Ouvriers, ouvrières, la classe !

Affiche de la Décade Cinéma et société à Tulle "Ouvriers, ouvrières, la classe !"
Affiche de la Décade Cinéma et société "Ouvriers, ouvrières, la classe !"

Ne manquez pas la deuxième partie de la sixième édition de la Décade « Cinéma et Société » du 4 au 8 mai 2011 à Tulle sur le thème « Ouvriers, ouvrières, la classe ! ». Cette année, ce festival de cinéma, co-organisé par l’association Autour du 1er mai, le réseau associatif Peuple et Culture et le cinéma le Palace de Tulle, s’attarde sur le monde ouvrier avec une série de projections de films. La première partie, du 15 au 20 mars, est malheureusement achevée, mais pour les retardataires, une session de rattrapage est organisée !

Au programme !

Mercredi 4 mai, 18h, Tulle, Médiathèque intercommunale.

Générations précaires, derrière les masques
Ruxandra Medrea
France, 2006, 52 min
Au début de l’automne 2005, un groupe de jeunes portant des masques blancs intrigue les médias. Leurs objectifs : sensibiliser l’opinion à la précarité des jeunes diplômés mais aussi intervenir comme groupe de pression pour une réforme du Code du Travail, qui devrait, selon eux, reconnaître et réglementer le statut du stagiaire. Ce film analyse ainsi  cette mobilisation qui a su interpeller parents, politiques et syndicats.

Les apprentis se réveillent
Laurent Chevallier
France, 1976, 15 min
Dans son premier film, Laurent Chevallier laisse la parole à une catégorie de la population qui ne l’a pas souvent eue dans le cinéma français : les jeunes apprentis. Dans la rue, les collégiens criaient « Le CET, c’est déjà l’usine ! ». Les temps ont-ils changé depuis 1976 ? Comment « forme »-t-on les futurs ouvriers (ou les futurs chômeurs) ?

Et voilà le travail
Florette Eymenier
France, 2009, 17 min
De nouvelles formes et de nouveaux modes de travail se font jour. Travail nomade, temps flexible, travail virtuel, travail précaire, travail en réseau et de nouvelles formes de travail à la chaîne. Eclairés par la froide lueur d’un néon, dans un couloir ou un bureau, des témoignages d’employés plus ou moins bien placés dans la hiérarchie, s’égrènent d’un ton monocorde et artificiel : la déshumanisation élevée au rang de technique managériale ! Les témoignages sont des récits écrits et distanciés portés à l’écran par des comédiens amateurs. Cette vidéo de création mène une réflexion sur les nouvelles formes émergentes du travail.

Mercredi 4 mai, 21h, Tulle, Cinéma le Palace.

Carte Blanche à Ciné Archives, Fonds audiovisuel du PCF, mouvement ouvrier et démocratique . En présence de Julie Cazenave, déléguée générale de Ciné-Archives.

D’hier à aujourd’hui, lorsque le mouvement social détourne les moyens de communication. Comme d’autres organisations militantes – politiques ou/et ouvrières – le PCF a cherché   détourner les moyens (et les réseaux) de communication de son temps. Dès les années 30, il adopte le nouveau « mass media » qu’est le cinéma. Ciné-Archives présentera deux exemples de formats audiovisuels traditionnels revisités, les actualités cinématographiques qui ont précédé la télévision et le magazine télévisé…

Magazine Populaire N°1
Anonyme
France, 1938, extraits : 14 min
Le 14 juillet 1938, le 32ème tour de France : contre-information politique et ouvrière, ou comment parler de la guerre d’Espagne en relatant le Tour de France… Suivent deux reportages « Une retraite pour les vieux » et « Les Congés Payés ».

Reflets
Collectif
France, 1964, extraits : 30 min
Ouvriers 1964, Jean Ferrat, Ma Môme, Youri Gagarine à Paris.

Sélection d’épisodes de l’association Plus belles les luttes

Invité de Ciné-Archives, Peuple et Culture et Autour du 1er mai : Plus belles les luttes Jean-Paul Leroy, ancien ouvrier et syndicaliste de Fos-sur-Mer, et Thierry Del Bado, journaliste, ont crée en 2009 leur propre outil audiovisuel de production et de diffusion d’information : chaque semaine, ils mettent en ligne sur leur site Internet un nouvel épisode des luttes ouvrières et sociales, et même politiques, qui ont cours dans les Bouches-du-Rhône.

Jeudi 5 mai, 18h, Tulle, médiathèque intercommunale.

En présence de Didier Zyserman, réalisateur.

Nosotros del Bauen
Didier Zyserman
France, 2010, 95 min
L’hôtel Bauen fut construit sous la dictature militaire, au cœur de Buenos Aires, pour accueillir la Coupe du Monde de football. Durant vingt-cinq ans, ses employés ont servi l’élite argentine et accueilli les touristes venus du monde entier. Depuis mars 2003, ils travaillent en autogestion, se partageant les tâches et les salaires, votant en assemblées générales toutes les décisions qui les concernent. Elena, Osvaldo, Santiago, Marcello sont quelques-uns des employés de la coopérative. Ils luttent aujourd’hui contre leurs anciens patrons, désireux de récupérer l’immeuble à leur profit. Droit au travail contre droit à la propriété, quelle légitimité l’emportera ? À partir de ce lieu unique, le film se propose de plonger au cœur de l’autogestion et de rendre compte de l’Argentine d’aujourd’hui.

Jeudi 5 mai, 21 h, Tulle, cinéma Le Palace.

En présence de Sébastien Layerle, enseignant à L’université Paris III.

Des gens sans importance
Henri Verneuil
France, 1955, 101 min
Jean Viard, conducteur de poids lourds sur la ligne Paris-Bordeaux, tombe amoureux d’une jeune serveuse d’un relai routier. L’affaire tournera mal… Jean Gabin interprète comme souvent un personnage écrasé par la vie. Le film témoigne d’un pessimisme fortement présent dans le cinéma français. L’objectif est de montrer un « anti film de lutte » pour réfléchir ensemble à ce qu’il véhicule et à quelle représentation correspond le personnage central de Jean Gabin dans l’histoire du cinéma français.

Beau comme un camion
Antony Cordier
France, 1999, 90 min
« Dans ma famille, il n’y a que des ouvriers. Comment ont-ils perçu mon parcours, à moi qui suis encore en études à 28 ans ? » Beau comme un camion est le premier film d’Antony Cordier, alors élève d’une école de cinéma, la FEMIS. Né dans une famille d’ouvriers, il est le premier à avoir fait des études. Il a choisi de montrer comment a évolué la perception du travail intellectuel au sein d’une famille de manuels. Pour certains, les intellectuels sont des fainéants ; pour d’autres, l’école peut permettre de s’en sortir. Mais se sortir de quoi ? Anthony Cordier cherche la réponse auprès de ses proches : son frère, manutentionnaire, son père, conducteur de camion, sa mère, nourrice.

Vendredi 6 mai, 18h30, Tulle, cinéma Le Palace.

En présence de Bruno Muel, réalisateur, et de Sébastien Layerle, enseignant à l’Université Paris III.

Week-end à Sochaux,
groupe Medvedkine de Sochaux, Bruno Muel
France, 1971, 57 min
Seul film en couleur des groupes Medvedkine, coréalisé, interprété, inventé au fil du jeu par les ouvriers eux-mêmes, Week-end à Sochaux décrit avec humour, l’arrivée des jeunes travailleurs à l’usine Peugeot. Filmer ce qui dégrade la vie quotidienne autant que la chaîne, les hôtels interdits aux jeunes fi lles, la ville qui vit au rythme des usines, les magasins de l’empire Peugeot, qui s’appellent – il fallait l’inventer – Ravi. Le film est une forme de comédie jubilatoire et grinçante, une sorte de boomerang, retourné à l’envoyeur et à l’exploitation capitaliste, dans et hors de l’usine. De 1967 à 1974, au travers des Groupes Medvedkine, les travailleurs des usines de Besançon et de Sochaux s’approprient l’outil cinéma pour témoigner de leurs conditions d’existence et de leurs luttes quotidiennes. Ils sont à l’origine d’une quinzaine de films réalisés en collaboration avec des réalisateurs et des techniciens professionnels et soutenus par la coopérative de production SLON. « Nous n’aurions jamais dû nous rencontrer, encore moins travailler ensemble, souligne Bruno Muel. Ça ne se faisait pas, ça ne se fait toujours pas, ou si rarement. De quoi je vous parle ? D’une utopie, de quelques dizaines d’ouvriers des usines Rhodiaceta de Besançon et Peugeot de Montbéliard, d’un côté, d’une poignée de cinéastes, réalisateurs et techniciens de l’autre, qui ont décidé à cette époque, qui n’est justement pas n’importe laquelle, de consacrer du temps, de la réflexion, du travail à faire des films ensemble. »)

On voit bien qu’c’est pas toi
Christian Zarifian
France, 1969, 48 min
Préparé puis tourné avec un groupe de jeunes ouvriers, collégiens et chômeurs dans un quartier du Havre, On voit bien qu’c’est pas toi inaugure la série de films « collectifs » portés par l’élan de Mai 68. Les jeunes ont choisi la forme documentaire afin de montrer leur vie au quotidien, dans leur local, au travail, en surboum, en famille, en camping sauvage… Ils ont ainsi dressé de façon précise et détaillée l’autoportrait, singulier, d’un milieu jusqu’alors presque totalement absent des écrans.

Vendredi 6 mai, 21 h, Tulle, cinéma Le Palace.

En présence de Daniel Ellezam, directeur de la collection Films en classe du CNDP, responsable de la prospection du dépôt légal des films à la Bibliothèque nationale de France.

Les raisins de la colère
John Ford
Etats-Unis, 1940, 130 min
Au début des années 1930, après quatre années d’incarcération dans un pénitencier de l’Oklahoma, Tom Joad s’apprête à rejoindre la ferme familiale. Les États-Unis connaissent alors une crise économique majeure pendant laquelle les banques s’approprient les terres des paysans endettés – sinistre pratique d’actualité avec la crise des subprimes. Comme tant d’autres, le clan Joad prend la route de la Californie, cette terre promise pour tous les délaissés de l’Amérique. Les raisins de la colère, tiré du roman de John Steinbeck, est un chef-d’œuvre d’humanisme. Ce film aux valeurs universelles n’est pas le simple témoignage d’une crise économique : il témoigne avec force de la capacité du cinéma américain de fiction à porter à l’écran l’image de la réalité sociale d’alors. Un des « films cultes » des ciné-clubs de Peuple et Culture projeté dans la campagne et les usines de Corrèze et qui prend place aujourd’hui dans le programme de la décade pour le 60e anniversaire de l’association.

Monsieur Cok
Franck Dion
France, 2008, 10 min
Monsieur Cok est le propriétaire d’une grande usine de fabrication d’obus. Sa passion pour le rendement et son goût du profit le conduisent à remplacer ses employés par des automates très perfectionnés. Résignés, les anciens ouvriers assistent impuissants au labeur de leurs remplaçants mécaniques. Mais cela ne va pas sans susciter la colère de l’un d’entre eux. Lorsqu’un court métrage d’animation en dit beaucoup sur le travail…

Samedi 7 mai, 15h, Tulle, salle Latreille

En présence de Bruno Muel, réalisateur, et de Bernard Nicolas, réalisateur.

France Télécom, malade à en mourir
Bernard Nicolas
France, 2010, 54 min
En 2000, France Télécom est racheté par l’opérateur anglais Orange. Il est prévu de faire partir 22000 personnes entre 2004 et 2007. Se met en place alors une panoplie de méthodes qui poussent des dizaines d’employés à la dépression et au suicide : mutations arbitraires, congés de maladies forcés, placardisations, humiliations, obligation de vendre n’importe quoi à n’importe quel prix à l’usager devenu client. Ces pratiques, hélas, ne concernent pas seulement France Télécom, La Poste connaît elle aussi son lot de suicides. Ne pas accepter, témoigner, s’organiser : il nous a semblé urgent de donner à voir cette réalité qui signe aussi la transformation de services publics en entreprises vouées exclusivement au profit, qui font mourir les hommes et les femmes, pour réfléchir ensemble à la manière d’arrêter cet engrenage.

Avec le sang des autres
Groupe Medvedkine de Sochaux, Bruno Muel
France, 1974, 52 min
Dernier film des groupes Medvedkine réalisé par Bruno Muel : une descente aux enfers. Son direct et image simple, assourdissante image. C’est là l’essentiel de l’empire Peugeot, l’exploitation à outrance du travail humain. Dehors : magasins, supermarchés, bus, distractions, vacances, logement, la ville elle-même. Un horizon : Peugeot. « Ce film est un des meilleurs documentaires sur le monde ouvrier de ces années-là. Mais il n’a pas l’esprit de Week-end à Sochaux. Ces films, je crois que je les aime autant l’un que l’autre. Le premier avec la bande de copains, c’est la découverte et l’autre, c’est l’aboutissement : quand tu es juste capable de gueuler sur les mauvaises conditions de travail et qu’intellectuellement tu t’en sors mal ». Christian Corouge, ouvrier, protagoniste du film.

La mort du rat
Pascal Aubier
France, 1973, 4 min
Un ouvrier enchaîné à la cadence infernale de son travail finit par être complètement débordé et finit par bloquer l’horrible machine. Le contremaître lui aboie dans les oreilles qu’il sera puni. En rentrant chez lui, l’ouvrier ne dit bonsoir ni à sa femme ni à son fils.

Samedi 7 mai, 20h00, Tulle, cinéma Le Palace.

Rendez-vous des quais, Paul Carpita et Carte blanche au CNC : Ces gens du nord, René Lucot. En présence de Béatrice de Pastre, directrice des collections des archives françaises du film.

Le Rendez-vous des quais
Paul Carpita
France, 1954, 75 min
Dans le Marseille des années cinquante, sur fond de guerre d’Indochine, l’histoire d’un jeune couple confronté aux difficultés économiques et à la crise sociale qui secoue le port. Sur les quais, on embarque des canons et des chars ; on décharge aussi les blessés et les cercueils venant d’Indochine. Des grèves éclatent, durement réprimées par la police. « Nous plantons notre caméra au cœur même de la vie quotidienne des gens, dans les quartiers déshérités, sur le Port, parmi les dockers en colère, racontait Paul Carpita. Caméra légère, souvent à l’épaule, décors naturels, comédiens non professionnels, dont certains jouent leur propre rôle. Scénario modifié au rythme de la vie réelle. Après plus d’un an de tournage dans des conditions très difficiles, notre film est enfin terminé. Nous décidons d’organiser, dans un cinéma des Quartiers-Nord, une séance spéciale réservée aux dockers et à leur famille et à tous ceux qui nous ont aidés à mener à bien cette extraordinaire entreprise. La fête tourne court. Des camions de CRS prennent position devant l’entrée du cinéma. Accompagnées d’un huissier de justice et d’un commissaire de police, les forces de l’ordre font irruption dans la salle archi-comble. Les bobines sont aussitôt saisies : Le Rendez-vous des quais vient, à Paris d’être totalement interdit par la censure. » Il le sera pendant plus de 35 ans…

Ces gens du nord
René Lucot
France, 1951, 17 min
Portrait d’une région marquée par la présence de l’industrie et du travail des hommes, pécheurs, mineurs, sidérurgistes. Le film a été sélectionné au festival de Cannes, en 1952 et appartient aux collections des Archives françaises du film du CNC. Il sera présenté par Béatrice de Pastre, directrice des collections des Archives françaises du film.

Samedi 7 mai, 22h15, Tulle, cinéma Le Palace.

En présence de Jean-Pierre Burdin, qui milite aujourd’hui auprès de différentes organisations et d’associations pour de nouvelles rencontres « arts-travails ».

Bread and roses
Ken Loach
Royaume-Uni, 2000, 112 min
Bread and roses décrit le combat de travailleurs latino fraîchement immigrés à Los Angeles, devenus gens de ménage dans une multinationale. Lorsque les grévistes sont arrêtés par la police américaine, ils déclinent leurs noms : Emiliano Zapata, Pancho Villa et s’amusent de l’ignorance de leurs gardiens. Souvent, dans les films de Ken Loach, les personnages qui incarnent le mieux l’esprit de révolte sont des femmes.

Il se passe quelque chose aux Nouvelles Galeries de Saint-Étienne
André Picon
France, 1970, 13 min
Un reportage sur la grève des employés du grand magasin Les Nouvelles Galeries en octobre 1970 à Saint-Etienne à travers des interviews, des articles de journaux et des photographies.

Dimanche 8 mai, 14h45, Tulle cinéma le Palace

En présence de Daniel Ellezam, directeur de la collection Films en classe du CNDP, responsable de la prospection du dépôt légal des films à la Bibliothèque nationale de France.

We want sex equality
Nigel Cole
Royaume-Uni, 2010, 113 min
En 1968, 183 ouvrières des usines Ford de la banlieue de Londres bravent leur patron pour obtenir le même salaire que leurs collègues masculins. En arrêtant leur travail, elles stoppent l’ensemble de la chaîne de production de l’usine, s’attirent les foudres des ouvriers et… de quelques représentants syndicaux. Depuis les origines de l’histoire du mouvement ouvrier, la lutte des femmes pour l’égalité des droits est un long chemin souvent à recommencer. C’est ce que ce film, Prix du public au Festival du film britannique de Dinard en 2010, démontre avec brio et humour.

Dimanche 8 mai, 17h00, Tulle, cinéma Le Palace.

La classe ouvrière va au paradis
Elio Petri
Italie, 1971, 125 min
En parlant de son film, Elio Petri disait : Mon but est de semer non des certitudes mais le doute. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a très bien réussi ! Massa, ouvrier modèle, travaille à une telle cadence qu’il se fait détester par ses camarades. La machine s’emballe, il perd un doigt dans l’engrenage et met autant d’énergie à résister aux cadences imposées qu’il en avait mis à s’y conformer. Tourne a un rythme haletant, ce film met en scène tous les protagonistes impliques dans les luttes sociales de l’Italie d’après 1968 – les syndicalistes, les étudiants, les ingénieurs en blouses blanches – dans une entreprise automobile qui pourrait être la FIAT.

Dimanche 8 mai, 21h00, cinéma Le Palace, Tulle.

En présence de Philippe Corcuff, scénariste du film (sous réserve)

Nadia et les hippopotames
Dominique Cabrera
France, 1999, 100 min
Décembre 1995. La France entière est en grève contre le plan Juppé, pour la défense des retraites et de la Sécurité sociale. Une jeune femme, Nadia, vit du RMI et élève seule son fils Christopher depuis six mois. Un jour, elle croit reconnaître le père de l’enfant dans un reportage télévisé sur les cheminots grévistes, tourné à la gare d’Austerlitz. Elle décide de partir à sa recherche… « Cela me plaisait d’avoir l’occasion de faire un film politique, d’employer des mots politiques à l’écran, explique Dominique Cabrera. […] Je voulais faire sentir comment la vie privée, la vie sentimentale, les baisers, les amours, sont traversés par des idées ; et puis, comment les idées aussi proviennent de l’histoire vivante, de ce qui s’est passé la nuit d’avant… Le film montre comment on cherche à inventer un « tous ensemble » où il soit possible de rester des sujets. »