Des travailleurs indochinois en Bretagne

Affiche de l'exposition organisée par la Médiathèque de Lanester
Affiche de l'exposition organisée par la Médiathèque de Lanester

En complément au billet sur l’exposition « Des travailleurs indochinois dans les Bouches-du-Rhône« , organisée par les archives départementales des Bouches-du-Rhône du 5 au 31 mai 2011, je signale ici que la médiathèque  de Lanester, dans le Morbihan propose également une exposition photographique, une conférence et une projection de film sur les travailleurs Indochinois.

Du 7 au 28 mai, Les Vietnamiens, une exposition de photographies de Bui Huy Trang sera visible, présentant 32 portraits, pour découvrir le Vietnam à travers ses habitants. Une conférence, intitulée Travailleurs Indochinois en France de 1939-1952, sera animée par Pierre Daum, journaliste auteur de Immigrés de force, travailleurs indochinois en France, le vendredi 20 mai, à 20 h 30, dans l’auditorium de la médiathèque. Une projection du film Les hommes des 3 ky de Dzu Lê-Liêu, est prévu samedi 21 mai à 15 h, également dans l’auditorium.

Des travailleurs indochinois dans les Bouches-du-Rhône

Les archives départementales des Bouches-du-Rhône, basées à Marseille, proposent une exposition, du 5 au 31 mai 2011, sur les travailleurs indochinois dans le département. L’histoire des travailleurs indochinois, au cours des années quarante, est directement liée au territoire des Bouches-du-Rhône. Du port aux Baumettes, à peine construites, du camp du Grand Arénas à la poudrerie de Saint-Chamas, à l’usine Péchiney de Salin-de-Giraud ou aux rizières de Camargue : retour sur le cheminement d’une immigration contrainte.

Le vernissage de l’exposition est fixé au lundi 9 mai de 18h00 à 20h30 avec comme programme :

18h00. Travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale.
Inauguration de l’exposition conçue par Pierre Daum, journaliste, secrétaire de l’association Histoires vietnamiennes, auteur de l’exposition et de Immigrés de force, travailleurs indochinois en France, 1939-1952.

18h30. Une immigration forcée.
animée par Robert Mencherini, historien avec Pierre Daum et Alain Guillemin, sociologue (Les vietnamiens à Marseille).

19h30. Les hommes des 3 Ky
Projection du film documentaire de Dzu Le Lieu (52 mn, 1994). Ce documentaire est un récit de vies, celles d’hommes vietnamiens enrôlés par le gouvernement français pour participer à l’effort de guerre contre l’Allemagne. Ils vont passer dix ans en France, certains prenant part à la résistance, d’autres luttant depuis l’Hexagone pour l’indépendance du Vietnam.

> Exposition libre du 5 au 31 mai – Du lundi au samedi de 10h00 à 18h00. Hall des ABD, Archives départementales des Bouches-du-Rhône Gaston Defferre, 18 Rue Mirès, 13003 Marseille.

Site web: http://www.archives13.fr

L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine

Couverture de l'ouvrage "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine", Paris, Le temps des cerises, 2005, 240 pages
Alain Ruscio, "L'affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d'Indochine"

Les années 1950, années de reconstruction et de modernisation, années de guerre froide et d’opposition communiste à la guerre  en Indochine… Henri Martin appartient à cette histoire mouvementée de la France d’après-guerre, pour s’être opposé à la « sale guerre », pour avoir revendiqué la liberté pour le peuple vietnamien. Ce militant communiste, emprisonné trois années  durant pour avoir distribué des tracts dans l’arsenal de Toulon, a été au coeur d’une immense campagne de propagande pour sa libération et pour la fin de la guerre en Indochine, menée par le Parti communiste français. Un évènement bien connu dans ses grandes lignes par les historiens et les militants mais pas dans ses détails, ce qui a justifié l’organisation d’une journée d’étude, cinquante ans plus tard.

Les éditions Le temps des Cerises ont publié en 2005 les actes de cette journée du 17 janvier 2004 tenue à la mairie du onzième arrondissement (Paris) et intitulée : « L’affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine ». Plusieurs centaines de participants ont  pu entendre les interventions et/ou témoignages d’Henri Martin, Raymond Aubrac, Axelle Brodiez, Philippe Devillers, Paul Fromonteil, Jean Marrane, Anne Mathieu, Jacques Mignot, Sabine Rousseau, Alain Ruscio et Roland Weyl. En 240 pages, cet ouvrage reproduit in extenso l’ensemble des contributions, avec en bonus une série de documents en annexe : articles de presse (L’Humanité, la Vie ouvrière, La Défense), poèmes, oeuvres d’art et extraits d’ouvrages. A cela s’ajoute, au fil du livre, la reproduction de nombreuses « une » de journaux et de couvertures d’ouvrages.

Quatre sous-parties structurent les contributions de cette journée : contexte et déroulement de l’affaire, mobilisation autour de l’affaire, affaires similaires et enfin témoignages des acteurs. La première sous-partie se charge de replacer l’affaire Henri Martin dans le contexte de l’immédiat après-guerre. Tel est l’objet de la contribution de Philippe Devillers qui plante le décor, c’est-à-dire les débuts de la guerre coloniale en Indochine (1945-1946). La contribution suivante, celle d’Alain Ruscio, intitulée « L’affaire Henri Martin : Genèse et grandes étapes », assure une présentation chronologique de l’évènement. La décision d’organiser cette campagne et son suivi politique est décortiquée, à partir des archives du PCF et celle d’André Marty. La seconde sous-partie cumule trois contributions : celle d’Axelle Brodiez sur le Secours populaire français et les Comités Henri Martin, celle d’Anne Mathieu sur les intellectuels – Jean-Paul Sartre – et enfin celle de Sabine Rousseau sur l’engagement des chrétiens aux côtés d’Henri Martin. Ces trois contributions complètent l’énoncé factuel d’Alain Ruscio en éclairent certains aspects de la campagne. Dans une troisième sous-partie, Alain Ruscio et Sabine Rousseau reviennent sur deux affaires similaires, celles de Raymonde Dien et Jeanne Bergé, qui ont également payé leur engagement en faveur de la paix en Indochine. Dernière sous-partie, celle des témoignages, avec des interventions de Jacques Mignot, de Roland Weyl, Paul Fromonteil et Jean Marrane.

Cette journée d’étude nous offre un éclairage intéressant sur le parti communiste français des premières années de la guerre froide, durant le conflit de décolonisation en Indochine. Elle permet de compléter nos connaissances sur une période qui intéresse désormais davantage l’historiographie de la gauche communiste, comme en témoigne le numéro double 112-113 des Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, qui se penche sur les histoires croisées du communisme italien et français. Trois articles s’intéressent plus particulièrement à cette période charnière des décennies 1950-1960. Cette affaire Henri Martin, par son ampleur et sa durée, offre également un panorama des relations entretenues par le parti communiste avec les « organisations de masse » (Secours populaire français, Union des femmes françaises ou encore Union des jeunesses républicaines de France notamment), avec les intellectuels (Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso ou Fernand Léger) et avec la gauche chrétienne.

Couverture "La CGT dans les années 1950", Rennes, PUR, 2005, 487p.
"La CGT dans les années 1950", PUR, 2005, 487 p.

Le contenu de cette journée d’étude est plutôt équilibré, grâce à la multiplication des points de vue sur l’affaire, même si on peut regretter l’absence de contributions sur l’investissement des organisations syndicales dans cette affaire. Celles-ci auraient ainsi complété le colloque de novembre 2003 sur La CGT dans les années 1950 organisé par l’IHS-CGT et le CHS 20ème siècle. Une seule contribution y abordait le conflit indochinois, celle de Maurice Desseigne sur « La fédération des PTT et la guerre d’Indochine (1946-1954) » qui n’évoque que très rapidement l’affaire Henri Martin. Il y a là je pense matière pour déterminer le degré de « soumission » politique entre les projets du parti communiste français et l’action réelle de la CGT, d’autant plus qu’Axelle Brodiez et Alain Ruscio apporte un éclairage intéressant sur les différentes tactiques mises en oeuvre entre parti communiste, secours populaire français et comités ad-hoc « Henri Martin » promus par André Marty.

De nouvelles pistes de recherches ?

Faire campagne, monter une « affaire », mettre en avant des « figures », des « héros et héroïnes » sont autant de moyens visant à rallier les masses des travailleurs et de la jeunesse derrière une cause. Les exemples sont nombreux, à l’instar de l’affaire Henri Martin : Les « Dix de Renault » sont mis en avant au moment où la fermeture définitive de l’usine de Billancourt est annoncée par la direction de Renault. La CGT et le PCF décident de lancer une grande campagne nationale pour la réintégration de ces dix salariés protégés injustement licenciés, afin de créer un précédent et ainsi fermer cette voie patronale de répression du mouvement syndical et politique. Sylvie Plessis et Joëlle Soyer deviennent les figures de proue du secteur féminin de la CGT et de son mensuel Antoinette pour lutter contre les licenciements pour raisons médicales, également à la fin des années 1980. Ces deux exemples, pris parmi tant d’autres, démontrent l’intérêt d’une étude historique transversale sur les modalités d’organisation et de suivi des « affaires » et des « campagnes ». Les quelques questions suivantes et les réponses apportées par cette journée d’étude démontrent tout le potentiel de cette étude.

Comment choisit-on une « campagne » ? La figure d’Henri Martin est un choix réfléchi de la part de la direction du PCF, après lecture approfondie de son parcours professionnel, militant et familial. L’analyse de deux autres affaires similaires offre un éclairage intéressant sur les critères de ce choix. Une analyse transversale de ces critères permettrait de mettre en lumière les modes de représentation et l’identité communiste, complétant les travaux de Marc Lazar par exemple sur la figure du mineur. Ce choix interpelle aussi sur le rythme des campagnes et leur insertion dans l’agenda militant. Comment cette affaire est évoquée durant les congrès nationaux ou locaux, lors d’échéances électorales ou en lien avec les préoccupations de la base militante ?

Quelles relations entretiennent l’ensemble des organisations parties prenantes de ces actions ? Le travail d’Axelle Brodiez est intéressant à plus d’un titre, démontrant l’évolution des tactiques au sein de la direction du parti communiste et ses conséquences sur l’organisation de la campagne. Le dilemme entre utilisation du secours populaire français ou mise en place de comités ad hoc reflètent les interrogations du parti communiste quant à son insertion dans la société française et son travail au sein de la classe ouvrière.

Quels moyens d’action ? Les différents moyens d’action mis en oeuvre nous sont présentés : comité national de soutien, pétitions, actions coup de poing, oeuvres d’artistes, multiplication des articles de presse, campagne financière, actions en justice, etc. L’importance du rôle des intellectuels dans la campagne est souligné, grâce à une étude littéraire sur l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Paul Sartre et à une présentation de l’engagement tardif mais bien réel des écrivains et journalistes chrétiens dans cette affaire. Il serait intéressant de compléter ce travail par une étude des oeuvres picturales réalisées à l’occasion de cette affaire, notamment par Fernand Léger et Pablo Picasso.

Quel action judiciaire ? Sur ce point, cet ouvrage relève à de nombreuses reprises l’utilisation des procès comme tribune politique. Là encore, il serait intéressant de faire une étude, aussi bien littéraire qu’historique, sur les lignes de défense adoptées par les militants communistes, ne serait-ce que  pour les comparer au célèbre ouvrage de Marcel Willard, La défense accuse, publié en 1951 et réédité à de nombreuses reprises.

A quelle fréquence ces grandes campagnes reviennent-elles ? Dans quels contextes apparaissent-elles ? Ces campagnes sont-elles toutes victorieuses ? Quels coûts financiers et humains ? Autant de questions qui trouveraient des réponses dans une étude systématique des campagnes militantes.

En conclusion, cet ouvrage issu de la journée d’étude sur « Henri Martin et la guerre d’Indochine » retiendra sans nul doute l’attention des militants et individus intéressés par l’histoire de la gauche communiste et de la guerre froide. De lecture facile, il apporte un éclairage sur l’histoire communiste de la guerre froide, décortique une grande « affaire » qui a largement mobilisé, donne quelques éléments nouveaux sur la figure d’André Marty et permet de compléter les travaux menés sur le conflit de la décolonisation indochinoise. Enfin, il ouvre à mon sens une perspective de recherche tout à fait intéressante : l’analyse pluridisciplinaire (historique, littéraire, historienne de l’art) sur le choix, le déroulement et la conclusion de ces grandes mobilisations.