La Commune (Paris 1871)

 

Affiche du film de Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 1999
Affiche du film de Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 1999

Je profite des différentes festivités organisées à l’occasion du 140ème anniversaire de la Commune de Paris pour évoquer rapidement un film que je viens de visionner, celui de Peter Watkins, intitulé La Commune (Paris 1871), tourné en 1999, puis diffusé à la télévision puis au cinéma et en dvd avec le soutien de 13 Production, la Sept Arte et le Musée d’Orsay.

Peter Watkins, un réalisateur peu commun.

Né en 1935 en Grande-Bretagne, Peter Watkins a réalisé de nombreux films sur des thèmes variés, avec une préférence pour le pacifisme : sur le parcours d’un soldat britannique durant la Première Guerre mondiale dans Le Journal d’un soldat inconnu (The Diary of an Unknown Soldier) de 1959 ; sur l’insurrection de Budapest de 1956 dans Les visages oubliés (Forgotten Faces) de 1960 ; sur l’armement nucléaire et ses conséquences dans La Bombe (The War Game) de 1967 ; sur la politique répressive de Richard Nixon dans Punishment Park de 1970 ou encore des portraits biographiques d’Edvard Munch ou d’August Strindberg.

Très influencé par le « free cinema » et le « cinéma direct », Peter Watkins use des gros plans, de la prise de son direct, de la caméra portée à l’épaule ou encore de voix-off pour brouiller les pistes, en plaçant volontairement ses films entre documentaire et fiction. Il affectionne ainsi particulièrement le style des « actualités », des « journaux télévisés », qu’il utilise régulièrement pour dénoncer le rôle des mass-medias. Ces derniers sont chargés de défendre le système économique capitaliste, son consumérisme et ses inégalités. Un des principaux moyens utilisés pour y parvenir est la Monoforme, terme qu’il a forgé pour désigner

la façon de hacher les films en minuscules petits bouts : cut, cut, cut, toutes les trois à cinq secondes… Un matraquage continu de sons, la caméra en perpétuel mouvement. Je pense que vous connaissez tout cela, mais il est important d’y voir une forme narrative organisée.  Ceci n’a rien à voir avec la complexité, avec la gamme de possibilités du cinéma ou de la télévision, en tant que support de la création, expression artistique ou type de communication. Cette chose, la monoforme est devenue le format obligé structurant tous les films télévisée et quasiment l’ensemble de la production du cinéma commercial. Cut, mouvement, secousse, bing, bang, cut, cut, cut. Et le montage est de plus en plus rapide, c’est presque comme les clips sur MTV. Ce n’est sûrement pas de la communication. Cela ne permet pas aux spectateurs de participer vraiment. Vous êtes entraînés à travers cette structure narrative mono-linéaire par ce formatage frénétique et manipulateur, la Monoforme, qui est employée délibérément, parce qu’elle ne nous laisse pas le temps de penser, ni d’espace pour une participation démocratique permettant une remise en cause, un questionnement. Ceci est un acte délibéré.1

Tourné en noir et blanc, le film La Commune (Paris 1871) est hors-norme, comme la plupart des films réalisés par Peter Watkins. Hors-norme par sa durée tout d’abord : près de 5 heures 15 pour la première version et 3 heures pour la version destinée à la projection à la télévision et au cinéma. A cela, il faut ajouter une introduction du réalisateur de 30 minutes sur les objectifs du film. J’entends d’ici vos inquiétudes face à une telle durée ! Je vous rassure tout de suite, rien à voir avec le fameux mais ennuyeux Sleep d’Andy Warhol. Au contraire, le montage, le jeu des comédiens font que l’attention du spectateur est captée et que le temps file, sans accros !

Le tournage, réalisé dans une usine abandonnée de Montreuil qui se trouvaient être sur les anciens terrains des studios Méliès, a réuni au total 220 comédiens et comédiennes, recrutés à Paris et ailleurs. Plus des deux tiers n’ont aucune expérience d’acteur. C’est un trait constant des films de Peter Watkins qui comprennent une part improvisée importante dans les dialogues. À l’occasion du recrutement des comédiens, le réalisateur a demandé à chacun de lire, de s’informer sur la Commune de Paris, de se renseigner sur le personnage qu’il allait devoir incarner. En parallèle, un collectif d’historiens assurait que le scénario respecte bien les connaissances historiques que nous avons de la période. L’investissement de tous – comédiens comme personnels de tournage – dans les aspects techniques et scénaristiques est important : une véritable expérience humaine que l’on ressent tout au long du film, surtout dans la dernière heure, une fois l’entrée des versaillais au sein de Paris. 

Très éloigné des « blockbusters » hollywoodiens et des documentaires « classiques », La Commune est un film collaboratif, politique dans son sens le plus large, favorisant les débats sur la démocratie, les privilèges, le capital, le racisme, la mobilisation, la laïcité, l’éducation, les femmes, la misère, les médias, etc. Un film touchant, captivant, enragé qu’il faut absolument voir !

Pour aller plus loin.

  1. Peter Watkins, Introduction à La Commune (Paris 1871) []