L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre. Compte-rendu

 

Affiche du Colloque "L'art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre", INHA, 2011
Affiche du Colloque "L'art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre", INHA, 2011

L’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) ; en partenariat avec le laboratoire HICSA (histoire culturelle et sociale de l’art) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le laboratoire CEMERRA (Centre méditerranéen de Recherches sur les Relations entre les Arts) de l’université de Provence et le LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes) de Lyon ; en collaboration avec l’ARC « Journalisme et littérature » de l’Université libre de Bruxelles, le CHEC (Centre d’histoire « Espaces et Cultures ») de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand et la Duke University de Durham (États-Unis) ; a accueilli dans ses locaux les jeudi 16 et vendredi 17 juin dernier un colloque intitulé « L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre », dont ce carnet de recherches s’est déjà fait l’écho en signalant le programme.

Ces deux journées d’interventions et de débats ont été extrêmement riches, tant par les champs couverts que par les problématiques soulevées. La vingtaine de contributions présentées par des chercheurs et des professionnels venus d’horizons différents ont incontestablement été un des facteurs déterminants à cette richesse. Le public, plutôt nombreux (entre quatre-vingt et cent personnes), a pleinement joué son rôle. Les interventions ont été particulièrement nombreuses et pour bon nombre d’entre elles plutôt pointues. Faute de temps, comme cela est toujours le cas en colloque, ces débats d’experts ont été poursuivis dans les couloirs de l’Institut national d’Histoire de l’Art.

Le principal apport de ce colloque réside dans la confrontation des projets et réalisations qualifiées « d’art social » en France dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle et la première décennie du vingtième siècle, mais sans pour autant se refuser quelques incursions à l’étranger ; en Angleterre, en Belgique et en Russie. Les réflexions se sont naturellement dirigées vers la définition de « l’art social » et de ses acteurs. Pour cela, de nombreuses notions et concepts en concurrence ou en opposition ont été abordées tout au long du colloque : « art utile », « art pour l’art », « arts décoratifs et industriels », « art dans tout, partout, pour tous » ou encore « arts populaires ». À cela se sont ajoutées également les différentes théories, idéologies ou politiques appuyant ou combattant ces concepts : « saint-simonisme », « fouriérisme », « radical-socialisme », « solidarisme », « socialisme », « anarchisme » et autres.

Ces deux journées de travaux rendent bien compte de la grande richesse de ce concept « d’art social ». Une multiplicité de projets, avec parfois des proximités idéologiques étonnantes chez certains intellectuels ou acteurs, ont été lancé, ce qui laissent toutefois supposer une certaine manipulation, un certain opportunisme pour quelques uns, dans le contexte parfois troublé de la Troisième République. Un obstacle important rencontré concerne les sources de la réception de ces projets et réalisations par le public visé. Néanmoins, une définition de « l’art social » tend à mon sens à émerger de ce colloque :

1° Pour qu’il y ait « art social », il faut un projet éducatif avec pour objectif plus lointain la transformation de la société. L’évolution de la société peut être soit progressive soit radicale. Les objectifs poursuivis par l’éducation ne sont alors pas tout à fait les mêmes. Dans le premier cas de figure, on trouve les réformistes qui visent à éduquer le peuple, à lui donner accès à un minimum de connaissances et de savoirs, quelque soit sa position sociale dans la société. On trouve également les conservateurs qui adoptent une stature davantage paternaliste et moralisatrice. Il s’agit d’éduquer pour éviter les errements de débauche et de dépravation du peuple. La santé physique et mental des gens de « basse extraction » est au coeur de ce premier cas de figure. Dans le second cas, l’art social doit préparer l’avènement d’un ordre politique et économique nouveau né d’un épisode radical, révolutionnaire. L’éducation doit alors émanciper, préparer aux futurs rôles qui seront occupés par chacun.

2° Pour qu’il y ait « art social », il faut également une cible, un réceptacle à ce projet éducatif. Le « peuple », la « société », les « travailleurs » ou encore les « ouvriers » : cette cible est bien évidemment différente selon que l’on se place du côté des radicaux-socialistes, des fouriéristes ou des tenants du catholicisme social. Cependant, « l’art social » est dirigé en priorité à destination des « petits » : les employés du centre de Bruxelles pour la section d’art de la Maison du Peuple, les ouvriers qualifiés des faubourgs du 11ème arrondissement parisien comme dans le cas du Musée du soir de Gustave Geffroy ou encore le monde paysan lors de la transition d’octobre 1917 en Russie.

3° Pour qu’il y ait « art social », il faut enfin des actions et des réalisations concrètes. À mon sens, les théories et autres grandes déclarations de principe ont beaucoup moins de sens que l’organisation et le maintien, malgré certaines évolutions, de la fête des Incas de Valenciennes par exemple. L’impact d’une fête populaire annuelle est bien évidemment plus important qu’un ouvrage publié dont les conséquences concrètes restent difficilement mesurables.

Cette ébauche de définition est bien évidemment très incomplète et peu précise mais elle fait me semble-t-il une synthèse des débats de ces deux journées. Il subsiste cependant des absences dans les domaines couverts par ce colloque.

Premier point, en tant qu’historien du mouvement social, j’ai été surpris par la faible présence des travailleurs dans les contributions. À ma charge, il est vrai que j’envisageai le concept « d’art social » de manière restreinte. Néanmoins, il me semble que dans certains cas il aurait été intéressant de s’attarder sur le dépouillement de la presse populaire et politique pour obtenir davantage d’informations sur les échos des différentes initiatives prises au nom de « l’art social » ou de concepts proches, même si les associations, organisations politiques ou syndicales ne reflètent pas, loin de là, l’avis de l’ensemble des masses populaires.

Second point, le choix des bornes chronologiques et le contenu des interventions à conduit à occulter d’une part la Commune de Paris qui n’a été citée qu’à quelques reprises. Il est vrai que l’ouvrage de Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans image ? Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, aborde certains aspects importants de cette question1. De même, la révolution russe de 1917, largement abordée dans la dernière contribution, n’a pas été retenue par les autres contributeurs qui lui ont préféré les débuts de la Première Guerre mondiale en 1914, ce qui ne me semble, là encore, pas particulièrement justifié lorsque l’on évoque « l’art social ».

Quoiqu’il en soit, les réflexions sur « l’art social » sont prometteuses et ce colloque n’est que le début d’une série de travaux sur ce concept encore peu étudié. J’espère que cette (trop) rapide présentation fera naître des vocations pour l’organisation d’un prochain colloque, sur la période suivante (1917-1939) par exemple.

Pour compléter ces lectures

Retrouvez les enregistrements audios des interventions de la première demi-journée sur le site internet de France Culture.

Vous pouvez vous plonger dans les contributions de Catherine Méneux, « Au tournant du siècle » et de Christophe Prochasson, « Ni doctrine, ni école, ni mouvement » dans le numéro 12 spécial « Qu’est-ce que l’art social ? » dans Arts et Sociétés. La Lettre du séminaire du Centre d’Histoire de Science Po.

  1. Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans image ? Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, Paris, Éditions Champ Vallon, 2004, 528 pages. []

Le syndicalisme du 21ème siècle. Journées de débats et d’échanges

Affiche de la journée d'étude "Le syndicalisme du 21ème siècle", ISSTO, 2011
Affiche de la journée d'étude "Le syndicalisme du 21ème siècle", ISSTO, 2011

L’Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest, dépendant de l’université Rennes 2, a pour mission d’assurer la formation continue de militants et responsables syndicaux en économie, droit ou encore en sciences sociales. À l’occasion des trente années d’existence, celui-ci organise une journée et demi de débats et d’échanges les jeudi 23 et vendredi 24 juin prochains intitulée Le syndicalisme du 21ème siècle. Journées de débats et d’échanges. La première journée aborde les thèmes suivants « syndicalisme et diversité des formes d’emploi », « syndicalisme et mondialisation » et « syndicalisme et dialogue social territorial ». Les débats seront suivis en soirée par la projection du film de Ken Loach, Bread and roses. Le lendemain matin est consacrée à une réflexion collective sur les liens entre le monde universitaire et le monde syndical.

Renseignements et inscription.
02 99 14 20 82
gwenola.billon@univ-rennes2.fr

Jeudi 23 juin 2011

8h30 – 9h. Accueil des participants.

9h00 – 9h15. Présentation de la journée. Alexandre Fabre, Directeur ISSTO.

9h15 – 10h. Allocutions d’ouverture.

Danielle Charles-le Bihan, Vice-Présidente l’Université de Rennes 2.
Bernard Eliot, Président du Conseil d’administration de l’ISSTO.
Michel Duthoit, Ancien administrateur de l’ISSTO.

10h – 12h. Le syndicalisme et la diversité des formes d’emplois.

Table ronde présidée par Marion Del Sol, Professeure de droit à l’Université de Brest.
Jean Louis Dayan, Centre d’Analyse Stratégique
Sophie Béroud, Maître de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon 2
Christian Janin, Secrétaire confédéral CFDT
Yann Perotte, Secrétaire général de l’union départementale de la Manche de la CGTFO

14h – 16h. Le syndicalisme et la mondialisation.

Table ronde présidée par Catherine Sauviat, Professeure associée à l’ISSTO.
Muriel le Barbier le Bris, Maitre de conférences en droit public, Université Rennes 1, IODE
Isabelle Daugareilh, Directrice de recherches au CNRS, COMPTRASEC UMR CNRS 5114, Université Bordeaux 4
Jean-Claude Trogrlic, Directeur du bureau de l’OIT à Paris
Daniel Pellet-Robert, Membre du bureau de la fédération métallurgie de la CGT, chargé des questions européennes et coordinateur de plusieurs comités européens

16h – 18h. Le syndicalisme et le dialogue social territorial.

Table ronde présidée par Alain Even, Président du Conseil économique, social et environnemental de Bretagne.
Annette Jobert, Directrice de recherche au CNRS
Gilles Mathel, Directeur de l’Unité territoriale Ille et Vilaine de la Direccte de Bretagne
Louis Baron,
Secrétaire général de la CFDT Bretagne
Christian Peltais, Secrétaire du comité régional de Bretagne de la CGT

20H30. Projection du film Bread and Roses, de Ken Loach, 112min.

Le coeur gros, Maya a laissé sa mère à Cuerna-vaca (Mexique) pour passer aux États-Unis. Après bien des péripéties, elle arrive à Los Angeles où vit depuis longtemps sa soeur aînée Rosa. Énergique et décidée, Maya décroche un premier job de serveuse dans un bar de nuit, puis elle obtient de Rosa, employée dans une usine de nettoyage, qu’elle la présente à son directeur, Perez. Devenue femme de ménage, Maya se retrouve au milieu d’une armée d’employés de toutes les nationalités, opérant la nuit dans des buildings. Elle découvre les conditions dans lesquelles travaillent les immigrés dont les papiers ne sont pas en règle. Contrairement à sa soeur, Maya ne peut accepter de se soumettre et, après sa rencontre avec Sam, un représentant syndicaliste, elle se jette à corps perdu dans le mouvement « Justice pour les employés de ménage » …

Vendredi 24 juin 2011

9h30 – 12h30. Universités et syndicalisme. Bilans et perspectives des Instituts.

Demi-journée ouverte par Jean-Émile Gombert, Président de l’Université Rennes 2.
Table ronde présidée par Alexandre Fabre, Directeur de l’ISSTO.
Jacques Freyssinet, Professeur émérite à l’Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’IRES et de l’Institut de Bourg la Reine
René Valladon, Secrétaire confédéral de la CGTFO
Jean Paul Quinqueneau, Responsable du pôle confédéral de la formation syndicale de la CGT
Véronique Jazat, Secrétaire confédérale de la CFDT
Fabienne Muller, Directrice de l’institut du travail de Strasbourg
Annelore Coury, Sous-directrice des relations individuelles et collectives du travail à la direction générale du travail

L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre

Les 16 et 17 juin prochains est organisé à l’Institut National d’Histoire de l’Art un colloque sur « L’art social en France. De la Révolution à la Grande Guerre« . Vous pouvez lire le compte-rendu ainsi que cinq contributions sur ce carnet de recherche (par ici).

Retrouvez l’annonce ainsi que le programme ci-dessous.

À l’heure des débats opposant les tenants d’une vision de la culture comme « distraction » à ceux prônant une transformation socio-politique par l’impulsion de l’art, l’histoire est-elle à même d’ouvrir de nouvelles perspectives de réflexion ? Telle est l’interrogation à l’origine du colloque « L’art social, de la Révolution à la Grande Guerre », organisé les 16 et 17 juin 2011 à l’INHA.

Rassemblant une vingtaine de chercheurs constitués depuis deux ans en groupe de réflexion, il entend non seulement examiner les discours sur « l’art social », mais aussi ses origines idéologiques, ses tensions, ainsi que son histoire et son devenir dans les pratiques artistiques. L’idée d’art social pose la question de la fonction de l’art dans une société post-révolutionnaire, industrielle et marchande, alors que les artistes se sont efforcés de gagner leur autonomie en affirmant leur originalité et la force expressive de leur individualité. Des saint-simoniens à Georges Sorel, la pensée politique s’en est emparée. Elle a pesé d’un poids déterminant dans l’abolition des hiérarchies, l’extension du concept d’art et le développement des arts du spectacle, du décor (privés ou publics) et du rationalisme industriels, dont le rôle parfois attribué aujourd’hui au designer porte l’héritage. Sans prétendre épuiser la question, les communications permettront de replacer l’idée d’art social dans la longue durée et d’en découvrir les acteurs.

Programme.

Jeudi 16 juin. Salle Vasari

10 h 00 : Introduction : Neil McWilliam, Catherine Méneux, Julie Ramos

De l’utilité sociale de l’art

Modérateur : Rémi Labrusse Professeur, Université Paris X Nanterre

  • 10h30 : Jean-François Luneau (Maître de conférences, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC, EA 1001) : Art utile, art social, art pour l’art dans la première moitié du XIXe siècle
  • 11h : Laurent Baridon (Professeur, Université Pierre Mendès-France, Grenoble, LARHRA –UMR 5190) : L’enfance de l’art social : la crèche comme « moule social »

11h30 : Pause

  • 11h50 : Anne-Marie Bouchard (Chercheuse post-doctorale, Université Laval) : L’art social de Pierre-Joseph Proudhon et le régime médiatique

12h15 : Table ronde

12h45 : Pause déjeuner

L’apport des artistes et des expériences européennes

Modérateur : Pierre WAT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 14h30 : Neil McWilliam (Professeur, Duke University) : David d’Angers : la socialisation de l’exemplarité
  • 15h : Julie Ramos (Conseillère scientifique, Inha) : Une société en marche : fêtes des Incas de Valenciennes (1826-1866)
  • 15h30 : Philippe Saunier (Conservateur, musée d’Orsay) : L’exemple anglais (Ruskin, Morris) : extension du domaine de l’art

16h : Pause

  • 16h15 : Paul Aron (Professeur, Université Libre de Bruxelles, directeur de recherche au FNRS) : L’expérience belge de l’art social, 1880-1914
  • 16h45 : Elitza Dulguerova (Maître de conférences, Université Paris 1, LETA, EA 2478) : En quête d’un art (russe) « véritable » : débats et pratiques

17h15 : Table ronde

Vendredi 17 juin. Salle Walter Benjamin

Du rôle de l’art au temps de la solidarité sociale et de la question démocratique

Modérateur : Emmanuel Pernoud, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 9h00 : Florent Perrier (Docteur en Esthétique de l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), chercheur associé à l’IMEC et aux archives W. Benjamin) : La place de l’art et des artistes dans les rues-galeries : de Charles Fourier aux fouriéristes, un passage vers quelle société ?
  • 9h30 : Jean Colrat (docteur, professeur agrégé de philosophie, Lycée-en-Forêt, Montargis) : Un tournant sociologique dans la pensée esthétique française (1870-1890) (Jean-Marie Guyau, Gabriel Tarde, Spencer, Taine)
  • 10h : Willy Gianinazzi (Ecole des hautes études en sciences sociales) : Georges Sorel ou l’art comme préfiguration du « travail de l’avenir »

10h30 : Pause

  • 11h : Bertrand Tillier (Professeur, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier – UMR 5605) : Le Musée du soir de Gustave Geffroy, entre éducation artistique et émancipation sociale
  • 11h30 : Thierry Paquot (Professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris XII-Val-de-Marne, Lab’Urba-IFU) : L’art dans la rue
  • 12h00 : Stéphanie Pallini (Historienne de l’art indépendante) : Jean Lahor : de l’art pour le peuple à l’art populaire

12h30 : Table ronde

13h00 : Pause déjeuner

Débats sur l’art social à la veille de la Grande Guerre

Modérateur : Pascal ORY, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • 14h30 : Pierre Vaisse (Professeur honoraire, Faculté des Lettres de Genève) : Camille Mauclair ou les apories de l’art social
  • 15h : Catherine Meneux (Maître de conférences, Université Paris 1, HiCSA, EA 4100) : Roger Marx et l’institutionnalisation de l’art « social »
  • 15h30 : Pascale Cugy (doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et chargée de mission à l’ENSBA) et François-René Martin (Professeur, École nationale supérieure des beaux-arts) : Henri Focillon, le vaudeville, les prolétaires et l’art social

16h00 : Pause

  • 16h15 : Michela Passini (Pensionnaire, Inha) : Art et société : enjeu politique et démarche historienne chez Léon Rosenthal
  • 16h45 : Catherine Fraixe (Professeur, ENSA Bourges) : Du solidarisme au retour à l’ordre : ou les métamorphoses de l’art social

17h15 : Table ronde

C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985

Couverture du catalogue Manufrance 1976
Couverture du catalogue Manufrance 1976. DR.

Qui ne se souvient pas de Manufrance ? Fondée durant la seconde moitié du 19e siècle, cette entreprise appartient à notre patrimoine industriel au même titre que Michelin, Saint-Gobain, Le Creusot ou encore Schneider. Armes, cycles, articles de pêche, radios, aspirateurs, meubles, mobilier pliant de camping ou encore machines à coudre y étaient produits, sans oublier la publication du célèbre magazine mensuel Le Chasseur français1.

De nombreuses manifestations culturelles et scientifiques sont organisées cette année autour de l’histoire et de l’originalité de cette entreprise dont l’image est profondément associée à celle de Saint-Étienne.

Affiche de l'exposition organisée par le Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne "C'était Manufrance, un siècle d'innovation : 1885-1985"
Affiche de l'exposition "C'était Manufrance, un siècle d'innovation : 1885-1985"

Tout d’abord, le Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne accueille du 14 mai 2011 au 27 février 2012 une exposition intitulée C’était Manufrance, un siècle d’innovation : 1885-1985. Celle-ci présente selon un plan chronologique, près de 450 objets et accessoires issus de la production ou de la vie de la Manufacture. Un travail d’entretiens oraux, réalisé pour la période suivant la Seconde Guerre mondiale, complète les photographies et autres films d’époque. L’accent est mis sur le caractère précurseur de cette entreprise dans la mise en application des principes du taylorisme, de la vente par correspondance, de la publicité ainsi que sur le développement et la commercialisation constante des innovations techniques. Il faut également relever l’effort pédagogique fait en direction des publics scolaires, avec la mise en place d’ateliers thématiques et de visites guidées.

Couverture de l'ouvrage "Manufrance, l'album d'un siècle 1885-1985", 2011
Couverture de l'ouvrage "Manufrance, l'album d'un siècle 1885-1985", 2011

Ensuite, deux supports doivent permettre de laisser une trace de ce travail de recherches et de préservation mené par le Musée d’Art et d’Industrie. Un catalogue richement illustré a été publié et reprend ainsi sur plus de 330 pages le contenu de l’exposition avec pour titre Manufrance, l’album d’un siècle 1885-1985. Il est complété par un film documentaire d’une heure vingt réalisé par  Marie-Ange Poyet qui reprend les témoignages d’anciens acteurs ouvriers, cadres, responsables syndicaux, élus, hauts fonctionnaires de l’État et ministres. Plus de 120 heures d’entretiens ont ainsi servi de matière première à ce documentaire intitulé On les appelait les Manufrance, dont il est possible de voir ci-dessous un court extrait, tiré du site personnel de la réalisatrice.

Enfin, l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organise les 30 novembre, 1er et 2 décembre 2011 un colloque international et interdisciplinaire intitulé Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs… L’appel à contribution est lancé jusqu’au 1er juin et le programme définitif sera connu au courant de l’été.

Manufrance. Quelques éléments d’une histoire mouvementée

La société Manufrance2, fondée à partir d’un simple atelier de fabrication d’armes de Saint-Étienne en 1885 par Étienne Mimard et Pierre Blachon, a connu un rapide développement industriel et commercial, grâce à une diversification de sa production et à la mise en place d’un réseau commercial étendu  de magasins et de vente par correspondance. En 1944, Étienne Mimard, alors sans héritier et principal actionnaire, décide de léguer 50% des actions à la municipalité de Saint-Étienne et aux Hospices Civils de cette même ville3. Malgré la diminution progressive de sa place d’actionnaire, suite aux augmentations successives de capital, la municipalité a conservé une place suffisamment importante pour influer sur les décisions prises par la direction de l’entreprise. Au début des années 1960, le catalogue était tiré à 720.000 exemplaires, le fichier clients alignait plus d’un million de noms et adresses, cent magasins affichaient la marque aux quatre coins du pays, la revue Le Chasseur français tirait à plus de 600.000 exemplaires4.

En 1968 et 1969, l’entreprise connaît deux importants conflits qui ont notamment pour exigence la modernisation de l’appareil productif. Les années 1970 sont marquées par des erreurs de gestion avec, par exemple, la construction d’un entrepôt commercial qui se révèle peu fonctionnel à l’utilisation, la mise en place manquée de l’informatisation de la gestion commerciale ou l’absence d’investissement de renouvellement des machines-outils. À partir de 1974, la crise économique entraîne une aggravation des déficits de l’entreprise, les premières mesures de restructuration et de suppressions d’emplois n’améliorant pas la situation financière. En 1977, Auguste Blanc, désigné Président Directeur Général par le maire de Saint-Étienne Michel Durafour5, présente un plan de suppression d’un millier d’emplois concernant principalement le secteur productif. L’élection de Joseph Sanguedolce6 comme maire de Saint-Étienne à la tête d’une coalition d’Union de la Gauche en mars 1977 assure aux salariés le soutien de la municipalité. Manufrance connaît, à partir de mai 1977, de nombreuses mobilisations pour dénoncer les suppressions d’emplois et le dépeçage de l’entreprise.

La situation de l’entreprise n’évoluant pas, elle fait l’objet d’un règlement judiciaire et d’une mise sous tutelle en février 1979. Une importante manifestation se déroule alors à Saint-Étienne le 20 février 1979 à laquelle Raymond Barre répond par une phrase restée célèbre : « Manufrance, c’est fini ». La Société Nouvelle Manufrance est alors créée, prenant en location-gérance l’ensemble des biens et activités de la Société Anonyme Manufrance. Malgré la mobilisation du 18 octobre 1980 qui regroupe jusqu’à cent mille manifestants selon la CGT, la Société Nouvelle est mise en liquidation judiciaire le mois suivant. De quatre mille salariés en 1974, la société n’en comprend alors plus que deux mille en 1980. Une longue occupation de l’entreprise de deux cent vingt-cinq jours débute en décembre 1980 pour ne s’achever qu’en juin 1981.

Le 24 décembre 1980, la création d’une Coopérative Ouvrière7 est annoncée par une vingtaine de cadres et de techniciens avec le soutien de six cent salariés. La Société de Coopérative Ouvrière de Production et Distribution (SCOPD) doit alors négocier la reprise du contrat de location-gérance avec la Société Anonyme Manufrance, représentée par Bernard Tapie. Ces négociations n’aboutissent qu’en septembre 1981. A sa constitution, la Coopérative comptait 515 membres. Ils apportaient dans la corbeille leurs indemnités de licenciement, plus la prime que leur devait l’ASSEDIC en tant que chômeurs créant leur entreprise. Par une souscription populaire lancée à travers toute la France, 4.000 actionnaires supplémentaires souscrivent au capital. Au total, 20 millions de francs sont réunis. A cela, devaient s’ajouter des aides publiques sous forme de prêts bonifiés8. Les premières difficultés, notamment de trésorerie, apparaissent rapidement, d’autant plus que le contrat de location-gérance conclu par la SCOP ne comprend ni le réseau commercial, ni Le Chasseur français, tous deux vendus séparément. Après quatre années de luttes syndicales et de difficultés sur le plan financier9, une nouvelle usine dotée d’un équipement productif moderne sur le site de Duché est achevée. Mais la situation ne s’améliore pas et la SCOP dépose finalement bilan le 4 avril 1985. Deux semaines plus tard, le juge prononce la liquidation des biens ainsi que le licenciement des quatre cent salariés restants.

Débute alors une nouvelle occupation de l’entreprise qui dure vingt mois jusqu’en décembre 1986. Une action en justice est lancée contre les dirigeants de la Coopérative. Le 9 juillet 1992, le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne rend son jugement. Bilan : 36 ans et deux mois d’emprisonnement – dont 22 ans et un mois avec sursis – sont distribués à 15 syndicalistes et deux experts comptables. 100.000 francs d’amendes pour ces derniers et, pour les syndicalistes, 36.406.000 francs à payer à un syndic de liquidation pour préjudice matériel et moral. […] Sur les 17 condamnés, les uns le sont pour abus de biens sociaux et recel, d’autres, les dirigeants syndicaux les plus responsables, pour complicité de vol et recel, d’autres enfin, les deux experts comptables, pour n’avoir pas dénoncé les faits que le Tribunal a jugés délictueux10. Les dix-sept condamnés font appel. Le 31 mars 1993, date d’ouverture du procès en appel, la CGT appelle à une manifestation nationale à Lyon, regroupant au total plus de soixante mille manifestants, en soutien aux militants condamnés. L’arrêt rendu le 2 juin de cette même année par la Cour d’appel de Lyon opte pour la relaxe de l’ensemble des dirigeants et syndicalistes de la SCOPD Manufrance, marquant ainsi la fin de l’affaire Manufrance.

Une page d’histoire se tourne, même si la marque ne disparait pas. La société Manufrance existe toujours, après avoir été reprise par un industriel de la Loire. Le Chasseur français pour sa part est désormais propriété d’une holding italienne.

Repères bibliographiques

Benzakin Joël, L’inventaire. Exposition sur l’entreprise Manufrance, Saint-Étienne, 3 juin – 31 juillet 1988, Lyon, FRAC Rhône-Alpes, 1988, 77 pages.

Besse Nadine, Poyet Marie-Ange, Manufrance. L’album d’un siècle 1885-1985, Lyon, FAGE, 2010, 335 pages.

Bouchut François, Finel Gérard, Manufrance, les regards de la mémoire, Paris, Éditions de l’Épargne, 1992, 127 pages.

Gadot-Clet François, Une certaine idée de Manufrance, Paris, Denoël-Filipacchi, 1979, 168 pages.

Kukawka Pierre, Manufrance. Radiographie d’une lutte, Paris, Les éditions sociales, 1980, 302 pages.

Marin Anne-Catherine, De Manufrance à Sup de Co Saint-Étienne : 100 ans de photographies, Lyon, Éditions lyonnaise d’Art et d’Histoire, 1997, 64 pages.

Munck Philippe, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, février 1993, 47 pages.

Munck Philippe, Manufrance. Que justice leur soit rendue, Montreuil, VO éditions, mai 1993, 48 pages.

Perreton Joseph, De la « Grande Dame » à « l’espace Fauriel » : la reconversion du site Manufrance à Saint-Étienne, Saint-Martin d’Hères, Institut d’Études Politiques de Grenoble, Mémoire en sciences politiques, 2000, deux volumes, 135 et 81 pages.

  1. À noter l’excellent travail de préservation documentaire actuellement réalisé pour sauvegarder la publication. Les années 1940 et les années 1950 sont accessibles dans leur intégralité en ligne. []
  2. Originellement désignée sous le nom de Manufacture Française d’Armes et de Tir, la société devient après son achat en 1885, la Manufacture Française d’Armes de Saint-Étienne. En 1892, une nouvelle appellation est retenue : Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne. Elle adopte finalement le statut juridique de société anonyme sous le nom Manufrance. []
  3. A l’origine, le personnel de l’entreprise devait bénéficier de ce legs. Cependant, il a été solennellement déshérité après la grève de cent jours qu’a connu l’entreprise en 1937. La municipalité n’avait toutefois pas été neutre lors de cet important conflit, puisqu’une subvention d’un million de francs en soutien des grévistes avait été adoptée par le conseil municipal. []
  4. Philippe Munck, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, Hors-série numéro 2, février 1993, 47p., p. 16. []
  5. Maire de Saint-Étienne de décembre 1964 à mars 1977, Député de la Loire de 1967 à 1981, Sénateur de la Loire de 1965 à 1967, puis de 1983 à 1988, Michel Durafour a été Ministre du Travail de 1974 à 1976 puis ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Économie, des Finances et du Budget de 1976 à 1977. []
  6. Ancien mineur, ancien secrétaire général de l’Union Départementale CGT et militant du PCF. []
  7. Pour un rappel historique sur les associations ouvrières de production, voir Jacques Le Goff, Du silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours, Rennes, PUR, coll. « L’univers des formes », 2006, pp. 131-133. []
  8. Philippe Munck, Manufrance, nous accusons, Montreuil, VO éditions, Hors-série numéro 2, février 1993, 47p., p. 21. []
  9. Dûs en partie à l’accumulation des retards dans le versement des sommes dues par les ASSEDIC, du délai de conclusion du premier protocole financier avec l’État (19 mars 1982), puis du second (4 août 1983) et des délais administratifs de versement des aides. []
  10. Extraits du projet de texte concernant l’affaire « Manufrance », suite au jugement prononcé par le TGI de Saint-Étienne le 9 juillet 1992. Disponible dans la Pochette rose, Boîte d’archivage numéro 1, Affaire « Manufrance », Fonds « Philippe Munck », IHS-CGT, Montreuil. []