Pratiques syndicales du Droit. France. XXe-XXIe siècles

Affiche du Colloque "Pratiques syndicales du droit. France. 20e-21e siècles", Montreuil, 11-12 mai 2011
Colloque "Pratiques syndicales du droit. France. 20e-21e siècles", Montreuil, 11-12 mai 2011

L’Institut CGT d’Histoire Sociale et le Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle (UMR 8058, CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) organisent un colloque les 11 et 12 mai prochains sur le thème « Les Pratiques syndicales du Droit. France. 20e-21e siècles » à Montreuil, au siège de la Confédération générale du Travail.

Contact et inscription : ihs@cgt.fr

Exposé de la thématique

Au carrefour des histoires désormais bien balisées du syndicalisme et du droit du travail, celle des pratiques syndicales du droit demeure un champ largement ouvert aux investigations complémentaires des historiens, juristes, sociologues et politologues. Les approches classiques ont considéré les syndicats comme les acteurs d’un droit marqué par les dynamiques complexes et transformatrices à l’œuvre dans son élaboration. En aval, des travaux se sont efforcés d’évaluer les conditions d’application des lois et des règlements, le fonctionnement et l’articulation des normes mobilisées par la justice du travail, tandis que d’autres s’intéressaient plutôt aux discours et aux représentations syndicales du droit et de ses institutions. Forts de ces jalons et acquis, le colloque se propose de privilégier l’étude des pratiques, soit les modalités par lesquelles, en différents lieux, branches, entreprises, circonstances et époques, les organisations syndicales, leurs structures, instances et responsables ont appréhendé le droit du travail pour le modifier, user de ses institutions juridiques ou judiciaires, établir des relations avec ses agents et experts, intégrer ses ressources et contraintes, voire contradictions, dans leurs tactiques et stratégies. Par droit du travail, nous entendons ici :

• les dispositions du code du travail (relations individuelles et collectives de travail, intéressement et participation, durée du travail, sécurité et santé, emploi, formation, contrôle et contentieux) ;

• les normes de l’action collective des salariés (droit économiques et sociaux inscrits dans le préambule de la constitution).

Ces contours excluent tout ce qui relève de politiques sociales plus générales (protection sociale, santé publique, logement, etc.), mais nous souhaitons que le colloque permette d’étudier la manière dont les syndicats ont considéré l’articulation du droit du travail et des politiques sociales (à l’exemple des relations entretenues entre droit du travail et protection sociale). Il devrait être l’occasion, encore, d’explorer sous un nouvel angle des thèmes aussi importants que la durée du travail, le travail précaire, les discriminations, les licenciements économiques, la sous-traitance, le périmètre du salariat. Si le cadre hexagonal semble le plus approprié, l’option n’exclut pas plus les monographies locales que l’analyse des pratiques en vigueur dans les territoires coloniaux, l’évaluation d’influences étrangères, des normes internationales (BIT, Directives de la Commission européenne, etc.). L’approche implique aussi que soient prises en compte les coopérations et coordinations développées aux échelons européen et international. Cette dernière dimension est confortée par la participation retenue de trois collègues travaillant à l’étranger ou d’origine étrangère.

Le choix d’une période assez longue – XXe et XXIe siècles –, découle du souci d’accorder la problématique du colloque aux temporalités de l’Etat social et de la société salariale, largement confondues avec celle du syndicalisme confédéré qui, non limité à la seule CGT, inclut la totalité des centrales. Sur ces bases, trois axes thématiques se dégagent :

• le syndicalisme producteur de normes, sa capacité d’initiative et ses contributions à leur élaboration en fonction de ses ressources et choix tactiques ou stratégiques (thèmes de négociation, types de contentieux initiés ou soutenus, saisine d’institutions internationales, etc.) ;

• le syndicalisme diffuseur de normes par la formation et l’information et les services, juridiques ou judiciaires, proposés aux adhérents et aux salariés (presse générale et spécialisées, brochures, tracts, stages des militants, mobilisations spécifiques, conseils juridiques, structures spécifiques et spécialisations militantes, etc.) ;

• le syndicalisme contrôleur du droit à travers ses interventions pour l’effectivité du droit : intervention des structures syndicales et des institutions d’entreprises (CE et autres), rapports avec l’inspection du travail, usages de la jurisprudence, des recommandations ou conventions internationales, contacts noués, nature et portée des échanges avec les experts et professionnels du droit – avocats, magistrats, inspecteurs du travail, universitaires… – qu’il conviendra de mieux identifier.

On veillera à inscrire le découpage ainsi proposé dans les situations et les contextes de nature à éclairer la cohésion, la dynamique et, au total, la signification des pratiques mises à jour. De fait, au gré des moments et des configurations historiques, le droit a pu apparaître :

• comme une source de contraintes ;

• un recours ;

• voire un substitut à l’action revendicative.

Sans rien céder des exigences scientifiques et de l’approche transdisciplinaire qui en garantiront l’intérêt, l’initiative participe, dans la continuité de coopérations menées à bien par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle et l’Institut CGT d’histoire sociale, des échanges fructueux développés entre chercheurs et acteurs syndicaux invités à confronter les résultats de leurs réflexions et expériences dans le respect des caractéristiques de chacun. Le colloque, auquel participeront huit doctorants et post-doctorants, est également l’occasion d’associer à sa préparation un jeune doctorant du CHS.

Comité scientifique du projet

Elyane Bressol (présidente de l’IHS-CGT), Alain Cottereau (sociologue, directeur d’études à l’EHESS), Michel Dreyfus (historien, directeur de recherche, CNRS, CHS du XXe siècle), Marianne Keller (juriste, maître de conférences honoraire, Paris 1), Francis Kessler (juriste, maître de conférences, Paris 1), Jean-Pierre Le Crom (juriste, directeur de recherche, CNRS, Droit et changement social), Hélène Michel (professeur de science politique, Strasbourg),René Mouriaux (politologue), André Narritsens (IHS-CGT), Norbert Olszak (professeur de droit, Paris1), Michel Pigenet (professeur d’histoire contemporaine, Paris 1, CHS du XXe siècle), Pascal Rennes (juriste syndical, IHS-CGT), Francine Soubiran-Paillet (sociologue, chercheur, CNRS, CHS du XXe siècle) , Marie-Armelle Souriac (juriste, professeur de droit, Paris 10), Emeric Tellier (doctorant en histoire, CHS du XXe siècle)

Programme

mercredi 11 mai 2011

8h30 Accueil

9 heures Ouverture par Michel Pigenet

9h15-13 heures

session 1 – Penser et organiser l’intervention syndicale

Présidence : Marcel David – Grand témoin : Pascal Rennes

1 Michel Dreyfus, historien, Directeur de recherche au CNRS

L’activité du Comité juridique de la CGT (1920-1939)

2 Morgan Poggioli, historien, Chercheur associé au Centre Georges Chevrier (umr 5605)

La juridicisation de l’activité syndicale durant le Front populaire

3 Frédérick Genevée, historien, chargé de cours à l’université Paris 7

Les revues Droit ouvrier dans les années 1920

4 Laurent Willemez, sociologue, Maître de conférences à l’université de Poitiers

Universitaires et syndicalistes en collaboration : l’exemple des revues juridico-syndicales dans les années 1970

5 Emeric Tellier, historien, allocataire moniteur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Effectifs, moyens et champs d’action des services juridiques des Confédérations syndicales au tournant des années 1968

6 Gwendoline Colas, juriste, étudiante en M2 Droit social, Université de Nantes

La stratégie judiciaire de la CFDT, 1960-1980

7 Marcel Caille, syndicaliste, CGT

Raisons et conséquences de la mise en place du secteur « droits et libertés » de la CGT à la charnière des années 1970

séquence filmée-interview de Francis Sarramito (syndicaliste) et Maurice Cohen (juriste)

14h30-17h30

session 2 – Produire des normes

Présidence : Norbert Olszak, juriste, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Grand témoin : Marie Jacek, à compléter

1 Sabine Rudischhauser, historienne, chercheur à l’université libre de Bruxelles

L’autonomie sociale ou le syndicalisme producteur de norme. Les conventions collectives du travail avant la lettre, 1900-1919

2 Mathieu Grégoire, sociologue, post-doc au Centre d’études de l’Emploi

La « souveraineté syndicale ». Théorie et pratique d’un syndicalisme producteur et contrôleur de normes : les syndicats de musiciens (1919-1937)

3 Patrick Barrau, historien du droit, maître de conférences

Le rôle de l’accord CGT-Manpower dans la réglementation du travail temporaire 4 Gilbert Stoquert, syndicaliste, CGT

La Fédération des transports et la réglementation du travail

5 Anne-Sophie Bruno, historienne, maître de conférences à l’université Paris 13

Les syndicats et la précarité du contrat de travail (fin des années 1960-début des années 1980

6 ASPLAN, collectif de recherche représenté par Sébastien Chauvin, sociologue, maître de conférences à l’université d’Amsterdam et Anne Bory, sociologue, maître de conférences à l’université Lille 1

La pratique syndicale du droit dans le cadre du mouvement de régularisation des sans-papiers

jeudi 12 mai 2011

9h-12h30

La matinée est divisée en deux « ateliers » session 3 – La Justice comme recours

• 1 Présidence : Elyane Bressol, directrice de l’IHS-CGT Grand témoin : [à déterminer]

1 Manuela Grévy, juriste, maître de conférences en droit privé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’action en justice du syndicat

2 Jean-Gabriel Contamin, politologue, professeur à l’université Lille 2, et Alexis Spire, chercheur au CNRS-CERAPS

Usages et non usages du droit dans la défense syndicale des salariés du public. Les stratégies de la CHT et de la CFDT au tribunal administratif

3 Ismail Ferhat, doctorant, IEP Paris

Le syndicat national des instituteurs (SNI) face aux recours légaux des instituteurs et PEGC. De « la défense du corps » au « consumérisme » (années 1960-fin des années 1980)

4 Sophie Béroud, politologue, maître de conférences en science politique à l’université Lyon 2-TRIANGLE et Karel Yon, politologue, post-doc, université Lille 2 La reconnaissance de la représentativité comme objet de luttes syndicales

5 Pierre-Jean Rozet, syndicaliste, membre du Conseil économique, social et environnemental

Représentativité des syndicats : Les évolutions des positionnements des acteurs jusqu’à la loi du 20 août 2008

session 3 – La Justice comme recours

• 2 Présidence : Francine Blanche, syndicaliste, secrétaire de la CGT Grand témoin : François Clerc, syndicaliste

1 Jérôme Pélisse, sociologue, maître de conférences à l’université Versailles-Saint-Quentin

Plus de juges ou plus de droit ? Usages et appropriations du droit dans les conflits du travail contemporains

2 Franck Petit, juriste, professeur de droit à l’université d’Avignon

Les sanctions des prérogatives économiques du comité d’entreprise

3. Philippe Masson, syndicaliste, responsable du collectif Droits, libertés, actions juridiques

La CGT, les juges et les chômeurs recalculés

4 Nicolas Hatzfeld, historien, maître de conférences à l’université d’Evry La lutte contre la discrimination syndicale à Peugeot-Sochaux : combats judiciaires et mutations syndicales (1994-2000)

14h-17 h

session 4 – L’arme du droit, usages et contournements

Présidence : Jean-Pierre Le Crom, juriste, professeur à l’université de Nantes

Grand témoin : Gérard Gaumé, syndicaliste

1 Laure Machu, historienne, doctorante à l’université Paris Ouest La Défense Les syndicats et le droit de la négociation collective (1919-1940)

2 Michel Pigenet, historien, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les usages syndicaux d’un principe constitutionnel ou les réquisitions en question. L’exemple des grèves de l’été 1953

3 Christian Chevandier, historien, professeur à l’université du Havre

Usages et pratiques des textes ministériels : le salaire des travailleurs hospitaliers grévistes au début des années 1980

4 Jean-Philippe Tonneau, sociologue, ATER à l’université de Nantes

Le Syndicat des avocats de France, le droit social et les syndicats de salariés : relations, stratégies de défense et problèmes de frontières

5 Lydia Brovelli, syndicaliste

Le droit d’expression dans et hors l’entreprise à l’épreuve de l’affaire Clavaud

6 Hélène Michel, politologue professeur à l’IEP de Strasbourg

Le Comité européen des droits sociaux et les organisations syndicales françaises. Usages d’un recours européen

7 Dongkyu Shin, historien, membre associé au CHS, chercheur invité à l’université libre de Bruxelles

Quand les ouvriers se déplacent contre l’entreprise multinationale : stratégie syndicale et conventions internationales dans le cadre d’une solidarité entre syndicats français et coréens

17 heures

Conclusion par René Mouriaux, politologue

Colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours », IHS-CGT, 19 novembre 2009

Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication"
Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication", 2009

Le colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours » organisé par l’Institut CGT d’Histoire Sociale et avec la participation du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle, s’est tenu dans la salle du CCN au siège de la CGT à Montreuil les 18 et 19 novembre 2009. Les actes de ce colloque sont à paraître  prochainement mais les communications de chacun des participants sont accessibles directement en ligne sur le site internet de l’IHS-CGT. Le texte ci-dessous ne constitue pas un véritable compte-rendu mais la retranscription de prises de notes effectuées lors du colloque.

Notes prises lors de la deuxième journée du colloque.

Présentation de la vidéo.

Film en léger décalage avec le thème de matinée. Grandin, les raisons d’une victoire de Nat Lilenstein en 1975. Lutte mise en valeur par Antoinette et La Vie ouvrière. Ce film fait partie des films non montés mais non diffusés par la CGT. Effort médiatique de propagande sur les luttes et les mises en scène des reprises victorieuses.

Rush de la manifestation du 23 mars 1979 avec départs de la banlieue vers Paris. RCA créé pour soutenir cette marche. Une radio dans la ville (Poirier, Serre).

Intervention d’Elyane Bressol.

La presse écrite et non l’ensemble de la production écrite. Présentation des contributions. 1945 -1968 : évolution lente mais qui se concrétise par une diversification de la presse de la CGT. Antoinette, Options. Volonté de regagner du terrain après la scission. Couple au manette : Frachon et Monmousseau. Discours et actes pour dire et faire partager l’importance de la propagande de la CGT. La bataille des idées est un des aspects décisifs de l’action. Pas une conception totalement technique de la bataille des idées. Symbiose avec les objectifs revendicatifs de la CGT. Mise en place de délégués de la VO : seule mission est d’organiser la diffusion de la VO. Rencontres nationales et conférences des délégués. 650 délégués en 1976 sur la VO.

Presse étagée : La CGT avance et construit une presse diversifiée. Pas l’idée d’avoir un journal « tocade ». Pas un désordre. Pas une conception centralisée et verticale de l’expression. Création de journaux à différents niveaux au fur et à mesure. Centenaire cette année du journal des communaux de Lyon.

Objectifs :

  • Répondre aux besoins d’un courant (exemple de la Vie ouvrière).

  • Avoir des outils qui mettent en adéquation l’évolution du salariat et la stratégie de la CGT. (Antoinette en 1955, Options, Vie nouvelle…). Outils dans le cadre de l’évolution de la bataille des idées (Le droit ouvrier, Analyses et documents économiques). Certaine cohérence donne un emboîtement à différents niveaux.

Premier étage : presse de courant et presse officielle. En 1952, la VO (journal des SR et communistes) devient l’organe officiel de la CGT.

Deuxième étage : Les supports (différentes formes et périodicités) : Revues, magazines et journaux, périodicité variée. Incidence sur le contenu bien évidemment. Le Peuple est quotidien jusqu’en 1939. En 1944, il est hebdomadaire et donc le contenu évolue. Trois cibles : les militants, les syndiqués (Force militant nait en 1963), les salariés.

Intervention de la Fédération Postale (FAPT).

22 journaux de catégories.

La fédération est née des grèves de 1909 et voit le jour en avril 1910 et disparaît en 1916. La dédération a eu peu de pouvoir, son journal éphémère a eu peu d’impact. Publie surtout les communiqués des syndicats nationaux de catégories. Journal mobilise peu pour l’action, contenu très réformiste.

1919 : Nouvelle fédération avec tendance SR à l’intérieur prônant la souveraineté fédérale sans succès.

Fédération unitaire par la suite. Tentative de journal unique et joue un rôle important dans la réunification en 1935. Après 1935, les journaux de catégories conservent leur importance.

Lors de la dissolution, René Belin (agent PTT) devient ministre sous Pétain. Rôle certain des PTT sous Vichy.

1945 : Troisième fédération des PTT. Les unitaires prennent la direction de la fédération. Pour la première fois, la fédération est souveraine sur les catégories. L’effort de reconstruction est soutenu par la fédération qui met au second plan les questions catégorielles. Plus de journaux catégoriels. Question du manque de papier et volonté politique de ne plus les publier. Unique journal fédéral. Les confédérés accusent les unitaires de soutenir la politique du PCF plutôt que les intérêts des catégories.

Décembre 1946 : congrès extraordinaire, les unitaires tentent d’assouplir les structures et création de journaux de catégories après 1947. Journaux de catégories sont vendus par diffuseurs et par abonnements. Contenu informateur et revendicatif. 1950-1990 : permet le rassemblement et l’union sur les revendications. Écrit en autonomie par les militants de catégorie sans contrôle de la fédération. Très enrichissant. 23 journaux de catégories dans une même boite.

Intervention de François Dutheil (Mines-Énergie).

Force informations (création en 1954). Place du journal fédéral et de son évolution. Deux remarques :

  • Chute du mur de Berlin. Le Figaro du 17 avril 2007. Combat de Sarkozy pour contrôler le débat des idées.

  • Il faut bien s’entendre sur le sens des mots (Larousse).

Nous sommes dans une ère des technologies d’influences. Journal fédéral : contenu « rassembleur ». Tournant en 1945 avec les nationalisations et la mise en place du statut pour le personnel.

Le journal des travailleurs du gaz permet de fédérer les électriciens et les gaziers. Idée autour d’un « statut commun, puis unique et enfin national ».

A partir du début des années 1920. Publication Éclairage et force motrice jusqu’en 1938. Journal Force de 1938 à 1940 et de 1945 jusqu’en 1954. Il devient Force Informations à partir de 1954

Avant 1939 : Idée de fédérer les syndicats naissants et de fédérer l’action pour un statut.

Après 1944 : Volonté ensuite de réussir la nationalisation et appliquer le statut.

Le journal devient un magazine syndical. Peu ou pas de débats dans les congrès confédéraux avant les années 1980 sur la conception globale de l’information et de la propagande.

Intervention d’Yveline Jacquet (IHS FAPT, CA IHS-CGT).

Intervention autour du journal créé dans son entreprise en 1966 (services financiers du Rhône) et du journal d’entreprise de Lyon Inter.

Dès le congrès constitutif du syndicat la propagande est mise en avant. Le responsable propa propose un journal L’écho des services financiers : parution bimensuelle ou trimestrielle. Ce journal fait partie intégrante des moyens de communications.

Tract hebdomadaire (Sept jours en France). Parution le vendredi. Travail particulièrement lourd. Évolution dans sa présentation pour devenir par la suite un véritable journal.

Intervention de Stéphane Paquelin.

Autour du journal Le travailleur de la Saône et Loire. La Confédération a toujours mobilisé une gamme très variée de moyens. Se penche plus particulièrement sur l’Union départementale de Saône et Loire entre 1945 et 1968. Ancienneté du besoin de propagande.

Description des outils de l’Union Départementale :

Au niveau de la presse. Le travailleur de Saône et Loire est une revue morte née et c’est donc la Vie ouvrière qui devient dans les années 1960 un élément central pour le contact avec les travailleurs. Difficultés très grandes de ces expériences. Ceci se ressent dans les discours développés des dirigeants de l’Union Départementale.

1946 : Le tirage du TSL devait toucher au moins 50% des syndiqués et en fait il ne touche que 15% seulement. Pour le dirigeant c’est un échec. Cette même année, la direction départementale envisage le lancement d’une revue née de la fusion du TSL et du bulletin de liaison et d’informations. Cette solution est finalement abandonnée.

Des solutions sont recherchées pour essayer de renforcer la diffusion. Renforcer les structures. Idées de commission et de désignation de responsables. Demande est faite aux structures de faire remonter des informations et des articles, de le diffuser auprès des syndiqués.

Échec relatif. Selon le dirigeant de l’Union Départementales, les critiques sont portées sur les dirigeants locaux. Deux exemples : en février 1946 dans la Commission Exécutive ou lors du Congrès départemental en 1965. Enquête auprès de 400 militants avec deux questions sur la presse. Sur les lectures ayant influencé le militantisme : les réponses évoquent peu la presse syndicale. Concernant l’agencement des responsabilités sur le parcours syndical : pas de défiance mais la prise en charge de la commission presse ou de la diffusion de la VO n’est pas vu comme une activité très gratifiante.

Intervention de Joël Biard.

Le journal Le Travailleur Parisien a été créé suite à une décision prise par le Congrès de 1936, qui est également le Congrès constituant l’union des syndicats de la Seine réunifiée. Jusqu’en 1939, ce journal connaît une parution épisodique. Son contenu est très contextuel et très lié aux congrès et commissions. Reprise en 1945. Le début d’une ligne éditoriale est posé dans le premier numéro. Ce journal doit relater l’expérience des syndicats et l’orientation générale de la CGT. Un tournant majeur est pris en 1947 dans sa conception. La portée et son contenu sont précisés à cette date. Il devient un bimensuel. Les articles sont désormais argumentés, précis et sont rédigés par les principaux dirigeants de l’Union et par des dirigeants confédéraux. Cette parution doit être un support pour les discussions locales.

Il aborde des sujets divers mais il s’intéresse principalement aux questions sociales et économiques, à l’unité syndicale, à la syndicalisation, à la recherche de la démocratie et au contexte international. Mot d’ordre central : Pas une organisation sans sa presse syndicale.

Intervention d’André Jaeglé.

Intervention sur la parution Options. Lancement en octobre 1965. La grande idée  défendue alors est celle de donner la vision que la CGT prête à accueillir tout le monde en son sein. La « Bataille des idées » est menée en direction des syndicats et des cadres. Il existait alors un grand problème de communication. Depuis sa création en 1965, la direction de la parution a effectué un important travail d’analyse et d’élaboration des revendications.

En 1977, une nouvelle nécessité fait jour, celle d’avoir un journal plus vivant, plus accueillant.

Discussion.

Propagande et communication : quelles pratiques dans les Unions Départementales ?

Au sujet du journal La Touraine syndicaliste. Ce journal est voulu comme un outil d’information et de formation. Évolutions de la tribune dans le temps. A ses origines, le journal était une parution des confédérés entre 1928 et 1929. Le journal est cité dans les statuts à l’article 24. Après 1945, l’Union Départementale assure sa mensualisation. Il s’adresse aux syndiqués dans un premier temps et a donc un rôle éducatif et de renseignements (Les lois, les circulaires importantes y sont publiées). En 1947, le tirage de 25 000 exemplaires est financé par les syndicats et l’Union Départementale. Le prix du numéro est ensuite compris dans le timbre. En 1947, la publication est arrêtée. En janvier 1951, un bulletin de liaison est créé. Un nouveau titre est créé par la suite, la Touraine Syndicaliste en 1963.

Exemple de la parution Travailleur des transports. Dans les années 1970-1980, il s’agit d’un mensuel qui est décliné selon les périodes par branches professionnelles.

Une question importante reste posée, celle de l’articulation entre les diverses publications. Elles permettent d’affirmer une identité, elles obligent à créer un collectif régulier qui doit réfléchir et produire. Il faut intégrer tous ces paramètres qui vont de la réflexion sur la structure de la publication à sa réception par les destinataires.

La presse doit être un élément structurant pour le groupe. Un des problèmes rencontré est celui du manque d’intérêt pour la presse, vécu comme un supplément alors que lors des Congrès on explique que la bataille des idées est centrale pour les organisations.

Michel Pigenet. La presse a suivi toute l’histoire du mouvement ouvrier depuis 1840 et la presse écrite a été maitrisée. La culture de l’écrit est très importante et mais il subsiste la difficulté de se faire comprendre des autres travailleurs qui n’ont pas tous cette culture de l’écrit. Les organisations ne peuvent pas exister qu’à travers des journaux mais en même temps, on en voit les limites.

Question posée de l’empilement des publications syndicales, notamment lorsque la volonté s’est exprimée d’assurer la publication d’un quotidien de la CGT. En 1978, cette réflexion est définitivement abandonnée. Cela nous renvoie à la « bataille des idées ». Question de la concurrence avec l’Humanité était posée. Il faut regarder au-delà des frontières. Cela vaut pour tous les pays, tous les mouvements. Pas d’organisation sans organe de presse. Une spécificité française toutefois : la vente militante. La diffusion est un moment du militantisme.

Pierre Tartakowski. Il relativise l’empilement militant et parle plutôt de de dispersion militante. Chaque syndiqué peut potentiellement recevoir 5 à 6 journaux. Mais dans les faits, la majorité ne reçoit rien. Sur l’aspect structurant de la presse, il est difficile  d’en juger car la Vie ouvrière joue un rôle d’avant-garde (elle touche 10% des effectifs au mieux).

Quatre grandes modifications sociétales sont restées non étudiées par la presse : la démocratisation de l’auto, la démocratisation de la TV, la mutation des grandes villes et le développement de la précarité.

Tirage de la publication Options : 55 000 exemplaires environ. Rôle des Rencontres d’Options.

Il y a des titres de la CGT mais pas de presse confédérale en lien avec la société française. Arythmie croissante entre la presse CGT et les conflits. Entre 1995 et 1996, il n’y a pas eu d’expression particulière de la CGT sur ces conflits. Idem sur le conflits de contributions  indirectes.

Diversification et inflation des titres. Il est paradoxale de constater un rapport à l’écrit qui est de plus en plus difficile et en même temps l’inflation des titres. Accumulation des informations ce qui signifie des informations, des formations très diversifiées mais une redondance tout de même parfois importante. La propagande va tout de même continuer à se faire dans l’entreprise en direction des salariés. Car beaucoup de journaux s’adressent aux militants, cadres, syndiqués.

Question de la presse des fédérations et de la presse interprofessionnelle. On observe parfois des tensions entre les deux. La presse constitue un des vecteurs de l’organisation qui permet de construire. La presse est un outil indispensable de connaissances. Question des étages mais en même temps permet de couvrir l’ensemble des réalités. Éditions professionnelles dans la Vie ouvrière. Celles qui ont « tenues » le plus longtemps ces éditions sont les fédérations ex-unitaires qui avaient conscience de leur importance.

Séance du Jeudi après-midi.

Présentation des vidéos.

La manifestation du 23 mars 1979 (montage de rushs).

Radio Lorraine Coeur d’Acier, une radio dans la ville de Poirier et Serres (1981).

Intervention Sous les plis du drapeau syndical : ébauche d’une histoire de la CGT par l’évolution de ses bannières.

Esquisse d’histoire de la CGT par le biais de ces drapeaux. Travail débuté en septembre de cette année. Réflexions sur la très longue durée. Voir l’ouvrage qui vient d’être publié.

Intervention de Michel Pigenet.

Sur les radios de lutte. L’image de soi : c’est son identité. Ce à quoi on se réfère, nos différences, ce qui rassemble. On est dans l’ordre du symbole, ce qui est important mais qui peut nous échapper.

Différentes contraintes existent: cadre juridique, cadre technique (support matériel et talents mobilisés), question des moyens (le financement qui ne va jamais de soi).

Les évènements de mai-juin 1968 sont passés par là ainsi que le 40ème Congrès de la CGT. Ces moments ont été importants mais ont aboutit à de nombreuses interprétations antagonistes. Il n’y a pas eu de débats avant ni après. Les débats ont débuté très tardivement au moment où on tirait déjà le bilan. Le cadre n’avait pas été défini lorsque le feu vert a été donné. Par quelle procédure se fait les autorisations ? Par quelles procédures se font les vérifications ? Questions importantes.

Paradoxe entre une initiative de la CGT qui lance des radios de lutte qui contredisent les monopoles et dans le même temps une CGT qui poursuit sa revendication de préserver le monopole.

Il existe une volonté de la CGT dans les années 1970 de rattraper les retards et d’aller dans tous les sens mais les années 1970 ne sont pas des années propices. Ce sont celles de la crise, du chômage, des licenciements, de la situation internationale et des raidissements de la direction. Un des blocages réside dans l’absence de mise en débat, la tenue de débats non public y compris en interne ce qui empêche un véritable débat de se tenir. Il y a enfin ce paradoxe des initiatives prises dans les années 1970 qui précède 1981 (libération des ondes), la CGT semble absente en terme de moyens et de volonté peut-être. « Le temps est passé pour ces expériences ».

Intervention de l’UGICT.

Sur l’adoption du logo « Coquelicot » de l’UGICT. Il est le fruit d’un important travail de diversification de l’UGICT à cette époque. La question de l’image était important. On décide l’utilisation d’une méthode de publicistes. L’adoption de ce logo participe de la campagne pour les élections prud’homales. Question importante : cette campagne ne devait laisser personne indifférent.

Intervention de Raymond Barberis.

Intervention sur les radios de lutte. Le contexte  de création de ces radios était celui de la casse généralisée, du pouvoir et du patronat qui avaient lancé des restructurations. Les luttes étaient menées au niveau des industries les plus menacées (Sidérurgie…) et les luttes étaient également menées contre les conséquences sur le tissu social du pays et de la région. La dimension essentielle ici était de gagner les travailleurs à lutte. C’est dans une optique d’affrontement, de combat que le secteur propagande a proposé à la CGT de mettre en place les radios de lutte. Moyen de gagner les consciences et les travailleurs. Quand nous avons imaginé les moyens à la disposition de la CGT nous avons décidé de ne reculer devant aucun moyen. Les radios de lutte étaient un moyen, pas de démarches théoriques. Elles étaient une de nos armes dans un combat.

On propose une démarche dans une note qui est ensuite approuvée. Les radios de lutte étaient un des moyens dans la « bataille des idées ». Elles devaient être situées dans les professions les plus menacées et les plus exemplaires ainsi que dans les régions les plus menacées. La CGT elle-même s’impliquait sur quelques expériences. En général, elle avait un rôle d’incitation, de conseils, de mise en route. Ce sont les Unions Régionales, les Unions Départementales ou les Fédérations qui devaient prendre le relai et assurer la pérennité des expériences. Ces expériences ne devaient pas mettre en cause le service public de l’information. A cette date on observait une prolifération des radios libres : Cela posait un problème du point de vue des services publics et des dérives possibles. L’expérience syndicale est différente et se situe sur un autre plan. Elle participe avec d’autres organisations sociales, politiques et la CGT ne devaient pas en prendre la responsabilité. Soutien à des luttes précises ou généralisées. Ces radios pouvaient avoir une vie en lien avec les luttes : succès ou échec, suivant la durée des conflits. Dans les régions, les départements, une certaine permanence était possible voire souhaitable au vu des luttes. Pas de théorisation, pas de position de principe si ce n’est le soutien à la lutte. Au départ cela a été compris, ces radios devaient prendre en charge tous les aspects de la vie, selon le lieu où elles étaient et les besoins qui étaient ressentis. La CGT, par le biais du secteur propa, a surtout aidé et suivi des radios qui avait un caractère exemplaire : Radio Lorraine Coeur d’Acier et Radio Quin-Quin. Elle n’a pas fait autre chose que de soutenir les luttes. Elle a été engagé dans les deux cas de manière très différentes. Quin-Quin s’est très vite assumé, à la différence de Lorraine Coeur d’Acier qu’il a fallu aider financièrement. Cette radio a été animée par des professionnels de grande valeur et  par des militants exemplaires victimes de la répression.

Poursuite de ces deux expériences. Lorraine Coeur d’Acier a été assez lourde à assumer pour le secteur confédéral propa.

Logique différente avec les radios et la situation nationale. A un moment donné, Lorraine Coeur d’Acier notamment, n’était plus dans le cadre fixé au départ. Il y avait une évolution que l’on comprenait, nous avions raté la vocation régionale de LCA, radio repliée de plus en plus sur Longwy et qui avait une influence énorme sur le plan local et non plus sur la région. Elle devait être un soutien à la lutte régionale. Les différences se sont accrues entre les animateurs syndicaux et les animateurs de la radio. Les débats ont été difficiles et à un moment donné, il était clair que les moyens consacrés à une seule expérience était trop lourd à supporter. Sur place, il y avait une évolution qui n’était plus conforme aux orientations de la CGT et donc la décision a été prise de se désengager. A partir de là, il y a eu des méthodes inadmissibles de la part de ceux qui ont pris les décisions. Il faut en assumer les conséquences.

Le secteur confédéral propa n’aurait pas pris une autre décision que celle qu’il a prise,  mais la question des méthodes reste importante même si d’autres issues n’étaient pas possibles.

Intervention de J.C. Laroze.

Cela a été une épreuve durant toute cette période, parce cela l’a conduit à rompre des amitiés et le parti avec lequel il était lié. Aspect humain important. Il y avait une recherche pour élargir les moyens dont la CGT disposait dans la bataille des idées qui paraissait essentielles.

Membre du Bureau Confédéral en charge à partir de 1975 du secteur confédéral propa. Mise en évidence de la recherche par l’organisation syndicale : diffusion des idées et formation des militants. Entre 1975 et 1981, le secteur propa évolue pour passer de l’agit-prop à une activité maitrisée des moyens modernes dans le cadre de la bataille des idées.

Intervention d’Ingrid Hayes.

Question difficile de la fin conflictuelle d’une expérience. Nous sommes face à des légitimités concurrentes ici. L’histoire de radio Lorraine Coeur d’Acier se déroule sur une très courte période et cristallise de fait les crises internes. Caractère éphémère. Effervescence dans ces années dans le secteur propa. Poids déterminant du contexte. Le Bureau Confédéral a acté mais il n’y a pas eu de débats préalables. d’où une première difficulté : l’extrême sensibilité du projet au contexte.

L’engagement de la CGT sur le terrain radiophonique donne un second souffle au mouvement des radios libres alors même que CGT tente de faire une claire distinction. Illégalité oui mais pas clandestinité.

Le secteur confédéral propa initie cette expérience sans savoir où cela va mener : Radio Lorraine Coeur d’Acier sert d’exemple. Deux difficultés internes : implication des journalistes qui ont le pouvoir dû à leur professionnalisme / implication de la population. Les raisons de son succès sont aussi celles de ses difficultés. Un aspect des radios. Expérimentation permise, réactivité de la CGT de la part d’un secteur qui est périphérique, qui a peu de moyens ajoutés aux difficultés sur le plan confédéral interne.

Les militants de Longwy n’ont sans doute pas de compréhensions de ce qui se passe à la Confédération.

Limites financières d’un secteur neuf qui ne trouve pas sa place.

Intervention de Janine Olmi.

On est face à un paradoxe sur le terrain. Il y a eu des moments très intéressant notamment dans la genèse des radios (formation à Paris avec le secteur Propa). Importance de la formation en communication et en prise de parole.

Commentaire sur ce qui est le plus symptomatique : Émission du 30/11/2009 sur France 3 sur les radios de lutte. Dans la dénomination, LCA devient vite une radio libre et cette liberté de parole entraîne la décision de couper court à cette incroyable expérience démocratique.

Questions des reproches sur le fait que les amis de LCA dirigeait l’expérience et que la CGT était dépassée.

Incompréhensions et silences, cloisonnement sur cette affaire. Quel contrat on eu les journalistes ? Nouvelle version de la radio 100% CGT.

Annecy Ondes Pures (Haute-Savoie) : moins d’une semaine de vie. Radio de lutte CGT pour l’emploi en adéquation avec un article du Peuple de 1981.

Discussion.

Marcel Trillat. Séquence de la création de la radio vu dans le film tout à l’heure est vraie. Pas pour Janine Olmi. Au sujet des finances. La radio a coûté cher. Très vite, LCA n’a plus rien coûté à la CGT. En un an et demi, la radio a touché 400 000 francs de soutien. Salarié officiellement par la VO (ce qui permettait de conserver la carte de presse). Argent remboursé par l’association des amis de LCA. Radio CFDT à la même époque  intitulé SOS Emploi. Volonté de l’Union Locale de Longwy de s’équiper.

Radio Quin-Quin. Guillaume Coche, mémoire sur cette expérience. Mars 1979 début de la radio. Début de l’émission à Denain.

Conclusions de René Mouriaux.

Six grands manques :

  • Pas un mot sur le syndicalisme des journalistes.

  • Les dirigeants, « hommes d’écrits ».

  • Question des tracts et des caricatures, sur les prises de parole sur les lieux de travail.

  • Internet.

  • Agit-prop de la CGT.

  • La rhétorique : les techniques.

Apports :

  • Attention à la sémantique, à l’histoire des mots. Tout n’a pas été approfondi (idéologie dominante 1845 de Marx)

  • Utilisation, l’appropriation des technologies de la communication. Deux débats : est-ce que l’outil est pris tel quel ou est-ce qu’on les transforment ?

  • L’évolution des conceptions de la communication. Habernas.

  • La détermination de la politique de communication par le mouvement syndical. Esquisse : Idéologique, paternaliste ou financier ? Argent est important mais finalement pas le déterminant.

  • Étendue des registres à traiter (écrit, oral, gestuel…).

  • La « Bataille des idées ».

  • Problème général de l’histoire par rapport à la CGT et à ses militants. Nouveauté : place des films, séminaire antérieur sur la fin des classes, de l’histoire et sortie du livre LUCIDES. L’Institut doit-il traiter du contemporain ? LUCIDES en parle. Conception de l’histoire : doit-elle être une histoire tribunal ? Non, mais elle doit dire ce qui semble vrai. A l’opposé de l’histoire récréation ou de l’histoire érudition, pour elle-même. Nécessité de l’histoire critique.

Colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours », IHS-CGT, 18 novembre 2009

Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication"
Affiche du colloque "Propagande, Information, Communication", 2009

Le colloque « Propagande, information, communication. Cent ans d’expériences de la CGT, de 1895 à nos jours » organisé par l’Institut CGT d’Histoire Sociale et avec la participation du Centre d’Histoire Sociale du 20ème siècle, s’est tenu dans la salle du CCN au siège de la CGT à Montreuil les 18 et 19 novembre 2009. Les actes de ce colloque sont à paraître  prochainement mais les communications de chacun des participants sont accessibles directement en ligne sur le site internet de l’IHS-CGT. Le texte ci-dessous ne constitue pas un véritable compte-rendu mais la retranscription de prises de notes effectuées lors du colloque.

Notes prises lors de la première journée du colloque.

Travaux précédents sur ce thème : Journée d’étude en juin 2007 avec Michel Pigenet. Conclave en mai 2003 avec René Mouriaux sur le même thème.

Avec la Première Guerre mondiale, on assiste à une systématisation des usages de la propagande. Celle-ci est accompagné par un développement de l’impression et des méthodes de marketing. En 1963, la réflexion de la CGT est la suivante : pour convaincre, il faut séduire et pour séduire, il faut communiquer. La traduction organisationnelle se fait en 1969 avec la mise en place du secteur propagande. Thème central développé à cette période : gagner la « bataille des idées » face au patronat et au gouvernement. Pour cela, la volonté affichée est de décentraliser la réflexion aux niveaux des militants.

Présentation de la vidéo.

La grande lutte des mineurs (1948) : 12 min, film collectif CGT, montage fait à Périphérie.

Ce film est important dans l’histoire du film militant. Ce film a été fait à chaud pour soutenir les travailleurs et leur lutte. Film de guerre froide et de dénonciation. Un décret spécifique a été pris  par le gouvernement pour censurer ce texte. On compte de nombreux décrets contre les films non commerciaux durant la Quatrième République. Film pour la Fédération des travailleurs du sous-sol contre la répression du ministre de l’Intérieur Jules Moch. Film de contre-actualité ouvrière. Film commandé par la FTSS et réalisé par les travailleurs du film (CGT).

Intervention de Josette Lefevre.

Résultat d’une recherche lexicométrique sur la période 1940-1960 : le terme le plus proche de « patronat » est « répression ». Avant et surtout durant les années 1950 c’est le terme propagande qui prédomine largement.

« Propagande, informations, communication pour la période 1972-2006 (Corpus des résolutions de Congrès) ».

« Information », qui se définit comme l’acte de diffuser au grand public ce que l’on a appris. On recense un total de 350 occurrences. Le pic d’emploi de cette expression se trouve lors du Congrès de 1982. Équilibré pour le reste du corpus. « Information » entendue comme Information interne, information dans le cadre du travail, information comme partie intégrante de la vie citoyenne. Revendication d’avoir du temps pour pouvoir débattre.

« Communication », qui se définit comme mettre en commun, échanger. Le terme apparaît dans le corpus pour la première fois en 1978 et atteint son pic en 1989. Ce terme apparaît également dans les autres organisations syndicales dans les années 1970. L’idée est que tous les grands moyens de communication de masse doivent être retiré au grand capital. « Communication » : c’est un terme technique. Tout les supports doivent être utilisés avec discernement. Cela nécessite une formation de certains militants à tous les niveaux.

« Propagande » est un terme qui devient très politique au 20e siècle. C’est le terme le moins fréquent (115 occurrences) durant la période retenue. Il disparaît après 1989 en même temps que le terme « lutte des classes ». L’idée du terme « Propagande » est celle « des idées pour agir ». Elle est un moyen de sensibiliser et de propager. Elle doit favoriser l’intelligence et la réflexion. Elle doit aider au développement des luttes. Elle est une composante de l’action. Pour cela, elle doit être simple et convaincante pour combattre les thèmes de la bourgeoisie et du patronat. La CFTC use du terme « Propagande » de manière importante. Ce terme n’a pas de connotation péjorative dans le vocabulaire de cette organisation. La CGT-FO rejette ce terme et l’ignore.

Références répétées dans les textes de la CGT : droit de recevoir et de communiquer des informations. Liens entre formation et information. Importance de la diffusion des idées.

« La bataille des idées » est une lexi, une expression emblématique et propre à la CGT. Elle est totalement absente chez les autres confédérations. En 1959, la résolution sur la propagande donne pour la première fois le terme de la « bataille des idées ». Ce terme est inscrit dans tous les Congrès jusqu’en 1992 (soit 48 occurrences). D’autres lexi sont proches : « bataille d’idées », « d’idéologie », « de classe », « de conviction », « de propagande » ou encore « lutte des idées », « combat d’idées », « idées de lutte de classes »…

« Idéologie » : La guerre idéologique du grand patronat, de la bourgeoisie et de l’état impose une intense pression sur les masses. On parle toujours de l’idéologie en parlant de l’adversaire.

Intervention de Raymond Barberis.

Son action est l’aboutissement d’une réflexion qui débute après la Libération et qui s’enrichit au fil du temps. Au moment où il se situe, ce n’est plus seulement une question de réflexion mais il fallait faire passer dans la vie un contenu face à un contexte patronal et gouvernemental. Nécessité de réplique de la part de la CGT.

« Bataille des idées » est une idée simple : Il faut s’adresser à la conscience des travailleurs. Les amener à participer, à réfléchir. Objectif essdentiel : gagner la conscience des travailleurs en les amenant à la lutte.

Autre conséquence : Allons nous mener une bataille sur des thèmes généraux ? Idée force, notamment celui de 1978 : idées propres à la CGT. Krasucki a beaucoup contribueé à améliorer la situation.

Pour résumer : Ce qui a été réalisé se situe sur deux plans : point de vue de la réflexion et de l’action. Poursuite de ce qui avait été fait. Il pense qu’il faut intégrer à cette réflexion les apports de tout ceux qui ont écrit sur la communication (notamment chez les adversaires). Point de vue des méthodes modernes de communication. Il ne fallait pas être prisonnier des modes de communication. Parfois incompréhension, notamment au sujet des radios. Il ne fallait pas privilégier telle ou telle médianes ou telles et telles réflexions.

Il y a eu évolution intéressante du point de vue des concepts et de la mise en œuvre des idées. Des réussites, des échecs mais pas inutile pour la suite.

Intervention de Françoise Duchesne. (Résumé par Bernard Lamirand).

Travail collectif sur la question du vocabulaire. Les mots ne sont pas neutres. Maurice Tournier : « mythe de la neutralité du langage et de l’innocence des mots ». Reprise de quelques éléments : Le Comité des forges (UIMM) assurait sa prépondérance. Quatre périodes choisies couvrant la période 1911-2006. Lutte contre le cartel de l’acier, les maitres des forges.

1909 : Congrès de la métallurgie. Évoqué par Merrheim. Vocabulaire pour attaquer le patronat, le critiquer, lutter contre l’exploitation. Il faut être convaincant être compréhensible.

Intervention d’Alain Gautheron (PTT).

Sur la période 1988-1990. Comment a été construite, mise en œuvre la défense du service public. Stratégie de la communication menant à l’action. Une lutte se construit sur la durée, il faut contre-attaquer, il faut lutter. H. Krasucki « Il ne suffit pas d’avoir raison, il faut convaincre ».

Témoignage du responsable à la propagande et membre du collectif fédéral. Acteur sur ce terrain particulier. Il y a eu des réussites, des échecs. Lutte contre la privatisation du secteur public. La propa, la com’ n’est pas un supplément d’âme. Communication au cœur de l’activité syndicale. Contexte central pour parler de la propa. A qui je m’adresse et quel est leur état d’esprit. Loi Rocard-Quillès. Tout est question de méthode : Le gouvernement ne peut pas passer en force donc il joue l’innovation. Dans un premier temps, il utilise tous les moyens de communication pour le donner aux travailleurs et organisations syndicales. L’idée est de faire croire que les décisions ultérieures seront acceptées sans accrochages. Dans un deuxième temps, les décisions sont présentées comme une réponse aux attentes avec la propagande classique patronale.

On était lucide sur cette question et nous étions donc confrontés à une alternative. Boycott et dénonciation du piège ou construire avec les salariés ?

La communication n’est pas une affaire de spécialiste. Rôle spécifique des animateurs : travail de réflexion sur les discours et les méthodes. Il faut former, apport décisif de la confédération sur la formation des militants dans les années 1980-1990. Sur le fond et sur la forme. Utilisation du réseau vidéo interne. Séance de 2 heures avec 20 000 personnes en direct. On a besoin de connaître notre patrimoine au niveau de la CGT.

Intervention de Thierry Guilbert.

Changement de point de vue. Il s’agit de voir la manière dont est saisi le discours CGT dans les médias bourgeois. Étude des mouvements de 1995 et 2003. Au premier abord, ces médias prônent un discours d’évidence et tentent de dévoyer l’idée de conflit et d’annihiler la question du débat d’idées.

Expression syndicale est visible de deux manières : par le matériel utilisé par les organisations et par les images véhiculés. Deux points :

La communication des médias est une idéologie. Caractérisation des relations entre médias et mouvements sociaux. Quels sont les destinataires et les visées. Expression syndicale s’exprime pour elle-même, pour renforcer les militants et les sympathisants. Ici le but visé est le ralliement. Il s’adresse aux adversaires, à ceux désignés comme interlocuteur. Désigner les adversaires et assurer le rapport de forces. Spectateurs de l’évènement : médias et publics. Changement de cette situation. Avènement de la société de communication et de la démocratie de l’opinion. Médias ont accédés au statut de véritable destinataires de l’expression syndicale et non plus les travailleurs et l’opinion. Les syndicats envoient des messages aux médias sans les désigner comme destinataires. Enjeu : réception par le public au travers des médias. Imposer une vision des évènements. Or, les médias reprennent très peu l’expression syndicale, il substitue une autre mise en mots plus conforme à leurs objectifs. Présentation à travers le filtre néo-libéral. Création d’un filtre commun.

Lutte souterraine des médias libéraux visant à imposer le fait que les réformes sont nécessaires. Objectif du discours est de désamorcer le conflit en expliquant qu’il n’a pas lieu d’être : consensus réformiste est l’état naturel de la société. Postulat également : il n’y pas d’alternative, les réformes sont le sens de l’histoire. A quoi bon discuter, le consensus social existe, négation de la lutte des classes. Présentation idéologique qui ne dit pas son nom. Veut poser l’évidence de la nécessité des réformes et de l’inutilité de l’opposition. Journalistes expliquent que les opposants ne comprennent pas les réformes.

Résultats : Forte personnalisation des hommes politiques et des hommes syndicaux que des organisations syndicales. Objectif est de masquer les causes du conflit et on fait appelle à des schématisations toxiques : on réduit la lutte à une opposition de personnes et les causes du conflit disparaissent. On parle plus de retraites que de retraités, plus de cotisations que de cotisants. On ne parle pas des personnes mais de rationalité pseudo-scientifique.

Intervention de Dominique Guyot.

Sur la propagande patronale. Travail sur la presse d’entreprise. Analyse la mise en place de la stratégie de la propagande d’entreprise à travers l’évolution des revues mises en place par les employeurs. Réfléchit sur les évènements qui ont conduit à l’évolution de ces revues : celles-ci sont devenues des bulletins de qualité à destination de l’extérieur et à visée anti-syndicale. Une mise en oeuvre de la communication d’entreprise avant l’heure. Exemple de Gnome et Rhône. Comment à l’occasion d’un conflit, une entreprise passe des publicités à une propagande interne anti-syndicale et anti-communiste.

Trois caractéristiques :

Précurseur de la publicité et de la communication d’entreprise. Pas de mentions des gens qui y travaillent, des ouvriers. Belles images des usines mais pas des gens qui y travaillent. Au départ revue de spécialistes, de techniciens changent par la suite en revue d’intellectuels (Cocteau, Paul Claudel). Parallèle avec Dassault : on retrouve des similitudes.

Techniques utilisés lors du conflit : acharnement de la direction en 1938. Envoi de lettres au domicile de chaque ouvrier (4 pages dans la boite aux lettres). Placarde dans le 13e arrondissement en affiche ces 4 pages.

Création de toute pièces d’associations d’ouvriers, de techniciens et de cadres pour contrer la principale organisation syndicale qui est la CGT.

Discussion dans la salle.

Jeanine COHEN (CNRS – UGICT). Grèves de 1938 avait elle trait à la guerre d’Espagne.

(Université de Bourgogne). grève du 30 novembre 1938 ? – réponse : Non. Question de la défense nationale déjà le mot d’ordre de Daladier pour refuser le mouvement de grève. Lettres de menace du patronat, fait partie d’une politique nationale du CGPF pour limiter les mouvements de grève.

Réponse : Quelle grève de mars 1938 auxquelles on fait allusion ? Revendication : augmentation salaire de 10% et renouvellement de la convention collective. Guerre d’Espagne sous-jacent mais pas explicitement avancé.

Confusion entre les grèves de 1938 et celles de novembre 1938. Celles de novembre veulent relancer le front populaire et la question de l’Espagne est très présente mais échec. En Mars 1938, question de l’amélioration des conditions salariales et relatif succès. Le patronat cherche à briser idéologiquement et par la force ce mouvement.

(IHS-Paris). Pas pris la mesure du débat de ce matin. Il faut insister sur la période 1986-1987 : affrontement de la communication et de la propa entre la direction et les salariés (SNCF). Bataille avec les médias. Puissance du mouvement syndical, on monte les coordinations pour dire que les syndicats sont dépassés. Débat global : mise en échec des coordinations.

Question de la création par les travailleurs en lutte de poésies, de chansons pour protester contre le patronat. Question importante, d’autant plus que le patronat et la bourgeoisie n’ont pas de prises sur cette question.

Secteur propagande. Glissement dans les termes entre propagande et communication. Glissement dans le contenu. Confusion entre le contenu et les moyens. Pour faire moderne. Terme « propagande » serait archaïque. Il valait mieux parler de communication. Mais ce n’est pas la même chose. Communication n’est que les moyens utilisés pour populariser la propagande, les revendications, les réflexions. Glissement sous le poids de l’idéologie dominante. Personnalisation des dirigeants de la CGT. Pas qu’un débat de mots mais également de contenu sur ce que fait la CGT pour défendre ses idées. Alain Gautheron l’a bien dit. On a besoin de faire connaître nos idées et de convaincre.

Emprisonnement de camarades d’entreprises sous prétexte de vol. UD a mobilisé les militants pour rassemblement pour faire sortir les camarades. Gazé et matraqués. Le lendemain la presse titre : la CGT attaque le commissariat. On avait rédigé un bulletin le soir même et distribué dans les entreprises le matin. Contre-offensive pour bloquer le patronat. C’est cela la Bataille des idées et la propagande de la CGT.

Grève de 1974 dans les PTT. 1ère étape : la grève va affamer les familles car les allocations ne sont plus distribuées. 2ème étape : on montre les mobilisations. 3ème étape : on soutient plus ou moins implicitement.

Période de la DPO. Capacité du patronat à faire passer ces idées. Utilisation des cadres pour faire passer sa propagande. Dans les années 1970 : première question posée est qu’est-ce que la lutte des classes. Propagande de haut en bas. Au fur et à mesure de l’évolution de la CGT, dès que tu mets le militant et la démocratie au centre, il faut partager : la centrale a les idées, il faut échanger autour, il faut communiquer, idée de participatif. Manière d’organiser la discussion interne avec les syndiqués et les travailleurs. Manière autre d’organiser les heures d’information syndicale en partant des attentes des syndiqués.

Usinor Dunkerque. Entrée en conflit tous les ans pendant un mois, un mois et demi. Action de masse à chaque fois. Patron de la sidérurgie, journal d’entreprises, on voit les outils et pas les hommes. Dans les années 1970-1980 on prend les hommes pour montrer autre chose que les militants syndicaux. Bataille autour de l’envoi de lettres aux travailleurs par le patronat.

Bataille de 1979 et les mots employés : Combat autour de l’idée que l’acier s’était fini. Usines « canards boiteux ». Phrase significative : Jacques Chérèque : il faut retirer les hauts-fourneaux qu’ils ont dans la tête. Projet autour d’un projet industriel fait par la CGT et la FTM. Très défensif dans un certain nombre de domaines (exemples des mutations).

Philippe Giquiaux. Intervient sur la lutte des classes, qu’il faut continuer à expliquer. Question du contenu des mots. Questions des « charges sociales » et de la « réforme ». Le patronat a gagné cette bataille. On utilise ce mot chez nous parfois car rentré dans le langage. Le mot charge est significatif de son contenu.

Question des réformes : que veut dire ? Améliorer l’existence. Ici, la « réforme », il n’y a pas d’alternative possible, aujourd’hui on déforme, on contre-réforme. Capacité du patronat et du gouvernement à forcer la question idéologique et on devrait avoir une meilleure analyse et une réponse plus acerbe.

André Narritsens. Problème du temps de la propagande, du temps de la CGT avec des idées et volonté de changer la société par la lutte des classes. On serait passé à autre chose. Affiche pour le Congrès (La CGT, agitation de personnes qui mettent Ta CGT). Il faut faire sa CGT selon moi. La CGT c’est une histoire, des idées, des grilles d’analyses – pas une théorie par définition – qui doit avoir des buts et des méthodes. Est-ce que cela se traite dans le cadre de la communication. Celle-ci peut être offensive. Il ne faut pas oublier les raisons pour lesquels on existe. Glissement propagande / communication mais on essaie de faire passer des évolutions qui sont essentielles.

Annie (IHS UGICT, Gironde). Grande tendance dans l’organisation. Parallèle entre organisation du syndicat et organisation du patronat. On a copié les uns sur les autres. On a toujours été sur un fil. Paradoxe de la communication, celui qui pense, qui est là et en face ce qu’il doit penser, nourrir sa conscience. Paradoxe de la propagande. Il ne faut pas oublier le sujet, la personne qui est en face de nous. On pense trop au collectif et on en oublie l’individuel. On a tenté de prendre un virage, slogan de congrès utilisé : « agir, c’est choisir ». Affiche : « les idées, ça se discute ». On a essayé de passer de l’autre côté de la balance. Important c’est que les gens choisissent. On amène nos idées et celles-ci sont discutables. Stage confédéral en 1989 : communication (membre CE confédérale et CE UGICT). Contenu différent. Communication : on s’adressait à soi-même. Stage supprimé car aborde des notions trop « individuelles ». Retour à des formations « patauds ». A noté, on n’a pas utilisé le mot culture ce matin. Deux thèmes sont à approfondir :

Le thème de la discussion et des incompréhensions. Importance de faire comprendre et d’être pédagogique.

Question des mots et des repères. Importance des repères quant les mots changent et évolutions du corpus. Difficile de comprendre et de suivre les débats avec la partie adverse. Il faut que l’on retrouve notre corpus très solide. Chute du mur et il faut rebâtir sur des mots et des repères.

Mercredi après-midi.

Présentation de la vidéo.

Les bâtisseurs de Jean Epstein (1938) / Sur les routes de l’acier (1938) / Les métallos de Jacques Lemare (1938).

Trois films fédéraux de 40 min. Il y aurait dû y avoir un film confédéral intitulé La Marseillaise. Accélération du tournage et du montage avec Le Front populaire.

Générique très prestigieux (R. Desnons, G. Lucas…) et pas anonyme comme en 1948 pour éviter la censure. Ici collaborateurs prestigieux et action remarquable de la CGT en terme de propagande durant cette période.

Intervention d’André Narritsens.

Conjoncture compliquée du front populaire et attentes sociales très fortes.

Conjonctures historiques : circonstances de plus ou moins longue durée avec rupture ou opportunité. Dispositif de propagande et de communication s’adaptent plus ou moins aux circonstances et aux renouvellements. Conjonctures historiques provoquent des effets dans les domaines de la propa et de la communication. Changement d’échelle en s’appuyant sur des moyens de communication.

Intervention d’Alexandre.

Bataille syndicaliste (1911-1915) : quotidien syndicaliste. S’intègre dans un débat plus large sur la presse. Syndicaliste révolutionnaire veulent remettre en cause l’hégémonie de l’Humanité qui est diffusé à l’échelle nationale. 1909-1911 : devient l’organe de la SFIO.

Histoire du lancement : discussion au sein de la CGT sur nécessité de se doter d’un quotidien après échec de La révolution. Ensuite sur le lancement et la ligne éditoriale.

Aux origines : souhait de doter la confédération d’un quotidien. La Voix du Peuple en parle en 1910. Appel lancé dans ce sens en novembre. Il est décidé de créer une société ad-hoc. Annonce du lancement, occasion de rappeler l’échec de La Révolution, quotidien qui n’a eu que 56 numéros en 1909. Printemps 1911, lancement du journal avec périodicité quotidienne. Idée reprise par la tendance Syndicaliste-révolutionnaire de la CGT. Le lancement est un événement. Premier numéro tiré sur papier rose. Elle a pour ambition de devenir l’organe du mouvement syndicaliste-révolutionnaire. Veut être un « journalisme d’idées ». Refuse toute publicité sous quelques formes que ce soit, quitte à paraître sur 4 pages au lieu de 6. Pavé lancé dans la mare de l’Humanité.

35 fondateurs du quotidien. Que des hommes, majoritairement des trentenaires, domicilié sur la région parisienne. 2 figures nationales (Jouhaux, Griffuelhes). Une dizaine d’organisations participent à la fondation.

Relations avec les lecteurs : permettre aux lecteurs de devenir des militants au quotidien. Administration du journal dès le premier numéro appelle les militants, acheteurs à devenir diffuseurs. Prise d’initiatives sont mises en avant dans le journal. Organisation de fêtes à la faveur du journal. Conférence sur la nécessité d’un journal et suivi de chants.

Lancement du journal est un succès : parution pendant plus de 4 ans jusqu’à dissolution en 1915. L’Humanité reconnaît le succès de ce journal.

Intervention de Jean-Noël Dutheil.

La propagande dans l’Allier. Affrontements entre majoritaires et minoritaires entre 1919 et 1920. Scission en 1921-1922. Ouverture des chantiers avec la jeune CGT-U en 1923.

En 1919, doutes sur la propagande. L’éducation et la propagande devaient rallier les travailleurs à l’action de la CGT. Pendant un an, il participe à 80 réunions dont 30 en dehors du département. Beaucoup d’affiches avec un rayonnement local. Lui innove en collant sur tout le département. Conséquence : très forte mobilisation en 1920. Échec des grèves de printemps 1920 d’où des critiques. Arrestation et prise de position ont mis en péril le mouvement et sa capacité de mobilisation. Propagandiste : c’est le révolutionnaire qui parle.

Mise en mouvement des travailleurs mais pas de conservation des adhérents. Très mouvementiste au final. Proposition de créer une commission de propagande. Quitte le gouvernement et donc recadrage de l’activité. Deux CGT existent à ce moment et tentatives d’occuper le terrain. De nombreux dérapage font fuir les travailleurs.

Février 1923 : usines Dunlop en grève (2300 ouvriers à Montluçon). Répression de l’organisation syndicale. Pour CGT-U, affiches et tracts deviennent les outils les plus efficaces. 5 affiches et 2 tracts sortis en une semaine par le syndicat et le comité de grève. Affiches rédigées collectivement et contenu travaillé finement.

Comité sert à informer les ouvriers, à inciter l’opinion à prendre position et à s’associer au seul mouvement.

Intervention de Morgan Poggioli.

Front populaire. Tournant pour le mouvement ouvrier et la CGT. 4 millions d’adhérents. Contexte court mais très riche. Évolution des techniques et du contenu. Succès et limites. Le Peuple, La voix du peuple, Le droit ouvrier, le bulletin ouvrier des assurances sociales, l’atelier pour le plan (conseil économique de la CGT), publications en langues étrangères (bulgare, polonais, italien, russe…). Chaque fédération a son propre journal désormais et idem au niveau local (1/3 de publications en plus). Plus de 300 publications émanant de la CGT (Plusieurs millions de francs). Acquisition de sa propre imprimerie en 1938. Destin très contrasté. Tribune des fonctionnaires (300 000 ex) Le Peuple (16 000 ex).

Les organes de tendances sont important aussi. Presse est l’outil privilégié de la propagande mais le front populaire permet d’utiliser la radio et le cinéma.

A partir de 1937, la CGT obtient trois émissions (15 min tous les samedis et 30 min le mardi et le vendredi). « La voix de la CGT » : enclave de la CGT au sein de l’appareil d’état. C’est la première dans l’histoire de la CGT.

Le cinéma est plus un problème. La CGT n’a pas de service propre. La première production qui voit le jour est une initiative locale des syndicats du cinéma à Paris en 1936. Première opération de com’ de la CGT pendant le Front populaire. Après 3 films fédéraux en 1937-1938. Place importante laissée à la profession et au progrès technique. La CGT veut montrer qu’elle participe du progrès et de l’émancipation. Sur les routes de l’acier sera exploité en partie par Gaumont.

Intervention de Céline Barthonnat.

Les affiches du 1er mai. Exposition internationale d’affiches le 1er mai dans les années 1980-1990. Support de propagande peu onéreux. Bon moyen de propagande avec la presse ce qui lui permet de traverser le siècle. Fonds de l’IHS est très riche. Histoire de la CGT et du premier mai est très imbriquée. Première campagne préparée dès 1904 pour le premier mai 1906. Campagne pour la journée des 8 heures. En 1919, les huit heures sont obtenues. Campagne dure pour assurer l’application effective. Quels mots choisir, quelles images ? 73 affiches entre 1905 et 2003. On retrouve quelques traces d’affiches en dehors de ce fonds pour compléter ce corpus : fonds Grapus à Aubervilliers et fonds du secteur Propagande-Communication. 66 affiches confédérales au total.

Les thèmes débutent par des revendications syndicales. A la réunification : unité d’action mise en avant. Dans les années 1970 : affiches utilisées pour donner image plus moderne du syndicat. 1919 : loi sur les 8 heures est adoptée.

Discussion.

Oubli d’une dimension. En 1968, la parole est dans la rue. Comment a-t-elle été libérée ? Droits, libertés et action juridique a été important. Dans les années 1970, question des conseils de prud’hommes seulement. Cela as mis du temps à rentrer dans la tête des camarades. Témoignages sur les méthodes à Citroën. Méthodes américaines à l’époque étaient abominables.

IHS Métallurgie. Contribution intéressante. Somme des procès, toujours la métallurgie. Actif durant cette période. Manifestation de solidarité et dans les tribunaux. Action du gouvernement et du patronat extrêmement importante. Question des nationalisations et des batailles revendicatives. Pourquoi dans la CGT y a-t-il des difficultés à appréhender les procès. Appréciation interne de la CGT sur les combats menés. Combats sur la nationalisation Renault : faut-il continuer à poursuivre les nationalisations ou non ? Avocats et cabinets distribués sont très différents en fonction des appréciations. Ce n’est pas dans un ciel clair : très ponctué d’un débat politique. Connotation peuvent permettre de mieux préciser de quelle manière la CGT s’est investi.

Exposé sur les affiches. Deux choses : sur les modes de communication : à un moment donné, dans la CGT on continue à avoir des militants qui travaillent avec des professionnels (compagnons de route) et au fur et à mesure on travaille avec des boîtes de com’. Quelles discussions avec ces boîtes et de quelles manières ces attentes sont retranscrites par les pros. Le 1er mai symbolise bien la place que les boîtes de com’ ont pris dans tout le mouvement social et politique.

Article 12 avril 2008 Figaro magazine : « Quand la CGT fait sa pub ».

Congrès confédéral 49e. Le mot d’ordre « Ta CGT ». Veut aborder la question du rapport avec les boîtes de communication sur la manière dont on fait transparaître les débats à l’intérieur de la CGT. Propagande et communication accompagnent toujours et ne sont pas en dehors. Pas de contradictions.

Gérard : Deux observations sur l’intervention d’Emeric Tellier. Action du LDAJ. Deux expériences intéressantes : avant défense des salariés. Elections prud’homales de 1979 : première fois que la CGT avait à mener une campagne nationale électorale. Avant 1979 : cela se passait le dimanche de manière confidentielle. Sur la base du Congrès de Grenoble (1978). Il y a des éléments intéressants. Discussion avec des responsables. Campagne nationale pour mesurer le poids global de la CGT. Importance des élections. 42,5% en 1979.

Deuxième chose : Les lois Auroux. Avancées importantes, action de la CGT déterminante dans les années précédentes. Mesures du gouvernement et non le produit direct des luttes sociales. On n’a pas su s’approprier toutes ces lois Auroux (les moyens nouveaux donnés aux organisations syndicales). Délégués du personnel ou CE : si pas d’organisation syndicale derrière, il y a toujours des récupérations possibles. On s’en est bien sorti mais convaincu que l’on aurait pu s’en emparer davantage pour faire participer davantage des les travailleurs et les syndiqués dans la vie des syndicats. On a davantage su faire dans la défense mais quant il s’agit de porter des conquêtes on est plus en difficulté.

Louis Viannet : conquêtes sociales dûes aux luttes sociales de manière globale depuis 1968 : il n’y a en pas. Les avancées proviennent des bons gouvernements. Des choses ont été préparées tout de même par l’action syndicale.

Joël : Le passage de la propagande à la communication est une orientation stratégique. Pas qu’un problème de passage de temps ou d’orientation contextuelle. Orientation stratégique. Enjeux et moyens de la propagande d’hier ne se détachent pas du contexte donné. Qu’est-ce que c’est que la communication ? Pas seulement un partage des idées mais une confrontation, un débat sur les idées. Éléments pour analyser cette société. Propagande / Communication : pas les mêmes objectifs.

Question du lien en permanence entre l’écrit et la force de l’image. On voit apparaître la maitrise de l’écrit. Glissement entre maitrise de l’écrit et baisse de la lecture. Montée en force de l’image.

Sur les aspects de droit. Vu de l’extérieur, comment les batailles de communication autour de propagande de masse ont modifiés les rapports dans l’entreprise : Clavaud et Manufrance.

Propagande de défense des salariés, montée au niveau des acquis juridiques. Impact dans les entreprises.

Militant syndical et politique le lendemain de la victoire à Clavaud, vente de l’Humanité devant le bureau du patron car rapport de force. Effet de contamination positive. Côté noble de la propagande. Capacité de s’approprier des outils pour se mettre au niveau du patron qui avait déjà ces outils.

Michel Pigenet : Les conjonctures historiques. Evidence : beaucoup d’adhérents, beaucoup de moyens, développement des outils. Dans les périodes de basses eaux, économies. Banalités mais en même temps, il y a des questions non soulevése : la propagande, cela coûte : quel moyens les organisations syndicales se donnent pour intervenir, convaincre, mobiliser.

Il y a une tension permanente entre sa fonction, son orientation de mobilisation et en même temps la réalité d’un élitisme militant. Idée que la CGT a des idées tout comme ses militants, que les autres organisations n’ont pas. Tensions permanentes : Volonté d’élargir, de faire participer et en même temps le sentiment profond que les militants en savent plus que ceux auxquels ils s’adressent.

Dernier point : l’efficacité militante. Les organisations sont souvent à la défensive face au déferlement du patronat, du gouvernement sont portés par le sens commun. Une bonne partie de leur discours et interventions tombent à plat. Dans les milieux populaires il y a toujours une distance avec ceux d’en-haut. Une certaine défiance existe. La force du militantisme de terrain c’est d’être en phase, au milieu des travailleurs, utilisation des mêmes mots, essaye de gagner au travers de leurs expériences communes. Problème de la technicité de la propagande et de la communication et si en plus les organisations compensent le défaut de militants par des contrats avec des boites privés. Les mêmes s’adressent aux mêmes.

Jean-Pierre Elbaz : Thèmes à traiter. L’intervention sur les affiches du 1er mai ne l’a pas satisfait car cela renvoit à sa propre expérience. Secrétaire en 1973. Affiches du 1er mai du monde entier, à sa disposition pour garder le caractère internationale. Constance dans la CGT sur l’internationalisme des affiches du 1er mai.

Raymond Barberis a rappelé à juste titre la mise en place de 3 secteurs principaux : Action revendicative, Organisation et communication/propagande. Les grandes difficultés rencontrées : chacun de ces secteurs avait en charge d’aider à la communication. Tous n’ont pas joué sur tous les sujets la même partition. Jamais été possible dans la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie de sortir une affiche d’organisation qui mettent directement en cause l’organisation patronale. Ce point là mérite un approfondissement. Nécessité d’approfondir par fédérations et par grands groupes de la production nationale (SP).

Annie : Ce que l’histoire ne dit pas c’est les comportements des militants face à la propagande. Ce sont des stratégies toujours discutées. Défiance pour certains envers les moyens de communication. Ce qui échappe, c’est la réaction du lecteur. Dans un débat, on peut voir les réactions et s’adapter. Dans le cadre de l’écrit ou du visuel, très difficile. Défiance sur la com’, l’image.

Un mot sur les coûts de la communication. Dans UD, question toujours revenue. Pas toujours question financière mais question politique. Aujourd’hui, il faut réinventer la communication et voir comment la poser. Importance de la réaction des militants à la com’.

Jean Magniadas : Intérêt pour ce débat. Les rapports entre propagande et communication ? Pas encore vraiment répondu à cette question. Il manque une histoire de la communication, une histoire de la propagande dans une entreprise ou dans notre pays. Pas un hasard que le débat remonte dans la partie Conjoncture historique. La communication est une propagande sous autres formes et autres outils. Plus sophistiqué. Définition des termes à faire. Grand changement : mai 68 et ses conséquences. Transformations structurelles des services : en 1969-1975. Dans les formes adoptées, la communication veut que l’on va mettre des choses en commun avec d’autres. Habernas : causons/causons. On le vois ressurgir avec la question du dialogue social. C’est la conjoncture qui a produit dans une certaine mesure la communication.

Lois Auroux : on s’en est mal servi car mal digéré les rapports de forces issus de 68. Époque de changement du management. Les patrons l’ont mieux digéré. Grands changements tactiques : DPO, management, DRH, communication…

Techniques ne rend pas automatiquement le mouvement syndical plus performant. Retard car pas dominant. Histoire de la CGT est une histoire d’adaptation aux contextes. Enjeux sur terrains plus difficiles car plus simple de faire des revendications plus simples : aujourd’hui plus difficile, plus compliquée d’expliquer par exemple la sécurité professionnelle. Ce qui est plus complexe aussi, c’est la situation internationale.

Georges : Impression que communication est mal et s’adresse à des spécialistes. La masse des salariés sont largués par rapport à l’expression. Comment concilier la propagande, la communication à tous les niveaux. Intégration des salariés à leur exploitation.

Annie : Pigenet pose la question des moyens, question importante. Petite réflexion : point de vue du syndicat. Il faut des moyens financiers importants pour faire face aux idées du patronat. L’essentiel n’est pas les moyens mais avec quelle stratégie que on se dote et les moyens pour parvenir à nos fins. Nécessité ou non de faire des tracts, de la propagande, d’avoir un journal syndical… Débat sur stratégie et ensuite question des moyens dont on se dote. Les moyens on les prend là où ils sont : dans les caisses du patronat. Au départ simple ronéo. Vol du papier au patron avec aide d’autres salariés. Moyens plus moderne ensuite : photocopieuse. Lutte pour tirer des tracts avec les photocopieuses du patron. Souvent en dépassement des droits qui nous sont alloués.

Alain : Question des moyens : choix politiques dans l’organisation. Moyens limités donc définition des priorités. La communication doit faire ses preuves. Il faut éviter le gachis. Chercher l’efficacité et combattre la démobilisation. On doit utiliser ce qui nous rapproche des travailleurs. Face à une guerre idéologique conventionnelle, il faut utiliser la guerilla. Il faut revisiter un certain nombre de moyens : pas exemple le panneau syndical. Utiliser la polémique, la spontanéité. Rechercher notre propre originalité.

La CGT n’est pas la résultante de l’opinion générale elle a ses idées. Les sanctions sont rapides : l’état des luttes, les élections… On a des outils à utiliser, les mandats sont remis en cause régulièrement. A quoi ça sert d’être syndiqué ? Dans la lutte des classes, on a un patrimoine commun. Chance de militer et de diriger : racines communes, projet commun à cultiver.

Alexandre : moyens pour la presse écrite. Le premier capital ce sont les lecteurs. Autres moyens. La Révolution a été financé à partir d’un héritage d’un fondateur. La Bataille syndicaliste, plus difficile à savoir. Quelles fédérations ont financé ?

Elyane Bressol : La question des moyens n’est pas simple à aborder. A partir des années 1970. Budgets confédéraux. Part attribuée à la propagande et son évolution (débats vifs dans la Commission Exécutive). Distribution des moyens impliquent des choix politiques. Adéquation dans la répartition des budgets et les orientations des congrès de la CGT.

Années 1985-1986 : Antoinette : sauver son siège ou sauver Antoinette. Urgence CGT. Lancement de la dernière campagne d’Antoinette : pas de moyens pour Antoinette mais Urgence CGT : Il faut sauver le siège de Montreuil.

Alain Delmas : Intégration de la CGT à la nation ?

Débat propagande / communication. Collaboration avec secteur propa. Conjoncture historique particulière : année 1985 : réflexion sur le changement de nom à cette période. Dans les entreprises : Dir Com, après on voit apparaître les DRH. Communication paillette à direction des salariés. Il se passe des choses. Question pour le syndicalisme de son efficacité. Quelles formes, quelles vecteurs ? Passer de la propa à la com’, c’est passer de l’idée tous derrière la CGT à discuter avec la CGT ? Donner des éléments de réflexions et construire avec les travailleurs et les syndiqués. Travail avec des graphistes. Ils savent faire une affiche, la manière dont elle est perçue. Importance de la formation et transmissions du savoir-faire.

La question du nombre d’adhérents à toujours été posée. On ne fait pas appel à des colleurs d’affiches. Pourquoi militants ne veulent plus ? Différentes choses qui sont dans la bataille idéologique. Pour relativiser : Le Peuple : déficit de 7 millions de francs en 1939. Messidor : 12 millions de francs de déficit à la même date.