Les archives « algériennes » des syndicats et partis français (Paris, 12 octobre 2012)

Cet article présente les notes prises lors de la journée d’études du CODHOS sur les archives « algériennes » des syndicats et partis français (Paris, 12 octobre 2012). Le fascicule des interventions distribué lors de la journée est disponible en ligne sur le site du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle.

Accueil par Thierry Mérel et Françoise Blum

La bienvenue est souhaitée au nom des quarante institutions membres du CODHOS. Cette journée d’étude fait écho à une précédente journée organisée le 8 octobre 2010 sur les archives « africaines » des syndicats et des partis français. Parmi les nombreuses missions du CODHOS, il faut souligner le partenariat noué avec la BNF qui a permis de numériser plus de 100 000 pages. Un nouveau site internet sera également inauguré en janvier 2013.

Une petite auto-critique est formulée : le titre choisi ne recouvre pas les interventions d’organisations qui ne sont ni syndicale, ni politique. Cette journée intervient dans le contexte de commémoration des événements du 17 octobre 1962. Son versant scientifique porte sur l’étude de la circulation des cultures d’oppositions dans les années soixante. Un séminaire organisé en partenariat avec le Cémaf et des journées d’études sont régulièrement organisées (sur les démocraties étudiantes et les campus dans les années soixante en 2013 et sur les manifestations mondiales de la jeunesse en 2014). Cette journée est enfin conçue comme un hommage à René Gallissot qui a été un précurseur dans l’étude du couple « Algérie et organisations du mouvement social ».

Ouverture et intervention de René Galissot

Quelques mots sur les archives portant sur l’Algérie. Tout d’abord, il ne faut pas hésiter à consulter Le Maitron. En plus des archives sur les mouvements sociaux algériens en France, on peut également consulter les archives de l’Internationale Socialiste, de l’Internationale communiste et de l’ISSH. Il ne faut pas s’enfermer dans les archives franco-française. Dans les prochaines journées d’études, il faudra peut-être prévoir un volet consacré à cette question. Il serait aussi intéressant de faire une liste des lieux d’archives privées où il est possible de consulter des fonds inédits. Les correspondances sont souvent des archives à rebond, avec des pièces jointes, d’autres lettres qui peuvent apporter beaucoup aux chercheurs. Il faut être très attentif à la correspondance.

Ouverture et intervention de Sylvie Thénault

Il ne s’agit pas ici d’une histoire nationale ou bi-nationale mais bien d’une histoire internationalisée. Partir des archives françaises présente toutefois de multiples intérêts pour le chercheur (proximité, familiarité de la langue). Cette journée doit mettre en lumière ce que l’on peut trouver dans les archives privées et pas seulement publiques. À signaler, le CNAHES a organisé une journée d’étude sur « Éducation et rééducation en situation coloniale (Maghreb XIXe-XXe siècles)« .

Frédéric Cépède (OURS), Ce que les archives de la SFIO disent de l’Algérie

Jusqu’aux années 1980, ces archives étaient conservées au siège de la SFIO. C’est dans ces années que le parti a décidé de vider les caves et de confier à l’OURS ce qui s’y trouvait : les débats internes, les organes centraux et la correspondance entre le siège national et ses fédérations. Les dossiers récupérés en 1980 concernent la période 1944-1969. La SFIO était organisée en section depuis 1935 en Algérie.

En 1999, l’OURS a récupéré les fonds de Moscou pour la période 1920-1940. On a trouvé simplement quatre lettres et documents qui concerne l’Algérie et qui sont révélateurs des relations existantes : deux documents sur le paiement des cotisations en 1938, deux correspondances sur l’envoi de responsables à des réunions nationales.

Les fédérations d’Algérie se situent au niveau moyen en ce qui concerne les effectifs, même si le manque de sources empêche des études plus approfondies. Du fait de l’organisation de la SFIO, il n’y a pas de centralisation des archives. Les archives des sections ou des fédérations se situent au niveau local, ce qui empêche toute étude sociologique sur les adhérents algériens. La liste des effectifs est publiée dans le fascicule de la journée.

Ces fédérations ne constituent pas un bloc homogène, elles ne sont pas regroupées mais présentées alphabétiquement dans les archives administratives au niveau national.

Au niveau national, on a les débats des organismes centraux. Durant cette période, le débat algérien y est très présent. Depuis les années 1980, elles ont été très consultées par Gilles Morin et Pascal Lafont (sur la création du Parti Socialiste Algérien), etc.

Pour les archives des fédérations, il s’agit avant tout d’archives administratives ou politiques, ce qui empêchent toute caractérisation sociologique.

S’agissant de la SFIO, on complète ses archives avec celles du groupe parlementaire (Fondation des sciences politiques), de l’Assemblée de l’Union française (Aix-en-Provence) ou du gouvernement (CAC). Ce ne sont pas non plus ces archives qui permettent de reconstituer la vie de ces fédérations.

La presse est également une source importante pour l’étude de la SFIO (voir notamment L’Oran socialiste).

Concernant les archives privées déposées à l’OURS. On retrouve les archives de tous les acteurs qui ont participé au débat sur l’Algérie : de ceux qui étaient autour de Guy Mollet, mais aussi celles des opposants comme Albert Gazier, Verdier, Michel Delafournière. Dans un même lieu, on peut retracer la pluralité des débats qui ont nourri les controverses entre socialistes. En dehors de l’OURS, les archives d’Alain Savary sont disponibles aux Archives nationales. L’internationale socialiste s’est également penchée sur la situation algérienne, en menant une enquête durant les années cinquante.

Il serait important, comme l’a fait Frédéric Genevée, de s’interroger sur les archives socialistes.

Nous lançons enfin un appel aux responsables algériens pour savoir s’il existe encore aujourd’hui des archives là-bas.

Guillaume Touati (Fondation Jean-Jaurès), Les engagements algériens de Joseph Begarra

Il est proposé de rentrer un peu plus dans le détail en étudiant l’engagement de Joseph Begarra. L’arrivée du fonds d’archives à la Fondation Jean-Jaurès a été possible grâce à l’action de Claire Marinauwer qui a convaincu les ayant-droits de verser les fonds. Malgré les onze mètres linéaires de ce fonds, il est parcellaire. Il est précisé dans une lettre de 1994 que la plupart de ses archives sont restées en Algérie.

Il est né en 1908 près d’Oran et devient instituteur en 1927 dans un milieu socialisant. Il adhère en 1928 et devient secrétaire fédéral entre 1945 et 1962 et siège au comité directeur de la SFIO à partir de 1950. Il devient le responsable des questions algériennes au niveau national. Il a des responsabilité enfin à l’Union française et devient conseiller municipal à Oran.

Ses archives couvrent la période des années trente aux années quatre-vingt-dix. Il y a un aspect administratif et politique dans ces archives. On y trouve des comptes-rendus de congrès, des réunions préparatoires. Il y a une place importante pour les relations avec les sections (listes, organisation de causeries, dossiers, etc.), les arbitrages, la participation aux élections. Il y a une importante correspondance avec les députés d’Algérie et notamment Maurice Rabier. La SFIO recrute principalement chez les français et non chez les algériens musulmans. Chaque événement de la vie politique algérienne fait l’objet d’importants dossiers.

L’autre grande partie du fonds de Joseph Begarra concerne son activité à l’Union française. La question de l’avenir de l’Algérie y est parfois abordée. Il s’est beaucoup impliqué sur la législation du travail (il publie un volumineux rapport sur le Code du Travail) en Outre-Mer ou sur les anciens combattants. On a une photographie de l’Algérie des années cinquante.

Une partie du fonds concerne la correspondance classée par ordre alphabétique : plus des deux-tiers d’un échantillon sélectionné concerne le travail, ce qui donne à voir la situation, la vie de la population durant ces années.

On trouve aussi quelques éléments sur sa rencontre avec le FLN.

Pierre Boichu, L’activité communiste dans l’armée pendant la guerre d’Algérie

Le titre est ambitieux et vise à présenter les traces archivistiques disséminées en insistant sur deux fonds d’archives personnels.

Le fonds François Hibsum aux Archives Départementales de Seine-Saint-Denis. Il est constitué des périodiques à destination des soldats et ses journaux ne se trouvent pas comme collection constituée dans les archives du PCF déposées aux AD. Ce fonds a été déposé en 2004. Il rejoint le PCF à la Libération et a été rapidement dirigeant de l’UJRF. Lors du putsch d’Alger, il est responsable de l’action au sein du contingent avec Raymond Guyot et Julien Lauprêtre. Il s’agit de journaux impulsés par les directions. Leurs contenus sont étroitement contrôlés politiquement. Cette collection n’est sans doute pas exhaustive. D’autres initiatives nationales ont pu être prises au même moment sans qu’il ne subsiste de traces. La question de la réception de ses journaux par les soldats reste posée : qui vise-t-il, ont-il un impact ? Dès les années vingt, le PCF avait une politique de presse, comme en témoigne les microfilm de l’IML de Moscou sur la Ruhr ou la guerre du Rif.

Brève présentation de ce fonds : Le premier journal est Soldat de France : 83 numéros sur 90 numéros plus quelques hors-séries de 1951 à 1958. La série est presque continue et permet de voir les continuités et les ruptures. De bonne facture, il est crée sans doute en 1950 et est de périodicité mensuelle à bimestrielle. On y trouve de nombreux articles sur la paix, l’impérialisme américain, la CED, la répression dans les colonies. Soldat de France ne porte pas seulement sur la défense nationale mais est conçu comme un moyen de défense du soldat : de nombreux articles concerne les droits du soldat. Il se fait l’écho des mobilisations dans les casernes et notamment la campagne nationale en faveur d’Henri Martin. Sur la guerre d’Algérie, le premier numéro de décembre 1954 relève discrètement les événements. Ces derniers s’imposent petit à petit en 1955 avec la dénonciation des atrocités commises lors du conflit. Au début 1956, il y a l’unité communiste-socialiste et la diffusion de l’espoir d’une résolution rapide du conflit. La figure du soldat du refus apparaît en mars 1957. La situation née du putsch d’Alger et le retour de De Gaulle entraîne la parution de nouvelle parution : Marins de France (18 numéros sur 21), Le Parachutiste (20 numéros sur 23), Secteur Postal Algérie (18 numéros sur 21). Ce sont des collections suffisamment complètes pour avoir un intérêt à être étudiées en tant que tel. Fin 1958, la place des soldats du refus perd en importance.

Cette rapide étude permet de voir l’évolution de la position du PCF à l’égard de la guerre d’Algérie. Les figures du soldat du refus ne trouvent pas l’importance de celle d’Henri Martin pour la guerre d’Indochine.

Le deuxième fonds est celui de Raymond Guyot, acteur de l’époque qui a été confronté politiquement à la guerre, mais aussi intimement car son fils, Pierre Guyot décide de refuser d’aller en Algérie et est condamné à deux ans de prison. Son père avait été déjà condamné durant l’entre-deux-guerres pour insoumission. Les archives témoignent de l’inquiétude des parents sur le devenir de leur enfant et de documents internes au parti sur la question des jeunes réfractaires. On trouve deux rapports du début 1958 de Raymond Guyot au Parti et à Jacques [Duclos] sur la question des réfractaires. Il y a des divergences de vue manifeste entre les soldats du refus et le Parti. La campagne menée par le PCF et ses organisations satellites est sans commune mesure avec la puissante mobilisation pour libérer Henri Martin.

Exposition en mars 1952 de portraits d’Henri Martin, pièces de théâtre Drame à Toulon est joué [voir le site internet de Cinéarchives].

Aucune affiche nationale n’a été déposée par la direction du PCF sur le thème des soldats du refus. Seule une est disponible dans le fonds Guyot et a été éditée par la fédération de Paris.

La thèse de Marc Giovaninetti, Cinquante ans au cœur du système communiste : Raymond Guyot, un dirigeant du PCF, soutenue en 2009 à l’Université de Paris XIII a mobilisé ces archives.

À signaler, le fonds Patrick Kessel (qui devient maoïste dans les années soixante) et le fonds Henri Alleg viennent d’entrer aux archives départementales de Seine-Saint-Denis. Ces deux fonds ne sont pas immédiatement consultables, mais cela ne devrait plus tarder.

Jean-Jacques Marie (CERMTRI), Messali Hadj en archives

Les archives de 1954 à 1974 ont été données par sa fille et le classement a été effectué par des bénévoles. Une première description est disponible dans le fascicule. Il y a dans ce fonds un certain nombre de correspondances, par exemple celle de Franck Zeller ou de cadres du MNA avec Messali Hadj. Il y a également des documents sur la composition des chefs de wilaya, une brochure d’un journaliste belge présent dans un maquis messaliste en 1958. Cela peut enrichir l’histoire de la guerre en Algérie. Quelques précisions.

En novembre 1954, seuls les anarchistes et les trotskistes ont apporté leur soutien à l’indépendance algérienne. Fernand Doucan était anarchiste en Algérie et lors de son retour en France, il devient trotskiste.

Sur le fonds Pierre Mauroy, j’espère qu’il y a les documents qui devraient s’y trouver. Dans ses souvenirs, il est assez glissant sur cette période. En avril 1957, Guy Mollet a envoyé une mission de la jeunesse en Algérie, dirigé par Pierre Mauroy, dont je faisais partie. Nous avons été au camp de Saint-Leu (près d’Oran). La visite de ce camp a été intéressante. Il existait deux camps, un pour les européen, un pour les arabes et les kabyles avec une discrimination manifeste dans les conditions de détention.

De 1956 à 1958, une très grande majorité de la SFIO est favorable à la politique menée par Guy Mollet en Algérie. La scission qui a donné naissance au PSA est le départ de 4000 militants au plus. En février 1958, il y a eu des élections à la jeunesse de la Seine : les pivertistes l’ont remporté. Une résolution brève a été adoptée avec l’UGS et les jeunesses communistes sur le retrait des troupes françaises d’Algérie et des troupes soviétiques en Hongrie. La fédération fut dissoute.

On ne peut pas examiner les documents des uns et des autres sans se reporter à la situation générale. Jusqu’en 1959, le PCF a été partisan de l’Union française et a voté les pouvoirs spéciaux à Guy Mollet. Il faut également se méfier des résolutions de congrès et de manifestations. Une résolution n’est pas nécessairement la politique menée par une organisation. Il peut s’agir d’un compromis entre différents courants qui ne l’appliqueront pas.

Sylvain Cid (CNAHES), L’éducation spécialisée en Algérie à travers les archives de Jacques Gauneau

Il s’agit plutôt d’un secteur associatif et non syndical ou politique. Depuis le XIXe siècle, il y a une proportion de deux-tiers des établissements de prise en charge des jeunes qui sont assurée par des associations. Le reste est assuré par l’État. La syndicalisation des éducateurs spécialisés ne s’est pas faite immédiatement, il s’agit d’une profession assez jeune qui arrive après-guerre. Il faut attendre les années soixante pour observer un lancement du syndicalisme dans le métier. Il s’agit plutôt d’associations professionnelles, comme la plus importante d’entre elles, l’ADJI.

Il est possible de reconstituer des morceaux d’histoire d’association grâce aux archives de personnalités. Dans le fonds de l’ADJI, on trouve quelques éléments sur les débuts de la profession d’éducateur en Algérie. Par exemple, le fonds de Jacques Gauneau (4,5 mètres), un éducateur spécialisé né en 1926 à Tours. Il s’est occupé rapidement d’enfants et il décide de mettre fin à ses études en 1947 pour se consacrer à temps plein à la rééducation. En 1950, il se forme dans une école d’éducateur à Montpellier et obtient son diplôme trois ans plus tard. Il effectue son stage en Algérie avec une petite équipe d’éducateurs « contestataires pour l’école, selon le directeur ». Ils encadrent une expérience dans un centre qui accueille des enfants « caractériels ». Les caractéristiques de ce centre est de ne recevoir que des européens. La partie algérienne de Jacques Gauneau (60 cm) est courte mais riche d’éléments. On y trouve de nombreux écrits, des journaux, des photographies. Le fonds comprend également des éléments sur l’ADJI, Jacques Gauneau étant un des pionniers. Une délégation de l’ADJI s’implante dans les années 1950 en Algérie et acquiert rapidement une autonomie et une vitalité certaine. Des journées d’études, des réunions sont organisées, dépassant la vie du seul centre dans lequel travaille Jacques Gauneau.

La guerre d’Algérie apparaît dans les archives. Jacques Gauneau s’intéresse à l’actualité. On trouve donc de nombreux documents (coupures de presse, tracts) et deux motions condamnant l’enrôlement d’assistantes sociales dans les opérations de contrôle de la casbah d’Alger. Jacques Gauneau et son épouse repartent en métropole en 1957.

Tifenn Hamonic (Génériques), Un titre de la presse algérienne numérisé par Génériques : La Voix du travailleur algérien

La Voix du travailleur algérien a été numérisée et mise en ligne par Génériques qui travaille depuis vingt-cinq ans sur le thème de l’immigration. Depuis 2008 différents titres ont été numérisés. La Voix de l’USTA a été numérisée en 2009 avec l’aide de Jacques Simon, directeur du CREAC.

Le contexte d’édition est celui de l’opposition entre les deux mouvements nationalistes algériens. Sa fédération française s’adresse aux nombreux travailleurs algériens présents en France. De mars 1957 à mai 1962, il est tiré à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. On recense 25 numéros avec les hors-séries. Il est d’abord mensuel puis il entame une période irrégulière. Il s’agit d’une source importante pour comprendre le syndicalisme des travailleurs algériens immigrés en France. Il se présente comme une rupture syndicale et une indépendance prise à l’égard de la CGT qui était majoritaire parmi les travailleurs syndiqués à cette date. 81 % des travailleurs musulmans syndiqués sont à la CGT. Ils incriminent l’instrumentalisation des travailleurs algériens par la CGT qui obtient leur adhésion mais ne fait rien pour l’indépendance de l’Algérie.

Ce syndicat est très implanté dans le nord et le nord-est de la France, quelques points d’ancrage dans le centre, le lyonnais et la région parisienne, recoupant l’implantation du MNA.

Le journal en 1957 avance le chiffre de 75 000 adhérents. Il aborde la vie du syndicat et ses différentes réorganisations. C’est une source importante sur les modalités d’action de l’organisation syndicale et des conditions de vie et de travail des immigrés algériens en France. Elle donne régulièrement la parole aux syndiqués qui abordent les conditions de travail et de logement. La centrale dénonce également la répression qui s’abat sur les immigrés algériens en France. Ses revendications visent à l’indépendance de l’Algérie. L’USTA dénonce enfin la double répression dont elle est victime : en Algérie et en France. La lutte armée entre les deux mouvements nationalistes (USTA-UGTA ; MNA-FLN) trouve un écho important dans les colonnes du journal.

Dans les derniers numéros, on voit une tentative de reconstruction de l’USTA, mais dans les faits, aux lendemains de l’indépendance, le syndicat n’a plus d’existence.

Rosa Olmos, Franck Veyron (BDIC), Autour de Sadek Hadjarès : archives audiovisuelles de la BDIC

Le travail du secteur audiovisuel a débuté en 1995, notamment avec les témoignages vivants. Depuis 2007, nous avons commencé à collecter des sources orales dans lequel on met en évidence le travail en réseau totalement connecté avec les autres départements de la BDIC. La collaboration avec les historiens et les sociologues est très importante dans notre travail de terrain. Le fonds d’archives Jean-Jacques de Félice a permis la réalisation d’un entretien, en collaboration avec des archives, l’historien Michel Aubray, Sylvie Thénault avec la publication d’un numéro spécial des Matériaux. La photographie prend également une place importante, avec un travail régulier avec la revue Révolution Africaine. On peut y ajouter le fonds de la CIMADE qui est très riche sur l’Afrique, les fonds Élie Kagan, Jean Pottier et Monique Hervo. La nouveauté n’est pas d’aller faire des entretiens en Algérie mais de traiter et de traduire des sources en arabe et en français.  Le projet ARCHICOP, un partenariat avec l’Algérie, vient de débuter la collecte des archives, la lecture des ouvrages, les contacts pour aller vers la constitution d’une grille d’entretiens.

N’oublions pas non plus la journée d’étude il y a deux ans avec entretien avec Sadek Hadjarès.

Projection du film sur Sadek Hadjarès évoque ses contacts à l’automne 1955 après l’interdiction du PCA. Il vient à Paris où il rencontre la section coloniale du PCF. Il revient sur le vote des pouvoirs spéciaux par la PCF et les relations entre PCA et PCF et les relations avec le FLN.

Table-ronde

Intervenant. Intérêt des sources socialistes sur la guerre d’Algérie et plus largement sur l’histoire de l’Algérie coloniale et colonialisée. Il y a une complémentarité entre les fonds de l’OURS et le fond Begarra. Le fonds Guy Mollet a été beaucoup utilisé, donc les fonds de militants ont permis de compléter, de renouveler l’approche sur la guerre d’Algérie. Le fonds Begarra n’était pas déposé mais son existence était connu. Il était chez le fils de Joseph Begarra, qu’elle a pu consulter lors de son année de master 2. Il n’était pas du tout classé et son versement a permis ce classement. Ce fonds est intéressant car il complète et vérifie ce que disent les fonds de l’OURS sur les sections de la SFIO et l’Algérie en ajoutant des éléments sur la période antérieure à la guerre. La correspondance des militants de terrain est passionnante, tout comme les comptes-rendus des réunions. Ce fonds permet de mieux connaître aussi le fonctionnement d’une institution méconnue, l’Assemblée de l’Union française. Il y a également beaucoup de choses sur l’après-guerre d’Algérie et son retour en métropole.

Intervenant. Il faudrait revenir sur l’éclairage qu’apporte ce fonds sur l’histoire de la non-paix en Algérie. Il est l’homme-double au sommet : représentant de la SFIO et membre du cabinet de Guy Mollet. Christian Pineau (dont le fonds est aux Archives Nationales) joue aussi un rôle double.

Intervenant. Les années de la guerre d’Algérie comptent de manière très importante pour la carrière de Raymond Guyot. Il exerce de nombreuses responsabilités durant ces années. Reprise de deux éléments sur l’intervention de Pierre Boichu : la diffusion des journaux est beaucoup plus réduite que le PCF voudrait bien le laisser croire après coup. À tel point que certains militants en vue n’en connaissaient pas l’existence ! Cela pose question sur l’efficacité et l’intervention du PCF dans la défense de ses militants. Pour les soldats du refus, il y a la frilosité et les contradictions au sein de l’appareil du PCF. Jusqu’en 1957, la ligne défendue est que les militants doivent rejoindre leurs bataillons. Après plusieurs mois de silence, la direction du PCF prend enfin position et c’est Raymond Guyot qui s’en charge. En septembre 1957, Maurice Thorez donne son accord au refus et une trentaine, une quarantaine de jeunes communistes sont insoumis. Le fils de Waldeck-Rochet a fait son service militaire en Algérie durant toute l’année 1958, durant toute la période où le PCF soutient sans organiser l’insoumission. En mai 1959, à la conférence fédérale à Paris, Maurice Thorez explique que l’on arrête cette expérience qui a surtout servi d’alibi au PCF. Il n’y a pas de campagne nationale. Jacques Duclos a publié une brochure et soutient cette initiative.

Voir l’analyse du discours dans les éditoriaux de l’Humanité durant la guerre d’Algérie. On relève deux vocabulaires : de classe et nationaliste. Il  a le mémoire Maud Berducat sur le putsch d’Alger (22 avril-25 avril) et la presse soutenu à Paris I en 2002 et un travail d’Alain Ruscio sur la question coloniale dans l’Humanité (1904-2004).

Intervenant. La brochure de Jacques Duclos s’intitule : Des jeunes qui servent l’intérêt de la France ! À l’intérieur d’un parti bien installé comme la SFIO et le PCF il y a des difficultés pour obtenir des traces archivistiques. Un exemple pour la guerre d’Algérie : une campagne a été organisée par Louis Lecoin pour la reconnaissance de l’objection de conscience avec un journal et une association. Les archives de Louis Lecoin ont été disséminées et celles de l’association ont disparu. Il aurait été intéressant pour l’histoire de mettre la main dessus.

Autre exemple, l’association semi-légale l’Action civique non violente (1957-1962) lance une campagne en 1960 sur l’objection de conscience. Il y a un secrétariat mais aucun dépôt en préfecture et il est difficile de trouver des archives. Au début des années 2000, un travail de collecte des anciens militants a conduit à la rédaction d’un ouvrage intitulé Réfractaires à la guerre d’Algérie. Les archives retrouvées vont sans doute être déposées.

Les associations clandestines durant la guerre comptent entre 10 et 12 000 personnes, les réseaux de porteurs de valises. Heureusement, quelques désobéissants ont laissé des traces mais malheureusement les arrestations portent préjudice aux réseaux.

Les archives Henri Curiel ont été versé à l’ISSH.

Intervenant : Intérêt du témoignage très riche de Sadek Hadjarès. Il revient sur son enfance, les conditions de vie d’un village de Kabylie, l’arrivée des alliés en novembre 1942 et l’espoir d’indépendance, son adhésion au PPA durant cinq ans environ, il prend l’initiative d’une brochure collective qui pose le problème du pluralisme politique et culturel en Algérie. La direction du PPA les accuse de « berbéristes ». Ce que soulève l’extrait : les relations PCA-PCF et sa difficile autonomie à l’égard du parti métropolitain. Le PCF est très prudent sur la question de l’indépendance et ne soutient pas le PCA qui souhaite intégrer le FLN.

Sylvie Thénault : Trois commentaires :

Elle attends de trouver des voix discordantes dans les archives privées, ce qui n’est pas toujours le cas. Il y a d’autres histoires institutionnelles que celles de l’État. Les organisations aussi ont des positions officielles, qui ne laissent pas transparaître les discordances, sauf à aller dans les sources de militants.

La difficulté majeure rencontrée est l’éparpillement et la difficulté pour y accéder. Il serait intéressant de faire des inventaires, des listes recensant les archives privées accessibles chez des particuliers, dans des centres peu fréquentés. Il arrive aussi que les historiens aient des fantasmes sur l’existence d’archives. Certains mouvements n’ont pas l’assise institutionnelle pour assurer la constitution et la préservation d’archives.

Dernier problème et pas des moindres, la question de la communicabilité des fonds. La correspondance privée de personnes encore vivantes ne facilite pas toujours la communication des pièces. Il y a toujours des situations non encadrées par la législation. Pour les archivistes qui ont à traiter ces fonds, il y a parfois des difficultés.

Table-ronde

Intervenant : Depuis que l’OURS a été créé et que des archives ont été récupérées à partir des années 1980, il y a une politique de discussion avec les militants pour récupérer leurs archives. Pour le colloque Guy Mollet, les archives ont été ouvertes très largement aux chercheurs. Dans le fonds Robert Chapuis on trouve quelques documents sur son service militaire en Algérie. J’ai discuté sur les origines de ce fonds et les nombreux déménagements et il m’a avoué l’existence d’une autre cave à Paris avec des archives. Il y a beaucoup de choses éparpillés et un manque de culture archivistique au sein du PS.

Intervenant : Il a participé à une manifestation de scouts musulmans le 1er et le 8 mai 1946. Il a toujours suivi le PPA. Il a beaucoup de documents, d’archives, des liens avec les personnes avec qui il a travaillé. Il a les archives complète du colloque Messali Hadj à la MGEN et le colloque du centenaire Messali à Tlemcen. Il propose le dépôt de ces archives au CERMTRI. Quatre ouvrages déjà publiés.

Intervenant : Henri Alleg expliquait que les archives du PCA se trouvait à Prague en Tchécoslovaquie. Une partie finale s’y trouve. L’obsession des archivistes sur la protection de la vie privée a tendance à être moins forte qu’elle ne l’a été. Il y aurait des projets de création d’un ouvrage ou d’une manifestation autour des « correspondances de prisons » issues des fonds Abraham Serfati ou Kessler.

Le plus souvent, on demande l’anonymisation de ce qui peut poser problème.

Il ne faut pas oublier le livre de Gaston Denat sur son parcours algérien, Afin que nul n’oublie, ou le livre de Boudarel sur la question de l’insoumission.

Intervenant : Il n’a rien trouvé des sources au niveau de la fédération des PTT. Il y avait des collections complètes à Aix-en-Provence de l’Écho des PTT, ce qui a permis de faire l’histoire de la fédération dans ces trois départements.

Intervenant : Une question naïve : le droit de se syndiquer pour les travailleurs musulmans en Algérie ?

Intervenant : il y a le droit syndical pour les Algériens et une formidable répression sur l’action syndicale.

Aurélie Mazet, La CGT et l’Algérie à travers les archives de Marcel Dufriche, responsable de la commission confédérale des territoires d’Outre-Mer (1950-1965)

Sur ce sujet, on peut se reporter au numéro de mars 2001 des Cahiers de l’IHS sur la CGT et la guerre l’Algérie. Elle signale également l’organisation d’une journée le 27 novembre prochain sur la CGT et l’immigration (1945-1996).

On estime que les fonds confédéraux comptent 2800 pièces sur l’Algérie, auxquels il faut ajouter les documents iconographiques disponibles à la photothèque. Il faut ajouter un fonds documentaire, récemment classé, constitué à chaud par le service documentaire de la CGT à l’époque qui complète les fonds d’archives.

Retour sur la biographie de Marcel Dufriche.

Le fonds d’archives concerne son activité de membre de la commission d’Outre-Mer. Il est chargé d’entretenir les relations avec les syndicats des pays colonisés (Maghreb, AOF et AEF). Ce fonds a été classé dans le cadre d’un stage de Tristan Prieur en archivistique. Il s’agit d’un petit fonds de huit boîtes dont quatre pour l’Algérie. Il compte des documents très intéressants, inédits sur la situation syndicale dans les années cinquante. Dès 1953, lors du troisième congrès de la FSM, la CGT expose sa position. Elle se positionne dès 1954 pour la libération du peuple et la solidarité internationale. Elle se traduit par la création de syndicats autonomes dans les pays d’Outre-Mer, regroupés dans un comité de coordination. On trouve dans le fonds la correspondance de Marcel Dufriche avec ce comité qui met en place l’autonomisation des syndicats. L’UGSA-CGT a été créé en 1954 lors d’une conférence des syndicats algériens. Il y a un dossier très complet sur la préparation et la tenue de cette conférence. Il a rapporté un tableau à la CGT représentant Benoît Frachon exécuté à l’encre de chine offert par le syndicat des municipaux.

On y retrouve toute la correspondance de Marcel Dufriche avec les organisations syndicales au sujet de la solidarité organisée après le tremblement de terre d’Orléansville. En 1995, dans un entretien avec Marcel Labbé, il explique que Le Populaire dans un éditorial explique que lui et Benoît Frachon était présent le 1er novembre 1954.

La particularité de ce fonds tient dans la masse de documents relatif à la répression syndicale qui frappe les représentants syndicaux algériens et la solidarité matérielle et financière mise en place en France par la CGT. Quatre dossiers témoignent de cette action. Une résolution de condamnation de cette répression est adoptée en mars 1952.

En tant que responsable, il recueille les informations parvenues d’Algérie. Lucien Monjauvis explique dans une lettre la situation le 11 novembre 1954. La CGT durcit le ton rapidement, après les arrestations de dirigeants syndicaux algériens par la police.

Cette action de solidarité mise en place se traduit par des circulaires réclamant l’envoi de colis, de matériel, des vêtements, d’aides financières.

Un dossier établit la liste des camps et la liste des militants internés avec leurs responsabilités. Il y a de nombreuses correspondances reçues et envoyées, de témoignages de militants emprisonnés dans les camps.

À signaler, le fonds du secteur confédéral immigration a débuté (40 sur 600 boîtes de vrac d’archives ont été classées à l’heure actuelle).

Pascale Rubin, Force ouvrière et l’Algérie : l’union départementale FO d’Alger à travers le fonds Roger Marçot (1948-1962)

Roger fut secrétaire général de l’Union départementale de 1956 à 1962. Né en 1919 en Franche-Comté, il devient instituteur. En 1942, il part en Algérie. Engagé durant la guerre, il entre dans la résistance. Après la Libération, il reste sur place. Refusant la tutelle du PCF, il envisage la création d’un nouveau syndicat et participe à la création du syndicat Force ouvrière et assume de nombreuses responsabilités. Succédant à Marcel Guillaume, il devient secrétaire général et le reste jusqu’à la dissolution de l’UD. Il est favorable à l’intégration avant 1958, l’autonomie ensuite, l’indépendance enfin. Il quitte l’Algérie en 1961 à cause des menaces de l’OAS.

En septembre 1997, il dépose les archives de l’UD à la Confédération. C’est M. Buis, un étudiant de mémoire d’histoire qui a classé le fonds. On recense trente boites, soit trois mètres linéaires. Il contient des documents sur l’activité de l’UD de sa création à sa disparition (budgets, procès-verbaux de réunions, relevés de syndicalisation, des documents de syndicats, des tracts, des résultats électoraux, des documents internes, des procès-verbaux de comités d’entreprises, des coupures de presse, correspondances avec les organisations confédérées et la confédération). Le 7 mai 1948, l’UD voit le jour. Le premier congrès se tient en 1949. Un journal Force ouvrière algéroise (1953-1954) paraît. La campagne de syndicalisation se double d’une campagne de sensibilisation au sujet de la situation algérienne en métropole.

Le nombre de documents conservés dépend du secrétaire général en place. Fernand Hadjaj, le premier secrétaire général jusqu’en 1951, a conservé de nombreux documents. Sous Marcel Guillaume, il y a moins de documents. Pour Roger Marçot, il y a un archivage méthodique et systématique. Tout a été conservé. Il permet de suivre l’histoire d’une structure FO et d’autre part de découvrir les contraintes de la mise en place de la nouvelle confédération d’un point de vue local.

Jean-Louis Marçot, Les pas d’un homme debout, peut être consulté avec bénéfice.

Nicolas Perrais, La CFTC et la guerre d’Algérie : les relations entre la Confédération et l’Union Régionale CFTC d’Algérie à travers le fonds François Fraudeau (1925-1965

Cette présentation revient sur les relations qu’a entretenu la confédération avec sa structure locale. François Fraudeau est né en Algérie en 1912. Après un DES de droit public et des études d’économie politique, il adhère à la CFTC. De 1937 à 1939, il est responsable de l’union nord-africaine de la CFTC et reprend ses activités syndicales après la guerre.

En 1945, il entre comme cadre à la caisse de compensation de sécurité sociale d’Algérie. Dans un premier temps, il n’est pas favorable à l’indépendance mais son refus de l’Algérie française l’isole de très nombreux syndiqués et dirigeants CFTC.

Le fonds est constitué de 53 boîtes d’archives (1925-1965), soit quarante ans de présence CFTC en Algérie. Il est divisé en trois parties : implantation du syndicalisme, la défense des salariés, la guerre d’Algérie. Il y a une dominante économique et sociale avec en plus des dossiers sur la protection sociale en Algérie. Sur la guerre, on constate les profonds antagonismes entre les positions de la confédération et celles des militants sur place.

Présentation de trois documents :

Mission de huit jours de la confédération en 1956 pour étudier la situation en Algérie. Un portrait sans complaisance de la situation est dressé. Les membres sont frappés par l’inquiétude des populations face à la montée des tensions. On trouve une description des massacres du Constantinois et de la répression qui a suivi. Pour la CFTC, début 1956, on reconnaît la complexité de la situation, mais on admet la volonté d’indépendance de la population algérienne.

La résolution confédérale votée en 1959 lors du congrès confédéral proposé par Fraudeau est refusé par de nombreux militants de base d’Algérie. Elle avance de nouveau la solution négociée. Le vote de cette résolution provoque une montée de boucliers en Algérie qui organise une conférence de paix qui dénonce une trahison. Le bureau confédéral décide quelques jours plus tard de radier les organisations contestataires des positions confédérales. Au sein de l’union régionale, on assiste à un véritable divorce.

Sept volumes reliés de circulaires, de coupures de presse et de correspondances offrent à voir un pan d’histoire du mouvement chrétien en Algérie.

Alain Dalançon, Les affectations d’office des professeurs du second degré en Algérie dans les années 1950

La presse fournit de nombreux éléments sur les positions du SNES durant la guerre d’Algérie.

Les archives de Pierre Dombre entre 1956 et 1959 ont pu être reconstituées. Dans la décennie 1950, de nombreux enseignants ont été affectés contre leur volonté en Algérie. Après 1954, on parle d’affectation d’office. La loi de 1957 impose les affectations d’office en Algérie, un véritable « service civil obligatoire ». Il y a eu un rejet quasi-unanime parmi les jeunes enseignants. Le SNES-FEN a pris position dès 1956 contre cette position, ce qui provoqua nombre d’incompréhensions parmi les organisations et les militants de base en Algérie. Plus de 30 % des adhérents ont quitté le SNES en Algérie.

Il est difficile de connaître le nombre exact d’enseignants nommés d’office et ceux qui refusèrent de s’y soumettre. Ce fait révèle les dégâts d’un système colonial, les conséquences de l’adoption d’une législation d’exception, les limites d’un syndicalisme autonome qui est rattrapé, y compris dans ses analyses de problèmes corporatifs, par les questions politiques, les incompréhensions entre générations. Tout cela laisse des traces profondes dans l’histoire du syndicalisme enseignant, avec l’arrivée à la direction du mouvement syndical de ces militants.

Guy Putfin, L’Algérie dans les archives de la FEN et du SNI

Les archives proviennent de nombreux dépôts de la FEN et du SNI effectués entre 1998 et 2007 au CAMT de Roubaix. Aux fonds de la fédération s’ajoutent de nombreux petits fonds complémentaires. Le CAMT a fait un répertoire des sources sur l’Algérie et la guerre d’Algérie. La section de Paris de l’UNSA-Éducation a fait don de ses archives aux Archvies départementales de la Seine en 2007.

Qu’y trouve-t-on ?

Ces fonds permettent d’étudier les positions de la majorité fédérale et des différents courants de pensée au sujet de la guerre d’Algérie, notamment grâce à la presse ou les minutes des congrès. Il n’y a pas de collections versées de L’École Libératrice du SNI pour le moment au CAMT.

Fin 1954, Forestier se rend en Algérie et la FEN et le SNI dénoncent l’escalade des répressions et appellent à l’organisation d’une table-ronde. Cette position est reprise par la suite. Le SNI et la FEN se tiennent à cette position jusqu’en 1961 avant de se prononcer pour la paix et l’indépendance. De nombreux appels sont également lancés. Toutes ces archives ont déjà été utilisées (Rémy Souteslsky sur la FEN et la guerre d’Algérie, reprise lors du colloque en 2006 publié aux Presses du Septentrion, Jacques Simon sur la FEN et la table ronde du CREAC, Guy Brucy dans son histoire de la FEN). L’ensemble de ces travaux ont utilisé la presse. À voir également Le temps de l’OAS d’Anne-Marie Duranton, réactualisé sous le titre L’OAS, la peur et la violence. À voir enfin, Les luttes enseignantes dans la décolonisation.

Les petits fonds annexes : des publications pédagogiques publiées à Alger, un ensemble de documents, de bulletins sur les centres socio-éducatifs en Algérie (1956-1961), des documents sur l’exécutif provisoire algérien avec des comptes-rendus de négociations.

Marina Marchal, L’UNEF et la guerre d’Algérie avec l’exemple du fonds Pierre-Yves Cossé, président de l’UNEF en 1957-1958

La plupart des fonds proviennent de dons privés pour écrire cette histoire des mouvements étudiants. Ces archives permettent de reconstituer un puzzle dont les pièces sont fragiles, éphémères et éparpillées.

Présentation d’un panorama des fonds sur l’attitude de l’UNEF face à la guerre d’Algérie. La plupart de ces fonds ont servi à concevoir et illustrer une exposition itinérante qui est parue il y a peu et qui sera visible le jeudi 27 octobre lors de la journée d’étude organisée par le GERME sur le thème mouvement étudiant et guerre d’Algérie

→ Fonds Jean-Claude Gabriel (1949-1962). Il contient les documents préparatoires et un compte-rendu du congrès de l’UNEF en 1950 durant lequel apparaît la question coloniale.

→ Fonds Jacques Delpy (1955-). Il contient un compte-rendu du conseil d’administration extraordinaire de l’UNEF des 2-3 juin 1956. On trouve également une déclaration de certaines AGE qui se disent apolitiques, d’autres pour l’Algérie française qui plaident pour la rupture avec l’UGEMA. Il participe au congrès de 1957 qui voit la première scission du mouvement syndical étudiant avec la création de l’éphémère MEF. On trouve un dossier sur les difficiles relations entre l’UNEF et l’UGEMA. On trouve quelques publications locales des AGE.

→ Fonds Robert Chapuis. Il est adhérent à la JEC et aura un rôle important dans le basculement du bureau national de l’UNEF en 1956. Il participe en juillet 1956 à la conférence étudiante pour une solution au problème algérien durant laquelle est reconnu le droit à l’indépendance du peuple algérien. On trouve de nombreux journaux locaux dans ce fonds.

→ Fonds François Borella. Il est classé et son inventaire est consultable à la Cité. Son témoignage a été recueilli. Il a milité à la JEC également. Il est le président éphémère du courant minoritaire de l’UNEF. Il participe à la conférence étudiante et est poursuivi pour la publication de ses conclusions. On trouve treize lettres de témoignages du contingent.

→ Fonds Roland de Plas. Il est un poids lourd de l’ancienne majorité de l’UNEF qui perd en 1956 et dont les militants avaient fait le choix de l’apolitisme ou de l’Algérie française. Ils sont à l’origine de la MEF à partir de 1957 puis de la FNEF. On trouve des journaux, notamment la France étudiante, organe de la FNEF.

→ Fonds Prisca Bachelet. Elle prend part à de nombreuses actions anti-fascistes et à des actions pour la paix en Algérie. Son témoignage a été recueilli. On découvre l’existence du Front étudiant anti-fasciste.

→ Fonds Michel Silland. On y retrouve des publications nationales et locales de la période de la guerre.

→ Fonds Pierre-Yves Cossé. Ce fonds a été récemment classé et son témoignage vient d’être recueilli. Né en 1934 à Nantes, étudiant à Sciences-Po Paris et à la faculté de droit de Paris. Il s’investit au sein de l’Amicale de Sciences-Po. Il était militant à la JEC. En 1956, lorsque la minorité devient majorité, il devient vice-président aux questions internationales et en 1957, il devient président de l’UNEF, dans un contexte de scission de 17 AGE qui quittent le congrès. Il doit donc maintenir l’unité du mouvement étudiant durant cette période. Il reste, après 1958, conseiller juridique à l’UNEF. Il obtient le concours d’entrée à l’ENA mais est appelé en Algérie. Il fait une carrière de haut-fonctionnaire.

Éric Lafon, Projection de photographies : Sonja Hoffet, l’Oranais en 1961 et photographie pour Alger Républicain (E. Cardenas)

Seules des photographies sont abordées dans cette contribution. Le MHV de Montreuil met en ligne de nombreux documents des débuts de la colonisation à l’indépendance.

L’image sur la guerre d’Algérie est primordiale, l’image est une archive et doit donc être soumise au regard critique. En 1992, l’anniversaire des accords d’Évian est fêté par le MHV fondé en 1939, année du voyage de Maurice Thorez en Algérie (à signaler, le film sur Cinéarchives et le numéro de Regards du 2 mars 1939 qui comptent 5 pages et 23 photographies). La contribution vise à comparer ces deux éléments. Le MHV n’a pas la série photographique.

32 photographies dont 21 contre-types (photographie d’une photo) déposées aux archives municipales du Val-de-Seine sans les négatifs. Cela permettrait de comparer ce qui a été pris en photo et celles qui ont été retenues.

Nous possédons par contre trente tirages photographiques du voyage de Jacques Duclos en 1949. Les photographies sont intéressantes à étudier sur les relations entre PCA-PCF. Duclos est accompagné par les mêmes qui accompagnaient Thorez en 1939 et Duclos fait le même parcours que Thorez.

Archives de Paul Vienney et de Maurice Thorez sont disponibles au MHV. Un fils de Paul Vienney est déserteur, son cas n’a pas été évoqué mais caché.

→ Réflexions sur la démarche critique et l’intérêt à utiliser les ressources photographiques.

Table-ronde

Intervenant. Thèse sur la Fédération de France du FLN. Ce sujet est très complexe. Pendant trois à quatre ans, le travail a été réalisé à partir des sources françaises. Il y a énormément d’archives. Le problème des archives françaises est la vision policière que l’on peut avoir. Un voyage en Algérie a été réalisé pour recueillir des témoignages de militants et retrouver des archives algériennes (60 % sont des archives privées très disséminées). Sur les archives nationales algériennes : elles existent et offrent une vision par le haut de l’action du FLN en France et en Europe. En Belgique, en Suisse, en Allemagne, on trouve des archives. La question posée est quoi faire de ces témoignages recueillis, comment les déposer.

Intervenant. Il n’a pas travaillé directement sur l’Algérie, mais a abordé la période du côté français en travaillant sur les archives syndicale, en considérant que cette période a été un catalyseur pour le passage de la CFTC à la CFDT. Il l’aborde plus récemment avec les questions de l’autogestion. Ce fonds Fraudeau constitue une source riche sur la période de l’entre-deux-guerres et après la Libération. Il signale le mémoire d’Ophélie Masur qui aborde la participation musulmane au syndicalisme chrétien d’algérie. L’UD d’Alger en 1950 avait 50 % de musulmans ! Il y a une obsession du recrutement musulman par le syndicalisme chrétien, ce qui est très éloigné des débats de métropoles.

Intervenant. En tant qu’usagère des archives de syndicats, on peut montrer qu’il y a d’autres façons d’utiliser ces archives. Pas dans le but de faire une histoire sociale du politique, mais une histoire sociale des relations du travail. Utilisation de ces archives pour trouver des voix dissonantes au discours institutionnel étatique. Ce qui est étonnant, c’est que l’on ne trouve pas grand-chose sur les voix des colonisés. Les militants des associations professionnelles des années 1900-1920 ne mentionnent pas la situation du personnel algérien. Cela change par la suite. J’ai été heureuse de les consulter car ils permettent d’avoir des informations sur des choses concrètes sur le travail au quotidien, les cadences, l’espace du bureau, les conditions de travail, etc. En Algérie, elle a recherché des archives à l’UGTA et à la Maison du Peuple où elle n’a rien trouvé. Pour la période post-coloniale, il y a pas mal de choses à la BDIC sur l’UNEF dans les années soixante ou sur la CIMADE qui pourrait faire l’objet de travaux de master.

Intervenant. Le syndicalisme enseignant n’a pas été dans des positions anti-coloniales avant 1945, sauf quelques exceptions. Beaucoup de questions reviennent et montrent un basculement dans les années 1960-1961 : libération de Messali Hadj, table-ronde, séparation des enseignants d’Algérie de ceux de métropole, débats sur les centres sociaux, sur les incendies d’écoles, des relations avec le FLN, des deux rapts d’enseignants par le FLN, etc. Il faut signaler le rôle central des personnalités qui ont été mises en avant tout au long de la journée du point de vue de leurs archives et de leurs positionnements dans le conflit. Les entretiens avec ces personnalités ont été particulièrement éclairants. Il faut revenir vers l’Algérie et les archives algériennes et aux trajectoires, aux individualités algériennes qui se sont syndiqués. Cela pourrait compléter l’éclairage par des sources orales constituées aujourd’hui.

Intervenant. Thèse sur les opposants à Guy Mollet sur la question de l’Algérie. On s’intéresse beaucoup aux anciens militants du PSU et à leurs archives. C’est intéressant, en raison de l’éclatement fantastique des fonds (CHT, BDIC, Archives nationales, L’OURS) et de la nécessité d’organiser des initiatives pour s’y retrouver et donner de la visibilité. Il faut essayer de rassembler une base des affiches de ce parti et de faire un inventaire des sources sur l’organisation, ce qui peut intéresser un certain nombre d’entre vous.

Il y a les fonds qu’il ne faut pas oublier : les fonds de Sciences-Po Paris (Jouffin, Daniel Meyer, Alain Savary), de la BDIC (la LDH), du CHS (Marceau Pivert intéressant sur le messalisme et les archives de Jean Charlot). Ces sources méritent d’être croisées avec des fonds publics plus récents : la préfecture de police vient de recevoir 90 000 dossier des Renseignements Généraux et 300 000 dossiers des administrations : c’est prodigieux car un inventaire numérique existe. À Fontainebleau, on a des dossiers spécialisés sur le PPA et d’autres organisations, des dossiers individuels avant 1940. Il va y avoir des inventaires en ligne très bientôt. Il faut regarder les producteurs (Renseignements Généraux, cabinet des ministres de l’intérieur) ce qui offre une autre approche des archives. Le fonds amianté sera bientôt traité.

Que sont devenus les témoignages de la FEN déposés au CHS ? Un inventaire de la littérature grise par le CODHOS serait le bienvenue ainsi que pour les affiches et les archives audios.

Intervenant. La source orale était stratégique, mais ce qui était aussi important était d’aller sur le terrain in situ pour mieux comprendre les sources administratives. Il y a une correspondance très forte entre un renouvellement archivistique très impressionnant qui met l’accent sur des sources peu utilisées et un renouvellement historiographique avec de nouvelles approches et de nouvelles questions. C’est un enrichissement personnel formidable. Le micro-local pose des problèmes particuliers. Il y a des manques de mon point de vue sur la dimension du genre, la place de la femme et pas seulement des femmes militantes.

Intervenant. À partir des sources syndicales, il a croisé la question algérienne à partir du groupe professionnel des dockers. On a là une main-d’œuvre majoritairement musulmane et massivement syndiqué. C’est une corporation qui représente le quart des effectifs fédéraux et un sixième des effectifs algériens. Une majorité des cadres syndicaux sont musulmans et on trouve également des cadres européens. On voit à partir des congrès comment la question nationale monte. Les clivages ne sont pas seulement musulmans et européens. Il y a une tradition de lutte anticoloniale chez les dockers qui a débuté avec l’Indochine. J’ai longtemps pensé qu’en 1950 les refus de charger le matériel partait de la métropole. En fait non, les refus partent en 1949 d’Algérie et cela draine beaucoup de monde. La dernière lutte contre le déchargement du matériel de guerre date de 1955 et est réprimé très sérieusement et le syndicalisme s’effondre. La presse fédérale prend le relais et suit de près ces questions et organise la solidarité jusqu’en 1962.

Intervenant. Il reprend l’appel de relance de l’approche d’histoire sociale. On n’arrive pas à se dégager de l’histoire classique de la connaissance de l’histoire administrative et politique au sens classique du terme : les partis et les syndicats. Il faut reprendre un travail au-delà. Les photographies sont de l’histoire sociale. C’est de l’histoire sociale qu’il faut lire au travers de ces archives.

Table-ronde de la salle

Intervenant. La FEN et ses problèmes d’archives. Tous les enseignants étaient pratiquement syndiqués. Il y a de nombreuses réunions, de nombreux congrès qu’il faudrait intégrer. La FEN combattait pour le MSUD qu’il faudrait croiser. Le congrès de la FEN de 1954 s’est prononcé à l’unanimité pour la libération de Messali Hadj. Manifestation des algériens, les fêtes religieuses du PPA se faisait à la Grange-aux-Belles et non pas à la mosquée !

Intervenant. Sur la littérature grise détenue au CHS : les 7000 références de brochures sont accessibles en ligne sur le SUDOC. Les inventaires sont accessibles sur le site du CHS.

Intervenant. Interrogation sur l’articulation entre l’international, le national et le local du point de vue syndical. Serait-il possible de donner quelques exemples de prise de positions au niveau international qui aurait pu influencer les positions nationales. Quelle est la logique du droit syndical autorisé en Algérie et non en AOF ?

Intervenant. Sur la Fédération de France du FLN, la question internationale est centrale. Une question qui est peu posée est celle du poids de la guerre d’Algérie sur les élites européennes.

Conclusion. Archivistes et chercheurs travaillent ensemble. Cela est fondamentale car les uns et les autres font de l’histoire. Si cette collaboration n’est pas plus étroite dans le contexte de numérisation des archives, nous allons passer à côté de beaucoup de choses pour la contextualisation des documents numérisés.

Archives algériennes des syndicats et partis français

À signaler, le Codhos organise une journée d’études sur les archives algériennes des syndicats et partis politiques français le vendredi 12 octobre 2012 à Paris de 9h à 18h, Salles du conseil A et B, Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), 190 avenue de France, 75013 Paris. En voici la présentation, suivie de son programme.

Cette journée d’études fait suite à une première manifestation organisée par le Codhos en octobre 2010 sur les archives des syndicats et partis français concernant l’Afrique sub-saharienne. Elle est cette fois consacrée aux « archives algériennes » – c’est-à-dire concernant l’Algérie – de ces mêmes syndicats et partis. Différents établissements disposant d’archives privées, ainsi bien sûr que les confédérations syndicales françaises (CGT, CFDT, FO) et les partis de gauche (Parti socialiste, Parti communiste en particulier), et certaines associations d’éducation populaire, conservent leurs archives, ou celles de militants qui leur en ont fait don. Nombre de chercheurs utilisent ces archives pour faire l’histoire du syndicalisme et de la gauche française. Dans ces mêmes archives existent des documents qui constituent un véritable gisement sur l’Algérie, ainsi que sur les relations avec l’Algérie, coloniale, en guerre et post-coloniale. Contrairement aux archives publiques, telles celles des Archives nationales d’Outre-mer (ANOM), ce gisement est largement méconnu et inexploité.
À l’heure du cinquantenaire des accords d’Evian, le Codhos a jugé intéressant de faire le point et de dresser un inventaire de ces fonds, de leur constitution et de leur histoire. On présentera, par exemple, le fonds Messali Hadj, tout récemment déposé par sa fille au Cermtri. Ces présentations ne seront pas un catalogue archivistique, mais une lecture critique des archives proposées. En complément, un volume d’inventaires et de photos sera proposé aux participants de la journée, et publié en ligne.
Deux table-rondes réunissant historien(ne)s, spécialistes de l’Algérie et/ou des partis politiques et syndicats clôtureront matinée et après-midi. Nous espérons ainsi susciter de nouvelles lectures de fonds classiques – ou moins classiques– trop souvent ignorés par les publics historiens n’appartenant pas au champ de l’histoire dite « ouvrière et sociale ».

Programme de la journée sur les Archives algériennes des partis et syndicats

9 h 00
Accueil par Thierry MÉREL, Président du Codhos et Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale du XXe siècle)

9 h 30 – 12 h 30 Partis et associations
Présidence René GALLISSOT et Sylvie THÉNAULT (CHS du XXe siècle)

• Ce que les archives de la SFIO disent de l’Algérie, par Frédéric CÉPÈDE (OURS)

• Les engagements algériens de Joseph Begarra, par Guillaume TOUATI (Fondation Jean-Jaurès)

• L’activité communiste dans l’armée pendant la guerre d’Algérie, par Pierre BOICHU (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)

Pause-Café

• Messali Hadj en archives, par Jean-Jacques MARIE (Cermtri)

• L’éducation spécialisée en Algérie à travers les archives de Jacques Gauneau, par Sylvain CID (Cnahes)

• Un titre de la presse algérienne numérisé par Génériques : La Voix du travailleur algérien, par Tifenn HAMONIC (Génériques)

• Autour de Sadek Hadjerès : archives audiovisuelles de la BDIC, par Rosa OLMOS (BDIC) et Franck VEYRON (BDIC)

Historien(ne)s utilisateurs et producteurs d’archives I : table ronde animée par René GALLISSOT, avec la participation de Marc GIOVANINETTI, Gilles MANCERON, Gilles MORIN, Tramor QUEMENEUR, Sylvie THÉNAULT

Discussion

12 h 30 Déjeuner

14 h 00 – 18 h 00 Syndicats
Présidence de Michel PIGENET et Raphaëlle BRANCHE (Centre d’histoire sociale du XXe siècle)

• La CGT et l’Algérie à travers les archives de Marcel Dufriche, responsable de la commission confédérale des territoires d’Outre-mer (1950-1965), par Aurélie MAZET (Institut CGT d’histoire sociale)

• Force Ouvrière et l’Algérie : L’Union départementale FO d’Alger à travers le Fonds Roger Marçot (1948-1962), par Pascale RUBIN (Centre de documentation Gabriel Ventéjol CGT-FO)

• La CFTC et la guerre d’Algérie : les relations entre la Confédération et l’Union Régionale CFTC d’Algérie à travers le fonds François Fraudeau (1925-1965), par Nicolas PERRAIS (Archives de la CFDT)

• Les affectations d’office des professeurs du second degré en Algérie dans les années 1950, par Alain DALANÇON (SNES)

Pause-Café

• L’Algérie dans les archives de la FEN et du SNI, par Guy PUTFIN (Centre Henri Aigueperse / Unsa-éducation)

• « L’UNEF et la guerre d’Algérie » avec l’exemple du fonds Pierre-Yves Cossé, président de l’UNEF en 1957-1958, par Marina MARCHAL (Cité des mémoires étudiantes)

Projection de photographies : Sonja Hoffet, l’Oranais en 1961 et photographie pour Alger Républicain (E. Cardenas), présentées par Éric LAFON (Musée de l’histoire vivante)

Historien(ne)s utilisateurs et producteurs d’archives II : table ronde animée par René GALLISSOT, avec Linda AMIRI, Raphaëlle BRANCHE, Omar CARLIER, Franck GEORGI, Aissa KADRI, Annick LACROIX, Michel PIGENET