Letort a pour sa part assuré l’introduction et la rédaction des courtes notes accompagnant les reproductions de la dizaine d’autocollants et de petite centaine d’affiches visibles dans l’ouvrage et intégralement tirés de la collection des archives municipales de la ville de Millau.

1971-1982. Dix années de lutte

Le 28 octobre 1971, le ministre de la Défense nationale Michel Debré, annonce lors d’une interview à la télévision, sa décision d’étendre le camp militaire du Larzac, portant sa superficie de 3000 à 17000 hectares. L’expropriation de centaines d’éleveurs et d’agriculteurs est justifiée par une série d’arguments : saturation des capacités d’accueil des camps militaires, nécessité de protéger les silos nucléaires du plateau d’Albion contre des risques de parachutages de forces ennemies, importance d’accorder une attention particulière à une armée de terre qui se sent délaissée, vastes espaces peu peuplés disponibles dans cette région de France, etc…  Chez les larzaciens, la réaction est immédiate. Le 6 novembre, 6000 personnes manifestent à Millau. Déjà les premiers militants d’extrême-gauche sont présents, la plupart venus de Toulouse. Au début de l’année 1972, les premiers « Comités d’Actions Larzac » se mettent en place, à l’image du Comité millavois de Défense du Larzac qui regroupe depuis mai 1971 le PS, la CFDT, la CGT, le PCF ou encore la LCR. Des actions non-violentes, comme le jeûne entamé par le philosophe Lanza del Vasto ou encore le renvoi des livrets militaires, ou violentes, comme l’attaque de la préfecture de Rodez aux coktails Molotov, ponctuent les premiers mois de l’année 1972. Le 28 mars, les paysans prennent en main leur mobilisation : 103 paysans (sur les 107 concernés par les expropriations) prêtent serment de ne jamais vendre leurs terres à l’armée.

Les actions se poursuivent durant cette année 1972 avec notamment l’organisation réunions publiques et de marche à travers le département. Ainsi, un centre d’information permanent à La Cavalerie au bord de la très fréquentée Nationale 9 est tenu par des paysans, des ouvrières et des ouvriers mobilisés. Le 14 juillet est l’occasion d’un vaste rassemblement à Rodez : 20000 personnes se retrouvent pour résister aux projets du gouvernement. Ce dernier, passant outre la mobilisation, fait prendre le 26 décembre, par la voix de son Préfet, un arrêté déclarant « d’utilité publique l’acquisition par l’État, au besoin par voie d’expropriation » une zone de 14000 hectares située sur 14 communes. Pour gagner du temps et pour prendre à son propre piège la machine administrative et judiciaire, les paysans vont opter pour une solution astucieuse. Elle « consistait à mobiliser les sympathisants pour qu’ils achètent des petites parcelles – sous formes de parts non rémunérées – en priorité sur des parties d’un seul tenant, particulièrement convoitées par l’armée. Il s’agissait de compliquer le projet d’expropriation du point de vue juridique. Cette opération rencontra une forte mobilisation et un succès inattendus puisque, de 1973 à 1981, 3500 militants ont souscrit pour un montant de 6180 parts »1.

Le Larzac, lieu de tous les combats

Affiche "Larzac" 1974, Cardabelle Larzac et silhouette des militants, création Atelier de la Buège, photo : Larzac / Lip Bezsançon cop. CB 1974
Affiche "Larzac" 1974

À partir de l’année 1973, des actions symboliques destinées à donner un contenu national à la mobilisation sont menées : une marche sur Paris en tracteur  est organisée en janvier, la construction illégale d’une bergerie à La Blaquière débute en juin et à la fin  du mois d’août, le premier rassemblement du Larzac est lancé : 60000 personnes se retrouvent sur le plateau2. Universités populaires, festivals de musique, pièces de théâtre, projections de films, labours et moissons collectives complètent l’animation de ces rendez-vous militants. De 1973 à 1981, les mobilisations se poursuivent, avec une ampleur jamais démentie, empêchant l’aboutissement des projets du ministère de la Défense.

Ceci a été en grande partie permis par la convergence des luttes. Ainsi, l’ensemble des mobilisations nées du bouillonnement des mois de mai-juin 1968 se retrouvent dans cette résistance non-violente opposée par une centaine de paysans à l’armée. Féministes, intellectuels, comité de soldats, régionalistes, écologistes, anti-nucléaires, pacifistes répondent présents, tout commes les travailleurs et les travailleuses en lutte : ceux de Lip de Besançon, Pechiney de Noguères, Jourdan de Romans ou encore du Joint Français, de Renault et de Peugeot. Entre ouvriers, paysans et jeunes, l’unité est proclamée et le « Larzac devient le lieu de tous les combats » avec pour emblèmes le mouton, les outils de travail (fourche), les paysages des Causses et sa flore, symboles de vie et de paix par opposition aux barbelés, aux canons et autres chars de l’armée, symboles de mort et de destructions. Le slogan « Vivre et travailler au pays » trouve ici un écho tout particulier, « Gardarem lo Larzac »((Traduction : « Nous garderons le Larzac »)), qui résonne à travers toute la France et même au-delà.

La décision prise par François Mitterrand, peu de temps après son élection, d’abandonner le projet d’extension du camp militaire, n’a pas signifié pour autant la fin de la lutte : Millau a ainsi été fréquemment en une des journaux ces dernières années : démontage d’un MacDo en 1999, création des « Faucheurs volontaires » en 2003 ou encore mobilisation contre le gaz de schiste plus récemment démontre que le Larzac, bien plus que le simple lieu d’une lutte, est devenu un « Larzac symbolisé », un « Larzac médiatisé »3 qui résonne encore aujourd’hui dans l’imaginaire collectif national.

Une histoire en affiche

Cet ouvrage, construit selon un plan chronologique, présente les grandes lignes de cette histoire. Je formulerai simplement deux petits regrets. Le premier, récurrent malheureusement, est celui de l’absence des mensurations des affiches et des autocollants, malgré le soin apporté à la rédaction des crédits iconographiques. Le second, plus ennuyeux, est la non-traduction des affiches rédigées en langues régionales ou étrangères. Mais les reproductions sont de bonne facture et la présentation vivante pour un prix relativement modique (19 euros).

Cet ouvrage complète ainsi utilement d’autres recueils d’affiches de la même période, comme 500 affiches de mai 1968 de Vasco Gasquet ou Mai 1981 raconté par les tracts de Christophe Bourseiller. Ce petit recueil de 142 pages ouvrage constitue donc un bon investissement pour les personnes qui sont intéressées par les affiches produites durant cette riche décennie des années 1968.

Pour aller plus loin.

Alland Alexander, Le Larzac et après : étude d’un mouvement social innovateur, Paris, L’Harmattan, 1995, 271 pages.

Ayats Joëlle, Dessine-moi le Larzac 1971-1981, dix années de lutte, dix années de dessins, Paris, Comité Larzac de Paris, 1981, 99 pages.

Didier Martin, Larzac : Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 233 pages.

Fabre Magali, 1971-1981, La lutte du Larzac (1971-1981), l’exemple d’une lutte sociale originale et novatrice, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Jean-Yves Mollier et Mme Cooper-Richet, 2000, 217 pages.

Guérin Gérard, Vantses Martine, Paysannes : paroles des femmes du Larzac, Paris, Albatros, 1979, 190 pages.

Kuligowski Eddie, Le Larzac veut vivre, Paris, D. Mauprey, 1973, 127 pages.

Salin Clément, Le conflit du Larzac (1970-1981) : enjeux d’une crise au coeur des années 70, IEP Paris, Mémoire de DEA en histoire, sous le direction de Jean-François Sirinelli, 2001, 174 pages.

Soulié Jean-Louis, En avant vers de nouvelles aventures. Dix années de luttes populaires en bandes dessinées 1970 – 1980, Millau, Larzac Université, 1980, 139 pages.

Terral Pierre-Marie, Le Larzac : de la lutte paysanne à l’altermondialisme, Toulouse, Privat, 2011, 459 pages.

Vuarin Pauline, Larzac 1971-1981 : la dynamique des acteurs d’une lutte originale et créatrice, Université Paris I, Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Franck Georgi et Annie Fourcaut, 2005, 176 pages.

  1. Louis Joinet, « Larzac : le droit au service de la non-violence et de la légalité future », Le Larzac s’affiche, Le Seuil, 2011, page 11 []
  2. A ce sujet, lire le témoignage de Michel Castaing, « Le Larzac, vitrine de la contestation« , Le Monde, 25 août 1973 []
  3. Didier Martin, Larzac : Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 233 pages []

« La Sécurité s’affiche ». Exposition à Troyes

Affiche de l'exposition "La Sécurité s'affiche", Maison de l'outil et de la pensée ouvrière, Troyes
Exposition "La Sécurité s'affiche", Maison de l'outil et de la pensée ouvrière, Troyes

A vos agendas ! La Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière de Troyes, en partenariat avec l’écomusée Le Creusot-Montceau, annonce une prochaine exposition sur la sécurité et l’hygiène au travail, du 19 novembre 2011 au 1er avril 2012. Intitulée « La Sécurité s’affiche. Rétrospective de l’affiche et de l’équipement de sécurité au travail », cet évènement s’annonce prometteur puisqu’il s’agit de confronter les collections de ces deux (trop méconnus) musées.

Le premier, comme son nom l’indique, a réuni une  collection  unique en France de plus de 10 000 outils des 18ème et 19ème siècles, représentant en tout une soixantaine de métiers différents. Celle-ci a été débutée en 1958 par un prêtre pas comme les autres, Paul Feller et comprend également une riche bibliothèque d’ouvrages techniques.

Le second musée a rassemblé, grâce aux achats et aux dons, plus de 3 000 affiches de prévention et objets de sécurité et d’hygiène au travail. Longtemps ignorés par les historiens, ceux-ci reflètent pourtant « le foisonnement d’initiatives relatives à la prévention des risques qu’a suscitées le fort développement industriel de la seconde moitié du XIXe siècle » ainsi que « les états successifs de la réglementation, de la législation, de l’organisation du travail et l’évolution des techniques, des pratiques industrielles et de leurs risques associés ».

Pour se mettre en appétit avant de pouvoir déambuler dans les allées de l’exposition, je vous conseille un petit détour par le site de l’écomusée Le Creusot-Montceau qui présente une sélection d’affiches de prévention et surtout la  version virtuelle de l’exposition intitulée « Exposition à risques » organisée en 2010.

D’ici là, « Ouvrez l’oeil, la machine ne pardonne pas » !