Berlin. La cité des pierres. La ville de fumée

Couverture de Jason Lutes, "Berlin. La cité des pierres", Paris, Delcourt, 2009, 213 pages
Couverture de Jason Lutes, "Berlin. La cité des pierres", Paris, Delcourt, 2009, 213p.

Le neuvième art – la bande dessinée – ne reste pas de marbre face au monde ouvrier et à ses mobilisations. De nombreux auteurs, comme Guy Delisle, Baru ou  encore Étienne Davodeau ont abordé les travailleurs, leurs organisations et leurs actions dans leur production. La collection Outsiders des éditions Delcourt, spécialisée dans la bande dessinée américaine indépendante, s’est chargée de la traduction française de  l’oeuvre de Jason Lutes, Berlin. Deux volumes sont ainsi parues en 2009 avec pour sous-titres La cité des pierre pour le livre premier et Ville de fumée pour le livre deuxième. Dessinateur et scénariste né à la fin des années 1960, Jason Lutes débute la rédaction et la composition de Berlin à la fin des années 1990. Il y défend un style épuré, noir et blanc, fait de petites vignettes, alternant vaste plan d’ensemble de milieu urbain et prise de vue rapprochée sans pour autant sacrifier le contenu et l’intérêt des dialogues.

Franz Masereel, "25 images de la passion d'un homme", Genève, 1918
Franz Masereel, "25 images de la passion d'un homme", Genève, 1918

Les références aux romans graphiques américains, aux romans sans paroles sont multiples, tant dans le style adopté que dans les thèmes abordés. Le clin d’oeil dans le livre premier à l’oeuvre Le Voyage passioné de Franck Masereel (1889-1972), grande figure du roman graphique, en témoigne. Ce style bien particulier, réalisé grâce à la gravure sur bois, est né après la Première Guerre mondiale et perdure au-delà des années 1950. Il aborde principalement dans ces thèmes la religion, la nature ou encore le monde du travail et les luttes sociales. Ce qui mériterait un voire plusieurs articles dans ce carnet de recherches !

La trame narrative permet de suivre un nombre important de protagonistes : Kurt, journaliste  berlinois d’investigation ; Marthe, artiste native de Cologne ; Anna, une amie de Marthe rencontrée à l’École d’Art ; Gudrun, mère de trois enfants, séparé d’un mari membre du NSDAP ; Otto, militant communiste ; David, jeune juif gagné au communisme ; Pavel, un mendiant juif ou encore les Cocoa Kids, un groupe de jazz noir-américain en tournée. La liste est longue, trop longue peut-être mais tous ces personnages sont autant de prétextes pour voir se dérouler sous nos yeux un condensé de la vie vécue par les différents groupes sociaux : milieux artistique, journalistique, ouvrier, juif, homosexuel, bourgeois, etc. Au final, Jason Lutes nous offre sur plus de 400 pages un vaste panorama de l’Allemagne de l’entre-deux-guerre, une grande fresque sur la République de Weimar de septembre 1928 à août 1930 avec quelques retours en arrière, durant la première guerre mondiale et durant les évènements de novembre et décembre 1918 pour faciliter la compréhension.

Affiche du Parti communiste allemand pour le Premier Mai 1929
Affiche du Parti communiste allemand pour le Premier Mai 1929

Le « Blutmai », le premier mai sanglant de Berlin en 1929 est au coeur du livre second. Les communistes décident de manifester malgré l’interdiction. Des affrontements ont lieu et on dénombre huit morts et 140 blessés. Les échauffourées entre militants et sympathisants du KPD et du NSDP se multiplient : chacun doit désormais prendre parti. Les tensions s’accumulent tout au long de l’histoire avant d’atteindre un sommet, une ouverture dramatique sur le futur avec le résultat des élections d’août 1930 qui donne au NSDAP 107 députés au Reichstag.

Couverture de Jason Lutes, "Berlin. Ville de fumée", Paris, Delcourt, 2009, 214p.
Couverture de Jason Lutes, "Berlin. Ville de fumée", Paris, Delcourt, 2009, 214p.

Le souci du détail, tant visuel qu’historique est constant chez l’auteur et l’ambiance de ces années de tournant historique est bien restituée. Pour les lecteurs de ce carnet de recherches, cette bande dessinée présente l’intérêt de nous plonger dans les réalités vécus par une partie de la classe ouvrière ainsi que dans les actions du parti communiste allemand entre meetings, vente à la criée d’AIZ, manifestations et répressions policières, recrutement et formation des militants, confrontations physiques et verbales avec le NSDAP et débats internes sur les actions à mener. N’hésitez donc pas à vous y plonger, juste pour le plaisir !

 

 

Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180p

Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages
Couverture, E. Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Delcourt, 2005, 180 pages

Un vrai coup de coeur cette bande dessinée ! Les mauvaises gens, une histoire de militants d’Étienne Davodeau, publiée aux éditions Delcourt en 2005 est un travail de mémoire mené par l’auteur sur le militantisme dans l’Ouest de la France, le tout en dessins noir et blanc sur plus de 180 pages. L’histoire de sa famille nous est narrée, une histoire de militants jociste, cédétiste et socialiste dans les Mauges, une région située à l’ouest du Maine-et-Loire, de la Libération à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand.

Une génération d’actions pour l’émancipation des travailleurs, pour la défense de leurs conditions de travail et de vie dans cette région fortement imprégnée de catholicisme, dominée par un patronat paternaliste et autoritaire, dirigeant des usines de biens de consommation implantées en milieu rural pour exploiter une main-d’oeuvre docile et peu chère. La vie rurale, l’attrait du salaire régulier de l’usine, l’enfer de la chaîne et du travail sous-qualifié, les réunions militantes à la maison, la première rencontre des délégués avec la direction, les premières manifestations… Autant d’évènements d’une vie ouvrière et militante rapportés avec soin et pudeur par Étienne Davodeau.

Le style du dessin est figuratif et la narration alterne les allers et retours dans le temps, entre souvenirs des personnes interrogées et reproduction des scènes d’entretiens avec ses parents ou d’autres acteurs. On retrouve là un procédé déjà utilisé avec brio par Art Spiegelman dans Maus. A chaque nouveau chapitre, un bref rappel des principaux évènements politiques, économiques ou encore sociaux est assuré afin de ne pas perdre de vue la vie nationale et internationale. Les différentes organisations citées (JOC, JOC-F, ACO, CFTC puis CFDT, PS) bénéficient d’un rapide historique, le tout rendant la lecture aisée pour tous.

Une démarche m’a particulièrement touché, celle de la reproduction d’éléments d’archives : article de presse, journaux syndicaux, tracts, manifestations… L’auteur ne s’est pas « contenté » d’interroger les acteurs de cette époque, mais il a fait un véritable travail d’historien en consultant les archives des Unions locales CFDT et de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire et en dépouillant la presse régionale. Au final, une grande dignité ressort de cette bande dessinée que je conseille vivement, aux amateurs comme aux historiens du mouvement social !

> Étienne Davodeau, Les mauvaises gens. Une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005, 180p.

> www.editions-delcourt.fr

> www.etiennedavodeau.com

DLDDLT. Exposition Baru au festival international de la BD d’Angoulême

Logo du 38ème festival international de la BD d'Angoulême
Logo du festival de la BD d'Angoulême

Le traditionnel festival international de la bande dessinée d’Angoulême (38 ans cette année tout de même !) vient d’ouvrir ces portes aujourd’hui pour s’achever dimanche prochain, le 30 janvier. Bien que je ne puisse pas y assister pour des raisons de planning, je tiens à vous signaler que le président du jury, Hervé Barulea, dit Baru organise une exposition intitulée « DLDDLT », en clair « Debout Les Damnés De La Terre », en hommage à la classe ouvrière et au monde du travail. L’auteur de L’autoroute du soleil ou des Années Spoutnik propose de s’immerger dans son univers, avec l’aide de quelques comparses.

La présentation faite sur le site officiel met l’eau à la bouche. Avant même l’entrée dans l’exposition, le ton est donné : une statue de Lénine y git, façon pour Baru d’adresser un clin d’œil à l’imagerie révolutionnaire qui a accompagné de longue date l’histoire de la classe ouvrière, mais aussi d’en souligner les impasses et la dimension presque pathétique. « L’altérité », « la vie dans la cité », « l’usine », « le combat » pour s’en sortir sont les quatres thèmes couverts par les différentes salles de cette exposition qui réunit à cette occasion des planches ou des reproductions issues de ses albums ainsi que des documents audiovisuels.

En espérant qu’un lecteur de ce carnet nous propose un compte-rendu sinon des impressions de visiteur, je vous invite à vous y rendre, ne serait-ce que pour le plaisir de la bande dessinée !

> Adresse et crédits.

Exposition Baru : DLDDLT (Debout Les Damnés De La Terre)
Cité de la BD – Bâtiment Castro
Rue de Bordeaux, Angoulême

Production : 9eArt+
Commissariat et coordination : Baru & Benoît Mouchart
Scénographie : Sylvie Nardy
Partenaires : Fnac, SNCF