Allo CGT, un journal sonore au service de la ”bataille des idées”

Cet article a été initialement publié dans Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, numéro 114, juin 2010, pp. 19-20.

Encart pour Allo L'Orga paru dans "Le Délégué du personnel"
Encart « Allo L’Orga » dans « Le Délégué du personnel CGT »

Le mouvement syndical a toujours suivi avec intérêt les évolutions techniques en matière de diffusion de l’information1. Ainsi, l’écrit militant a tiré un bénéfice considérable du développement de la ronéotypie, du fac-similé, de la photocopie ou encore de l’avènement de l’off-set. Élément parmi d’autres avancées, le répondeur téléphonique automatique a connu une brève application dans le champ syndical au tournant des années 1970-1980, avant d’être semble-t-il victime de la démocratisation conjointe du minitel, de la bureautique et surtout de la télécopie2.

Un outil intégré à la « bataille des idées »

Allo CGT, Bonjour ! Ces trois mots ont ponctué chacun des trois cents bulletins d’informations relevés entre 1978 et 19823. Le journal sonore consiste en l’enregistrement d’un bulletin lu sur la bande sonore d’un ou de plusieurs répondeurs automatisés, librement consultable à distance par un simple appel téléphonique. Le modèle du répondeur est également utilisé pour faciliter les relations du secteur confédéral « Organisation » avec les Unions locales et les syndicats. Dans ce cas, Allo l’Orga ne diffuse pas un journal mais enregistre au contraire à toute heure les messages laissés par les militants. Le répondeur téléphonique complète alors l’important dispositif mis en place ou obtenu au fil des années par la direction confédérale après la Libération : développement et modernisation de l’ensemble de la presse écrite cégétiste ; production cinématographique ; expositions itinérantes ou encore interventions à la radio et à la télévision. L’heure est à l’offensive, la direction confédérale dénonce le silence des médias sur les actions syndicales.

L’usage antérieur de cet outil par d’autres organisations syndicales et professionnelles semble être à l’origine de son développement au sein de la CGT. En effet, dès le 28 juin 1976, Force ouvrière se dote d’un journal sonore intitulé FO Informations téléphone4 qui est relancé en 1984 sous le nom de TELE-FO. Le patronat n’est pas en reste avec le lancement par le CNPF le 1er décembre 1976 du journal sonore La voix des entreprises. Celui-ci revendique, au bout de trois années d’existence, deux cents appels en moyenne par jour et près de sept cents numéros assurés5. Une telle émulation n’est pas le fruit du hasard. Pour remporter la « bataille des idées », il est nécessaire de maîtriser les canaux d’informations et leur vitesse de diffusion.

Les atouts de la réactivité et de l’accessibilité

Le journal sonore présente une série d’avantages. Outil peu coûteux, il permet de diffuser 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Facile d’accès, il peut être consulté sans attente partout en France. Enfin, il offre la possibilité d’être modifié à tout moment, selon les développements de l’actualité. Facilité d’accès et forte réactivité garantissent ainsi aux organisations de pouvoir informer largement et rapidement leurs troupes respectives. L’heure de la première diffusion en est le symbole. Ainsi, Allo CGT débute à 6 heures du matin « pour pouvoir être exploité dans les entreprises dès l’embauche du matin ».

Un outil d’information… finalement sous-utilisé

Les archives comprennent la retranscription de 82 journaux sonores soit 248 sujets, compris entre le 28 janvier et le 2 juillet 1982. Bien que fondé sur une période courte, l’analyse de leur contenu permet de mettre en lumière les thèmes revendicatifs prioritaires. Salaires, inflation, réduction du temps de travail, emploi, droits et libertés syndicales font ainsi l’objet de déclarations régulières en fonction de l’actualité. L’intérêt premier de ces journaux est de permettre la réaction « à chaud ». Des victoires militantes y sont annoncées, tout comme des drames : Accident de mine en Lorraine, commandos patronaux à l’usine Besnier (Isigny sur Mer), un travailleur assassiné à l’usine CAEC (Clichy) ainsi qu’à Fulmen (Clichy). Les événements de la situation internationale (13 sujets soit 5 %) ou encore les discussions avec le PCF et le Parti socialiste sont également évoquées. Les journaux sonores abordent ensuite l’activité confédérale. Les apparitions télévisuelles des secrétaires confédéraux sont rappelés. Ainsi, Henri Krasucki intervient dans les émissions Soir 3, Mosaïque ou encore Feux croisés sur FR3, Bernard Lacombe est présent dans une émission spéciale sur les luttes revendicatives et le 41ème Congrès. Les rencontres entre la CGT et le gouvernement ou les instances étatiques y sont aussi annoncées (23 sujets soit 9 %). Les décisions adoptées par la commission exécutive confédérale, ainsi que par le 41ème Congrès et le premier Congrès de l’Union confédérale des retraités occupent une place de choix avec 38 sujets (15 %). La part la plus importante des sujets concerne les mobilisations : grève, manifestation, semaine d’action (62 sujets soit 25 %). Allo CGT permet de mettre en avant le niveau des luttes, avec la présence d’un bulletin mensuel comptabilisant le nombre d’actions menées, les départements et le nombre de travailleurs concernés. Il permet également de populariser des luttes ou des événements « exemplaires » : semaine d’action UGFF ou EDF-GDF (février), lutte dans l’automobile chez Citroën et Talbot contre les atteintes aux libertés syndicales (avril-mai), manifestation du 1er mai, du 8 mars ou encore vingtième anniversaire des événements de Charonne.

Une idée de l’audience du journal sonore est rendu possible par la présence de quelques feuilles de relevés manuscrites de compteurs. Deux périodes sont disponibles : de septembre 1978 à avril 1979 et de mai à décembre 1981. Pour la première, on dénombre 8 031 appels pour 228 jours et 33 numéros d’Allo CGT. Le relevé des appels, très complet semble-t-il, permet d’établir qu’il y a en moyenne 35 appels par jour, que les journaux sonores ont une durée de vie moyenne d’environ 7 jours et donc que chaque numéro est en moyenne écouté par 243 personnes. Pour la seconde période, on dénombre 4 853 appels pour 190 jours et 35 numéros. Le relevé des appels semble incomplet6, mais il permet d’établir qu’il y a en moyenne 25 appels par jour et que chaque numéro est en moyenne entendu par 138 personnes.

Ces moyennes masquent bien évidemment de grandes disparités. Ainsi, le numéro du 21 octobre 1981 a été écouté par 965 personnes alors que de nombreux numéros ne comptent que quelques appels journaliers. Pour la première période, on ne compte qu’une seule journée ayant connu une audience supérieur à 200 appels et sept entre 100 et 200 appels. 58 % des journées de la première période recueille moins de 100 appels. Pour la seconde période, moins significative, on compte 9 journées ayant reçu plus de 100 appels. Il semble que la direction n’ai pas fait une priorité de l’écoute de ce journal sonore qui semble plutôt destiné aux responsables syndicaux. En effet, le dépouillement partiel de La Vie ouvrière et du Peuple ne fait apparaître aucune mention de ce journal. La présentation de ce journal semble passer par voie de circulaires, ce qui pourrait expliquer cette faiblesse dans l’écoute. Malgré quelques succès, Allo CGT est caractérisé par une faible audience : la CGT compte en 1982 plus de 18 000 syndicats, 910 Unions locales, 95 Unions départementales et 44 Fédérations professionnelles. Il semble de plus que l’année 1981 soit marquée par une périodicité chaotique, comme semble le suggérer la note aux services du 25 janvier 1982 qui évoque le « redémarrage » d’Allo CGT à l’occasion du 41ème Congrès confédéral7. Le collectage des informations parvenant des secteurs confédéraux est assuré par Michel Maucorps du secteur confédéral « Presse ».

La mise en place effective du secteur confédéral « Propagande » à partir de 1972 correspond à la prise de conscience, au sein de la direction confédérale, de la nécessité de suivre, voire d’anticiper le développement de nouveaux moyens de diffuser les informations et les revendications. Assuré par le secteur « presse confédérale », le journal sonore participe de ce mouvement. Cependant, malgré son caractère novateur et ses avantages, il n’a pas connu un réel développement. Dans le même temps, le télécopieur est devenu un produit plus accessible. Lancé sur le marché au début des années 1970, on en compte près de 350 000 en 1990. Les destinataires des informations sont systématiquement touchés, une trace papier subsiste, un échange avec la confédération est possible et il est donc moins contraignant pour garder le contact avec les militants. Autant d’éléments qui permettent au fax de supplanter très rapidement le répondeur automatique… avant de subir lui-même le développement d’internet à la fin des années 1990 !

1Voir à ce propos l’article de Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky, Gina Deneckere, Pieter François et Chris Wrigley, « Expression et mise en scène syndicales à l’heure de la communication : une mutation délicate »,in L’apogée des syndicalismes en Europe occidentale (1960-1985), Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, pp. 227-258. Voir également le colloque de l’IHS, Propagande, Communication et Information, 18-19 novembre 2009 à Montreuil ainsi que le colloque Usages militants de la technique : technologies, médias, mobilisations, 12-13 mars 2009 à Nanterre.

2Voir la contribution d’André Narristens sur « Les effets de l’usage du fax et du Minitel au cours du conflit des finances de 1989 » au colloque des 12 et 13 mars 2009.

3Ce travail s’appuie sur le dépouillement de l’unique boîte d’archives du secteur « presse confédérale » disponible à l’IHS-CGT et dont le contenu a été intégralement numérisé. Je n’ai malheureusement pas pu déterminer la date exacte de disparition du journal, faute d’éléments.

4Force Ouvrière Hebdo, numéro 1475, 30 juin 1976, page 2. Dans un premier temps, le journal sonore ne dispose pas d’une ligne téléphonique propre, ce qui empêche sa diffusion durant les heures d’ouverture de la confédération.

5« La voix des entreprises. Allo… 720 CNPF. Bientôt trois ans et déjà la 700ème », Patronat, numéro 406, octobre 1979, pages 47-48.

6En effet, les mois d’août et de septembre n’apparaissent pas dans les relevés et les mois d’octobre et de novembre ne comptent que 4 et 3 numéros.

7Note aux services du 25 janvier 1982, boîte « Allo CGT », IHS-CGT.