Manufrance en… chansons !

"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993
"Manufrance", Affiche confédérale de la CGT, février 1993

« La verve populaire est d’une richesse inépuisable. De tous temps dans l’histoire, la chanson a été une arme de lutte »1.

À l’occasion de recherches dans les fonds d’archives du secteur confédéral « propagande – communication » de la CGT, je suis tombé par hasard sur de nombreuses chansons militantes. Si les grands airs – comme L’Internationale, Le chants des partisans ou encore le Temps des cerises – sont bien connus, il est plus rare de retrouver les chansons écrites par des militants, à l’occasion de conflits ou tout simplement pour le plaisir de donner de la voix. Celles-ci étaient entonnées dans les manifestations, sur les piquets de grève ou encore à l’ouverture ou à la fin des réunions publiques et des assemblées générales. Ce patrimoine musical militant, fragile du fait de sa nature, a toutefois laissé quelques traces : sur des tracts, sur des enregistrements audios ou audiovisuels ou tout simplement dans la mémoires des militants et des manifestants.

Comme le rappelle le mensuel confédéral CGT Propa, dans un article consacré à l’organisation des cortèges de manifestation, « une chanson sur un air très connu fait parfois plus que des mots d’ordre disparates (bien sûr, les mots d’ordres justes restent essentiels) ; alors si dans une usine, une union locale, une chanson est créée, il peut être bon de la reproduire et de la distribuer »2. Les deux premières chansons retenues pour ce billet concerne l’entreprise Manufrance et ont été entendues à l’occasion du rassemblement du 18 octobre 1980 à Saint-Étienne dont l’objectif était d’empêcher la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise. Près de 100 000 personnes s’y sont retrouvées pour soutenir les travailleurs qui ont décidé quelques jours plus tard d’occuper l’usine, occupation qui dura deux cent vingt-cinq jours, de décembre 1980 à juin 1981. Ces deux chansons n’ont à priori pas été composées spécialement pour l’occasion, mais les responsables confédéraux du secteur propagande ont jugé utile de les reproduire dans le bulletin de liaison en vue de dynamiser le rassemblement.

Affiche Manufrance, 1980
Affiche Manufrance, 1980

Pour la CGT, la lutte des travailleurs de Manufrance contre la liquidation de l’entreprise est en effet un « symbole de la résistance globale des travailleurs, de la CGT, dans tout le pays ». Les thèmes du rassemblement sont les suivants : « sauver l’emploi à Saint-Étienne et dans la région dont Manufrance est un peu le coeur », « contribuer à sauver l’emploi partout et pour tous en France », « affirmer que les travailleurs, la CGT, n’acceptent plus en aucune circonstance qu’une seule entreprise ferme »3.

Pour faire passer ces idées, la Confédération suggère d’organiser un rassemblement « haut en couleur », mettant en avant « les caractéristiques locales et régionales », ce qui implique de « rechercher les symboles régionaux, leur trouver une expression « propagande » autour du thème général Vivre l’avenir au présent dans notre région« . Donner au maximum une teinte régionale passe ainsi par la « participation de groupes folkloriques, de fanfares typiques, etc. ». Il ne s’agit donc pas d’organiser une marche d’enterrement, mais bien au contraire d’animer un cortège revendicatif, mais bon enfant. En guise d’illustrations, La Lettre de Propa nous propose ces deux exemples de couplets pouvant être repris dans les cortèges :

Le premier (Sur l’air de Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine)

Vous n’pourrez pas liquider Manufrance

Car devant vous

Les travailleurs sont là

Ils sont venus des quatres coins de la France

Pour affirmer : Manufrance, vous voilà ! !

Le second (Sur l’air de la Carmagnole)

Giscard et Barre… nous avaient dit

Que Manufrance c’était fini ! !

Mais leur coup à manqué

Grâce à notre unité

Dansons la stéphanoise,

Vive l’action, vive l’action,

Dansons la stéphanoise,

Tous ensemble, nous gagnerons ! !

Il est certain que nous ne sommes pas face ici à des oeuvres musicales de grande qualité mais elles permettent tout de même de tirer quelques conclusions :

1° Elles ont pour objectif de dynamiser les cortèges grâce à l’emploi d’air connus et de paroles aisées à retenir. La Confédération relève en effet que « l’utilisation de la musique joue également un rôle important (percutions, cliques, fanfares) », même s’il faut se garder de « tomber dans le folklore gauchiste » et faire attention à la nature et au caractère de la manifestation »4. Elle propose également des pistes de réflexion sur le rôle des couleurs, l’ordre des organisations confédérées, l’importance des accessoires des manifestants ou encore sur la taille et le contenu des banderoles dans les manifestations.

2° Elles permettent d’insister sur les thèmes centraux du rassemblement, ici sur la nécessaire unité de tous les travailleurs, derrière « les Manus », contre la désindustrialisation et pour la défense de l’emploi.

3° Elles rappellent enfin (et surtout) que pour étudier les manifestations, les rassemblements ou encore les piquets de grève, il est important de se pencher sur le nombre, les organisations présentes mais également sur le rendu visuel et sonore de la manifestation.

Au-delà de la place de la musique, une réflexion sur les actions militantes se développe au sein des confédérations syndicales durant les années 1968. En effet, les organisations prennent en compte l’importance de l’information et de la contre-information dans les combats qui les opposent au patronat et au gouvernement. La CGT se lance ainsi dans la « bataille des idées », pour défendre ses revendications pendant que la CFDT estime que le capitalisme, au-delà de la domination économique et sociale des travailleurs, exerce une domination idéologique, une aliénation intellectuelle visant à assurer la pérennité de ce système, idée que l’on retrouve synthétisée dans le rapport « la CFDT et l’information » adopté par le congrès confédéral de juin 1973. Les archives des secteurs confédéraux « propagande-communication » de la CGT et « information » de la CFDT mériteraient une étude, afin de mieux connaître ces réflexions et leurs aboutissements.

  1. « Paroliers, à vos plumes… », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 13-14. []
  2. « Faire Boum dans les Manif », Propa, n° 4, avril 1977, pages 16-18. []
  3. « Le 18 à Saint-Étienne, il faut que ça claque… », La Lettre de Propa, n° 5, octobre 1980, page 3. []
  4. « Faire voir la CGT dans les manifestations », Propa, n° 6, 23 septembre 1976, pages 9-10. []