Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013

Couverture de l'ouvrage "Sang noir. La catastrophe de Courrières"
Couverture de l’ouvrage « Sang noir. La catastrophe de Courrières »

Jean-Luc Loyer, déjà auteur d’une bande dessinée sur la liquidation judiciaire de Metaleurop en 2006, revient une nouvelle fois sur le monde du travail et la résistance des travailleurs, en abordant cette fois-ci la catastrophe de Courrières du 10 mars 1906 et ses 1 099 victimes.

Dans un style épuré, tout en noir et blanc, l’auteur fait revivre de manière chronologique la plus grande catastrophe minière d’Europe et la dure grève de contestation qui suivie. Cette tragédie est habilement replacée dans son contexte politique et économique et, si on y croise de grandes figures comme Émile Zola, Jean Jaurès ou Émile Basly, l’auteur n’omet pas pour autant le quotidien des mineurs et de leurs familles. La solidarité, au fond de la mine comme face au patronat et à l’armée, occupe une place importante, en 1906 comme en d’autres occasions : 1884, 1941, 1948, 1963 furent autant de grèves qui ont durablement marqué l’histoire sociale.

Un dossier documentaire, avec photographies, extraits de textes, lexique et bibliographie complète utilement cette belle bande dessinée.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 128 p., 20 €

Mineurs d’ici et d’ailleurs

Depuis le 1er février et jusqu’au 5 juin 2011, le Centre historique minier de Lewarde héberge une exposition intitulée « Mineurs d’ici et d’ailleurs » qui propose un véritable tour du monde de la mine en 200 clichés. Leur point commun ? Ce sont tous des mineurs, de charbon dans le bassin minier du Nord-Pas de Calais, en Silésie, en Chine… mais aussi d’or, de cuivre, d’argent, à Cuba, en Bolivie ou au Brésil… Conçus au cours des cinquante dernières années, ces clichés, en noir et blanc ou en couleur, sont les oeuvres de vingt-cinq photographes – artistes ou photoreporters nationaux et internationaux, dont certains connaissent une renommée internationale : Sebastião Salgado, Aleksander Prugar, Allan Jenkins, Song Chao, Charles Henneghien,Jean-Claude Wicky…

A voir ou à écouter sur ce thème, le reportage de France 3 diffusé en mars 2011 et la série de reportages diffusés sur la radio suisse RSR .

Exposition « Mineurs d’ici et d’ailleurs » au Centre historique minier de Lewarde. Du 1er février au 5 juin, tous les jours de 13h00 à 17h00, le dimanche de 10h00 à 17h00.

Renseignements au 03 27 95 82 82 – www.chm-lewarde.com.

Sur la grève patriotique des mineurs au printemps 1941

Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941
Affiche allemande contre la grève des mineurs, Lille, 3 juin 1941.

L’année 2011 est placée sous le signe des commémorations, en témoignent le cent-quarantième anniversaire de la Commune de Paris de 1871 ou encore le soixante-quinzième anniversaire du Front Populaire de 1936. La ville de Lens participe de ce mouvement, grâce à l’action efficace de multiples associations, dont « Mémoires et cultures de la région minière » fait partie. Celle-ci a déposé, avec le syndicat des mineurs, une gerbe de fleurs au Mémorial des mineurs de la catastrophe de 1906 à Méricourt, pour le cent-cinquième anniversaire de cet évènement. Mais ce sont surtout les grèves de mai-juin 1941 et la terrible répression des mineurs par l’armée allemande qui retiennent particulièrement l’attention. De nombreuses commémorations et manifestations sont prévues pour les mois à venir :

  • le 14 avril dernier, au Fort du Vert Galant à Wambrechies, en souvenir des mineurs qui y ont été fusillés.
  • en avril toujours, hommage aux femmes de mineurs qui ont participé à la grève de 1941 en marchant sur les Grands bureaux de Billy-Montigny.
  • hommage encore aux mineurs de l’Escarpelle à Roost-Warendin qui firent une première grève dès janvier 1941.
  • le 27 mai, commémoration du départ de la grève au puits Dahomey à Montigny-en-Gohelle.
  • en juin, déplacement à la Coupole d’Helfaut au Mémorial des victimes de la déportation.
  • en septembre, clôture des manifestations avec la visite descitadelles de Lille et d’Arras.

Une exposition, organisée par l’association à la Maison syndicale de Lens jusqu’en septembre 2011, sur les grèves patriotiques des mineurs en mai-juin 1941 accompagnent ces manifestations. L’occasion de revenir sur une grève, qui par son ampleur, constitue une exception dans l’histoire de la France occupée. Situés dans la zone interdite, soumis aux rationnements et devant faire face à une dégradation de leurs conditions de travail et de vie, les mineurs sont rapidement passés à l’offensive. Le 11 novembre 1940, 40.000 mineurs défilent dans la rue, contre la décision de supprimer la journée nationale d’hommage aux victimes de 1914-1918. A partir de janvier 1941, des grèves perlées sont organisées dans le Douaisis. Le 27 mai 1941, la grève est véritablement déclenchée et la condamnation de mineurs à la déportation le 28 mai enflamme la région : 100.000 mineurs, soit 80% des effectifs défient l’autorité militaire allemande. Partie de revendications sociales, cette grève prend rapidement un tournant patriotique. Les mineurs obtiennent une victoire avec l’augmentation des salaires et l’amélioration du ravitaillement. Mais ils l’a paie au prix fort : Ils sont plus de 1.400 à avoir été arrêtés, fusillés, décapités à la guillotine ou morts sous la torture dans les prisons. Des centaines aussi ont été expédiés vers les camps de concentration, explique Marcel Barrois, président de l’association « Mémoires et cultures de la région minière ».

Une bonne occasion de voir des documents d’époque, coupures de presse, photographies et documents d’archives, sur cet évènement trop peu connu de l’histoire ouvrière.

> Exposition publique.

Exposition et renseignements à la Maison syndicale de Lens, 32 rue Casimir-Beugnet, 62300 Lens, Tél : 03 21 78 22 35.