Citoyenne suisse : 40 ans et après?

 

Affiche de l'exposition "Citoyenne suisse : 40 ans et après ?", Neufchâtel.
Affiche de l'exposition "Citoyenne suisse : 40 ans et après ?", Neufchâtel.

Le 7 février 1971, une grande partie – en raison du système de démocratie directe en vigueur localement – des femmes suisses obtiennent le droit de vote et d’élibilité après un siècle de mobilisations. Le Musée d’Art et d’Histoire de Neufchâtel organise une exposition sur ce thème à l’occasion du quarantième anniversaire et propose aux visiteurs des affiches, des coupures de journaux, des documents d’époque retraçant l’aventure des suffragettes suisses. Elle est le fruit d’une collaboration entre l’Office de la politique familiale et de l’égalité du canton de Neuchâtel et le département historique du Musée d’art et d’histoire, avec le concours du Centre de liaison des associations féminines (CLAF) et l’Association suisse pour les droits de la femme (ADF). Exposition bilingue, elle retrace les grandes lignes de cette lutte nationale, en accordant toutefois une place de choix à Neufchâtel qui, dès 1959, a reconnu ce droit. Visible jusqu’au 21 août prochain, n’hésitez pas à y faire un détour si vous passer cet été par la Suisse !

Pour aller plus loin.

Des extraits vidéos d’époque sur le site internet de la Télévision Suisse Romande.

Photo, femmes, féminisme. Exposition à la BHVP

Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme" à la BHVP
Affiche de l'exposition "Photo, Femmes, Féminisme"

Ce dimanche, j’ai pu me rendre à l’exposition « Photo, femmes, féminisme » organisée par Florence Rochefort, historienne et Annie Metz, conservatrice en chef de la bibliothèque Marguerite Durand à la Galerie des Bibliothèques de la ville de Paris, 22 rue Malher (métro Saint-Paul), qui se tient jusqu’au 13 mars prochain.

Cette exposition prometteuse se propose de retracer cent cinquante ans d’histoire des femmes et du féminisme (1860-2010) au travers d’une sélection de deux cents photographies et documents d’archives tirés des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand. Celle-ci, unique en son genre, dispose de la plus importante collection sur l’histoire des femmes et du féminisme : 45.000 livres et brochures, 1.100 titres de périodiques, 4.500 manuscrits et lettres autographes, 5.200 dossiers documentaires, 10.000 documents iconographiques, dont plus de 4.000 photographies et plusieurs dizaines de fonds d’archives de particuliers et d’associations.

L’exposition est divisée quatre grandes parties : « Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme » ; « Profession photographe, côté femmes » ; « Métiers féminins, territoires masculins » et « Femmes engagées, de la Commune aux années MLF ». Ci-dessous les parties telles qu’elles sont présentées dans le dossier de presse :

Marguerite Durand (1864-1936) et la Belle Epoque du féminisme
Militante pour le droit des femmes à la Belle Epoque, Marguerite Durand, première patronne de presse en France, est fondatrice du journal La Fronde, entièrement rédigé et administré par des femmes. Afin de témoigner de leur rôle dans l’histoire, elle créé un fonds de documentation spécialement consacré aux femmes. Cette collection réunit aujourd’hui 4.000 photographies, enrichie principalement de portraits de comédiennes, d’artistes peintres, de musiciennes, d’écrivaines et de militantes et militants qui ont marqué l’histoire des droits des femmes. Photos notamment présentées : Sarah Bernhardt, Camille Claudel, Colette, Yvette Guilbert mais aussi Helène Cixous.

Profession photographe côté femmes
La photographie est au centre de l’exposition, qui présente le travail de femmes photographes de renom : Germaine Krull, Laure Albin Guillot, Berenice Abbott, Gisèle Freund, Yvonne Chevailier, Edith Gérin, Sabine Weiss, Janine Niepce ou encore Irina Ionesco.

Métiers féminins, territoires masculins ?
Avec le développement du photo-reportage pour les journaux et les revues, quelques portraits de femmes ont eu l’honneur de la presse : ouvrières au travail, sportives, aviatrices, grèves et manifestations, femmes « pionnières »..

Femmes engagées, de la Commune aux années MLF
Les grands « combats » des femmes des années 1970 aux années 1990 (essentiellement à travers les photos de Janine Niepce et Catherine Deudon), mais aussi les Communardes (dont Louise Michel) Résistantes, pacifistes, suffragistes, femmes politiques…

Quelques remarques à chaud, après l’exposition.

Tout d’abord, le lieu d’exposition, par sa taille et son organisation, rend difficile la circulation aux heures de pointe ! Je n’avais pas qu’à y aller un dimanche me direz-vous, jour où le quartier du Marais est de plus réservé à la circulation piétonne… Mais le faible espace, surtout au rez-de-chaussée du bâtiment, additionné à la petite police d’écriture des cartels et l’absence de lumière suffisante dans les pièces et surtout dans les vitrines a parfois rendu mal-aisée la visite. Autre élément, le panneau récapitulatif des dates et faits marquants de l’histoire des femmes se trouvait au sous-sol, donc au milieu de la première partie de l’exposition. Là encore, ceci est due à la configuration des lieux !

Il m’a semblé par contre plus ennuyeux que l’exposition ne soit pas davantage organisée de manière chronologique. Si les grandes lignes temporelles étaient respectées (du 19ème au 20ème siècle), l’organisation thématique ne permettait pas au « simple » visiteur de bien replacer les différentes photographies dans leur contexte. Ainsi, les deux derniers thèmes pouvaient désorienter, puisqu’ils mettent côte-à-côte des photographies ayant parfois plus de cinquante années de distance. A mon sens, il manquait, pour faciliter la compréhension, davantage de repères historiques, de synthèse des grandes évolutions de l’histoire des femmes. Cet oubli, là encore justifié par le manque d’espace, est comblé dans l’ouvrage accompagnant l’exposition. Ce dernier, de bonne facture, comprend de nombreuses contributions rédigées par des spécialistes comme Michèle Perrot. Un regret, son prix (39 euros) qui ne le rend malheureusement pas accessible à toutes les bourses.

Découlant de ce choix de présentation thématique – et je pense de la volonté de présenter la richesse des fonds de la bibliothèque Marguerite Durand – il peut y avoir confusion, chez les visiteurs, entre les grandes « figures féminines » et le féminisme. Le risque est de mettre sur un pied d’égalité des femmes ayant lutté pour l’obtention du droit de vote, pour l’extension des droits politiques et sociaux, pour la libre disposition de leurs corps avec des grandes figures féminines : écrivaines, photographes, peintres, artistes, etc. Ces deux éléments, bien que se recoupant parfois, comme dans le cas de Simone de Beauvoir, ne le sont pas toujours et la conception de l’exposition aurait dû prendre des précautions à ce sujet. Présenter côte-à-côte des portraits de Mata Hari et de Clara Zetkin n’est pas en soi un problème, mais avec pour titre d’exposition « Photo, femmes, féminisme », il peut être source de confusion : l’oeuvre de Mata Hari en matière d’émancipation de la femme ne me semble pas véritablement fondée, bien que je puisse me tromper…

Il faut toutefois reconnaître l’intérêt de cette démarche de présentation de fonds d’archives photographiques et documentaires d’une bibliothèque dont l’existence est trop peu connue du grand public. Ce contact avec l’archive est très important, tant pour le public que pour l’institution qui en est détentrice. Une expérience à renouveler donc, peut-être en restreignant les objectifs afin de faciliter la compréhension d’un public « non averti ». A signaler, l’entrée sera gratuite pour tous le 8 mars 2011, à l’occasion de la journée internationale de la femme !