Colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours », IHS-CGT, 18 novembre 2009

Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication"
Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication", 2009

Le colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours » organisé par l’Institut CGT d’Histoire Sociale et avec la participation du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle, s’est tenu dans la salle du CCN au siège de la CGT à Montreuil les 18 et 19 novembre 2009. Les actes de ce colloque sont à paraître  prochainement mais les communications de chacun des participants sont accessibles directement en ligne sur le site internet de l’IHS-CGT. Le texte ci-dessous ne constitue pas un véritable compte-rendu mais la retranscription de prises de notes effectuées lors du colloque.

Notes prises lors de la première journée du colloque.

Travaux précédents sur ce thème : Journée d’étude en juin 2007 avec Michel Pigenet. Conclave en mai 2003 avec René Mouriaux sur le même thème.

Avec la Première Guerre mondiale, on assiste à une systématisation des usages de la propagande. Celle-ci est accompagné par un développement de l’impression et des méthodes de marketing. En 1963, la réflexion de la CGT est la suivante : pour convaincre, il faut séduire et pour séduire, il faut communiquer. La traduction organisationnelle se fait en 1969 avec la mise en place du secteur propagande. Thème central développé à cette période : gagner la « bataille des idées » face au patronat et au gouvernement. Pour cela, la volonté affichée est de décentraliser la réflexion aux niveaux des militants.

Présentation de la vidéo.

La grande lutte des mineurs (1948) : 12 min, film collectif CGT, montage fait à Périphérie.

Ce film est important dans l’histoire du film militant. Ce film a été fait à chaud pour soutenir les travailleurs et leur lutte. Film de guerre froide et de dénonciation. Un décret spécifique a été pris  par le gouvernement pour censurer ce texte. On compte de nombreux décrets contre les films non commerciaux durant la Quatrième République. Film pour la Fédération des travailleurs du sous-sol contre la répression du ministre de l’Intérieur Jules Moch. Film de contre-actualité ouvrière. Film commandé par la FTSS et réalisé par les travailleurs du film (CGT).

Intervention de Josette Lefevre.

Résultat d’une recherche lexicométrique sur la période 1940-1960 : le terme le plus proche de « patronat » est « répression ». Avant et surtout durant les années 1950 c’est le terme propagande qui prédomine largement.

« Propagande, informations, communication pour la période 1972-2006 (Corpus des résolutions de Congrès) ».

« Information », qui se définit comme l’acte de diffuser au grand public ce que l’on a appris. On recense un total de 350 occurrences. Le pic d’emploi de cette expression se trouve lors du Congrès de 1982. Équilibré pour le reste du corpus. « Information » entendue comme Information interne, information dans le cadre du travail, information comme partie intégrante de la vie citoyenne. Revendication d’avoir du temps pour pouvoir débattre.

« Communication », qui se définit comme mettre en commun, échanger. Le terme apparaît dans le corpus pour la première fois en 1978 et atteint son pic en 1989. Ce terme apparaît également dans les autres organisations syndicales dans les années 1970. L’idée est que tous les grands moyens de communication de masse doivent être retiré au grand capital. « Communication » : c’est un terme technique. Tout les supports doivent être utilisés avec discernement. Cela nécessite une formation de certains militants à tous les niveaux.

« Propagande » est un terme qui devient très politique au 20e siècle. C’est le terme le moins fréquent (115 occurrences) durant la période retenue. Il disparaît après 1989 en même temps que le terme « lutte des classes ». L’idée du terme « Propagande » est celle « des idées pour agir ». Elle est un moyen de sensibiliser et de propager. Elle doit favoriser l’intelligence et la réflexion. Elle doit aider au développement des luttes. Elle est une composante de l’action. Pour cela, elle doit être simple et convaincante pour combattre les thèmes de la bourgeoisie et du patronat. La CFTC use du terme « Propagande » de manière importante. Ce terme n’a pas de connotation péjorative dans le vocabulaire de cette organisation. La CGT-FO rejette ce terme et l’ignore.

Références répétées dans les textes de la CGT : droit de recevoir et de communiquer des informations. Liens entre formation et information. Importance de la diffusion des idées.

« La bataille des idées » est une lexi, une expression emblématique et propre à la CGT. Elle est totalement absente chez les autres confédérations. En 1959, la résolution sur la propagande donne pour la première fois le terme de la « bataille des idées ». Ce terme est inscrit dans tous les Congrès jusqu’en 1992 (soit 48 occurrences). D’autres lexi sont proches : « bataille d’idées », « d’idéologie », « de classe », « de conviction », « de propagande » ou encore « lutte des idées », « combat d’idées », « idées de lutte de classes »…

« Idéologie » : La guerre idéologique du grand patronat, de la bourgeoisie et de l’état impose une intense pression sur les masses. On parle toujours de l’idéologie en parlant de l’adversaire.

Intervention de Raymond Barberis.

Son action est l’aboutissement d’une réflexion qui débute après la Libération et qui s’enrichit au fil du temps. Au moment où il se situe, ce n’est plus seulement une question de réflexion mais il fallait faire passer dans la vie un contenu face à un contexte patronal et gouvernemental. Nécessité de réplique de la part de la CGT.

« Bataille des idées » est une idée simple : Il faut s’adresser à la conscience des travailleurs. Les amener à participer, à réfléchir. Objectif essdentiel : gagner la conscience des travailleurs en les amenant à la lutte.

Autre conséquence : Allons nous mener une bataille sur des thèmes généraux ? Idée force, notamment celui de 1978 : idées propres à la CGT. Krasucki a beaucoup contribueé à améliorer la situation.

Pour résumer : Ce qui a été réalisé se situe sur deux plans : point de vue de la réflexion et de l’action. Poursuite de ce qui avait été fait. Il pense qu’il faut intégrer à cette réflexion les apports de tout ceux qui ont écrit sur la communication (notamment chez les adversaires). Point de vue des méthodes modernes de communication. Il ne fallait pas être prisonnier des modes de communication. Parfois incompréhension, notamment au sujet des radios. Il ne fallait pas privilégier telle ou telle médianes ou telles et telles réflexions.

Il y a eu évolution intéressante du point de vue des concepts et de la mise en œuvre des idées. Des réussites, des échecs mais pas inutile pour la suite.

Intervention de Françoise Duchesne. (Résumé par Bernard Lamirand).

Travail collectif sur la question du vocabulaire. Les mots ne sont pas neutres. Maurice Tournier : « mythe de la neutralité du langage et de l’innocence des mots ». Reprise de quelques éléments : Le Comité des forges (UIMM) assurait sa prépondérance. Quatre périodes choisies couvrant la période 1911-2006. Lutte contre le cartel de l’acier, les maitres des forges.

1909 : Congrès de la métallurgie. Évoqué par Merrheim. Vocabulaire pour attaquer le patronat, le critiquer, lutter contre l’exploitation. Il faut être convaincant être compréhensible.

Intervention d’Alain Gautheron (PTT).

Sur la période 1988-1990. Comment a été construite, mise en œuvre la défense du service public. Stratégie de la communication menant à l’action. Une lutte se construit sur la durée, il faut contre-attaquer, il faut lutter. H. Krasucki « Il ne suffit pas d’avoir raison, il faut convaincre ».

Témoignage du responsable à la propagande et membre du collectif fédéral. Acteur sur ce terrain particulier. Il y a eu des réussites, des échecs. Lutte contre la privatisation du secteur public. La propa, la com’ n’est pas un supplément d’âme. Communication au cœur de l’activité syndicale. Contexte central pour parler de la propa. A qui je m’adresse et quel est leur état d’esprit. Loi Rocard-Quillès. Tout est question de méthode : Le gouvernement ne peut pas passer en force donc il joue l’innovation. Dans un premier temps, il utilise tous les moyens de communication pour le donner aux travailleurs et organisations syndicales. L’idée est de faire croire que les décisions ultérieures seront acceptées sans accrochages. Dans un deuxième temps, les décisions sont présentées comme une réponse aux attentes avec la propagande classique patronale.

On était lucide sur cette question et nous étions donc confrontés à une alternative. Boycott et dénonciation du piège ou construire avec les salariés ?

La communication n’est pas une affaire de spécialiste. Rôle spécifique des animateurs : travail de réflexion sur les discours et les méthodes. Il faut former, apport décisif de la confédération sur la formation des militants dans les années 1980-1990. Sur le fond et sur la forme. Utilisation du réseau vidéo interne. Séance de 2 heures avec 20 000 personnes en direct. On a besoin de connaître notre patrimoine au niveau de la CGT.

Intervention de Thierry Guilbert.

Changement de point de vue. Il s’agit de voir la manière dont est saisi le discours CGT dans les médias bourgeois. Étude des mouvements de 1995 et 2003. Au premier abord, ces médias prônent un discours d’évidence et tentent de dévoyer l’idée de conflit et d’annihiler la question du débat d’idées.

Expression syndicale est visible de deux manières : par le matériel utilisé par les organisations et par les images véhiculés. Deux points :

La communication des médias est une idéologie. Caractérisation des relations entre médias et mouvements sociaux. Quels sont les destinataires et les visées. Expression syndicale s’exprime pour elle-même, pour renforcer les militants et les sympathisants. Ici le but visé est le ralliement. Il s’adresse aux adversaires, à ceux désignés comme interlocuteur. Désigner les adversaires et assurer le rapport de forces. Spectateurs de l’évènement : médias et publics. Changement de cette situation. Avènement de la société de communication et de la démocratie de l’opinion. Médias ont accédés au statut de véritable destinataires de l’expression syndicale et non plus les travailleurs et l’opinion. Les syndicats envoient des messages aux médias sans les désigner comme destinataires. Enjeu : réception par le public au travers des médias. Imposer une vision des évènements. Or, les médias reprennent très peu l’expression syndicale, il substitue une autre mise en mots plus conforme à leurs objectifs. Présentation à travers le filtre néo-libéral. Création d’un filtre commun.

Lutte souterraine des médias libéraux visant à imposer le fait que les réformes sont nécessaires. Objectif du discours est de désamorcer le conflit en expliquant qu’il n’a pas lieu d’être : consensus réformiste est l’état naturel de la société. Postulat également : il n’y pas d’alternative, les réformes sont le sens de l’histoire. A quoi bon discuter, le consensus social existe, négation de la lutte des classes. Présentation idéologique qui ne dit pas son nom. Veut poser l’évidence de la nécessité des réformes et de l’inutilité de l’opposition. Journalistes expliquent que les opposants ne comprennent pas les réformes.

Résultats : Forte personnalisation des hommes politiques et des hommes syndicaux que des organisations syndicales. Objectif est de masquer les causes du conflit et on fait appelle à des schématisations toxiques : on réduit la lutte à une opposition de personnes et les causes du conflit disparaissent. On parle plus de retraites que de retraités, plus de cotisations que de cotisants. On ne parle pas des personnes mais de rationalité pseudo-scientifique.

Intervention de Dominique Guyot.

Sur la propagande patronale. Travail sur la presse d’entreprise. Analyse la mise en place de la stratégie de la propagande d’entreprise à travers l’évolution des revues mises en place par les employeurs. Réfléchit sur les évènements qui ont conduit à l’évolution de ces revues : celles-ci sont devenues des bulletins de qualité à destination de l’extérieur et à visée anti-syndicale. Une mise en oeuvre de la communication d’entreprise avant l’heure. Exemple de Gnome et Rhône. Comment à l’occasion d’un conflit, une entreprise passe des publicités à une propagande interne anti-syndicale et anti-communiste.

Trois caractéristiques :

Précurseur de la publicité et de la communication d’entreprise. Pas de mentions des gens qui y travaillent, des ouvriers. Belles images des usines mais pas des gens qui y travaillent. Au départ revue de spécialistes, de techniciens changent par la suite en revue d’intellectuels (Cocteau, Paul Claudel). Parallèle avec Dassault : on retrouve des similitudes.

Techniques utilisés lors du conflit : acharnement de la direction en 1938. Envoi de lettres au domicile de chaque ouvrier (4 pages dans la boite aux lettres). Placarde dans le 13e arrondissement en affiche ces 4 pages.

Création de toute pièces d’associations d’ouvriers, de techniciens et de cadres pour contrer la principale organisation syndicale qui est la CGT.

Discussion dans la salle.

Jeanine COHEN (CNRS – UGICT). Grèves de 1938 avait elle trait à la guerre d’Espagne.

(Université de Bourgogne). grève du 30 novembre 1938 ? – réponse : Non. Question de la défense nationale déjà le mot d’ordre de Daladier pour refuser le mouvement de grève. Lettres de menace du patronat, fait partie d’une politique nationale du CGPF pour limiter les mouvements de grève.

Réponse : Quelle grève de mars 1938 auxquelles on fait allusion ? Revendication : augmentation salaire de 10% et renouvellement de la convention collective. Guerre d’Espagne sous-jacent mais pas explicitement avancé.

Confusion entre les grèves de 1938 et celles de novembre 1938. Celles de novembre veulent relancer le front populaire et la question de l’Espagne est très présente mais échec. En Mars 1938, question de l’amélioration des conditions salariales et relatif succès. Le patronat cherche à briser idéologiquement et par la force ce mouvement.

(IHS-Paris). Pas pris la mesure du débat de ce matin. Il faut insister sur la période 1986-1987 : affrontement de la communication et de la propa entre la direction et les salariés (SNCF). Bataille avec les médias. Puissance du mouvement syndical, on monte les coordinations pour dire que les syndicats sont dépassés. Débat global : mise en échec des coordinations.

Question de la création par les travailleurs en lutte de poésies, de chansons pour protester contre le patronat. Question importante, d’autant plus que le patronat et la bourgeoisie n’ont pas de prises sur cette question.

Secteur propagande. Glissement dans les termes entre propagande et communication. Glissement dans le contenu. Confusion entre le contenu et les moyens. Pour faire moderne. Terme « propagande » serait archaïque. Il valait mieux parler de communication. Mais ce n’est pas la même chose. Communication n’est que les moyens utilisés pour populariser la propagande, les revendications, les réflexions. Glissement sous le poids de l’idéologie dominante. Personnalisation des dirigeants de la CGT. Pas qu’un débat de mots mais également de contenu sur ce que fait la CGT pour défendre ses idées. Alain Gautheron l’a bien dit. On a besoin de faire connaître nos idées et de convaincre.

Emprisonnement de camarades d’entreprises sous prétexte de vol. UD a mobilisé les militants pour rassemblement pour faire sortir les camarades. Gazé et matraqués. Le lendemain la presse titre : la CGT attaque le commissariat. On avait rédigé un bulletin le soir même et distribué dans les entreprises le matin. Contre-offensive pour bloquer le patronat. C’est cela la Bataille des idées et la propagande de la CGT.

Grève de 1974 dans les PTT. 1ère étape : la grève va affamer les familles car les allocations ne sont plus distribuées. 2ème étape : on montre les mobilisations. 3ème étape : on soutient plus ou moins implicitement.

Période de la DPO. Capacité du patronat à faire passer ces idées. Utilisation des cadres pour faire passer sa propagande. Dans les années 1970 : première question posée est qu’est-ce que la lutte des classes. Propagande de haut en bas. Au fur et à mesure de l’évolution de la CGT, dès que tu mets le militant et la démocratie au centre, il faut partager : la centrale a les idées, il faut échanger autour, il faut communiquer, idée de participatif. Manière d’organiser la discussion interne avec les syndiqués et les travailleurs. Manière autre d’organiser les heures d’information syndicale en partant des attentes des syndiqués.

Usinor Dunkerque. Entrée en conflit tous les ans pendant un mois, un mois et demi. Action de masse à chaque fois. Patron de la sidérurgie, journal d’entreprises, on voit les outils et pas les hommes. Dans les années 1970-1980 on prend les hommes pour montrer autre chose que les militants syndicaux. Bataille autour de l’envoi de lettres aux travailleurs par le patronat.

Bataille de 1979 et les mots employés : Combat autour de l’idée que l’acier s’était fini. Usines « canards boiteux ». Phrase significative : Jacques Chérèque : il faut retirer les hauts-fourneaux qu’ils ont dans la tête. Projet autour d’un projet industriel fait par la CGT et la FTM. Très défensif dans un certain nombre de domaines (exemples des mutations).

Philippe Giquiaux. Intervient sur la lutte des classes, qu’il faut continuer à expliquer. Question du contenu des mots. Questions des « charges sociales » et de la « réforme ». Le patronat a gagné cette bataille. On utilise ce mot chez nous parfois car rentré dans le langage. Le mot charge est significatif de son contenu.

Question des réformes : que veut dire ? Améliorer l’existence. Ici, la « réforme », il n’y a pas d’alternative possible, aujourd’hui on déforme, on contre-réforme. Capacité du patronat et du gouvernement à forcer la question idéologique et on devrait avoir une meilleure analyse et une réponse plus acerbe.

André Narritsens. Problème du temps de la propagande, du temps de la CGT avec des idées et volonté de changer la société par la lutte des classes. On serait passé à autre chose. Affiche pour le Congrès (La CGT, agitation de personnes qui mettent Ta CGT). Il faut faire sa CGT selon moi. La CGT c’est une histoire, des idées, des grilles d’analyses – pas une théorie par définition – qui doit avoir des buts et des méthodes. Est-ce que cela se traite dans le cadre de la communication. Celle-ci peut être offensive. Il ne faut pas oublier les raisons pour lesquels on existe. Glissement propagande / communication mais on essaie de faire passer des évolutions qui sont essentielles.

Annie (IHS UGICT, Gironde). Grande tendance dans l’organisation. Parallèle entre organisation du syndicat et organisation du patronat. On a copié les uns sur les autres. On a toujours été sur un fil. Paradoxe de la communication, celui qui pense, qui est là et en face ce qu’il doit penser, nourrir sa conscience. Paradoxe de la propagande. Il ne faut pas oublier le sujet, la personne qui est en face de nous. On pense trop au collectif et on en oublie l’individuel. On a tenté de prendre un virage, slogan de congrès utilisé : « agir, c’est choisir ». Affiche : « les idées, ça se discute ». On a essayé de passer de l’autre côté de la balance. Important c’est que les gens choisissent. On amène nos idées et celles-ci sont discutables. Stage confédéral en 1989 : communication (membre CE confédérale et CE UGICT). Contenu différent. Communication : on s’adressait à soi-même. Stage supprimé car aborde des notions trop « individuelles ». Retour à des formations « patauds ». A noté, on n’a pas utilisé le mot culture ce matin. Deux thèmes sont à approfondir :

Le thème de la discussion et des incompréhensions. Importance de faire comprendre et d’être pédagogique.

Question des mots et des repères. Importance des repères quant les mots changent et évolutions du corpus. Difficile de comprendre et de suivre les débats avec la partie adverse. Il faut que l’on retrouve notre corpus très solide. Chute du mur et il faut rebâtir sur des mots et des repères.

Mercredi après-midi.

Présentation de la vidéo.

Les bâtisseurs de Jean Epstein (1938) / Sur les routes de l’acier (1938) / Les métallos de Jacques Lemare (1938).

Trois films fédéraux de 40 min. Il y aurait dû y avoir un film confédéral intitulé La Marseillaise. Accélération du tournage et du montage avec Le Front populaire.

Générique très prestigieux (R. Desnons, G. Lucas…) et pas anonyme comme en 1948 pour éviter la censure. Ici collaborateurs prestigieux et action remarquable de la CGT en terme de propagande durant cette période.

Intervention d’André Narritsens.

Conjoncture compliquée du front populaire et attentes sociales très fortes.

Conjonctures historiques : circonstances de plus ou moins longue durée avec rupture ou opportunité. Dispositif de propagande et de communication s’adaptent plus ou moins aux circonstances et aux renouvellements. Conjonctures historiques provoquent des effets dans les domaines de la propa et de la communication. Changement d’échelle en s’appuyant sur des moyens de communication.

Intervention d’Alexandre.

Bataille syndicaliste (1911-1915) : quotidien syndicaliste. S’intègre dans un débat plus large sur la presse. Syndicaliste révolutionnaire veulent remettre en cause l’hégémonie de l’Humanité qui est diffusé à l’échelle nationale. 1909-1911 : devient l’organe de la SFIO.

Histoire du lancement : discussion au sein de la CGT sur nécessité de se doter d’un quotidien après échec de La révolution. Ensuite sur le lancement et la ligne éditoriale.

Aux origines : souhait de doter la confédération d’un quotidien. La Voix du Peuple en parle en 1910. Appel lancé dans ce sens en novembre. Il est décidé de créer une société ad-hoc. Annonce du lancement, occasion de rappeler l’échec de La Révolution, quotidien qui n’a eu que 56 numéros en 1909. Printemps 1911, lancement du journal avec périodicité quotidienne. Idée reprise par la tendance Syndicaliste-révolutionnaire de la CGT. Le lancement est un événement. Premier numéro tiré sur papier rose. Elle a pour ambition de devenir l’organe du mouvement syndicaliste-révolutionnaire. Veut être un « journalisme d’idées ». Refuse toute publicité sous quelques formes que ce soit, quitte à paraître sur 4 pages au lieu de 6. Pavé lancé dans la mare de l’Humanité.

35 fondateurs du quotidien. Que des hommes, majoritairement des trentenaires, domicilié sur la région parisienne. 2 figures nationales (Jouhaux, Griffuelhes). Une dizaine d’organisations participent à la fondation.

Relations avec les lecteurs : permettre aux lecteurs de devenir des militants au quotidien. Administration du journal dès le premier numéro appelle les militants, acheteurs à devenir diffuseurs. Prise d’initiatives sont mises en avant dans le journal. Organisation de fêtes à la faveur du journal. Conférence sur la nécessité d’un journal et suivi de chants.

Lancement du journal est un succès : parution pendant plus de 4 ans jusqu’à dissolution en 1915. L’Humanité reconnaît le succès de ce journal.

Intervention de Jean-Noël Dutheil.

La propagande dans l’Allier. Affrontements entre majoritaires et minoritaires entre 1919 et 1920. Scission en 1921-1922. Ouverture des chantiers avec la jeune CGT-U en 1923.

En 1919, doutes sur la propagande. L’éducation et la propagande devaient rallier les travailleurs à l’action de la CGT. Pendant un an, il participe à 80 réunions dont 30 en dehors du département. Beaucoup d’affiches avec un rayonnement local. Lui innove en collant sur tout le département. Conséquence : très forte mobilisation en 1920. Échec des grèves de printemps 1920 d’où des critiques. Arrestation et prise de position ont mis en péril le mouvement et sa capacité de mobilisation. Propagandiste : c’est le révolutionnaire qui parle.

Mise en mouvement des travailleurs mais pas de conservation des adhérents. Très mouvementiste au final. Proposition de créer une commission de propagande. Quitte le gouvernement et donc recadrage de l’activité. Deux CGT existent à ce moment et tentatives d’occuper le terrain. De nombreux dérapage font fuir les travailleurs.

Février 1923 : usines Dunlop en grève (2300 ouvriers à Montluçon). Répression de l’organisation syndicale. Pour CGT-U, affiches et tracts deviennent les outils les plus efficaces. 5 affiches et 2 tracts sortis en une semaine par le syndicat et le comité de grève. Affiches rédigées collectivement et contenu travaillé finement.

Comité sert à informer les ouvriers, à inciter l’opinion à prendre position et à s’associer au seul mouvement.

Intervention de Morgan Poggioli.

Front populaire. Tournant pour le mouvement ouvrier et la CGT. 4 millions d’adhérents. Contexte court mais très riche. Évolution des techniques et du contenu. Succès et limites. Le Peuple, La voix du peuple, Le droit ouvrier, le bulletin ouvrier des assurances sociales, l’atelier pour le plan (conseil économique de la CGT), publications en langues étrangères (bulgare, polonais, italien, russe…). Chaque fédération a son propre journal désormais et idem au niveau local (1/3 de publications en plus). Plus de 300 publications émanant de la CGT (Plusieurs millions de francs). Acquisition de sa propre imprimerie en 1938. Destin très contrasté. Tribune des fonctionnaires (300 000 ex) Le Peuple (16 000 ex).

Les organes de tendances sont important aussi. Presse est l’outil privilégié de la propagande mais le front populaire permet d’utiliser la radio et le cinéma.

A partir de 1937, la CGT obtient trois émissions (15 min tous les samedis et 30 min le mardi et le vendredi). « La voix de la CGT » : enclave de la CGT au sein de l’appareil d’état. C’est la première dans l’histoire de la CGT.

Le cinéma est plus un problème. La CGT n’a pas de service propre. La première production qui voit le jour est une initiative locale des syndicats du cinéma à Paris en 1936. Première opération de com’ de la CGT pendant le Front populaire. Après 3 films fédéraux en 1937-1938. Place importante laissée à la profession et au progrès technique. La CGT veut montrer qu’elle participe du progrès et de l’émancipation. Sur les routes de l’acier sera exploité en partie par Gaumont.

Intervention de Céline Barthonnat.

Les affiches du 1er mai. Exposition internationale d’affiches le 1er mai dans les années 1980-1990. Support de propagande peu onéreux. Bon moyen de propagande avec la presse ce qui lui permet de traverser le siècle. Fonds de l’IHS est très riche. Histoire de la CGT et du premier mai est très imbriquée. Première campagne préparée dès 1904 pour le premier mai 1906. Campagne pour la journée des 8 heures. En 1919, les huit heures sont obtenues. Campagne dure pour assurer l’application effective. Quels mots choisir, quelles images ? 73 affiches entre 1905 et 2003. On retrouve quelques traces d’affiches en dehors de ce fonds pour compléter ce corpus : fonds Grapus à Aubervilliers et fonds du secteur Propagande-Communication. 66 affiches confédérales au total.

Les thèmes débutent par des revendications syndicales. A la réunification : unité d’action mise en avant. Dans les années 1970 : affiches utilisées pour donner image plus moderne du syndicat. 1919 : loi sur les 8 heures est adoptée.

Discussion.

Oubli d’une dimension. En 1968, la parole est dans la rue. Comment a-t-elle été libérée ? Droits, libertés et action juridique a été important. Dans les années 1970, question des conseils de prud’hommes seulement. Cela as mis du temps à rentrer dans la tête des camarades. Témoignages sur les méthodes à Citroën. Méthodes américaines à l’époque étaient abominables.

IHS Métallurgie. Contribution intéressante. Somme des procès, toujours la métallurgie. Actif durant cette période. Manifestation de solidarité et dans les tribunaux. Action du gouvernement et du patronat extrêmement importante. Question des nationalisations et des batailles revendicatives. Pourquoi dans la CGT y a-t-il des difficultés à appréhender les procès. Appréciation interne de la CGT sur les combats menés. Combats sur la nationalisation Renault : faut-il continuer à poursuivre les nationalisations ou non ? Avocats et cabinets distribués sont très différents en fonction des appréciations. Ce n’est pas dans un ciel clair : très ponctué d’un débat politique. Connotation peuvent permettre de mieux préciser de quelle manière la CGT s’est investi.

Exposé sur les affiches. Deux choses : sur les modes de communication : à un moment donné, dans la CGT on continue à avoir des militants qui travaillent avec des professionnels (compagnons de route) et au fur et à mesure on travaille avec des boîtes de com’. Quelles discussions avec ces boîtes et de quelles manières ces attentes sont retranscrites par les pros. Le 1er mai symbolise bien la place que les boîtes de com’ ont pris dans tout le mouvement social et politique.

Article 12 avril 2008 Figaro magazine : « Quand la CGT fait sa pub ».

Congrès confédéral 49e. Le mot d’ordre « Ta CGT ». Veut aborder la question du rapport avec les boîtes de communication sur la manière dont on fait transparaître les débats à l’intérieur de la CGT. Propagande et communication accompagnent toujours et ne sont pas en dehors. Pas de contradictions.

Gérard : Deux observations sur l’intervention d’Emeric Tellier. Action du LDAJ. Deux expériences intéressantes : avant défense des salariés. Elections prud’homales de 1979 : première fois que la CGT avait à mener une campagne nationale électorale. Avant 1979 : cela se passait le dimanche de manière confidentielle. Sur la base du Congrès de Grenoble (1978). Il y a des éléments intéressants. Discussion avec des responsables. Campagne nationale pour mesurer le poids global de la CGT. Importance des élections. 42,5% en 1979.

Deuxième chose : Les lois Auroux. Avancées importantes, action de la CGT déterminante dans les années précédentes. Mesures du gouvernement et non le produit direct des luttes sociales. On n’a pas su s’approprier toutes ces lois Auroux (les moyens nouveaux donnés aux organisations syndicales). Délégués du personnel ou CE : si pas d’organisation syndicale derrière, il y a toujours des récupérations possibles. On s’en est bien sorti mais convaincu que l’on aurait pu s’en emparer davantage pour faire participer davantage des les travailleurs et les syndiqués dans la vie des syndicats. On a davantage su faire dans la défense mais quant il s’agit de porter des conquêtes on est plus en difficulté.

Louis Viannet : conquêtes sociales dûes aux luttes sociales de manière globale depuis 1968 : il n’y a en pas. Les avancées proviennent des bons gouvernements. Des choses ont été préparées tout de même par l’action syndicale.

Joël : Le passage de la propagande à la communication est une orientation stratégique. Pas qu’un problème de passage de temps ou d’orientation contextuelle. Orientation stratégique. Enjeux et moyens de la propagande d’hier ne se détachent pas du contexte donné. Qu’est-ce que c’est que la communication ? Pas seulement un partage des idées mais une confrontation, un débat sur les idées. Éléments pour analyser cette société. Propagande / Communication : pas les mêmes objectifs.

Question du lien en permanence entre l’écrit et la force de l’image. On voit apparaître la maitrise de l’écrit. Glissement entre maitrise de l’écrit et baisse de la lecture. Montée en force de l’image.

Sur les aspects de droit. Vu de l’extérieur, comment les batailles de communication autour de propagande de masse ont modifiés les rapports dans l’entreprise : Clavaud et Manufrance.

Propagande de défense des salariés, montée au niveau des acquis juridiques. Impact dans les entreprises.

Militant syndical et politique le lendemain de la victoire à Clavaud, vente de l’Humanité devant le bureau du patron car rapport de force. Effet de contamination positive. Côté noble de la propagande. Capacité de s’approprier des outils pour se mettre au niveau du patron qui avait déjà ces outils.

Michel Pigenet : Les conjonctures historiques. Evidence : beaucoup d’adhérents, beaucoup de moyens, développement des outils. Dans les périodes de basses eaux, économies. Banalités mais en même temps, il y a des questions non soulevése : la propagande, cela coûte : quel moyens les organisations syndicales se donnent pour intervenir, convaincre, mobiliser.

Il y a une tension permanente entre sa fonction, son orientation de mobilisation et en même temps la réalité d’un élitisme militant. Idée que la CGT a des idées tout comme ses militants, que les autres organisations n’ont pas. Tensions permanentes : Volonté d’élargir, de faire participer et en même temps le sentiment profond que les militants en savent plus que ceux auxquels ils s’adressent.

Dernier point : l’efficacité militante. Les organisations sont souvent à la défensive face au déferlement du patronat, du gouvernement sont portés par le sens commun. Une bonne partie de leur discours et interventions tombent à plat. Dans les milieux populaires il y a toujours une distance avec ceux d’en-haut. Une certaine défiance existe. La force du militantisme de terrain c’est d’être en phase, au milieu des travailleurs, utilisation des mêmes mots, essaye de gagner au travers de leurs expériences communes. Problème de la technicité de la propagande et de la communication et si en plus les organisations compensent le défaut de militants par des contrats avec des boites privés. Les mêmes s’adressent aux mêmes.

Jean-Pierre Elbaz : Thèmes à traiter. L’intervention sur les affiches du 1er mai ne l’a pas satisfait car cela renvoit à sa propre expérience. Secrétaire en 1973. Affiches du 1er mai du monde entier, à sa disposition pour garder le caractère internationale. Constance dans la CGT sur l’internationalisme des affiches du 1er mai.

Raymond Barberis a rappelé à juste titre la mise en place de 3 secteurs principaux : Action revendicative, Organisation et communication/propagande. Les grandes difficultés rencontrées : chacun de ces secteurs avait en charge d’aider à la communication. Tous n’ont pas joué sur tous les sujets la même partition. Jamais été possible dans la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie de sortir une affiche d’organisation qui mettent directement en cause l’organisation patronale. Ce point là mérite un approfondissement. Nécessité d’approfondir par fédérations et par grands groupes de la production nationale (SP).

Annie : Ce que l’histoire ne dit pas c’est les comportements des militants face à la propagande. Ce sont des stratégies toujours discutées. Défiance pour certains envers les moyens de communication. Ce qui échappe, c’est la réaction du lecteur. Dans un débat, on peut voir les réactions et s’adapter. Dans le cadre de l’écrit ou du visuel, très difficile. Défiance sur la com’, l’image.

Un mot sur les coûts de la communication. Dans UD, question toujours revenue. Pas toujours question financière mais question politique. Aujourd’hui, il faut réinventer la communication et voir comment la poser. Importance de la réaction des militants à la com’.

Jean Magniadas : Intérêt pour ce débat. Les rapports entre propagande et communication ? Pas encore vraiment répondu à cette question. Il manque une histoire de la communication, une histoire de la propagande dans une entreprise ou dans notre pays. Pas un hasard que le débat remonte dans la partie Conjoncture historique. La communication est une propagande sous autres formes et autres outils. Plus sophistiqué. Définition des termes à faire. Grand changement : mai 68 et ses conséquences. Transformations structurelles des services : en 1969-1975. Dans les formes adoptées, la communication veut que l’on va mettre des choses en commun avec d’autres. Habernas : causons/causons. On le vois ressurgir avec la question du dialogue social. C’est la conjoncture qui a produit dans une certaine mesure la communication.

Lois Auroux : on s’en est mal servi car mal digéré les rapports de forces issus de 68. Époque de changement du management. Les patrons l’ont mieux digéré. Grands changements tactiques : DPO, management, DRH, communication…

Techniques ne rend pas automatiquement le mouvement syndical plus performant. Retard car pas dominant. Histoire de la CGT est une histoire d’adaptation aux contextes. Enjeux sur terrains plus difficiles car plus simple de faire des revendications plus simples : aujourd’hui plus difficile, plus compliquée d’expliquer par exemple la sécurité professionnelle. Ce qui est plus complexe aussi, c’est la situation internationale.

Georges : Impression que communication est mal et s’adresse à des spécialistes. La masse des salariés sont largués par rapport à l’expression. Comment concilier la propagande, la communication à tous les niveaux. Intégration des salariés à leur exploitation.

Annie : Pigenet pose la question des moyens, question importante. Petite réflexion : point de vue du syndicat. Il faut des moyens financiers importants pour faire face aux idées du patronat. L’essentiel n’est pas les moyens mais avec quelle stratégie que on se dote et les moyens pour parvenir à nos fins. Nécessité ou non de faire des tracts, de la propagande, d’avoir un journal syndical… Débat sur stratégie et ensuite question des moyens dont on se dote. Les moyens on les prend là où ils sont : dans les caisses du patronat. Au départ simple ronéo. Vol du papier au patron avec aide d’autres salariés. Moyens plus moderne ensuite : photocopieuse. Lutte pour tirer des tracts avec les photocopieuses du patron. Souvent en dépassement des droits qui nous sont alloués.

Alain : Question des moyens : choix politiques dans l’organisation. Moyens limités donc définition des priorités. La communication doit faire ses preuves. Il faut éviter le gachis. Chercher l’efficacité et combattre la démobilisation. On doit utiliser ce qui nous rapproche des travailleurs. Face à une guerre idéologique conventionnelle, il faut utiliser la guerilla. Il faut revisiter un certain nombre de moyens : pas exemple le panneau syndical. Utiliser la polémique, la spontanéité. Rechercher notre propre originalité.

La CGT n’est pas la résultante de l’opinion générale elle a ses idées. Les sanctions sont rapides : l’état des luttes, les élections… On a des outils à utiliser, les mandats sont remis en cause régulièrement. A quoi ça sert d’être syndiqué ? Dans la lutte des classes, on a un patrimoine commun. Chance de militer et de diriger : racines communes, projet commun à cultiver.

Alexandre : moyens pour la presse écrite. Le premier capital ce sont les lecteurs. Autres moyens. La Révolution a été financé à partir d’un héritage d’un fondateur. La Bataille syndicaliste, plus difficile à savoir. Quelles fédérations ont financé ?

Elyane Bressol : La question des moyens n’est pas simple à aborder. A partir des années 1970. Budgets confédéraux. Part attribuée à la propagande et son évolution (débats vifs dans la Commission Exécutive). Distribution des moyens impliquent des choix politiques. Adéquation dans la répartition des budgets et les orientations des congrès de la CGT.

Années 1985-1986 : Antoinette : sauver son siège ou sauver Antoinette. Urgence CGT. Lancement de la dernière campagne d’Antoinette : pas de moyens pour Antoinette mais Urgence CGT : Il faut sauver le siège de Montreuil.

Alain Delmas : Intégration de la CGT à la nation ?

Débat propagande / communication. Collaboration avec secteur propa. Conjoncture historique particulière : année 1985 : réflexion sur le changement de nom à cette période. Dans les entreprises : Dir Com, après on voit apparaître les DRH. Communication paillette à direction des salariés. Il se passe des choses. Question pour le syndicalisme de son efficacité. Quelles formes, quelles vecteurs ? Passer de la propa à la com’, c’est passer de l’idée tous derrière la CGT à discuter avec la CGT ? Donner des éléments de réflexions et construire avec les travailleurs et les syndiqués. Travail avec des graphistes. Ils savent faire une affiche, la manière dont elle est perçue. Importance de la formation et transmissions du savoir-faire.

La question du nombre d’adhérents à toujours été posée. On ne fait pas appel à des colleurs d’affiches. Pourquoi militants ne veulent plus ? Différentes choses qui sont dans la bataille idéologique. Pour relativiser : Le Peuple : déficit de 7 millions de francs en 1939. Messidor : 12 millions de francs de déficit à la même date.

CGT, 100 affiches du premier siècle, Montreuil, VO Éditions, 1995, 60 pages

Couverture de l'ouvrage CGT, 100 affiches du premier siècle
Couverture de l'ouvrage "100 affiches du premier siècle", VO Éditions, 1995

Cette plaquette constitue le catalogue de l’exposition d’affiches, réalisée par l’Institut CGT d’Histoire Sociale à l’occasion du centenaire de la Confédération en 1995. Il constitue un complément au livre-album CGT (1895-1995). Le premier siècle édité par l’IHS CGT et VO Éditions. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 7 juin 1995 au siège de la Confédération Générale du Travail à Montreuil.

Ouverte par une préface d’André Deluchat, secrétaire confédéral de la CGT, intitulée « Les images de notre premier siècle » et par un avant-propos de la peintre et historienne de l’art Eugénie Dubreuil, cette plaquette reproduit cent affiches issues majoritairement des fonds de la phototèque de l’IHS-CGT et complétés par celles du fonds d’Alain Gesgon (CIRIP) pour la période antérieure à 1939. De petit format (22 x 27 cm), elle constitue une source inévitable pour les militants et chercheurs en mal d’affiches !

« Les graphistes et la CGT », avant-propos d’Eugénie Dubreuil.

Cet avant-propos est l’occasion pour Eugénie Dubreuil de présenter dans ses grandes lignes les affiches retenues. Cent affiches pour 55 illustrateurs dont de grands noms comme Alexandre Steinlen, Jules Grandjouan, Joan Miro, Victor Vasarely, Ernest Pignon-Ernest, Grapus, Studio Tract, Plus de Crème, Jean Effel, Escaro ou encore Wolinski trouvent leur place dans ce catalogue. Il est regrettable toutefois que les cartels, pour lesquels un effort louable a été opéré en ce qui concerne le nom des artistes, oublient  pour un grand nombre de mentionner les dimensions des oeuvres. Il est en effet impossible de distinguer les grands formats (double colombier notamment) des petits ! Le premier intérêt de cet ouvrage réside dans la volonté de mettre en avant le rôle des artistes et des graphistes. Cette distinction est relevée : « La vision des artistes est souvent un peu décalée, comme en avance sur le goût du temps, leur esprit s’envole au-delà de l’évènement. Par contre les graphistes spécialisés collent beaucoup plus à la demande. Ces deux visions se complètent et il est parfois difficile de définir certaines approches très personnelles ». Il y a ici une réflexion à prolonger tant du point de vue historien de l’art (Pourquoi ne pas imaginer faire une histoire de l’art syndical ?) que du point de vue historien (La distinction propagande / communication recoupe-t-elle nécessairement la distinction artiste / graphiste professionnel ?). Cette mise en avant souligne également une nécessité, celle de procéder à un recensement systématique des artistes et de leurs oeuvres constituant le patrimoine des organisations syndicales et politiques. Une histoire de la production artistique de ces organisations ne peut véritablement être faite qu’en effectuant ce premier travail.

Contenu du catalogue.

Comme pour les deux autres ouvrages présentés précédemment, on y retrouve les grands thèmes d’action syndicale : manifestations (premier mai), revendications (retraites, sécurité sociale, accidents du travail, emploi et chômage, temps de travail), paix et guerre, congrès confédéraux, femmes, travailleurs immigrés et jeunes, syndicalisation. Cet ouvrage complète utilement, avec des doublons toutefois, l’ouvrage CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages. En effet, la répartition chronologique des reproductions est la suivante : 32 affiches pour la période 1901-1939, 33 affiches pour la période 1939-1978 et surtout 34 affiches pour la période 1978-1995 qui n’étaient pas disponibles dans le précédent ouvrage. On trouve donc un nombre important d’affiches inédites, même si une part belle est laissée aux affiches célèbres comme celle pour les huit heures (malheureusement en noir et blanc), celle du 1er mai 1934 contre le fascisme, celle du 1er mai 1936 unitaire ou encore le projet refusé d’affiche de Joan Miro pour le 1er mai 1968. A l’exception de deux reproductions en noir et blanc, l’ensemble des reproductions sont en couleur et de bonne qualité.

On remarquera en guise de conclusion l’effort constant de la Confédération Générale du Travail et de son Institut d’Histoire pour préserver et promouvoir son patrimoine graphique. Les nombreux ouvrages publiés sur ses affiches en témoignent.

CGT, Affiches et luttes syndicales de la CGT, Paris, Chêne, 1978, 112 pages

Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978
Couverture de l'ouvrage "Affiches et luttes syndicales de la CGT", Chêne, 1978

Cet ouvrage constitue un précieux recueil d’affiches du mouvement syndical et ouvrier de la Commune de Paris à la fin des années 1970. Il est le résultat d’un travail collectif dirigé par Jean-Claude Laroze, secrétaire confédéral de la CGT avec des textes rédigés par Jean-Claude Poitou, rédacteur à la Vie ouvrière.

Le nombre important de mises à contribution  témoigne de l’ampleur et de l’intérêt du travail fourni : Commission de propagande confédérale, Centre confédéral d’éducation ouvrière, service de documentation de la Vie ouvrière, des Fédérations, des Unions départementales et syndicats, de nombreuses archives départementales, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil ainsi que M. Alfu. Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy et une préface de Jean-Claude Poitou, ce recueil totalise 168 reproductions dont plus d’une centaine sont des affiches syndicales. Le classement s’effectue par périodes historiques : avant 1895, de 1895 à 1917, de 1917 à 1940, de 1940 à 1968 et de 1968 à demain. Chacun des chapitres s’ouvre par un paragraphe introductif sur la période et les reproductions sont accompagnés de textes donnant des éléments de compréhension.

L’intérêt central de cet ouvrage est tout d’abord de permettre au lecteur de visualiser plus d’un siècle d’affiches syndicales et ainsi d’effectuer quelques rapides comparaisons et remarques sur leurs évolutions. Il est ainsi frappant de constater que les affiches du 19ème siècle sont toutes des affiches en plein texte, sans illustration. Le contenu est dense et seuls le titre et les mots d’ordre sautent immédiatement aux yeux. Nous sommes ici, du point de vue de la mise en page, plus proche du journal mural que de l’affiche. L’illustration fait son apparition au début du 20ème siècle avec de grandes compositions en couleur mais cohabite encore longuement avec les affiches plein texte. Après 1945, la très grande majorité des affiches sont le fait d’illustrateurs et l’image a pris le dessus sur le texte, qui se retrouve réduit à un mot d’ordre accrocheur.

Les reproductions sont dans l’ensemble de bonnes factures, les photographies ayant été réalisées par de grands noms, comme Gérard Bloncourt ou M. Delius. On y retrouve de nombreuses affiches célèbres : L’affiche du premier mai 1919 pour la journée de huit heures avec son horloge, l’affiche du premier mai 1936 et son drapeau rouge brandi par des travailleurs unis, l’affiche bleue pastel pour le 26ème Congrès confédéral de 1946 ou l’affiche refusée de Joan Miro pour le premier mai 1968… Les principaux thèmes couverts  sont classiques et reflètent les principales actions des organisations syndicales : Manifestations (et notamment les premiers mai et les meetings), les conditions de  travail (accidents et maladies professionnelles, réduction du temps de travail), les répressions, les guerres et la lutte pour la paix et enfin les femmes travailleuses.

A la fin de l’ouvrage, la localisation des éléments reproduits est utilement signalée. Un grand regret toutefois, l’absence de cartel précisant le nom de l’artiste, le tirage, les dimensions des affiches, ainsi que les techniques d’impression. Ces éléments sont en effet essentiels à toute analyse ! Un ouvrage essentiel donc pour étudier la production graphique de la CGT et de la CGT-U des origines à la fin des années 1970, même s’il ne s’agit que d’une sélection forcément partielle et partiale.

CGT, Chaix. La Lutte par l’affiche, Saint-Ouen, 1981, 72 pages

Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.
Couverture de l'ouvrage "Chaix. La lutte par l'affiche", 1981, 72p.

Cet ouvrage de grand format (in-folio soit 39,5 x 27,5 cm), fait partie des quelques recueils existants d’affiches produites par le mouvement syndical et constitue, à ce titre, un important témoignage des luttes menées par les travailleurs au cours des années 1970-1980 pour la défense et la sauvegarde de leurs emplois et de leur outil de travail.

Ouvert par un avant-propos de Georges Séguy, cet ouvrage reproduit 35 affiches hors texte. Il raconte, par l’image, la lutte débutée le 6 décembre 1975 par les travailleurs de l’Imprimerie Chaix, à Saint-Ouen. Indépendante du groupe Néo-Gravure à partir de 1974,  cette société connait rapidement des difficultés financières qui poussent la direction à mettre en place un plan de licenciement de 410 travailleurs sur les 640, malgré les  promesses faites aux travailleurs lors d’un accord signé en novembre 1974. Les travailleurs refusent et votent la grève ainsi que l’occupation des locaux. Autour du mot d’ordre « Tuer le livre, c’est tuer les idées », la solidarité s’organise et les grévistes reçoivent notamment le soutien de l’Union départementale CGT de Seine-Saint-Denis ainsi que de la Confédération. Comme pour de nombreux autres conflits sociaux des années de crise (Manufrance,  Mines de Ladrecht, Parisien Libéré…), la lutte est âpre et longue dans le temps : 68 mois au total. En juillet 1981, après le rachat par un acquéreur et la création d’une nouvelle société, seul 47 postes ont pu être sauvés.

Malgré un travail régulier mené depuis plusieurs années, de nombreuses affiches, confédérales ou confédérées, restent encore inconnues des chercheurs et des militants.  L’existence d’un tel recueil constitue donc une véritable « bénédiction » ! Cependant, l’enjeu est bien de l’utiliser, non pas comme simple outil d’illustration d’un propos historique mais comme une source à part entière, pouvant enrichir une démarche historique, grâce à une analyse de leur forme et de leur contenu. Ainsi, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques thèmes d’analyses peuvent être tirés d’un rapide feuilletage de cet ouvrage.

On trouve tout d’abord des éléments sur les critères poussant la Confédération CGT à faire de ce combat des travailleurs de Chaix, une lutte « exemplaire ». La première concerne la notoriété de l’entreprise. Pour obtenir le soutien de la population et de l’opinion, les travailleurs rappellent les titres tirés sur leurs rotatives, par exemple dans la seconde affiche présentée : « Les horaires SNCF ;  Les horaires Air-France ; […] ; Modes et Travaux ; Maire-Claire […] » , autant de choses connues des travailleurs et de leurs familles et devant susciter l’indignation et la sympathie. Dans le même sens, la date de création de l’Imprimerie en 1845 est rappelée dans plusieurs affiches. Ensuite, cette lutte est d’autant plus exemplaire qu’elle n’est pas isolée, comme le rappelle de nombreuses autres affiches : Parisien Libéré, Helio Cachan, Caron Ozanne, Chauffour, Travaux d’Expression Française, SPEA Nancy… C’est l’ensemble de l’Imprimerie et du Livre qui est menacé par la politique du gouvernement et du patronat, symbolisée par le rapport Lecat de mars 1975.

Autre thème de réflexion lié, celui du mot d’ordre « Chaix vivra » ou « Chaix doit vivre » qui fait écho à d’autres luttes menées sur des formulations similaires (Manufrance par exemple). Plusieurs affiches font ainsi le lien entre la possibilité d’assurer la pérennisation de l’entreprise et la nécessité de « produire français » et donc de « rapatrier les travaux ». Là encore, il s’agit d’une source pour analyser la politique revendicative de la CGT dans les années 1970-1980, politique qui découle directement de l’analyse faite de la nouvelle division internationale du travail qui se met en place et des conséquences sur l’appareil productif français.

Enfin, un dernier thème, plus rapidement, celui de la solidarité des dessinateurs et artistes avec cette lutte, par l’organisation d’expositions grâce aux dessins offerts aux travailleurs en lutte. Cet élément interroge en effet le rôle de l’artiste face aux mobilisations et constitue en soi un sujet d’étude passionnant pour les historiens et historiens de l’art.

Ce rapide balayage de ce bel ouvrage que l’on trouve encore sur certaines librairies en ligne démontre son intérêt. Des fonds d’archives existent, notamment aux Archives municipales de Saint-ouen et au Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle. En complément, il existe de nombreuses photographies et surtout des films réalisés « à chaud ». Autant d’éléments qui permettront, dans un futur proche je l’espère, de faire une étude plus poussée de cette lutte sur ce carnet de recherches.

 

> Pour prolonger les réflexions.

Sur les réactions des travailleurs face à l’évolution technologique de leur profession, voir  l’intéressant article de Madeleine Rébérioux, « Les ouvriers du livre devant l’innovation technologique. Esquisse d’une réflexion », in Histoire, économie et société, 1986, 5e année, n° 2, pp. 223-231. Disponible sur Persée.fr à l’adresse suivante : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1986_num_5_2_1425 [Consulté le 24 décembre 2010].