Sur les « Dessins de presse à la une », Espace Les Champs Libres, Rennes

Invitation à l'exposition "Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes
"Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes

Profitant d’un passage éclair en Bretagne dans le cadre d’une formation, j’ai décidé de visiter l’exposition « Dessins de presse à la Une. La liberté d’expression indomptée » organisée à l’espace Les Champs Libres de Rennes. L’entrée étant libre à partir de 19 heures, on aurait tort de s’en priver !

Dès la première salle, deux grands panneaux explicatifs nous présentent le contexte de création de cette exposition. Le 16 octobre 2006 s’est tenu le cinquième séminaire « désapprendre l’intolérance  » organisé par le département de l’information publique de l’ONU. Celui-ci intervient plusieurs mois après les vives polémiques déclenchées par les caricatures du Prophète en 2005 au Danemark et par l’exposition controversée de dessins sur l’Holocauste présentée en Iran qui a suivie. Lors de ce séminaire,  Jean Plantu, célèbre dessinateur de la une du journal Le Monde depuis 1972, décide, avec d’autres, d’impulser une fondation, « Cartooning for peace – Dessiner pour la Paix », qui est parrainée par Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations-Unis. Une première exposition est concomitamment organisée avec la participation d’une vingtaine de dessinateurs venus du monde entier. Celle-ci est suivie de nombreuses autres présentations et débats dont la dernière en date est celle organisée à Rennes.

Cinq grandes thématiques rythment une visite prenant entre une et deux heures suivant le temps que l’on passe à contempler les dessins et la participation ou non aux activités proposées. L’objectif avoué est de faire réfléchir les visiteurs sur le rôle du dessinateur de presse et sa place dans la société. Dans l’ordre, on trouve une première salle intitulée « Laisse penser ton crayon ! » présentant le travail de création (avec en prime une reconstitution du bureau de Plantu au Monde !), suivie d’une seconde, plus vaste sur la première mission du dessinateur : « Informer », avec cette question : Le dessinateur de presse est-il un journaliste comme les autres ? ». La troisième salle se penche sur le rôle de dénonciation du dessinateur, avec une place particulière donnée à la liberté d’expression. La salle suivante s’intitule « Interroger la société » et présente des travaux questionnant la place des femmes et la protection des enfants. Enfin la dernière salle, « Communiquer à travers le monde » soulève les problèmes de compréhension commune et présente les différents journaux qui sont les supports des dessins de presse.

La scénographie adoptée pour cette exposition est ludique, conformément aux publics visés. Les familles, les scolaires sont en effet les principaux visiteurs attendus. On y trouve de nombreux extraits vidéos, de nombreuses reproductions de journaux, des espaces interactifs… Deux espaces retiennent plus particulièrement l’attention : Un premier, composé de tables et de chaises de café, permet à ceux qui le souhaitent de s’installer un instant pour consulter des exemplaires papiers des journaux cités dans l’exposition. Un second, autour d’une grande table, créé un espace bibliothèque offrant une vingtaine d’ouvrages en libre consultation sur le thème du dessin de presse et de la caricature en France et dans le monde. On y trouve des ouvrages de qualité ainsi que des monographies ou compilations de dessinateurs. Il y a là un véritable intérêt pédagogique pour les jeunes et les moins jeunes qui sont invités à prolonger l’exposition par la lecture.

Au-delà de ces différents éléments de présentation, une problématique me semble très intéressante. Celle du contexte de production des dessins, qui est abordée notamment à la fin de l’exposition. Il faut souligner ici la qualité du travail fourni par les concepteurs de l’exposition, notamment en ce qui concerne la rédaction des cartels des œuvres sur lesquels on trouve les traductions ainsi que des explications lorsque celles-ci semblent nécessaires. Un exemple que devrait suivre plus souvent les commissaires d’exposition. Un bémol toutefois, l’intégralité des dessins n’ont pas pu bénéficier de ces cartels « enrichis », quelques-uns ayant échappé à la traduction !

Autre démarche participant de cette problématique : La création et la présentation d’une carte du monde des « tabous ». L’association a demandé aux dessinateurs des principaux quotidiens du monde de présenter un de leurs travaux refusés ou susceptibles de l’être en raison du contexte propre à chaque pays. L’intégralité des pays n’y est pas encore représentée, mais la volonté affichée est celle de la compléter au fur et à mesure.

Enfin, la dernière salle, en plus de présenter les principaux quotidiens du monde (et notamment le tirage rapporté à la population totale) illustre, avec plusieurs séries de dessins, les problèmes d’interprétation que peuvent poser ceux-ci lorsqu’ils sont retirés de leur contexte de création ou lorsque nous ne disposons pas des clés de lecture. Il y a ici matière à réflexion pour les différents chercheurs qui vont intervenir sur ce carnet de recherches et qui justifie à mon sens la démarche interdisciplinaire. Historiens et historiens de l’art ont en effet tout à gagner à étudier, de concert, ces productions  en interrogeant le contexte historique de production (Histoire générale, histoire de la presse, histoire culturelle)  et en analysant le contenu symbolique et artistique de ces dessins.

Une exposition à voir, et rapidement, puisqu’elle se termine le 9 janvier 2011 !

> A voir sur le web.

Cartooning for peace : Le site internet / le blog / le profil facebook.

Espace Les Champs Libres de Rennes : Le site internet.

> Crédits photos.

© DR – Espace Champs Libres de Rennes.