Syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011

Affiche de l'exposition "Le Syndicalisme dans le Puy-de-Dôme"
Affiche de l'exposition

A signaler, un ensemble de manifestations organisées par le Conseil Général du Puy-de-Dôme depuis le 12 janvier dernier jusqu’au 2 avril prochain sur le thème du mouvement syndical dans le département. De nombreuses conférences ou projections de films se sont déjà tenues, mais pour les retardataires, l’exposition est toujours visible du lundi au vendredi de 10h à 18h et le samedi de 14h à 18h à l’Hôtel du département, hall René-Cassin au 24, rue Saint-Esprit à Clermont-Ferrand. A noter la parution d’un ouvrage accompagnant l’exposition.

Conférences encore à venir.

  • Jeudi 17 mars
    Les syndicats, acteurs politiques : du Front Populaire à la Libération.
    Par Danielle Tartakowski, historienne Université Paris VIII.
    18h30 – Amphithéâtre de l’école de Commerce à Clermont-Ferrand.
  • Mardi 22 mars
    Droits syndicaux et droits sociaux : progressions et régressions.
    Par Jean-Louis Borie, avocat à Clermont-Ferrand, ancien président du syndicat des Avocats de France, spécialiste en droit social.
    18h30 – Amphithéâtre de l’école de Commerce à Clermont-Ferrand
    En partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme.
  • Jeudi 24 mars
    Syndicalisme et militants ouvriers dans le Puy-de-Dôme depuis 1945.
    Par Nathalie Ponsard, historienne Université Blaise-Pascal, coordonnatrice scientifique de l’exposition.
    18h30 – Amphithéâtre de l’école de Commerce à Clermont-Ferrand.

Photo, femmes, féminisme. Exposition à la BHVP

Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme" à la BHVP
Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme"

Ce dimanche, j’ai pu me rendre à l’exposition « Photo, femmes, féminisme » organisée par Florence Rochefort, historienne et Annie Metz, conservatrice en chef de la bibliothèque Marguerite Durand à la Galerie des Bibliothèques de la ville de Paris, 22 rue Malher (métro Saint-Paul), qui se tient jusqu’au 13 mars prochain.

Cette exposition prometteuse se propose de retracer cent cinquante ans d’histoire des femmes et du féminisme (1860-2010) au travers d’une sélection de deux cents photographies et documents d’archives tirés des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand. Celle-ci, unique en son genre, dispose de la plus importante collection sur l’histoire des femmes et du féminisme : 45.000 livres et brochures, 1.100 titres de périodiques, 4.500 manuscrits et lettres autographes, 5.200 dossiers documentaires, 10.000 documents iconographiques, dont plus de 4.000 photographies et plusieurs dizaines de fonds d’archives de particuliers et d’associations.

L’exposition est divisée quatre grandes parties : « Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme » ; « Profession photographe, côté femmes » ; « Métiers féminins, territoires masculins » et « Femmes engagées, de la Commune aux années MLF ». Ci-dessous les parties telles qu’elles sont présentées dans le dossier de presse :

Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme
Militante pour le droit des femmes à la Belle Epoque, Marguerite Durand, première patronne de presse en France, est fondatrice du journal La Fronde, entièrement rédigé et administré par des femmes. Afin de témoigner de leur rôle dans l’histoire, elle créé un fonds de documentation spécialement consacré aux femmes. Cette collection réunit aujourd’hui 4.000 photographies, enrichie principalement de portraits de comédiennes, d’artistes peintres, de musiciennes, d’écrivaines et de militantes et militants qui ont marqué l’histoire des droits des femmes. Photos notamment présentées : Sarah Bernhardt, Camille Claudel, Colette, Yvette Guilbert mais aussi Helène Cixous.

Profession photographe côté femmes
La photographie est au centre de l’exposition, qui présente le travail de femmes photographes de renom : Germaine Krull, Laure Albin Guillot, Berenice Abbott, Gisèle Freund, Yvonne Chevailier, Edith Gérin, Sabine Weiss, Janine Niepce ou encore Irina Ionesco.

Métiers féminins, territoires masculins ?
Avec le développement du photo-reportage pour les journaux et les revues, quelques portraits de femmes ont eu l’honneur de la presse : ouvrières au travail, sportives, aviatrices, grèves et manifestations, femmes « pionnières »..

Femmes engagées, de la Commune aux années MLF
Les grands « combats » des femmes des années 1970 aux années 1990 (essentiellement à travers les photos de Janine Niepce et Catherine Deudon), mais aussi les Communardes (dont Louise Michel) Résistantes, pacifistes, suffragistes, femmes politiques…

Quelques remarques à chaud, après l’exposition.

Tout d’abord, le lieu d’exposition, par sa taille et son organisation, rend difficile la circulation aux heures de pointe ! Je n’avais pas qu’à y aller un dimanche me direz-vous, jour où le quartier du Marais est de plus réservé à la circulation piétonne… Mais le faible espace, surtout au rez-de-chaussée du bâtiment, additionné à la petite police d’écriture des cartels et l’absence de lumière suffisante dans les pièces et surtout dans les vitrines a parfois rendu mal-aisée la visite. Autre élément, le panneau récapitulatif des dates et faits marquants de l’histoire des femmes se trouvait au sous-sol, donc au milieu de la première partie de l’exposition. Là encore, ceci est due à la configuration des lieux !

Il m’a semblé par contre plus ennuyeux que l’exposition ne soit pas davantage organisée de manière chronologique. Si les grandes lignes temporelles étaient respectées (du 19ème au 20ème siècle), l’organisation thématique ne permettait pas au « simple » visiteur de bien replacer les différentes photographies dans leur contexte. Ainsi, les deux derniers thèmes pouvaient désorienter, puisqu’ils mettent côte-à-côte des photographies ayant parfois plus de cinquante années de distance. A mon sens, il manquait, pour faciliter la compréhension, davantage de repères historiques, de synthèse des grandes évolutions de l’histoire des femmes. Cet oubli, là encore justifié par le manque d’espace, est comblé dans l’ouvrage accompagnant l’exposition. Ce dernier, de bonne facture, comprend de nombreuses contributions rédigées par des spécialistes comme Michèle Perrot. Un regret, son prix (39 euros) qui ne le rend malheureusement pas accessible à toutes les bourses.

Découlant de ce choix de présentation thématique – et je pense de la volonté de présenter la richesse des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand – il peut y avoir confusion, chez les visiteurs, entre les grandes « figures féminines » et le féminisme. Le risque est de mettre sur un pied d’égalité des femmes ayant lutté pour l’obtention du droit de vote, pour l’extension des droits politiques et sociaux, pour la libre disposition de leurs corps avec des grandes figures féminines : écrivaines, photographes, peintres, artistes, etc. Ces deux éléments, bien que se recoupant parfois, comme dans le cas de Simone de Beauvoir, ne le sont pas toujours et la conception de l’exposition aurait dû prendre des précautions à ce sujet. Présenter côte-à-côte des portraits de Mata Hari et de Clara Zetkin n’est pas en soi un problème, mais avec pour titre d’exposition « Photo, femmes, féminisme », il peut être source de confusion : l’oeuvre de Mata Hari en matière d’émancipation de la femme ne me semble pas véritablement fondée, bien que je puisse me tromper…

Il faut toutefois reconnaître l’intérêt de cette démarche de présentation de fonds d’archives photographiques et documentaires d’une bibliothèque dont l’existence est trop peu connue du grand public. Ce contact avec l’archive est très important, tant pour le public que pour l’institution qui en est détentrice. Une expérience à renouveler donc, peut-être en restreignant les objectifs afin de faciliter la compréhension d’un public « non averti ». A signaler, l’entrée sera gratuite pour tous le 8 mars 2011, à l’occasion de la journée internationale de la femme !

DLDDLT. Exposition Baru au festival international de la BD d’Angoulême

Logo du 38ème festival international de la BD d'Angoulême
Logo du festival de la BD d'Angoulême

Le traditionnel festival international de la bande dessinée d’Angoulême (38 ans cette année tout de même !) vient d’ouvrir ces portes aujourd’hui pour s’achever dimanche prochain, le 30 janvier. Bien que je ne puisse pas y assister pour des raisons de planning, je tiens à vous signaler que le président du jury, Hervé Barulea, dit Baru organise une exposition intitulée « DLDDLT », en clair « Debout Les Damnés De La Terre », en hommage à la classe ouvrière et au monde du travail. L’auteur de L’autoroute du soleil ou des Années Spoutnik propose de s’immerger dans son univers, avec l’aide de quelques comparses.

La présentation faite sur le site officiel met l’eau à la bouche. Avant même l’entrée dans l’exposition, le ton est donné : une statue de Lénine y git, façon pour Baru d’adresser un clin d’œil à l’imagerie révolutionnaire qui a accompagné de longue date l’histoire de la classe ouvrière, mais aussi d’en souligner les impasses et la dimension presque pathétique. « L’altérité », « la vie dans la cité », « l’usine », « le combat » pour s’en sortir sont les quatres thèmes couverts par les différentes salles de cette exposition qui réunit à cette occasion des planches ou des reproductions issues de ses albums ainsi que des documents audiovisuels.

En espérant qu’un lecteur de ce carnet nous propose un compte-rendu sinon des impressions de visiteur, je vous invite à vous y rendre, ne serait-ce que pour le plaisir de la bande dessinée !

> Adresse et crédits.

Exposition Baru : DLDDLT (Debout Les Damnés De La Terre)
Cité de la BD – Bâtiment Castro
Rue de Bordeaux, Angoulême

Production : 9eArt+
Commissariat et coordination : Baru & Benoît Mouchart
Scénographie : Sylvie Nardy
Partenaires : Fnac, SNCF

Sur les « Dessins de presse à la une », Espace Les Champs Libres, Rennes

Invitation à l'exposition "Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes
"Dessins de presse à la une", Les Champs Libres, Rennes

Profitant d’un passage éclair en Bretagne dans le cadre d’une formation, j’ai décidé de visiter l’exposition « Dessins de presse à la Une. La liberté d’expression indomptée » organisée à l’espace Les Champs Libres de Rennes. L’entrée étant libre à partir de 19 heures, on aurait tort de s’en priver !

Dès la première salle, deux grands panneaux explicatifs nous présentent le contexte de création de cette exposition. Le 16 octobre 2006 s’est tenu le cinquième séminaire « désapprendre l’intolérance  » organisé par le département de l’information publique de l’ONU. Celui-ci intervient plusieurs mois après les vives polémiques déclenchées par les caricatures du Prophète en 2005 au Danemark et par l’exposition controversée de dessins sur l’Holocauste présentée en Iran qui a suivie. Lors de ce séminaire,  Jean Plantu, célèbre dessinateur de la une du journal Le Monde depuis 1972, décide, avec d’autres, d’impulser une fondation, « Cartooning for peace – Dessiner pour la Paix », qui est parrainée par Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations-Unis. Une première exposition est concomitamment organisée avec la participation d’une vingtaine de dessinateurs venus du monde entier. Celle-ci est suivie de nombreuses autres présentations et débats dont la dernière en date est celle organisée à Rennes.

Cinq grandes thématiques rythment une visite prenant entre une et deux heures suivant le temps que l’on passe à contempler les dessins et la participation ou non aux activités proposées. L’objectif avoué est de faire réfléchir les visiteurs sur le rôle du dessinateur de presse et sa place dans la société. Dans l’ordre, on trouve une première salle intitulée « Laisse penser ton crayon ! » présentant le travail de création (avec en prime une reconstitution du bureau de Plantu au Monde !), suivie d’une seconde, plus vaste sur la première mission du dessinateur : « Informer », avec cette question : Le dessinateur de presse est-il un journaliste comme les autres ? ». La troisième salle se penche sur le rôle de dénonciation du dessinateur, avec une place particulière donnée à la liberté d’expression. La salle suivante s’intitule « Interroger la société » et présente des travaux questionnant la place des femmes et la protection des enfants. Enfin la dernière salle, « Communiquer à travers le monde » soulève les problèmes de compréhension commune et présente les différents journaux qui sont les supports des dessins de presse.

La scénographie adoptée pour cette exposition est ludique, conformément aux publics visés. Les familles, les scolaires sont en effet les principaux visiteurs attendus. On y trouve de nombreux extraits vidéos, de nombreuses reproductions de journaux, des espaces interactifs… Deux espaces retiennent plus particulièrement l’attention : Un premier, composé de tables et de chaises de café, permet à ceux qui le souhaitent de s’installer un instant pour consulter des exemplaires papiers des journaux cités dans l’exposition. Un second, autour d’une grande table, créé un espace bibliothèque offrant une vingtaine d’ouvrages en libre consultation sur le thème du dessin de presse et de la caricature en France et dans le monde. On y trouve des ouvrages de qualité ainsi que des monographies ou compilations de dessinateurs. Il y a là un véritable intérêt pédagogique pour les jeunes et les moins jeunes qui sont invités à prolonger l’exposition par la lecture.

Au-delà de ces différents éléments de présentation, une problématique me semble très intéressante. Celle du contexte de production des dessins, qui est abordée notamment à la fin de l’exposition. Il faut souligner ici la qualité du travail fourni par les concepteurs de l’exposition, notamment en ce qui concerne la rédaction des cartels des œuvres sur lesquels on trouve les traductions ainsi que des explications lorsque celles-ci semblent nécessaires. Un exemple que devrait suivre plus souvent les commissaires d’exposition. Un bémol toutefois, l’intégralité des dessins n’ont pas pu bénéficier de ces cartels « enrichis », quelques-uns ayant échappé à la traduction !

Autre démarche participant de cette problématique : La création et la présentation d’une carte du monde des « tabous ». L’association a demandé aux dessinateurs des principaux quotidiens du monde de présenter un de leurs travaux refusés ou susceptibles de l’être en raison du contexte propre à chaque pays. L’intégralité des pays n’y est pas encore représentée, mais la volonté affichée est celle de la compléter au fur et à mesure.

Enfin, la dernière salle, en plus de présenter les principaux quotidiens du monde (et notamment le tirage rapporté à la population totale) illustre, avec plusieurs séries de dessins, les problèmes d’interprétation que peuvent poser ceux-ci lorsqu’ils sont retirés de leur contexte de création ou lorsque nous ne disposons pas des clés de lecture. Il y a ici matière à réflexion pour les différents chercheurs qui vont intervenir sur ce carnet de recherches et qui justifie à mon sens la démarche interdisciplinaire. Historiens et historiens de l’art ont en effet tout à gagner à étudier, de concert, ces productions  en interrogeant le contexte historique de production (Histoire générale, histoire de la presse, histoire culturelle)  et en analysant le contenu symbolique et artistique de ces dessins.

Une exposition à voir, et rapidement, puisqu’elle se termine le 9 janvier 2011 !

> A voir sur le web.

Cartooning for peace : Le site internet / le blog / le profil facebook.

Espace Les Champs Libres de Rennes : Le site internet.

> Crédits photos.

© DR – Espace Champs Libres de Rennes.