La « Grande fièvre ouvrière » britannique (1911-1914)

De 1911 à 1914, la Grande-Bretagne a été traversée par de vastes mobilisation ouvrières sans précédentes : un million de grévistes en 1911, quarante millions de journées de grève en 1912, des syndicats qui franchissent le cap des quatre millions d’adhérents en 1914 ; autant d’éléments indiscutables de cette « Grande fièvre ouvrière ». Deux manifestations, en France et en Grande-Bretagne, reviennent sur ces grèves.

Un colloque

À l’occasion du centenaire de ces évènements, un colloque international organisé à Villetaneuse et à Paris les 15 et 16 septembre prochains, propose de revenir sur les aspects locaux et internationaux de ces mobilisations ainsi que sur leur portée politique, pour faire le point avec l’historiographie déjà existante.

Programme du colloque

Jeudi 15 septembre

(Salle B203, UFR LSHS, Campus Villetaneuse / Paris 13)

9.00         Accueil des participants

9.30         Ouverture du colloque

Une fièvre plurielle : déclinaisons locales et régionales.

Modérateur : Logie Barrow (University of Bremen)

09.45       Lydia Redman (University of Cambridge)
Industrial Mediation in the Age of the New Liberalism : The London Dock Strike of 1911‑12

10.15       Tri Tran (Université François Rabelais – Tours)
The 1911 « Great Strike » in the Port of London: Motives, Tactics, Impacts

10.45       Questions

11.00       Pause café

Modérateur : Myriam Boussahba-Bravard (Université de Paris Diderot)

11.15       John Belchem (Liverpool University)
The Liverpool General Strike of 1911: Beyond the Myth

11.45       Yann Belliard (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
The Peter Progress Chronicles, or the « Great Unrest » in Hull through the Lib-Lab Lens

12.15       Questions

13.00       Déjeuner

Modérateur : Christian Civardi (Université de Strasbourg)

14.15       Lewis Mates (Durham University)
The « Great Unrest » in the Durham Coalfield : Rank-and-File Movements and Political Change

14.45       William Kenefick (University of Dundee)
« Lessons in the Usefulness of Solidarity ». An Interregional and Transnational Perspective on the ‘Great Labour Unrest’ in Scotland

15.15       Olivette Otele (Université Paris 13)
The « Labour Unrest » in South Wales : Tonypandy, a Model for Glamorgan and Gwent Workers ?

15.45       Questions

16.00       Pause Café

Les oublié(e)s de la Grande fièvre

Modérateur : Fabrice Bensimon (Université Paris 4 – Sorbonne)

16.15       Myriam Boussahba-Bravard (Université de Paris Diderot)
The Great Labour and Female Unrest

16.45       Sam Davies (Liverpool John Moores University)
The State Response to 1911

17.15       Questions et synthèse de la journée

19.30       Dîner

Vendredi 16 septembre

(Grand amphithéâtre, Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’école de médecine / Paris 3)

9.00         Accueil

Perspectives comparatives et transnationales

Modérateur : Romain Garbaye (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

9.15         Conférence plénière. Jonathan Hyslop (University of Pretoria)
Were the South African Strikes and Insurgencies of 1913‑14 Part of a Global Labour Revolt ?

10.00       Questions

10.15       Pause café

Modérateur : Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

10.30       Paula De Angelis (University of Adelaide)
A Citizen of the World : Tom Mann, International Solidarity and Syndicalism in Britain, 1911‑14

11.00       Sjaak Van Der Velden (International Institute of Social History, Amsterdam)
The « Great Labour Unrest » in the Netherlands

11.30       Questions

12.00       Déjeuner

Le syndicalisme révolutionnaire en question

Modérateur : Karine Bigand (Université Paris 13)

14.00       Conférence plénière. Emmet O’Connor (University of Ulster)
Syndicalism and the « Great Labour Unrest », 1911‑14

14.45       Questions

15.00       Pause café

Modérateur : Constance Bantman (University of Surrey)

15.15       James Thompson (University of Bristol)
Revisiting and Rethinking Syndicalism, 1911‑14

15.45          Ralph Darlington (University of Salford)
The « Labour Unrest », Trade Union Officialdom and the Syndicalist Challenge

16.15       Questions et conclusions du colloque

17.00       Clôture du colloque

Une exposition

Liverpool, coeur des mouvements sociaux de 1911, organise également une série d’évènements à l’occasion de ce centenaire. Un site internet les recensant est accessible en ligne. La Walker Art Gallery, appartenant aux Musées nationaux de Liverpool, accueille pour sa part, du 24 juin au 25 septembre 2011, une exposition intitulée « Art in Revolution : 1911 in Liverpool ». Cette exposition entend revenir sur les liens qui ont existé entre les mobilisations radicales des travailleurs et la tenue d’une exposition d’art moderne d’une cinquantaine de peintures et de dessins de grandes figures post-impressionnistes et d’artistes locaux avant-gardistes, organisée par la Sandon Studios Society au Bluecoat  de Liverpool, du 4 mars au 1er avril 1911.

Des oeuvres de Vincent Van Gogh (The Oise at Auvers), Henry Matisse (Purple Beech Trees near Melun), Paul Gauguin, (Sister of Charity) Paul Signac (le sentier de Douane) ou encore Albert Lipczinski (Portrait of Dorothy Reilly) sont ainsi mises en parallèle avec des photographies, des enregistrements audio et vidéo des grandes manifestations ouvrières et de la répression de l’armée qui y répondit.

À signaler, quelques clichés de la mise en place de l’exposition sont disponibles sur Flickr.

Sur la grève patriotique des mineurs au printemps 1941

Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941
Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941.

L’année 2011 est placée sous le signe des commémorations, en témoignent le cent-quarantième anniversaire de la Commune de Paris de 1871 ou encore le soixante-quinzième anniversaire du Front Populaire de 1936. La ville de Lens participe de ce mouvement, grâce à l’action efficace de multiples associations, dont « Mémoires et cultures de la région minière » fait partie. Celle-ci a déposé, avec le syndicat des mineurs, une gerbe de fleurs au Mémorial des mineurs de la catastrophe de 1906 à Méricourt, pour le cent-cinquième anniversaire de cet évènement. Mais ce sont surtout les grèves de mai-juin 1941 et la terrible répression des mineurs par l’armée allemande qui retiennent particulièrement l’attention. De nombreuses commémorations et manifestations sont prévues pour les mois à venir :

  • le 14 avril dernier, au Fort du Vert Galant à Wambrechies, en souvenir des mineurs qui y ont été fusillés.
  • en avril toujours, hommage aux femmes de mineurs qui ont participé à la grève de 1941 en marchant sur les Grands bureaux de Billy-Montigny.
  • hommage encore aux mineurs de l’Escarpelle à Roost-Warendin qui firent une première grève dès janvier 1941.
  • le 27 mai, commémoration du départ de la grève au puits Dahomey à Montigny-en-Gohelle.
  • en juin, déplacement à la Coupole d’Helfaut au Mémorial des victimes de la déportation.
  • en septembre, clôture des manifestations avec la visite descitadelles de Lille et d’Arras.

Une exposition, organisée par l’association à la Maison syndicale de Lens jusqu’en septembre 2011, sur les grèves patriotiques des mineurs en mai-juin 1941 accompagnent ces manifestations. L’occasion de revenir sur une grève, qui par son ampleur, constitue une exception dans l’histoire de la France occupée. Situés dans la zone interdite, soumis aux rationnements et devant faire face à une dégradation de leurs conditions de travail et de vie, les mineurs sont rapidement passés à l’offensive. Le 11 novembre 1940, 40.000 mineurs défilent dans la rue, contre la décision de supprimer la journée nationale d’hommage aux victimes de 1914-1918. A partir de janvier 1941, des grèves perlées sont organisées dans le Douaisis. Le 27 mai 1941, la grève est véritablement déclenchée et la condamnation de mineurs à la déportation le 28 mai enflamme la région : 100.000 mineurs, soit 80% des effectifs défient l’autorité militaire allemande. Partie de revendications sociales, cette grève prend rapidement un tournant patriotique. Les mineurs obtiennent une victoire avec l’augmentation des salaires et l’amélioration du ravitaillement. Mais ils l’a paie au prix fort : Ils sont plus de 1.400 à avoir été arrêtés, fusillés, décapités à la guillotine ou morts sous la torture dans les prisons. Des centaines aussi ont été expédiés vers les camps de concentration, explique Marcel Barrois, président de l’association « Mémoires et cultures de la région minière ».

Une bonne occasion de voir des documents d’époque, coupures de presse, photographies et documents d’archives, sur cet évènement trop peu connu de l’histoire ouvrière.

> Exposition publique.

Exposition et renseignements à la Maison syndicale de Lens, 32 rue Casimir-Beugnet, 62300 Lens, Tél : 03 21 78 22 35.

Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), Arbre bleu éditions, 2011

Couverture de l'ouvrage de Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011
Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève, Arbre bleu éditions, 2011

Une nouvelle maison d’édition vient de voir le jour ! Fondée à Nancy, Arbre Bleu éditions publie son premier ouvrage d’histoire sociale. Stéphane Sirot, historien reconnu, auteur d’un Maurice Thorez (Paris, Presses de Sciences Po, 2000), d’un ouvrage sur La grève en France. Une histoire sociale, XIXe-XXe siècle (Paris, Odile Jacob, 2002) et d’une réflexion sur Les syndicats sont-ils conservateurs ? (Paris, Larousse, 2008) ouvre ici une nouvelle collection dénommée « Le corps social » dirigée par Tangi Cavalin également historien.

Intitulée Le syndicalisme, la politique et la grève (France & Europe, XIXe-XXIe siècles), cet ouvrage est disponible sur commande auprès de la maison d’édition au prix de 20 euros (frais de port en sus). Promis, dès réception, je publierai un compte-rendu !

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

En France comme en Europe occidentale, plus personne ne met en doute le droit des syndicats à défendre le quotidien des travailleurs. Reconnu par l’État, voulu par la démocratie d’opinion, ce droit légitime l’organisation du salariat depuis sa légalisation au XIXe siècle. Mais il n’a jamais été sa seule raison d’être. Le syndicalisme est porteur, dès l’origine, d’un projet de transformation de la société visant à substituer, à la démocratie libérale, une démocratie sociale. Qu’en est-il aujourd’hui de ce projet d’essence politique dont la grève, symbole de l’autonomie ouvrière et de la mise en pratique d’une forme de démocratie directe, a longtemps été l’arme privilégiée ?

Reprenant de manière originale la question lancinante de la « crise du syndicalisme », Stéphane Sirot inscrit le fait syndical dans la longue durée de l’histoire du salariat depuis la Révolution française et fait la part des rapprochements et des singularités entre la France et ses principaux voisins européens. Il met en lumière l’inconfort du mouvement syndical, sommé d’agir au nom du bien commun et pas seulement des salariés, piégé par la rhétorique « réformiste » des gouvernements qui aspirent à le domestiquer, pour exister dans la fidélité à sa tradition de contre-pouvoir. Le syndicalisme français, qui semble résigné à n’être plus qu’une force d’accompagnement, pourrait bien être entré dans un nouvel âge de son histoire. Par ce retour sur l’histoire du salariat organisé, l’ouvrage se propose de clarifier les termes du débat sur l’avenir du syndicalisme et, au-delà, de fournir des outils de compréhension pour penser à nouveaux frais notre question sociale.

> Sur le web.

Site internet Arbre bleu éditions : Le site internet.